Journée du 23/09

10h30 - 12h00 et 13h30-15h00 (Public scolaire) - ESPE de Caen
Découvrir sa mémoire : les sciences cognitives au service des apprentissages scolaires (Atelier)
Céline Lanoë (Enseignante-chercheuse, PALM UNICAEN, ESPE), Sandrine Rossi (Enseignante-chercheuse, PALM, UNICAEN), Amélie Lubin (Enseignante-chercheure Paris-Descartes, UNICAEN)
Deux ateliers interactifs porteront sur Mon cerveau ma boîte à secrets à partir d’expériences réalisées avec les chercheurs et entre les élèves, de cahiers d’expériences fournis aux élèves et de séquences vidéos.  
1) A la découverte de mon cerveau : Comment il fonctionne ? Est-ce que je peux le voir ? A quoi servent les différentes parties de mon cerveau ? Qu’est-ce que c’est que la plasticité cérébrale ?
2) A la découverte de la mémoire : Est-ce qu’il existe différentes types de mémoires ? Est-ce que je peux tester ma mémoire ? Quelle partie de mon cerveau fonctionne quand je fais travailler ma mémoire ?
Les élèves repartiront avec leur cahier d’expériences et un « Diplôme de jeune chercheur en sciences cognitives » 

Public scolaire - Sur réservation auprès de celine.lanoe@unicaen.fr

14h00 - Salle des Actes SH 027 de la MRSH
Récits de guerre plurilingues : pour une mémoire européenne partagée (Conférence)
Viviana Agostini-Ouafi (Enseignante-chercheuse, ERLIS, UNICAEN)
Le plurilinguisme est une composante clés des récits autobiographiques écrits et oraux de la Seconde Guerre mondiale : les narrateurs s’expriment dans une langue maternelle plus ou moins caractérisée par un lexique, des expressions et des dialogues vernaculaires ou plurilingues. Pour ces témoins ordinaires, une telle mimésis réaliste ne répond pas à un choix esthétique, mais au besoin d’exprimer la singularité de leur vécu (vie quotidienne sous l’occupation, exodes, déportations). Ces récits font l’objet à l’université de Caen Normandie d’une expérience participative de valorisation, portant notamment sur la mémoire franco-italienne : édition critique de textes, transcription d’entretiens, traductions en plusieurs langues. Le traitement philologique des traits plurilingues ainsi que leur traduction sont au cœur de ce dispositif de mise en valeur et de diffusion (numérique et papier). Ce patrimoine narrant l’expérience fondatrice de l’Europe actuelle peut nous aider, par sa richesse et sa créativité, à bâtir une identité culturelle commune et pacifiée. Or, une mémoire respectueuse des différences et démocratiquement partagée ne peut être que plurilingue.

16h00 - Salle des Actes Sh 027 de la MRSH
Traces et mémoire du passé colonial de Cherbourg (Conférence)

Stéphane Valognes (Enseignant-chercheur, ESO-CAEN, UNICAEN)
Le passé colonial de Cherbourg est peu connu voire occulté par les représentations dominantes attachée à la ville et à son agglomération, une ville maritime et industrielle. Pourtant la démolition annoncée de l’ancienne cité coloniale, située à proximité de l’ancien hôpital de la Marine et relativement enclavée permet de faire remonter à la surface le passé colonial de Cherbourg.
Cette communication s’appuiera sur l’histoire urbaine et l’histoire militaire, pour faire le constat que la présence de traces n’est pas forcément synonyme de mémoire urbaine ou sociale. La cité coloniale, certains objets du musée Emmanuel Liais, le monuments des soldats et marins morts aux colonies...ou la toponymie, différentes dimensions de ce passé méritent d’être décrites, pour en évaluer la présence et l’héritage.

18h00 - Amphithéâtre de la MRSH
Les chants de la mémoire – Visages d’une tradition chantée en Cotentin (Projection Rencontre)

Yvon Davy - Association La Loure et Maxime Letissier, réalisateur et monteur. Soirée animée par Benoît Raoulx, Enseignant-chercheur, FRESH,  ESO-Caen, UNICAEN
Séance proposée par le programme Film et Recherche en Sciences Humaines
Trois habitantes du Cotentin parlent des chansons qu’elles ont apprises dans leur jeunesse auprès de leur famille, et racontent les contextes de cet apprentissage. De très beaux répertoires sont mis en évidence et donnent à voir la mémoire d’un pays... mémoire fragile si elle n’est pas ravivée aujourd’hui.
Ces chansons, que nous qualifions de traditionnelles, sont encore présentes dans la mémoire d’un certain nombre de chanteurs et de chanteuses de Normandie, souvent âgés aujourd’hui. Derniers témoins de ces traditions orales, ils disparaissent progressivement, emportant avec eux ces trésors de la littérature orale. La transmission familiale n’opère plus en effet : les enfants de ces chanteurs se sont tournés vers les répertoires diffusés par les médias modernes et, plus souvent encore, ils ont délaissé complètement la pratique du chant.
Dans le cadre du programme Film et Recherche en Sciences humaines, il nous est apparu intéressant de présenter ce film et cette initiative. L’audiovisuel  permet de recueillir, de garder trace et  de construire une mémoire partagée. Que se joue t-il à l’occasion d’un tournage ? Qu’apporte l’image par rapport à d’autres supports ?  Cette séance sera l’occasion de faire connaître cette initiative et de discuter sur l’image comme moyen de rendre audiovisible des cultures et pratiques populaires.

Consultez le programme complet