CURR (Cultures des Révoltes et Révolutions)

Activités 2016 :

Colloque
Images et révoltes dans le livre et l'estampe (XIVe - milieu du XVIIIe siècle)

13 décembre 2016 à la Bibliothèque Mazarine

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Réservation : contact@bibliotheque-mazarine.fr

Site web de la Bibliothèque Mazarine (consulté le 23/11/2016)

Programme :

9h50 : accueil

10h : Ouverture, par Yann Sordet, directeur de la Bibliothèque Mazarine

10h15 : « Toutes choses sont engendrées par la discorde » : éléments d’introduction
Tiphaine Gaumy (Bibliothèque Mazarine & projet CURR), commissaire de l’exposition Images & révoltes.

10h40 : La révolte médiévale en image
Vincent Challet (Université de Montpellier) & Jelle Haemers (Université de Louvain)

11h10 : Violence et révoltes au Moyen Âge
Christiane Raynaud (Aix-Marseille Université)

11h30 : Se révolter au nom de Dieu. Héroïsation, dérision, allégorie
David El Kenz (Université de Bourgogne)

11h50-12h30 : Synthèse et débat, animé par Philippe Hamon (Université Rennes 2)

12h30-14h : pause

14h00 : Iconographie populaire de l’antipapisme anglais (XVIe – XVIIe s.)
Stéphane Haffemayer (Université de Caen)

14h20 : La Fronde en Images
Jean-Marie Constant (Université du Maine)

14h40 : Synthèse et débat, animé par Malte Griesse (Université de Constance)

15h10 : L’illustration des mazarinades
Christophe Vellet (Bibliothèque Mazarine)

15h30 : Images et révoltes dans le monde méditerranéen (XIVe –XVIIIe s.)
Alain Hugon (Université de Caen)

15h50 : Synthèse et débat, animé par Michel Pastoureau (EPHE)

16h20 : pause

16h40 : Allégories
Pierre Wachenheim (Université de Lorraine)

17h00 : Héros et anti-héros, représentation des élites ou des peuples ?
Serge Bianchi (Université de Rennes 2 )

17h20 -18h20 : Synthèse et débat, animé par Véronique Meyer (Université de Poitiers)

 

18h30 : inauguration de l’exposition Images et révoltes dans le livre et l’estampe

Bibliothèque Mazarine, 14 décembre 2016 – 17 mars 2017


Images & Révoltes dans le livre et l’estampe (14e - milieu du 18e siècle)

du 14 décembre 2016 au 17 mars 2017

Entrée libre du lundi au vendredi, de 10h à 18h

23 quai de Conti, 75006 PARIS

Contact : Courriel

Flyer à télécharger (consulté le 26/10/2016)

Site web de la Bibliothèque Mazarine

Révoltes et évènements révolutionnaires ponctuent l’histoire européenne depuis la fin du Moyen Âge. On a longtemps cru que l’analphabétisme qui régnait parmi l’écrasante majorité de la population n’avait laissé aux insurgés que peu de moyens d’expression. Or la diffusion d’images lors des révoltes atteste d’une culture visuelle populaire qui préexiste à la Révolution française. On en décèle les traces les plus évidentes avec les Hussites en Bohême au XVe siècle, et lors de la Guerre des paysans qui ébranla le monde germanique en 1525.

Une iconographie de la révolte se forme et se transmet, sur des supports éphémères mal conservés, mais aussi dans le livre manuscrit, et bientôt grâce aux nouveaux médias. Dans l’estampe et l’imprimé, les rebelles expriment leur vision. En réaction, les pouvoirs contestés endiguent leur diffusion, et affichent, par d’autres images, la légitimité ou le rétablissement de leur autorité. Ces images suscitent bien des interrogations. Quelle part les révoltés ont-ils pris à leur production ? Comment les mutations techniques (l’imprimerie) ou spirituelles (la Réforme, l’iconoclasme...) ont-elles modifié leur diffusion mais aussi leurs formes et contenus ? Quel degré de confiance l’historien doit-il leur accorder ? 

L’exposition présente un large panorama d’images, des rébellions des villes flamandes au XIVe siècle, des jacqueries, des troubles religieux des XVe et XVIe siècles, des soulèvements et révolutions qui marquent le milieu du XVIIe siècle (en France, à Naples, dans les îles britanniques, au Portugal), des contestations jansénistes du XVIIIe siècle... Elles constituent un patrimoine visuel aussi saisissant que méconnu, et un témoignage décisif sur les cultures politiques européennes.

Exposition organisée par la Bibliothèque Mazarine en partenariat avec le projet ANR Culture des révoltes et révolutions

Catalogue de l'exposition (coédition Bibliothèque Mazarine / Editions des Cendres) : 38 €

Commissaire d'exposition : Tiphaine Gaumy

 

Consulter l'appel à communication

Appel à communication 

SÉDITIONS ET RÉVOLTES DANS LA RÉFLEXION POLITIQUE DE L’EUROPE MODERNE

Colloque international, Séville, 22-24 mai 2017

Manuel Herrero Sánchez (UPO Séville), Alexandra Merle (ERLIS, Caen),

Marina Mestre Zaragozá (IRHIM-UMR 5317, ENS Lyon)

Les propositions de communication (une quinzaine de lignes, en français, anglais, espagnol ou italien), assorties d’un bref curriculum vitae, devront être adressées aux organisateurs avant le 15 octobre 2016.  

Alexandra.merle@unicaen.fr - mahersan@upo.es - marina.mestrezaragoza@ens-lyon.fr

 

SEDICIONES Y REVUELTAS EN LA REFLEXIÓN POLÍTICA DE LA EUROPA MODERNA

Coloquio internacional, Sevilla, 22-24 de mayo de 2017 

Manuel Herrero Sánchez (UPO, Sevilla), Alexandra Merle (ERLIS, Caen),

Marina Mestre Zaragozá (IRHIM-UMR 5317, ENS Lyon)

   

En el marco del proyecto de investigación ANR « Cultures des Révoltes et des Révolutions en Europe » (dirigido por Alain Hugon, CRHQ, Caen) consagrado al análisis de todo tipo de productos culturales (escritos, orales o iconográficos) elaborados y difundidos con motivo de los movimientos de contestación y protesta que expresaban una voluntad de ruptura con el orden político establecido en Europa desde finales de la Edad Media hasta el siglo de las Luces, procedimos a analizar recientemente el alcance de la memoria de dichos acontecimientos con motivo de un coloquio internacional celebrado en diciembre de 2015 en la Casa de Velázquez de Madrid (Formes et usages de la mémoire des révoltes en Europe). En dicho encuentro tuvimos ocasión de observar el valor ambivalente del recuerdo de estos movimientos de protesta. Mientras que en determinadas ocasiones actuaban como un impulso para preparar nuevos episodios de contestación, en otros momentos, se observaba una voluntad de ocultación por parte de las autoridades o de los propios protagonistas de la rebelión al objeto de borrar las huellas de toda ruptura de la obediencia. Constatamos igualmente la manera en la que, en determinado tipo de discursos –no tanto historiográficos sino más bien jurídicos o políticos y de manera especial en la correspondencia o en los escritos que circulaban al interior de los centros de poder gubernamental-, traían a colación estos episodios de revuelta y las circunstancias que los habían rodeado como un eficaz instrumento para prevenir nuevas protestas.

 

En línea con el resultado de estas investigaciones, tenemos la intención de celebrar un nuevo encuentro internacional dedicado a los variados procesos de reflexión política suscitados por los diversos movimientos de revuelta acaecidos desde finales de la Edad Media y durante la Edad Moderna, ya se trate de reflexiones inspiradas por un acontecimiento de protesta en particular o de consideraciones más generales sobre las causas de los movimientos de sedición o contestación, los posibles medios para prevenir o sofocar nuevos episodios de ruptura de la obediencia, o el alcance de sus efectos negativos o, en su defecto, regeneradores de la vida política y social.

 

Cuestiones todas ellas que estuvieron en el centro de la reflexión política durante la Edad Moderna y que suscitaron importantes debates teóricos por parte de los contemporáneos. Así, Maquiavelo, frente al clásico concepto aristotélico de «armonía», según el cual el sistema de gobierno más conveniente sería aquel capaz de mantener la estabilidad y evitar los enfrentamientos internos, subrayaba el papel regenerador de los conflictos civiles como mecanismo de transformación y mejora de las instituciones y como la expresión más palpable de la pluralidad del cuerpo social. Otras de las cuestiones que generaron nuevos debates y que con mayor insistencia aparece en los tratados teóricos y en la documentación institucional radica en los vínculos entre tolerancia y libertad religiosa e inestabilidad social o el tema recurrente del efecto positivo del mantenimiento de la guerra en el exterior como mejor mecanismo para canalizar las energías bélicas de la aristocracia y evitar la disidencia en el interior. No en vano, la legitimidad de las intervenciones destinadas a provocar o apoyar movimientos de revuelta o sedición en el seno de otros estados para sostener el derecho de resistencia de los súbditos vecinos y su legitimidad para cambiar de soberano constituyen también objetos de reflexión en la literatura teórica y en los escritos de consejeros y gobernantes durante la Edad Moderna.

 

Nos proponemos, en suma, abordar el papel que los movimientos de revuelta y sedición jugaron en la evolución y en los cambios experimentados en los procesos de reflexión política que adquirieron un notable protagonismo a partir de la propagación de la noción de “razón de Estado” que hacía de la conservación del Estado la primera finalidad de todo buen gobernante.

 

Nuestro análisis abarcará el conjunto de escritos políticos dirigidos tanto a los gobernantes como a un público más amplio, ya sean memorias, informes o tratados sobre el arte de gobernar que se difundieron con gran éxito por toda Europa durante la Edad Moderna. Aunque es verdad que este tipo de literatura suele recurrir al empleo de ejemplos históricos extraídos generalmente de la Biblia o de la antigüedad clásica, deberíamos interrogarnos también sobre las posibles repercusiones en la reflexión teórica de experiencias sacadas de movimientos de revuelta contemporáneos o más recientes.

 

Se trata, por último, de profundizar en el análisis de los lazos que vincularon la teoría y la acción política. Al igual que la influencia de determinadas teorías sobre el origen y los límites del poder o sobre el derecho de resistencia ha podido observarse en muchos de los discursos políticos de contestación elaborados por los rebeldes, conviene detenerse en los efectos de ciertas acciones de protesta en la reflexión y en las recomendaciones y consejos dirigidos a los gobernantes en un buen número de discursos teóricos elaborados tras el éxito o el fracaso de los sucesivos levantamientos y revueltas contra la autoridad soberana que surgieron en la Europa moderna.

 

Las propuestas para presentar una comunicación (unas 15 líneas en inglés, francés, español o italiano) deberán acompañarse de un breve curriculum vitae y se remitirán a los organizadores ante del 15 de octubre de 2016:

 

Alexandra.merle@unicaen.fr - mahersan@upo.es - marina.mestrezaragoza@ens-lyon.fr


SÉDITIONS ET RÉVOLTES DANS LA RÉFLEXION POLITIQUE DE L’EUROPE MODERNE

Colloque international, Séville, 22-24 mai 2017 

Manuel Herrero Sánchez (UPO Séville), Alexandra Merle (ERLIS, Caen),

Marina Mestre Zaragozá (IRHIM-UMR 5317, ENS Lyon)

 

Dans le cadre du programme ANR « Cultures des Révoltes et des Révolutions en Europe » (dir. Alain Hugon, CRHQ, Caen) consacré à l’analyse des productions culturelles de toute nature (écrite, orale, iconographique) élaborées et diffusées lors de mouvements contestataires exprimant une volonté de rupture politique avec l’ordre en place survenus en Europe de la fin du Moyen Âge jusqu’au début du siècle des Lumières, la question de la mise en mémoire de ces événements – qu’ils aient été couronnés de succès ou réprimés – a été évoquée lors d’un colloque organisé en décembre 2015 (Formes et usages de la mémoire des révoltes en Europe, Madrid, Casa de Velázquez). Cette rencontre internationale a mis en lumière les usages contrastés de la mémoire : dans certains cas, le souvenir d’événements passés a joué un rôle performatif en permettant de justifier ou même de préparer de nouvelles contestations. Inversement, une volonté d’occultation ou de dénégation a été maintes fois constatée, que ce soit de la part des anciens révoltés ou des autorités qui travaillent à effacer les traces d’un manquement à l’obéissance. Enfin, on a également relevé dans certains types de discours – non pas historiographiques mais juridiques ou politiques, et notamment dans des correspondances ou des écrits circulant à l’intérieur des cercles de gouvernement – un rappel des épisodes de révolte et de leurs circonstances à des fins préventives.

 

Dans la continuité de ces travaux, nous souhaitons consacrer une nouvelle rencontre internationale à la réflexion politique à laquelle les divers mouvements de révolte survenus entre la fin du Moyen Age et l’époque moderne ont pu mener, qu’il s’agisse de réflexions inspirées par un événement particulier ou de considérations plus générales sur les causes des séditions et des mouvements de contestation, les moyens d’y remédier et de les prévenir, leurs effets néfastes ou au contraire régénérateurs.

 

Ces questions se trouvent en effet au cœur de la réflexion politique et donnent lieu à des débats nourris au cours de l’époque moderne ; ainsi, Machiavel, rompant avec le concept aristotélicien d’harmonie selon lequel le bon gouvernement est celui qui maintient la stabilité et permet d’éviter les conflits internes, décèle dans ces affrontements un mécanisme de transformation et d’amélioration des institutions. Parmi les sujets les plus débattus se trouvent encore les liens entre tolérance religieuse et sédition, ainsi que le rapport entre conflits internes et guerre hors des frontières, cette dernière étant souvent considérée comme un moyen efficace de canaliser les énergies, en particulier celles d’une aristocratie turbulente, et de prévenir ainsi contestations et dissidences. Par ailleurs, la légitimité d’interventions visant à susciter ou appuyer les mouvements de sédition et les révoltes dans des Etats étrangers, afin d’éviter la guerre ou simplement pour soutenir leur droit à la résistance et au changement de souveraineté, est aussi objet d’examen dans la littérature théorique comme dans les écrits des conseillers et gouvernants à l’époque moderne.

 

Nous nous proposons d’étudier le rôle que les mouvements de révolte survenus dans l’Europe moderne ont pu jouer dans l’évolution et les orientations de la réflexion sur toutes ces questions qui occupent une place centrale dans la littérature politique - notamment à partir de la propagation de la notion de « raison d’Etat » qui fait de la conservation de l’Etat la finalité première du bon gouvernement.

 

L’analyse portera sur un ensemble d’écrits politiques rédigés à l’usage des gouvernants ou d’un plus large public  - mémoires et rapports, mais aussi traités sur l’art de gouverner qui foisonnent partout en Europe à l’époque moderne et connaissent une large réception. Si cette littérature a coutume de faire usage d’exemples historiques, généralement éloignés dans le temps et ou dans l’espace, il faut s’interroger sur les possibles répercussions sur la réflexion théorique d’une expérience tirée de mouvements de révolte récents ou contemporains.

 

Il s’agira enfin d’approfondir l’examen des liens qui unissent la théorie et l’action politique : de même que l’influence de certaines doctrines sur l’origine et les limites du pouvoir, sur le droit de résistance, etc., a pu être mise en évidence dans de nombreux discours de contestation produits par les révoltés, il convient de considérer les effets de l’action contestataire sur la réflexion et les conseils dispensés aux gouvernants dans différents types de discours théoriques élaborés dans l’ensemble de l’Europe moderne, après le succès ou l’échec de soulèvements et de révoltes contre l’autorité souveraine.

 

Les propositions de communication (une quinzaine de lignes, en français, anglais, espagnol ou italien), assorties d’un bref curriculum vitae, devront être adressées aux organisateurs avant le 15 octobre 2016.

 

Alexandra.merle@unicaen.fr - mahersan@upo.es - marina.mestrezaragoza@ens-lyon.fr

 

     

SEDITION AND REVOLT IN MODERN EUROPEAN POLITICAL THOUGHT

International conference, Sevilla, 22-24 May 2017 

Manuel Herrero Sánchez (UPO Séville), Alexandra Merle (ERLIS, Caen),

Marina Mestre Zaragozá (IRHIM-UMR 5317, ENS Lyon)

 

 

As part of the ANR project CURR "Cultures of Revolts and revolutions in Europe" (coordinated by Alain Hugon, CRHQ, Caen) – devoted to the analysis of cultural material of any kind (written, oral, iconographic) developed and disseminated during protest movements in Europe, expressing a desire for rupture with the established political order from the Middle Ages until the beginning of the Enlightenment – the question over the recollection of these events, whether successful or suppressed, was the focus of discussion at a conference organized in December 2015 (Formes et usages de la mémoire des révoltes en Europe, Madrid, Casa de Velázquez). This international gathering highlighted the contrasting uses of memory: in some cases, the memory of past events played a performative role in justifying, or even acting as an impetus for new protests. Conversely, a willingness to suppress or deny the recollection of movements has bean repeatedly observed, either by the protagonists of revolts or the authorities working to erase the traces of a rupture with obedience. A reminder of episodes and revolt were also noted in certain forms of discourse – not only historiographical, but also legal or political, notably in correspondence or other writings circulating within government circles – for preventative measures.

 

In continuation of this work, we wish to bring together international contributors once more in a discussion of the political thought brought about by various uprisings between the end of the Middle Ages and the modern era, whether it be reflections over a particular event, or more general considerations over the causes of sedition and protest movements, the means to prevent or suppress new episodes, and their adverse – or regenerative – effects.

 

These issues are indeed at the heart of political thought and give rise to considerable debate in the modern era; in this vein, Machiavelli, breaking with the Aristotelian concept of harmony – according to which a good government is one that maintains stability and avoids internal conflict – finds in these clashes a mechanism for the transformation and amelioration of institutions. Among the topics that saw considerable debate are those surrounding the links between religious toleration and sedition, as well as the relationship between internal conflict and wars beyond sovereign borders, the latter often being considered as an effective means to channel public energy, in particular that of a turbulent aristocracy, and thus forestall protest and dissent. Furthermore, the legitimacy of interventions to provoke or support seditious movements and revolts in foreign states, in order to avoid war or simply to support their right of resistance and of sovereign change, is also an object of study in the theoretical literature, such as in the writings of counsellors and governors in the modern era.

 

We propose to study the role that these movements in modern Europe have played in the evolution and orientation within the political thought over all of these issues that maintaining a central position within the literature – notably the propagation of the concept of “Reason of State” which makes the preservation of the state the primary purpose of good government.

This analysis will focus on political writings composed for government use or for a wider audience – memoirs and reports, as well as treatises on the statecraft that proliferated throughout Europe in the modern era and saw wide acceptance. There is a tendency in the current literature to make use of historical examples that are distant in time and place, and a need to consider the possible repercussions of theoretical reflection from experience drawn from recent or contemporary revolts.

Finally, it will be a matter of deepening the analysis of the links that unite theory and political action, as well as the influence that certain doctrines, on the origin and limits of power, on the right to resistance, etc., have been able to bring to light in the numerous discourses surrounding protest movements produced by their protagonists. A further exploration is required over the effects of these dissenting actions on the reflections and advice dispensed by governing bodies in the different forms of discourse developed throughout modern Europe, after the success or failure of uprising and revolt against a sovereign authority.

Proposals for communications (around fifteen lines in French, English, Spanish or Italian), accompanied by a brief curriculum vitae, must be forwarded to the conference coordinators before October 15th 2016.

 

Alexandra.merle@unicaen.fr - mahersan@upo.es - marina.mestrezaragoza@ens-lyon.fr   

 

 

Journée du programme
ANR CURR 16 juin 2016 à Rennes 2
Dire et raconter les révoltes à l'époque moderne

Participation de Philippe Hamon - Antonio Suárez Varela - Nicolas Richard - Alice Hunt - Erin Peters - Solange Rameix -
Gauthier Aubert - Rachel Renault - Brice Evain

Lire le programme (consulté le 13/06/2016)

La question des révoltes à l'époque moderne a donné lieu à de nombreux travaux qui se sont attachés à définir les traits structurels et les particularités des soulèvements à travers l'Europe. Si les motifs politiques, religieux ou sociaux à l'origine de ces mouvements ont été abondamment étudiés, si la sociologie des acteurs a donné lieu à des analyses fécondes, un travail conséquent reste à faire concernant la manière dont ces révoltes ont été lues et transmises à travers des textes contemporains ou non. Ceux-ci sont variés : acteurs avides de justifier leurs actions, témoins effarouchés par les fureurs
populaires ou la violence de l’État, historiens locaux célébrant l'esprit de beffroi, etc. Ce travail de décryptage est sans doute d'autant plus nécessaire que c'est justement cette matière qui sert aux historiens pour fonder en partie leurs analyses. Dans un effort de rapprochement entre histoire et littérature, cette journée se propose d'amener les chercheurs de tous horizons à réfléchir sur les mots et sur les récits des révoltes et des révolutions de la première modernité en Europe à travers une série d'études de cas.

Programme :

9h 15 Accueil
9h45 : Introduction par Stéphane Jettot (Paris-Sorbonne)

1. Antécédences et héritages
10 h Philippe Hamon (Rennes 2), Retour critique sur la révolte de 1490 en Cornouaille
10 h 25 Antonio Suárez Varela (Friburg), «Movimientos» y revolvimientos». Acerca de la semántica de la subversión en las Comunidades de Castilla
10h 50 Nicolas Richard (Paris-Sorbonne), Une parole incontrôlée? De la rhétorique de l'opposition aux mots de la rébellion des Etats de Bohême (1618-1620)

2. Narratologies des révolutions anglaises
12 h Alice Hunt, (Southampton) Republican Memories: Writing the History of the English Civil Wars in the 1650s.
12 h 25 Erin Peters, (Worcester) The greatest and most shameful laughing stock in the world”: suffering national shame in 1660’.
14 h 30 Solange Rameix (Paris 1): "Non à la Glorieuse Révolution ! Les jacobites : entre défense de l'ordre établi et révolte

3. Récits à la révolte : France-Allemagne
15 h 30 Gauthier Aubert (Rennes 2), Dentelles et bonnets rouges : les révoltes du Papier timbré vues par la marquise de Sévigné
15 h 55 Rachel Renault (EHESS), « Et repousser la violence par la violence » : constructions narratives, stratégies discursives et légitimations concurrentes. Seigneurs et sujets face à la révolte en Saxe et Thuringe dans la seconde moitié du XVIIe siècle
16 h 20 Brice Evain (Rennes 2) : Raconter la révolte : l’exemple des Nu-Pieds de Normandie (XVIIe-XIXe siècle)


Projet ANR CURR – Cultures des Révoltes et des Révolutions
Colloque international – Rome 2017

La violence dans la révolte
Expériences politiques et pratiques culturelles

Consulter l'appel à communication

(Francesco Benigno, Laurent Bourquin et Alain Hugon)

Révoltes et cultures visuelles dans l’Europe moderne
Revolten und bildkulturen im europa der frühen neuzeit
Rivolte e culture visuali nell’europa moderna
Workshop, 10.-13. März 2016, Villa Vigoni

11 mars 2016
Alain Hugon, Autour de la création napolitaine et la révolte de 1647

Lire le programme


Révoltes et cultures visuelles dans l’Europe moderne
Revolten und bildkulturen im europa der frühen neuzeit
Rivolte e culture visuali nell’europa moderna
Workshop, 10.-13. März 2016, Villa Vigoni

12 mars 2016 - Stéphane Haffemayer, Les productions de l’espace mortuaire de Charles Ie d’Angleterre

12 mars 2016 - Tiphaine Gaumy, Existe-t-il des stéréotypes dans la représentation des révoltés ?

Lire le programme


Projet ANR CURR - Workshop à mi-parcours : premiers bilans et perspectives
25 mars 2016
- Université du Maine

Partipation de : H. Hermant - V. Challet - A. Hugon - T. Gaumy - S. Haffemayer - P. Bravo - J.-C. d’Amico - G. Aubert - S. Jettot - A. Merle - E. Guillorel - Antonio Alvarez Ossorio - Manuel Herrero - Joaquin Albareda

Lire le programme

 

9 h 30             Mots et gestes de la révolte (H. Hermant et V. Challet)

10 h                Iconographie et révoltes (A. Hugon, T. Gaumy et S. Haffemayer)

10 h 30           Communication, diffusion, circulation des productions culturelles dans et sur les révoltes (S. Haffemayer et P. Bravo)

11 h                Les territoires, lieux et espaces de la révolte (P. Bravo et J.-C. d’Amico)

11 h 30           Se dire, déclarer et raconter les révoltes (G. Aubert et S. Jettot)

12 h                Formes et usages de la mémoire des révoltes (A. Merle et E. Guillorel)

14 h                Le site Internet : outils bibliographiques et chronologiques

15 h                Organisation et perspectives du projet (Antonio Alvarez Ossorio - Manuel Herrero - Joaquin Albareda)

 


Les rencontres d'Histoire GOUVERNER - 26 - 27 - 28 février 2016 - Rennes

26 février
Tenir le gouvernail, par Philippe Hamon (14h)
Saint-Louis et François Ier : deux façons de gouverner, par Philippe Hamon et Florian Mazel (17h30)

27 février
L’injuste répression de la révolte du papier timbré, par Gauthier Aubert (12h)

Consulter le programme - http://www.leschampslibres.fr/

 

Activités 2015 :

 

Colloque international - 10-12 Décembre 2015

Casa de Velázquez - Madrid

Formas y usos de la memoria de las revueltas y revoluciones en Europa

Formes et usages de la mémoire des révoltes et révolutions en Europe


Coord. :
Alexandra MERLE, Stéphane JETTOT, Manuel HERRERO SÁNCHEZ

Org. :
Programme ANR CURR, EA 4254 (ERLIS, Caen), UMR 6258 (CERHIO, Rennes), École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid)

Consulter le programme - www.casadevelazquez.org

 

Atelier
« Médiatisation des révoltes et révolutions
en Europe aux XV-XVIIIe siècles
»

organisé par Stéphane Haffemayer (Université de Caen)
et Paloma Bravo (UBFC)

Université de Bourgogne Franche-Comté, Dijon,
jeudi 10 septembre 2015
Maison des Sciences de l’Homme (R03)

Atelier « Médiatisation des révoltes et révolutions en Europe aux XV-XVIIIe siècles »
organisé par Stéphane Haffemayer (Université de Caen) et Paloma Bravo (UBFC)

Université de Bourgogne Franche-Comté, Dijon,
jeudi 10 septembre 2015
Maison des Sciences de l’Homme (R03)

10h00 ACCUEIL
10h15 PRESENTATION DU PROJET
 
10h30-11h30
Jelle Haemers (Université de Louvain) : La communication entre les villes flamandes et brabançonnes en révolte (XVe-XVIe siècles)
Adam Morton (Newcastle University) : Polemic as violence in Reformation England
Paloma Bravo (Université de Bourgogne Franche-Comté) : La médiatisation de la révolte de Saragosse (1591)
Andreas Würgler (Université de Genève) : Révoltes et gazettes dans les pays germanophones au XVIIe siècle (Autriche, 1626, Suisse, 1653)


11h30 PAUSE

11h45 PREMIERE SYNTHESE ET DISCUSSION : Alain Hugon

12h30 DÉJEUNER

14h00-14h45
Daniel Pimenta Oliveira de Carvalho (Paris, EHESS) : La diplomatie de la révolte entre information et publication: le cas des ambassades portugaises en France, 1642-1649
Stéphane Haffemayer (Université de Caen) : Hartlib, relais de la révolution anglaise sur le continent (années 1640-1650)
Francesco Benigno (Université de Teramo) : Play of mirrors. Representation and imitation in Sicilian and Neapolitan revolts of 1647/48

14h45 SECONDE SYNTHESE ET DISCUSSION : Dominique Lepage

15h15 PAUSE

15h30-16h15
Rachel Renault : Nommer la "révolte": définir et communiquer les événements, un enjeu de lutte entre gouvernants et gouvernés (Saxe et Thuringe, 17e-18e siècles)
David de Boer (Université de Constance) : Médiatisation de la révolte des Camisards (1702-1715) dans les Provinces-Unies
Malte Griesse (Université de Constance) : Téléphone arabe: Raconter et traduire la révolte de Moscou (1648)


16h15 PAUSE

16h30 TROISIEME SYNTHESE ET DISCUSSION

17h15 CLÔTURE DE LA JOURNÉE


* * *

Appel à candidature : chercheur post-doctorant  

  • ouvert du 15 janvier 2015 au 31 mars 2015
  • durée 12 mois (septembre 2015- août 2016)
Lire l'appel à candidature  
  (format pdf - 85 KB)

Pour un poste de chercheur post-doctorant dans le cadre du projet ANR CURR (2014-2017)
attaché au projet de recherches sur les Cultures des Révoltes et des Révolutions (XIVe- XVIIIe siècles)

           


Programme Cultures des Révoltes et des Révolutions (ANR CURR) - CRHQ UMR 6583


Appel à candidature
 : chercheur post-doctorant  

  • ouvert du 15 janvier 2015 au 31 mars 2015
  • durée 12 mois (septembre 2015- août 2016)

Pour un poste de chercheur post-doctorant dans le cadre du projet ANR CURR (2014-2017)
attaché au projet de recherches sur les Cultures des Révoltes et des Révolutions (XIVe- XVIIIe siècles
)

ANR-13-BSH3-0006 Responsable du projet CURR : Alain HUGON
Université de Caen Basse-Normandie  
Centre de Recherche d’Histoire Quantitative UMR 6583 CNRS
email : alain.hugon@unicaen.fr
yann.sordet@bibliotheque-mazarine.fr

Le poste de chercheur post-doctorant sera basé au CRHQ (Centre de Recherche d’Histoire Quantitative) à l’Université de Caen et à la Bibliothèque Mazarine (23 Quai de Conti, 75006 Paris). Il sera placé sous la double responsabilité du Prof. Alain Hugon et du Directeur de la Bibliothèque Mazarine, Yann Sordet.

 

Début du contrat : 1er septembre 2015
Fin du contrat : 31 août 2016
Durée du contrat : 12 mois à plein temps
Rémunération : 2600€ brut/mois

 

Fiche de poste du chercheur post-doctorant :

Critères académiques : le candidat doit être titulaire d'un doctorat, de préférence en Histoire ou Histoire de l’art sur la période XIVe-XVIIIe siècles

Compétences et aptitudes requises :

Recherche en archives et en bibliothèques
Inventaire et traitement des sources iconographiques
Expertise, au moins élémentaire, dans le domaine du patrimoine graphique (techniques de l’estampe, histoire des représentations...)
Constitution de corpus iconographiques
Pratique des bases de données iconographiques
Solide connaissance historique des domaines européens entre les  XIVe et XVIIIe siècles
Maîtrise courante du français à l’écrit et à l’oral ; des compétences linguistiques complémentaires en italien, espagnol, anglais,  allemand et portugais seraient appréciées.
Intérêt pour les humanités numériques

Missions du chercheur post-doctorant :

- Le chercheur post-doctorant sera chargé de la constitution d’un corpus iconographique, de la mise en place et de la gestion de ce corpus en vue de la réalisation d’une exposition qui aura lieu à la Bibliothèque Mazarine à la fin de l’année 2016 ou au cours du premier semestre 2017 sur le thème « Les images des révoltes et révolutions en Europe (XIVe-XVIIIe siècles) » et qui sera placée sous la double responsabilité du directeur de la Bibliothèque Mazarine Yann Sordet et du professeur Alain Hugon.
- Il contribuera à l’inventaire des corpus iconographiques, prioritairement à partir des collections de la Bibliothèque Mazarine, puis de celles d’autres établissements de conservation en France et à l’étranger.
- Il travaillera à la collection des données et à leur indexation.
- Il sera amené à interroger des banques de manuscrits, de textes, d’images, à récolter des informations auprès des membres de l'équipe CURR et des chercheurs participant aux séminaires et colloques.
- Il travaillera avec les membres de l'équipe CURR et de la Bibliothèque Mazarine à la conception de la base de données iconographiques.
- Il contribuera à la réalisation de l’exposition par le choix et la sélection des œuvres
- Il contribuera, sur les plans scientifique et organisationnel, à la réalisation de la publication susceptible d’accompagner l’exposition (catalogue intégrant articles et présentation commentée des oeuvres exposées).
- Il contribuera également à la mise en ligne de corpus iconographiques raisonnés et à l'élaboration de techniques d'interrogation des images.
- Il assistera Alain Hugon pour la tenue du carnet de recherche (mise en forme et mise en ligne des contenus).
Carnet de recherche : http://www.crhq.cnrs.fr/curr/accueil.php

Soumettre une candidature :
Les dossiers (CV et lettre de motivation) doivent être adressés à Alain Hugon (alain.hugon@unicaen.fr) et en copie à Yann Sordet (yann.sordet@bibliotheque-mazarine.fr)


Ouverture des candidatures : 15 janvier 2015
Date limite des candidatures : 31  mars 2015

Date des entretiens pour les candidats retenus lors de la sélection sur dossier

Audition des candidats dont les dossiers auront été sélectionnés : entre le 27 avril et le 30 avril 2015
Annonce de la candidature retenue : 15 mai 2015


* * *

Annexe : Présentation du projet

Le projet d’exposition associe donc deux opérateurs : la Bibliothèque Mazarine qui compte parmi ses missions et ses activités l’analyse et la mise en valeur du patrimoine graphique, et sa divulgation à un large public, et un programme de recherches financé par l’ANR (Agence Nationale  pour la Recherche) auquel participe 3 équipes de recherche : le CRHQ et ERLIS (Université de Caen) et le CERHIO (Université Rennes 2). À ces équipes sont associés une quinzaine de chercheurs étrangers (Allemagne, Royaume-Uni, Belgique, Espagne, Italie, Pays-Bas, Portugal)

Le programme CURR, financé par l'ANR pour 2014-2017 (ANR-13-BSH3-0006) CURR travaille sur les productions culturelles des révoltes et des révolutions, que ces sources soient littéraires, iconographiques, médiatiques, ou relèvent de l’anthropologie. Dans le cadre de l’axe du programme intitulé « Iconographie des révoltes », le rôle politique de l’image est considéré comme un véhicule privilégié pour de nombreux mythes qui participèrent à la contestation réelle ou symbolique de l’État. L’iconographie constitue un « texte visuel » codé et souvent énigmatique, fréquemment présent lors des événements révolutionnaires, dans des estampes, des peintures, des images parfois nichées au cœur des récits. Leurs valeurs performatives doivent être évaluées dans la négation de l’ordre établi et dans le refus des contestations par les pouvoirs en place. Les limites chronologiques débutent avec les grandes révoltes du milieu du XIVe siècle et se terminent avec les révolutions anglaises du XVIIe siècle, mais l’effet mémoriel des révoltes d’Ancien Régime est pris en compte pour le XVIIIe siècle jusqu’à la Révolution française. Toutefois, les productions culturelles propres à celle-ci sont exclues du champ de recherches.

 

Activités structurantes du projet :

- Tenue d'un carnet de recherche en accès libre : http://www.crhq.cnrs.fr/curr/accueil.php.
- Constitution d'une bibliographie scientifique sur le thème du programme.
- Constitution d'une base de données « iconographie et révoltes ».
- 3 colloques internationaux thématiques, préparés chacun par un séminaire ou une journée d’études.
- Édition des travaux présentés lors des colloques.

La base de données articulera des documents iconographiques et des textes. Il faudra repérer le vocabulaire désignant les révoltes et les ruptures de la norme politique dans les langues originales des sources. Ce repérage débouchera sur l'élaboration d'un thésaurus multilingue qui tiendra compte des contextes historiques et géographiques. Ce premier outil sera mis en relation avec les représentations iconographiques à partir du moment où elles apparaissent, et en tenant compte des représentations rétrospectives. Les éléments d'information seront fournis par les historiens spécialistes participant à l’axe images des révoltes et par les invités dans les séminaires et colloques, que l'on mobilisera ainsi de façon complémentaire à la présentation de leurs travaux.

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Activités 2014 :

 

Les rendez-vous de l'histoire

Les Rebelles

Blois 9 /12 octobre 2014

http://www.rdv-histoire.com/
(consulté le 25/09/2014)


Samedi 11 octobre
 
RÉVOLTES POPULAIRES ET FORMES DE POLITISATION DU MOYEN ÂGE À L’ÉPOQUE MODERNE

>> DE 9H15 À 10H45 – AMPHI VERT, CAMPUS DE LA CCI

Carte blanche au LABEX SMS, Université de Toulouse (Projet « Politisations ordinaires »)

TABLE RONDE avec Vincent CHALLET, maître de conférences à l’université Paul-Valéry de Montpellier, Déborah COHEN, maîtresse de conférences à l’université d’Aix-Marseille, Claire JUDDE DE LARIVIÈRE, maîtresse de conférences à l’université de Toulouse 2, Jan DUMOLYN, maître de conférences à l’université de Gand.

Au Moyen Âge et à l’époque moderne, l’intervention politique des gens du peuple prenait souvent la forme de révoltes, mais comment ces protestations s’intégraient-elles à un champ plus vaste d’actions et de prises de parole par lesquelles les gens du peuple participaient à la construction d’un ordre social et politique ?
 
CONJURÉS, FACTIEUX, SÉDITIEUX : LA RENAISSANCE ET SES REBELLES

>> DE 14H À 15H30 – AMPHI 3, UNIVERSITÉ

Carte blanche au Centre d’Études Supérieures de la Renaissance (Tours)

TABLE RONDE avec Pascal BRIOIST, professeur au CESR (Université de Tours), Gérald CHAIX, directeur de l’Institut européen en sciences des religions, Dénes HARAI, docteur en histoire de l’université Paris 1– Panthéon-Sorbonne (IHMC/ EPHE), Alain HUGON, professeur à l’université de Caen, Diane ROUSSEL, maîtresse de conférences à l’université de Caen.

La Renaissance apparaît comme une période fructueuse en matière de rébellion. Nous discuterons du vocabulaire politique utilisé : les termes de « conjurés », « factieux », « séditieux », « rebelles » sont-ils synonymes entre XVe et XVIIe siècles ?
 

LES CULTURES DE LA RÉVOLTE (FRANCE, ITALIE, PÉNINSULE IBÉRIQUE (XVe – XVIIe SIÈCLES)

>> DE 18H À 19H30 – AMPHI VERT, CAMPUS DE LA CCI

Carte blanche au Programme CURR (Cultures des Révoltes et des Révolutions XVe – XVIIe s) de l’ANR

TABLE RONDE
avec Gauthier AUBERT, maître de conférences HDR à l’université Rennes 2, Yves- Marie BERCÉ, professeur honoraire de l’École des Chartes, Alain HUGON, professeur à l’université de Caen Basse-Normandie, Sophie VERGNES, professeure agrégée, docteur en histoire.

Sous l’Ancien Régime, pour diffuser et répandre la révolte, les rebelles utilisaient toutes les armes disponibles et non seulement des fourches et des piques. Ainsi, les affiches, les dessins ou les chansons appartenaient aux cultures de la Révolte.

EUROPEAN TRADITIONS OF REVOLT:
THE MEMORY OF SOCIAL CONFLICT IN ORAL CULTURE

Cultures orales et mémoires des révoltes et contestations
en Europe (XVe-XIXe siècles)
Maison Française d’Oxford - 25 - 27 June 2014

WEDNESDAY 25 JUNE - Éva GUILLOREL :
“La mémoire chantée des guerres de religion en France”

Discussants : Guy BEINER, Alain HUGON, Erika KUIJPERS

WEDNESDAY 25 JUNE - 14h30 - 17h30

Opening and Introduction


Jan DUMOLYN (Ghent University) & Jelle HAEMERS (University of Leuven): “Songs and subversion. Sixteenth-century ballads and poetry on urban revolts in the late medieval southern Low Countries”

Jan DUMOLYN and Jelle HAEMERS - Ghent University / University of Leuven

Jan Dumolyn (jan.dumolyn@ugent.be) is senior lecturer in medieval history at Ghent University and member of the Henri Pirenne Institute for Medieval Studies. He has published widely on the social, political and cultural history of the medieval Low Countries, with a special emphasis on the commercial metropolis of Bruges.

Jelle Haemers (jelle.haemers@arts.kuleuven.be) lectures medieval and early modern history at the University of Leuven. His research interests include the political history of towns in the Low Countries, and urban revolts in the fifteenth and sixteenth centuries. Recently, he published several articles on these topics in journals as Past and Present, English Historical Review, and Cultural and Social History.

Songs and subversion. Sixteenth-century ballads and poetry on urban revolts in the late medieval southern Low Countries (with Jelle Haemers)
Vernacular songs on late medieval subversion were an essential part of the social memory of sixteenth-century citizens. In cities like Ghent, Antwerp, Bruges etc. these songs and poems kept the memory alive of late medieval war and rebellion. The songs were used to criticize the social order in these towns and the religious intolerance of sixteenth-century rulers. Therefore, they can be read as speaking to a political ideology particular to the urban context of the early modern times. This paper seeks to bring these ideological expressions into view, to contribute to our understanding of the political practices and popular ideas of this time and place.

 

Éva GUILLOREL (Université de Caen Basse-Normandie):“La mémoire chantée des guerres de religion en France”

Éva GUILLOREL - Université de Caen Basse-Normandie

Éva Guillorel est maîtresse de conférences en histoire moderne à l’Université de Caen Basse-Normandie et membre du Centre de Recherche d’Histoire Quantitative. Elle a suivi un triple cursus d’études en histoire, ethnologie et langues celtiques, Dans le cadre de son doctorat soutenu à l’Université Rennes 2 (publié en 2010 sous le titre La complainte et la plainte. Chanson, justice, cultures en Bretagne, XVIe-XVIIIe siècles), elle a travaillé sur l’utilisation des chansons de tradition orale comme source pour l’histoire sociale et culturelle de la Bretagne à l’époque moderne. Elle a poursuivi des recherches postdoctorales à l’Université Harvard (Cambridge), à l’Université Laval (Québec) puis en 2012-2013 à l’université d’Oxford (Hertford College) dans le cadre d’un programme postdoctoral de la British Academy, grâce auquel elle a travaillé sur le projet « Song and Social Protest in Early Modern Europe: Acts of Rebellions, Performance of Memory », en collaboration avec David Hopkin.

La mémoire chantée des guerres de religion en France
Quelle mémoire reste-t-il des conflits religieux qui ont marqué la France depuis le XVIe siècle ? L’étude du répertoire chanté recueilli de tradition orale offre l’opportunité de s’intéresser à la perception populaire de ces événements sur le temps long. Peu de chansons sur ce thème ont été recueillies lors des grandes enquêtes ethnographiques des XIXe et XXe siècles, et il ne semble pas que le chant ait été un support de structuration d’une mémoire forte et largement partagée, comparable par exemple aux récits légendaires transmis dans les communautés cévenoles. Toutefois, la transmission de certaines complaintes sur plusieurs siècles, souvent recueillies dans des zones géographiques marquées par le conflit entre catholiques et protestants, invite à s’interroger sur la signification de ces chants pour les interprètes et leurs audiences. La prise en compte des textes et des mélodies, mais aussi des commentaires recueillis auprès des informateurs au sujet de ce répertoire, et leur mise en parallèle avec d’autres sources écrites et orales, permettent d’ouvrir un chantier de réflexion plus riche qu’il ne paraît à prime abord, permettant d’éclairer sous un angle original la diversité des traces mémorielles au sujet des conflits religieux.


Discussants: Guy BEINER (Ben-Gurion University of Negev/University of Oxford), Alain HUGON (Université de Caen Basse-Normandie), Erika KUIJPERS (University of Amsterdam)

 

THURSDAY 26 JUNE - 9h - 12h30

Kersti LUST (National Archives of Estonia):“Memories of early modern peasant revolts in post-emancipation Estonia”

Kersti LUST - National Archives of Estonia / University of Tartu

Kersti Lust, Ph.D., is project coordinator at the National Archives of Estonia and Senior Research Fellow at the University of Tartu. She has written extensively on the social and economic history of the Estonian peasantry in the nineteenth and early twentieth centuries. Her main topics include famines, peasant reforms, peasants' attitude towards agricultural innovation and modernisation, the peasant movement in the revolution of 1905, etc.

Memories of early modern peasant revolts in post-emancipation Estonia
During most of the eighteenth century Estonian and Livonian peasant resistance to growing obligations, taxes and mistreatment by landlords remained generally passive; during the last two decades of the eighteenth and the first six decades of the nineteenth century peasant disorder and complaints increased noticeably. Most vivid expressions of resistance to the feudal system in the late eighteenth and early nineteenth centuries were poll tax revolts in 1784, Kauguri unrest in 1802 and Kose-Uuemõisa unrest in 1805. In all these cases, hundreds or thousands of peasants confronted tsarist military forces and the rebellions were brutally crushed. The specific reasons for the unrest were varied. These were refusal to perform labour duties to the landlord, dissatisfaction with the methods of paying poll-tax, etc. Soviet historians went to a lot of effort to reconstruct these events on the basis of archival sources, but they neglected the oral tradition. In times of national movement in the second half of the nineteenth century, a fair amount of Estonian folklore was collected and people were told by leading activists that oral tradition tells “the real history of the Estonian people”, but the tradition mostly concerns ancient times. My paper aims at examining what was remembered in oral culture about the revolts: what were the participants’ expectations and hopes, what were the alleged results (were the peasant reforms and ultimately emancipation associated with peasants’ resistance), how was the role of Emperor/Empress depicted? The peasants intuitively felt that the head of the state had some interest in defending their rights, but it was also the tsarist militia that suppressed the unrest brutally. The paper also looks at memories about the peasants’ aspirations related to the Napoleonic Wars. Archival sources indicate very little “French impact” on the Estonian peasant movement but the Kauguri uprising was somewhat French inspired.


David HOPKIN (University of Oxford): “Reconstructing a peasant history of feudalism and emancipation from supernatural legends“

David HOPKIN - University of Oxford, Hertford College

David Hopkin studied history at Churchill College, University of Cambridge, where he completed his doctorate under the supervision of Peter Burke and Bob Scribner. He was a Junior Research Fellow at Churchill College from 1997 to 1999 and lecturer, then senior lecturer, in the Department of Economic and Social History, University of Glasgow, from 1999.  He joined the University of Oxford and Hertford College as Fellow and Tutor in History in 2005. David Hopkin’s research is in the social and cultural history of modern Europe. His particular field is oral culture and popular culture. He explores historical communities through the stories that they told to themselves about themselves. His first book, Soldier and Peasant in French Popular Culture, was awarded the Royal Historical Society’s Gladstone prize in 2003. Since then he has studied other social groups such as fishermen, lacemakers and servants.  The oral culture of these groups was the subject of his second monograph, Voices of the People in Nineteenth-century France, which won the Katharine Briggs Prize in 2012. He has also worked on the history of folklore as a discipline and in 2012 edited Folklore and Nationalism in Europe during the Long Nineteenth-Century with Tim Baycroft.  He is currently involved in the project ‘Song and Social Protest in Early Modern Europe: Acts of Rebellions, Performance of Memory’, funded by the British Academy and in collaboration with Éva Guillorel.  He is chair of the Modern European History Research Centre, University of Oxford.

Reconstructing a peasant history of feudalism and emancipation from supernatural legends
In nineteenth-century France – according to numerous prefects, sub-prefects and justices of the peace – nothing was more powerful in mobilizing the peasantry than the rumour that their former lords were about to return. The mere depiction of a coat-of-arms in a new stained-glass window in the local church was enough to spark a riot (at Chevanceau, Charente-Inférieure, in April 1868). That seigneurialism cast a shadow over the nineteenth-century is a commonplace of historians of rural France such as Albert Soboul, Alain Corbin, Peter Jones and Roger Price. For these historians, memories of feudalism were among the ‘myths’ and ‘atavisms’ that help explain the oddities of peasant political behaviour. However, neither contemporary commentators nor later historians provide much detail about either the content or the form of these memories. Using oral legends collected in the nineteenth century by folklorists and antiquarians, my purpose in this paper is to investigate: i) what peasant communities did remember about their seigneurs under the Old Regime and their conflicts with lords, especially during the period of emancipation; ii) how those memories were transmitted from generation to generation through specific oral cultural genres; iii) and how those stories inflected peasant political behaviour in subsequent periods. Although supernatural legends may initially appear a poor historical source, given their fantastic content, they provide the outline of what might be called a peasant historiographical tradition concerning feudalism and its demise.

 

Philippe JOUTARD (Université de Provence/EHESS):“Oralité et révoltes populaires : le cas des Camisards est-il transposable?”

Philippe JOUTARD - Université de Provence / EHESS

Philippe Joutard, professeur d’histoire moderne, a enseigné à l’université de Provence et à l’EHESS. Ses travaux ont d’abord  porté sur la résistance protestante en Cévennes, et les mémoires qu’elle a suscitées  (La Légende des Camisards, une sensibilité au passé, Gallimard, 1977).  Puis, il a élargi sa réflexion à l’utilité de l’histoire orale pour la compréhension des phénomènes historiques (Ces voix qui nous viennent du passé, Hachette 1983). Son dernier ouvrage s’intitule Histoire et mémoires, conflits et alliance, La Découverte 2013.

Oralité et révoltes populaires : le cas des Camisards est-il transposable ?
Les Camisards, ce sont ces paysans et artisans cévenols protestants qui, dix-sept ans après la révocation de l’Edit de Nantes abolissant en France leur religion (1685), se sont révoltés contre le pouvoir royal. Cette étrange révolte, guérilla de « prophètes », qui ne ressemble à aucune réalité de l’époque, ni guerre de religion classique, ni révolte populaire à base fiscale, a eu des échos dans toute l’Europe d’alors, particulièrement en Grande Bretagne et à Londres. Mais elle présente aussi la grande originalité d’avoir engendré une importante tradition orale encore vivante  aujourd’hui. Le premier à l’avoir attestée  est Robert Louis Stevenson lors de son voyage en Cévennes en 1878, à la recherche des émules des Covenanters écossais des récits de son enfance (Travels with a Donkey in the Cevennes, 1879). L’auteur de cette communication  essaiera de rendre compte des origines de ce phénomène et de sa persistance, plus de trois siècles après. Recherchant ensuite d’autres exemples de cette importance en France et hors de France, il s’interrogera sur des similitudes éventuelles, permettant de dégager un modèle, rendant compte de la création d’une tradition orale d’une révolte et de sa persistance.


Discussants: Marc LERNER (University of Mississippi), Youenn LE PRAT (Lycée Kerichen, Brest)

 

THURSDAY 26 JUNE - 14h - 16h30

Malte GRIESSE (Harvard University/Konstanz University):“Soundtracks of the 1626 Peasant War in Upper Austria: Verses and Music as Weapons in a Struggle for Legitimacy”

Malte GRIESSE - Harvard University / Konstanz University

Malte Griesse received a Ph.D. from the École des hautes études en sciences sociales (EHESS), Paris in 2008. In his book, Communiquer, juger et agir sous Staline. La personne prise entre ses liens avec les proches et son rapport au système politico-idéologique (Peter Lang 2011), he deals with the evolution of personal ties under Stalin. Drawing on a wide range of private documents such as diaries, memoirs and correspondences, he challenges the oft quoted atomization thesis and offers a new interpretation of Stalinist terror and the notorious show trials. He is leading a research group at Konstanz University (Germany) on revolts in early modern Europe as communicative events, dealing both with communication in, and communication on, revolts. A leading hypothesis is that due to a policy of damnatio memoriae regarding revolts, cross-border representations had a major impact not only on public and learned debates concerning the legitimacy of rule and/or a possible right to resist, but also on governments’ further preventive policies towards real or impending revolts. Currently he holds a fellowship at the Mahindra Humanities Center at Harvard.

Soundtracks of the 1626 Peasant War in Upper Austria: Verses and Music as Weapons in a Struggle for Legitimacy
The peasant war of 1626 was one element, and not the biggest one, in an entire chain of revolts in early modern Upper Austria. Both the German Peasant War of 1525 and the so-called second Peasant War of 1594-97 had exceeded the 1626 events in geographical and chronological scope. In contemporary commemoration, though, 1626 is particularly prominent. The events were part of the 30-years war and religion played an important part. The population was in its majority protestant. The Estates had sided with the Bohemian “rebels” against the Emperor and the Catholic League in 1618-1620. After the defeat the country was impawned to the Bavarians. The socio-economic consequences were significant. But in the first years the Bavarians did not enforce counter-reformation and apparently the new regime was widely accepted. This changed only upon the insistence of Ferdinand II in 1624. Protestant priests were expulsed, and new catholic priests, often from Italy, were recruited to replace them. This triggered unrest. A first short-lived uprising ensued. The peasants were rapidly subdued. A second thrust of re-catholicization was the straw that broke the camel’s back. Protestants were forced either to convert or to leave the country. People assembled and formed improvised military units. They besieged towns and sometimes even defeated regular troops. But one of the major weapons was the word. A whole serie of verses and songs has survived. Whereas in the case of other early modern revolts verses have been transmitted (and probably modified) orally through centuries (until ethnographers started in the 19th and 20th centuries to record them), many verses of the 1626 Peasant War have been printed in broadsides, while the fight was still going on. In reality the uprising was far from being a “peasant war”. City dwellers, advocats and nobles were involved, too. Otherwise the “rebels” would not have had access to medial resources. But also verses in favour of the authorities and condemning the rebellion were disseminated in print. In my talk I will try to explore how legitimacy was asserted by these verses, and to assess how the confessional factor was accompanied and sometimes superseded by other factors ranging from mere suffering up to questions of political representations and the recourse to and claim for “Swiss freedom”. And I will make the attempt not to limit myself to an interpretation of the words, but also take into account the music. Often the broadsides indicated in what “key” these verses were (to be) sung – on the melody of well-known songs, often chants. It is not always possible to reconstruct the melodies, since what was well-known to the contemporaries is often not known to us anymore. But even though folklorists have argued that using chants was a usual practice in early modern popular culture, we can also find verses that have been (or were to be) sung, for instance, on the melody of a popular song exalting and bemoaning the Hungarian “Earl of Serin” (Miklós Zrinyi), who had bravely fought and fallen against the Ottomans in the 16th century. But the melody seems to have been used for songs both supporting and denouncing the “insurgents” of 1626. Therefore the combination of text and music has to be examined more thoroughly in order to better understand the scope of an ideological battle that turns out to my much more multifaceted than it seems on first glance.


Éamonn Ó CIARDHA (University of Ulster):“An Chaoimhniadh Chomhachtaigh agus Séamus an Chaca: Worthy Knight / Worthless Shite: James II and his war in Irish Literature and Folklore“

Éamonn Ó CIARDHA - University of Ulster

A senior lecturer at the University of Ulster, Éamonn Ó Ciardha has taught History, English and Irish at the University of Toronto, the Keough Institute for Irish Studies, University of Notre Dame, Trinity College Dublin, the University of the Saarland and the University of Ulster. His researches are primarily focused on Irish Jacobitism (Irish support for the exiled House of Stuart), the Irish outlaw, Irish military history, Irish popular politics and culture, language and literature and Irish book history. In 2002, Four Courts Press published Ireland and the Jacobite Cause, 1685-1766. A Fatal Attachment (repr., 2004), a 500pp monograph based on his Cambridge PhD. Other outputs include (with Billy Kelly and Micheál Ó Siochrú) two Commemorative volumes of History Ireland (2007, 2009) to mark the 400th anniversary of the Flight of the Earls and the Plantation of Ulster; (with David Finnegan and Marie-Claire Peters), The Flight of the Earls: Imeacht na nIarlaí (Derry, 2010); (with Micheál Ó Siochrú), The plantation of Ulster: Ideology and practice (Manchester, 2012) and (with Frankie Sewell and Alan Titley) The Irish Book in Irish since 1567 (forthcoming, Oxford 2014). He has also served as historical advisor, narrator and ‘talking-head’ for a number of historical documentaries on Irish military history, including ‘Imeacht na nIarlaí: The Flight of the Earls’(2007); ‘Rapairí/Outlaws’ (2009); ‘Plandáil/The Plantation of Ulster’ (2011); ‘Ballaí Dhoire/Derry’s Walls (2012), ‘Wolfland’ (2013), ‘The Siege of Derry’ (2013) and ‘Mapping Ulster’ (2013). 

An Chaoimhniadh Chomhachtaigh agus Séamus an Chaca: (Worthy Knight/ Worthless Shite), James II and his war in Irish Literature and Folklore
As a conquered, colonized entity with multiple political and cultural narratives and historical perspectives, it is possible to appraise key events in Ireland's history between the English Re-Conquest (1534-1603) and the Great Irish Famine (1845-7) from various and varying viewpoints. The Irish-language record, surviving mainly in the manuscript and oral traditions provides at once distinct and inter-related insights on historical events, political ideologies and cultural contexts which balance pervading, anglocentric views of early modern Irish History. This paper proposes to examine the comparisons, contrasts and interchanges between the various Irish-language narratives of King James II’s war (1689-91) through a review of ‘high’ literature, popular verse and memory. The poet remained one of the great reflectors and moulders of public opinion until the middle of the nineteenth century; moreover his oeuvre survived in the repertoire of singers and story-tellers where the language continued to be spoken – in some case right up to the present day. Through the accumulating political, socio-economic and political traumas of the Protestant Reformation, English re-conquest, Cromwellian and Jacobite wars, Penal era and Great Famine, he retained his time-honoured role as political chronicler and conscience of the nation. Increasingly composing his verse in a more popular, accessible amhrán (song) metre for a wider audience, he provides authoritative commentary on the battles, sieges, skirmishes, massacres, transportations of this short, though crucial conflict which effectively defined political, confessional and cultural relationships on the island until the 19th century. Many of these poems and songs, particularly those pertaining to King James, his doomed cause and luckless house, would be collected by transcribers, collectors and folklorists until the middle of the 20th century. Although a great deal has been done in recent years to illuminate varying Gaelic perspectives on key aspects of the early modern period, much more editorial and interpretative work needs to be completed in surviving folk records. Guy Beiner’s path-breaking re-appraisal and re-habilitation of folk history and  memory of the ‘Year of the French’ and Breandán Mac Suibhne’s splendid reconstruction of the fractured political landscape of post-rebellion Ulster from the Gothic writings of John Gamble provide obvious templates for such scholarly endeavours.

 

Discussant: Gerald PORTER (University of Vaasa)

18h Concert by the duet ALVA (Vivien ELLIS et Giles LEWIN), songs of revolts (Hertford College’s Chapel, free)

FRIDAY 27 JUNE - 9h - 12h

Andy WOOD (Durham University): “Social memory or political repression? The 1549 rebellions seen through comparative history”

Andy WOOD - Durham University

Andy Wood studied first at the University of York and then completed a Ph.D. at Jesus College, Cambridge, on the history of Derbyshire mining villages in the seventeenth century. He has held a Scouloudi Research Fellowship at the Institute of Historical Research (1992-3), a British Academy Research Fellowship at University College London (1995-6), a Leverhulme Research Fellowship (2006-8), and a Fellowship at Durham University’s Institute of Advanced Study (2012). He has held teaching positions at the University of East London (Dept. of Cultural Studies, 1992-3), the University of Liverpool (Dept. of Economic and Social History, 1993-5) and the University of East Anglia (School of History, 1996-2013). In April 2013, he joined the Department of History at Durham University as Professor of Social History. His books include: Riot, rebellion and popular politics in early modern England (2002), The 1549 rebellions and the making of early modern England (2007) and The memory of the people: custom and popular senses of the past in early modern England (2013). Together with Stephen Taylor (Durham) and Tim Harris (Brown), he edits the Boydell and Brewer's Studies in Early Modern Cultural, Political and Social History monograph series.

 

Peter BURKE (Cambridge University):“Traditions of Revolt: some comparative reflections”

Discussant: David HOPKIN (University of Oxford)

Contacts:Éva Guillorel, eva.guillorel@unicaen.fr

* * *

« Cette rencontre fait suite à un colloque international organisé en avril 2013 à l’université de Caen sur le thème « Cultures orales, histoires et mémoires des révoltes et contestations populaires (XVe-XVIIIe siècles) / Histories and Memories of Early Modern Revolts in Oral Culture »


Consulter le dépliant

Cultures orales, histoires et mémoires des révoltes et contestations populaires (XVe-XVIIIe siècles)

Histories and Memories of Early Modern Popular Revolts in Oral Culture

3 - 5 avril 2013 - Université de Caen

Colloque international organisé par le Centre de Recherches en Histoire Quantitative (CRHQ-UMR 6583 CNRS) de l’Université de Caen Basse-Normandie, avec la participation de la British Academy, l’Université d’Oxford, la Society for the Study of French History et la Maison Française d’Oxford

Contact : eva.guillorel@unicaen.fr

En savoir plus et consulter les pré-papiers en PDF 
url : http://www.crhq.cnrs.fr/_index.php?page=agenda/colloques-2013#35042013


Quatre des interventions de ce colloque peuvent être écoutées :


Malte GRIESSE, "Les révoltes russes de l'époque moderne dans la commémoration orale populaire"
http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/forge/938 (consulté le 03/03/2015)

Erika KUIJPERS, "Spanish ears on rebel hats, local memories of the Dutch Revolt: 1572-1648. The case of Waterland, mid-seventeenth century"
http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/forge/939 (consulté le 03/03/2015)

Gerald PORTER, "Melody as a bearer of radical ideology: 'The Coney Warren' and its successors"
http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/forge/940 (consulté le 03/03/2015)

Youenn LE PRAT, "Chanter contre. Usages politiques et mémoriels de la chanson vernaculaire contre-révolutionnaire en Bretagne"
http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/forge/941 (consulté le 03/03/2015)