ERIBIA, Unité de Recherche en lutte contre la LPPR.

Nous, membres du Conseil de laboratoire de l’ERIBIA (Equipe de Recherche Interdisciplinaire sur les Îles Britanniques, l'Irlande et l'Amérique du Nord), nous déclarons opposés au projet de Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) dont les orientations figurent dans trois rapports récemment remis à la ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche, pour les raisons suivantes :

- le projet de loi envisagé remet en cause le statut pérenne des enseignants-chercheurs et des personnels d’appui à la recherche (suppression de la clause d’accord des intéressés pour la modulation du service, fin de la référence aux 192 heures TD et donc du paiement des heures complémentaires) ;

- il menace d’accroître la précarisation de tous les personnels avec généralisation des CDD, multiplication des recrutements sur missions ponctuelles et mise en place d’un système de titularisation conditionnelle (tenure track) ;

- il remet en cause les cadres nationaux de qualification et d’évaluation (CNU) et ouvre la voie au localisme et aux inégalités de traitement, de recrutement et de suivi des carrières ;

- il implique une marchandisation de la recherche et de l’enseignement elle-même fondée sur une logique délétère de concurrence entre établissements profondément étrangère aux missions de l’université.

Le Conseil de laboratoire de l’ERIBIA souligne la nécessité de mieux prendre en compte les spécificités des Sciences Humaines et Sociales dans la définition des orientations des programmes scientifiques et dans les processus d’allocation des ressources.