Spécialité professionnalisante du master de Sociologie de l'Université de Caen Basse-Normandie

Une formation PLURIDISCIPLINAIRE, appuyée sur un RÉSEAU DE RECHERCHE, de dimension INTERNATIONALE et ouverte sur le TERRITOIRE NORMAND.

 

Afficher l'image d'origine

Le Master GREEN est parainné par Isbalelle AUTISSIER, navigatrice, ingénieure halieutique, aventurière et écrivain. Elle est membre du conseil consultatif des Terres australes et antarctiques françaises ; Vice-présidente du groupe 1 du Grenelle de la mer ; Présidente de la branche française du World Wide Fund for Nature ; Présidente de l'École de la mer (Espace de Culture Océane du Littoral et de l'Environnement).

 

Le master GREEN est placé sous la responsabilité de :

Frédérick LEMARCHAND, ancien Directeur du LASAR (Laboratoire d'analyse sociologique et anthropologique des risques), et actuellement codirecteur du Pôle RISQUE de la Maison de la Recherche en Science Humaines/CNRS. Responsable d'une dizaine de programmes de recherche, expert auprès de l'Angence Nationale de Sécurité sanitaire, de l'alimentation de l'environnement et du travail (ANSES) et à l'Institut National du Cancer (INCA) ; chargé d'enseignement sur les risques et l'environnement à l'UQAM (Montréal, CA).

Membre du Conseil Scientifiques du CRIIGEN, de la Fondation de l'Ecologie Politique.

Tél. 06 27 63 41 93

mail : frederick.lemarchand@unicaen.fr

 

 

Pourquoi une spécialité professionnelle Gouvernance des Risques Et de l'Environnement (GREEN) ?

 

Dans le cadre du Master de sociologie de l'Université de Caen déjà accessibles par le CEMU, le Département de sociologie de l'UFR Sciences de l'Homme, le CERReV et le Pôle Risques de la MRSH ouvrent en septembre 2012 une spécialité professionnelle Gouvernance des Risques Et de l'Environnement (GREEN).

 GREEN est un master professionnel pluridisciplinaire et généraliste,  ouvert à tous les étudiants issus des Sciences Humaines et Sociales, associant les meilleurs spécialistes français et étrangers francophone dans l'ensemble des champs concernés. La deuxième année, accessible aux salariés en formation continue et aux demandeurs d'emploi, à ouvert à la rentrée 2013.

Le Grenelle de l'environnement et les modes de gouvernance qu'il suscite ou impose désormais avec la démocratie participative mettent en avant des compétences associant la connaissance de l'environnement et de la société - dans un contexte de risque et de vulnérabilité croissants. C'est pour répondre à une demande de plus en plus forte émanant des collectivités locales, mais aussi des services de l'Etat, des maîtres d'ouvrage et des entreprises, que cette filière professionnelle est proposée.

Dans le contexte global du changement climatique, l'impact environnemental du développement économique devient un objet stratégique d'action et de politiques pour de nombreux acteurs publics et privés. Outre l'épuisement des ressources naturelles et les phénomènes « naturels » incontrôlables - en particulier les tempêtes et la montée du niveau des mers -, l'accumulation de déchets dangereux pour l'environnement et l'érosion de la biodiversité, diverses nuisances, telles que la pollution de l'air et de l'eau, se traduisent par des effets sanitaires de plus en plus manifestes. La relation entre la santé et l'environnement constitue donc un enjeu de société majeur, tant en termes d'évaluation des risques que de mise en œuvre de politiques ou d'instances de régulation, de cadres permanents de représentation et de débat public. Se montrer à la hauteur de ces défis implique d'adopter une perspective interdisciplinaire.

Plus précisément, les nouvelles connaissances en matière de prévention des risques et les formes émergentes de participation de la société civile dans les processus consultatifs ou délibératifs de gestion de l'environnement, nécessitent de redéfinir en profondeur l'expertise des risques et leur prise en charge institutionnelle. On constate des contradictions entre le temps court de l'action ou du pouvoir et le temps long des processus environnementaux ; entre les attentes et les pratiques des nombreux acteurs concernés par l'environnement et porteurs d'enjeux conflictuels. La compréhension des niveaux et des logiques d'action est donc nécessaire, tant en amont des décisions que pour l'information et la consultation des différents partenaires des politiques post Grenelle. Aujourd'hui, la formation de spécialistes de la régulation des enjeux socio-environnementaux liés à la prise de décision dans des domaines où l'interdisciplinarité est essentielle ; elle est une garantie de succès des politiques d'environnement et de développement durable.

Ce master professionnel met l'accent sur les relations sociales et les dynamiques tant réglementaires que d'action au niveau local-régional, dans son articulation avec les niveaux national et international.

 

Domaines de compétences et référentiels de métiers [annexe 1]

Trois principaux domaines de compétences structurent actuellement les fonctions et qualifications visées par cette spécialité de notre master, même si beaucoup de métiers seront créés dans les prochaines années dans ce milieu en évolution permanente et si beaucoup d'étudiants créeront leur propre poste :

1. Coordination et direction de projets :

Conception de stratégies à partir de diagnostic/audit socio-écologique, Médiation et gestion des conflits, Gestion du développement écologique et de l'interpartenariat, Conseil en « responsabilité sociale et environnementale ».

2. Etudes et recherches :

Réalisation d'études,  conception et mise en œuvre des indicateurs sociaux de développement durable, Assistance à la mise en oeuvre des outils d'analyse des risques technologiques, Expertise et évaluation de projets de développement durable, Etude des mouvements d'opinion  et des représentations sur l'environnement.

3. Sensibilisation et valorisation :

Valorisation des écoquartiers et des projets intégrés (préparation des agendas 21, débats publics...), Rédaction des chartes environnementales et contribution à la réalisation des documents de d'orientation ou de planification à l'échelon des collectivités, Valorisation des politiques de développement durable, Mise en oeuvre de dispositifs de concertation, d'information et de formation.


[1]Voir la liste des conditions et des compétences à acquérir en fin de document.