Page personnelle

Dernière modification le 11/03/2019

Clément MARIE DIT CHIROT
02 31 56 62 43
 clement.marie-ditchirot@unicaen.fr
Bureau sh 203/204

ATER, Université d'Angers

 

Titre de la thèse : "Pour un morceau de terre". Enjeux sociaux et politiques de la valorisation touristique de l'espace au Mexique (soutenue le 27 novembre 2014). Thèse réalisée sous la direction de Jean-Marc Fournier (Université de Caen) et de Gustavo López-Ángel (Benemérita Universidad Autónoma de Puebla).

 

Résumé : Parce qu'ils font l'objet d'une valorisation particulière, les lieux touristiques sont parfois l'enjeu de conflits entre les acteurs et les groupes sociaux qui tendent à se les approprier. Le phénomène prend une intensité particulière au Mexique où le tourisme représente une activité économique de premier plan et où les antagonismes sociaux s'expriment parfois avec violence. Partant d'une approche ethnographique, la thèse présente l'étude comparée de trois processus locaux marqués par l'intensité des conflits dont l'espace a fait l 'objet au cours du développement touristique. Le premier cas est celui du centre touristique de Huatulco créé par le gouvernement fédéral dans les années 1980, et où l'expropriation d'une importante quantité de terres a engendré une confrontation avec une partie des populations locales. Le second est celui de la ville touristique de Playa del Carmen où le développement touristique est traduit par une urbanisation rapide depuis les années 1990. Enfin, le troisième cas est celui de la zone nord du Chiapas, dont la mise en tourisme s'effectue aujourd'hui dans un contexte toujours marqué par le conflit politique opposant l'Armée Zapatiste de Libération Nationale (EZLN) aux autorités mexicaines. A travers ces trois exemples, la thèse interroge la valorisation touristique de l'espace à l'aune des contradictions sociales qu'elle contribue à produire ou à alimenter, notamment autour de la question foncière et des rapports de propriété. L'analyse se déplace ensuite vers l'étude des contextes politiques dans lesquels ces conflits se développent, posant la question des usages politiques de l'espace. Ces deux entrées sont proposées comme éléments d'une réflexion matérialiste sur les enjeux sociaux et politiques du fait touristique.

 

 

Mots-clés : Tourisme, valorisation et appropriation de l'espace, question foncière, conflits sociaux, Mexique.

International

  • Membre depuis 2010 du comité de rédaction de la revue pluridisciplinaire Homo Ludens (www.revistahomoludens.com), Université Autonome de Puebla, Faculté de Droit et Sciences Sociales.
  • 2010 (juillet): enseignant invité à la Benemérita Universidad Autonoma de Puebla (Mexique), Faculté de Droit et Sciences Sociales. Les interventions réalisées auprès d'étudiants de premier cycle en anthropologie ont porté sur des aspects théoriques et méthodologiques propres à la méthode ethnographique en géographie sociale: construction de l'objet, relations entre théorie et travail empirique, analyse de récits de vie, rapport aux enquêtés, etc.
  • 2010 (mars-juin): mission de recherche au Mexique consacrée à l'enquête de terrain dans les différents espaces-laboratoires. Recueil de matériaux empiriques (entretiens, observation directe, cartes, photographies etc. ).
  • 2009 (février-juillet): mission de recherche au Mexique (rattachement Université Autonome de Puebla). Mise en place de la codirection de thèse. Enquête de terrain, principalement dans l'Etat du Chiapas. Analyse des systèmes d'acteurs et des conflits ayant trait à la mise en tourisme du Chiapas.
  • 2008 (mars-mai): mission de recherche au Mexique. Construction du projet de thèse et réalisation d'un mémoire dans le cadre du master recherche (Université de Caen Basse-Normandie).
  • Août 2006 - juillet 2007: séjour académique (master 1) à l'Université Autonome de Puebla (BUAP) dans le cadre de l'accord de coopération internationale existant entre la BUAP et l'Université de Caen Basse-Normandie.
  • Octobre 2005 - juin 2006: séjour linguistique à Salamanque (Espagne) et validation d'un dîplome d'espagnol comme langue étrangère (DELE) à l'Université de Salamanque.

 


N.B. : chaque page personnelle est rédigée sous l'entière responsabilité de son auteur.