You are currently viewing “Un stage d’observation en licence a conforté mon intérêt pour les neurosciences”

“Un stage d’observation en licence a conforté mon intérêt pour les neurosciences”

Découvrez le témoignage de Mathilde, étudiante en master 1 Neurosciences parcours Neurosciences Moléculaires Cellulaires et Intégrées (NMCI) à l’université de Caen Normandie (promo 2022-2024). 

Pourquoi avoir choisi ce master ?

Passionnée par la médecine depuis mon enfance, j’ai intégré la PACES après le baccalauréat. Malheureusement, en raison de problèmes de santé, il m’a été impossible de poursuivre mes études en médecine. Je me suis donc réorientée, en gardant toujours en tête l’idée de faire des études de médecine plus tard.

J’ai donc intégré la licence Sciences pour la Santé en 2019. Au cours de ma licence j’ai rejoint le tutorat L1 « oui si », destiné aux étudiantes et étudiants admis avec cette condition. Ma mission en tant que tutrice était de faciliter les débuts de la vie étudiante et d’aider les étudiants à comprendre les cours. En L3, j’ai opté pour le parcours Neurosciences et un stage d’observation a conforté mon intérêt pour ce domaine, et c’est ainsi que j’ai choisi le Master NMCI.

Quels sont les principaux enseignements ?

L’année de master 1 est divisée en deux semestres. Le premier semestre est dédié à des enseignements disciplinaires tels que la neuroanatomie, la physiologie du système nerveux, la neurobiologie, les pathologies neurologiques, ainsi qu’à l’anglais et aux biostatistiques. Il y a également des enseignements pratiques pour préparer notre projet professionnel et apprendre à rédiger un CV et une lettre de motivation.

Durant le second semestre, j’ai suivi des cours sur divers sujets tels que la cancérologie cérébrale, l’imagerie du système nerveux ou des cours spécialisés sur l’AVC. Il y a aussi de la mise en pratique – nous avons eu un projet de groupe où nous devions organiser une conférence pour l’équipe enseignante et camarades de promo, en invitant un ou une spécialiste internationale. Nous avons également passé la certification “niveau applicateur de procédure de recherche”, essentielle pour travailler avec des animaux de laboratoire, y compris pendant notre stage. Et nous avons eu 3 semaines de travaux pratiques directement au sein de la plateforme d’imagerie biomédicale Cyceron.

Parle nous d’un projet de l’année ?

J’ai effectué un stage de deux mois dans la recherche en neurosciences au sein de l’unité de recherche PhIND, l’un des laboratoires de l’université de Caen Normandie. J’ai adoré ce stage, durant lequel j’ai participé à un projet passionnant visant à améliorer la prise en charge des patients et patientes victimes d’AVC. Ce stage m’a énormément apporté – d’un point de vue scientifique, j’ai approfondi mes connaissances sur la pathologie – d’un point de vue personnel, j’ai trouvé ce stage très intéressant car il y avait une grande cohésion d’équipe dans le laboratoire : dès que j’avais un doute sur mes résultats ou besoin de conseils pour mon mémoire, il y avait toujours quelqu’un pour m’aider. J’ai conclu l’année en rédigeant et en effectuant une soutenance de stage.

Quelle est la suite pour toi ?

L’obtention du master 2 permet à celles et ceux qui le souhaitent de poursuivre un doctorat en réalisant une thèse. Cela ouvre des opportunités de carrière dans les métiers de la recherche, tant dans le secteur public que privé. Pour ma part, je ne prévois pas de faire un doctorat. Mon désir de devenir médecin est toujours présent, et j’espère faire une passerelle en reprenant des études de médecine après le master. Mes problèmes de santé se sont améliorés au fil du temps, ce qui me permet d’envisager cette option.

Pourquoi avoir choisi Caen pour tes études ?

La ville de Caen s’est imposée à moi car c’était l’université la plus proche de chez mes parents et de mes activités associatives. Petit à petit, je me suis fait des amis aussi bien à l’université qu’en dehors, j’ai créé du lien avec les professeurs et les autres étudiants. L’université propose une large offre de formation, ce qui m’a permis d’effectuer tout mon cursus ici !

De plus l’université offre un réel dispositif d’accompagnement pour les étudiantes et étudiants en situation de handicap. Étant porteuse d’un handicap moteur à une jambe, j’ai bénéficié d’aménagements proposés par le Relais Handicap, en coordination avec le service scolarité et l’équipe enseignante. Par exemple, l’ajustement de mon emploi du temps en tenant compte de mes soins de santé, des conditions d’examens adaptées et une meilleure accessibilité des locaux.

Des conseils pour de futurs étudiants et étudiantes ?

Donnez le meilleur de vous-même pour obtenir les meilleures notes possibles. N’hésitez pas à faire des stages de découverte et à demander des lettres de recommandation à vos enseignants et enseignantes.

N’hésitez pas à vous investir dans le monde associatif universitaire, le tutorat, apporte autant aux tutorés qu’aux tuteurs. Ça m’a permis de faire des rencontres, de gagner en confiance personnelle, en aisance à l’oral, et de réviser les bases de première année !