Afficher Masquer
Passages biffés :
Sauts de pages :
Changements de mains :
Mots clés en marge
(main T) :
DistinguerIntégrer
Corrections du transcripteur :

Fermer

Accueil|Présentation du projet|Abréviations|Introductions|Texte|Index

Français|English Contacts

Volume I|Volume II|Volume III|Citer le texte et les notes| Écritures|Affichage

Pensées 929 à 933

M :Montesquieu 1726/1727-1755.
D :Bottereau-Duval 1718-1731.
E :1734-1739.
U :1739.
H :1741-1742.
J :1742.
K :1742-1743.
F :1743.
I :1743.
L :1743-1744.
O :1745-1747.
P :Damours 1748-1750.
Q :1750-1751.
R :Saint-Marc 1751-1754.
S :1754-1755.
V :1754.
JB :Jean-Baptiste Secondat ?-1795.
T :écriture des manchettes 1828-1835

Fermer

M : Montesquieu.
D : Bottereau-Duval_1721-1731.
H : 1741-1742.
P : Damours_1748-1750.
E : 1734-1739.
L : 1742-1744.
O : 1745-1747.
T : écriture des manchettes
JB : Jean-Baptiste_Secondat.
J : 1742.
K : 1742-1743.
F : 1743.
E2 :
I : 1743.
R : Saint-Marc_1751-1754.

Fermer

Pensées, volume II

929

Jure perhorrui
Laté conspicuum tollere verticem[1]
- - - - -

Main principale E

930

Virtutem incolumen odimus
Sublatam ex oculis quærimus invidi[1]

- - - - -

Main principale E

931

Jam nec spes animi credula mutui[1]

- - - - -

Main principale E

932

Le succés de ce livre[1] a pleinement rempli mon ambition puisque toutes les critiques

Critique

que l’on a fait aprés un mois de vie ou d’engourdissement sont ensevelies dans l’ennuy la nuit eternele du Mercure avec les enigmes et les relations des gasetiers[2]
Hoc miseræ plebi stabat commune sepulchrum[3]

- - - - -

Main principale E

933

{f.16v} Cette grande puissance que Dieu a mise entre les mains du R[1] mon maitre ne le rend pas plus redoutable a ses voisins c’est le gage de la paix de l’Europe plus fier du titre d’amy qu’il ne le seroit de celui de conquerant le ciel en le faisant naitre a fait toute sa grandeur et il n’y ajoute que des vertus. Il croit que les rois ne sont pas nés seulement pr. faire le bonheur de leurs sujets mais qu’ils sont destinés encor a faire la felicité du genre humain. Tels sont les sentimens de la grande ame du

- - - - -

Main principale E


929

n1.

« J’ai toujours craint de lever la tête et d’être vu de loin » (Horace, Odes, III, 16, 18-19, dans Horace. Traduction nouvelle, Leconte de Lisle (trad.), Paris, A. Lemerre, 1911).

930

n1.

« Envieux, nous haïssons la vertu vivante et nous cherchons des yeux celle qui a disparu » (Horace, Odes, III, 24, 31-32, dans Horace. Traduction nouvelle, Leconte de Lisle (trad.), Paris, A. Lemerre, 1911).

931

n1.

« Ni le crédule espoir d’un attachement mutuel [ne me plaît] » (Horace, Odes, IV, 30, dans Horace. Traduction nouvelle, Leconte de Lisle (trad.), Paris, A. Lemerre, 1911).

932

n1.

Les Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence, parues pour la première fois en 1734 à Amsterdam chez Jacques Desbordes.

932

n2.

Sur le succès de l’ouvrage et son accueil dans la presse et les correspondances, voir Romains, introduction, p. 44-47.

932

n3.

« Ici était le lieu d’une sépulture commune pour la plèbe misérable » (Horace, Satires, I, 8, v. 10, F. Villeneuve (trad.), Paris, Les Belles Lettres, 1932).

933

n1.

« R » pour Roi. Fragment de harangue ; cf. nº 391.