You are currently viewing Sur les traces du navire pirate Speaker
Prise de mesure d'une des ancres du Speaker (©Yann von Arnim 2021)

Sur les traces du navire pirate Speaker

  • Post last modified:3 mars 2022
  • Post category:Recherche

En 1702, le Speaker du pirate anglais John Bowen sombrait au large de l’île Maurice. Jean Soulat, chercheur en archéologie associé au Centre Michel de Boüard · CRAHAM, a conduit une expédition archéologique en novembre 2021 pour documenter ce patrimoine sous-marin méconnu et lever le voile sur une histoire de la piraterie trop souvent fantasmée.

Que sait-on de ce navire pirate, le Speaker ?

Ce bateau est, à l’origine, une frégate négrière française, capturée par le pirate anglais John Bowen en avril 1700. Baptisé le Speaker, ce navire fait naufrage au large de l’île Maurice, en janvier 1702. L’île est alors occupée par la Compagnie hollandaise des Indes orientales : le récit du naufrage et de l’arrivée des pirates a été consigné par le gouverneur de la colonie, Roelof Deodati. Pris dans une tempête, le Speaker s’est échoué à l’extérieur du lagon. Les manœuvres ont vraisemblablement été compliquées par les forts courants et la présence de nombreux îlots et bancs de sable. Plusieurs canons ont été délestés avant que le navire s’immobilise, définitivement, à 3 mètres de profondeur. La zone de naufrage est donc très étendue – 400 mètres de long environ. Les 200 hommes composant l’équipage ont pu gagner la côte, sains et saufs. Ils sont restés sur place pendant deux mois avant d’acheter un bateau aux colons hollandais, bien contents de les voir repartir !

Cette épave avait-elle déjà fait l’objet de fouilles ?

Une première mission a été lancée en 1979-1980 par des archéologues français non professionnels pour retrouver l’épave – rapidement localisée grâce aux archives, très précises, de la Compagnie hollandaise des Indes orientales. À cette époque, plus de 1 600 objets ont été remontés, avant d’être confiés au Musée National d’Histoire de Mahébourg, à l’île Maurice. En 1990-1991, une seconde campagne de fouille a été entreprise, mais rapidement avortés en raison des conditions météorologiques. Elle a livré une centaine d’objets supplémentaires. En 2019, j’ai entrepris un inventaire et une étude approfondie des 1750 objets, aux côtés de l’archéologue et océanographe franco-mauricien Yann von Arnim. Outre les munitions, les outils de navigation et les effets personnels, nous avons analysé des restes d’objets aux origines culturelles et géographiques très variées – des tessons de porcelaine chinoise, des restes de vases thaïlandais, des perles de Venise, des pièces de monnaie de 12 pays différents… Ces objets témoignent des multiples prises effectuées par l’équipage au travers de leurs voyages.

Étude en cours des objets du Speaker par Jean Soulat (©Yann von Arnim 2019)

Quel était l’objectif de l’expédition de novembre 2021 ?

Yann von Arnim et moi-même avons réuni une équipe d’archéologues plongeurs pour une mission de 10 jours, en novembre 2021, avec pour objectif de faire un constat d’état du site. Il s’agissait de réaliser une cartographie précise de la zone de naufrage, avec des points GPS localisant l’emplacement des ancres, des canons et des boulets. Ces points GPS sont associés à une base de données et désormais intégrés à un SIG – un système d’informations géographiques. Les conditions de plongée n’étaient pas toujours idéales, mais nous avons pris les photos et les mesures nécessaires pour obtenir des modélisations 3D de 34 canons et de 3 ancres.

Cette expédition s’inscrit dans le cadre d’un programme de recherche que vous co-dirigez, dédié à “l’archéologie de la piraterie”. Une thématique récente ?

L’archéologie de la piraterie est une thématique récente en effet, encore peu développée en France, et seulement depuis une cinquantaine d’années aux États-Unis. Notre programme de recherche, créé en 2019, réunit des archéologues, des historiens et des archivistes internationaux pour mieux appréhender le mode de vie de ces flibustiers. Seules une dizaine d’épaves pirates ont été découvertes et identifiées à travers le monde – essentiellement dans les Caraïbes, dans l’océan Indien et sur la côte est des États-Unis. C’est très peu ! Nous ne nous intéressons d’ailleurs pas seulement aux épaves, mais aussi aux vestiges de campements côtiers installés par les pirates. À Madagascar, des flibustiers avaient notamment investi d’anciennes fortifications sur l’île de Sainte-Marie pour s’y établir. L’île de Sainte-Marie, probablement le principal foyer de piraterie de l’océan Indien entre les années 1690 et 1730, sera justement le lieu de notre prochaine fouille archéologique, en avril 2022.

Étude d’un des canons du Speaker (©Yann von Arnim 2021)

Jean Soulat est archéologue au Laboratoire LandArc, chercheur associé au Centre Michel de Boüard · CRAHAM (UMR 6273 CNRS), co-responsable du programme de recherche Archéologie de la piraterie.

Pour en savoir plus

La mission archéologique 2021 ainsi que les recherches à Madagascar font l’objet d’un documentaire produit par Gedeon Programmes (prod. S. Millière-V. Guérin, réal. S. Bégoin) pour une diffusion sur Arte fin 2022. Retrouvez le teaser en ligne.

À paraître

Speaker 1702. Histoire et archéologie d’un navire pirate coulé à l’île Maurice, par Jean Soulat et Yann von Arnim, Editions ADLP, parution en avril.