MONSIEUR,
Ie ne m’attendois pas à l’honneur que vous m’avez fait d’une seconde réponse, tant parce que ie m’estois efforcé de vous divertir de cette peine, que parce que ie voy bien que ie ne sçaurois bien voir vostre Lumiere, que vous ne l’exposiez bien assise sur tous ses fondamens. Et en Clerselier I, 243 core que vous vous declariez un peu davantage que vous n’avez fait cy-devant, par la declaration que vous m’avez faite de vostre conception de la Lumiere du Soleil ; Toutesfois comme vous dites vous mesme, on en peut tirer plusieurs autres difficultez que celles que i’ay touchées iusques icy, dont vous m’écrivez avoir les réponses toutes prestes, qui AT II, 409 ne se peuvent donner qu’en expliquant toute vostre Physique. C’est donc iusques à ce temps-là que ie veux reserver mon esprit, sans le plus travailler ny le vostre aussi par des objections tirées en l’air. Neantmoins ie ne laisseray pas encore pour ce coup de faire comme en passant quelques remarques sur vostre réponse à ma derniere, pour vostre plus grande precaution.

4. Bien que le mouvement actuel et l’inclination à se mouvoir different comme l’acte et la puissance, vous voulez neantmoins que le mot d’action soit pris non seulement pour le mouvement actuel ; mais qu’en une signification plus generale et plus étenduë, il signifie aussi l’inclination à se mouvoir. Or il est certain que comme la puissance ne se peut étendre iusques à estre acte, (car alors elle ne seroit plus puissance) aussi l’acte ne se peut étendre, ou pour mieux dire restrecir, iusques à estre puissance à soy-mesme, et l’un est incompatible avec l’autre. Et pour la comparaison que vous apportez de deux aveugles qui tirent et poussent un baston d’égale force, il est bien vray que la privation de son mouvement en tels et tels divers cas se peut nommer, comme vous dites, les diverses actions qui sont imprimées en luy par les divers efforts de ces aveugles ; Mais de là vous ne concluez pas que le mouvement soit l’inclination à se mouvoir, qui est le nœud de l’affaire, et ie ne voy pas que vous le puissiez conclure par là.

6. Si le mouvement dans les cors lumineux est l’action par laquelle les parties de leur matiere subtile changent de place, ainsi que vous dites ; Donc la Lumiere dans les cors lumineux, qui est ce mouvement, sera AT II, 410 l’action par laquelle Clerselier I, 244 les parties de leur matiere subtile changent de place, et non autre chose ; Surquoy il y aura bien à contester, si vous n’y pourvoyez en vostre Physique.

8. 9. 10. Si pour prouver l’existence de vostre matiere subtile, vous n’avez point d’autre fondement que celuy que vous alleguez, à sçavoir que les pores du bois, du cuir, du papier, etc. estant si étroits que l’air ne les peut penetrer, ils ne doivent pas pour cela estre vuides ; d’où il suit qu’ils doivent estre remplis d’une matiere plus subtile que n’est celle dont ces cors sont composez, à sçavoir d’une matiere subtile, il me semble voir bien clairement qu’elle est tres-mal fondée. Car si l’eau mesme penetre toutes ces choses, comme l’on peut aisément reconnoistre par le bois flotté, qui est tout moüillé interieurement au sortir de l’eau, et dont mesme le sel est entierement dissout par l’eau qui le penetre ; d’où vient que ses cendres ne valent rien à faire lessives, faute de sel : Combien plus facilement seront-elles penetrées par l’air, qui est incomparablement plus subtil et plus fluide que l’eau ; et combien clairement se voit-il par là, que vostre matiere subtile est superfluë à remplir les pores des corps.

Articles du second ordre.

1. et 2. Quand dans vostre premiere réponse vous disiez n’avoir eu intention de donner aucune definition de la Lumiere, vous estant contenté d’en donner quelques vrayes descriptions ou explications, ie croyois que vous ne vouliez point encore publier vostre definition de la Lumiere, et que vous la reserviez pour vostre Physique : AT II, 411 Mais disant à present que vous n’avez point eu dessein d’en donner l’exacte definition par genre et difference, afin d’éviter les difficultez superfluës qui en pourroient naistre, on prendra cela à mauvais augure ; Et vous ne deviez donc point non plus donner vos descriptions ou explications, puis qu’elles ne peuvent manquer à fournir plus de difficultez que ne feroit une exacte définition, qui dit clairement ce que c’est que la chose definie, ainsi que vous pouvez iuger par Clerselier I, 245 mes objections, sur lesquelles d’autres meilleurs esprits pourront beaucoup encherir ; Et au fonds vostre presente réponse ne touche en rien la contradiction que ie vous ay objectée, mais la confirme plutost.

3. Ie m’étonne que vous fassiez tant d’estat des comparaisons pour prouver les choses Physiques, iusques à dire que lors qu’on assure quelque chose touchant la nature, qui ne peut estre expliqué par aucune comparaison, vous pensez sçavoir par demonstration que telle chose est fausse ; veu qu’en la nature il se peut trouver tant d’effets qui n’ont point de semblables, comme entre autres ceux de l’ayman ; Et si ie vous disois ce que ie sçay des influences celestes, c’est bien encore toute autre chose, vû qu’elles ne reçoivent en leur maniere d’agir autre comparaison que Dieu mesme. Ie ne nie pas qu’on ne puisse presque toûjours trouver des comparaisons pour les expliquer tellement quellement ; mais il est question de les si bien expliquer qu’on engendre une science claire de la chose qu’on traite. Et pour celles dont iusques icy vous vous estes servy avec moy, ie ne voy pas qu’elles fassent cét effet ny en moy ny en autruy : mesmes celle que vous prenez icy AT II, 412 d’un tuyau plain d’eau, et courbé circulairement autour de la terre ne resout du tout point ma difficulté de l’étincelle de feu, non plus que vostre precedent tuyau : Car au lieu que vous faites les deux bouts A et C fort petits, faites en un fort grand, pour rendre la chose plus sensible ; Il est certain que si vous l’emplissez d’eau fermant l’autre bout de peur que l’eau n’en sorte, les deux eaux ne font plus qu’un cors et une pesanteur ; et que si vous venez à ouvrir le bout qui estoit fermé, ce cors ne peut plus demeurer en cét estat, à sçavoir, Clerselier I, 246 partie dans le tuyau, partie dans le grand bout, n’estant pas en son assiette et équilibre à l’entour du centre de la terre : C’est pourquoy tout ce cors, par son interne pesanteur et fluidité, se mouvra pour se remettre en l’équilibre auquel il tend par inclination ; et le mouvement commençera aussi-tost à un bout de l’eau qu’à l’autre : Or tout le mesme arrive, n’y ayant que les deux petits bouts du tuyau A et C ; Vous voyez donc que ce tuyau ne resout non plus ma difficulté que le precedent. A quoy i’adjoute que l’étincelle qui meut la matiere subtile qui est autour d’elle, ne se fait pas un mesme cors avec elle, et demeure immobile, tandis quelle meut effectivement et extrinsequement cette matiere subtile ; mais en la comparaison du tuyau l’on voit tout le contraire.

AT II, 413 4. et 5. Ie ne sçay pas à qui vous persuaderez, qu’il importe fort peu de penser que l’air soit transparent de sa nature ou par accident ; Mais ie suis fort assuré que cela n’est pas bien connoistre la nature de l’air. Et sur ce que ayant esté dit par vous en vostre premiere réponse, que la matiere subtile est transparente entant qu’elle est dans les pores de l’air, ie concluois que cela ne luy estant qu’un accident local, elle n’estoit donc pas transparente de soy ; Vous dites à present que ie conclus tout de mesme, que si de ce que vous auriez dit que le Roy a de grans revenus, entant qu’il est Duc de Bretagne, ie tirois cette consequence, que s’il n’estoit point Duc de Bretagne, il n’auroit donc point de revenu. Ie vous répons que le revenu du Roy luy est un accident divisible et externe, qu’il tire de plusieurs lieux de son Estat : Mais la transparence est naturelle à la matiere subtile, comme vous accordez icy, et par consequent elle ne la tire d’aucun lieu, ou chose externe, comme vous aviez dit en vostre premiere réponse : C’est pourquoy la comparaison cloche fort, et contient mesme le sophisme de la partie au tout ; d’où vient que la consequence est fausse. Mais si i’avois dit Louys XIII. est souverain de Bretagne entant que Roy de France, il s’ensuivroit que s’il n’étoit Clerselier I, 247 Roy de France, il ne seroit point aussi Souverain de Bretagne : Car icy le mot entant que, est accompagné de la dependance essentielle ou necessaire, qui luy est propre, quand il est bien appliqué. Mais pour revenir à nostre matiere subtile, puisque vous accordez maintenant qu’elle est transparente de sa nature, ou en sa AT II, 414 pureté, et qu’elle est du nombre des cors qui nous environnent, vû que selon vous elle s’étend sans interruption depuis les astres iusques à nos yeux ; ie conclus qu’elle a donc des pores ou intervalles, qui doivent estre remplis d’une autre matiere plus subtile, et ainsi à l’infiny. Et ma conclusion est fondée sur ce que vous dites dans les pages 23. 38. et 122. de vostre Dioptrique, et dans la page 159. des Meteores, lesquelles vous verrez, s’il vous plaist, et vous trouverez que i’ay raison.

6. Icy vous mettez pour vostre demonstration vos petites boules de matiere subtile dans un tuyau ABCD, mais en l’air elles ne sont pas resserrées et contraintes comme dans des tuyaux : Neantmoins vostre tuyau servira à mon dessein. Suposons que BA soit l’horison, et le soleil en E sous l’horison, poussant la boule 1, et par les centres des boules 1, et 4. et aussi par ceux des boules 5, 2, 6, tirons des lignes droites qui passent sur l’horison, il est certain que la boule marquée 1, ne peut estre muë vers 8 en ligne droite, qu’elle ne meuve celle qui est marquée 4 ; et celle-cy ne peut-estre muë qu’elle ne meuve sa contiguë et suivante en la ligne qui passe sur l’horison, et le mesme se dira des boules 5, 2, 6. Donc par ces lignes droites qui passent AT II, 415 sur l’horison, on pourra selon vostre doctrine voir le Soleil qui est sous l’horison, mesme en plaine nuit ; veu que toutes les boules de chacune de ces lignes sont muës par le soleil iusques à l’œil, et que cela suffit pour le sentiment de la Lumiere ; où vous Clerselier I, 248 serez contraint de reformer les descriptions que vous en avez données.

8. Puisque l’opacité vient de la matiere, quelque pure qu’elle soit imaginée, il est certain que là où il y aura plus de matiere, cæteris paribus, là aussi il y aura plus de densité et d’opacité. C’est pourquoy prenez de l’eau et de l’air purifiez en perfection, l’eau sera tousiours plus opaque que l’air en égale épaisseur ; et doublant l’épaisseur de l’eau, elle sera encore plus opaque en aparence au respect du mesme air : donc le double de l’épaisseur de l’eau est plus opaque que le simple ; Et ainsi en est-il du verre ; Car le double de l’épaisseur de l’eau ou du verre fera le mesme effet, que le mesme double reduit au simple par condensation ; Mais la densité seroit double, et par consequent l’opacité double, Et l’experience de cecy se voit dans les essences, huiles et esprits purifiez par la Chymie jusqu’à telle perfection, qu’ils ne laissent plus aucunes feces ou impuretez. Au reste, ie ne voy pas que les lignes 2. et 17. de la 8. page de vostre Dioptrique parlent de divers rayons, mais seulement du rayon materialiter sumptum ; Et le formel n’estant qu’imaginaire ne seroit pas propre à vuider nostre difficulté, car il n’est pas sujet à estre destourné par aucune rencontre, estant tousiours imaginé droit à travers tous les obstacles.

9. Vous ayant proposé deux yeux luisans, comme AT II, 416 ceux des chats, se regardans par les deux bouts d’un mesme tuyau, et vous ayant objecté que la matiere subtile contenuë dans l’air du tuyau ne pouvaut estre müe plutost par l’un des yeux lumineux que par l’autre, elle demeureroit immobile, et par consequent un œil ne pourroit voir l’autre, puisque la vision ne se fait que par le mouvement de la matiere subtile vers l’œil qui voit ; vous me répondez icy que l’inclination de la matiere subtile à se mouvoir est suffisante sans le mouvement pour nous faire sentir la Lumiere. Et par l’inclination vous n’entendez pas comme ie croy la simple aptitude à estre müe : car cette aptitude est perpe Clerselier I, 249 tuelle en la matiere et indeterminée, mais vous entendez l’impression faite par le moteur Lumineux, et reçeüe dans la matiere subtile, laquelle impression incline la matiere, et la determine plutost d’un costé que d’autre ; Et voila qui est fort subtil, puisque chaque œil incline la matiere subtile vers son opposé. Mais ie vous répons en premier lieu que ou la seule inclination de la matiere subtile est necessaire pour nous faire sentir la Lumiere, et ainsi le mouvement sera superflus ; ou que le mouvement est encore necessaire, et ainsi l’inclination seule ne suffira point. Secondement, que selon vous la Lumiere ne pourroit estre veüe dans le vuide, ou il n’y a ny matiere subtile, ny aucune autre chose ; lequel vuide s’il ne se donne en la nature, au moins on le peut imaginer, mesmes au dessus du premier Ciel : Or quand ie l’entreprendray, il me sera fort aisé de prouver que, Dato oculo et corpore Luminoso in congruâ distantiâ, non potest non videri lux etiam in vacuo. Finalement ie vous suplie de croire que ie n’ay point AT II, 417 fait si pauvre iugement de vostre esprit, que de penser que vous ayez pris la poussiere ou les atomes qui paroissent aux rayons du Soleil dans une chambre close, pour la matiere subtile dont vous traitez. Et que moy-mesme ie ne la prens pas pour telle, comme vous pensez ; Ma conception est d’un ton plus haut ; vous sçavez que l’atmosphere ou inferieure region de l’air, qui finit à la hauteur du crepuscule, est plus dense que la superieure, tant à cause des esprits et vapeurs qui s’élevent du globe terrestre, et se condensent en cette region, qu’à cause que le plus crasse de chaque element s’efface et subside tousiours en bas ; D’où vient que cette region cause les refractions des astres, et reflechit la Lumiere du Soleil au crepuscule ; et mesme que les Chymistes avec le seul tartre calciné, et par d’autres voyes corporifient, ou rendent sensible cét air, et en tirent une liqueur visible, qu’ils nomment esprit universel. Et peut estre est-il arrivé quelque chose de semblable, à celuy que vous dites avoir vû de l’air opaque dans un tuyau. Et vous sçavez aussi que c’est le propre Clerselier I, 250 de la chaleur de rarefier et faire boüillir l’eau : Or l’air est encore bien plus susceptible de rarefaction et d’ébullition que n’est l’eau ; c’est pourquoy le soleil par sa chaleur raréfie et fait boüillir l’air, et cette ébullition ou mouvement paroist en la basse region de l’air, principalement en Esté, à cause qu’elle est plus dense ; ainsi mesmes que l’on peut observer sur les charbons qui ne jetteront ny flame ny fumée. Mais cela ne paroissant qu’en presence de la Lumiere, i’ay densépensé, et peut estre avec raison, que ce AT II, 418 mouvement de l’air en presence de la Lumiere avoit donné lieu à vos conceptions de la matiere subtile. Quoy qu’il en soit, ie finis mes objections, iusques à ce que vostre Physique soit en Lumiere, et cependant ie veux demeurer à perpetuité.

Relisant la presente réponse, i’ay veu qu’il estoit besoin d’y adjouter encore ce qui suit, afin que vous y preniez garde.

13. Du premier ordre.

Vous voulez que vos boules de la page 258. des Meteores, soient des boules de bois ou autre matiere, et non des boules de vostre matiere subtile, comme tout le monde le croira, si vous n’y pourvoyez ; Et pour vostre raison, vous dites que vous avez voulu donner à entendre vostre conception par quelque chose de plus sensible, que ne sont les boules de la matiere subtile, et ainsi soumettre vos raisons au iugement de l’experience. Mais en premier lieu il n’y a homme au monde qui puisse faire l’experience que vous dites sur des boules de bois ; Secondement pourquoy faites-vous la boule V mobile en l’air seulement en ligne droite, et les autres encore en rond, vû que toutes les boules de la matiere subtile se meuvent en l’air circulairement et en ligne droite tout ensemble, selon ce que vous dites en la page 272. En troisiéme lieu, pourquoy n’avez-vous pas expliqué les propres mouvemens des boules de vostre matiere subtile, et les effets qu’elles font quand elles viennent à rencontrer quelque superficie plus solide, sans emprunter Clerselier I, 251 des boules, lesquelles mesmes vous suposez ne se pas mouvoir comme la matiere AT II, 419 subtile ? Vous eussiez mieux contenté les esprits, puisque ny les unes ny les autres de ces boules ne se peuvent experimenter. De plus, quand en la page 258. vous dites ce qui explique l’action du rayon DF, et EH, ie ne sçay pas qui verra clair dans vostre explication ; mais pour moy ie confesse franchement en cela mon ignorance.

Du second ordre.

Vous voulez qu’il puisse y avoir mesme proportion entre la matiere subtile et les pores à travers lesquels elle passe, comme entre les grains de sable et les trous qui se trouvent dans un tas de bales ou de pommes ; voila qui va bien. Mais ie vous ay objecté que le sable couloit à travers ces trous par sa pesanteur ou inclination qui le porte en bas, et que la matiere subtile n’a de soy ny pesanteur, ny aucune inclination plutost d’un costé que d’autre, et partant que la comparaison est nulle, qui est le principal point de mon objection, auquel vous ne répondez point. Ie suis, etc.