Science et fiction

Séminaire Aux limites de l'humain - Edition 2022

Direction : Frédérick Lemarchand

Le concept de post-humanisme renvoie à un produit de l'évolution biologique darwinienne. Il n'est pas davantage finalisé ni contrôlé que les autres phénomènes évolutifs. C'est une lame de fond, un changement inévitable qu'impose aux sociétés traditionnelles le développement explosif et multiforme des sciences et des techniques, notamment dans le domaine du computationnel et de l'artificiel. Le séminaire 2022 sera consacré à l’examen des rapports entre science et fiction(s).

  • 4 janv. | De quel humanisme est-il question dans le transhumanisme ?  par Frédérick Lemarchand, sociologue à l’université de Caen Normandie, CERREV, codirecteur du pôle Risques de la MRSH (Salle des Actes Sh 027  - MRSH)

Sommes-nous encore dans l’histoire, ou dans une évolution ou la  technique, en donnant à certains l’avantage compétitif, jouerait le rôle tenu par les gènes dans l’évolution du vivant ? Question : de quoi serait constituée l’anthropologie d’une humanité qui n’aurait foi ni dans un dieu, ni dans l’Homme, ni  dans le progrès (technique) ?  Cette anthropologie (et non « humanisme » qui désigne un humanocentrisme) ne nierait pas pour autant toute singularité (voire sacralité) du genre humain, se penserait avec la technique comme nouveau milieu et non plus en faisant comme si celle-ci lui appartenait en propre. Perspectives critiques…

  • 18 janv. | Frontières terrestres et voyages cosmiques : réalités et fantasme  par Jean-Marie Brohm, sociologue. Auteur de Anthropologie du cosmos (2020) (Salle des Thèses Sh 028 MRSH)

L’anthropologie du cosmos revêt une dimension anthropologique immédiate parce que le sort de la planète Terre est devenu une préoccupation majeure pour le genre humain et constitue une approche critique de thématiques peu explorées : les catastrophes et cataclysmes sur Terre et dans le Cosmos, les conditions technologiques et sociétales des voyages interplanétaires ou interstellaires, les scénarios des possibles rencontres avec des entités extraterrestres qu'illustrent depuis plus d'un demi-siècle les débats sur les OVNIS. De quoi ce désir d’exil est-il le nom ?

  • 25 janv. | Halloween Together (retour sur une expérience théâtrale) par Céline Ohrel, auteure et metteuse en scène (Salle des Actes Sh 027  - MRSH)

« Une fête des morts avec participation des défunts. La proposition n’appartient plus au seul domaine de la science-fiction : d’ores et déjà, les Intelligence artificielles rendent loquaces nos « chers disparus » qui poursuivent leurs échanges avec les vivants... ».  La compagnie Diplex s’est emparé de la question des avatars post-mortem pour en faire théâtre, mais aussi champ de questionnement anthropologique et critique.

  • 01  fév.  |  L’innovation entre science et science-fiction par Thomas Michaud, consultant et chercheur. Auteur de nombreux ouvrages sur Science-fiction, Innovation et Prospective. (Amphithéâtre MRSH)

L’objectif est de déterminer de quelle manière la fiction participe à l’innovation. De plus en plus d’entreprises développent des programmes de R&D dans le but d’établir de quelle manière la science-fiction a représenté le futur, dans de multiples secteurs comme l’énergie (EDF), les télécommunications (Orange), l’espace (l’ESA et la NASA), et bien d’autres, principalement aux Etats-Unis, en Europe, mais aussi en Chine.

  • 22 fév. | Intelligence artificielle et santé : entre réalité et fiction par David Gruson, énarque, juriste, informaticien, a exercé plusieurs postes à responsabilité dans les domaines des politiques publiques et de la santé (Auditorium du PFRS  - UFR Santé - Rue des Rochambelles)

David Gruson, auteur de S.A.R.A., roman de fiction sur le recours à intelligence artificielle en contexte de crise épidémique présentera l’état d’avancement de l’IA en santé entre réel et fiction. Il analysera également les enjeux éthiques de cette diffusion de l’IA autour du principe de garantie humaine, lui-même issue de la fiction...

  • 01 Mars | Design Fiction par François Millet, LivingLab manager au Dôme, Centre de culture scientifique, technique et industrielle de Normandie (Salle des Actes Sh 027  - MRSH)

Quelle place, quelle opportunité mais aussi quelle instrumentalisation de la fiction dans les démarches d'innovation ou de recherche participatives ? En s'appuyant sur l'influence de la SF sur les usages numérique et les pratiques de design fiction, cette présentation reviendra également sur les attentes nouvelles vis à vis de la science fiction et de ses auteurs pour envisager le futur.

  • 15 mars | Mensonge, manipulations et IA. par Gregory Bonnet, Phd en Intelligence artificielle, chercheur au Groupe de Recherche en Informatique, Image Automatique et Electronique de Caen (GREYC) (Salle des Actes Sh 027  - MRSH)

La science-fiction, aussi bien dans le domaine littéraire que cinématographique, est riche de machines intelligentes pouvant mentir et troubler les êtres humains avec lesquels elles interagissent. Nous prendrons comme prétexte ces représentations pour nous interroger sur la capacités de systèmes d'intelligence artificielle à influencer, persuader ou manipuler afin de parvenir aux buts pour lesquels ils ont été créés. En particulier, nous aborderons ccette question sous l'angle de l'intelligence artificielle symbolique, et présenterons des manières de modéliser, raisonner sur et se servir de ces notions.

  • 22 mars | TALOS : aux sources de l’inspiration scientifique par Helène Jeannin, sociologue au OrangeLab de Châtillon (Salle des Actes Sh 027  - MRSH)

Le robot TALOS, sa généalogie et son influence auprès des communautés techniques et scientifiques, depuis l’antiquité jusqu’à la NASA. Pour les chercheurs en robotique et en IA d’aujourd’hui c’est l’ancêtre de la robotique. Comment cette figure emblématique de l’Antiquité, qui a pris la forme d’un robot ou d’un exosquelette, a-t-elle perduré au cours des siècles, passé à travers les fictions, et inspiré les roboticiens et les chercheurs en IA ?

Les séances auront lieu de 13h30 à 16h30

Fichier(s) à télécharger  Télécharger le programme - 1.90 Mo