You are currently viewing Campus 1 : la modernisation du stade se poursuit
©Agence Schneider

Campus 1 : la modernisation du stade se poursuit

  • Post last modified:7 décembre 2022
  • Post category:CVEC / Immobilier / Sport

La deuxième phase de rénovation du stadium va bientôt être lancée sur le campus 1. Après la réhabilitation du terrain et de la piste d’athlétisme, un nouveau bâtiment comprenant vestiaires, tribune, gradins et salles multi-activités va être construit sur le côté Ouest du stade.

Bientôt un nouveau bâtiment sur le campus 1

Les grands travaux continuent à l’université de Caen Normandie. Le stadium avait fait peau neuve à la rentrée 2021, une deuxième phase du chantier va désormais être lancée en 2023, en parallèle de la fin des travaux de la nouvelle chaufferie biomasse, située juste à côté du stade. Cette deuxième étape de chantier doit permettre de finaliser une ambition : faire du stadium un lieu incontournable de la vie sportive universitaire et de la vie de campus.

Mathilde Lechevrel

Ce nouveau bâtiment, aura pour vocation principale l’accueil de vestiaires pour les joueurs, arbitres et pratiquants, répondant aux normes des fédérations sportives. L’université pourra ainsi accueillir des compétitions régionales et nationales sur le campus 1. La devanture du bâtiment qui fait face au stadium, sera construite sous forme de gradins pour permettre l’accueil de supporters lors des manifestations sportives ou de vie étudiante et de « garder l’âme d’un stade » selon Mathilde Lechevrel, vice-présidente déléguée au sport, à la santé et à la qualité de vie. Qu’il s’agisse de compétitions d’athlétisme, de matchs de football, de rugby, ou encore d’évènements comme la journée sport campus, le stadium sera prochainement en capacité de recevoir du public dans une logique « de développement de la vie étudiante, de la vie de campus et de la vie sportive à l’université » précise Mathilde Lechevrel.

Un bâtiment multi-usage

Élément essentiel du projet de construction, le bâtiment sera conçu pour pouvoir être « en libre-accès pour la communauté universitaire » pour la partie blocs sanitaires. Pour Mathilde Lechevrel, cette facilité d’accès permettra ainsi « de pratiquer en autonomie » et de « favoriser les mobilités actives » pour les personnes venant à l’université en vélo et souhaitant se doucher après leur trajet.

Le bâtiment comportera également deux salles multi-activités pour augmenter les offres du service universitaire des activités physiques et sportives (SUAPS) sur les activités touchant au bien-être. La proximité avec le service universitaire de santé étudiante, le SUMPPS, doit aussi permettre le développement des activités physiques adaptées. Ces espaces lumineux seront dotés de baies vitrées, donnant sur un practice de golf.

Le toit du bâtiment permettra « l’aménagement d’une terrasse sur laquelle pourront se dérouler des activités de plein air » d’après Mathilde Divay, vice-présidente déléguée à l’immobilier, comme par exemple du yoga.

©Agence Schneider
©Agence Schneider
©Agence Schneider

Un projet inscrit dans la durée

Avec cette nouvelle phase de travaux, l’objectif de l’université est clair : améliorer les usages et en créer de nouveaux pour dynamiser la vie de campus sous toutes ses formes. Cette nouvelle phase de travaux porte le coût global de la réhabilitation du stadium à 4 840 000€, dont 2 640 000€ sont issus de la contribution vie étudiante et de campus (CVEC) et de 2 200 000€ d’une dotation du Conseil départemental du Calvados.

Dès le lancement de la première phase de travaux, une « cuve récupératrice des eaux de pluie visant à alimenter les eaux grises », c’est-à-dire l’eau utilisée pour le nettoyage, avait été installée, explique Mathilde Divay. Un « système de drainage » avait également été mis en place en prévision de cette future extension des infrastructures sportives. Le bâtiment sera « conçu pour épouser la continuité du paysage du campus », et l’université a fait le choix d’utiliser le même architecte que pour la chaufferie pour « s’inscrire en cohérence et s’inscrire en cohérence avec le projet initial d’Henry Bernard et respecter les contraintes du classement Monument historique. Le bâtiment sera adapté aux personnes à mobilité réduite.

Ce projet, piloté par la Direction du patrimoine et de la logistique (DPL) en lien avec le SUAPS, s’inscrit dans la durée. Pour Mathilde Divay, ce chantier doit permettre une fois achevé de « se projeter sur les aménagements possibles à réaliser au campus 2 » et de penser de manière large au « développement des activités physiques et sportives et des mobilités douces et actives sur le campus 1 et entre les campus de l’agglomération ». Le nouveau bâtiment, par son libre accès, s’insère dans une logique de « continuum entre le campus 1, qui est un campus de centre-ville, et les campus au nord de l’agglomération qui forment Epopea », une zone amplement dédiée à l’innovation en matière de sciences et de santé. Les travaux qui vont être entrepris au château de Caen et dans le nord de l’agglomération doivent « permettre de penser cette continuité dans la ville entre nos campus » indique Mathilde Divay. Si la vice-présidente rappelle que « l’immobilier, c’est le temps long », cette deuxième phase de travaux devrait s’achever en moins de deux ans : la fin du chantier est programmée pour 2025. 

Mathilde Divay