Vichy et les préfets

Le corps préfectoral français pendant la Deuxième Guerre mondiale

La documentation française, 2021, 327 pages
Article de Gaël Eismann et de François Rouquet, ouvrage sous la direction de Marc-Olivier Baruch

L’article « Les préfets dans le dispositif répressif allemand de 1940 à 1942 : surveillance, contrôle et mise au pas » par Gaël Eismann, Maîtresse de conférences en histoire contemporaine du laboratoire Histemé.

L’article « La journée du serment (Vichy, 19 février 1942) : un "pousse-au-jouir" du maréchal Pétain » par François Rouquet, Professeur en ’histoire contemporaine du laboratoire Histemé

 

Résumé :

René Bousquet, Maurice Papon. En deux noms, la cause est entendue, et la légende noire écrite : les hauts fonctionnaires de l’administration préfectorale de Vichy, issus du radicalisme républicain, servirent sans ciller l'État français jusque dans les pires errements de la collaboration d’État. Après une épuration particulièrement douce, ils constituèrent les cadres administratifs ou économiques de la Quatrième République.

On compense en général, dans l’histoire administrative sécrétée par les institutions, cette image uniformément sombre par la rédemption collective payée, pour l’ensemble du corps, par le sacrifice de quelques-uns, sacrifice résumé par le portrait en pied de Jean Moulin, dont la gloire préfectorale ne se dément pas depuis 35 ans.

Voici dessiné, en ses deux faces, le préfet des années sombres. La réalité est sans doute plus complexe que ces deux faces de la médaille.