Présentation

La mémoire est un enjeu fort de nos sociétés. Un enjeu de santé publique, un enjeu de cohésion sociale, un enjeu pour ouvrir notre futur en bénéficiant de l’acquis des générations qui nous ont précédés.

La mémoire est une question particulièrement vive et travaillée en Normandie. La mémoire dans tous ses sens. Une mémoire historique profonde parce que la Normandie est une vieille terre d’occupation humaine ; l’archéologie nous en restitue les marques et les interprétations, du Néolithique au Moyen Age en passant par une époque romaine trop sous-estimée. L'époque ducale a fortement contribué à l'histoire européenne et l'architecture qui en reste en livre témoignage. Le livre est un des marqueurs de notre civilisation et la Normandie est une des régions d’Europe de la grande histoire du livre et de la transmission de la pensée ; des manuscrits aux archives du XXe siècle. Plus près de nous, l’histoire de la fin de la Seconde Guerre mondiale s’est nouée en Normandie. Les manifestations du 70e anniversaire du Débarquement allié ont montré la place de cette mémoire dans le patrimoine mondial et le rôle nécessaire de transmission aux jeunes générations. L'édition 2016 du festival Normandie impressionniste revisite une contribution majeure au mouvement pictural international. Ces approches ne sont ni nostalgiques ni passéistes, au contraire, elles restituent des pans entiers du patrimoine commun international pour mieux comprendre notre présent, la trajectoire de nos sociétés et en tirer instruction pour préparer l’avenir.

La mémoire est aussi un enjeu de santé contemporain. La prévalence accrue des maladies dégénératives du cortex cérébral y est pour beaucoup. De plus, le grand public a pris conscience de l’importance de la mémoire, mais aussi de sa fragilité, notamment au cours du vieillissement et de pathologies diverses. La mémoire est l’objet de nombreux travaux, réalisés par les chercheurs de Cyceron, l’une des principales platesformes de recherche en imagerie médicale, au plan national et européen. Les travaux portent sur la structure et le fonctionnement de la mémoire ainsi que sur les mécanismes physiopathologiques qui conduisent aux maladies de la mémoire, comme la maladie d’Alzheimer. Une réflexion est également menée sur la place grandissante des mémoires externes (numériques), liées aux nouvelles technologies de l’information et de la communication, et la manière dont elles interagissent, de façon bénéfique ou négative, sur la construction individuelle et collective de notre mémoire.

Le terme mémoire est polysémique, des approches très différentes s’y intéressent. Les institutions, les équipes de recherche et les chercheurs qui travaillent ce domaine sont en nombre en Normandie et en font un des lieux en France et en Europe où la mémoire sous toutes ses formes est particulièrement analysée, explorée, réfléchie.

Le Groupement d’Intérêt Public (GIP) Cyceron et la MRSH CNRS Université de Caen ont estimé que la mise en valeur coordonnée de ces approches et leur dialogue pouvaient être fructueux, originaux et bénéfiques pour l’innovation et le partage des enjeux de la recherche par la société. Ils ont organisé  en 2014, avec le groupe B2V (prévoyance, retraite), groupe paritaire de protection sociale une première édition d'une « Semaine nationale de la mémoire » selon la même philosophie que la « Semaine du cerveau ». Cela avait été un grand succès, plus de 5000 personnes avaient assisté à plus de 40 événements. En 2016 une nouvelle édition est organisée sur les sites de Caen et Bordeaux. 

La MRSH, Cyceron, B2V et le Mémorial de Caen et Relais d’sciences, centre de culture scientifique et technique de Basse-Normandie, se sont associés pour cette semaine de la mémoire. Plus de trente équipes de recherche et institutions se sont engagées dans sa préparation. Cette démarche est conçue dans un esprit d’association large où chaque institution, chaque entité, apporte son concours et garde toute son initiative et son indépendance.

La semaine de la mémoire 2016 se déroulera du 19 au 23 septembre en Normandie. Le programme compte plus de 30 initiatives, qui vont de la conférence grand public, aux ateliers d’expériences grand public, ou à des projections de films et des manifestations liant art et science.

Tous les jours de cette semaine se succéderont ainsi : conférences, discussions, ateliers, projections, expositions.