You are currently viewing De nouveaux matériaux pour nos écrans

De nouveaux matériaux pour nos écrans

  • Post last modified:24 novembre 2022
  • Post category:Recherche

L’indium, très utilisé par l’industrie électronique, est un matériau de plus en plus rare. Le CRISMAT concentre ses efforts sur l’élaboration de nouveaux procédés pour trouver des solutions alternatives.

Les écrans de nos smartphones, tablettes et GPS sont constitués de plusieurs couches superposées, aux propriétés diverses – protection, isolation, antireflets… C’est en appuyant avec le doigt que ces différentes couches sont mises en contact et que l’information peut se transmettre. Pour que ces couches communiquent entre elles, deux caractéristiques sont indispensables : la conductivité, pour permettre au signal électrique de passer, et la transparence, pour permettre aux informations d’être visibles à l’écran. L’indium est traditionnellement utilisé par l’industrie électronique car ce matériau a l’avantage de combiner ces propriétés. Problème : face à l’explosion de la demande mondiale, l’indium se fait de plus en plus rare… et les prix s’envolent.

« L’indium entre dans la fabrication des écrans plats, des écrans tactiles et des panneaux solaires : les enjeux économiques et industriels sont donc très importants, » souligne Wilfrid Prellier, directeur du CRISMAT. La solution pourrait venir d’un autre matériau aux propriétés similaires : le vanadate de strontium (SrVO3). En 2017, le laboratoire de sciences des matériaux obtient un financement de l’Agence nationale de la recherche pour un projet autour d’oxydes dits fonctionnels. « Nous avons réussi à mettre au point une technique efficace pour intégrer des couches de vanadate de strontium sur du verre. En plus : ce procédé nous permet d’obtenir des propriétés de transparence et de conduction électrique proches des matériaux à base d’indium. » Face à la rareté de l’indium, ces résultats ouvrent des perspectives intéressantes pour trouver des alternatives à faible coût.

Pour en savoir plus