You are currently viewing Exposition « 2984 », une dystopie sur les murs

Exposition « 2984 », une dystopie sur les murs

  • Post last modified:24 octobre 2022
  • Post category:Culture / Vie de campus

Les étudiants en arts du spectacle s’affichent sur les murs du bâtiment G sur le campus 1 de l’université. L’exposition photographique 2984, calquée sur l’adaptation par Michael Radford au cinéma de la célèbre œuvre de George Orwell, 1984, est ouverte jusqu’au 19 octobre.

Un processus créatif porté par les étudiants de l’université

Sur les murs du hall du bâtiment G, des affiches nous interpellent. Certaines ont un style assez graphique, reprenant des codes issus des totalitarismes et de la propagande. D’autres photographies nous montrent, après quelques secondes d’observation, des espaces qui nous semblent étrangement familiers. Cette production, qui a « un aspect assez dystopique » selon trois de ses auteurs, Paul Legendre, Florentin Dorleans et Cyprien Huard, a en effet pour toile de fond le campus 1 de l’université, et notamment le bâtiment D qui accueille l’UFR de Droit, AES et Administration publique.

Lorsque les trois étudiants, désormais en troisième année de licence, se sont demandé avec plusieurs de leurs camarades d’arts du spectacle, « quels espaces de l’université pouvaient être utilisés pour représenter un aspect du film » de Michael Radford, les options ne manquaient pas. Il faut dire que l’université dispose d’une grande diversité de lieux et d’un patrimoine architectural unique sur le territoire. Les zones extérieures de l’université, la grandeur du bâtiment D ainsi que son sous-sol se sont naturellement redessinés sous la supervision de ces étudiants pour « changer une perception d’un lieu » et ainsi faire ressortir le fameux « Big brother is watching you » de l’œuvre de George Orwell. « On a travaillé cet aspect d’illusion » nous disent les trois auteurs, avec toujours la difficulté de « se demander comment en une photo on peut dégager toute l’émotion ».

« Il y a des images de propagande, de dictature, chacun peut l’interpréter à son échelle comme il veut. On aimerait que les gens s’arrêtent, et se posent la question du lieu. »

Paul Legendre (à gauche), Florentin Dorleans (au centre) et Cyprien Huard (à droite)

Une exposition issue d’un projet pédagogique

C’est un projet pédagogique intégré à la formation des trois étudiants qui était à l’origine de l’exposition.  Accompagnés par leur enseignant, Vincent Deslandes, ils ont décidé de finalement porter leur travail aux yeux de tous.

Sur le thème du film 1984 de Michael Radford, les étudiants devaient « faire les décors d’un projet pour comprendre comment se passe un tournage » et « réfléchir à la meilleure manière d’utiliser les bâtiments et les espaces ». Si au départ, les étudiants « ne savaient pas trop comment s’y prendre », ils ont rapidement avec l’aide de leur enseignant pris la main. « On était en condition de tournage » nous racontent-ils, se mettant à la fois dans la peau du metteur en scène, du décorateur, du comédien et du photographe.

Cette « vraie première approche pratique » a d’ailleurs montré aux étudiants tous les « aspects de recherche et de création d’un tournage », afin de voir et repenser les espaces autrement, tout en réfléchissant à la meilleure « manière de prendre des photos, de jouer ».

En pratique

L’exposition 2984 est ouverte jusqu’au 19 octobre

Campus 1 · bâtiment G