Pour citer ce texte

PROJET POUR LE PERFECTIONNEMENT [•] DU CLERGÉ EN FRANCE

CONSIDÉRATIONS PRÉLIMINAIRES

§ 1

Je suppose que l’essentiel de la religion ou le principal moyen d’obtenir le paradis soit la pratique de la charité bienfaisante pour plaire à Dieu suivant St Math., 7, 12.

§ 2

Je suppose par conséquent que les principaux devoirs du chrétien, pour se conformer à cet essentiel et pour avoir une espérance bien fondée du paradis, se réduisent à deux points. Le premier à être juste, à ne faire aucune injustice à personne sans la réparer de peur de déplaire à Dieu et de la punition de l’enfer.

§ 3

Le second à faire des œuvres de charité bienfaisante pour plaire à Dieu et pour obtenir le paradis. Ne point faire de mal [•], voilà ce qui est défendu, et faire du bien aux autres, voilà ce qui est recommandé. Prendre du plaisir sans faire mal à personne : voilà ce qui est permis.

§ 4

Je suppose que les hommes et les femmes ont besoin d’instructions et d’instructeurs le long de leur vie [•], surtout dans la jeunesse, pour leur présenter incessamment les motifs soit passagers soit éternels pour éviter les injustices et surtout pour exercer les bienfaisances, et, d’un autre côté, pour leur enseigner en détail, par leurs instructions, tous les divers torts, toutes les diverses injustices, tous les différents déplaisirs qu’ils peuvent se faire et qu’ils se font ordinairement tous les jours, chacun dans leur condition, pour éviter de les faire souffrir sans y penser et pour les réparer par des équivalents, afin d’éviter les maux et les punitions que souffrent les injustes, tant dans la première que dans la seconde vie, et pour connaître par ces instructions tous les divers services et les divers plaisirs qu’ils peuvent faire aux autres, à leur prochain, pour plaire à Dieu et pour en obtenir le paradis.

§ 5

Voilà [•] en quoi les hommes et les femmes ont besoin d’instructions, selon les divers âges, pour vivre heureusement les uns avec les autres dans cette première vie passagère, et pour obtenir une seconde vie heureuse et éternelle proportionnée en durée à l’immortalité de notre âme.

§ 6

Comme ce double bonheur est le but de la bonne police, c’est à un État bien policé à donner des instructeurs suffisants et en nombre suffisant à chaque paroisse, selon le nombre de ses habitants. Voilà pourquoi, dans une paroisse de la campagne où il n’y a que cent familles, deux instructeurs publics suffisent, un curé et un vicaire ; le vicaire pour les enfants jusqu’à quinze ou seize ans et pour apprendre à lire et à écrire, le curé pour les personnes plus âgées qui tombent dans de grandes injustices que causent les vengeances.

§ 7

Voilà deux hommes que je suppose justes et bienfaisants, et d’ailleurs fort instruits des devoirs nécessaires pour cultiver tous les jours les bonnes mœurs des sujets par de bons discours [•] sur les malheurs des injustes et sur les bonheurs des bienfaisants ; or c’est au gouvernement à payer suffisamment leur travail, lorsque par leur étude ils sont devenus très propres pour rendre leurs peuples assez justes et assez bienfaisants pour augmenter leur bonheur mutuel dans la première vie, et pour assurer leur bonheur dans la seconde vie.

§ 8

De là, il suit que l’établissement des curés, des vicaires dans chaque paroisse et des évêques dans chaque diocèse, pour avoir soin de le pourvoir de bons instructeurs, est une excellente méthode d’une politique très sage et religieuse pour diriger [•] les actions et les mœurs des sujets vers le plus grand bonheur par l’observation de la justice et par la pratique de la bienfaisance mutuelle.

§ 9

Mais cette méthode peut être encore fort perfectionnée, surtout si [•] les officiers des mœurs s’appliquent à recommander particulièrement la pratique de l’essentiel de la religion.

ARTICLES
Pour le perfectionnement

§ 10

1°. Il faudrait commencer par perfectionner les séminaires, et par conséquent y enseigner presque uniquement [•] dans les conférences, dans les conversations, la pratique de l’essentiel de la religion, c’est-à-dire à être juste et bienfaisant, et les méthodes les plus propres pour inspirer aux autres le désir de pratiquer cet essentiel, l’horreur pour l’injustice et l’inclination pour la charité bienfaisante.

§ 11

Pour inspirer cette horreur, il faut montrer par les histoires que les injustices sont nécessairement suivies des peines, des malheurs de cette première vie et de la seconde vie.

§ 12

Pour inspirer ce désir, il n’y a qu’à montrer par les histoires que les œuvres de bienfaisance sont nécessairement suivies de tranquillité, de joie, de satisfaction, souvent dans la première vie et toujours dans la seconde vie.

§ 13

Comme nos séminaires sont encore presque entièrement formés comme s’il n’était question que d’y enseigner ce qu’il y a de cérémoniel dans la religion, il faudra compter plusieurs siècles avant que l’on y observe une méthode [•] exempte du fanatisme respectueux attaché aux cérémonies ; mais il faut commencer à montrer combien il y a peu de raison de préférer les cérémonies pour plaire à celui qui nous a dit que sa loi consiste à faire pour les autres tout le bien que nous voudrions qu’ils fissent pour nous.

§ 14

2°. Il faudrait que les écoliers de philosophie, avant que d’être reçus au séminaire, eussent le certificat de vertueux distingué donné par les régents de philosophie.

§ 15

Le vicaire de vingt ans aura été au séminaire au moins un an et, pour être reçu vicaire, aura certificat de vertueux distingué, qui sera donné par le directeur du séminaire. Il enseignera à lire et à écrire aux enfants, fera l’instruction les dimanches aux enfants depuis dix ans jusqu’à dix-huit ans durant deux reprises d’une heure chacune, tant sur ce qu’il faut éviter de mal, que sur ce qu’il faut faire [•] de bien. Je suppose que l’instruction des parents suffise jusqu’à dix ans.

§ 16

3°. Le curé fera les instructions pour ceux depuis dix-huit ans jusqu’à l’âge le plus avancé [•]. Ces discours instructifs jusqu’au nombre de cinquante-deux par an devraient être imprimés par ordre des évêques1. Ils dureront une demi-heure. Les ecclésiastiques apprendront dans les séminaires à les bien lire et à les bien déclamer.

§ 17

Il serait à propos que, dans les séminaires, on enseignât aux prêtres quelque connaissance des remèdes communs pour les maladies communes à la campagne. Ils en seraient plus aimés et plus estimés des pauvres paroissiens.

§ 18

Croire [•] qu’un prêtre pèche en donnant un secours approuvé et salutaire à un malade pour le guérir, superstition ridicule et condamnable2.

§ 19

4°. Par les mêmes raisons, le curé doit avoir quelque connaissance de la coutume des lieux ou du droit français pour accommoder les différends de ses paroissiens, de concert avec le notaire, son voisin.

§ 20

Le but de l’homme de bien, du bienfaisant, n’est-il pas de viser à diminuer les maux et à augmenter les biens de ses concitoyens de cette première vie ?

§ 21

5°. On ne pourra choisir un curé d’une petite paroisse, s’il n’a été vicaire d’une grande, ni curé de deux cents familles, s’il n’a été curé de cent et choisi par scrutin ; c’est qu’il est à propos que les curés de cent soient invités à mieux faire que leurs pareils pour avoir une cure du double d’appointements, plus de vicaires à cause du grand nombre de paroissiens. Or pour être sûr que ce curé portera bien un fardeau double, il est à propos qu’on l’ait vu bien porter le fardeau simple.

§ 22

6°. Le curé ne pourra prendre de vicaire dans les séminaires ou parmi les prêtres des paroisses que par le choix des trois que donnera le scrutin au moins de quinze vicaires pareils qui se connaîtront pour avoir conféré ensemble, tous les mois, des points qui regardent l’essentiel des devoirs de la religion.

§ 23

7°. Les conférences sur les deux vertus morales qui se feront dans chaque doyenné seront de vingt ou de vingt-quatre curés, et un jour la semaine, tous les mois de mai, juin et juillet, au lieu principal du doyenné pour conférer tant sur les pratiques des deux vertus que sur les moyens de corriger les défauts des habitants.

§ 24

Dans ces conférences, ils pourront discerner plus facilement lors du scrutin les trois curés qui se distingueront entre eux par leurs talents, pour être élus aux premières et plus riches cures lorsqu’elles seront vacantes et à la nomination de l’évêque qui pourra avoir un curé d’un autre doyenné pour commissaire du scrutin des curés ou vicaires, et cet évêque choisira ordinairement celui des trois qui aura eu le plus de voix.

§ 25

8°. Il sera à propos que les cures soient inégales en revenu, comme elles sont inégales en nombre d’habitants, afin d’entretenir parmi les curés le désir d’augmenter toujours leur revenu en travaillant toujours de plus en plus à acquérir au plus haut degré des talents pour augmenter le bonheur des habitants de leurs paroisses.

§ 26

Les simples prêtres du doyenné s’assembleront lorsqu’il vaquera une place de vicaire et en choisiront trois d’entre eux dont le doyen en choisira un.

§ 27

9°. Les doyens s’assembleront tous les mois, les 1er mai, 1er juin et 1er juillet, dans la ville de l’évêché : 1°. pour conférer sur ce qui regarde les injustices mutuelles et les réparations des torts des habitants de leurs cantons, 2°. afin de se mieux connaître les uns les autres et de nommer à l’évêque avec plus de discernement les trois d’entre eux par scrutin pour être vicaire général ou visiteur des doyennés de l’évêché.

§ 28

10°. Il est plus sage [•] au roi d’user de la méthode du scrutin que de n’en pas user pour parvenir à choisir peu à peu, avec plus de sûreté, ceux qui doivent un jour gouverner un diocèse ; ainsi ceux qui auront été vicaires généraux ou visiteurs cinq ans s’assembleront dans la capitale toutes les semaines, durant 4 mois, au nombre de trente, pour conférer des affaires générales ecclésiastiques, c’est-à-dire des pratiques des vertus, et y liront les mémoires qu’ils auront composés, afin qu’un petit évêché venant à vaquer, ils puissent en nommer trois d’entre eux au roi par scrutin.

§ 29

De même les évêques s’assembleront dans la capitale au nombre d’environ trente lors de la vacance d’un grand évêché ou d’un archevêché, afin de choisir trois d’entre eux pour être présentés au roi, de sorte que, par ce choix préliminaire, il ne vaquera jamais qu’un petit évêché à remplir par un grand vicaire, puisque les seuls évêques des petits évêchés seront toujours choisis par scrutin pour remplir les grands évêchés et les archevêchés.

§ 30

11°. Une petite cure sera de cinq cents personnes ou de cent chefs de familles ou environ. Les grandes cures de la campagne seront de deux cents familles ou environ. Le curé aura deux vicaires, un de quatre cents livres et l’autre de cinq cents livres et deux mille quatre cents livres d’appointements.

§ 31

Les cures des villes ne pourront être de plus de huit mille personnes et de quatre mille livres d’appointements, et de quatre vicaires de cinq cents livres chacun.

§ 32

Les évêchés et les archevêchés ne pourront être moindres que de cent mille âmes, excepté les évêchés ou archevêchés des capitales.

§ 33

Tous les trente ans à peu près, on multipliera ou diminuera le nombre des paroisses, des églises paroissiales et des curés, à proportion du nombre des habitants qui auront augmenté ou diminué.

§ 34

C’est qu’il est à propos d’augmenter le nombre des instructeurs, à proportion du nombre de personnes à instruire.

§ 35

12°. Le curé tiendra le registre de proportion de la [•] taille pour la valeur annuelle des revenus des taillables de sa paroisse, pour vérifier la déclaration du revenu de chaque particulier, afin que tous les subsides annuels de l’État soient toujours proportionnés au revenu annuel du même État.

§ 36

C’est que, pour perfectionner le gouvernement, il sera à propos que les curés, que l’on suppose plus justes, plus bienfaisants et plus sensés que les autres habitants, aient le soin de vérifier ce revenu pour aider le commissaire dans la répartition du subside de la taille.

§ 37

13°. L’évêché des non-capitales ne sera que d’environ deux cents paroisses ou de cent mille habitants et ne pourra être que de quatre cents ou de deux cent mille habitants.

§ 38

Environ vingt évêchés de différent revenu feront un archevêché et tous les archevêchés seront aussi d’un différent revenu, afin que les évêques et les archevêques soient toujours excités à croître en talents et en vertus, à proportion qu’ils croîtront en revenu.

§ 39

14°. Un curé du nombre de deux cents paroisses d’un diocèse pourra être déposé par l’évêque tous les trois ans ad nutum comme le curé le moins propre à son emploi. Cette méthode servira beaucoup à diminuer le nombre des curés paresseux [•] en lui réservant un tiers de son revenu, charges payées, pour sa subsistance. Ceux qui doivent être l’exemple des vertus doivent être les plus obéissants.

§ 40

Je suppose, en France, vingt millions d’habitants, trente évêchés à deux cents paroisses et chaque paroisse à cinq cents habitants, c’est trois millions d’habitants. Je suppose quatre-vingts évêchés à quatre cents paroisses à deux cent mille habitants chacun, c’est seize millions. Je suppose un million d’habitants pour l’archevêché de la capitale. Voilà les vingt millions d’habitants.

§ 41

Trente évêques à vingt-quatre mille livres de revenu, c’est sept cent vingt mille livres, quatre-vingts évêques à trente-six mille livres, c’est deux millions huit cent quatre-vingt mille livres ; l’archevêché de la capitale cent mille livres, plus cinq fois cinquante-six mille francs pour les cinq autres archevêchés ; total : trois millions neuf cent quatre-vingt mille livres.

§ 42

Curés, quarante mille à douze cents livres chacun, y compris les vicaires, c’est quarante-huit millions.

§ 43

Total des revenus de l’Église : cinquante et un millions neuf cent quatre-vingt mille livres en officiers de mœurs et instructeurs, et ce serait bon marché si, par leur travail, le peuple devient en peu d’années de plus en plus juste et bienfaisant, et par conséquent de plus en plus heureux.

§ 44

15°. Point de vicaires qu’à vingt-cinq ans, point de curés qu’à vingt-huit, point de visiteurs ou vicaires généraux qu’à trente-deux, point d’évêques qu’à trente-cinq.

§ 45

La raison croît dans l’homme et il est juste d’attendre plus de raison d’un homme de trente-cinq ans que du même à vingt-cinq.

§ 46

16°. Point de cure plus faible que mille deux cent livres ou environ, dont le quart pour le vicaire ; point de plus forte que de deux mille quatre cent livres ou environ avec deux vicaires pour mille habitants. Il faut plus d’attention à bien choisir un curé doux, modéré, laborieux, appliqué à ses devoirs, orné de talents pour le plus d’habitants ; mais alors il ne saurait être trop bien payé ni lui ni son vicaire, parce qu’aucun officier ne peut tant contribuer qu’eux au plus grand bonheur de leurs cent familles, de leurs deux cents familles en leur inspirant la pratique de la justice et de la bienfaisance.

§ 47

17°. Les évêques ne pourront avoir moins de vingt-quatre mille livres par an et les archevêques ne pourront avoir moins de cinquante-six mille livres ou environ.

§ 48

Les revenus des prieurés et des abbayes pourront servir un jour à augmenter le revenu des vicaires, des curés, des évêques, soit par des unions ou par des pensions. Il est juste que les officiers les plus utiles, tels que sont les bons officiers des bonnes mœurs, soient mieux traités que les fainéants3.

§ 49

18°. Il faudrait, comme autrefois et comme chez les Grecs premiers chrétiens, permettre le mariage aux vicaires, aux curés, aux évêques et aux autres ecclésiastiques4.

§ 50

Il est de l’intérêt de l’État et de l’Église de multiplier les fidèles et les sujets, et il est même à présumer que les familles des ecclésiastiques seront mieux instruites, plus justes, plus bienfaisantes et plus heureuses que les autres familles ; ainsi, peu à peu, la raison, les vertus et la félicité des citoyens dans les deux vies iraient en croissant et c’est le but essentiel de l’État et de la religion chrétienne et raisonnable.

§ 51

19°. Tous les trente ans, on fera l’estimation et la répartition des revenus des cures [•] à proportion des habitants, en sorte que le curé qui sera moins chargé d’habitants à instruire soit obligé de payer quelque pension à celui qui sera chargé de plus grand nombre d’habitants. Il est juste que la récompense soit proportionnée au travail et le travail à la récompense [•]. L’évêque présidera à cette répartition des revenus des curés de son diocèse.

§ 52

20°. De même, les évêques trop riches et de trop peu de paroisses payeront une pension aux évêques moins riches et de plus de paroisses, selon l’arrangement de l’assemblée du clergé, et cette assemblée réglera, tous les trente ans, le nombre des paroisses par évêché et des familles par paroisse [•]. L’archevêque de la capitale présidera à cette répartition des revenus des évêchés, et à l’assemblée du clergé.


3.Sur les projets de l’auteur concernant les réguliers, voir Établissements, Bénéf. Saint-Maur et Bénédictins.