Chapitre 91

Capitulum XCI1caput 90 1536.

Sfungia [l’éponge1Sfungia désigne ici, de manière très générale, l’éponge (Spongia Linné, 1758), mais cette appellation recouvre plus de 5 000 espèces différentes. Voir De Saint-Denis 1947, 108 ; D’Arcy Thompson 1947, 249-250 ; Serbat 1972, 183-184. André 1986, 220, n. 429-430, reprend les distinctions de Cotte 1944, 246, selon lequel l’espèce femelle serait l’Hippospongia equina Schmidt, 1862 ; l’espèce appelée « bouc » serait l’Euspongia zimocca Schmidt, 1862, la chimousse ou fine dure, et enfin l’espèce la plus molle serait l’Euspongia officinalis Linné, 1759, appelée fine douce du Levant.] [+][VB 17, 91 De sfungia sive spongia [-]][+] [+][VB 17, 92 De medicinis ex ea [-]][+]

Sfungia2spongia 1536. [+][VB 17, 91 De sfungia sive3sfungia sive om. VBd. spongia [-]][+] [+][VB 17, 92 De medicinis ex ea [-]][+]

Renvois internes : Sfungia : cf. Albirem, ch. 1 ; Nubes, ch. 63 ; Spongia, ch. 87.

Lieux parallèles : TC, De spongiis (7, 71) ; AM, [Spongia] (24, 106 (51)).

poisson

[1] [] VB 17, 91, 1Isidore. [] Isid. orig. 12, 6, 60-62Sfungia [l’éponge] vient de fingere, c’est-à-dire « laver » et « nettoyer ». Aussi Cicéron : « On essuyait le sang avec des éponges », c’est-à-dire : on le nettoyait. Le sang adhérant aux rochers montre que c’est un animal. Aussi saigne-t-il quand on le détache en l’arrachant. Il est en effet des animaux vivant dans les eaux qui se déplacent, comme les poissons, d’autres qui sont fixés, comme les huîtres, les oursins et les éponges. De ces dernières, les unes sont dites mâles, parce qu’elles ont des pores plus petits et plus serrés ; d’autres, femelles, parce qu’elles ont des pores plus larges et continus2Arist. HA 548 a 34-35, oppose le « tissu lâche » (μάννος) et « le tissu serré » (πυκνός) (Louis 1968, 30). ; d’autres, plus dures, que les Grecs appellent tragi [« boucs »] et que nous pourrions dire hircosae [« de bouc »] à cause de leur rugosité. Celles de l’espèce la plus molle sont nommées peniculi [les « pinceaux »], parce qu’elles conviennent pour le gonflement des yeux et sont bonnes pour nettoyer les ophtalmies. Les éponges ne blanchissent qu’avec un traitement : on les étend au soleil pendant l’été et elles s’imprègnent de blancheur comme la cire punique.

[1] [] VB 17, 91, 1Isidorus. [] Isid. orig. 12, 6, 60-62Sfungia a fingere, id est nitidare et extergere, dicta. Afranius : « Accedo ad te, ut tibi ceruicem fingam linteo », id est extergam. Cicero : « Effingebatur sfungiis sanguis », id est extergebatur. Animal autem esse docetur cruore inhaerente petris. Vnde et dum absciditur sanguinem remittit. Nam alia sunt uiuentia in aquis et discurrunt, ut pisces ; alia, quae stant fixa, ut ostreae, echini, sfungiae. Ex his alias mares dici, eo quod tenues sint fistulae spissioresque ; alias feminas, quae maioribus fistulis sunt ac perpetuis ; alias duriores, quas Graeci appellant tragos, et nos hircosas dicere possumus ob asperitatem sui. Mollissimum genus earum penicilli uocantur, eo quod aptae sint ad oculorum tumores et ad extergendas lippitudines utiles. Candidae sfungiae cura fiunt ; per aestatem enim ad solem sternuntur, et sicut cera Punica candorem bibunt.Sfungia4spongia VBd ut saepe. dicta est a fingere5C’est en fait la transcription latine du grec σπογγιά., id est nitidare vel extergere. Unde Cicero6D’après Cic. Sest. 77 : Meministis tum, iudices […] e foro spongiis effingi sanguinem. Les commentateurs de l’Antiquité tardive, Isidore de Séville et Servius, ont employé le verbe simple fingere avec le sens classique du verbe composé effingere (nettoyer). : « et fingebatur sfungiis sanguis », id est extergebatur. Animal autem esse docetur cruore petris inhaerente. Unde et7et om. Prüss1 1536. dum abscinditur sanguinem remittit8remitti 1536.. Nam alia sunt viventia in aquis quae discurrunt, ut pisces, alia quae stant fixa, ut ostreae, icinus, sfungiae. Ex his aliae mares dicuntur, eo quod tenues sunt9sint VB. fistulae spissioresque, [1491/vue 53] aliae feminae, quae majoribus fistulis ac perpetuis sunt, aliae duriores10post duriores hab. sunt VBd., quas Graeci appellant tragos et nos hircosas11hucosa 1491 hucosas Prüss1 1536. dicere possumus ob asperitatem sui. Mollissimum12nouissimum VB. genus earum peniculi13penicilli VB. vocantur14vocatur VBd., eo quod aptae sunt ad oculorum tumores et ad tergendas15extergendas VB2. lippitudines utiles. Candidae sfungiae cura fiunt : per aestatem enim ad solem sternuntur et sicut cera Punica candorem bibunt16Ce passage d’Isidore de Séville est emprunté à Plin. nat. 31, 123-125, cité par André 1986, 220, n. 429-430 : Quidam ita distingunt : alias ex his mares tenui fistula spissioresque, persobentes, quae et tinguntur in deliciis, aliquando et purpura ; alias feminas maioribus fistulis ac perpetuis ; maribus alias duriores, quas appellant tragos, tenuissimis fistulis atque densissimis. Isidore de Séville reprend à Pline la distinction entre trois sortes d’éponges, déjà énoncée dans Plin. nat. 9, 148 : Spongearum tria genera accepimus : spissum ac praedurum et asperum tragos [id] vocatur, spissum et mollius manos, tenue densumque, ex quo penicilli, Achillium. Cependant, la particularité de la troisième espèce n’apparaît pas clairement dans la description faite par Isidore de Séville, car il omet, avant alias, l’ablatif maribus, complément du comparatif duriores, et l’ablatif de qualité de Pline : tenuissimis fistulis atque densissimis. « D’autres, plus dures que les mâles, qu’on appelle tragi (boucs), à trous très ténus et très rapprochés » (Serbat 1972, 77)..

[2] [] VB 17, 91, 4Pline au livre 32. [] Plin. nat. 32, 17Dans la mer qui baigne la Campanie, elles attrapent le pain qu’on leur jette, tout en ne s’approchant d’aucun aliment dans lequel il y a un hameçon.

[2] [] VB 17, 91, 4Plinius17idem in VB.18Il s’agit bien d’une citation de Pline, mais à propos d’un autre poisson, le mélanure. libro XXXII. [] Plin. nat. 32, 17In Stabiano Campaniae ad Herculis petram melanuri in mari panem abiectum rapiunt, idem ad nullum cibum in quo hamus sit accedunt.In mari Campaniae vicino panem abjectum rapiunt et ibidem ad nullum cibum in quo hamus sit accedunt.

Propriétés et indications

Operationes

[3] [] VB 17, 92, 2A. Pline au livre indiqué ci-dessus. [] Plin. nat. 31, 124On préfère à toutes les autres éponges celles qui sont produites du côté de l’Aquilon, et les médecins assurent qu’en aucun être la vie ne se maintient plus longtemps.

[3] [] VB 17, 92, 2A. Plinius in libro19in libro om. VB. ut20ubi VB. supra21La citation de Pline trouvée chez Vincent de Beauvais a été recopiée sous forme fragmentée.. [] Plin. nat. 31, 124Eas quae ab aquilone sint genitae praeferunt ceteris, nec usquam diutius durare spiritum medici adfirmant.Aquilonares22aquilae nares 1536 post aquilonares hab. ut dictum est VB. sfungias ceteris praeferunt nec usquam diutius durare spiritum medici asserunt.

[4] [] VB 17, 92, 2B. [] Plin. nat. 31, 125Constituant la variété d’éponge la plus souple, les peniculi [« pinceaux »], imprégnés de vin miellé et appliqués sur les yeux, en font disparaître le gonflement ; ils sont très utiles aussi pour nettoyer les ophtalmies.

[4] [] VB 17, 92, 2B. [] Plin. nat. 31, 125Mollissimum genus earum penicilli. Oculorum tumores sedant ex mulso inpositi, iidem abstergendae lippitudini, utilissime ex aqua ; tenuissimos et mollissimos esse oportet.Harum genus mollissimum23nobilissimum VBd., peniculi24penicilli 1536 VB. tumores oculorum sedant25sedat 1536. ex mulso impositi ; abstergendae quoque lippitudini utilissimi.

[5] [] VB 17, 92, 2C. [] Plin. nat. 31, 125On applique encore les éponges avec de l’oxycrat3Il s’agit d’un mélange d’eau et de vinaigre. dans les cas de fluxions oculaires, et imprégnées de vinaigre chaud pour les maux de tête.

[5] [] VB 17, 92, 2C. [] Plin. nat. 31, 125Inponuntur et spongeae ipsae epiphoris ex posca et ex aceto calido ad capitis dolores.Imponuntur et ipsae sfungiae epiphoris26epyforas 1491 Prüss1 epiphoras 1536 epyforis VB2. ex posca27ex posca : exposita 1491 Prüss1 1536. et ad dolores capitis ex aceto calido.

[6] [] VB 17, 92, 2D. [] Plin. nat. 31, 125Fraîches, elles sont résolutives, émollientes, adoucissantes ; vieilles, elles cicatrisent les plaies4Pline indiquait « vieilles, elles ne cicatrisent pas les plaies ». La négation contenue dans le texte de Pline a disparu de celui de Vincent de Beauvais, et par conséquent de l’Hortus sanitatis, qui se trouve de ce fait dire le contraire de Pline..

[6] [] VB 17, 92, 2D. [] Plin. nat. 31, 125De cetero recentes discutiunt, mitigant, molliunt, ueteres non glutinant uulnera.Recentes discutiunt, molliunt, mitigant. Veteres autem vulnera glutinant.

[7] [] VB 17, 92, 2E. [] Plin. nat. 31, 126En application, elles assèchent encore les ulcères humides et anciens.

[7] [] VB 17, 92, 2E. [] Plin. nat. 31, 126Vlcera quoque umida et senilia inpositae siccant.Ulcera quoque28quoque om. 1536. humida et senilia29senilia correximus ex Plin. : similia 1491 Prüss1 1536 VB. impositae siccant.

[8] [] VB 17, 92, 2F. [] Plin. nat. 31, 126Les éponges servent très utilement à soigner les fractures et les plaies : en absorbant le sang dans les incisions, elles permettent d’observer le traitement.

[8] [] VB 17, 92, 2F. [] Plin. nat. 31, 126Fracturae et uulnera spongeis utilissime fouentur. Sanguis rapitur in secando, ut curatio perspici possit.Fracturae et vulnera sfungiis30stangiis VBd. utilissime foventur quia sanguis rapitur in secando31secundo VBd., ut perspici possit cu[Prüss1/vue 44] ratio.

[9] [] VB 17, 92, 3G. [] Plin. nat. 32, 138On traite aussi la siriasis5En grec σειρίασις, un type de céphalée pouvant provenir d’une insolation ou être lié à la méningite (voir De Saint-Denis 1966a, 128, § 138, n. 1). des jeunes enfants, c’est-à-dire des maux de tête6Pour l’utilisation des éponges par les médecins de l’Antiquité, voir le commentaire de Serbat 1972, 183-184., en humectant le crâne avec une éponge trempée d’eau froide.

[9] [] VB 17, 92, 3G. [] Plin. nat. 32, 138Siriasim infantium spongea frigida cerebro umefacto rana inuersa adalligata efficacissime sanat.Infantium quoque siriasim32syriasim VBd., id est capitis ulcera, sfungia33fungia 1536. frigida cerebro humefacto sanat.

~

1Sfungia désigne ici, de manière très générale, l’éponge (Spongia Linné, 1758), mais cette appellation recouvre plus de 5 000 espèces différentes. Voir De Saint-Denis 1947, 108 ; D’Arcy Thompson 1947, 249-250 ; Serbat 1972, 183-184. André 1986, 220, n. 429-430, reprend les distinctions de Cotte 1944, 246, selon lequel l’espèce femelle serait l’Hippospongia equina Schmidt, 1862 ; l’espèce appelée « bouc » serait l’Euspongia zimocca Schmidt, 1862, la chimousse ou fine dure, et enfin l’espèce la plus molle serait l’Euspongia officinalis Linné, 1759, appelée fine douce du Levant.

2Arist. HA 548 a 34-35, oppose le « tissu lâche » (μάννος) et « le tissu serré » (πυκνός) (Louis 1968, 30).

3Il s’agit d’un mélange d’eau et de vinaigre.

4Pline indiquait « vieilles, elles ne cicatrisent pas les plaies ». La négation contenue dans le texte de Pline a disparu de celui de Vincent de Beauvais, et par conséquent de l’Hortus sanitatis, qui se trouve de ce fait dire le contraire de Pline.

5En grec σειρίασις, un type de céphalée pouvant provenir d’une insolation ou être lié à la méningite (voir De Saint-Denis 1966a, 128, § 138, n. 1).

6Pour l’utilisation des éponges par les médecins de l’Antiquité, voir le commentaire de Serbat 1972, 183-184.

~

1caput 90 1536.

2spongia 1536.

3sfungia sive om. VBd.

4spongia VBd ut saepe.

5C’est en fait la transcription latine du grec σπογγιά.

6D’après Cic. Sest. 77 : Meministis tum, iudices […] e foro spongiis effingi sanguinem. Les commentateurs de l’Antiquité tardive, Isidore de Séville et Servius, ont employé le verbe simple fingere avec le sens classique du verbe composé effingere (nettoyer).

7et om. Prüss1 1536.

8remitti 1536.

9sint VB.

10post duriores hab. sunt VBd.

11hucosa 1491 hucosas Prüss1 1536.

12nouissimum VB.

13penicilli VB.

14vocatur VBd.

15extergendas VB2.

16Ce passage d’Isidore de Séville est emprunté à Plin. nat. 31, 123-125, cité par André 1986, 220, n. 429-430 : Quidam ita distingunt : alias ex his mares tenui fistula spissioresque, persobentes, quae et tinguntur in deliciis, aliquando et purpura ; alias feminas maioribus fistulis ac perpetuis ; maribus alias duriores, quas appellant tragos, tenuissimis fistulis atque densissimis. Isidore de Séville reprend à Pline la distinction entre trois sortes d’éponges, déjà énoncée dans Plin. nat. 9, 148 : Spongearum tria genera accepimus : spissum ac praedurum et asperum tragos [id] vocatur, spissum et mollius manos, tenue densumque, ex quo penicilli, Achillium. Cependant, la particularité de la troisième espèce n’apparaît pas clairement dans la description faite par Isidore de Séville, car il omet, avant alias, l’ablatif maribus, complément du comparatif duriores, et l’ablatif de qualité de Pline : tenuissimis fistulis atque densissimis. « D’autres, plus dures que les mâles, qu’on appelle tragi (boucs), à trous très ténus et très rapprochés » (Serbat 1972, 77).

17idem in VB.

18Il s’agit bien d’une citation de Pline, mais à propos d’un autre poisson, le mélanure.

19in libro om. VB.

20ubi VB.

21La citation de Pline trouvée chez Vincent de Beauvais a été recopiée sous forme fragmentée.

22aquilae nares 1536 post aquilonares hab. ut dictum est VB.

23nobilissimum VBd.

24penicilli 1536 VB.

25sedat 1536.

26epyforas 1491 Prüss1 epiphoras 1536 epyforis VB2.

27ex posca : exposita 1491 Prüss1 1536.

28quoque om. 1536.

29senilia correximus ex Plin. : similia 1491 Prüss1 1536 VB.

30stangiis VBd.

31secundo VBd.

32syriasim VBd.

33fungia 1536.

Annotations scientifiques

  • Donec tempor euismod sagittis
  • Cum sociis natoque penatibus
  • Morbi tempus nulla sed quam vestibulum
  • Donec eleifend aliquam interdum