IX. De quibusdam monachis ibidem caelesti igne cohercitis

IX. Des moines qui furent châtiés en ce lieu par un feu céleste [1]

1.Sub iisdem [1] fere diebus quiddam [2] aliud ibidem contigisse audivimus quod ad correptionem quorumlibet levis animi memoratu dignum duximus. Quidam namque fratrum ipsius loci quodam die, sanguine minuti, ibi consedebant – scilicet ante altare sanctae Trinitatis – causa celebrandi vespertinam synaxim. Moris siquidem est monachos sanguine minutos non interesse ipsa die canentium choro, ne forte psallendo seu genu flectendo molestiori [3] graventur incommodo. Cum ergo ibidem residerent et, ut sese habet [4] levitas juventutis, plus aequo hilares negligenter [D/f.15r] sacra verba depromerent, ecce repente flammam ignis ab altari egredi vident quae, eorum vultibus ac comis [a'/f.42r] nonnullum [5] inferens calorem, multo majorem eorum animis incussit pavorem [6].

1.Nous avons appris que, presque au même moment, se produisit en ce lieu un autre fait que nous avons jugé digne d’être rapporté pour aider les gens à l’esprit léger à se corriger. Un jour, en effet, certains frères [2] de ce lieu qui avaient subi une saignée [3] se tenaient assis devant l’autel de la Sainte-Trinité pour la célébration de l’office du soir [4]. Car la coutume veut que les moines affaiblis par une saignée ne participent pas le jour même au chœur des chanteurs, de peur que, en chantant les psaumes ou en fléchissant le genou, ils ne soient plus gravement diminués. Comme ils se trouvaient assis là et qu’ils récitaient les paroles sacrées distraitement, en manifestant avec la légèreté de la jeunesse une gaîté inconvenante, voici que soudain ils voient jaillir de l’autel une flamme ardente qui, jetant de la chaleur sur leurs visages et leurs cheveux, suscita une terreur bien plus grande dans leurs esprits.

2. Taliter igitur coherciti, jam devotius institerunt coepto operi Dei, ultrice flamma edocti angelicos spiritus praesentialiter interesse divinis officiis, quos, psalmista testante, vocari constat flammam ignis. Testati sunt idem [7] monachi saepe se, licet coopertis capitibus, tantum vis ardoris sensisse ut quisque eorum credens sibi absumi comas eodem igne propriis manibus eas conatus sit inhibere [8]. Haec [C/f.148v] bonae memoriae domnus Buazo [9] junioribus levisque animi solitus erat proponere, de cuius veridica assertione nullus cui notus extiterit noscitur dubitare [10] .

2.Ainsi châtiés, ils s’appliquèrent désormais avec ferveur à la cérémonie déjà commencée en l’honneur de Dieu: la flamme vengeresse leur avait appris que participaient aux offices divins les esprits angéliques, qui sont appelés, comme l’atteste le psalmiste [5], « la flamme ardente ». Ces moines affirmèrent souvent qu’ils sentirent sur leurs têtes, pourtant couvertes, l’intensité d’une si grande chaleur que chacun d’eux, persuadé que ce feu consumait ses cheveux, avait tenté de l’arrêter de ses propres mains. Dom Buazo de bonne mémoire avait l’habitude de rapporter ce récit aux jeunes moines et aux esprits légers, et il est sûr que pas un de ceux qui l’ont connu ne met en doute la véracité de ses affirmations.

~

1   Ce miracle se serait produit en 1050, selon dom Th. Le Roy et dom J. Huynes; cf. dom Th. Le Roy, Les curieuses recherches…, t. I, p. 123: « Deux jeunes religieux disant indévotement leur office sont chastiez par une flamme de feu miraculeusement en l’an 1050 »; dom J. Huynes, Histoire générale de l’abbaye…, t. I, p. 92-93: « Deux religieux disans leur breviaire dans cette église avec peu d’attention et legerement sont reprimez par une flamme miraculeuse ».

2   quidam fratrum: les mauristes sont les seuls à dire qu’ils n’étaient que deux.

3   sanguine minuti: témoignage de l’existence de la saignée pour des raisons thérapeutiques.

4   synaxis: cf. p. 312, la note 29 du ch. 4.

5   psalmista testante: l’expression flamma ignis se trouve dans le Psaume 29 (28), 7, mais aussi dans d’autres livres: Ex 3, 2; Jb 18, 5; Qo 7, 13 et 21, 10; Is 29, 6 et 30, 30; Dn 3, 22 et 3, 49; Jl 2, 5; 2 Th 1, 8; He 1, 7; Ap 1, 14 et 2, 18 et 19, 12.

~

1   hiisdem a’D isdem C.

2   quoddam a’D.

3   molesti a’ac.

4   habet sese transp. a’D.

5   nonnullam C.

6   om. D.

7   iidem D.

8   in honore hibere D.

9   vuazo C.

10   dibitare a’.