Référents


Documents labellisés

FR L'art du jardin au Maroc : entre tradition et modernité

Vers le site de ce contributeur
Mounia Bennani, paysagiste, historienne des jardins et du paysage
Enregistré le : 15/06/2021 - Durée : 45mn - Réalisation : Institut Européen des Jardins et Paysages
Lieu : Château de Bénouville

« On dit avec raison : les italiens construisent leurs jardins, les Anglais les plantent, les Français les dessinent. On peut ajouter : les Marocains y vivent » Irène Menjily-de Corny, « Jardins du Maroc », le temps apprivoisé, Paris, 1991

Au Maroc, depuis les premières installations humaines, le jardin et plus largement la nature ont toujours été étroitement liés à la vie de la cité traditionnelle.  Véritables ville-jardins, les medinas se sont développées autour d’une multitude d’espaces plantés hiérarchisées autour de l’eau, allant du riad privatif à l’intérieur des demeures aux grands vergers extra-muros (jnan) en passant par les agdal, vergers clos irriguées et les arsa situés à l’intérieur des remparts des medinas. Chacun de ses terme en arabe qui désignent le mot « jardin » renvoie à une typologie avec une forme, une taille et une fonction spécifiques.
Aujourd’hui, de très beaux témoignages de la tradition paysagère marocaine sont encore visibles, des jardins ancestraux qui figurent de modèles et qui continuent d’attirer des touristes du monde entier. Réplique agrandie du généralife à Grenade, le jardin Dar el-Batha à Fès est un bel exemple de Riad marocain traditionnel du XIXe siècle. A l’échelle de la ville, citons les jardins de l’Agdal à Marrakech créés sous la dynastie almohade au XIIème siècle. Vaste verger nourricier et d’agrément protégé de murailles, les jardins de l’Agdal, d’une superficie d’environ 500 hectares, pratiquement la superficie de la medina, marquent le style du jardin « almohade », une réalisation paysagère à l’échelle de la ville et du territoire magnifiée grâce aux vues exceptionnelles sur l’horizon des montagnes de l’Atlas au sud.
Avec l’arrivée du protectorat français en 1912, et l’aménagement de villes nouvelles européennes à l’extérieur des medinas, un nouveau modèle de jardin va apparaître : le « jardin public urbain». A travers le paysagiste J.C.N. Forestier et ses disciples français paysagistes et architectes, un nouvel art des jardins est expérimenté au Maroc : tantôt inspiré de la tradition mauresque, tantôt reproduction du jardin à la française expression du pouvoir colonial, tantôt « jardin métisse », savant mélange de tradition française et de savoir-faire andalous. Cette période coloniale sera totalement occultée de l’histoire de l’art des jardins au Maroc, d’où la publication de mon livre « Villes-paysages du Maroc », aux éditions de La Découverte en 2017.
Dès la fin du protectorat français en 1956, la création jardiniste décline, aucun nouveau jardin public n’est réalisé en dehors de quelques parcs conçus par des paysagistes étrangers.
Aujourd’hui, seule une poignée de paysagistes formés pour la majorité à l’Institut Agronomique et Vétérinaire de Rabat (IAV) et issus d’écoles de paysages étrangères exercent au Maroc, sans cadre juridique. L’IAV est la seule école marocaine à former des paysagistes mais l’enseignement de l’art des jardins et du projet de paysage y est insuffisant. En ce début de XXIe siècle, les nouveaux besoins et les nouvelles contraintes qui se posent (densification des villes, changement climatique, épuisement des ressources en eau, perte de la biodiversité, nouveaux usages, etc.) changent notre regard sur le jardin et la manière de le concevoir.

Comment dessiner le jardin marocain d’aujourd’hui ?

La tendance actuelle est au jardin occidental agrémenté de motifs marocains, pour lui donner une identité « marocaine » ; tendance qui exprime une perte d’identité du jardin marocain et une absence de vision paysagère commune. Cette absence de repère renvoie non seulement à un besoin d’ancrage et de transmission de l’histoire de la création paysagère au Maroc mais également au besoin de « re »trouver des outils de création plus intuitifs, qui s’inspirent du lieu et se nourrissent de disciplines complémentaires (écologie, histoire, sociologie, philosophie).

Mounia Bennani est architecte-paysagiste, diplômée de l’École Nationale Supérieure du Paysage de Versailles et docteur en géographie de l’École des Hautes Etudes en Sciences Sociales à Paris.
En 2006, Mounia Bennani créé sa propre agence de paysage « MBpaysage », établie à Rabat. Son agence est spécialisée dans la conception d’espaces publics.
En décembre 2010, elle fonde l’Association des Architectes-Paysagistes du Maroc (AAPM), première association d’Afrique du Nord regroupant les professionnels de l’architecture du paysage reconnue par l’IFLA (International Federation of Landscape Architects).
Mounia Bennani milite pour la préservation du patrimoine paysager marocain et pour la création d’espaces publics de qualité. Elle enseigne (Ecole Nationale d’Architecture de Rabat) et partage son expertise sur l’histoire du paysage et des jardins urbains marocains du XXe siècle à travers divers colloques et rencontres au Maroc et à l’étranger.
En novembre 2017, Mounia Bennani publie un livre issu de son travail de recherche en doctorat, intitulé « Villes-paysages du Maroc » aux éditions La Découverte, un beau livre à la fois historique et scientifique, sur l’histoire du paysage dans le contexte de l’aménagement des villes nouvelles du début du XXe siècle pendant le protectorat au Maroc. C’est le premier livre qui lève le voile sur une partie de l’histoire du paysage et des jardins publics au Maroc du XXe siècle, histoire restée jusque-là inconnue.
En juin 2018, le livre reçoit en France le célèbre prix REDOUTE « prix spécial jury ».

Pour en savoir davantage
Rechercher dans la forge numérique

Sujets

Adoption Agriculture Agronomie Alimentation Altérité Amour Aménagement Animaux Apprentissage Architecture Archives Arts Attachement Autofiction Autorité Big Data Bonheur Cartographie Catastrophe Chanson Cinéma Classes sociales Climat Cognition Collectivité Commerce Communication Complexité Comportement Concept Conflits Conscience Consommation Constitution Coopération Corps Crise Croissance Création Crédit Culture Célébration Danse Dessin Discrimination Documents Droits Décision Démocratie Déplacements Développement Echelles Ecrits Ecriture Ecrivains Edition Education Emploi Endettement Energie Enfance Enfant Entreprise Environnement Epistémologie Equilibre Equitation Etats Ethique Europe Evaluation Evolution Expression Famille Fiction Fiscalité Foi Folklore Fondation Formation Futur Genre Historiographie Héritage Identité Idées Image Imaginaire Individualisme Industrialisation Informel Innovation Insertion Institutions Intellectuels Interdisciplinarité Inégalités Itinéraire Jardins Jeu Jeunesse Justice Langage Lexicologie Liberté Lien social Limites Littérature Loisirs Maladie Marginalité Maritime Migration Militaire Minorités Mobilité Mode Modélisation Monnaie Morale Mort Motricité Musique Mutations Mythes Médecine Mémoire Nature Normandie Normes Nucléaire Numérique Orient Orientation Ouvrages Paix Pandémie Parenté Parole Patrimoine Paysage Peinture Pensée Performance Personnage Philosophie Photographie Plaisir Politique Population Pouvoir Poésie Presse Prison Procréation Progrès Propagande Propriété Protection Précarité Pêche Recherche Relations Religion Responsabilité Ressources Risques Rituel Ruralité Réseaux Santé Sciences & techniques Scolarité Sens Sensibilité Sexe SHS Sociétés Sols Son Souffrance Spectacle Sport Suicide Surréalisme Syndicalisme Sécurité Ségrégation Sémantique Technologie Temps Territoire Théâtre Toponymie Tourisme Transmission Transplantation Transports Travail Urbanisation Urbanisme Utopie Valeurs Vestiges Victimes Vie Vigne Ville Violence Virtuel Voyage Vulnérabilité Vérité Écologie
  
Abonnements - Fils RSS de la MRSH