Pour citer ce texte

Sur les vœux monastiques

Introduction, établissement, présentation et annotation du texte par Carole Dornier

§ 1

Prolongement du Projet pour rendre les établissements des religieux plus parfaits (Établissements), qui préconisait le retardement des vœux définitifs, et affirmait la préférence de l’auteur pour les engagements provisoires, l’ensemble Sur les vœux monastiques a été publié en 1737 dans le treizième tome des Œuvres de morale et de politique (p. 150-168), parmi des « Pensées de morale et de politique » revues par l’auteur en juillet 1736 à Saint-Pierre-Église. Cet ensemble est composé de trois éléments : une « Proposition XIX » appartenant à la série contenue dans le volume ; un récit biographique donné comme « Preuve historique » de cette proposition, l’histoire de Vatteville ; une « Réflexion politique » qui s’appuie sur l’expérience de l’abbé de Saint-Pierre. Comme le laisse penser une version manuscrite de la biographie de Vatteville qui porte en titre la date de 1702, l’abbé de Saint-Pierre a utilisé en 1736 un récit copié antérieurement et qui n’était pas rattaché à l’origine à une réflexion sur les vœux monastiques1.

§ 2

La vie romanesque de Jean de Vatteville ou Watteville (1613-1702) a inspiré ce récit à l’abbé de Saint-Pierre qui renvoie à une source orale, « un homme de ma connaissance et de la connaissance de Vatteville » (Vœux, § 3). En réalité la légende du personnage semble déjà bien installée quand le Journal de Dangeau évoque sa mort le 4 février 1702 et que Saint-Simon rédige en addition une notice biographique qu’il développe dans ses Mémoires2. Charles Duclos, historiographe du roi de 1745 à 1772, dans une brève relation postérieure qui diffère par certains points de celle de l’abbé, signale l’une de ses sources, Paul Pelisson, auteur, comme historiographe de Louis XIV, d’une relation de la seconde conquête de la Franche-Comté3. Le personnage décrit par Pelisson, issu d’une famille de la noblesse franc-comtoise, apparaît comme un homme très habile dont l’alliance d’intelligence, de violence et de duplicité en fait un allié de poids dans les entreprises du roi de France sur la Franche-Comté en 1674. L’abbé de Saint-Pierre, comme Saint-Simon, omet de mentionner les débuts militaires de Jean de Vatteville comme maître de camp du régiment de Bourgogne dans le Milanais et un duel qui l’aurait conduit à fuir et à se réfugier chez les chartreux, événements relatés par Pelisson. En effet cette explication de l’engagement de Vatteville dans les ordres, refuge pour un militaire fugitif aux abois, ne cadrait pas avec les intentions argumentatives de l’abbé. C’est à un sermon effrayant qu’est attribuée la vocation de l’adolescent Vatteville. La suite comporte nombre d’épisodes romanesques dignes des histoires tragiques d’un François Rosset et des romans de Prévost : évasion du monastère et meurtre du prieur, duel avec un voyageur, séduction de filles rencontrées sur sa route, fausse identité, amour pour une jeune religieuse qui s’évade de son couvent, embarquement des deux jeunes gens pour la Turquie, mort de la jeune femme, enrôlement dans les troupes du Grand-Seigneur, conversion au mahométisme, mort de son protecteur et dangers à la cour ottomane, négociations pour un retour dans son pays et dans sa confession. Ces aventures, si elles correspondent peu à la version de Pelisson, il est vrai édulcorée et officielle, et partiellement à celle de Saint-Simon, suggèrent en revanche un implicite déiste : les vœux monastiques poussent au pire les tempéraments violents et sensuels ; la condamnation de certains plaisirs est toute relative selon les pays et les religions ; la charité est mieux pratiquée chez les musulmans que chez les chrétiens… Le récit se termine sur l’évocation d’un seigneur, voisin « doux, juste et bienfaisant » qui n’a pas grand-chose à voir avec le personnage cynique et vicieux esquissé par Saint-Simon qui illustrait le thème de la prospérité dont jouissent les hommes sans scrupules auprès des puissants. Cette fin édifiante permet de présenter le personnage non comme une nature corrompue dès l’origine mais comme un individu fourvoyé par un engagement imprudent.

§ 3

L’abbé de Saint-Pierre tire de l’histoire de Vatteville un exemple du danger des vœux précoces. La question de l’âge des vœux solennels fournissait des arguments aux détracteurs des engagements définitifs et de la vie monacale en général. Par l’ordonnance de Blois de 1579, l’âge des vœux de religion avait été abaissé à seize ans pour tous alors que l’article XIX de l’ordonnance d’Orléans de 1560 fixait cet âge à vingt-cinq ans pour les hommes et vingt ans pour les femmes. En préconisant le retour aux dispositions de l’ordonnance d’Orléans, et même en l’étendant aux filles, l’abbé fait valoir que cet âge correspond à la majorité parfaite, quelles que fussent les coutumes et la condition des personnes, qui donnait le droit de disposer de ses biens. Par là il rejoint un argument de la critique gallicane des vœux monastiques, encouragée par Colbert4. Pour appuyer son argumentaire il renvoie à un bon mot de Segrais, qui s’était retiré à partir de 1674 à Caen, où se trouvait l’abbé de Saint-Pierre de 1676 à 1680 comme élève du collège des jésuites du Mont. Est-ce à l’occasion de la démarche du jeune collégien auprès du prieur de l’abbaye d’Ardennes, évoquée dans la suite, et qu’on peut situer vers 1675, que l’auteur des Nouvelles françaises aurait parlé de cette « petite vérole de l’esprit » pour désigner les vocations adolescentes ? L’abbé ne le dit pas mais il laisse à la postérité un mot d’esprit que D’Alembert allait diffuser dans ses Éloges historiques5 et qui contribuerait à alimenter la critique des vœux solennels et des engagements précoces.

Note sur l’établissement du texte

Manuscrits

Sur les vœux monastiques, BPU Neuchâtel, ms. R139, p. 106-122. Texte identique à l’imprimé.

1702, archives départementales du Calvados, manuscrits Saint-Pierre, 38 F 44 (ancienne liasse 6), p. 1-14. Texte identique à la partie de l’imprimé intitulée « Preuve historique ».

Imprimé

Sur les vœux monastiques, in Œuvres de morale et de politique, Rotterdam, J. D. Beman, 1737, t. XIII, p. 150-168.

§ 4

Le texte proposé est celui de l’imprimé. Les manuscrits ne comportent pas de variantes notables.


1.1702, archives départementales du Calvados, manuscrits Saint-Pierre, 38 F 44 (ancienne liasse 6), p. 1-14.
2.Journal du marquis de Dangeau, Paris, Firmin-Didot, 1858, t. VIII, 4 février 1702, addition de Saint-Simon, p. 311-312 ; Saint-Simon, Mémoires, Yves Coirault (éd.), Paris, Gallimard, 1983, t. II (1701-1707), p. 153-156.
3.« Morceaux historiques », in Œuvres complètes de Duclos, Louis-Simon Auger (éd.), Paris, Janet et Cotelle, 1821, t. IX, p. 117-120 ; Histoire de l’expédition de la Franche-Comté par le feu roi Louis XIV, par M. de Pelisson, BNF, NAF 20230, publiée par Desmolets dans sa Continuation des Mémoires de littérature et d’histoire de Sallengre, Paris, Simart, 1729, t. VII, p. 178-181.
4.Voir Catherine Maire, « La critique gallicane et politique des vœux de religion », Les Cahiers du Centre de recherches historiques, no 24, 2000, § 18-22, en ligne.
5.Œuvres complètes de D’Alembert, Paris, Belin, 1821, t. II, « Éloge de Segrais », p. 202 ; t. III, « Notes sur l’Éloge de l’abbé de Saint-Pierre », p. 275.