v. 3375-3814

Le bouclier et l’épée de saint Michel, 
d’après le De scuto et gladio de Baudri de Bourgueil, évêque de Dol

 3375
Se Saint Esprit me veut aider [1],
 
Or revodrei ici traiter
 
D’un escuet qui est au mont,
 
Dont li chiés sont auques roont [2],
 
Et d’une molt petite espee
 3380
Qui molt soleit etre henoree,
B-f. 87v 
87vSi com Baldri le reconta,
 
Qui plusors anz Doul governa
 
Et archevesque en fut sacré
 
Et sorre cel out poesté [3].
 3385
En latin est li suens escriz ;
 
Espessement y a beaus diz.
 
Vne fiee au mont esteit,
 
Si enquist molt ce que deveit
 
Que celle espee et cel escu
 3390
Sor un autel erent si nu,
 
Quer il sont tuit a descovert :
 
Molt par vosist etre bien cert
 
Dont il vindrent, par quel reson
 
Il esteient en la meson.
 3395
De cel escu a tant enquis
 
Li arcevesque dunt vos dis
 
Que vint uns home devant lui
 
– Ne sai qu’il ert quer pas n’i fui [4]  –
 
De cel escu li commença
 3400
A conter comme il vint la [5]  ;
B-f. 88r 
88rVilainement li racontout :
 
A l’arcevesque molt desplout.
 
Il le rova sempres tesir.
 
Li prior a feit puis venir :
 3405
II esteit clers, tres bien letrez
 
Et deu siecle resout assez.
 
Quant le prior se fut assis
 
Li arcevesque l’a requis :
 
« Sire, dist il, quer me contez
 3410
La verité, se la savez,
 
Que celle espee senefie,
 
Et cel escu, d’autre partie,
 
Qui sont la sus sor cel autel [6]  
 
De saint Johan : onc ne vi tel ».
 3415
Dist le prior : « jen vous direi
 
Ce qu’en escrit veü en ei [7]
 
Et que en oÿ conter jadis
 
A mes priors, es plus antis,
A-f. 54r 
54rQuant je esteie enfes petiz
 3420
En cest mostier ou fui norriz [8].
 
Sire archevesque, oï aveiz
 
Comme cil mont fut ja fundez [9].
 
Il est mont naturelment,
 
Cen veiez vos apertement [10],
 3425
Meis l’edefice, et tote l’ouvre
 
Firent la gent qui le mont couvre [11].
 
En nos livres qui annals sunt
 
Trovun escrit comme cest munt [12]
 
A seint Autbert fut demostré
 3430
Par les seinz angles Damledé [13]
 
Et com il fist et commença
 
Desus l’iglise et aorna [14],
 
Et del paile que il i mist,
 
Que en Guargaigne primes quist [15],
 3435
D’altres reliques que il donna
 
Et mist çaienz ou molt enn’ a [16].
 
A cest igliese dont vos cont
 
Commencierent de par le mont [17]
 
Espessement a venir gent
 3440
Devers miédi et d’orient [18]  ;
 
Des autres pars tot altresi
 
Reveneient gramment ici [19].
 
Il aveient bele acheison
 
Que il venissent, cen leison [20]  :
 3445
Avisunques hom n’i veneit
 
Desconforté en nul endreit [21],
 
Qui ne fust liez al repairier
 
Et bien gari de destorbier [22].
A-f. 54v 
54vEstre tot cen seürs esteient
 3450
De lor ames, qu’eles sereient [23]
 
Bien assises en paradis
 
Par seint Michiel qu’aveient quis [24].
 
Huen ne se deit pas merveillier
 
Se il i meit cels qui l’unt chier [25]
 3455
Et quil servent devotement :
 
Prevost en est veraiement [26].
Si le Saint-Esprit veut bien m’aider, je voudrais à présent traiter d’un petit bouclier qui est au mont et dont les extrémités [1] sont un peu arrondies [2], et d’une toute petite épée, qui était particulièrement vénérée, comme le raconta Baudri qui gouverna Dol pendant plusieurs années, en fut consacré archevêque et exerça le pouvoir sur cette ville. Son texte, écrit en latin, contient quantité de beaux récits. Une fois [3] où il se trouvait au mont, il demanda à plusieurs reprises pour quelles raisons cette épée et ce bouclier étaient ainsi à nu, sur un autel : ils sont en effet exposés sans aucune protection. Il aurait bien voulu connaître avec certitude leur provenance et les raisons de leur présence dans la maison. L’archevêque dont je vous ai parlé posa tant de questions sur ce bouclier qu’un homme se présenta devant lui – je ne sais qui il était, car je n’étais pas présent – et à propos du bouclier, commença à lui raconter comment il était parvenu en ce lieu. La vulgarité de son récit déplut fort à l’archevêque [4] qui le pria [5] aussitôt de se taire. Il fit ensuite venir le prieur [6] : c’était un clerc, un homme extrêmement instruit et qui avait aussi une bonne connaissance des réalités du monde [7]. Une fois le prieur assis, l’archevêque l’interrogea. « Monsieur, dit-il, racontez-moi donc la vérité, si vous la savez, au sujet de la signification de cette épée et, d’autre part, de ce bouclier qui sont là-haut sur cet autel, dédié à saint Jean [8] : je n’ai jamais rien vu de semblable. Le prieur répondit : – Je vous en dirai ce que j’ai vu à leur sujet dans les textes et que j’en ai entendu raconter autrefois à mes anciens [9], aux plus âgés [10], quand j’étais un jeune enfant, dans ce monastère où j’ai été élevé [11]. Monseigneur l’archevêque, on vous a expliqué comment ce mont fut fondé autrefois. C’est un mont naturel [12], vous le voyez clairement, mais l’édifice et tout l’ouvrage furent réalisés par ceux qui peuplent le mont [13]. Nous trouvons écrit dans nos annales [14] comment ce mont fut révélé à saint Aubert par les saints anges de Notre Seigneur et comment il entreprit dessus la construction de l’église et son aménagement ; il y est aussi question du manteau qu’il y déposa, et qu’il avait fait chercher auparavant au Gargano, d’autres reliques qu’il offrit et déposa ici, où il y en a beaucoup [15]. Vers cette église dont je vous parle, commencèrent à affluer des gens du monde entier, du midi et de l’orient ; des foules y venaient aussi d’autres régions, et ce pour une bonne raison, d’après ce que nous lisons : il était bien rare [16] qu’un homme y vînt, découragé pour toutes sortes de raisons, et n’en repartît pas tout joyeux et débarrassé de ses contrariétés. En outre [17], ils étaient assurés que leurs âmes seraient bien placées au paradis par saint Michel qu’ils avaient invoqué. On ne doit pas s’étonner s’il y met ceux qui le chérissent et qui le servent avec dévouement : il est en effet préposé à sa garde.
 
En icel tens que li chanoine
 
Erent çaiens et neient moine [27],
 
En un realme outre Engleterre,
 3460
– Je ne sei pas nummer la terre [28]
 
Meis je sei bien del rei le non :
 
Elga out non, si cum leison [29]  –,
 
Iluec aveit un lonc serpent,
 
Gros, et enflé, noiseable a gent [30]  ;
 3465
S’aleine esteit forment puant :
 
Ne la poiet oisel volant [31],
 
Petit ne grant, unques souffrir,
 
Ainz l’estouveit sempres morir [32].
 
Crestez esteit et escherdous
 3470
Et hericiez, et habundous [33]
 
D’un mal venin qui tot ardeit,
 
Herbes, et cen que consueit [34].
 
Bestes et hommes ocieit,
 
Environ lui les malmeteit [35]
 3475
O s’aleine qui plus pueit
 
Que nule rien qui unques seit [36].
 
A la gent out toleit lor terre,
 
Iluec faiseit molt aspre guerre [37].
A-f. 55r 
55rD’une fontaine prof maneit
 3480
Qui en une aigue grant coreit [38].
 
Par son orguil iluec regnout ;
 
Nuls apriesmier vers lui n’osout [39]  :
 
Si out la gent espoantee
 
Que el s’enn’iert trestote alee [40].
 3485
Les contrees d’aviron lui
 
Gasta forment et confundi [41],
 
Quer la chalor esteit bien grant :
 
Si ne plovieit ne tant ne quant [42],
 
Ne fluive n’out enz el païs
 3490
Ne mes sol cel qu’il out porpris [43]  ;
 
Huens ne beste n’i habitout
 
Quer quin beveit sempres finout [44].
 
Li pueples fut molt angoissiez
 
Quer li païs ert essielliez [45]  :
 3495
Il ne trovouent nul pestiz
 
A lor bestes, ne a lor berbiz [46]  ;
 
De la vitaille ourent chierté
 
Et de aigue grant escharseté [47].
 
Por ce que hons ne lor poieit
 3500
Faire ajutoire en nul endreit [48],
 
Lor conseil ont tot mis en Deu,
 
Que le serpent ost de cel leu [49].
 
A lor evesque venu sunt,
 
Pitosement preié li unt [50]
 3505
Que preiast Deu que cel serpent
 
Geit de la terre, et cel torment [51].
 
Li evesque lor a predit
 
Que il jeüngent treiz jorz tuit [52]
A-f. 55v 
 55vEt seient en aflictions,
 3510
Que Dex oïst lor oreisons [53].
 
Trestoz li pueples jeüna,
 
Si cumme il le commanda [54]  ;
 
Aumosnes firent largement,
 
Chascun de son sostenement [55]  ;
 3515
Li proveire messes chantoent,
 
De preier Deu molt se penouent [56].
 
Al pueple a l’en dit et bani
 
Que au tierz jor seient garni [57]
 
De cel serpent aler oster
 3520
Ou par aucun angieng tuer [58].
 
Li pueples tuit matin leva,
 
Dunt legions plusors i a [59]  ;
 
O granz torbes, espessement,
 
En aloent a cel serpent [60]  ;
 3525
De la poor ierent pali
 
Et li coart, et li hardi [61]  ;
 
Cez genz erent tres bien armees
 
De darz, de lances, et d’espees [62].
 
Lor reliques, lor croiz portouent
 3530
Li clerc qui ouvec els alouent [63]  ;
 
Et clerc et lai vunt tuit tremblant
 
Quer morir cuident tot esrant [64].
 
Aveir cuident de Deu aïe
 
Par l’evesque qui toz les guie [65]  :
 3535
Por cen que il est o els alez,
 
Se sunt un poi asseürez [66].
 
Pas avant altre, belement,
 
Alouent tuit communement [67].
A-f. 56r 
56rAseürer ne se poeient
 3540
Por la poor que il aveient [68].
 
Au leu vienent ou converser
 
Soleit la beste et demorer [69].
 
Environ lé tot le païs
 
O son venin aveit mal mis [70]  :
 3545
Arbres, herbres, et toz les blez
 
Aveit bruiz, arz, et huslez [71].
 
Devant els gardent, veü l’unt :
 
De sa grandor esbahi sunt [72]  ;
 
D’aler avant unt molt douté,
 3550
Por poi ne sunt tuit retorné [73]  ;
 
Mes recouvré unt hardement.
 
Lors escrierent haltement [74]  ;
 
De totes parz l’unt envaï.
 
Mes li serpens ert endormi [75],
 3555
Ce lor iert vis : ne se moveit.
 
N’ert pas merveille : morz esteit [76].
 
A qui ainz ainz tuit vunt avant,
 
Quant ne se mut petit, ne grant [77].
 
Celui qu’il orent molt cremu
 3560
Premierement, tant cum vif fu [78],
 
Esguardoent seürement :
 
Detrenchiez ert menuement [79]  ;
 
Les pieces ierent ça et la ;
 
Li pueples tuit se merveilla [80]
 3565
Qui ce out fait, et de l’escu
 
Que dejoste unt aperceü [81],
 
De l’espee qui i resteit :
 
Fantosme cuident que cen seit [82].
A-f. 56v 
56vTel armeüre apris n’aveient,
 3570
Quer en bataille proz n’esteient [83].
 
Li escuz ert reflambeiant
 
Et l’espee prof d’autretant [84]  :
 
Nuls ne dotot en son avis
 
Que cil serpens ne fust ocis [85]
 3575
O cez armes qu’iluec jeseient ;
 
Meis qui l’out fait pas ne saveient [86].
 
Joieauz et liez s’en retornerent,
 
Meis d’encerchier molt se peneirent [87]
 
Qui cel serpent ocis lor a,
 3580
Et cez armes, por que lessa [88].
 
Li evesques iert curious
 
De cen saveir dont ert dotous [89].
 
Tot li pueples la nuit veilla,
 
Devotement Deu depreia [90]  ;
 3585
Li evesques a genoillons
 
Refist les soies oreisons [91].
 
Tant unt preié que seint Michiels
 
Est descendu devers les ciels [92]  :
 
A l’evesque se demostra ;
 3590
Grant resplendor entor lui a [93].
 
Il li a dit apertement :
 
« Je sui Michiel veraiement [94],
 
Qui tozdis sui dedevant Dé ;
 
Cest serpent ai mort et tué [95]  :
 3595
Por cen l’ei fait que rien humaine
 
Nel destruisist par nule peine [96].
 
Veraiement, le di sanz faille,
 
Tels armes oi en la bataille [97]
A-f. 57r 
57rCum tu trovas lez le serpent
 3600
– N’en doter pas, de molt ne ment [98]  –
 
Neient por cen qu’aie mestier
 
De tels armes cum veïs ier [99],
 
Meis por mostrer apertement
 
A cels qui n’unt entendement [100]
 3605
Ne rien ne seivent porpenseir
 
Esperital ne enterver [101]
 
Que je sui cil dont Johan dit
 
Qu’il au dragun se combatit [102].
 
Esperital fut la bataille
 3610
Que seint Johan escrist, sanz faille [103].
 
De cest laisson, mes or loiez
 
Celui qui vos a delivrez [104],
 
Par mon traval, d’icest serpent,
 
Et enveiez hastivement [105]
 3615
Vos messagiers oltre la meir :
 
A nostre mont faites porteir [106]
 
Cest escuet et nostre espee,
 
Dunt ceste beste ai decolee [107]  ;
 
Cil d’outremeir grant joie aurunt
 3620
De cez armes quant les verrunt [108]  ».
Au temps où les chanoines étaient ici, et non pas des moines, dans un royaume au-delà de l’Angleterre – je ne puis nommer le pays mais je sais bien le nom du roi : il se nommait, comme nous le lisons, Elga [18] – il y avait là un long serpent, gros, enflé, et dangereux ; son haleine était particulièrement fétide : aucun oiseau volant, petit ou grand, ne pouvait la supporter : il mourait aussitôt, immanquablement. Il portait une crête, était couvert d’écailles et d’aiguillons, et répandait en abondance un venin violent qui consumait tout, la végétation et tout ce qu’il atteignait [19]. Il tuait bêtes et hommes, mettant à mal tous ceux qui l’approchaient, de son haleine, plus fétide que rien d’autre au monde. Il avait privé la population de sa terre et menait là une très rude guerre. Il se tenait près d’une source qui se répandait en un large cours d’eau [20]. C’est là qu’il imposait orgueilleusement sa domination. Nul n’osait s’approcher de lui : il avait terrorisé la population au point que tous sans exception s’en étaient allés. Il avait dévasté et détérioré les régions qui l’entouraient, car la chaleur y était intense. Pas une goutte de pluie n’y tombait et le pays n’avait d’autre fleuve que celui dont il s’était emparé : ni homme ni bête n’habitait à proximité car quiconque buvait de son eau mourait aussitôt. L’inquiétude de la population grandissait devant ce pays ravagé [21] où l’on ne trouvait plus de quoi faire paître [22] ni le bétail ni les brebis, où la nourriture manquait et l’eau était très rare. Comme il était impossible qu’un homme leur apportât un quelconque secours, ils mirent tous leurs espoirs en Dieu pour débarrasser ce lieu du serpent. Ils vinrent trouver leur évêque et lui adressèrent d’émouvantes supplications pour qu’il priât Dieu de débarrasser la terre de ce serpent et de ces souffrances. L’évêque leur ordonna [23] d’observer tous un jeûne de trois jours et de s’abîmer dans les manifestations d’affliction, afin que Dieu entendît leurs oraisons. La population tout entière jeûna, comme il l’avait ordonné, et fit de généreuses aumônes, chacun sur ses revenus [24]. Les prêtres chantaient des messes et mettaient toute leur application à prier Dieu. On demanda publiquement à la population [25] d’être équipée, le troisième jour, pour aller éliminer la bête ou la tuer par quelque moyen [26] que ce fût. Tous (et ils étaient légions) se levèrent de bon matin ; en masses compactes, ils s’en allaient vers ce serpent. La peur faisait pâlir et les couards et les courageux. Ils étaient fort bien armés, de javelots, de lances, et d’épées. Les clercs qui les accompagnaient portaient leurs reliques et leurs croix, et clercs et laïcs avançaient tous en tremblant, car ils pensaient mourir sur-le-champ [27]. Ils pensaient aussi bénéficier de l’aide de Dieu, par l’intermédiaire de l’évêque placé à leur tête : le fait qu’il les eût accompagnés les rassurait un peu. Pas à pas, doucement, ils avançaient tous ensemble, sans aucune assurance, tant ils avaient peur. Ils parvinrent à l’endroit où la bête se tenait habituellement. Elle avait, avec son venin, mis à mal le pays tout autour d’elle : arbres, herbes, et tous les blés, elle avait tout brûlé, incendié, grillé [28]. Ils regardèrent devant eux et la virent : stupéfiés par sa taille, ils n’osaient avancer, bien près de faire tous demi-tour ; mais reprenant courage, ils poussèrent une puissante clameur et l’attaquèrent de toutes parts. Mais le serpent était endormi : c’est ce qu’ils pensèrent, car il ne bougeait pas. Rien d’étonnant à cela : il était mort. Tous se précipitèrent alors à qui mieux mieux [29] en le voyant sans aucun mouvement. Celui qu’ils avaient tant craint auparavant quand il était en vie, voilà qu’ils l’examinaient en toute sécurité : il était coupé menu et les morceaux gisaient çà et là. La population tout entière se demanda avec étonnement qui avait fait cela, s’interrogeant à propos du bouclier qu’elle avait aperçu à côté du corps et de l’épée qui s’y trouvait aussi [30]. Ils pensaient que c’était un fantôme. C’est qu’ils n’avaient pas eu connaissance d’armes de ce genre, n’étant pas experts [31] en bataille. Le bouclier était resplendissant et l’épée presque autant. Chacun était convaincu que ce serpent avait été tué avec ces armes qui se trouvaient là. Mais par qui ? Ils l’ignoraient. Ils s’en retournèrent pleins de joie [32] et d’allégresse, mais aussi préoccupés de chercher qui les avait débarrassés de ce serpent et pourquoi il avait laissé ces armes. L’évêque était soucieux [33] de connaître la réponse à cette question qui l’inquiétait. Toute la population veilla cette nuit-là, priant Dieu avec ferveur ; l’évêque aussi fit ses oraisons [34] à genoux. Tant de prières parvinrent à faire descendre saint Michel des cieux. Il apparut à l’évêque entouré d’un vif éclat et lui dit clairement : « En vérité, je suis Michel ; et je suis constamment en présence de Dieu. J’ai mis à mort ce serpent, je l’ai tué : si je l’ai fait, c’est parce que l’effort d’aucun être humain n’aurait pu le détruire. En vérité, je le dis en toute sincérité, j’ai usé dans la bataille d’armes comme celles que tu as trouvées près du serpent : pas de doute, je ne mens pas ! [35] Ce n’est pas que j’aie besoin d’armes comme celles que tu as vues hier, mais je veux montrer clairement à ceux qui manquent d’intelligence ou qui ne peuvent concevoir ou comprendre [36] toute chose spirituelle, que je suis celui dont Jean dit qu’il combattit le dragon [37]. La bataille dont saint Jean fait le récit fut incontestablement spirituelle. Laissons cela ; louez à présent celui qui, par mes efforts, vous a libérés de ce serpent et envoyez en hâte vos messagers au-delà de la mer : faites porter à notre mont ce petit bouclier et notre épée, avec lesquels j’ai décapité cette bête. Ceux qui sont au-delà de la mer se réjouiront fort de ces armes quand ils les verront ».
 
Atant li angles s’enn’ala ;
 
Et l’andemein cil recunta [109]
 
Trestot icen que out oï
 
A son pueple qui l’atendi [110].
 3625
Damledeu unt lors gracié
 
Et hisnelment apareillié [111]
 
Quatre homme nez de la contree
 
Qui porterunt o els l’espee [112]
A-f. 57v 
57vEt l’escuet des que al mont
 3630
Si cum li angles le semunt [113].
 
En es lespas cil mer passerent ;
 
Quant outre sunt, si s’entorneirent [114],
 
Dreit vers Gargaigne, le chemin,
 
Mes unc n’i porent mestre fin [115]  :
 3635
Al mien espeir, plus retornouent
 
En un sol jor qu’en dous n’alouent [116].
 
Li uns d’els l’autre areisonna,
 
En merveillant li demanda [117]
 
Que cen deveit que tant esrouent
 3640
Et un sol point ne s’avenchouent [118]  ;
 
Ja aveient molt jorz esré
 
Et tozdis erent retorné [119]  :
 
« Nostre evesque nos enveia
 
Al mont, unques nel devisa [120],
 3645
Qui seint Michiel est proprement,
 
Et nos alun, ne sei comment [121],
 
A Gargaigne de la Mugé ;
 
Et cinn’a un novel fundé [122],
 
Ce nos dit l’en, de seint Michiel.
 3650
Quer depreium le rei del ciel [123]
 
Et l’archangle qu’il nos aveit :     ↪  glossaire
 
A cel mont la alun tot dreit [124]  ».
 
Li jor s’en veit et quant noit fut,
 
Li archangles lor aparut [125]
 3655
En vision, qui lor a dit
 
Que il augent al mont trestuit [126],
 
Celui qui Tumbe est sornommez
 
Et novelment esteit fundeiz [127].
A-f. 58r 
58rEmprof lor dist que molt l’enmout,
 3660
Souventes feiz le visitout [128]  :
 
Molt amera cels qui irunt
 
Et qui por lui l’enorerunt [129]  ;
 
Acceptables a Deu esteit
 
Quer richement l’en li serveit.
 3665
Par bon courage qui ira,
 
Qui pelerin en estera [130],
 
Sa preiere sera oïe
 
Delivrement, s’en Deu se fie [131].
 
Quant cen out dit, si s’enn’ala
 3670
Meis chescuns d’els retenu a [132]
 
Trestot icen que il out dit.
Alors l’ange s’en alla ; le lendemain, l’évêque raconta tout ce qu’il avait entendu à son peuple qui l’écouta attentivement [38]. Ils rendirent alors grâce à Notre Seigneur et équipèrent rapidement quatre hommes natifs de la région qui porteraient au mont l’épée et le petit bouclier, comme l’ange les y incitait. Ils traversèrent immédiatement la mer ; une fois de l’autre côté, ils prirent tout droit le chemin du Gargano, mais sans pouvoir aboutir : je crois qu’ils reculaient plus en un seul jour qu’ils n’avançaient en deux. L’un d’eux fit alors part à l’autre de sa surprise [39] et lui demanda comment il se faisait qu’ils marchaient [40] tant sans avancer d’un seul pas ; ils avaient déjà marché plusieurs jours et étaient chaque fois revenus à leur point de départ ! « Notre évêque nous a, sans plus de détail, envoyés au mont qui est proprement [41] celui de saint Michel, et nous allons, je ne sais comment, au Gargano de la Murgé [42] ; mais il y en a un ici, récemment fondé, nous dit-on, qui porte le nom de saint Michel. Prions donc le roi du ciel et l’archange pour qu’il nous guide [43], et allons tout droit à ce mont-là ». Le jour déclinait et, quand la nuit vint, l’archange leur apparut : dans cette vision il leur dit d’aller tous au mont, celui qui portait le nom de Tombe et venait d’être fondé. Il leur dit ensuite qu’il l’aimait beaucoup et qu’il y venait souvent en visite : il aimerait beaucoup ceux qui y iraient et l’honoreraient par amour pour lui. Il était agréable [44] à Dieu car on l’y servait avec magnificence. Celui qui y irait dans de bonnes dispositions, qui y séjournerait en tant que pèlerin, verrait sa prière entendue aisément, s’il croyait avec confiance en Dieu. Sur ces mots, il s’en alla, mais chacun d’eux avait retenu tout ce qu’il avait dit.
 
L’endemain lievent matin tuit [133]  ;
 
En lor chemin s’en sunt entrei.
 
De ceste chose unt molt parlé [134]  ;
 3675
Tant unt esré qu’il sunt venu
 
En ceste igliese ou cel escu [135]
 
Vnt presentei, et cele espee,
 
Puis unt l’ovre tote contee [136],
 
De chief en chief, si com el fu ;
 3680
A grant joie sunt receü [137].
 
Enorables hommes pareient,
 
Por cen trestuit bien les creieient [138].
 
Li pueples toz s’esleeça
 
De ces armes que veü a [139].
 3685
De la bataille non veiable
 
Que seint Michiel fist al diable [140],
 
Si cum le dit apertement
 
Apocalipse, qui ne ment [141],
A-f. 58v 
58vLor souveneit, et por cen creit
 3690
Tot li pueples qui i esteit [142]
 
Que ceste fut veraiement
 
Por demostreir apertement [143]
 
Que l’autre aveit iessi estei
 
Cum seinz Johan l’aveit contei [144].
 3695
Les nuns des hommes sunt enquis
 
Et es chartres del mostier mis [145].
 
Jen meesmes jadis les vi,
 
Dist li priors, mes en oubli [146]
 
Leis ei toz mis quer molt a tens
 3700
Que je n’oi mes d’els nul porpens [147].
 
Quant cest mostier l’autre an arz fu,
 
O noz chartres furent perdu [148].
Le lendemain ils se levèrent tous de bon matin et se mirent en route, en discutant longuement de cet événement. Ils parvinrent enfin à cette église où ils déposèrent ce bouclier en présent, et cette épée. Puis ils racontèrent toute l’affaire, d’un bout à l’autre, comme elle s’était déroulée. On les reçut avec grand plaisir. Ils paraissaient être des hommes respectables, c’est pourquoi tous les croyaient volontiers. La population tout entière se réjouit à la vue de ces armes. La bataille invisible que saint Michel livra contre le diable, comme le dit clairement l’Apocalypse qui ne ment pas, leur revenait en mémoire, et c’est pourquoi toute la population présente croyait que cette bataille-ci avait véritablement eu lieu pour démontrer clairement que l’autre s’était déroulée comme saint Jean l’avait racontée. Les noms de ces hommes ont été recherchés et notés dans les chartes du couvent. 
Moi-même, je les ai vus autrefois, dit le prieur, mais je les ai tous oubliés car il y a fort longtemps que je n’ai eu pour eux la moindre pensée. Quand ce couvent brûla l’autre année, ils furent perdus en même temps que nos chartes [45].
 
Sire archevesque, or ai conté
 
De cest escu la verité [149].
 3705
Nos anceisors mielz le guarderent
 
Que nos assez, et enoreirent [150].
 
Bien esteient icil poiant
 
Por qui ert trait jadis avant [151],
 
Mes por cen est ore en vilté
 3710
Que a toz est abandonné [152] ».
Voilà, Monseigneur l’archevêque, je vous ai raconté l’histoire véritable de ce bouclier. Nos prédécesseurs l’ont bien mieux que nous conservé, et honoré. C’est pour les puissants de ce monde qu’on le sortait autrefois au jour, mais il se trouve à présent dans un état misérable, parce qu’il est accessible à tous ».
 
Se alcuns est qui aut doutant
 
De cest escu et mescreant [153],
 
Responde nos de la leçon,
 
Qu’en la Bible souvent leison [154],
 3715
De la magne, dont el veneit,
 
Dunt el desert la gent viveit [155],
 
Que Damledeu aveit toleite
 
A Pharoan qui l’out destreite [156].
A-f. 59r 
59rIl est escrit que el ploveit
 3720
D’en sun le ciel et descendeit [157].
 
Vne chanee en fut portee
 
Fors del desert et bien gardee [158]
 
Dedenz le temple Salomon,
 
Plus de cent anz, cen releison [159].
 3725
Ne pain, ne char, n’aveit cel gent,
 
Ne nul autre sostenement [160],
 
Fors cele manne qui dura
 
Quarante anz prof, unc ne lascha [161].
 
Vne boiste a a Reins en France,
 3730
Dedenz a oiele, senz dotance [162],
 
Qui vint del ciel veablement.
 
Cen recontent encor la gent [163]
 
Si que uns angres la porta,
 
Ne ja en France reis n’aura [164]
 3735
Qui de cest oiele ennoigt ne seit
 
Quant est sacrei et beneiet [165].
 
Se de la magne est bien creüz,
 
Et de l’oiele, que descenduz [166]
 
Devers le ciel seient jadis,
 3740
Tot autresi, cen m’est avis [167],
 
Deit l’en creire de cest escu
 
Que il reseit de la venu.
 
Ja creit l’en bien que seint Michiels
 
Prist un paile jadis es ciels [168]
 3745
Et a Gargaigne l’aporta
 
Et l’en mescreit icen deça [169]  !
 
N’i deit aveir pas mescreance,
 
Sospeçon male ne doutance [170]  :
A-f. 59v 
59vMiracle fut tot altresi
 3750
Cum un de cez dunt je vos di [171].
Si quelqu’un a des doutes [46] à propos de ce bouclier et n’y croit pas, qu’il nous dise ce qu’il pense du passage de la Bible que nous lisons souvent, sur l’origine de la manne, dont le peuple dans le désert tirait sa subsistance, et que Notre Seigneur avait prise à Pharaon qui l’avait lui-même subtilisée [47]. Il est écrit qu’elle descendait en pluie du haut du ciel. Le contenu d’une cruche [48] fut emporté hors du désert et bien conservé dans le temple de Salomon pendant plus de cent ans, lisons-nous aussi [49]. Ce peuple n’avait ni pain, ni viande, ni aucune autre subsistance en dehors de cette manne qui se maintint pendant près de quarante ans sans jamais manquer [50]. Il y a à Reims, en France, une boîte dans laquelle il y a, sans aucun doute, de l’huile venue du ciel à la vue de tous. Les gens racontent encore qu’un ange l’apporta [51] et qu’il n’y aura pas en France de roi qui ne soit oint de cette huile quand il reçoit le sacre et la bénédiction [52]. Si, pour la manne, on croit fermement, comme pour l’huile, qu’elles sont descendues du ciel autrefois, je pense qu’on doit tout autant croire, pour ce bouclier, qu’il est aussi venu de là-haut. 
On croit bien que saint Michel prit un manteau autrefois dans les cieux et l’apporta au Gargano, et l’on ne croit pas à ce qui s’est produit par ici ! Il ne doit y avoir ni incrédulité ni soupçon pernicieux ni doute : ce fut un miracle exactement comme un de ceux dont je vous parle.
 
Or ferai ci ma repousee,
 
Quer de l’escu, et de l’espee [172],
 
Vuil plus dire qu’uncor n’en ai,
 
De sa façon que veü ai [173].
 3755
Quer tel mil homme encor orrunt
 
Cest romanz liere, qui au mont [174]
 
N’aurunt esté en lor vivant.
 
Si lor iert vis merveille grant [175]
 
Quant il orrunt de lor faiture
 3760
La merveille qui encor dure [176],
 
Et sin vendrunt plus volentiers
 
Le leu veier qui molt est chiers [177].
Je vais maintenant m’octroyer une pause [53], car je veux, à propos du bouclier, et de l’épée, en dire plus que je ne l’ai fait jusqu’à présent sur leur aspect extérieur [54], que j’ai vu. Car il y aura encore bien mille hommes [55] à qui on fera lecture de ce récit [56] et qui, de leur vie, n’auront jamais été au mont : ils seront très impressionnés quand ils entendront l’étonnante description de la forme de ces objets [57], encore visibles, et ils viendront alors plus volontiers voir ce lieu si précieux.
 
Li escuz est de tel façon
 
Cum est escu a champiun [178]  :
 3765
Vne boclete a el milié
 
Et quatre croiz environ lié [179],
 
Neielees bien a argent.
 
Clous a es braz bien plus de cent [180]
 
Qui sunt d’argent el sommeron,
 3770
Desoz de coivre ou de laton [181]  ;
 
Entre la croiz et la boclete,
 
Qui est agüe et petitete [182],
 
A un cerne bien adoubé
 
D’altretels clous com ai conté [183].
 3775
En l’escuet a quatre braz
 
Qui s’en iessent par quattre parz [184].
 
De cel cerne que vos oiez
 
En la bocle furent jostez [185].
B-f. 97r 
97rParmé la croiz sont estendu
 3780
Des ques a l’eur de cel escu.
 
Ne sei d’arein ou de laton,
 
A un cercle tot environ.
L’écu a la forme d’un bouclier de champion [58]. Il a en son milieu une petite bosse [59] entourée de quatre croix [60] ornées d’émail noir bien serti d’argent [61], avec sur les bras [62] plus de cent clous, dont le dessus est d’argent et le dessous de cuivre ou de laiton. Entre la croix et la petite bosse, pointue et toute petite, se trouve un cercle orné [63] de clous pareils à ceux dont je viens de parler. Il y a sur ce petit bouclier quatre bras qui partent de quatre côtés différents. Ils ont été assemblés sur la bosse, à partir du cercle dont je vous parle. Ils s’étendent sur la longueur de la croix jusqu’au bord du bouclier, tout autour duquel se trouve un cercle dont je ne sais s’il est d’airain ou de laiton.
 
Meindre sereit a gieu d’esfans,
 
Qui sunt petiz et non sachanz,
 3785
Cil escuet dunt je vous cont
B-f. 97v 
97vQu’a autre rien qui seit el mont.
 
Des la bocle l’espannereit
 
Vn hom soef el plus destreit
 
Et el plus lé tot ensement :
 3790
Ja n’i areit recovrement [186].
 
Il est un poy cambre et cufez
 
Et par baller un poy cassez.
 
Je ne sei pas tres bien certains
 
Se c’est fin cuivre ou areins [187],
 3795
Ou seit d’orchau ou de laton,
 
Mes molt est bele sa façon [188].
 
Entalliez fut bien o cisel,
 
Molt par fut gent quant fut novel.
 
Vne chaïne dedens a :
 3800
Bon fevre fut qui le forga.
 
D’un metal sont l’escu et lé,
 
Ce dient cex qui ont gardé.
Ce petit bouclier dont je vous parle serait comparable, en plus petit, à un jouet pour de petits enfants [64] inexpérimentés, plutôt qu’à tout autre chose au monde. À partir de la bosse, un homme le couvrirait aisément, dans sa partie la plus étroite, de toute la largeur de sa main écartée [65]. Il en serait de même dans sa partie la plus large ; il n’offrirait aucune protection [66]. Il est un peu tordu [67] et cabossé [68] et, du fait qu’il a été ballotté [69], un peu cassé. Je ne sais pas avec certitude s’il est en cuivre fin ou en airain, en archal [70] ou en laiton, mais sa forme est très belle. Il a été bien travaillé au ciseau, et était vraiment très beau quand il était neuf. Une chaîne se trouve à l’intérieur. Celui qui le fabriqua était un bon forgeron. Le bouclier et la chaîne sont du même métal [71], d’après ceux qui les ont examinés.
 
Lerei de cest et descrirei
 
L’espee, eissi comme je sei [189]  :
 3805
De metal est, ne sei le non,
B-f. 98r 
98rS’arein ne rest, cuievre ou laton ;
 
Plain pié n’a mie de longor,
 
Ne treis deie de laor.
 
Entalliez furent a cisel
 3810
Li ponz, li heut qui molt sont bel [190]  ;
 
Il i a laz bien trejetez
 
D’or et d’argent, et flors assez [191].
Je vais laisser ce sujet et décrire l’épée, selon ce que j’en sais : elle est faite d’un métal dont j’ignore si c’est aussi de l’airain, du cuivre ou du laiton. Elle n’a pas un pied entier de longueur ni la valeur de trois doigts [72] de largeur. Le pommeau [73], la garde [74], qui sont fort beaux, ont été travaillés au ciseau. Elle a des liens bien ornés d’or et d’argent et de quantité de fleurs [75].
 
De cest avon traité assez,
 
Or oez autre, se volez.
Nous avons assez traité de cette question. Je vais vous parler maintenant d’autre chose, si vous voulez.

~

1   3375-3418 absents dans A ; B : De saint esperit me veut aider.

2    auques ront.

3    Et sor recel out poste.

4    Que vns vint hons ; Ne sui.

5    com il vint.

6    sor se lautel.

7    Se que en.

8    enfanz ; ou fu

9    Sire arceuesque oy auez Com cest mont fut iadis fondez.

10    Il est molt naure (nature ?) leenz Ce veiez vous.

11   A : Meis ledefice . et tote louure : couure ; B : Mes ledefice et tote leuure : coure.

12    noz liures qui laual sont Trouon ; cest mont.

13    saint aubert ; les sainz angres damede.

14    li glese et atorna.

15    deu paile ; en gargagne.

16    D’autres reliques i dona ; seenz ; en a.

17    cest iglese.

18    Espeissement ; medi.

19    parz tout autressi ; grant gent.

20   A : Qui il ; B : auoient ; acheson Que il venissent ce leson.

21    Auis (Ains ?) onques homo ne veneit.

22    aureperer.

23    Estre tot seurs ce esteient.

24    saint michel que aueient.

25    Hons ; merueller ; imet ceux qui lont.

26    qui le seruent ; en est cil vreiement.

27    temps ; seenz et maint moine.

28    vn reaume ; nomer

29    Mes ; deu rey.

30   A : Gros . et enfle . noiseable agent ; B : Ileuc ; Gros et enfle ne semble a gent.

31   A : estent ; B : esteit ; Ne le poet.

32    onques sofrir ; lestoueit empres.

33   A : Et hericiez . et habundons ; B : Crestoz ; eschardos Et hericiez et habundos.

34   A : Herbes . et cen que consueit ; B : Herbes et ce que conseueit.

35   A : Bestes . et hommes ; B : Bestes et homes ; le mal meteit.

36    puet ; nulle rien ; onques .

37    Illeuc feseit molt apre.

38    fonteine pres ; eue.

39    orguel illeuc regnot Nus apremer vers li nosout.

40    espouantee Que le sen est.

41    den viron.

42    molt grant ; ne ploueit.

43    Ne fleuue nul neut eu pais Mes sol ycel que el.

44   A : Huens . ne beste ni habitout Quer quin en ; B : Hons ne beste ni abitout Qui en beueit empres.

45    Li peuple esteit ; angoissez : essiliez.

46   A : A lor bestes . ne alor berbiz ; B : trouerent ; petiz A lor bestes ne alor brebiz.

47    De lauitalle orent ; Et deue ; escharcete.

48    poet Fere adiutoire ; endret.

49    mis tot.

50    ont.

51    Ost.

52    Leuesque lor a apres dit ; treis iors.

53    Et seient toz en afflictions Que deu oit.

54    Trestot le peuple ; Si com sil.

55    Aumones ; 3514 absent dans B.

56    proueires ; se penoent.

57    Au peuple ; tiers.

58   A : angieg ; B : De seul serpent ; engin.

59    peuple ; Donc ; ya.

60    grans ; espeissement ; En aloient el a.

61   A : Et li coart . et li ; B : De la puor erent ; Et li coart et li.

62   A : De darz . de lances. et despees ; B : Ces gens ; De dars de lances despees.

63   A : Lor reliques . lor ; B : Lor reliques lor ; oueuc eus aloent.

64    Et clers et laiz uont touz tremblat ; tot errant.

65    Auer ; aye.

66    Por ce ; o eus ; vn poy.

67    autre ; Aloent ; communaument.

68   A : poient ; B : Por la puor que il auoient Asseurer 
ne se poent.

69    Au leu vindrent ; donner (dormer ?).

70    En viron lei ; maumis.

71   A : Arbres . Herbres . et ; bruiz . arz . et ; B : Arbres herbes et ; 3546 absent dans B.

72    Deuant eus ; lont.

73    ont molt dote Par poy.

74    recoure ont ; Lors ses crient tuit hautement.

75    De toutes pars lont en vaye ; la serpent ert en dormie.

76    Se lor ert vis ; meruelle.

77   A : enz ainz tuit uunt ; petit . ne grant ; B : ainz ainz vont ; ne se mout ne poy ne grant.

78    que il ; creun (?) .

79    Esgardoent sourement.

80    erent ; Li peuple ; se meruella.

81   A : out fait . et ; B : ot feit et ; ont.

82    De li espee qui iesteit ; se seit.

83    nauoient ; embatalle.

84    Li escu ; reflambiant ; pres dautre tant.

85    Nus ne doutout ; cil serpent ; occis.

86    O ses armes qui illeuc ; Mes ; feit ; sauoient.

87    Joianz ; Mes ; se penerent.

88    ses armes por quei lessa.

89    Lieuesques ert dotous ; 3582 absent dans B.

90    Tout li peuple ; vella.

91    Li euesque agenollons ; les soues.

92    ont preie ; saint michel ; deuers le ciel.

93   3590 absent dans B.

94    michel.

95    sui deuant de ; ay.

96    Por ce le feit ; Neu destruisist ; paine.

97   A : Veraiment ; B : Veraiement ; sanz falle Tex armes eu ; batalle.

98    Ne dotez pas de rien nenment.

99    Neent por ce que aie ; De ces armes que veis iert.

100    Mes ; cex qui nont.

101    ne seuent porpenser Espirital.

102    Quer ; que iohan dist ; Qui au dragon se combatist.

103    Espirital ; la batalle ; saint ; sans falle.

104   A : de cest laisson . mes ; B : leisson mes or orez ; vous.

105    de cest ; Et en voiez.

106    Voz messages outre la mer ; fetes porter.

107    Dont ; ay.

108    doutre mer ; auront ; ses armes.

109   A : lademain ; B : li angre sen ala ; len demain cil reconta.

110    Trestout ice que out oy A son peuple qui lentendi.

111    Damedeu ont ; Isnelement sont aparilie.

112    Quatre homes ; Qui porterent o eus.

113    desques au mont ; 3630 absent dans B.

114    Isnelepas ; sentornerent.

115    onc ; metre.

116   A : espier ; B : retornoent : naloent.

117    Li vn de eus ; aresona En meruellant.

118    Que ce ; errouent A vn sol ; sauancoent.

119    Ja auoient moz iors errez : retornez.

120    nous en voia Au mont onques neu.

121    saint michel ; nos alon ne sey.

122    A gargaine de la mouge Et ici en a vn nouel fonde.

123    Et nos dist ; saint michel ; de preion le rey deu ciel.

124    alout tout dreit.

125   A : Li archagles ; B : nuit ; Li archangre ; apparut.

126    aumont.

127    sornomez ; nouiament ; fondez.

128    Apres lor dit ; la mout Souentes foiz les.

129    Mout ; ceux qui iront : le henoreront.

130    corage.

131    oye ; ce fie.

132    si sen ala Mes checun deus.

133    ice que out dit.

134    entre ; ont.

135   A : igliesie ; B : erre ; En ceste iglese o.

136   A : Vnt presentei . et ; B : Ont presente et ; ont leuure.

137    si come.

138   A : les creient ; B : Honorables homes ; Por ce ; les creient.

139    Li peuple tot ses lessa ; ces armes.

140    la batalle non veable ; saint michel ; au diable.

141    Lapocalispse qui nemen.

142   A : qui esteit ; B : soueneit ; por ce ; le peuple qui iesteit.

143    fust ; demostrer.

144    ici ; saint.

145    les nons des homes sont anquis ; deu mostier.

146   A : li priors . mes en oubli ; B : Je meimes ; le prior mes en obli.

147    Les ai touz mis ; temps ; deus.

148    ars.

149   A : ceste escu ; B : arceuesque.

150   A : assez . et enoreirent ; B : Noz ; miex le garderent ; assez et henorerent.

151    puissant.

152    Por ce ; en vite : abandone .

153    Si aucuns ; dotant.

154    Responde vous ; souent.

155   A : donc ; Duun ; B : de la manne dunc el ; eu desert.

156    damedeu ; pharaon.

157   A : Il escrit que el ploueit ; B : Li escrit dient quil ploueit Den son.

158    deu desert.

159    Dedens ; salemon ; ce .

160   A : Ne pain . ne char . naueit ; B : Ne pain ne char nauet ; soutenement.

161    Fors de celle ; pres onc.

162    Dedens a oele sans.

163    deu ciel ; Ce racontent.

164    vn angre ; rois naura.

165    cel oile oint ; sacre et beneit.

166   A : quest descenduz ; B : de la mangne ; Et de leule est descenduz.

167    serent ; Tot autressi cemest.

168    saint michel : eu ciel.

169   A : icen deca  (ponctuation) ; B : ice deca.

170    Nedeit auer ; Sopecon ne mal ne dotance.

171   A : dunc ; B : autressi ; donc ie vous.

172   A : de lescu . et ; Grande initiale aussi dans B : Or ferei si ma reposee ; de lescu et.

173   A : Vuil plus direi qunncor nen ai ; B : Veil plus dire que encor nai ; que veue ai.

174   A : Eez romanz liere . qui ; B : tex mil homes encor orront Cest romanz liere qui.

175    Nauront estei en ; Si lor est meruelle grant.

176    feiture La meruelle.

177    Et si i vendront ; Le lieu.

178   A : chapiun ; B : Li escu ; escu de champion.

179    eu mileu ; en viron ley.

180   A : Neieles ; B : Nielees (e suscrit).

181    eu someron De souz de cuiure.

182    a la bocleite.

183    adobe Dautre tex clous.

184    Et lescuet a quatre braz Qui sen eissent par quatre pars.

185    vous oez.

186    niaueit.

187    Ce cest.

188    dorchan.

189    Lespe.

190    li hent.

191    Illia.

~

1    Chiés, cas sujet singulier ou cas régime pluriel de chief (latin populaire capum, classique caput) « tête », a entre autres sens celui d’« extrémité, bout ».

2    Ront : le copiste de B emploie ailleurs dans le texte la forme ront, à laquelle correspond dans A roont, issu du latin rotundus. C’est dans le courant du XIVe s. que la voyelle en hiatus s’est amuie dans cet adjectif que l’on rencontre dans les textes plus anciens sous les formes roont ou reont. On peut donc supposer que la forme d’origine était dissyllabique, dans un octosyllabe alors régulier. Pour la même raison, nous suggérons, au v. 3384, une leçon poesté en trois syllabes à la place de la forme réduite posté (latin potestátem).

3    Fiee, avec diérèse, du latin *vicata, dérivé de vices « fois » ; cf. v. 2642, la forme correspondante de A, feiee.

4    Dom Jean Laporte, « L’épée et le bouclier dits “de saint Michel” » , in Millénaire monastique du Mont Saint-Michel, t. II, Vie montoise et rayonnement intellectuel, Raymonde Foreville (dir.), Paris, P. Lethielleux, 1967, p. 399 note, à propos de cet épisode : « … il n’y a donc pas de tradition arrêtée à ce sujet ».

5    Rover, du latin rogáre, « demander, prier, ordonner ».

6    Cf. FEW IX, 394 a, prior (« le premier de deux ») : « supérieur dans certains monastères » et TLF XIII, 1182 b-1183 a, prieur : dans l’ordre de saint Benoît, « moine ou moniale venant directement après l’abbé ou l’abbesse ». Cf. aussi infra, v. 3418.

7    Siecle, du latin saeculum, désigne une longue période de temps, mais aussi la vie du monde par opposition à la vie spirituelle. Cf. aussi au v. 2793 cest siecle : « ce monde », par rapport à l’autre siecle : « l’au-delà ».

8    Nous considérons le syntagme de saint Jehan comme complément du nom autel ; il ne peut évidemment s’agir de l’autel consacré à saint Jean l’Évangéliste par l’abbé Jean de la Porte (1314-1334), mais plutôt d’un autel dédié à saint Jean Baptiste et dont on ne connaît pas l’emplacement ; cf. dom Joseph Lemarié, « La vie liturgique au Mont d’après les ordinaires et le cérémonial de l’abbaye », in Millénaire monastique du Mont Saint-Michel, t. I, p. 310-311. François Neveux, « Les reliques du Mont Saint-Michel », in Pierre Bouet, Giorgio Otranto et André Vauchez (dir.), Culte et pèlerinages à saint Michel en Occident. Les trois monts dédiés à l’archange [actes du colloque international de Cerisy-la-Salle, 2000], Rome, École française de Rome (Collection de l’École française de Rome ; n° 316), 2003, indique (p. 251) à propos de ces objets : « Ils sont signalés dans l’inventaire [des reliques] de 1396 et se trouvaient certainement au Mont dès le XIe siècle ». Dans son récit de voyage, le chevalier von Harff, pèlerin allemand de la fin du XVe siècle, évoque la présence au Mont d’« une épée longue d’une main et demie, qui a l’apparence du cuivre, avec laquelle on dit que l’ange saint Michel aurait vaincu le démon » (Vincent Juhel, « Itinéraire d’Arnold von Harff, pèlerin allemand au Mont-Saint-Michel à la fin du XVe siècle », in Vincent Juhel (dir.), Chemins et pèlerins [actes des rencontres historiques d’Ardevon, 2002], publiés dans la Revue de l’Avranchin et du Pays de Granville, t. 80, 2003, p. 202-203).

9    Nous traduisons ici prior par « ancien » : la transmission de la tradition s’est faite des moines les plus âgés aux plus jeunes. Cf. le passage correspondant du De scuto et gladio :Replicabat autem ab integro summatim antiquas ecclesiae historias quas vel ab ipsis archivis coenobii hauserat seu a prioribus suis olim puer audierat. (Chroniques latines…, Pierre Bouet et Olivier Desbordes (éd.), Baudri de Dol, De scuto et gladio II, 3, p. 351 où prioribus est traduit par « anciens »).

10    Es plus antis : la confusion entre as (enclise de a les) et es (= en les), fréquente en moyen français, est à imputer au copiste de B. Elle s’est conservée dans les parlers de l’Ouest d’oïl, dont les parlers normands. Antif, anti (ici au cas régime pluriel antis) est issu du latin populaire *anticum (classique antiquum).

11    Le participe passé du verbe norrir « élever, éduquer » pourrait désigner ici un oblat, enfant offert par ses parents à un monastère. Cf. notre introduction.

12    Le site lui-même ne doit rien à l’homme, contrairement aux constructions qui s’y trouvent. Cf. Chroniques latines…, Pierre Bouet et Olivier Desbordes (éd.), De scuto et gladio III, 1, p. 351 : « Domine, inquit, archiepiscope, ut nostis, Mons iste ab originali montium constitutione constitutus est, sed quod superapositum est hominis opus est, immo multo magis quaedam divinae voluntatis et ordinationis approbata efficacia est ».

13    Cf. v. 2788 et 3438-3439.

14    Cf. les Annales du Mont Saint-Michel, dans le manuscrit Avranches, BM, 211, pour l’année 708 (f. 72r) : Hoc tempore revelatio huius loci facta est sub Alberto, Abrincis episcopo.

15    Par la graphie enna avec redoublement du n, l’auteur ou le copiste note la nasalisation du e et la prononciation du n devant l’initiale vocalique a (P3 du présent de l’indicatif de avoir). Cf. sinnai, v. 3239 et s’enniert, v. 3484.

16    Avisunques « à peine ». Cf. FEW XIV, 26 b, umquam : avis onkes « à peine, ne… guère » est d’emploi fréquent chez les auteurs normands et anglo-normands (Wace, Philippe de Thaon, Marie de France).

17    Estre, préposition, du latin extra : « outre, excepté, en dehors de ».

18    Cf. Chroniques latines…, Pierre Bouet et Olivier Desbordes (éd.), De scuto et gladio IV, 1, p. 353 : Illis in temporibus ultra Angliam in remotissima quadam regione cui praeerat rex Elga nomine…

19    Consueit : imparfait de consievre, consivre, consuir, latin populaire *consequere, class. consequi « poursuivre », « atteindre en frappant ».

20    A présente trois occurrences (v. 3480 et 3498 et au v. 3901) de la forme aigue, « eau ». La leçon de B, eve, forme de l’Ouest d’oïl, figure aussi à de nombreuses reprises dans A (v. 441, 451, 544, 829, 838…).

21    Essilier /exilier, du latin tardif exiliare « bannir », a en ancien français, outre ce sens, celui de « ravager, ruiner ».

22    Pestiz, mis pour pastiz « pâture, pâturage », du latin pastum « nourriture des animaux ».

23    Au sens médiéval d’« ordonner », attesté ici, s’est substitué au XVe siècle celui d’« annoncer à l’avance », calqué sur le latin praedicere.

24    Sostenement, dérivé de sostenir : « secours », « fait de subsister » et, par métonymie, « vivres, revenus ». Cf. v. 3726.

25    Banir : « proclamer publiquement, au son de la trompe » (un des sens de ban est « proclamation publique »).

26    Engien (du latin ingenium « intelligence, talent ») : « habileté, ruse », « engin » et « moyen ».

27    Esrant (« errant »), employé ici, au sens de « immédiatement, tout de suite » est une forme invariable du verbe errer, du latin iterare « voyager, avancer, aller », cf. v. 3639 et 3641.

28    L’idée d’une destruction totale est rendue par trois participes synonymes, des verbes bruir, germanique *brüejan « brûler » ; ardre ou ardoir, latin árdĕre ou ardḗre « brûler » ; (h)usler, latin ustulare « brûler ». Le croisement de bruir et de (h)usler est à l’origine du verbe brûler.

29    Littéralement « à qui plus avant plus avant », « à qui précéderait l’autre » ; l’adverbe ainz est issu du latin populaire antius, de ante « devant », « avant ».

30    La valeur du préfixe re dans rester (re + ester « se tenir ») est celle de « également », « à son tour ». Cf. v. 3586.

31    Proz n’a pas ici son sens courant en ancien français de « vaillant, preux », mais celui de « habile, expert ».

32    Dans A, joieauz représente le pluriel de l’adjectif joiel (cf. bel / beaus), dérivé de joie ; Joianz, dans B, est le pluriel d’un autre dérivé, joiant.

33    Curieux, dérivé de cure, latin cura, « soin, préoccupation ».

34    Les soies oreisons (forme de A) : les adjectifs possessifs féminins de la P2 et de la P3, toues et soue(s) (forme de B), du latin tŭ́a(s) et sŭ́a(s), se sont alignés sur la P1 meie(s), moie(s) (latin *mḗa), d’où un ensemble normalisé, meie, teie, seie /moie, toie, soie, qui sera encore normalisé (en moyen français) à partir du masculin mien.

35    N’en doter pas : cf. Philippe Ménard, Syntaxe de l’ancien français, p. 160, § 161 : « L’infinitif prohibitif précédé de la négation ne traduit une défense empreinte de vivacité et réduite à sa plus simple expression.

36    Entendre : « tendre son attention vers, comprendre » ; enterver, du latin interrogare, « interroger, rechercher, aspirer à, comprendre, concevoir », se continue dans le verbe argotique entraver « comprendre ».

37    Cf. Apocalypse 12, 7 : Et il y eut une guerre dans le ciel. Michel et ses anges combattirent contre le dragon. Et le dragon et ses anges combattirent.

38    Atendre : « être attentif, porter son attention vers », est, en ancien français, synonyme de entendre.

39    Araisonner (araisnier) : « interpeller ».

40    Esrer (« errer »), du latin iterare, « faire route ». Cf. le v. 3532.

41   Proprement a le sens de « en propre », « en personne » ; l’adverbe porte sur le syntagme seint Michiel, ici complément du nom Mont sous-entendu.

42    Les Murge : collines des Pouilles situées autour du Mont Gargan. Actuellement, une commune, au sud-ouest de Foggia, porte le nom de Minervino Murge. La précision géographique ne figure pas dans le texte de Baudri de Bourgueil.

43    Aveit : P3 du subjonctif présent d’aveier, avoier : « mettre sur la voie, guider ».

44    Acceptable : emprunt du XIIe s. au latin ecclésiastique acceptabilis « agréable ».

45    À propos de cet argument qui figure dans le texte latin, cf. le jugement de dom Jean Laporte, « L’épée et le bouclier dits “de saint Michel” » in Millénaire monastique du Mont Saint-Michel, t. II, p. 408 : « L’histoire des messagers errants est un lieu commun hagiographique, et l’on regrette presque que, fabulateur trop consciencieux, l’excellent Baudri ait tenté de nous faire croire à un témoignage écrit, disparu trop opportunément pour n’être pas d’aussi pure invention que le reste ! ».

46    Aut : une des formes de subjonctif présent du verbe aller. La locution aller + forme verbale en -ant, qui peut avoir des valeurs inchoatives (« se mettre à ») ou duratives (« être en train de ») est souvent en poésie l’équivalent d’un verbe simple. C’est le cas ici, où aut doutant est l’équivalent de doute.

47    Cf. Exode 16.

48    Chanée : « contenance d’une cruche » (A. J. Greimas, Dictionnaire de l’ancien français, p. 85), est un dérivé de chane, cane « cruche ». De même origine que canne (« bâton de marche »), latin canna « roseau », canne / channe, est encore en usage en Normandie, où il désigne une cruche en cuivre utilisée pour recueillir le lait de la traite ; cf. René Lepelley, Dictionnaire du français régional de Normandie, Paris, Christine Bonneton, 1993, p. 39 (canne) et 42 (channe).

49    Cf. Livre des Rois 8, 9 : « il n’y avait, dans l’arche que les deux tables de pierre que Moïse y déposa en Horeb » ; et Épitre aux Hébreux 9, 4 : « Il y avait dans l’arche un vase d’or contenant la manne, la verge d’Aaron qui avait fleuri et les tables de l’alliance ».

50    Exode 16, 35.

51    On peut considérer que dans cette phrase que, précédé de si « ainsi, de cette manière », introduit une complétive : « les gens racontent ainsi à savoir que… ».

52    Selon la légende, la sainte ampoule de Reims contenait de l’huile sacrée, apportée par une colombe ou par un ange lors du baptême de Clovis. Une goutte de ce baume mêlé à du saint chrême servait à l’onction des rois de France lors de leur sacre. Le texte de Baudri mentionne aussi la manne, l’ampoule et le manteau du Mont Gargan.

53    Repousee est un dérivé de reposer / repouser « se reposer », du latin repausare, de même sens (cf. FEW X, 263 a, repausare). L’auteur annonce ici la digression qui va suivre, la description du bouclier et de l’épée constituant une pause dans les récits de miracles.

54    Cf. FEW III, 359 a, factio : « af. façon : forme extérieure, beauté ».

55    Cf. Philippe Ménard, Syntaxe de l’ancien français, p. 113, § 111 : « Un grand nombre se marque généralement à l’aide de vint, trente, quarante, cent, cinc cenz, mil, cent mil etc. »

56    La leçon de B cest romanz : « ce récit en langue romane » (FEW X, 453 b, romanice, adv. « en roman »), au singulier, est préférable à celle de A, eez (cacographie pour cez) romanz, au pluriel, que nous considérons comme une correction du copiste. Cf. dans A la leçon des v. 20 Fu ci(s)t romanz fait et trové, et 28 : Et mon romanz commencerai.

57    Cf. FEW III, 362 b, factura : « afr. judfr. mfr. faiture forme, façon ».

58    Cf. FEW II, 1, 155 b, *kampjo (germ.) : « fr. champion : celui qui combattait en champ clos, soit pour lui-même, soit pour la cause d’un autre (depuis le XIe siècle »).

59    Boclete, diminutif de bocle, boucle, du latin buccula, « petite joue » : la bosse du bouclier. Cf. le commentaire de ces vers par dom Jean Laporte, « L’épée et le bouclier dits “de saint Michel” », p. 400 : « Au milieu est une boclete, qui doit être la bosse centrale, l’umbo, à l’intérieur duquel se trouve effectivement la boucle, poignée par laquelle le guerrier tient son arme ».

60    Ibid., p. 399 (commentaire du texte de Baudri de Bourgueil) : « Le bouclier est presque rond ; les uns diront ovale ; d’autres rond ; il s’agit d’un ovale très ouvert, de petites dimensions, léger (tenuis), sans épaisseur, et orné de quatre croisettes ».

61    Cf. FEW VII, 126 b, nigellus, « noir » : « afr. neielé orné de ciselures remplies d’émail noir (Roland) ». Pour dom Jean Laporte, ibid., p. 403 (commentaire du texte de Guillaume de Saint-Pair), « La niellure des croisettes d’argent dont parle Guillaume de Saint-Pair est sans doute faite d’émaux de couleur rouge que les bronziers de la Tène II incrustaient dans leurs œuvres ».

62    Le substantif braz peut désigner, selon TL I, 1129, soit des lignes allant du milieu jusqu’au bord d’un écu, soit les bras d’une croix. Cf. aussi dom Jean Laporte, ibid., p. 400 (commentaire du texte de G. de Saint-Pair) : « Deux pièces, apparemment de même métal, se croisaient sur l’umbo et renforçaient l’ensemble. C’était certainement à leurs extrémités que se trouvaient ces petites croix d’argent niellé […]. Il semble que ce semis – disons de rivets – marquait plutôt les bras de la croix engendrée par ces renforcements. Entre l’umbo et les bras de la croix, il y avait un cercle de clous semblables ».

63    Adouber, que l’on rapproche du francique *dubban « frapper », a, outre le sens d’« armer, équiper un chevalier », celui de « préparer, arranger, orner ».

64    Meindre… a gieu d’esfans : cf. Philippe Ménard, Syntaxe de l’ancien français, p. 277, § 316 : « la préposition a peut exprimer le rapport de comparaison au sens de pour, en comparaison de ».

65    Espan, espain, s. m. : l’empan, mesure équivalente à la largeur de la main écartée, de l’extrémité du petit doigt à celle du pouce. Son dérivé espaner a, selon Godefroy (III, 507 a, espaner), le sens de « tenir entre ses deux mains ». Nous considérons, du fait du contexte, qu’il exprime ici l’idée de « prendre la mesure avec la largeur de sa main », proche du sens de la base espan.

66    Nous corrigeons en areit la leçon aueit de B (en l’absence du passage dans A) : le vers est en effet la conclusion logique de ceux qui le précèdent, dans lesquels l’auteur insiste sur les petites dimensions du bouclier, qui serait donc incapable d’assurer la protection de celui qui l’utiliserait. Recovrement peut être considéré comme un dérivé de recovrer (latin recuperare « rentrer en possession de ») : « secours, remède, salut » ou de recovrir (recooperire « couvrir entièrement ») : « couverture, protection », les deux verbes s’étant partiellement confondus en ancien français.

67    Cambre : « courbé, replié » ; cf. FEW II, 1, 163 b, camur « recourbé », ancien français chambre, cambre (forme normano-picarde). Le français moderne cambré est de même origine.

68    Selon le FEW XVI, 429 b, kuffen (bas-allemand), ce verbe est probablement l’étymon
de cufez, qui a, comme kuffen, le sens de « heurter, frapper, endommager ». Le verbe est toujours attesté en allemand (kuffen), en anglais (to cuff) et en suédois (kuffa).

69    Un des sens du verbe baller (du latin tardif d’origine grecque ballare), à côté de « danser » et de « vanner » est celui de « maltraiter ».

70    Orchal, archal, du latin d’origine grecque aurichalchum (« bronze de montagne ») désigne le laiton (cf. TLF III, 418 a, archal : « orchal en ancien français ; ar- initial demeure inexpliqué, peut-être pour éviter la rencontre avec or-, la couleur de l’archal, plus pâle ressemblant plutôt à celle de l’argent ?) ».

71    Un : « un seul et même », sens hérité du numéral latin unus ; lé (lié, lei) : forme tonique du pronom personnel féminin « elle » (= la chaîne).

72    Deie, doie, substantif féminin : « largeur du doigt » ou « mesure de longueur égale à la valeur d’un doigt ».

73    Pont, pont, du latin pomum (FEW IX, 152 a) : pommeau de l’épée, de forme arrondie.

74    Helt, heut (FEW XVI, 194 b, francique *helt) : « poignée », les deux branches de la croix qui permettent de saisir et de manier l’arme.

75    Cf. FEW III, 630, flos : « ornement métallique sur un heaume ou autre, décoration, enjolivement, enjolivure ».