Afficher Masquer
Passages biffés :
Sauts de pages :
Changements de mains :
Mots clés en marge
(main T) :
DistinguerIntégrer
Corrections du transcripteur :

Fermer

Accueil|Présentation du projet|Abréviations|Introductions|Texte|Index

Français|English Contacts

Volume I|Volume II|Volume III|Citer le texte et les notes| Écritures|Affichage

Pensées 1947 à 1951

M :Montesquieu 1726/1727-1755.
D :Bottereau-Duval 1718-1731.
E :1734-1739.
U :1739.
H :1741-1742.
J :1742.
K :1742-1743.
F :1743.
I :1743.
L :1743-1744.
O :1745-1747.
P :Damours 1748-1750.
Q :1750-1751.
R :Saint-Marc 1751-1754.
S :1754-1755.
V :1754.
JB :Jean-Baptiste Secondat ?-1795.
T :écriture des manchettes 1828-1835

Fermer

M : Montesquieu.
D : Bottereau-Duval_1721-1731.
H : 1741-1742.
P : Damours_1748-1750.
E : 1734-1739.
L : 1742-1744.
O : 1745-1747.
T : écriture des manchettes
JB : Jean-Baptiste_Secondat.
J : 1742.
K : 1742-1743.
F : 1743.
E2 :
I : 1743.
R : Saint-Marc_1751-1754.
Q : 1750-1751.
S : 1754-1755.
V : 1754.

Fermer

Pensées, volume III

1947

Vous me demandez, monsieur, ce que je pense de la durée du gouvernement anglais, et de predire qu’elles pouront etre les suites de sa corruption, vous me[1]

Main principale P

1948

{f.256r} Refflections

Quelques seines[1] de Corneille me donnerent l’idée de ce dialogue (de Sylla)[2]. J’etois jeune, et il falloit etre bien jeune pour etre excité à ecrire par la lecture du grand Corneille.
Et par la lecture de cet auteur qui est souvent aussi divin que luy.

- - - - -

Main principale P

1949

Le D.[1] est un petit homme sans merite et naisance qui à apris une espece de jargon de finance instruit par Chamil Chamil[2]. Rebut de Demare[3]. Esope Echapé a la cham chambre de justice[4] introduit chez… uniquement propre a l’employ ou on le destine qui est d’avilir une grande dignité. Il à vu avec plaisir les sceaux de main en main de reflus en reflus tomber descendre et tomber jusqu’à luy, et comme si c’etoit le comble de sa fortune que la degradation du poste qu’il va remplir, il est charmé de la generosité de ceux qui en le refusant on[t] achevé de se les les mettre a sa portée.

- - - - -

Main principale P

1950

{f.256v} Un auteur qui ecrit beaucoup se considere comme un geant, et regarde ceux qui ecrivent peu comme des pigmées, il juge qu’un homme qui n’a fait qu’une centaines de pages de bon sens est un homme commun qui à fait en toute sa vie l’ouvrage d’un jour.

- - - - -

Main principale P

1951

Chose singuliere ce n’est presque jamais la raison qui fait les choses raisonnables, et on ne va presque jamais à elle par elle.
Quand on sçait comment ont èté produit les beaux effets qu’on voit dans le monde on en rougit pour le bon sens. Deux petites femmes de Rome par leur petite vanité sote ne furent elles pas causes que cette ville communiqua les honneurs aux plebeiens[1], et parvint par la a ce periode tant vanté d’une republique parfaite.

- - - - -

Nota que la page 247 renvoie icy.

Main principale P


1947

n1.

Cf. nº 1960.

1948

n1.

Comprendre : scènes.

1948

n2.

La composition du Dialogue de Sylla et d’Eucrate date de 1724-1725 : voir nº 95, note 1.

1949

n1.

Marc René de Voyer de Paulmy, marquis d’Argenson (1652-1721), lieutenant de police en 1697, devenu garde des Sceaux en 1718, en remplacement d’Henri François d’Aguesseau (Saint-Simon, t. VI, p. 591-596).

1949

n2.

Michel Chamillart (1652-1721), Contrôleur général des Finances en 1699, ministre d’État en 1700, secrétaire d’État à la Guerre en 1701, disgracié en 1709.

1949

n3.

Nicolas Desmarets (1648-1721), directeur des Finances en 1703, Contrôleur général en 1708.

1949

n4.

Allusion à l’affaire Pommereu ou Pommereul, du nom d’un individu utilisé par d’Argenson dans ses fonctions de lieutenant de police, que le Parlement, par la chambre de justice chargée de juger les prévaricateurs durant cette période, avait fait arrêter en septembre 1716, en espérant ainsi atteindre d’Argenson. Le Régent s’arrangea pour arrêter l’affaire (Journal du marquis de Dangeau, Paris, Firmin-Didot, 1854-1860, t. XVI, p. 458-462 ; Saint-Simon, t. VI, p. 82-84).

1951

n1.

Allusion aux deux filles de M. Fabius Ambustus : le chagrin de l’une, mariée à un plébéien, et qui enviait sa sœur, épouse d’un tribun militaire, aurait engagé son père à lutter pour l’obtention de diverses lois en faveur des plébéiens. L’une de ses lois rétablissait les consuls, dont l’un choisi parmi les plébéiens (Tite-Live, VI, 34).