VI. Qualiter a Gargano sacra [1] sint [2] pignora [3] deportata [4]

VI. Comment les saintes reliques furent rapportées du Mont Gargan

1. Interea missi nuntii adeunt locum; qui benignissime ab abbate loci illius sus[B/f.9r] cepti vestibusque mutatis [5] ac tanti fatigatione itineris sublevati, cuncta quae suae contigerant regioni simulque ad quod venerant pandunt. Quae verba cum ipsius abba loci suo retulisset antistiti, uberrimas omnipotenti Deo laudes uterque retulit qui prolapsis [A/f.187r] naturae fragilitate terrigenis assistentium sibi ministrorum dignatur praebere suffragium. Hinc cum qua decebat veneratione sumptis a loco pignoribus quo beatus archangelus sui memoriam [6] fidelibus commendaverat, partem scilicet rubei pallioli quod ipse memoratus archangelus in monte Gargano [a'/f.9v] supra altare quod ipse manu sua construxerat posuit, et partem scilicet [7] marmoris supra quod stetit, cujus ibidem usque nunc in eodem loco superextant vestigia, jam dictis fratribus usque ad sacrum locum referenda patrocinia [C/f.132r] contradidit, conditione interposita, videlicet ut quos una angelicae revelationis sociaverat causa, una quoque aeternaliter necteret caritatis conexio.

1. Cependant les envoyés mandatés par Aubert arrivent à destination; accueillis avec la plus grande bienveillance par l’abbé du lieu, ils se changent et, une fois délassés des fatigues d’une si longue route, ils font connaître tout ce qui était arrivé dans leur pays ainsi que les raisons de leur venue. Quand l’abbé du lieu eut rapporté leurs propos à son évêque, l’un et l’autre loua sans réserve le Dieu tout-puissant, qui daigne offrir le concours des serviteurs qui se tiennent en sa présence aux habitants de la terre, dont la faiblesse naturelle a causé la chute. Après quoi, on retira avec la vénération qui convenait des reliques de l’endroit où le bienheureux archange avait chargé les fidèles de célébrer le souvenir de sa personne, à savoir un morceau du petit manteau rouge que l’archange avait déposé lui-même au Mont Gargan sur l’autel qu’il avait dressé de ses propres mains ainsi qu’un fragment du marbre sur lequel il s’était tenu et qui conserve aujourd’hui encore en ce lieu les traces de son pied, l’abbé remit aux frères les gages de protection pour qu’ils fussent rapportés au lieu consacré, sous la condition expresse qu’un même lien de charité unît éternellement ceux qu’une même révélation angélique avait réunis.

~

~

1   sacra] sancta (post sint transp.) E.

2   sint] sunt BLiIMmpHFWN.

3   pignora] pignera O.

4   deportata] delata (ante pignora transp.) E; tit. deest in apTGURuS.

5   mutati iIMmpEHnWNyu.

6   memoria ACEHQFT.

7   scilicet om. omnes codd. praeter a’ACKEQFyuO.