Richesse et pauvreté dans les campagnes

Lieu : MRSH, SH 027
Début : 10/05/2011 - 14:30
Responsable(s) scientifique(s) : Philippe Madeline et Jean-Marc Moriceau

Au programme :

  • Virginie LEMONIER-LESAGE (Professeur d'histoire du Droit à l'Université de Rouen), Riches et pauvres dans les campagnes normandes. La coutume, le paysan et le seigneur
     
Résumé : La coutume de Normandie, comme beaucoup d'autres, assure au paysan certains droits. Le juriste normand Houard affirme que Rollon lui-même « donna à plusieurs communautés d'habitants des terrains pour le pâturage de leurs bestiaux » et que ces « communes ont de tout temps été conservées religieusement au profit des habitants ». Ainsi, appartenant à une communauté d'habitants, le paysan peut-il jouir des communaux et bénéficie-t-il de droits d'usages, sur la propriété d'autrui, précisément réglementés. Ces droits sont essentiels à la subsistance des plus pauvres qui pourront faire paître leurs bêtes à moindre frais. Pourtant ces droits ne sont pas sans susciter des réactions parfois violentes de la part des seigneurs. Paysans et seigneurs font valoir leurs titres respectifs. La coutume assure encore la protection du plus démuni en mettant en place une procédure favorable au paysan lorsque le seigneur est amené à saisir son bétail.
 
  • Nicole MATHIEU (Directeur de recherches émérite au CNRS, Université Paris 1), Retour réflexif sur un itinéraire de ruraliste : entre géographie et interdisciplinarité
Résumé :  L'intervention proposée dans le cadre du séminaire interdisciplinaire du pôle rural de Caen prolonge l'effort réflexif engagé dans la publication historique En France rurale. Les enquêtes interdisciplinaires depuis les années 1960 (Paillard, Simon, Le Gall, 2010) lui même approfondi lors des journées rurales de Caen par notre communication « Géographie rurale et  interdisciplinarité, retour sur une trajectoire de recherche ». Au-delà du récit d'un itinéraire en ruralité, en disciplines (histoire, géographie, sociologie) et en indisciplines (interdisciplinarité) la réflexion s'attachera à cerner l'évolution des concepts en usage dans les différents temps de la vie de recherche en relation avec celle des questions socialement vives auxquelles le chercheur est affronté. Dans cette histoire personnelle qui reflète l'histoire tout court des sciences sociales, une attention toute particulière sera portée au passage du concept d'espace à celui de milieu.