Sociétés et espaces ruraux (2021-2022)

Lieu : Amphithéâtre de la MRSH
Début : 16/11/2021 - 14:30
Responsable(s) scientifique(s) : Jean-Marc Moriceau et Philippe Madeline
  • Sylvain OLIVIER, Maître de conférences en histoire moderne à l’Université de Nîmes, UPR CHROME : « Professionnels de santé, risques sanitaires et histoire des techniques agraires »
    Résumé : Au siècle des Lumières, en véritables ethnographes, les professionnels de santé s'affirment comme des témoins privilégiés du monde rural qu'ils observent autour d'eux. À cette période, ils s'impliquent par ailleurs de manière accrue dans les débats scientifiques et techniques autour des risques sanitaires subis par les populations rurales. Peut-être en partie influencées par leur discours savant et leur médiation dans les campagnes, les populations des xviiie et xixe siècles s'affrontent régulièrement à propos des risques sanitaires causés par certaines activités nauséabondes comme le rouissage des plantes textiles ou la fabrication d'engrais et fumiers. De telles polémiques laissent à l'historien ruraliste une foule de traces qui, analysées et confrontées, multiplient encore les indices pour mener une histoire des techniques rurales traditionnelles, en croisant discours savant et actes de la pratique révélateurs du quotidien des paysans.
     
  • Thibaut PREUX, Maître de conférences à l’Université de Poitiers, EA RURALITÉS « Les implications paysagères des transformations foncières agricoles : approche comparative dans les bocages normands »

    Résumé : Si de nouvelles « fonctionnalités » sont désormais reconnues aux paysages de bocage (prévention du ruissellement érosif, maintien d’une certaine biodiversité, production énergétique…), les mécanismes de production et d’évolution de ces formes paysagères emblématiques de l’Ouest de la France sont plus rarement étudiés, quand ils ne sont pas renvoyés aux opérations d’aménagement foncier des années 1960-1970. Alors que ces procédures de remembrements sont désormais plus strictement encadrées et que des initiatives locales - encore timides - font émerger un néo-bocage, les dernières études montrent une accélération récente de l’érosion des linéaires de haies, en particulier dans l’Ouest de la France. Quels sont les moteurs de la transformation des paysages de bocage ? Que nous disent ces évolutions de la transformation des systèmes agricoles ?

    L’objectif de cette communication est de discuter ces enjeux à partir d’une thèse de doctorat qui a mobilisé une approche géographique originale, mêlant analyse statistique et spatiale à un travail de terrain dans quatre espaces laboratoire en Normandie (Bessin, Bocage Virois, Mortainais et Pays d’Auge). Ce travail a permis de mettre en évidence le rôle central de l’inégale recomposition foncière des exploitations (agrandissement et concentration foncière) dans la transformation des paysages de bocage.