l m m j v s d
 
 
 
 
 
1
 
2
 
3
 
4
 
5
 
6
 
7
 
8
 
9
 
10
 
11
 
12
 
13
 
 
15
 
16
 
17
 
18
 
19
 
20
 
21
 
22
 
23
 
24
 
25
 
26
 
 
28
 
29
 
30
 
31
 
 
 
 
 
 
 
Cirnef

Pratiques et enjeux des accompagnements à la professionnalisation : quelles démarches d’intelligibilité du travail ?

Lieu : Amphi MRSH
Début : 14/01/2022 - 09:30
Fin : 14/01/2022 - 17:00
Responsable(s) scientifique(s) : Maude Hatano-Chalvidan et Éric Saillot

Cette journée d’étude propose de questionner certaines pratiques d’accompagnement à la professionnalisation des sujets et/ou des groupes professionnels, notamment des métiers de la relation ou des activités basées sur des interactions humaines. Beaucoup d’analyses du travail proposent des macro-catégories qui permettent de mieux comprendre des processus ou des dynamiques globales relatives aux questions de professionnalités et de professionnalisation dans un monde complexe en constante évolution. Cette journée d’étude prend le parti de questionner les pratiques et les enjeux des accompagnements à la professionnalisation dans une approche micrologique (Thievenaz, 2019). En effet, de nombreuses activités de travail se développent à travers des « détails négligeables », voire insignifiants pour les non-initiés qui n’ont pas les codes, la culture, ou les lunettes pour simplement voir ces « petites choses » peu visibles, relevant d’une rationalité faible (Piot, 2009) et apparemment ordinaires mais qui sont finalement inestimables (Hesbeen, 1999 ; Modak, 2012) pour le professionnel comme pour les bénéficiaires. Certaines pratiques d’accompagnement permettent donc d’appréhender le travail dans une approche micrologique de l’expérience qui « s’élabore progressivement dans l’infiniment petit des actes de travail » (Thievenaz, 2019, p. 238).

L’un des enjeux de l’accompagnement serait de favoriser l’identification des signaux furtifs pris en compte par les professionnels, mais qui sont difficilement perceptibles par un observateur, voire même par les acteurs eux-mêmes, lorsqu’il s’agit de compétences incorporées (Leplat, 1995) ou d’une part de leur activité constructive (Samurçay et Rabardel, 2004), difficilement accessible. L’un des objectifs serait donc d’identifier en quelque sorte des dimensions cachées, voire clandestines du travail (Champy-Remoussenard, 2010) et donc des professionnalités, qui sont parfois mises à jour lors d’accompagnements, dont ce n’était pas forcément l’intention initiale.

Cette journée d’étude permettra d’apporter quelques éléments de réponse à certaines de ces questions. Quels accompagnements peuvent constituer des vecteurs d’intelligibilité de certaines activités dans des situations emblématiques ou problématiques ? Comment ces accompagnements peuvent-ils permettre de finalement voir ce qu’on ne voyait pas au départ ? Comment peuvent-ils contribuer, même modestement, à l’élaboration de connaissances scientifiques empiriquement étayées qui contribuent in fine à la professionnalisation d’une profession (Wittorski, 2008) ? Quels dispositifs d’accompagnement permettent de comprendre comment le sujet se forme par et dans l’activité de travail ? Les différentes contributions apporteront quelques éclairages sur les possibilités d’articuler les versants épistémiques et pragmatiques de la recherche, intimement articulées à la formation, et traversées par les enjeux de professionnalités et de professionnalisation.

Fichier(s) à téléchargerTélécharger le programme

Facebook icon