Page personnelle

Dernière modification le 28/11/2021

Rémi LUGLIA

Professeur Agrégé d’Histoire

Membre associé de l'équipe HISTEMÉ (Environnement & Sociétés)

Membre du pôle Sociétés et espaces ruraux

  • Administrateur de l’Association pour l’histoire de la protection de la nature et de l’environnement (AHPNE)
  • Administrateur du Groupe d'histoire des zones humides (GHZH)
  • Membre du réseau de jeunes chercheurs Imaginaires et pratiques des relations anthropozoologiques (IPRAZ)
  • Membre de l'Association pour l'histoire des sociétés rurales (AHSR)
  • Membre du Groupe d'histoire des forêts françaises (GHFF)
  • Membre du Comité d'orientation stratégique de la Fondation pour la Recherche sur la Biodiversité (FRB)

Publications

Ouvrages

2022 
  
 (Accepté) Luglia Rémi, Beau Rémi, Treillard Aline (dir.), De la réserve intégrale à la nature ordinaire. Les figures changeantes de la protection de la nature en France (xixe s.-xxie s.), Rennes, PUR.
  
2018 
  

Résumé, sommaire ou table des matières disponible dans HAL-SHS (http://hal.ccsd.cnrs.fr/) Rémi Luglia (dir.). Sales bêtes ! Mauvaise herbes ! « Nuisible », une notion en débat. Rennes : Presses Universitaires de Rennes, à paraître au printemps 2018.

 

  
2015 
  
Résumé, sommaire ou table des matières disponible dans HAL-SHS (http://hal.ccsd.cnrs.fr/) Rémi Luglia. Des savants pour protéger la nature. La Société d’acclimatation (1854-1960) . Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2015, 434 p. ISBN 978-2-7535-3575-6 (Collection : Histoire) [préface de Jean-Noël Jeanneney et postface d’Éric Baratay] <hal-01133384>

Site web des PUR (consulté le 19/03/2015)
  
2012 
  
Collaboration à Cadi Antoine, Protéger les oiseaux. Un siècle d’actions avec la Ligue pour la Protection des Oiseaux, Rennes : Éd. Ouest-France, 121 p.
  
1996 
  
Collaboration à Olioso Georges (dir.), Oiseaux de Vaucluse et de la Drôme provençale, Gap, CROP‑CEEP‑SEOF, 207 p.

 

Articles de revues à comité de lecture

  
2021 
  
 

« Les figures changeantes de la protection de la nature (xixe – xxe siècles) », Pour Mémoire, revue du Comité d’histoire du ministère de l’Écologie, n°22, Automne 2021, p. 55-60.

Depuis plus de 150 ans la protection de la nature s’inscrit comme une préoccupation en France et témoigne de la façon dont les collectifs humains conçoivent et réalisent des interactions avec les autres qu’humains. De la réserve intégrale à la nature ordinaire, les figures de la protection se déclinent synchroniquement et diachroniquement, de façon située et datée. Cet article envisage sur une longue durée et de manière synthétique les partenariats et assemblages configurés et reconfigurés.

  
2020 
  
 

« Lutter contre les extinctions ou conserver la nature ordinaire. Quels combats historiques pour les naturalistes ? », Revue scientifique Bourgogne-Franche-Comté Nature, n°31, 2020, p. 275‑283.

Le souci d’une nature banale, commune, familière, anthropisée et souvent utilitaire a pris une part significative dans les réflexions sur la nature et sa protection. Bien souvent, les acteurs ou les chercheurs considèrent que ce souci de cette « nature ordinaire » est récent et que les questionnements sur son état et son devenir sont neufs. Examiner certaines origines permet d’identifier la part qu’a pris le souci de la nature « banale », « commune », dans l’élaboration d’une pensée favorable à la protection, dans la définition et la mise en œuvre d’actions, dans les premières réalisations (mi xixe – mi xxe siècle). Cette démarche historienne révèle quelques clés de compréhension de la situation actuelle en discernant les héritages, les permanences et en même temps les changements, les innovations, à une époque où les notions d’anthropocène et de 6e extinction s’imposent.

  
 

« Premiers jalons pour une histoire de la protection des oiseaux en France métropolitaine (milieu xixe s. – Entre-deux-guerres) », Revue semestrielle de droit animalier, n° 2, 2020, p. 481­-496.

L’avifaune s’avère un sujet moteur d’éveil de la protection de la nature et des mouvements dédiés. En un jeu changeant et subtil entre utilitarisme et patrimonialisation, les motifs s’entrecroisent et se complètent pour dessiner les composantes essentielles de la protection de l’oiseau sauvage.
  
2019 
  

"Pour mémoire" n°20 : Le patrimoine immobilier des Armées au service de l'aménagement et de l'environnement ; « Nuisibles », une notion en débat ; En perspective ; Rendez-vous de l'histoire de Blois 2018, « La puissance des images »

Résumé, sommaire ou table des matières disponible dans HAL-SHS (http://hal.ccsd.cnrs.fr/) « Vivre avec les « nuisibles » ? », Pour Mémoire, revue du Comité d’histoire du ministère de l’Écologie, n°20, Printemps 2019, p. 62-69.

Entre une logique d’éradication, héritée des xviiie et xixe siècles, et une logique de sacralisation, toute récente, une cohabitation entre les humains le monde sauvage est-elle possible ? Cet article propose un cheminement à travers les âges, les espèces, les milieux et les sociétés afin de mieux appréhender le caractère évolutif et situé de ces questionnements.

Consultable sur : http://www.cgedd.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/pour_memoire_no20_-_hiver_2019_-_patrimoine_immobilier_des_armees_cle2fd386.pdf

  
2016 
  

Résumé, sommaire ou table des matières disponible dans HAL-SHS (http://hal.ccsd.cnrs.fr/) Regards historiques sur les premiers espaces naturels protégés de France métropolitaine (XIXe – XXe s.), Revue semestrielle de droit animalier, n° 1, 2016, p. 283-300.

Au sein d’un dossier spécial qui leur est consacré, cette contribution entend analyser les processus et les acteurs de la définition et de la constitution des premiers « espaces naturels protégés » français, du milieu du xixe siècle jusqu’à la loi de 1960 sur les parcs nationaux.

Article consultable sur http://www.unilim.fr/omij/files/2016/12/RSDA_1_2016.pdf

  
2015 
  

Résumé, sommaire ou table des matières disponible dans HAL-SHS (http://hal.ccsd.cnrs.fr/) Pourquoi le castor ne s’est-il pas éteint en Europe ? Regards d’un historien. Revue scientifique Bourgogne-Nature, n°21-22, décembre 2015, p. 163-174. <hal-01250635>

Unanimement considéré comme nuisible, le castor d’Europe est au bord de l’extinction à la fin du XIXe siècle. La population française se trouve alors réduite à quelques couples localisés dans le Bas-Rhône et très menacés. Mais le castor ne s’éteint pas, contrairement à d’autres espèces à la même époque. Que s’est-il donc passé à la charnière des XIXe et XXe siècles qui a permis sa sauvegarde ? Davantage que des modifications écologiques ou éthologiques, il semble que ce soit un changement majeur de paradigme chez les savants naturalistes à la fin du XIXe siècle qui ait rendu possible, in extremis, les mesures de protection par une patrimonialisation du castor fondée sur sa rareté et la notion d’équilibre naturel. Rares sont les espèces menacées d’extinction qui connaissent un tel rétablissement. Cela fait du castor d’Europe une espèce exemplaire, bien que son acceptation sociale, facteur essentiel de sa survie, ait été singulièrement précoce.

  

Résumé, sommaire ou table des matières disponible dans HAL-SHS (http://hal.ccsd.cnrs.fr/) Le cheminement des naturalistes vers la protection de la nature en France (milieu du XIXe– milieu du XXe siècle). Revue Scientifique Bourgogne-Nature, n°20, janvier 2015 (numéro daté de 2014), p. 203-214. <hal-01140276>

Cette communication entend retracer l’éveil d’un courant naturaliste de protection de la nature en France à la fin du xixe   siècle et au début du xxe siècle. Alors que l’idéologie utilitariste paraît dominer de façon hégémonique les esprits, plusieurs cheminements vers la protection de la nature apparaissent par la notion d’équilibre naturel, par la crainte des extinctions, par le constat de la surexploitation des ressources. À partir d’une science de terrain mêlant professionnels et amateurs, émerge alors une conception scientifique et biocentrée de la protection de la nature. Progressivement cette opinion se diffuse parmi les naturalistes et génère des engagements. Ainsi, dès le xixe siècle, des actions se développent, de nouvelles structures se créent (LPO en 1912), des espèces sont préservées (castor en 1909), des espaces sont protégés (Sept-Îles en 1912, Camargue en 1927), un militantisme naturaliste se crée. La protection naturaliste de la nature du début du xxie siècle est très largement l’héritière de ces précurseurs.

  

Résumé, sommaire ou table des matières disponible dans HAL-SHS (http://hal.ccsd.cnrs.fr/) De la patrimonialisation du castor d’Europe à la protection d’un paysage [en ligne]. Projets de paysage (www.projetsdepaysage.fr), publié le 04/02/2015, 8 p. <hal-01113437>

Cette communication inscrit dans une perspective à la fois diachronique et synchronique la protection du castor dans les années 1900. En France, le mouvement naturaliste est porteur de cette demande de protection d’un animal au bord de l’extinction qui se fonde sur une mutation des conceptions savantes mais aussi, en lien avec la protection des paysages, sur la notion de patrimoine naturel. Tout au long du XXe siècle, le castor recolonise naturellement et par des réintroductions de nombreux cours d’eau de France et d’Europe, façonnant à nouveau un certain paysage, que la protection de cette espèce permet de conserver, inversant ainsi la logique de « l’enveloppe patrimoniale ».

  
2014 
  

Résumé, sommaire ou table des matières disponible dans HAL-SHS (http://hal.ccsd.cnrs.fr/) Le savant, le saumon et l’ingénieur. La Société d’acclimatation, l’État et le dépeuplement des cours d’eau à la fin du XIXe siècle. Pour Mémoire, revue du Comité d’histoire du ministère de l’Écologie, n°14, hiver 2014, p. 88-97. <hal-01121692>

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, des savants, notamment liés à la Société d’acclimatation, s’inquiètent du déclin des populations de poissons d’eau douce en France et de la disparition de certaines espèces (saumons et truites) car elles représentent une perte de ressource alimentaire. Pour résoudre cette question, et protéger cette nature « sauvage », ils collaborent avec le gouvernement et l’administration. Ainsi les relations entre l’État et les savants se révèlent. Protéger la nature revient alors à réparer les actions de l’homme mais surtout à maîtriser le « sauvage » et à pérenniser la ressource piscicole.

URL : http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/Pour_m_R_moire_n-_14-2.pdf (consulté le 16/03/2015)

  
2013 
  

Résumé, sommaire ou table des matières disponible dans HAL-SHS (http://hal.ccsd.cnrs.fr/) « Le donne nella protezione della natura in Francia (1850-1940) » in Genesis, XII/2, 2013, « Ecostorie. Donne e uomini nella storia dell'ambiente » (dossier dirigé par Stefania Barca & Laura Guidi), Società Italiana delle Storiche, p. 33-53. [http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00959839]

Titre français : « La place des femmes dans l’éveil d’un courant naturaliste de protection de la nature en France (années 1850-1940) ».

L’objet de cet article est de définir la place des femmes dans le contexte français d’éveil d’un courant naturaliste de protection de la nature, des années 1850 à la Seconde Guerre mondiale. L’étude porte sur des sociétés savantes naturalistes (Société d’acclimatation, Ligue pour la protection des oiseaux). Si jusqu’à la Première Guerre mondiale les femmes sont physiquement absentes de ce mouvement, elles apparaissent à la faveur de discours contre la mode des chapeaux à plumes, qui les enferment dans une supposée mais traditionnelle « nature » féminine. Progressivement, à partir des années 1920, les femmes deviennent plus nombreuses et le courant naturaliste de protection devient plus militant, plus moral, plus efficace.

  

Résumé, sommaire ou table des matières disponible dans HAL-SHS (http://hal.ccsd.cnrs.fr/) « Le castor d’Europe (Castor fiber). Regards historiques anciens et nouveaux sur un animal sauvage » in Centre interdisciplinaire d’études et de recherches sur l’Allemagne (CIERA), Trajectoires, n°7, « La condition animale. Places, statuts et représentations des animaux dans la société », décembre 2013.

URL : http://trajectoires.revues.org/1130 (consulté le 20/12/2013)

La longue histoire de la disparition du castor (Castor fiber) de l’Europe, et de son retour récent, invite à porter un regard original sur les rapports changeants entre l’homme et les sociétés d’un côté, et l’animal et le reste de la nature de l’autre. L’analyse de la protection de cet animal singulier, initiée au XIXe siècle par une mutation du paradigme utilitariste, particulièrement chez les naturalistes, et de sa reconquête de nombreux espaces d’où l’homme l’avait fait disparaitre, met en évidence une dynamique européenne, globale malgré certaines différences. Le cas du castor permet en outre d’appréhender la capacité du sauvage à s’adapter à l’anthropisation du monde.

 

Chapitres d’ouvrages et actes de colloque

  
2021 
  
 

« Un étranger de chez nous. La problématique du retour chez le castor d’Europe (France, xixe-xxie siècles) », in Marie Delcourte, Marc Galochet, Fabrice Guizard, Emmanuelle Santinelli-Foltz (dir.), Environnement, Territoires et Sociétés. Études interdisciplinaires offertes à Corinne Beck, Presses Universitaires de Valenciennes, p. 425‑439.

La problématique de l’étranger – qui n’est donc, par principe, pas à sa place selon le point de vue de certains humains – est un leitmotiv des relations conflictuelles entre les hommes et les animaux dits exotiques. Il n’en a pas toujours été ainsi. L’exemple du castor d’Europe est révélateur de l’existence de différents registres d’acceptation variables selon les milieux sociaux, les lieux, les époques, qui pourraient n’être en réalité que des registres d’adaptation, celle-ci étant tout autant humaine qu’animale.

  
 

« De l'animal nuisible à l'animal protégé (xixe‑xxie siècle) : les cas des oiseaux et du castor », in Anne-Marie Flambard-Héricher et François Blary (dir.), L’animal et l’homme : de l’exploitation à la sauvegarde, Éd. du CTHS.

À partir du xixe s., une partie de la faune sauvage passe du statut de « nuisible » à celui de « protégée ». Concentrer le regard sur les naturalistes français ainsi que sur les cas des oiseaux et du castor permet de révéler et de comprendre les dynamiques qui ont mené à ce renversement des valeurs et à la redéfinition – toujours en cours - des assemblages entre humains et autres qu’humains. Deux cheminements principaux conduisent les savants vers la protection de la nature. D’abord la nécessité de préserver un « équilibre naturel » perturbé par l’homme, dans une perspective plus biocentrée, s’impose. Ensuite, à l’orée du xxe s., une logique de patrimonialisation, scientifique, esthétique et éthique, associée à la crainte des extinctions, débouche sur la protection des premiers « nuisibles ». Ainsi le paradigme dominant de l’utilité/nuisibilité des espèces sauvages se trouve vivement contesté. Face à ces mutations les animaux ne sont pas restés passifs mais au contraire développent des capacités d’adaptation.

https://books.openedition.org/cths/15710

  
2019 
  
Humains et animaux dans les agricultures alternatives

Résumé, sommaire ou table des matières disponible dans HAL-SHS (http://hal.ccsd.cnrs.fr/) « Les rapports entre savants et oiseaux. De l’utilitarisme à la « nature ordinaire », in, Van Dam Denise, Nizet Jean et Streith Michel (dir.), Humains et animaux dans les agricultures alternatives. La domination en question, Éd. Éducagri, 2019, p. 202-222.

Un des principaux points de départ de ce cheminement vers la protection des oiseaux est le rapport entre les oiseaux et l’agriculture, du point de vue de l’utilité mais aussi de la destruction des premiers pour et par la seconde. Analyser le regard des savants sur les relations entre l’oiseau et l’agriculture permet de rendre compte de la transformation des rapports homme-nature qui a cours du milieu du xixe siècle au milieu du xxe siècle par le développement des sciences naturelles et la naissance de l’écologie, par la transformation des milieux que le « progrès » industriel, technique et agricole induit, par la manifestation d’une sensibilité à la nature, nouvelle au moins dans son expression.

  
Adultes – Page 2 – Journalistes Écrivains

Résumé, sommaire ou table des matières disponible dans HAL-SHS (http://hal.ccsd.cnrs.fr/)  « Le castor révélé par le technico-administratif. Les synthèses annuelles du Réseau Castor (ONCFS) », in Baratay Éric (dir.), Aux sources de l’histoire animale, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2019, p. 167-178.

L’analyse des « synthèses annuelles du Réseau Castor (ONCFS) » permet de révéler, parmi de multiples données humaines de caractère technique et administratif, les traces de l’animal et de l’individu, de façon à la fois quantitative et qualitative.

  
Encrage Edition

Résumé, sommaire ou table des matières disponible dans HAL-SHS (http://hal.ccsd.cnrs.fr/) « Le Castor est dans le fleuve. La construction contemporaine d’une cohabitation avec le sauvage (xixe – xxie s.) »», in Guizard Fabrice et Beck Corinne (dir.), Les animaux sont dans la place. La longue histoire d’une cohabitation, Encrage Université, 2019, p. 113‑128.

D’abord chassé pour les produits qu’il procure à l’homme, le castor, une fois raréfié, est jugé nuisible car gênant les aménagements humains : il est alors presque éradiqué. Les logiques de patrimonialisation de la nature à l’œuvre à la fin du xixe s. transforment les regards humains et permettent la sauvegarde des derniers individus et le retour progressif de cet animal sur de nombreux cours d’eau français. La question de la cohabitation des hommes avec cet animal sauvage se pose alors avec une acuité croissante, à la fois en reprenant des points de vue hérités des périodes précédentes mais aussi selon des termes tout à fait neufs. La communication examinera les volontés et les pratiques des différents acteurs dans leur temporalité, à partir de sources inédites et de recherches en cours, car la confrontation des opinions produit des assemblages singuliers et évolutifs, des dialogues originaux.
  
Presses Universitaires de Rennes - Pour une anthropologie ...

Résumé, sommaire ou table des matières disponible dans HAL-SHS (http://hal.ccsd.cnrs.fr/) « D’une Nature pour l’Homme à une Nature sans hommes ? Mutations naturalistes à la charnière des XIXe et XXe siècle ». À paraître dans l’ouvrage Pour une anthropologie historique de la nature, PUR, février 2019, p. 165‑180.

Cette contribution se propose d’historiciser la mutation majeure pour le monde naturaliste et pour les sociétés européennes que constitue l’éveil d’une conscience écologique et pré-écologiste, à l’origine d’un courant fondamental et spécifique du mouvement de la protection de la nature et de l’environnement, inventeur et maître d’œuvre du concept de protection intégrale. Outre d’observer le mouvement des idées, elle s’attachera à analyser leurs applications concrètes et l’évolution des actions entreprises par les savants et les pouvoirs publics pour protéger la nature.

  
2013 
  

Résumé, sommaire ou table des matières disponible dans HAL-SHS (http://hal.ccsd.cnrs.fr/) « Le dépeuplement des cours d’eau : un marqueur de l’émergence de la protection de la nature dans la Société d’acclimatation et en France (milieu XIXe - milieu XXe siècle) », in Mathis Charles-François & Mouhot Jean-François (dir.), Une protection de l’environnement à la française ? XIXe – XXe siècle, Seyssel : Champ Vallon, coll. « L’environnement a une histoire », p. 199‑209.       

Le constat, unanime mais jamais mesuré, de la raréfaction du poisson dans les cours d’eau français, conduit les savants de la Société d’acclimatation, dès la naissance de celle-ci en 1854, à s’interroger sur les mesures à prendre pour conserver ce qui est identifié comme une ressource importante. Ils envisagent d’abord, dans le cadre d’un paradigme utilitariste prégnant, de « repeupler » les cours d’eau en soutenant l’essor de la pisciculture. Mais vers 1900, la pertinence des introductions d’espèces exotiques est mise en cause. Rapidement les savants considèrent qu’il est nécessaire de protéger les poissons et leurs habitats en restaurant l’accessibilité des bassins, en mettant en réserve des portions de cours d’eau et en durcissant la législation. Reconnue comme un expert sur ces questions, la Société d’acclimatation est associée par l’Etat à toutes ses réflexions pour améliorer la situation et ses avis sont largement suivis notamment dans la loi du 31 mai 1865 sur le saumon et la truite et sur la question des échelles à poissons. Sans que pour autant la situation des populations de poissons des cours d’eau français ne paraisse s’améliorer.

 

Articles de revues, publications sur le web

  
2019 
  
 

« Histoire de la protection de la nature en France. La nature ordinaire, facteur d’éveil », Le Courrier de la Nature, n° spécial 2019 « La nature ordinaire. L’identifier, la rencontrer, la protéger », 2019, p. 12‑15.

Dans un numéro spécial consacré à la notion de « nature ordinaire », il s’agit d’examiner la part qu’a pris le souci de la nature « banale », « commune », dans l’éveil et l’élaboration d’une pensée favorable à la protection, dans la définition et la mise en œuvre d’actions, dans les premières réalisations (mi xixe – mi xxe siècle). L’étude des origines fournit des clés de compréhension de la situation actuelle en identifiant les héritages, les permanences et en même temps les changements, les innovations.

  
 Résumé, sommaire ou table des matières disponible dans HAL-SHS (http://hal.ccsd.cnrs.fr/) « Le ragondin » et « la loutre », Historia, n° spécial « Des animaux et des hommes », n° 46, mars-avril 2019, p. 38 et 88.
  
2017 
  
Résumé, sommaire ou table des matières disponible dans HAL-SHS (http://hal.ccsd.cnrs.fr/) « Le nuisible, d’hier à aujourd’hui. Vers une cohabitation ? », Le Courrier de la Nature, n° 306 spécial « Nuisibles », novembre-décembre 2017, p. 5‑8.
  
L'Histoire mensuel n° 439 daté septembre 2017 - Les Gaulois, une civilisation majeureRésumé, sommaire ou table des matières disponible dans HAL-SHS (http://hal.ccsd.cnrs.fr/) « Naissance de la Réserve de Camargue », L’Histoire, n° 439, septembre 2017, p. 24‑25.
  
COUV_cln_302

Résumé, sommaire ou table des matières disponible dans HAL-SHS (http://hal.ccsd.cnrs.fr/) « Le castor bâtisseur de Blois (2011-2016). De l’adaptation des espèces protégées », Le Courrier de la Nature, n° 302, mars-avril 2017, p. 25-32.

À Blois, en 1974-1976, une opération de réintroduction de 13 individus a permis au castor d’Europe (Castor fiber) de recoloniser une large partie du bassin de la Loire. Cette dynamique de retour se poursuit actuellement et révèle les adaptations tant animales qu’humaines.

  
2016