AT V, 232

MADAME,
I’ay eu enfin le bonheur de recevoir les trois Lettres que vostre Altesse m’a fait l’honneur de m’écrire, et elles n’ont point passé en de mauvaises mains ; Mais la premiere du 30. Iuin ayant esté portée à Paris, pendant que i’estais ; déja en chemin pour revenir en ce païs, ceux qui l’ont receuë pour moy ont attendu des nouvelles de mon arrivée avant que de me l’envoyer, et ainsi ie ne l’ay pû avoir qu’auiourd’huy, que i’ay aussi receu la derniere du 25. Aoust, par laquelle i’aprens un procedé injurieux que i’admire ; et ie veux croire avec vostre Altesse, qu’il ne vient pas de la personne à qui on l’attribuë. Quoy qu’il en soit, ie n’estime pas qu’on doive estre fasché de ne point faire un voyage, ou, comme vostre Altesse remarque fort bien, les incommoditez estoient infaillibles, et les avantages fort incertains. Pour moy, graces à Dieu, i’ay achevé celuy qu’on m’avoit obligé de faire en France, et ie ne suis pas marry d’y estre allé, mais ie suis encore plus aise d’en estre revenu. Ie n’y ay veu personne dont il m’ait Clerselier I, 81 semblé que la condition fust digne d’envie, et ceux qui y paroissent avec le plus d’éclat m’ont semblé estre les plus dignes de pitié. Ie n’y pouvois aller en un temps plus avantageux pour me faire bien reconnoistre la felicité de la vie tranquille et retirée, et la richesse des plus mediocres fortunes. Si vostre Altesse compare sa condition avec celle des Reines et des autres Princesses de l’Europe, elle y trouvera mesme AT V, 233 difference qu’entre ceux qui sont dans le port où ils se reposent, et ceux qui sont en pleine mer, agitez par les vents d’une tempeste ; Et bien qu’on ait esté ietté dans le port par un naufrage, pourveu qu’on ny manque pas des choses necessaires à la vie, on ne doit pas y estre moins content, que si on y estoit arrivé d’autre façon. Les fascheuses rencontres qui arrivent aux personnes qui sont dans l’action, et dont la felicité depend toute d’autruy, penetrent iusqu’au fond de leur cœur, au lieu que cette vapeur venimeuse qui est descenduë des arbres sous lesquels se promenoit paisiblement vostre Altesse, n’aura touché, comme i’espere, que l’exterieur de la peau, laquelle si on eust lavée sur l’heure avec un peu d’eau de vie, ie croy qu’on en auroit osté tout le mal. Ie n’ay receu aucunes Lettres depuis cinq mois de l’amy dont i’avois écrit cy-devant à vostre Altesse. Et pour ce qu’en sa derniere il me mandoit fort ponctuelle ment les raisons qui avoient empesché la personne à laquelle il avoit donné mes Lettres de me faire réponse, ie iuge que son silence ne vient que de ce qu’il attend encore cette réponse, ou bien peut-estre qu’il a quelque honte de n’en avoir point à m’envoyer, ainsi qu’il s’estoit imaginé. Ie me retiens aussi de luy écrire le premier, afin de ne luy sembler point reprocher cela par mes Lettres, et ie ne laissois pas de sçavoir souvent de ses nouvelles, lors que i’estois à Paris, AT V, 234 par le moyen de ses proches, qui en recevoient tous les huit iours ; Mais lors qu’ils luy auront mandé que ie suis icy, ie ne doute point qu’il ne m’y écrive, et qu’il ne me fasse entendre ce qu’il sçaura du procedé qui touche vostre Clerselier I, 82 Altesse, pour ce qu’il sçait que i’y prens beaucoup d’interest. Mais ceux qui n’ont point eu l’honneur de vous voir, et qui n’ont point une connoissance tres-particuliere de vos vertus, ne sçauroient pas concevoir qu’on puisse estre si parfaitement que ie suis, etc.