You are currently viewing Océane, une année de césure pour perfectionner son anglais

Océane, une année de césure pour perfectionner son anglais

L’année de césure est une période pendant laquelle un ou une étudiant(e) inscrit(e) dans une formation initiale d’enseignement supérieur suspend temporairement ses études dans le but d’acquérir une expérience personnelle ou professionnelle.

Calendrier des demandes de césure : du 23 mai au 10 juillet 2022 pour une césure dès le 1er semestre 2022-2023 | du 23 mai au 16 octobre 2022 pour une césure débutant le deuxième semestre 2022-2023.

Océane, en césure depuis quelques mois en Angleterre, témoigne de son expérience et nous livre ses premières impressions :

“Foncez, vous ne regretterez pas. Cette expérience vous apportera bien plus que ce que vous pouvez imaginer. On a la chance d’être jeune et d’avoir de nombreuses possibilités d’enrichir son parcours, il faut en profiter !”

Pourquoi avez-vous décidé de faire une césure au cours de vos études ?

Je suis étudiante en Licence 3 de Psychologie à l’université de Caen Normandie et j’ai choisi de réaliser une césure car je voulais absolument améliorer mon anglais en partant dans un pays anglophone. Les programmes Erasmus ou autres demandent un très bon niveau d’anglais et ce n’était pas mon cas. J’ai trouvé un service civique en Angleterre, dans un milieu en lien avec ma formation, c’était pour moi l’occasion parfaite d’approfondir mes connaissances et de financer mon projet. J’ai postulé et j’ai demandé à mon université une césure dans mes études.

Quelles étaient vos motivations ?

Ma première motivation était de progresser en anglais, mais je voulais aussi prendre en maturité et acquérir des connaissances dans le soutien à la personne et sur les différents troubles de l’apprentissage.

Comment se déroule cette expérience ?

Pour l’instant, bien que je n’ai réalisé que quelques mois de ma césure, tout se passe très bien. Je travaille 35h par semaine dans une maison de soins pour personnes souffrant de troubles de l’apprentissage.
Mes tâches quotidiennes sont très variées : je prépare les repas, j’accompagne les résidents dans leur routine de soins (douche, changement de protections, habillage, rasage…), j’organise des activités diverses (jeux de plein air, randonnée, shopping, sortie au pub du village) et j’aide à la cohabitation des résidents, qui peut être parfois compliquée. Mon travail est de faire en sorte que tout le monde se sente en sécurité, dans une ambiance amicale.
Depuis le début de mon service civique, le centre m’a proposé de nombreuses formations qui m’ont permis d’acquérir plusieurs diplômes dans le domaine du soin et de l’accompagnement à la personne.

Quels sont les bénéfices de cette année pour vous ?

Cette expérience m’apporte énormément. Le travail que j’occupe depuis maintenant plus de 4 mois m’a beaucoup endurcie et les nombreuses formations suivies m’ont permis d’acquérir des connaissances indispensables au soutien à la personne. Au départ, c’était difficile, car je devais apprendre à maitriser mon stress face à des situations parfois effrayantes et sans contrôle. Je suis maintenant capable de gérer une colère ou une situation d’angoisse très intense. J’ai aussi appris la communication signée avec les résidents qui ont de très grosses difficultés de communication. L’accompagnement des personnes atteintes de démence comme l’Alzheimer m’a permis d’apprendre de nombreuses choses sur le fonctionnement de cette maladie et comment aider les personnes qui en souffrent, ainsi que leur famille, ce qui me sera primordial dans ma future profession. J’ai également acquis un savoir important sur la maladie de Down, l’autisme et diverses autres maladies cérébrales. Je sais surtout que quelle que soit la maladie dont souffre le résident, chaque personne est différente et doit être traitée comme un individu à part entière, avec ses propres goûts, ses peurs et son passé. Il est primordial de connaître parfaitement les résidents pour pouvoir les aider convenablement.

J’ai développé une très grande maturité et une ouverture sur le monde. Je me suis découvert de nouvelles qualités : la patience, la bienveillance et un goût prononcé pour le contact humain. Outre le métier que j’exerce, mon expérience dans un pays étranger me permet de développer une grande connaissance de moi-même, une gestion du stress et de l’inattendu, sans compter une progression importante dans la maîtrise de la langue anglaise.