You are currently viewing Marche exploratoire : une carte interactive et participative

Marche exploratoire : une carte interactive et participative

  • Post last modified:15 novembre 2021
  • Post category:Université

Une MARCHE EXPLORATOIRE a été organisée les 9 et 10 novembre sur le campus 1 de l’université de Caen. Vous avez à présent la possibilité de réaliser cette marche de façon virtuelle à partir du site de l’Université, en indiquant sur une carte interactive les différents itinéraires que vous effectuez sur le campus et les impressions que vous leur associez : … Vos observations, remarques et recommandations seront intégrées au rapport final de la marche exploratoire, destiné à proposer des améliorations concrètes.

L’objectif des marches exploratoires, dont la méthode a été transmise par la sociologue Dominique Poggi et son association « À places égales », est de promouvoir le « droit à la ville » ou plus largement le « droit à l’espace », c’est-à-dire le droit de participer activement à la définition du cadre dans lequel on souhaite évoluer, et le droit d’y circuler librement et en toute tranquillité, de jour comme de nuit, pour tout type d’activités. On constate en effet qu’il y a de fortes disparités (entre hommes et femmes, étudiants et étudiantes, personnes valides et personnes en situation de handicap, etc.), à la fois dans la perception et le vécu de l’espace, et dans la façon de l’arpenter, de se l’approprier, de l’habiter, d’y circuler. Les femmes subissent ainsi plus de violences à caractère sexiste et sexuel dans l’espace public, elles sont de facto écartées de certains aménagements qui n’ont pas été pensés pour elles ni avec elles, et il en va de même de certaines personnes subissant des discriminations ou en situation de handicap. Toutes ces personnes s’imposent aussi d’elles-mêmes nombre d’autolimitations.

Pour renforcer la mixité effective de l’occupation des espaces et rendre les campus pleinement accessibles à tou.te.s, praticables, agréables et encore plus sûrs, la méthode des marches exploratoires est la suivante :

  • créer et sensibiliser un groupe d’usagères, en proposant dans un premier temps la création d’un groupe de marcheuses composé d’étudiantes, enseignantes et personnelles de l’université. Ce premier temps non mixte, préconisé dans la méthodologie enseignée par Dominique Poggi, constitue moins une finalité en soi qu’un préalable utile afin de recueillir le point de vue spécifique des femmes sur leur perception et leur vécu, celles-ci étant davantage exposées au sentiment d’insécurité et à un usage plus contraint de l’espace public. Mais des temps de mixité pourront être impulsés ultérieurement afin de croiser les regards sur l’espace public et de favoriser ainsi le mieux-être et le vivre ensemble.
  • cartographier le campus en déterminant les trajets et itinéraires effectués par les unes et les autres, en repérant les endroits agréables, moyennement agréables ou désagréables (questions de sécurité, d’accessibilité, d’esthétique, de mixité, etc.).
  • organiser la marche elle-même, en se répartissant les rôles (gestion du temps, prise de notes, photographies, etc.).
  • élaborer un rapport synthétisant les observations et les recommandations pour améliorer certains points ou aménagements du campus.
  • organiser une séance de restitution devant les décideurs à l’issue de laquelle ceux-ci pourront s’engager sur un plan d’actions, avec un calendrier et une feuille de route précis.

En déployant ces marches sur l’ensemble des campus et en ouvrant largement sa méthodologie à la question du développement durable, il sera ainsi possible d’améliorer les campus et la vie sur les campus, en en faisant des espaces où chacun et chacune se sente encore plus en sécurité, heureux d’être sur son lieu de travail ou d’étude, et pleinement intégré.e.