You are currently viewing PLATIN’ au cœur du vivant

PLATIN’ au cœur du vivant

  • Post last modified:29 mars 2022
  • Post category:Recherche

Le Plateau d’isotopie de Normandie décortique les végétaux, les sols ou encore les tissus animaux pour déterminer leur composition chimique… et ainsi révéler tous leurs secrets. Rencontre avec Sylvain Diquélou, responsable scientifique de la plateforme PLATIN’.

Comment la plateforme PLATIN’ est-elle née ?

Le Plateau d’isotopie de Normandie a été créé il y a trente ans pour répondre aux questionnements scientifiques des chercheurs en agronomie et en écologie. Il s’agissait alors de mesurer la présence d’azote et de carbone dans les plantes. Ces éléments chimiques possèdent plusieurs formes – des « isotopes » – qui se distinguent par une différence de masse atomique, comme l’azote-14, l’azote-15, le carbone-12 et le carbone-13.

L’idée était de suivre comment ces différents isotopes dits « stables » (non-radioactifs) se distribuent au sein de la plante – et ce afin de mieux comprendre ses besoins et son mode de fonctionnement. Comment la plante prélève-t-elle l’azote dans le sol ? Comme prélève-t-elle le carbone dans l’atmosphère ? Qu’en fait-elle ? Est-ce qu’elle fait des réserves dans les racines, dans les tiges ou dans les feuilles ? Comment réutilise-t-elle ses réserves pour produire des graines ou des fleurs ? En 2003, les recherches se sont élargies au soufre.

Les émissions industrielles de soufre dans l’atmosphère suffisaient, jusqu’alors, à compenser les besoins des terres agricoles : avec la réduction des rejets de polluants, des prairies et grandes cultures se sont retrouvées fortement carencées en soufre. Le laboratoire EVA s’est concentré sur les besoins réels de la plante avec, pour objectif, d’ajuster au mieux les méthodes de fertilisation des sols.

PLATIN’ a depuis étendu son expertise

Oui, la plateforme a aujourd’hui étendu ses compétences à l’analyse de la plupart des éléments du tableau périodique… mais aussi à tous les végétaux, animaux, sols et produits agroalimentaires. L’analyse des éléments chimiques constituant les différents tissus permet ainsi de déterminer dans quelles eaux a séjourné un saumon, de savoir dans quelle région une plante a poussé, ou même de détailler le régime alimentaire d’une huître de Normandie.

L’eau, par exemple, n’aura pas la même quantité d’oxygène-18 en fonction de sa localisation dans le sol : la concentration en oxygène-18 dans une plante indique donc à quelle profondeur elle puise dans le sol. Les perspectives scientifiques sont immenses : ces analyses permettent à la fois d’identifier les éléments indispensables à la vie et au développement, mais aussi de retracer l’exposition aux polluants et les caractéristiques du milieu d’origine.

PLATIN’ dispose, depuis 2017, du label national IBISA. Quelles prestations la plateforme offre-t-elle ?

PLATIN’ s’appuie sur une équipe composée d’un responsable scientifique, d’une ingénieure et de trois techniciens. La plateforme est au service de la communauté scientifique et travaille de plus en plus avec le secteur privé : près de 12 000 analyses sont réalisées chaque année, grâce à un parc d’équipements innovants. La labellisation « Infrastructure en biologie, santé & agronomie » (IBISA) est la reconnaissance d’un savoir-faire original et unique.

C’est également l’assurance de la qualité de nos prestations, à chaque étape – réception des demandes, gestion et préparation des échantillons, traçabilité, chaîne d’analyses, interprétation des résultats. La labellisation nous oblige à réfléchir à nos pratiques, à progresser toujours plus vers des normes hygiène, qualité, sécurité, environnement, et à développer de nouvelles méthodes d’analyses pour répondre au mieux aux besoins des chercheurs. Elle nous incite à aller constamment de l’avant.

Pour en savoir plus


PLATIN’, une plateforme unique en France & à l’international

« La plateforme PLATIN’, issue des activités de recherche de l’unité EVA, s’est progressivement développée à la faveur de partenariats publics et privés. Les projets de recherche AZOSTIMER, SERAPIS et EAUPTIC, en collaboration avec le groupe international d’agrofournitures Roullier, ont ainsi favorisé des bénéfices réciproques. Ces projets ont, tour à tour, porté sur les apports en azote, en soufre et en minéraux pour la nutrition des végétaux : l’objectif était d’étudier le stress des plantes face au réchauffement climatique – températures plus élevées, sécheresses plus fréquentes, teneur en CO2 plus importantes – pour, à terme, mettre au point de nouveaux engrais capables de maintenir les rendements et la qualité des produits.
PLATIN’ est aujourd’hui la seule plateforme en France et à l’international dotée des équipements et des compétences nécessaires pour analyser les 20 éléments indispensables à la croissance des végétaux. Cette collaboration a par ailleurs abouti à la publication d’une vingtaine d’articles dans des revues internationales et au dépôt de brevets industriels. »

alain ourry
Alain Ourryprofesseur de biologie à l’UMR EVA