Afficher Masquer
Passages biffés :
Sauts de pages :
Changements de mains :
Mots clés en marge
(main T) :
DistinguerIntégrer
Corrections du transcripteur :

Fermer

Accueil|Présentation du projet|Abréviations|Introductions|Texte|Index

Français|English Contacts

Volume I|Volume II|Volume III|Citer le texte et les notes| Écritures|Affichage

Pensées 2029 à 2033

M :Montesquieu 1726/1727-1755.
D :Bottereau-Duval 1718-1731.
E :1734-1739.
U :1739.
H :1741-1742.
J :1742.
K :1742-1743.
F :1743.
I :1743.
L :1743-1744.
O :1745-1747.
P :Damours 1748-1750.
Q :1750-1751.
R :Saint-Marc 1751-1754.
S :1754-1755.
V :1754.
JB :Jean-Baptiste Secondat ?-1795.
T :écriture des manchettes 1828-1835

Fermer

M : Montesquieu.
D : Bottereau-Duval_1721-1731.
H : 1741-1742.
P : Damours_1748-1750.
E : 1734-1739.
L : 1742-1744.
O : 1745-1747.
T : écriture des manchettes
JB : Jean-Baptiste_Secondat.
J : 1742.
K : 1742-1743.
F : 1743.
E2 :
I : 1743.
R : Saint-Marc_1751-1754.
Q : 1750-1751.
S : 1754-1755.
V : 1754.

Fermer

Pensées, volume III

2029

Je lui ecrivis cette lettre[1]. Un jour l’ormeau dit a la vigne, prenez garde que je ne vous couvre de mon ombre, mais unissez-vous avec moi, et nous montrons ensemble jusqu’aux nües[2]

Main principale Q

2030

Le chef de la seconde bande lui parla ainsi. Nous formons avec toi un arbre qui a une belle rose, tu en es la tige et nous en sommes {f.319v} les feuilles, nous te couvrirons de notre ombre et nous empecherons le soleil de bruler tes racines, et nous monterons ensemble jusqu’aux nües[1].

- - - - -

Main principale Q

2031

Les lions ont une grande force, mais elle leur seroit inutile si la nature ne leur avoit pas donné des yeux

- - - - -

Main principale Q

2032

{f.320r} Apologie des Lettres persannes[1]
P

On ne peut guerre imputer aux Lettres persannes les choses que l’on a pretendu y coch choquer la relligion[2].
Ces choses ne s’y trouvent jamais liées avec l’idée d’examen mais avec l’idée de singularité jamais avec l’idée de critique, mais avec celle l’idée d’extraordinaire.
C’etoit un Persan qui parloit et qui devoit etre frappé de tout ce qu’il voyoit et de tout ce qu’il entendoit.
Dans ce cas quand il parle de relligion, il n’en doit pas paroitre plus instruit que des autres choses, comme des usages et des manierres de la nation qu’il ne regarde point comme bonnes ou mauvaises, mais come merveilleuses.
Comme il trouve bizarres nos coutumes, il trouve quelque fois de la singularité dans {f.320v} de certaines choses de nos dogmes parce qu’il les ignore et il les explique mal parce qu’il ne connoit pas rien de ce qui les lie et de la chaine[3] ou ils tiennent.
Il est vrai qu’il y a de l’ quelque indiscretion a avoir touché ces matierres, puisque l’on n’est pas si aussi sûr de ce que peuvent penser les autres, que de ce qu’on pense soi même.

Main principale Q

2033

Preface de l’editeur

Ce qui fait surtout le merite principal des Lettres persannes , c’est qu’on y trouve sans y penser une espece de roman[1]. On en voit le commencement, le progrés, la fin. Les divers personnages sont placés dans une espece de chaine qui les lie ; à mesure {f.321r} qu’il font un plus long sejour en Europe, les mœurs de cette partie du monde prennent dans leur tête un air moins merveilleux et moins bizarre et ils sont plus ou moins frappés de ce bizarre et de ce merveilleux suivant la difference de leurs caracteres. D’un autre côté le desordre croit dans le serrail d’Asie à proportion de la longueur de l’absence d’Usbeck, c’est à dire à mesure que la fureur augmente et que l’amour diminue.
D’ailleurs ces sortes de romans reussisent ordinairement parce que l’on rend compte soi même de sa situation actuelle, ce qui fait plus sentir les passions que tous les recits qu’on en pourroit faire, et c’est une des causes du succés de Pamela et des Lettres peruviennes[2] qui ont paru depuis ouvrages charmans qui ont paru depuis :[3]
Enfin dans les romans ordinaires, les digressions ne peuvent etre permises que lorsqu’elles forment elles mêmes un nouveau roman {f.321v} on n’y sauroit mêler de raisonnements parce qu’aucun des personnages n’y ayant été assemblé pour raisonner, cela choqueroit le dessein et la nature de l’ouvrage ; mais dans la forme de lettre, ou les acteurs ne sont pas choisis, mais forcés et où tous les sujets qu’on traite ne sont dépendants d’aucun dessein ou d’aucun plan deja formé ; l’auteur s’est donné l’avantage de pouvoir joindre de la philosophie, de la politique et de la morale à un roman, et de lier le tout par une chaine secrete et en quelque façon inconnüe.
Les Lettres persannes eurent d’abord un debit si prodigieux que les libraires de Hollande mirent tout en usage pour en avoir des suittes[4]. Ils alloient tirer par la manche tous ceux qu’ils rencontroient. Monsieur, disoient-ils faittes-moi des Lettres persannes.
Mais ce que je viens de dire suffira pour faire voir qu’elles ne sont susceptibles d’aucune suitte, et encor moins d’aucun mêlange avec des lettres écrittes {f.322r} d’une autre main, quelqu’ingenieuse qu’elle puisse etre.
Il y a dans les premieres lettres quelque traits qu’on a jugé trop hardis ; mais on prie de faire attention à la nature de cet ouvrage. Les Persans qui devoient jouer un si grand role dans ces lettres, se trouvoient tout à coup transplantés en Europe. Il y avoit un tems où il falloit les representer pleins d’ignorance et de prejugés ; on n’etoit attentif qu’a faire voir la generation et le progrés de leurs idées. Leurs premieres pensées devoient etre singulieres. Il sembloit qu’on n’avoit rien à faire qu’à leur donner l’espece de singularité qui peut compatir avec de l’esprit (2)[5]. Bien loin qu’on pensat à interesser quelque principe de la relligion, on ne se soupçonnoit pas même d’imprudence. On fait cette justiffication par l’amour que l’on fait profession d’avoir pour les grandes verités, indepandament du respect pour le genre humain que l’on n’est n’a pas {f.322v} certeinement assez malheureux d’avoir voulu voulu frapper dans l’endroit le plus tendre.
On prie de remarquer que ces traits se trouvent toujours liés avec le sentiment de surprise et d’etonnement, jamais avec l’idée d’examen, et encore moins de avec celle de[de] critique. Que si ces raisons n’excusent point l’auteur, il aura du moins la consolation de penser que ceux qui viendront apres lui apprendront par son exemple que les moindres fautes en ce genre sont irreparables en parlant de la notre relligion ces Persans ne devoint pas paraître plus instruits que lorsqu’ils parloint des coutumes et des usages ordinaires de la nation : et s’ils trouvent quelquefois nos dogmes singuliers on avoüera que cette singularite n’est marquée, dans les Lettres persanes a ce que coin qu’elle n’est jamais fondée que sur la parfaite ignorance ou ils sont de la cheine qui lie les dogmes avec nos autres vérités : tout l’agreement(.) (3)[6]
De touttes les editions de ce livre, il n’y a que la premiere qui soit bonne, elle n’a point éprouvé la temerité des libraires, elle parut en 1721 : imprimée à Cologne chez Pierre Marteau[7]. Celle que l’on donne aujourd’huy[8] merite la preference parce qu’on y a corrigé en quelques endroits le stile de la premiere et quelques fautes qui s’etoient glissées dans l’impression. Ces fautes dans les éditions suivantes se sont multipliées sans nombre, parce que cet ouvrage fut abandonné par son autheur dés sa naissance par l’son auteur qui n’y prit plus de part que par le repentir de l’avoir fait qui s’attacha a des choses plus serieuses(1)[9]
Fin
- - - - -

Main principale Q


2029

n1.

Il s’agit probablement d’un fragment d’une des lettres envoyées par Arsace à la reine, durant son absence dans une province (Arsace et Isménie [env. 1748-1754], OC, t. 9, p. 351-352).

2029

n2.

« Montrons » : lire monterons. Cf. Arsace et Isménie [env. 1748-1754], OC, t. 9, p. 359, l. 1012-1013.

2030

n1.

Cf. nº 2029.

2032

n1.

Les nº 2032-2033 ont été transcrits en 1750-1751, période d’intervention du secrétaire Q, et plus précisément en 1751 si l’on admet que l’« Apologie des Lettres persannes » répond au pamphlet de l’abbé Gaultier (voir ci-après). Ils constituent une ébauche du texte retravaillé dans les cahiers de corrections (grand cahier, f. 60r-61v, et petit cahier, f. 119r-121v, dans LP, p. 578-582) et publié sous le titre « Quelques reflexions sur les Lettres persanes » (LP, p. 567-569) dans un supplément d’une édition datée de 1754 (Cologne, P. Marteau) mais dont la parution est en réalité plus tardive (1758) ; voir Edgar Mass, « Le Supplément aux Lettres persanes de 1754 : une édition qui n’a pas eu lieu », CM, nº 9, 2005, Montesquieu, œuvre ouverte ? (1748-1755), p. 51-65.

2032

n2.

Dans le contexte de la querelle de L’Esprit des lois, l’abbé janséniste Jean-Baptiste Gaultier avait fait paraître Les « Lettres persanes » convaincues d’impiété [1751], destinées à comprendre l’ouvrage examiné dans les écrits soumis à la censure de la Sorbonne et de Rome. Selon lui, ce roman qui avait séduit toute l’Europe n’en était que plus dangereux pour propager l’impiété, grâce au masque persan et mahométan derrière lequel étaient dissimulées les attaques contre la religion chrétienne et le rejet implicite de la Révélation au profit de la raison humaine (Montesquieu. Mémoire de la critique, C. Volpilhac-Auger (éd.), Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2003, p. 187-217) ; voir Pauline Kra, « La défense des Lettres persanes », CM, nº 9, 2005, Montesquieu, œuvre ouverte ? (1748-1755), p. 17-29.

2032

n3.

Première occurrence de la célèbre métaphore de la chaîne, reprise trois fois dans la « Preface de l’editeur » (nº 2033).

2033

n1.

L’introduction en tête de l’édition de 1721 utilisait, comme plus tard dans le Temple de Gnide [1725], le procédé dit du manuscrit trouvé, en présentant l’auteur comme traducteur de lettres recopiées (LP, p. 137-139 ; sur ce procédé, voir Le Topos du manuscrit trouvé, J. Herman, F. Hallyn et K. Peeters (éd.), Louvain – Paris, Peeters, 1999). L’effacement de l’origine fictionnelle allait de pair avec l’anonymat tandis que le disparate se trouvait ainsi justifié. La « Preface » transcrite ici revendique en revanche l’appartenance au genre romanesque, introduit la célèbre métaphore de la chaîne, employée ici trois fois, et du même coup la question de l’intrigue (« le commencement, le progrès, la fin ») et de l’unité plus ou moins implicite de l’ouvrage, interprétée diversement par la critique ; voir Carole Dornier, « Introduction : interpréter les Lettres persanes », dans Lectures de Montesquieu, C. Dornier (dir.), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013, p. 13-17.

2033

n2.

Samuel Richardson, Pamela, or Virtue Rewarded, in a Series of Familiar Letters from a Beautiful Young Damsel to her Parents […] [1740], traduit en français dès 1741 ; sur le succès éditorial et les premières versions françaises, voir l’introduction de Thomas Cary Duncan Eaves et Ben Drew Kimpel à leur édition du roman (Boston, Houghton Mifflin Company, 1971, p. v-vii). Les Lettres d’une Péruvienne [1747] de Mme de Graffigny connurent quatorze éditions en cinq ans : voir David Smith, « The Popularity of Mme de Graffigny’s Lettres d’une Péruvienne : The Bibliographical Evidence », Eighteenth-Century Fiction, vol. 3, nº 1, 1990, p. 1-20.

2033

n3.

Voir nº 1621 (in fine).

2033

n4.

Les deux éditeurs amstellodamois qui disposaient du droit de copie pour l’ouvrage étaient Susanne de Caux, veuve de Jacques Desbordes, et Pierre Brunel. De 1721 à 1730, les rééditions et contrefaçons se succédèrent : voir LP, introduction, p. 16-24. Sur ce succès et le nombre des éditions, voir Edgar Mass, « Les éditions des Lettres persanes », Revue française d’histoire du livre, nº 102-103, 1999, p. 19-55 ; Françoise Weil, Livres interdits, livres persécutés, 1720-1770, Oxford, Voltaire Foundation, 1999, p. 98-99.

2033

n5.

Voir nº 2034 bis.

2033

n6.

Voir nº 2034 bis.

2033

n7.

Il s’agit de l’édition parue sous une fausse adresse, avec le nom fictif de Pierre Marteau, à Amsterdam, chez l’éditeur Jacques Desbordes, dont la veuve Susanne de Caux avait poursuivi l’activité (LP, bibliographie, p. 84-87).

2033

n8.

Cette édition corrigée est préparée dès 1750, d’après une note de La Beaumelle du 31 juillet de cette année (publiée dans CM, nº 3, 1996, Montesquieu et le « montesquieusisme », C. Lauriol (éd.), p. 92). Les corrections du texte et les additions seront publiées dans les Œuvres de Montesquieu de 1758 (Amsterdam – Leipzig, Arkstée et Merkus) : voir LP, introduction, p. 28-43.

2033

n9.

Voir nº 2034 bis.