Chapitre 5

Capitulum V1caput 4 1536.

Aspidochelon [« l’aspic-tortue1La description de l’aspidochelon dans le Physiologus ne relève pas de la zoologie, mais bien de la parabole théologique. C’est une allégorie pédagogique (voir, par exemple, Zucker 2004, 134-135) qui exploite aussi bien des références bibliques (Léviathan, la baleine de Jonas) que des lieux communs de la littérature romanesque ou des récits de voyage. »] et aurata [la dorade2André 1986, 184-185, identifie l’aurata avec la dorade (Sparus auratus Linné, 1758).] [+][VB 17, 33 De aspidochelone et aurata [-]][+]

Aspidochelon2aspidochelone 1536. et aurata [+][VB 17, 33 De aspidochelone et aurata [-]][+]

Renvois internes : Aspidochelon : cf. Balaena, ch. 14 ; Cetus, ch. 19.

poisson

[1] [] VB 17, 33, 1Physiologus. [] Physiol. B 24Aspidochelon est le nom donné en grec à un monstre marin qu’on appelle en latin aspido-testudo [aspic-tortue]. C’est un grand cétacé dont le cuir fait penser au gravier des plages. Il arrive donc souvent que des marins confondent son dos, quand il émerge au-dessus des flots, avec une île : ils y plantent leurs grappins pour amarrer leur bateau, y allument un feu pour faire cuire leur repas. Mais lorsque l’animal sent l’odeur Nota HS et la chaleur [] Physiol. B 24 du feu, Nota HS il s’éloigne et [] Physiol. B 24envoie alors les bateaux par le fond. [] Physiol. B 24Voici un autre trait de sa nature : quand il a faim, il ouvre la bouche et il s’en exhale comme une odeur suave. Les poissons plus petits, par l’odeur alléchés, convergent dans sa gueule, et quand il a la bouche bien pleine, il la referme sur ses proies et les avale3L’allégorie de l’aspidochelon combine avec habileté des traits qu’on associe spontanément à la baleine (l’animal marin gigantesque et l’avaleuse d’hommes) et des caractéristiques propres à la tortue d’une part, et à l’aspic d’autre part. Ainsi, par sa première nature, l’animal est d’abord une « tortue », dont la carapace immergée pourrait être prise pour un rocher : c’est le thème littéraire traditionnel de l’île trompeuse avec ses précédents (Roman d’Alexandre 3, 17 ; Strabon XV, 2, 12) et ses nombreux avatars, avec en particulier, pour le Moyen Âge occidental, l’île enchantée de la Navigation de saint Brendan (par exemple, Benedeit, Le Voyage de saint Brendan, v. 440-478, ou Navigatio Sancti Brandani abbatis, 9-10, dans “Navigatio Sancti Brendani Abbatis” from Early Latin Manuscripts, C. Selmer (éd.), Notre Dame, University of Notre Dame Press (Publications in Mediaeval Studies ; 16), 1959, p. 20-21). Par sa seconde nature, le monstre maléfique est aussi un aspic. Le chapitre du Physiologos grec consacré à l’aspic (Physiol. 55 ; voir Zucker 2004, 276-283) est éclairant ; il raconte comment la femelle ouvre la bouche, où plonge le mâle, et la referme sur lui sous l’excès du plaisir ressenti, provoquant ainsi sa mort ; il indique aussi comment les charmeurs de serpents, avant de lancer eux-mêmes leurs incantations, doivent se boucher oreilles et narines pour se protéger des émanations séductrices de l’animal. On notera que les caractéristiques comportementales de l’aspic, qui expliquaient la construction allégorique de l’aspidochelon, n’ont pas été conservées dans le Physiologus latin. Enfin le texte du Physiologus, tel qu’il est passé dans le Speculum naturale, a été amputé de ses commentaires théologiques, si bien qu’il se trouve revêtu d’un caractère profane qui le dénature en profondeur..

[1] [] VB 17, 33, 1Physiologus. [] Physiol. B 24, 1-8Est belua in mare quae dicitur graece aspidochelone, latine autem aspido testudo ; cetus ergo est magnus, habens super corium suum tamquam sabulones, sicut iuxta littora maris. Haec in medio pelago eleuat dorsum suum super undas maris sursum ; ita ut nauigantibus nautis non aliud credatur esse quam insula, praecipue cum uiderint totum locum illum sicut in omnibus littoribus maris sabulonibus esse repletum. Putantes autem insulam esse, applicant nauem suam iuxta eam, et descendentes figunt palos et alligant naues ; deinde ut coquant sibi cibos post laborem, faciunt ibi focos super arenam quasi super terram ; illa uero belua, cum senserit ardorem ignis, subito mergit se in aquam, et nauem se cum trahit in profundum maris.Aspidochelon3aspidochelone 1491 VB ut semper. Graece dicitur belua quaedam in mari quae Latine dicitur aspido testudo. Est autem cetus magnus habens super corium suum tamquam sabulum quod est juxta litus maris. Unde plerumque, elevato dorso suo super undas, a navigantibus nihil aliud creditur esse quam insula. Itaque applicantes dentes4applicantes dentes : applicantes et descendentes VB. super eam5figunt palos post eam hab. VB., alligant naves6Le texte de l’Hortus sanitatis repose sur une altération de la citation du Speculum naturale et du Physiologus : l’emploi absolu d’applicantes dans un contexte maritime (« aborder ») n’a pas été reconnu, et le participe descendentes, sans doute graphié sous une forme abrégée, a été, à tort, lu dentes. Cette correction a pu entraîner la suppression de la notation palos figunt qui faisait alors redondance., accendunt focos ad coquendos cibos. Ille7iste VBd. vero, ubi sentit odorem compil.et calorem8et calorem non hab. VB. [] Physiol. B 24, 1-8ignis, compil.movet9movet — sic non hab. VB. se a loco, et sic [] Physiol. B 24, 1-8mergit naves in profundum. [] Physiol. B 24, 11-13Secunda eius beluae natura haec est : quando esurit, aperit os suum, et quasi quemdam odorem bene olentem exhalat de ore suo ; cuius odorem, mox ut senserint minores pisces, congregant se intra os ipsius; cum autem repletum fuerit os eius diuersis piscibus pusillis, subito claudit os suum et transglutit eos.Alia quoque hujus beluae natura haec10haec non hab. 1536. est : quando esurit, aperit os suum et quasi quemdam odorem bene olentem exalat de ore suo ; quem sentientes minores pisces confluunt in os ejus ; quod ut impletum fuerit, claudit et eos transglutit.

[2] [] VB 17, 33, 1 Nota HSLe même. [] Isid. orig. 12, 6, 6La dorade doit son nom au fait que sa tête a la couleur de l’or.

[2] [] VB 17, 33, 1 compil.Idem11idem non hab. VB.12La séquence consacrée à l’aurata est enchaînée avec le passage sur l’aspidochelon sans solution de continuité chez Vincent de Beauvais. La mise en forme de l’Hortus sanitatis introduit une distinction entre les deux animaux, mais attribue la brève séquence au Physiologus. Il faut sans doute suspecter une altération de la tradition manuscrite ou une erreur dans le montage des références collectées au niveau du Speculum naturale lui-même, car la citation semble remonter précisément à Isidore de Séville.. [] Isid. orig. 12, 6, 6A colore, ut umbrae, quia colore umbrae sunt ; et auratae, quia in capite auri colorem habent.Aurata dicitur ex eo quod in capite suo auri colorem13auri colorem : auriculo rem Prüss1.14L’édition Prüss1 se signale par une coupure aberrante du texte du Speculum naturale : quod in capite suo auriculo rem [pour auri colorem] habent, et aboutit à un texte absurde mais dont on devait pouvoir rectifier le sens malgré la faute typographique. habet.

~

1La description de l’aspidochelon dans le Physiologus ne relève pas de la zoologie, mais bien de la parabole théologique. C’est une allégorie pédagogique (voir, par exemple, Zucker 2004, 134-135) qui exploite aussi bien des références bibliques (Léviathan, la baleine de Jonas) que des lieux communs de la littérature romanesque ou des récits de voyage.

2André 1986, 184-185, identifie l’aurata avec la dorade (Sparus auratus Linné, 1758).

~

1caput 4 1536.

2aspidochelone 1536.

3aspidochelone 1491 VB ut semper.

4applicantes dentes : applicantes et descendentes VB.

5figunt palos post eam hab. VB.

6Le texte de l’Hortus sanitatis repose sur une altération de la citation du Speculum naturale et du Physiologus : l’emploi absolu d’applicantes dans un contexte maritime (« aborder ») n’a pas été reconnu, et le participe descendentes, sans doute graphié sous une forme abrégée, a été, à tort, lu dentes. Cette correction a pu entraîner la suppression de la notation palos figunt qui faisait alors redondance.

7iste VBd.

8et calorem non hab. VB.

9movet — sic non hab. VB.

10haec non hab. 1536.

11idem non hab. VB.

12La séquence consacrée à l’aurata est enchaînée avec le passage sur l’aspidochelon sans solution de continuité chez Vincent de Beauvais. La mise en forme de l’Hortus sanitatis introduit une distinction entre les deux animaux, mais attribue la brève séquence au Physiologus. Il faut sans doute suspecter une altération de la tradition manuscrite ou une erreur dans le montage des références collectées au niveau du Speculum naturale lui-même, car la citation semble remonter précisément à Isidore de Séville.

13auri colorem : auriculo rem Prüss1.

14L’édition Prüss1 se signale par une coupure aberrante du texte du Speculum naturale : quod in capite suo auriculo rem [pour auri colorem] habent, et aboutit à un texte absurde mais dont on devait pouvoir rectifier le sens malgré la faute typographique.

Annotations scientifiques

  • Donec tempor euismod sagittis
  • Cum sociis natoque penatibus
  • Morbi tempus nulla sed quam vestibulum
  • Donec eleifend aliquam interdum