Afficher Masquer
Passages biffés :
Sauts de pages :
Changements de mains :
Mots clés en marge
(main T) :
DistinguerIntégrer
Corrections du transcripteur :

Fermer

Accueil|Présentation du projet|Abréviations|Introductions|Texte|Index

Français|English Contacts

Volume I|Volume II|Volume III|Citer le texte et les notes| Écritures|Affichage

Pensées 1657 à 1661

M :Montesquieu 1726/1727-1755.
D :Bottereau-Duval 1718-1731.
E :1734-1739.
U :1739.
H :1741-1742.
J :1742.
K :1742-1743.
F :1743.
I :1743.
L :1743-1744.
O :1745-1747.
P :Damours 1748-1750.
Q :1750-1751.
R :Saint-Marc 1751-1754.
S :1754-1755.
V :1754.
JB :Jean-Baptiste Secondat ?-1795.
T :écriture des manchettes 1828-1835

Fermer

M : Montesquieu.
D : Bottereau-Duval_1721-1731.
H : 1741-1742.
P : Damours_1748-1750.
E : 1734-1739.
L : 1742-1744.
O : 1745-1747.
T : écriture des manchettes
JB : Jean-Baptiste_Secondat.
J : 1742.
K : 1742-1743.
F : 1743.
E2 :
I : 1743.
R : Saint-Marc_1751-1754.
Q : 1750-1751.
S : 1754-1755.
V : 1754.

Fermer

Pensées, volume III

1657

Ce qui n’est point utille a l’essein, n’est point utille à l’abeille[1].

- - - - -

Main principale P

1658

La Savoye. Cum faber incertus, scamnum faceret ne Priapum[1].

- - - - -

Maluit esse deum[2]. Bullembrock au traité d’Utrech[3]

- - - - -

Nota qu’il y en à d’autres a la fin page[4].

Main principale P

1659

{f.12r} Et notre fortune quoy que mediocre est telle, que moy, vous, et les votres, aurons toujours à aimer, à honorer à servir notre prince, et rien à luy demander.

- - - - -

[Mots biffés non déchiffrés]èté dans le parlement de Bordeaux u
La profession la plus grande, et la plus belle que les hommes entre les hommes puissent exercer.

- - - - -

Que vous n’avez point à rougir de votre fortune et de votre naissance, et encore moins à vous enorgueillir[1].

- - - - -

Que nous n’avons ny à caresser la fortune, ny à la tenter.

- - - - -

Parce que l’on est toujours grand avec la majesté de la vertu et de l’inocence.
Comme c’est la premiere fois que ma bouche à parlé de ces choses.
Je ne vous ay jamais souhaité des emplois plus brillants. Je ne vous souhaite point de plus grands emplois mon fils, on est toujours grand avec la majesté de la vertu et de l’inocence.

- - - - -

Main principale P

1660

Il est bien moins rare d’avoir un esprit sublime , qu’une ame grande.

- - - - -

Main principale P

1661

{f.12v} Sur le bonheur

Bonheur

[1]f. 18vº

Le roy de Maroc a dans son serail des femmes blanches, des femmes noires, et des femmes jaunes[2]. Le pauvre homme a peine a-t-il besoin d’une couleur.
Voiez la page 18. verso.

- - - - -

Main principale P


1657

n1.

Marc-Aurèle, Pensées, VI, 54 ; cf. nº 1694.

1658

n1.

« Lorsqu’un artisan, ne sachant ce qu’il allait faire de moi, un escabeau ou un Priape […] » (Horace, Satires, I, 8, v. 2, F. Villeneuve (trad.), Paris, Les Belles Lettres, 1932).

1658

n2.

« Il se décida pour le dieu » (Horace, Satires, I, 8, v. 3, F. Villeneuve (trad.), Paris, Les Belles Lettres, 1932). Ces mots sont la suite des vers cités ci-dessus à propos de la Savoie.

1658

n3.

Henry Saint John (1678-1751), 1er vicomte de Bolingbroke, secrétaire aux Affaires étrangères de Grande-Bretagne, fut l’un des artisans de ce traité (1713).

1658

n4.

Nº 1786.

1659

n1.

Cf. nº 5 et 1183.

1661

n1.

Voir nº 1644, note 1.

1661

n2.

François Brooks, dans sa Navigation faite en Barbarie, parle de la grande quantité des femmes de l’empereur (ou roi) du Maroc, « blanches, noires, brunes & rouges de cuivre », dont il ignore le nombre (trad. de l’anglais, Utrecht, E. Neaulme, 1737, p. 47).