v. 2623-2794

Un visiteur importun

A-f. 43r 
43rAncieine costume esteit
 
Que ja par nuit, en nul endreit [1],
 2625
N’osast entrer huem desolz ciel
 
Dedenz l’igliese seint Michiel [2],
 
Por nul besong que il eüst,
 
Ne clers, ne lais, quels que il fust [3],
 
De ci qu’a l’ore que chaiet
 2630
Li orloges qui fors esteit [4],
 
Qui les matines terminout.
 
Li segreteins lors i entrout [5].
 
Totes les gardes fors gesoient,
 
En lor maison que els aveient [6]  :
 2635
Ce faiseit l’en tout por l’archangre
 
Qui i hantout, et li seint angre [7].
 
Cil qui voleient escouter
 
Les oeient souvent chanter [8]  :
 
Lor chant esteit cleirs, et seriz
 2640
Comme de si seinz esperiz [9]  ;
 
Apertement les reveieient
 
Mainte feiee, cen diseient [10]
 
Li segrestein qui la geseient,
 
Quant guarde et escout s’em perneient [11].
 2645
Cil seint esprit molt i chantoient,
 
De lor clartei enluminoient [12]
 
Tote l’igliese quant veneient :
 
Les compangnes granz i esteient [13].
Une habitude ancienne voulait que, la nuit, personne au monde, clerc ou laïc, n’eût en aucune circonstance [1] l’audace de s’introduire dans l’église de saint Michel, pour quelque motif que ce fût, jusqu’à l’heure où tombait [2] le poids de l’horloge placée au-dehors qui indiquait l’heure des matines [3]. Le sacristain y entrait alors. Tous les gardiens dormaient à l’extérieur, dans leur maison : on faisait tout cela pour l’archange qui fréquentait le lieu avec les saints anges. Ceux qui voulaient bien y prêter attention les entendaient souvent chanter ; leur chant était clair et harmonieux, comme l’est celui d’esprits aussi saints. Les sacristains qui dormaient là disaient qu’ils les voyaient nettement et très souvent [4], quand ils se mettaient à faire attention et à tendre l’oreille [5]. Ces saints esprits y chantaient abondamment et illuminaient toute l’église de leur éclat [6] quand ils y venaient, en troupes bien fournies.
 
Entretant vint au marruglier,
 2650
Oiant les gardes del mostier [14],
 
Vns huem, mes ne sei cum out non,
 
Ne se il fut de la meison [15],
A-f. 43v 
43vPor demander lor grant folie ;
 
Ne leirei pas ne la vos die [16]  :
 2655
Il lor demande que deveit
 
Que el mostier nuls ne geseit [17]
 
Si cum en altres plusors funt
 
Ou cez chieres reliques sunt [18],
 
Ne n’i leit l’en nul homme entrer,
 2660
Des qu’il ennoite, por ourer [19].
 
Respondent cil : « por reverence
 
Des seinz angles, dont grant frequence [20]
 
I a par nuit espessement ;
 
Si ne porreit nuls veirement [21]
 2665
Souffrir veier cele clarté
 
Dunt sunt li angle avironné [22].
 
– Par fei, feit il, empensé ai
 
Que une noit i veillerai [23]
 
Se l’en souffrir le me voleit. »
 2670
Chascun s’en rist qui cen oieit [24]  :
 
Il quidouent qu’il se joast
 
Et que ses diz a gab tornast [25].
 
Mais puis que virent ques preiout [26]
 
Et a de certes tot tornout 54,
 2675
Quant que lor out primes conté
 
A lor maistres cil ont mostré [27].
 
En folie tenu le runt :
 
Ja otrei nul ne l’en ferunt [28]
 
De ceste ovre por nule rien,
 2680
Trestuit s’en sunt afichié bien [29].     ↪  glossaire
 
Mais nequeden tant les preia
 
Quer par ennui veincuz les a [30]  :
A-f. 44r 
44rOtrié ont cen qu’il requist,
 
Vnques dangier nuls ne l’en fist [31].
 2685
Toz prof en prof treis jorz juna ;
 
Al derraien bien se lava [32].
 
En l’aserant s’en est entrei
 
Dedenz l’igliese et recutei [33]
 
En un angleit, a une part
 2690
Ou chandele ne ceirge n’art [34].
 
Endreit prinsomme s’effreia
 
Quer visions veües a [35]  :
 
De la poor que il en out
 
Vnques une conter n’en sout.
 2695
Sun chief couvrit, si se mucha,
 
Jus a terre s’acraventa [36].
 
Aprof icen, el mostier vit
 
Molt grant clarté, si cum il dit [37]  ;
 
En la clarté vit seint Michiel
 2700
Et la raïne ou lui del ciel [38]
 
Et le portier de pareïs [39]
 
De l’autre part, cen li fut vis.
 
Le mostier vunt avironnant
 
Dedenz, entor, et poralant [40].
 2705
De la ou ert et se geseit,
 
Saint Michiel ot, qui se plengneit [41]
 
A cels qui eirent ovec lui
 
Que el mostier aveit senti [42]
 
De caroigne puor molt male.
 2710
De la poor devint cil pale [43]  ;
 
Esguardé a cele partie
 
Ou a la voiz de l’angle oïe [44].
A-f. 44v 
44vMarriement le vit venir
 
Vers sei molt tost, ne pout fuir [45]  :
 2715
Leiz lui li angles s’aresta ;
 
Cruel vis out, ce li sembla [46]  ;
 
Irie chose bien semblout ;
 
Merci cria, si cum il pout [47].
 
De sa misere pitié unt
 2720
Li dui qui o seint Michiel vunt [48],
 
Ce est la mere Jesu Crist
 
Et seint Pierres, si cum cil dist  [49].
 
A seint Michiel preient que ait
 
Merci de cel homme forfait [50]  ;
 2725
Fait aveit grant presumpciom,
 
Meis or li preient que pardom [51]
 
Por lor amor de cest li face ;
 
Cil se geseit enz en la place [52].
 
Il lor respont que non fera,
 2730
Ja cest forfait ne pardonra [53]  :
 
As sainz espriz grant tort a fait,
 
Souffrir deivent que peine en ait [54].
 
Il li dient : « Se vos voleiz
 
Seveaus non, trueves li donneiz [55]
 2735
Tant que as angles ait dreit fait
 
A qui il a grament forfait » [56].
 
Seinte Marie pleige en fu,
 
Cen a il puis reconneü [57]  ;
 
La dame s’est vers lui clinee,
 2740
Si li a dit, comme senee [58]  :
 
« Di, celibert, por quei venis
 
En cest mostier ? Que i queïs ? [59]
A-f. 45r 
45rLieve tost sus et si t’en ies,
 
Si faces dreit, icen te rois [60],
 2745
A seint Michiel, quant tu porras,
 
Et as angles qui tort fait as [61]. »
 
Si cum il pout s’est remuez
 
Et de l’igliese fors alez [62]
 
Parmié la porte qu’a trouvee
 2750
Trestote ouverte et esbaiee [63].
 
Iluec el porche est arestez,
 
Si se coucha sor les desgrez [64]  ;
 
Malades est, si se pleigneit,
 
De ses pechiez se repenteit [65].
 2755
Li orloges atant sonna ;
 
Li segresteins molt tost leva [66]  ;
 
El mostier veit, si l’a chercié :
 
Esbahi s’est et esmaié [67]
 
Quant il nen a celui trouvé
 2760
Qui i esteit le seir entré [68]  ;
 
Por veir quide qu’il ait robee
 
Toute l’igliese et violee [69].
 
A ses serjanz rest tost alez :
 
« Seignors, fait il, por Deu, levez [70]
 2765
Et le larrum par tot querez
 
Qui nos a toz ennuit robez ! [71]  »
 
Ilnelement cil sunt levé,
 
Tot le mostier ont poralé [72]  ;
 
Al derraien vienent as portes,
 2770
Qui bien eirent fermes et fortes [73]  ;
 
Desferment les, eissu s’en sunt :
 
L’omme malade trouvé unt [74]
A-f. 45v 
45vIluec devant, ou se geseit
 
Et a bien prof l’ame traieit [75].
 2775
Por lor meistre coru resunt ;
 
Isnelement menei l’i unt [76]  :
 
Il veit celui mesaiesié ;
 
Prise l’en est molt grant pitié [77].
 
Demande lui que il aveit,
 2780
Confaitement eissuz esteit [78]
 
De l’igliese, qu’aveit eü.
 
Cil li a tot reconneü [79]  :
 
Conté li a sa vision
 
De chief en chief, sanz grant sermon [80].
 2785
Quant le jor vit l’endemein cler,
 
Se fist tres bien decepliner
 
Devant l’autel, apertement,
 
Si quel virent tote la gent [81].
 
Dous jorz vesquit, molt a ploré,
 2790
A toute gent merci crié [82],
 
A seint Michiel meïsmement,
 
Vers cui s’esteit forfeit griément [83].
 
De cest siecle est al tierz alez :
 
Ge n’espeir pas qu’il seit dampnez [84].
Cependant, un homme vint trouver le marguillier, en présence des gardiens de l’église – mais je ne sais quel était son nom ni s’il était de la maison – pour leur faire une demande insensée, que je ne manquerai pas de vous exposer : il leur demanda à quoi était dû le fait que personne ne dormait dans l’église, comme cela se faisait dans plusieurs autres où se trouvent de ces précieuses reliques [7] et pourquoi, dès la tombée de la nuit [8], on n’y laissait entrer personne pour prier. Les autres répondirent : « Par respect pour les saints anges qui y affluent très souvent la nuit. Et personne, assurément, ne pourrait supporter la vue de cet éclat lumineux qui environne les anges. – Par ma foi, dit-il, j’ai formé le projet d’y passer une nuit à veiller, si l’on voulait bien m’y autoriser. » À ces mots, chacun se mit à rire : ils croyaient qu’il plaisantait, qu’il ne parlait pas sérieusement. Mais quand ils virent qu’il leur adressait des prières et qu’il prenait tout cela au sérieux [9], ils informèrent leurs supérieurs de tout ce qu’il leur avait raconté auparavant ; eux aussi le prirent pour un fou. Jamais, pour rien au monde, ils ne donneraient leur accord à un tel projet, affirmèrent-t-ils tous publiquement. Et pourtant [10], à force de prières répétées, il les fit céder, de guerre lasse [11] : ils accédèrent à sa demande, et personne ne lui opposa de refus [12]. Il jeûna trois jours entiers consécutifs, et, le dernier, il se lava avec soin. À la tombée de la nuit, il pénétra dans l’église et s’y dissimula [13] dans un recoin, à un endroit où ne brûlait ni chandelle ni cierge. Dès les premières heures de la nuit [14], il eut des visions qui l’emplirent d’effroi : la peur qu’il en éprouva l’empêcha d’en raconter une seule ! Il se couvrit la tête, se cacha, s’abattit à terre [15]. Il vit ensuite dans l’église, selon ses dires, une vive clarté ; dans cette clarté il vit saint Michel, et avec lui la Reine du ciel et, de l’autre côté, pensa-t-il, le portier du paradis [16]. Ils arpentaient l’église de l’intérieur, en faisaient le tour, la parcourant dans tous les sens. De là où il se trouvait étendu, il entendit saint Michel qui se plaignait à ceux qui étaient avec lui d’avoir senti dans l’église une abominable odeur de charogne. La peur le fit pâlir ; il regarda du côté où il avait entendu la voix de l’ange. Éperdu, il le vit venir aussitôt vers lui et ne put s’enfuir. L’ange s’arrêta près de lui. Son visage lui sembla cruel, il paraissait vraiment furieux ; l’autre lui cria grâce, comme il put. Les deux compagnons de saint Michel (c’était, à ce qu’il dit, la mère de Jésus-Christ et saint Pierre) eurent pitié de sa détresse : ils prièrent saint Michel de faire grâce à cet homme qui lui avait fait du tort ; il avait agi avec une grande présomption, mais ils le priaient, par amour pour eux, de lui accorder son pardon. L’homme gisait toujours au même endroit. L’archange leur répondit qu’il n’en ferait rien, qu’il ne pardonnerait jamais cette faute : il avait fait grand tort aux esprits saints et ils devaient accepter qu’il en fût puni. « Si vous ne le voulez pas, lui dirent-ils, du moins [17] accordez-lui une trêve, jusqu’à ce qu’il ait réparé sa faute auprès des anges qu’il a grandement offensés ». Sainte Marie fut son garant, révéla-t-il par la suite. La dame se pencha vers lui et lui adressa ces paroles pleines de sagesse : « Dis-moi, misérable [18], que venais-tu faire dans cette église, qu’y cherchais-tu ? Lève-toi vite et va-t’en. Répare ta faute, je t’en prie [19], dès que tu le pourras, vis-à-vis de saint Michel et des anges à qui tu as fait du tort ». Il se releva comme il put et sortit de l’église par la porte qu’il trouva grande ouverte. Là, il s’arrêta au niveau du porche et se coucha sur les marches, malade, gémissant et se repentant de ses péchés. C’est alors que l’horloge sonna ; le sacristain se leva tout aussitôt, se rendit à l’église et le chercha : quel ne fut pas son étonnement, son effroi, en n’y trouvant pas celui qui y était entré le soir même ! Il crut vraiment qu’il avait volé et profané l’église tout entière. Il revint en hâte vers ses serviteurs : « Messieurs, fit-il, au nom de Dieu, levez-vous et cherchez partout le malfaiteur qui nous a tous volés cette nuit. » Ils se levèrent rapidement et parcoururent toute l’église. Ils parvinrent en dernier lieu aux portes, solidement fermées, les déverrouillèrent, sortirent, et trouvèrent l’homme malade, gisant là, devant l’édifice, et bien près de rendre l’âme. Ils repartirent en courant chercher leur maître et le ramenèrent rapidement. À la vue de l’homme si mal en point, il éprouva une immense pitié. Il lui demanda ce qu’il avait, comment il avait fait pour sortir de l’église, et ce qui lui était arrivé. L’autre lui révéla tout, lui raconta sa vision, d’un bout à l’autre, sans grands discours. Quand, le lendemain, il revit la clarté du jour, il se fit abondamment donner la discipline [20] devant l’autel, en public, si bien que tous purent le voir. Il vécut encore deux jours, dans une profonde affliction, implorant la pitié de tous et particulièrement celle de saint Michel, qu’il avait gravement offensé. 
Il quitta ce monde le troisième jour. J’espère qu’il n’est pas damné.

~

1   Grande majuscule également dans B : Anciene costume esteit ; par noit.

2    home soz ; liglese saint michel.

3   A : Ne clers. ne lais. quels que ; B : besoign ; Ne clerc ne lei quel que.

4    De si que la loe chaiet Li orlorges.

5    Qui les moines leuer feseit Et le matines terminout Li segreiteins lors y entrout (un vers supplémentaire dans B).

6    hors isseient En lors mesons il auoient.

7    Ce feset len tot par ; chantout ; saint.

8   A : les oient ; B : Ci qui le uoleient ; Le oient souent.

9   A : cleirs. et seriz ; B : clers et seri ; sainz.

10   A : reueient ; B : reueient Mainte fiee ce.

11    Li segreistein ; garde ; sempreneient.

12   A : espirt ; B : saint esperit ; chanteient ; clarte enlumineient.

13    Toute liglese ; Les compaignies.

14    vint marrublier ; deu mostier.

15   A : ne se sil ; B : Vns hons ne se comment ot non Ne se il ; meson.

16    lerei ; ne le.

17    eu mostier nus.

18    en autres ; font ; ses.

19    nul hom ; anuite ; orer.

20    De sainz angres.

21    Y a ; espeissement ; nus vraiement.

22   A : Souffrir . veeir ; B : Soffrir veir ; Donc sont li angre auirone.

23    fet il ; vne nuit i vellerai.

24   sofrir ; 2670 absent dans B.

25    Il quideient qui se ioast ; ces diz agas.

26    Mes ; que preiout.

27    Quanque ; A lor mestre si lont.

28    le ront Ja nul otrei ; feront.

29    euure ; nulle rien Trestoz ; afiche.

30    Mes ne quedeit ; Que.

31    ce quil ; nul ne le fist.

32    Tout pres empres treis iors geuna Au desrein tot se laua.

33    En la serant se nest entre Dedens li glese et recute.

34    anglet ; cirge.

35    prinsome ses freia.

36    Son chief courit si se muca ; sagrauenta.

37    Apres ice eu mostier ; Mout ; si cum soleit.

38    sain michel Et la reigne o lui du ciel.

39    de paradis : ce li fut.

40    vont auironat.

41    michel ; plegniet.

42    ceus qui erent ouec li ; eu mostier auet.

43    De la puor.

44    Esgarde a celle partie Que ; de langre.

45   A : fuier ; B : foir.

46    Leiz li li angre  ; ot si li sembla.

47    Iree ; semblot.

48    pitei ont ; saint michel vont.

49   A : Cest la ; B : Cest la ; saint pere.

50    saint michel ; que il ait ; home forfeit.

51    Feit ; presomption ; Mes ; que ait pardon.

52   2727-2728 absents dans B.

53    forfeit.

54   A : espirz ; B : Es sains esperiz grant tort feit Soffrir deuent que peine en et.

55    I lidient se vous volez ; treues li donez.

56    as angres ait feit dreit ; granment forfeit.

57   A : Cen ai puis ; B : Sainte marie ; Se ail puis recogneu.

58    cest vers li.

59   A : por quer ; B : por quei ; et qui queis.

60   A : et si ten ies eis ; icen te rois ; B : et te neis ; ice te reis.

61    saint michel ; E es angres qui tor feit as.

62    cest remuez ; de liglese hors.

63    Parme ; trouee ; ouerte.

64    Illeuc en porche cest ; sus les de grez.

65    Malades ert ; De ces pechez.

66    sona ; li segreisteins.

67    Eu mostier va si la cerchie ; cest et esmoie.

68   A : Qui esteit ; B : Quant il na celui troue Qui y esteit.

69    Por uer cuideit quil eust ; Tote liglese.

70    feit il por de.

71    le larron ; nous a.

72    Isnelement ; leuez ; Tout ; por alez.

73    Ou desrein vindrent es portes ; erent.

74    iessuz ; Lome ; troue ont.

75    Ileuc ; preuf ; traiet.

76    lor mestre ; mene li ont.

77    I veit ; meseeisie Prinse le nest grant pitie.

78    Demande li ; En quel maniere issuz.

79    De ligleise ; Que il li a tot recogneu.

80    Contee lia sauision ; sanz lonc sarmon.

81    Si que le uirent.

82    Dous iors vescut.

83    A saint michel mesmement Vers qui cesteit forfeit griement.

84    autiers ale ; Je nesper pas ; dampne.

~

1    Endreit, endroit, substantif masculin, a souvent une valeur spatiale (« lieu », comme aux v. 2982 et 3193) ou temporelle (« moment », v. 2691, 3270) mais peut également signifier « circonstances, conditions ».

2    Chaiet, imparfait de cheoir « tomber » fait référence à une horloge d’un type particulier, décrit par Gerhard Dohrn van Rossum, L’Histoire de l’heure. L’horlogerie et l’organisation moderne du temps, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’homme, 1997, (Munich – Vienne, Carl Hansen Verlag, 1992), p. 63 : « Dans les statuts réformés de Cluny (XIe siècle) et dans beaucoup de textes qu’ils ont directement influencés, on parle d’une horloge qui "tombe" de manière audible » ; p. 64 : « Un catalogue de fonctions rédigé vers 1100 dans les monastères de Garsten ou de Göttoerg, contient un important indice d’évolution technique. […] Selon ce document, le bedeau doit, dès le soir, après complies, régler l’horloge aussi soigneusement que possible. Au matin, quand l’horloge "tombe", il doit se lever et, lorsque le ciel est dégagé, contrôler l’heure aux étoiles. Si l’heure de se lever est venue pour les frères, il doit ouvrir la porte donnant sur le monastère, allumer des bougies et mettre l’horloge en marche en (re- ?)versant l’eau du petit bassin dans le grand, en (re-)tirant vers le haut la corde et le plomb et, pour finir, faire sonner la cloche. Il s’agissait manifestement d’une horloge à eau dans laquelle un flotteur placé à la surface de l’eau, qui baissait progressivement, était attaché à un contrepoids en plomb. Pour le bedeau, le signal du réveil était acoustique, mais pas encore directement associé à la cloche… » ; p. 66 : « Les consuetudines du monastère de Vallombrosa (avant 1193) font état d’un "horologium sonans" à propos de l’heure du réveil en hiver ».

3    Office de nuit célébré entre minuit et le lever du jour.

4    Feiee, fiee, foiee, du latin *vicata, dérivé de vices « fois » avec le même sens, compte ici trois syllabes.

5    (Soi) prendre garde : « faire attention » ; (soi) prendre escout : « écouter avec attention, chercher à entendre, prêter l’oreille » ; cf. TL IV, 118, garde et III, 987, escout.

6    Cf. FEW II, 2, 739 a, claritas : « Fr. clarté, « lumière, éclat lumineux, éclat de ce qui brille » (depuis Roland) ».

7    Cest est un « démonstratif de notoriété » : « ces reliques que vous connaissez » ; les interlocuteurs du personnage et les lecteurs du Roman savent que les sanctuaires abritent généralement des reliques.

8    Asserant, assoirant, assorant « soir, soirée », à rapprocher d’aserir « faire soir, faire nuit » (Roland et Wace), est mentionné dans les glossaires de patois normand du XIXe siècle avec le sens de « crépuscule, fin du jour, déclin du jour » dans sur l’asserant « vers la fin du jour » (Lisieux, Percy), a l’aseraont « vers le soir » (Hague). Cf. FEW XI, 517 b, sero, « tard ». Cf. aussi notre introduction, p.  87-88.

9    A gab / a gap « par plaisanterie, par dérision », du scandinave gabba, « railler », s’oppose à a (de) certes « sérieusement, pour de bon » (cf. TL II, 135, a de certes).

10    Nequedent, adverbe composé négatif du latin tardif (= ne quid de inde, litt. « non, rien de tout cela »), exprime l’opposition, comme neporquant et neporuec, neantmoins. Cf. Gaston Zink, Morphologie du français médiéval, Paris, PUF, 1989, p. 240.

11    Le manuscrit A présente la corrélation tant… quer, face à la leçon tant… que de B ; cf. Philippe Ménard, Syntaxe de l’ancien français, 3e éd., Bordeaux, Éditions Bière, 1988, p. 221, § 248 : « On trouve sporadiquement des consécutives introduites non par que mais par car (issu de qua re), dont le sens étymologique en latin était consécutif… ». Par ennui : « par insistance, jusqu’à ennuyer ».

12    Faire dangier : « faire difficulté », « rebuter quelqu’un ».

13    Se recuter : « se cacher », dérivé de (se) cuter, de même sens, n’est attesté que dans ce vers. Cf. supra v. 2119 : Tant de pertuis ou se cutast Une soriz ne ne passast. Cf. également notre introduction, p. 88.

14    Prinsome : « premier sommeil, premières heures de la nuit ».

15    Craventer / cravanter et son dérivé acraventer / acravanter (du latin crepantare, fréquentatif de crepare « crever ») ont le sens de « renverser, abattre, accabler, écraser, briser, renverser en écrasant ». Acravanter, attesté dans la Chanson de Roland et dans le Bestiaire de Philippe de Thaon, est encore employé par Ronsard dans les Odes et s’est conservé dans les parlers de nombreuses provinces, dont la Normandie (Godefroy I, 85 b et c, acravanter). Cf. v. 3221 : A terre s’est acraventee.

16    Saint Pierre, dont le nom est cité au v. 2722.

17    Sevels, seveaus, seviaus « du moins » est formé à partir du latin vel « ou bien » (en ancien français vels, veaus, viaus « du moins ») avec un premier élément qui est peut-être sive : « ou si », « ou que ».

18    A et B présentent la leçon celibert, francisation (avec affaiblissement du o initial ou erreur d’un copiste ?) du latin populaire collibertum « affranchi », qui figure dans l’original latin : … coliberte, ut qui iis arcanis caelestium te praesumpsisti ingerere. Les dictionnaires ne mentionnent que deux occurrences de la forme savante : dans ce vers et, sous la forme colliber, dans Li Dialoge Gregoire lo Pape, 158, 9 (cité par TL II, 1151-1153) : colliber, por coi levas si tost ? La forme française, plus souvent employée, est colvert, culvert, cuivert, cuvert. Toutes deux signifient « serf » et « lâche, traître », du fait des connotations péjoratives liées à l’état servile. Dans Roland, v. 763 : Ahi, culverz, malvais hom de put aire, le terme culverz est, comme ici, une injure.

19    Pour les rimes des v. 2743-2744 eis (impératif de eissir, de ĕ ́xi « va-t’en ») : rois (P1 de l’indicatif présent de rover, du latin rogáre « prier »), nous émettons l’hypothèse que la graphie exponctuée de A ies, au v. 2743, représente la forme originelle, et rois une variante graphique de ruis, P1 de rover, analogique de puis « je peux », du latin *pŏ́ssjo. Il s’agirait du type de rime déjà rencontré dans noit : liet, v. 155-156, noit : deliet, v. 75-76, igliese : nuise, v. 1029-1030 (cf. supra), où sont associés le produit des voyelles brèves toniques e et o subissant une diphtongaison conditionnée par un yod subséquent avec lequel elles forment une triphtongue : ces combinaisons évoluent en [íei] et [úei] et se simplifient respectivement en [íi] puis [i] et en [úi] puis [yí] ; mais elles connaissent des évolutions phonétiques dialectales qui sont encore attestées au XXe siècle par l’Atlas linguistique et ethnographique normand : ces deux triphtongues ont eu en certains points du sud de la Manche, une évolution identique ; cf. ALN II, carte 593, « NUIT » et III, carte 992, « LIT ». Cf. aussi notre introduction.

20    Le premier sens de discipliner, du latin chrétien disciplinare « enseigner, former » est « châtier ».