Hybrider pour recentrer l’ingénierie techno-pédagogique sur l’activité de l’élève

Par Jean-François Cerisier

La période de confinement a -de nouveau- souligné l’importance centrale de l’activité de l’élève, que l’on peut considérer comme le « lieu » de ses apprentissages.
Selon cette approche, l’ingénierie techno-pédagogique aurait donc pour objet la construction de cette activité et plus largement celle de l'expérience d’apprentissage de l'élève.
Contraints par la situation sanitaire ou choisis en raison de stratégies pédagogiques, les modèles d’hybridation de la formation fournissent un nouveau cadre pour ces démarches, un cadre qui s’émancipe partiellement des déterminants classiques de la forme scolaire et qui s’organisent autour de l’empowerment de l’élève.