v. 29-150

Aubert et le Mont Saint-Michel : un saint homme, un lieu cher à Dieu 

 
Quant Childebert eirt reis de France,
 30
Qui molt aveit ample poissance [1],
A-f. 1v 
1vOut un evesque en Normendie :
 
Qui molt esteit de seinte vie [2].
 
Li escriz dit que Albert out non [3].
 
Si li donna Dex si grant don
 35
Que d’Avrenches, une cité
 
Dunt il aveit la dignité [4],
 
Li fist aveir la segnorie
 
A bien prof le lonc de sa vie [5].
 
Bien conveneit a cel seignor
 40
Tel dignité et tel ennor [6],
 
Quer de sa grant religion
 
Tote amendaut la region [7].
 
Il fist meint fait qui a Deu plout :
 
Entre les autres un en out [8]
 45
Que l’en ne deit mie celer,
 
Ainz le deit l’en manifester [9],
 
Quer a conter est glorious
 
Et a oïr molt mervellous.
À l’époque où Childebert, dont l’autorité s’étendait sur un vaste territoire, était roi de France [1], il y avait en Normandie un évêque de très sainte vie. Le texte indique qu’il se nommait Aubert [2]. Dieu lui accorda un immense bienfait : il lui fit obtenir, presque tout au long de sa vie, la seigneurie d’Avranches [3], une ville dans laquelle il exerçait sa charge ecclésiastique. Une telle charge, une telle distinction convenaient bien à ce seigneur car sa foi profonde avait une influence bénéfique sur toute la région. Il accomplit bien des actions qui plurent à Dieu ; l’une d’entre elles ne doit pas être tenue secrète, il faut, au contraire, la faire connaître : c’est un fait glorieux à raconter et extraordinaire à entendre.
 
De souz Avrenches, vers Bretaigne,
 50
Qui toz tens fut terre grifaine [10],
 
Eirt la forest de Quokelunde
 
Dont grant parole eirt par le munde.
 
Cen qui or est meir et areine
 
En icel tens eirt forest pleine [11]
 55
De meinte riche veneison,
 
Mes ore i noent li poisson [12].
 
Dunc peüst l’en tres bien aler
 
(N’i esteüst ja crendre meir) [13]
 
D’Avrenches dreit a Poelet,
 60
A la cité de Kidalet [14].
En dessous d’Avranches, vers la Bretagne, pays de tout temps redoutable [4], se trouvait la forêt de Quokelunde [5], très célèbre de par le monde. Ce qui est actuellement mer et sable était à cette époque une forêt regorgeant de gibier de choix, alors qu’aujourd’hui les poissons y nagent [6]  ! On aurait alors très bien pu aller à pied, sans avoir aucunement à craindre la mer, d’Avranches jusqu’au Pollet [7], au bourg de Quidalet [8].
A-f. 2r 
2rEn la forest aveit un mont,
 
En un planistre, alques rount [15].
 
Dous capeles aveit es leiz
 
Del mont, feites beles asseiz [16].
 65
De seint Estienvre l’une esteit,
 
Qui vers le haut del mont seieit ;
 
Aval el bas, cen sei jen bien,
 
Resteit la seint Simphorien [17].
 
En ermitage illuec esteient
 70
Moigne plusor qui Deu serveient [18]  ;
 
Le numbre d’els ne treus en livre.
 
Escharsement aveient vivre [19].
 
La forest eirt grande et oscure,
 
La ou li moine eirent en cure [20]
 75
De Deu servir et jor et noit :
 
En cen aveient lor deliet [21].
 
Aseiz maneient loinz de gent ;
 
Meseises granz orent souvent [22].
 
Hom ne fame nes visitout,
 80
Ne mes uns prestres quis amout [23]  :
 
D’une vile eirt, Astre out non ;
 
Par un asne sanz nul guium [24]
 
Lor avoieaut quant il poiet
 
De tel sustance cume aveit [25].
Dans la forêt se trouvait, sur une large étendue plane [9], un mont de forme arrondie, portant sur ses flancs deux fort belles chapelles [10]. L’une, dédiée à saint Étienne [11], était située vers le haut du mont, et en bas, je le sais bien, s’élevait celle de saint Symphorien [12]. Là, dans un ermitage, vivaient plusieurs moines, au service de Dieu ; je ne trouve leur nombre dans aucun livre. Ils menaient une vie de privations. Vaste et sombre était la forêt où les moines se consacraient jour et nuit au service de Dieu : c’était là leur seul plaisir [13]. Ils résidaient très à l’écart, et connurent souvent de grandes difficultés. Personne, homme ou femme, ne venait les voir, sinon un prêtre qui les aimait : habitant un village nommé Astériac [14], il leur faisait parvenir, par l’intermédiaire d’un âne, sans aucun guide, tous les vivres [15] dont il pouvait disposer.
 85
Li asnes iert si enseigniez
 
Que, quant tornout d’Astre chargiez [26],
 
Ja en nul leu ne s’esteüst,
 
Ne forveier pas ne peüst [27]
 
De si que a cel mont veneit
 90
Ou ses meistres tramis l’aveit [28].
A-f. 2v 
2vEnsi ala et vint souvent
 
Tant que a un jor, ne sei comment [29],
 
Vns lous alout par le chemin,
 
Qui l’acontra, si mist sovin [30].     ↪  glossaire
 95
Estrenglei l’a, pois le menja.
 
Quant cen out fait, si s’entorna [31].
L’âne était si bien dressé que, depuis son départ d’Astériac avec sa charge, jamais il ne se serait arrêté ou n’aurait pu se tromper de chemin, jusqu’à son arrivée sur ce mont où son maître l’avait envoyé. Il fit ainsi bien des allées et venues, jusqu’au jour où, je ne sais comment, un loup qui passait par le chemin le rencontra et le terrassa [16]  ; après l’avoir étranglé, il le mangea, et cela fait, il s’en alla.
 
Molt se merveillent li serf Deu
 
De lor asne, quant n’est al leu [32]
 
A itel ore cum soleit ;
 100
Il n’en pout meis, essoigne aveit [33]  :
 
La mort li eirt molt grant essoigne.
Les serviteurs de Dieu furent très étonnés [17] de l’absence de leur âne à l’endroit et à l’heure habituels. Il n’y pouvait rien, et pour cause : il avait l’excuse suprême de la mort !
 
Quant atendu l’orent li moine [34]
 
Molt longuement, ne il ne vint,
 
Ne il ne sourent qu’il devint [35],
 105
Vunt au mostier por Deu preier,
 
Qui conseil lor selt enveier [36],
 
Que, s’il li pleit, or les secore
 
De lor asne qui trop demore [37].
 
A oreisons s’eirent tuit mis
 110
Quant Deus lor a le lou tramis [38]
 
Qui lor sommier mangié aveit.
 
Grant senblant fait de faire dreit [39].
 
Tant s’umilie dolcement
 
Que bien sourent apertement [40]
 115
Qu’il out lor asne devoré.
 
Donc li unt dit et commandé [41]
 
Que meis les serve del mestier
 
Dunt li asne serveit l’autrier [42].
 
Si cum dit l’unt, et il fait l’a :
 120
Longuement pois le sac porta [43].
Après l’avoir attendu bien longtemps sans le voir venir et sans savoir ce qu’il était devenu, les moines se rendirent à l’église pour prier Dieu, qui leur vient toujours en aide, de bien vouloir les secourir dans cette affaire du retard de leur âne. Ils s’étaient tous mis en prière quand Dieu leur envoya le loup qui avait mangé leur bête de somme. Il avait la mine d’un coupable : son humble douceur les persuada qu’il avait dévoré leur âne. Ils lui ordonnèrent donc de s’acquitter désormais auprès d’eux du service que l’âne accomplissait la veille. Ces injonctions furent suivies d’effet : il porta le sac pendant bien longtemps.
A-f. 3r 
3rEn la veie se mist en eirre
 
Qui plus dreite eirt chies le proveire [44],
 
Prest de porter sor sei la somme
 
Que desirrouent li Deu homme [45].
 125
Li lous fut forz, et granz, et gros :
 
Le sac porta desus son dos [46]  ;
 
Venuz en est a la meison.
 
De connoisance out achaison [47]
 
Li buens prestres quant il le vit :
 130
Crere poiez, molt s’esbahit [48]  ;
 
Mes por le sac que out veü
 
En sor son dos et conneü [49],
 
Sout que de Deu vertu esteit
 
Qui tel sommier li trameteit [50],
 135
Qui li faiseit de l’asne eschange
 
Par tele beste qu’ert estrange [51].
 
Renveie l’en chargié arriere,
 
Sanz cop de verge dont le fiere [52].
Il prit le chemin le plus direct pour se rendre chez le prêtre, pressé de transporter le chargement que les hommes de Dieu attendaient. Le loup était robuste, grand et gros ; il porta le sac sur son dos jusqu’à la maison du bon prêtre : ce dernier eut ainsi, quand il le vit, un signe de reconnaissance. Vous pouvez vous imaginer son ébahissement, mais grâce au sac qu’il vit sur le dos de la bête et qu’il reconnut, il sut que l’envoi de ce porteur et la substitution à l’âne de cette étrange bête étaient un effet de la puissance de Dieu. Il renvoya l’animal avec un chargement, sans avoir à lui assener des coups de bâton.
 
Issi vint souvent et ala
 140
Tant cum Deu plout et commanda [53].
 
Ja par les chans tant nen alast
 
Ne par viles que il trovast [54]
 
Home, ne fame, ne enfant
 
Qui le huast, ne poi ne grant [55].
 145
Einz l’apelout qui quel veieit
 
Quer cum un chiens priveiz esteit [56].
 
Contre nature, ce espeir bien,
 
Se joouent ou lui li chien [57].
 
O els jeseit, ou els alaut,
 150
Mais je ne sai s’il i manjout [58].
L’âne fit ainsi de fréquentes allées et venues, aussi longtemps qu’il plut à Dieu de l’ordonner. Jamais, en passant [18] par les champs ou par les villages, il n’aurait trouvé un homme, une femme, un enfant, qui, de quelque manière que ce fût, l’aurait chassé en criant. Au contraire, tous ceux qui le voyaient l’appelaient, car il était familier comme un chien. Et les chiens jouaient avec lui, ce qui, je pense, est contre nature. Il dormait et se déplaçait en leur compagnie, mais je ne sais s’il partageait leur nourriture [19].

~

1   Grande initiale également dans B : Quant Childebert ert rey de France ; mout auet ; puissance.

2   A : une euesque ; B : Vn euesque out ; mout ; sainte.

3    Li escrit ; aubert.

4    donc il.

5    A bien preuf.

6    a teul segnor.

7    amendeit.

8    maint feit qui a dex plout ; vn en iout.

9    magnifester.

10    bretagne ; griffagne.

11    Cen qui ore est mer et aregne En iceul temps forest pleine.

12   A : Mes ore il noet li poisson ; B : mainte ; Mais or inoe li peisson.

13    Donc pouet len ; Ni estoueit ia creindre mer.

14    dreit en ; quidalet.

15   Grande initiale aussi dans B : En la forest auet. I. mont ; auques ront.

16    Dous capeles auet ; Deu mont.

17    Aual eu bas ce seige bien Esteit la saint simphorien.

18    En hermitage illeuc ; Moines plusors qui deu sueuent.

19    ne truis ; Escharcement auoient.

20    ert ; li moines erent.

21    et iour et nuit ; En ce aueient lour deluit.

22    Assez megneient loign ; Meseises granz ourent.

23    Hon ne fame nes visitout Nemes. I. prestre qui les amout.

24    Dune uille astre out non ; sans nul guion.

25    Lour en voiet quan quil poet De tel substance cum il aueit.

26    Li asne ert si en sagniez ; torneit.

27    Ne forfere pas ne se peust.

28    uenet ; Ou son metre transmis lauet.

29    Einssi ala e ; Tan que a vn iour ne sey comment.

30   A : son uin ; B : Vn lous alot ; Qui len contra simist so vin.

31    Estrangle la puis le menia Quant ce out fet.

32   A : Molt se merueilleit ; B : Mout semeruellent li sers deu De lour asne quant nest au leu.

33    A icel iour comme i souleit Il nen peut mes essoigne auet.

34   Vers absent dans B.

35    A icel ior ne ineuint ; sorent.

36    Vont au moustier pour ; lour sout en uoier.

37    Que sil li plest or les secoure De lour asne qui trop demoure.

38    A oureisons serent ; Quant dex loura le lou tranmis.

39    Qui lour sonmier mengie aueit ; senblant fet de fere.

40    Tant se humilie doucement Quer bien.

41    lour asne deuorei Donc il ont dit et commandei.

42    Que mes les serue deu mestier Dont lasne les serueit lautrier.

43    lont et il feit la ; puis.

44    En la uoie se mist estres.

45    sus sey ; Que desire orent li deu home.

46   A : Li lous fut forz . et granz . et gros ; B : Li lou fu fors et grans et gros.

47    en en ala meson De cognoissance out acheson.

48    Le bons prestre ; Crerre pouez mout ses bahit.

49    pour le sac quil out ; cogneu.

50    tranmeteit.

51    feseit ; Par celle beste qui ert.

52    Ren voie len ; Sans coup de uerge donc len fiere.

53    Il i vint souuent et ala.

54    Ne par les villes quil tornast.

55    effant.

56    Ains lapeleit qui le veeit ; comme vn chien priue.

57    Si ioient o lui.

58    O eux geseit o eux aleit Mes ie ne sey cil imengiet.

~

1    Childebert III (v. 683-711). Marcel Lelégard, « Saint Aubert », in Millénaire monastique du Mont Saint-Michel, t. I, p. 32, indique que la phrase de la Revelatio :monarchiam totius occidui et septentrionis necnon et meridiei partes strenue gubernante (Lectio I) « correspond parfaitement à la réunion sous son sceptre, à partir de 695, de tout l’ancien Royaume franc ».

2    Liescriz, c’est le texte latin de la Revelatio (IV, 1). L’évêque d’Avranches y est appelé urbis antistes Autbertus nomine : le digramme au (et non al) et un t devant le b, incite à supposer pour le nom Autbert l’étymon germanique Audhberht, attesté aussi sous la forme Odhberht, de aud / odh « richesse » et -berht « brillant, illustre », plutôt que le germanique Adalberht (de adal- « noble » et -berht « brillant, illustre »), étymon de la forme savante Albert. On peut supposer que celle-ci, unique dans A, et présente dans les premiers vers du texte, est le fait du copiste, qui s’est interrogé sur cette graphie et a tenté de l’interpréter, avant de l’accepter telle qu’elle était. Quant à celui de B, il a d’emblée supprimé le t, faisant ainsi de Aubert le produit d’Adalberht.

3    Avranches, Manche, chef-lieu d’arrondissement et de canton.

4    Grifain, grifaine, grif(f)aigne, le plus souvent attesté sous cette dernière forme, même au masculin, du latin d’origine grecque gryphus, « griffon », « animal fabuleux à corps de lion et tête et ailes d’aigle », signifie « redoutable, sauvage, horrible, rebutant » (FEW IV, 297 b, gryphus).

5    Pour François de Beaurepaire, « Toponymie et évolution du peuplement autour de la baie du Mont Saint-Michel », in Millénaire monastique du Mont Saint-Michel, t. II, Vie Montoise et rayonnement intellectuel, Raymonde Foreville (dir.), Paris, P. Lethielleux, 1967, p. 49-72, la forêt citée ici serait la forêt de Coglès, située dans la région qui s’étend de Fougères à Dinan. Son nom latin, Coguelesio, aurait été « accommodé avec la finale scandinave lund (« bois »), si répandue en Normandie » (p. 54).

6    Le copiste de A, comme il le fait fréquemment,
 a confondu i et il. En outre, les formes de P3 noet dans A et noe dans B indiquent que les deux copistes n’ont pas analysé li poisson comme un cas sujet pluriel, mais comme une forme de sujet au singulier et ont accordé le verbe en conséquence.

7    Pour François de Beaurepaire, « Toponymie et évolution du peuplement autour de la baie du Mont Saint-Michel », p. 54 : « Le Pollet, ultérieurement Le Poulet (pagus Alet), était la région d’Alet » ; la ville se trouve dans l’Ille-et-Vilaine, du côté breton de la baie et exactement en face du Mont, en ligne droite. On pourrait aussi envisager une étymologie podium Alet « la hauteur d’Alet », un des aboutissements du latin podium, « hauteur », étant pou, élément constitutif de toponymes en Normandie. Guillaume de Saint-Pair, suivant en cela son modèle latin (Revelatio III, 2, De situ loci :opacissima claudebatur silva, longe ab oceani) suggère qu’autrefois les deux lieux se trouvaient en pleine terre. Il fait allusion à la légende de la « forêt de Scissy », qui aurait été submergée par un raz-de-marée au début du IXe siècle. Cf. Alain L’Homer, S. Courbouleix, J. Chantraine, J.-P. Deroin, Notice explicative de la feuille Baie du Mont-Saint-Michel à 1/50 000, Orléans, Presses du Val de Loire, 1999, p. 25-43 et 109-115. Cf. également l’introduction de Pierre Bouet et Olivier Desbordes à l’édition des Chroniques latines du Mont Saint-Michel (IXe-XIIe siècle), Caen – Avranches, Presses universitaires de Caen – Scriptorial d’Avranches (Fontes et paginae – Les manuscrits du Mont Saint-Michel : textes fondateurs ; 1), 2009, dans laquelle les auteurs réfutent cette légende d’une transgression marine qui se serait produite lors du voyage au Mont Gargan des envoyés d’Aubert (cf. infra, v. 491-710).

8    Graham R. Birrell (Le Roman du Mont-Saint-Michel by Guillaume de Saint-Pair, Thèse, Université d’Aberdeen, 1978 (dactyl.), p. 88) signale que ce toponyme, « bizarre malformation d’Alet », selon François de Beaurepaire (ibid.), est le nom d’une ville actuellement disparue, dans la même région et que le nom de Quidalet apparaît souvent dans le Roman d’Aquin (éd. Jouon des Longrais).

9    Planistre, substantif masculin, du latin planus, « plat », désigne un terre-plein, une esplanade, une plate-forme. Ce vers du Roman semble être sa première attestation. Le FEW IX, 239 b, planus signale qu’il figure dans de nombreux glossaires de parlers normands, avec les sens indiqués ci-dessus et surtout avec celui, plus restreint, de « place de l’église ». Cf. notre introduction, « Particularités lexicales », p. 86.

10    Capeles présente une absence de palatalisation d’un [k]
 suivi d’un a, fréquente dans les parlers du nord de la Normandie.
 Le tracé de l’isoglosse du phénomène, appelée Ligne Joret a été réalisé par le dialectologue Charles Joret dans Des caractères et de l’extension du patois normand (Paris, Viehweg, 1883). Cf. notre introduction, « Variations graphiques, caractéristiques phonétiques, morphologiques et lexicales des deux manuscrits du Romandu Mont Saint-Michel », p. 58.

11    La finale Estienvre de ce prénom, du latin d’origine grecque Stĕ ́phanos présente la substitution d’un r au n dans la forme originelle Estievne, comparable à ce qui s’est produit dans pámpĭnupámpnepampre ; cóphı  ̆nucofnecoffre : ces finales étaient plus familières aux locuteurs qui les entendaient dans povre, livre, libre, marbre. Cf. infra jouvres « jeune », v. 1642.

12    Dans la construction La seint Simphoriein, la est employé avec sa valeur originelle de pronom démonstratif (issu du pronom-adjectif démonstratif latin illa) : « celle de saint Symphorien ». Au sujet de ces oratoires, cf. dom Jacques Hourlier, « Le Mont Saint-Michel avant 966 », in Millénaire monastique du Mont Saint-Michel, t. I, p. 16 ; dom Joseph Lemarié, « La vie liturgique au Mont d’après les ordinaires et le cérémonial de l’abbaye », ibid., t. I, p. 322 ; Paul Gout, Le Mont-Saint-Michel. Histoire de l’Abbaye et de la Ville. Étude archéologique et architecturale des monuments, Paris, A. Colin, 1910, t. II, p. 382.

13    À propos de la rime noit : deliet, cf. notre introduction, « Traits dialectaux normands », p. 65.


14    Astré ou Astériac, du latin tardif Asteriacus (« le domaine d’Asterius »), mentionné aussi au v. 937, est souvent assimilé à Beauvoir, canton de Pontorson, Manche, paroisse la plus proche du Mont. François de Beaurepaire (Les noms des communes et anciennes paroisses de la Manche, Paris, Picard, 1986, p. 77) considère cette identification comme une « pure hypothèse », fondée sur le passage de la Revelatio qui mentionne le prêtre en relation avec les moines en ces termes : presbytero quodam de villa quae dicitur nunc Asteriacus (Chroniques latines…, Pierre Bouet et Olivier Desbordes (éd.), Revelatio III, 2). Cf. aussi le manuscrit Avranches, BM, 212, f. 47v : Et aupres de la place une femme ancienne qui sen yssoit desvant aller apres ceulx qui les portoient [les reliques] et soudainement elle vit tout cler. Et pour ce fut nommee la parroisse beauvoir qui avoit nom austeriac.

15    Sustance, sostance : « subsistance » (cf. sostenir), à comparer avec sustance, v. 1272 : « bien, fortune » (lat. substantia).

16    Le copiste de A a écrit son uin, puis souin, et a biffé souin, probablement par erreur. Souin (= « sovin ») du latin supinus « jeté à la renverse, couché sur le dos », convient parfaitement dans le contexte du vers.

17    Li serf, analysé comme un cas sujet singulier par le copiste de A, a entraîné un accord du verbe au singulier : se merveilleit.

18    Nenalast :nen est, dans les textes médiévaux les plus anciens, la forme de l’adverbe de négation ne (du latin non) lorsqu’il se trouve devant un mot à initiale vocalique. L’auteur y a recours pour des raisons de versification. Cf. les v. 98 n’est et 88 ne peüst.

19    Cf. la légende du « Loup vert » de sainte Austreberthe dans dom Émile Bertaud, « Saint Philibert et les moniales, Pavilly et Montivilliers », in  Jumièges [actes du Congrès scientifique du XIIIe centenaire, 1954], Rouen, Lecerf, 1955, t. I, p. 33-40.