Pour citer ce texte

PROJET DE TRAITÉ POUR RENDRE LA PAIX PERPÉTUELLE EN EUROPE.
TOME III

Au Régent

§ 1

Monseigneur,

§ 2

Après avoir donné dans ce troisième tome le reste des éclaircissements qui paraissent nécessaires pour démontrer l’importance et la solidité du fameux projet du roi Henri le Grand votre bisaïeul1, j’ai cru que je ne pouvais me dispenser d’offrir l’ouvrage entier à Votre Altesse Royale.

§ 3

Ce grand prince avait compris combien la salutaire invention de l’Arbitrage permanent, avait été avantageuse aux premières familles du monde et aux premiers chefs de famille, pour former un village où ils pussent jouir des avantages du commerce, se protéger mutuellement, et éviter ainsi les meurtres, les pillages et les autres violences, suites nécessaires de l’état d’Impolice2 et de non Arbitrage entre voisins3.

§ 4

Il avait compris combien l’Arbitrage permanent, ce premier fondement de toute police4, avait été avantageux aux premiers villages du monde, à ces premiers petits corps politiques, et aux premiers chefs de ces petits États, pour former un plus grand corps politique composé de villages, de bourgs et de villes, dans lequel les membres eussent de même beaucoup plus d’intérêt de se tenir unis, de se protéger, de se conserver les uns les autres, et de commercer ensemble, que de demeurer divisés, sans commerce permanent, armés les uns contre les autres, et toujours prêts à s’entre-détruire.

§ 5

Il avait remarqué que plus ces corps politiques étaient étendus, peuplés, unis, policés, plus les arts s’y perfectionnaient, plus le commerce s’y augmentait, et qu’il en résultait plus de sûreté et d’abondance, tant pour ceux qui gouvernaient, que pour ceux qui étaient gouvernés. Il voyait dans les Provinces-Unies des Pays-Bas, en Suisse, en Allemagne, des modèles de police générale entre de grands corps politiques, où les membres avaient conservé les mêmes avantages qu’ils avaient avant l’établissement de cette police, et où ils avaient trouvé des avantages nouveaux par une protection mutuelle qui leur procurait une sûreté beaucoup plus grande, beaucoup plus de commerce et beaucoup plus d’abondance qu’ils n’eussent pu en espérer sans de pareilles conventions, sans une pareille police générale, sans une pareille union entre divers corps politiques pour en former un dix fois, vingt fois plus grand.

§ 6

Ces vues, Monseigneur, le conduisirent facilement jusqu’à comprendre qu’il n’y avait plus qu’un pas à faire pour établir en Europe une police suprême, un Arbitrage permanent, et pour former de tous les peuples, de tous les souverains chrétiens le plus grand corps politique qui ait jamais été, et dix fois plus grand que le corps germanique, dont les membres, loin de viser à se détruire, se protégeraient mutuellement, loin de perdre aucun des avantages qu’ils avaient dans l’Impolice et dans le non Arbitrage, en auraient beaucoup de nouveaux très considérables, et s’enrichiraient les uns les autres par une infinité de commerces différents qui ne seraient jamais interrompus.

§ 7

Il vit qu’il était possible de démontrer aux chefs de ces corps politiques qu’ils avaient un beaucoup plus grand intérêt de faire un traité de police européenne, de protection mutuelle, d’Arbitrage permanent, de commerce inaltérable, que de demeurer exposés aux malheurs des guerres civiles et étrangères, suites funestes et nécessaires de l’Impolice et du non Arbitrage ; il comprit que par une pareille police il procurerait aux nations et aux chefs des nations à proportion autant d’avantages et aussi considérables, que la première de toutes les polices, quelque informe qu’elle fût, en avait procurés aux premières familles de la terre, et aux premiers chefs de ces familles, qui, des inquiétudes cruelles du non Arbitrage, avaient heureusement passé à la tranquillité et à la sécurité de l’Arbitrage permanent, qui, de l’indigence et des incommodités de la non Société, avaient passé à l’abondance et aux commodités de la société.

§ 8

On verra dans ce tome qu’un pareil traité peut se réduire à un petit nombre d’articles fondamentaux d’association qui produiront nécessairement dans la suite tous les autres articles qui seront importants pour l’utilité commune des associés.

§ 9

Le but de ce grand prince était donc, Monseigneur : 1o de donner aux souverains une sûreté entière, une garantie suffisante de l’exécution de tous leurs traités, soit passés, soit futurs.

§ 10

2o De diminuer beaucoup, par deux ou trois articles de ce traité fondamental de police générale et suprême, le nombre et l’importance de leurs différends à venir.

§ 11

3o De faire toujours terminer ces différends sans aucune représaille, sans aucune violence et sans aucune guerre, mais par l’Arbitrage permanent, et par le jugement d’associés intéressés à juger les autres équitablement, c’est-à-dire comme ils voudraient en être jugés en pareils cas.

§ 12

4o De préserver pour jamais les États de toutes séditions, de toutes révoltes, de toutes guerres civiles par l’autorité et la toute-puissance de la société européenne.

§ 13

5o D’affermir incomparablement davantage par une protection mutuelle, toute-puissante et immortelle, les maisons souveraines sur leurs trônes.

§ 14

6o D’augmenter infiniment davantage le revenu des souverains, et de diminuer extrêmement le nombre de leurs affaires les plus fâcheuses et surtout les dépenses militaires.

§ 15

7o D’augmenter beaucoup plus leur sûreté contre tous leurs ennemis soit du dedans, soit du dehors, et par conséquent leur indépendance.

§ 16

8o De procurer enfin à tous les peuples un calme inaltérable, de leur donner beaucoup plus de moyens de perfectionner toutes leurs lois, et de leur assurer tous les avantages d’un commerce égal, sûr, libre, universel et perpétuel. Or les souverains pouvaient-ils jamais espérer ces huit avantages inestimables que par ce traité fondamental de cette police suprême ?

§ 17

Tel était, Monseigneur, le but de ce magnifique projet. Or peut-on jamais trouver un but plus conforme à votre caractère élevé, sage, juste, bienfaisant ? Pouvais-je vous proposer un dessein qui se lie mieux avec vos autres grands desseins et qui vous donne plus de commodités pour les porter en peu d’années à leur perfection ?

§ 18

Rien n’est plus facile à conclure qu’un traité dans lequel tous les intéressés peuvent facilement voir incomparablement plus d’avantages à le signer qu’à ne le pas signer. Je crois avoir porté la démonstration de ces avantages au dernier point d’évidence. Or pouvais-je jamais choisir soit parmi les princes, soit parmi les particuliers, un meilleur juge que vous, Monseigneur, d’une pareille démonstration ?

§ 19

Les plus habiles politiques ont regardé comme le plus solide fondement de la tranquillité et de la sûreté de l’Europe l’exécution de la renonciation que le roi d’Espagne a faite pour lui et pour sa postérité à la Couronne de France, et celle que Votre Altesse Royale a faite de son côté à la couronne d’Espagne5, la sûreté, la conservation des États, la paix entre toutes les parties de l’Europe est, à la vérité, la loi suprême. Salus populi suprema lex6. Mais qui est-ce qui fera exécuter éternellement cette loi si sainte et si sage s’il n’y a point d’union permanente entre les parties intéressées à l’exécution de cette loi, et où trouver cette union sans un traité de Police suprême, ou d’Arbitrage européen, qui tienne toujours toutes les parties de l’Europe unies en un même corps ?

§ 20

Cependant voilà deux lois opposées entre elles. On voit d’un côté un article de la loi salique, qui est une espèce de substitution7 autorisée en France par l’opinion du peuple, et qui défère toujours la couronne à l’aîné de la branche aînée. On voit de l’autre la loi des renonciations, loi nouvelle, exception précise pour un temps et pour une seule occasion à cet article de la loi salique8. Loi qui, pour le repos de l’Europe et de la France même, déroge en cette occasion à toute loi, à toute substitution contraire : or qui ne voit que cette contrariété de lois sera une source seconde de divisions pour l’avenir dans les différentes branches de la maison royale, à moins qu’il n’y ait en Europe une autorité permanente infiniment supérieure, qui maintienne toujours en vigueur la loi nouvelle, la Loi suprême, et qui ne laisse à personne aucune espérance ce pouvoir jamais la violer impunément ?

§ 21

Nous savons tous, Monseigneur, que le feu roi, regardant la loi des renonciations réciproques comme une loi fondamentale du royaume et comme une loi inviolable, vous dit publiquement que « si le dauphin venait à mourir, la couronne de France vous appartenait incontestablement9 ». Nous savons que ces paroles si précises et si considérables sortirent de sa bouche sacrée, plusieurs jours avant sa mort, lorsqu’il avait encore toute la netteté de son esprit, et toute la solidité de son jugement, qu’il les proféra sachant que sa maladie était incurable et pressante, et se voyant dans le lit de la mort, dans ce lit où l’on juge des intérêts des autres et des siens propres avec plus d’équité, et où l’on parle avec plus de sincérité. Nous savons tous comme ce grand prince que cette loi est d’autant plus équitable qu’elle est nécessaire à la conservation de tous les États ; mais que peut servir la loi la plus équitable si elle n’est toujours soutenue par une autorité toute-puissante contre des prétentions qui ne seront à la vérité jamais fondées que sur quelques fausses apparences de justice, mais qui peuvent étant appuyées de la rébellion avoir un jour la force de leur côté ?

§ 22

Vous savez, Monseigneur, les guerres funestes et fréquentes que causèrent à l’Angleterre dans les siècles passés des lois opposées, des droits apparents et contraires que faisaient revivre tour à tour les maisons d’York et de Lancastre10. Or qui est plus disposé que vous, Monseigneur, et si je l’ose dire, qui est plus justement intéressé que vous à préserver la France pour les siècles à venir de semblables malheurs, et quel préservatif plus sûr, plus naturel et plus désirable pouvais-je jamais vous proposer que ce traité d’Arbitrage permanent, proposé par le roi, votre bisaïeul, qu’un traité que l’on ne peut jamais signer sans procurer à la France, comme aux autres États, aux rois de France, comme aux autres souverains, une prodigieuse diminution de dépense et une opulence d’autant plus sûre qu’elle serait fondée sur la perpétuité du commerce ?

§ 23

Tout le monde convient, Monseigneur, que plus un établissement procure aux hommes d’avantages considérables, étendus, durables, plus il procure de gloire à celui qui l’entreprend et qui en vient à bout. Or d’un côté peut-on jamais imaginer un établissement qui apportât aux nations d’Europe en général et à la nation française en particulier des avantages aussi nombreux, aussi considérables, aussi étendus, et aussi durables que la police européenne, et de l’autre pouvais-je trouver sur la terre un prince, qui ait plus de disposition que Votre Altesse Royale à goûter les plus grands desseins et plus de facilité à les exécuter ?

§ 24

Je ne doute pas, Monseigneur, que plusieurs princes de l’Europe, avides de gloire, ne s’empressent à avancer un traité si salutaire au genre humain ; mais quelques soins qu’ils se donnent pour y réussir, ils ne sauraient jamais empêcher que Henri le Grand n’ait la gloire de l’invention qui n’est pas moindre, et qui est peut-être même plus grande que celle de ces demi-dieux qui apprirent aux premiers hommes, aux premières familles, et aux premiers chefs de famille à vivre en société sous une police particulière11, puisque Henri procure encore un plus grand bienfait aux nations et aux chefs de ces nations, en leur apprenant par le moyen d’une Police suprême et universelle à vivre en société permanente. Or à qui convient-il mieux, Monseigneur, qu’à Votre Altesse Royale, de recueillir cette précieuse gloire comme une partie considérable de la succession de cet auguste monarque à qui vous ressemblez par tant de différents endroits, et quelle entreprise après tout, peut jamais vous faire tant d’honneur que d’exécuter dans les premières années de votre régence pour le grand avantage du roi et de l’État, pour le bonheur de toutes les nations et de tous les souverains, ce qu’un roi si sage et si puissant, n’avait pu que projeter durant les dix dernières années de son règne ?

§ 25

Ces raisons, Monseigneur, jointes à un attachement particulier que nous avons moi et ma famille pour Votre Altesse Royale et pour Votre Auguste Maison depuis plus de vingt-deux ans12, m’ont persuadé que je ne pouvais me dispenser de vous présenter un ouvrage qui vous appartient par tant de titres si légitimes, trop heureux, Monseigneur, qu’il me donne occasion de témoigner publiquement les sentiments de reconnaissance que j’ai de vos bienfaits, le parfait dévouement et le profond respect avec lesquels je suis et serai toute ma vie.

§ 26

Monseigneur,

§ 27

De Votre Altesse Royale

§ 28

Très humble, très obéissant et très fidèle serviteur, l’abbé de Saint-Pierre

Préface

§ 29

Henri le Grand proposa, il y a plus de cent ans, aux souverains chrétiens un projet de traité dont les articles visaient à former entre les princes une police générale, un engagement de protection mutuelle pour les garantir, eux et leur postérité, dans les temps de faiblesse, de toutes entreprises de leurs ennemis, soit du dedans, soit du dehors, et à établir entre eux un Arbitrage permanent pour les maintenir toujours dans la possession tranquille de tout le territoire qu’ils possèdent actuellement ; pour régler sans guerre à la pluralité des voix tous leurs différends futurs ; et pour maintenir entre toutes les nations un commerce perpétuel, sûr, libre, égal, et parfaitement inaltérable.

§ 30

Comme la mort ne lui donna pas le loisir d’employer son crédit, ses forces, et son autorité pour faire signer ce traité, je me suis proposé depuis six ou sept ans de l’éclaircir, de le réduire à un petit nombre d’articles fondamentaux, et de démontrer qu’il n’y a aucun souverain, qui ait aucun traité si avantageux à négocier et si facile à conclure. Or dans le dessein où je suis de travailler le reste de ma vie à perfectionner cette démonstration, en la mettant pas à pas à la portée de la plupart des lecteurs, que puis-je faire de mieux si ce n’est de lever d’un côté par mes réponses toutes les nouvelles difficultés dont on me fera apercevoir, et d’exposer de l’autre ce que je pourrai découvrir de nouveaux motifs, propres à engager chaque souverain en particulier à signer ces articles fondamentaux ? Aussi ce troisième tome contient deux parties ; la première est un recueil d’objections ou nouvelles ou renouvelées, avec leurs réponses ; la seconde est un recueil de différents Discours, où j’expose en abrégé les intérêts particuliers que peut avoir chaque État, chaque souverain d’Europe, à signer ces articles.

§ 31

Je sais bien que dans ces Discours je ne fais presque autre chose que d’appliquer à chaque souverain en particulier à peu près les mêmes motifs que j’ai proposés d’une manière générale dans le premier tome lorsque j’adressais la parole aux souverains en commun ; mais j’ai cru, et beaucoup de personnes très habiles ont cru avec moi, que cette application était absolument nécessaire pour achever de déterminer par des considérations plus particulières ceux qui n’avaient été qu’ébranlés par des considérations un peu trop générales.

§ 32

Les personnes qui ont fait des réflexions sur l’effet des discours écrits ou prononcés, savent que plus ils sont personnels, je veux dire que plus ils sont appropriés aux personnes à qui on parle, plus aussi ils sont pressants et persuasifs, et que l’on ne saurait les rendre personnels tandis que l’on adresse la parole à un grand nombre de personnes en commun.

§ 33

Il me reste à m’excuser sur la longueur de la réponse à la première objection de ce supplément ; premièrement, l’objection est longue elle-même, ce sont plusieurs objections que j’ai reçues de divers endroits, je n’en ai fait qu’une sous divers articles, parce qu’il ne fallait que les mêmes principes pour y répondre et pour les éclaircir ; secondement ces principes n’étaient pas assez développés dans les deux premiers tomes et il a fallu y suppléer dans des considérations qui, je crois, n’auraient pas été suffisantes pour la plupart des lecteurs si elles avaient eu moins d’étendue.

§ 34

J’avais supposé que la plupart de mes lecteurs avaient suffisamment étudié la nature de l’homme et l’origine de la société, pour avoir aperçu qu’il n’était pas aisé d’établir une société durable entre des animaux avides, défiants, jaloux, présomptueux, fiers, orgueilleux, impatients, colères, vindicatifs, cruels, toujours injustes dans leurs prétentions réciproques, et qui, pour les décider, n’avaient encore d’autre voie que celle des bêtes ; car dans les premiers temps, avant la salutaire invention de l’Arbitrage, ils n’avaient que la voie de la violence et du meurtre, que cependant il s’était établi entre ces animaux si déraisonnables des sociétés très raisonnables, très avantageuses aux associés et même très durables. J’avais supposé que ces lecteurs étaient pleinement convaincus ou par leurs lectures ou plutôt par leurs propres réflexions, que sans cette première convention fondamentale d’un Arbitrage permanent, il n’y aurait jamais eu entre les voisins aucune sûreté ni pour leurs biens, ni pour leur vie, ni pour l’exécution d’aucune convention particulière, que, faute de sûreté réciproque, il n’y aurait jamais eu guère plus de société entre les premiers chefs de famille de chaque pays qu’il y en a entre les animaux du même pays ; et que par conséquent sans cette première convention, il n’y aurait jamais eu dans le monde aucune de ces belles inventions si utiles au genre humain, qui auraient été éternellement ensevelies dans le néant sans le loisir, la sûreté et toutes les commodités que procurent les sociétés.

§ 35

Voilà le point d’instruction où je supposais mes lecteurs lorsque je composais les deux premiers tomes du Projet de Paix perpétuelle ; mais je me suis aperçu que je m’étais mépris dans ma supposition. Ce que l’homme étudie le moins, c’est la nature de l’homme, et les différents degrés par lesquels il est parvenu à former ces grandes et anciennes sociétés dont il tire de si prodigieux avantages, en comparaison des avantages que tirent les sauvages de leurs petites sociétés naissantes, les réflexions fines, profondes qui n’ont rien de brillant, qui ne promettent ni gloire ni faveur ni augmentation de revenu, et qui demandent cependant une attention longue et suivie, sont par leur nature hors de la portée de la plupart des hommes, et même de tous ces gens d’esprit qui ne pensent point.

§ 36

D’ailleurs les hommes naissant au milieu des sociétés toutes formées sont portés naturellement à croire que ce qu’ils ont vu dès leur naissance, a toujours été et sera toujours de même : ils jouissent des biens que leur procurent les bons règlements de leur société, sans savoir quelle est la base de cette même société, quel en est le principal lien, et même sans se soucier d’en être instruits. Ceux mêmes qui sont dans des places où ils ont l’autorité, ou de faire ou de concourir à faire ces bons règlements, négligent de s’instruire à fond des premiers principes de la police sans songer que l’unique moyen de faire faire à la police de chaque État un grand et solide progrès, c’est de suivre exactement les premiers principes qui l’ont fait naître, et de rappeler toujours tout à ces premiers principes fondés sur la nature elle-même.

§ 37

Ce qui m’a fait apercevoir de ma méprise, c’est que j’ai vu des gens d’esprit qui après avoir lu mon ouvrage, étaient encore dans le préjugé vulgaire que les souverains, lorsqu’ils ne peuvent convenir entre eux sur leurs prétentions réciproques, ont une prérogative très glorieuse et très avantageuse de ne pouvoir terminer leurs différends que par la même voie que les bêtes terminent les leurs, c’est-à-dire, par la voie de la violence.

§ 38

C’est donc pour suppléer à leur manque de réflexions sur l’origine du commerce permanent, c’est-à-dire, sur l’origine de la société entre gens qui étaient insociables avant la convention de l’Arbitrage, c’est pour instruire suffisamment ces lecteurs de cette matière que j’ai placé avant la réponse à la première objection quelques considérations préliminaires sur ce sujet.

§ 39

J’espère que l’on trouvera qu’avec cette précaution je satisfais d’un côté pleinement à l’objection, et que je démontre de l’autre un point très important qui est que la convention d’un Arbitrage permanent entre souverains est le seul fondement solide de l’exécution de toutes leurs autres conventions, que c’est l’unique moyen suffisant de les garantir eux et leurs familles de toutes conspirations, de toutes révoltes et de toutes invasions, que c’est l’unique moyen de conserver un commerce durable entre les nations, que c’est l’unique moyen de doubler leur revenu sans diminuer celui des autres, que c’est l’unique moyen qu’ils aient de diminuer infiniment la dépendance où ils sont, tant par rapport au dedans à l’égard de leurs propres sujets, que par rapport au dehors à l’égard de leurs voisins, enfin que cette première convention fondamentale ne serait pas présentement moins facile ni moins avantageuse aux nations d’Europe et aux chefs de ces nations qu’elle a été autrefois aux familles qui ont habité les premiers le pays le premier habité de l’Europe et aux chefs de ces mêmes familles.

§ 40

Ces premiers chefs de famille étaient de petits souverains chacun dans leur famille ; c’est d’eux que sont sorties toutes les nations d’Europe ; et l’on peut dire par conséquent que c’est de ces anciens souverains en petit que sont sortis nos souverains en grand d’aujourd’hui ; ainsi je ne fais que proposer présentement aux enfants de pratiquer entre eux pour éviter la guerre et entretenir leur commerce la même invention que le premier sage de l’Europe proposa autrefois à leurs pères et qui leur a si heureusement réussi.

§ 41

Ainsi j’espère démontrer dans ce troisième tome que l’établissement d’une police générale, d’un Arbitrage permanent entre nation et nation, entre chefs de nations et chefs de nations, est non seulement très possible et très faisable, mais encore que vu le cours ordinaire des choses, et vu que l’esprit humain va nécessairement en croissant aussi bien du côté de la politique, que des autres sciences, il est impossible qu’il ne se fasse pas.

Extrait du Journal de Trévoux

§ 42

Du mois de juillet 1713, article 96, page 1141, sur les deux premiers tomes du livre intitulé : Projet pour rendre la paix perpétuelle en Europe

§ 43

Comme l’établissement d’une société permanente entre les princes chrétiens nous paraît très avantageux pour la durée des maisons souveraines sur le trône, et que d’un côté il enrichirait princes et sujets et leur épargnerait tous les effroyables malheurs des guerres civiles et étrangères, et que de l’autre il ôterait un très grand obstacle à l’établissement de la vraie religion, en ce qu’il ôterait pour jamais les haines que les guerres excitent et entretiennent entre les nations de religions différentes, et qu’il donnerait une beaucoup plus grande facilité pour la faire bien connaître, nous ne pouvons nous empêcher de désirer que le Projet pour rendre la paix perpétuelle, se multiplie par les différentes éditions, et qu’il s’imprime en toutes sortes de langues ; il nous semble même qu’il est impossible d’être ni bon sujet, ni bon chrétien, sans faire un pareil souhait.

§ 44

Il nous reste à dire qu’une des choses que l’auteur paraît le plus désirer, ce serait de voir quelque écrivain de réputation entreprendre de détruire son système en détruisant les preuves de ses principales propositions, et de montrer le faible des réponses qu’il a faites aux objections qui sont venues à sa connaissance ; nous croyons que dans le dessein qu’il a de faire examiner son ouvrage avec plus de soin par un plus grand nombre de lecteurs intelligents, il n’a pas tort de souhaiter pour contradicteurs d’illustres écrivains qui puissent rassembler dans leurs ouvrages toutes les objections des gens d’esprit et même des plus habiles ministres qui sont de leur avis, mais qui n’ont pas le loisir de rien écrire.

§ 45

Il naîtrait sûrement de ces disputes de nouvelles lumières sur le sujet le plus important qu’on puisse jamais traiter pour le bonheur de l’Europe et du reste de la terre ; l’auteur leur a jeté à tous tant qu’ils sont le cartel de défi13, et ses partisans seront en droit, si personne n’ose l’accepter, de mépriser un peu le parti opposé, et de dire qu’il faut que la cause soit bien mauvaise quand aucun bon avocat ne se veut charger de la défendre.

§ 46

En effet de deux choses l’une, ou ils croient que le vrai intérêt de leur souverain et de la durée de sa maison sur le trône, est de demeurer avec ses voisins sans société permanente, c’est-à-dire, dans une guerre actuelle, ou dans l’attente d’une guerre prochaine, et de laisser ainsi leur postérité dans le temps de sa faiblesse en proie aux séditions, aux révoltes, aux conspirations, aux invasions, et aux différents événements des guerres civiles et étrangères, et que les heureux succès des guerres à venir le dédommageront avantageusement lui et ses descendants de leurs dépenses militaires à venir et du tort que leur causera l’interruption du commerce ; ou bien ils croient qu’à la vérité le vrai intérêt de leur souverain, et de sa maison, serait de consentir à une société permanente avec tous les souverains de l’Europe ; mais ils croient en même temps que cet intérêt quoique vrai, quoique très réel, ne lui paraîtra jamais tel, soit à cause de son peu d’intelligence et de son peu d’application, soit enfin parce que ses ministres n’auront jamais assez de vertu et de courage pour travailler à lui faire connaître avec évidence en quoi consiste ce véritable intérêt, et à lui faire toucher au doigt 14 combien il y aurait à gagner pour lui à donner son consentement à l’établissement de la société permanente ; voilà les deux uniques cas.

§ 47

Or dans le premier cas, c’est faire leur cour à leur souverain que de réfuter solidement un projet spécieux qui est effectivement opposé à son vrai intérêt et à l’intérêt de sa maison ; ainsi loin d’avoir rien à craindre en écrivant ils n’auraient au contraire que des récompenses à espérer.

§ 48

À l’égard du second cas, il est vrai que ce ne serait pas faire leur cour à leur souverain que de soutenir qu’il n’aura jamais assez de raison et de lumières pour voir clairement que la société permanente avec les autres souverains lui serait à tout compter infiniment avantageuse ; mais en ce cas c’est presque donner gain de cause à l’auteur que d’être réduit à dire que tous les souverains qui règnent et qui régneront, seront toujours assez aveuglés pour n’apercevoir jamais que cette société permanente, et la paix perpétuelle, qui en est une suite nécessaire, leur serait infiniment plus avantageuse que la non société et que des guerres perpétuelles.

Projet de Henri le Grand pour rendre la paix perpétuelle en Europe

PREMIÈRE PARTIE
Recueil de nouvelles objections

PREMIÈRE OBJECTION

§ 49

L’auteur du Projet de Paix Perpétuelle ne se met pas assez à la place des souverains, quand il leur propose, pour terminer leurs différends futurs, de préférer la voie de l’Arbitrage permanent, qui est nouvelle, à la voie de la guerre qui est une voie aussi ancienne que les hommes. Il n’a pas assez fait d’attention à la prérogative de l’Indépendance, prérogative essentielle à la souveraineté, prérogative que le plus riche sujet d’Europe doit envier au plus chétif roi d’Afrique ou d’Amérique. Il n’a pas assez pesé la valeur de cette prérogative, ou du moins il n’a pas fait assez d’attention à l’estime qu’en font les souverains. Né sujet, il n’a pu s’élever jusqu’à penser en roi ; ainsi on ne doit point être surpris s’il propose aux rois, pour l’établissement d’un Arbitrage permanent, des articles à signer, qu’aucun d’eux ne saurait signer sans renoncer à l’Indépendance, c’est-à-dire, à ce qu’il y a de plus précieux et de plus estimable dans la condition de souverain. Mais la chose va être encore plus éclaircie dans les cinq articles suivants où l’on va faire parler un prince, le czar, par exemple, en véritable souverain.

PREMIER ARTICLE
Diminution de liberté

§ 50

Je suis libre, dit le czar ; il m’est permis de faire à l’égard de mes voisins tout ce que je juge nécessaire pour ma conservation, pour la conservation de ma famille et des biens que je possède, pour le recouvrement de ce que je juge avoir droit de posséder, et enfin pour me venger de mon ennemi et pour prévenir sa vengeance ; de sorte que si je juge qu’un de mes voisins soit devenu mon ennemi, qu’il cherche à me détruire, à se venger, et que par conséquent sa destruction soit nécessaire à ma conservation ; il m’est permis, je suis libre de le prévenir, de tâcher de l’affaiblir par la ruse ou par la force, de me fortifier en lui enlevant ce qui le fortifie, et de le détruire enfin avec le moins de danger pour moi qu’il me sera possible.

§ 51

Tel est l’avantage de l’Indépendance, avantage que je perdrais par l’établissement de l’Arbitrage européen. Car enfin, non seulement il me serait défendu de détruire mon ennemi, sous peine d’être détruit moi-même par les forces supérieures de l’Arbitrage ; mais il me serait encore défendu de m’en venger à ma fantaisie et selon l’étendue de mon ressentiment : ainsi ce serait une diminution de ma liberté.

II. ARTICLE
Autre diminution de liberté

§ 52

Je ne suis soumis à aucunes lois ; si je fais des promesses, c’est que je juge qu’il convient alors à mes intérêts de promettre : mais je ne suis lié par mes paroles, par mes traités, qu’autant que je m’y crois obligé ; si par exemple, je juge que l’on m’a extorqué ces promesses par force, ou que j’ai été trompé dans le traité, ou sur la valeur de ce que je donnais, ou sur la valeur de ce que je recevais ; si je juge que mes voisins, à qui j’ai promis, ne m’ont pas tenu de leur côté exactement leurs promesses ; si je juge qu’ils ne me rendent pas tout ce que je juge qu’ils me doivent ; si je juge qu’ils se serviraient de l’exécution de mes promesses pour me détruire, il m’est permis, je suis le maître, j’ai la liberté de ne les pas accepter.

§ 53

Tel est l’avantage de l’Indépendance, et je le perdrais si je signais les articles fondamentaux pour l’établissement de l’Arbitrage européen, puisque cet Arbitrage serait garant de l’exécution des promesses réciproques des souverains contractants, je ne serais plus unique juge de ce que je dois et de ce qui m’est dû ; je serais obligé, par la crainte de la force toute puissante de l’Arbitrage, de me soumettre à son jugement, sans oser prendre les armes pour me faire justice à moi-même. De ce côté-là ma liberté serait encore diminuée.

III. ARTICLE
Diminution du droit de propriété

§ 54

Nulle loi, dit le czar, ne peut attribuer à aucun de mes voisins, aucune propriété d’aucun pays, d’aucune chose à mon préjudice et à mon exclusion ; ainsi j’ai droit sur tous les pays de la terre, et, en ce sens-là, tout est à moi, à moins que par un traité, par une convention, je n’aie renoncé à mon droit sur quelque pays, sur quelque chose en faveur de quelqu’un ; il n’y a qu’une pareille renonciation de ma part qui puisse restreindre mes droits et lui donner la propriété de ce pays, de cette chose, à mon exclusion ; et même cette propriété ne lui est assurée qu’autant de temps que je jugerai à propos d’exécuter ma renonciation.

§ 55

Tel est l’avantage de l’Indépendance, et je le perdrais sans ressource par l’établissement de l’Arbitrage permanent, puisqu’il est visible que par un des articles fondamentaux du traité d’Arbitrage, il faudrait que je renonçasse à tout droit sur le territoire des autres ; et ce qu’il y aurait de plus fâcheux, c’est que cet Arbitrage, par la supériorité de sa force, m’obligerait bon gré mal gré à exécuter ma renonciation, à laisser chacun de mes voisins dans leurs possessions, et à me contenter du territoire que je possède actuellement ; ainsi mon droit de propriété serait diminué.

IV. ARTICLE
La force ne serait plus la raison décisive

§ 56

Pour obtenir sûrement mes prétentions, je n’ai point de juges à solliciter, je n’ai qu’à lever des armées supérieures, à les entretenir, à les faire combattre à propos ; en un mot, je n’ai qu’à être le plus fort, je n’ai qu’à vaincre, et voilà tous mes différends terminés.

§ 57

Tel est l’avantage de l’Indépendance du non Arbitrage ; je le perdrais par l’établissement de l’Arbitrage ; la supériorité de force ne serait plus la raison décisive.

V. ARTICLE
Perte de la supériorité, augmentation de dépendance

§ 58

Je suis juge, dit le czar, et seul juge dans ma propre cause, et dans toutes mes prétentions, je ne reconnais aucun supérieur sur la terre ; je ne dois compte qu’à Dieu de mes actions ; je n’ai que Dieu au-dessus de moi ; je ne suis obligé d’apporter d’autre raison de mes entreprises, de mon procédé à l’égard des souverains mes voisins, sinon, tel est mon plaisir15.

§ 59

Voilà encore un grand avantage de l’Indépendance, que je perdrais dans l’établissement de l’Arbitrage, puisque si quelqu’un de mes voisins se plaignait de moi aux arbitres, je serais dans la nécessité de rendre compte de ma conduite, et de me justifier de l’accusation, ou bien de réparer le tort que j’aurais causé au souverain mon voisin, non selon mon estimation, mais selon l’estimation des arbitres, je me donnerais des entraves, je me mettrais en tutelle, en curatelle, je perdrais ma supériorité, et j’augmenterais ma dépendance ; car enfin, ayant des juges, j’aurais des supérieurs et je serais dans leur dépendance.

Considérations préliminaires avant la réponse

§ 60

Cette objection est une des plus importantes qui m’aient été faites, non par sa force, car on en va voir toute la faiblesse ; mais par le grand nombre de ceux à qui elle est venue à l’esprit, et cela par un effet de leur prévention en faveur de quelques préjugés vulgaires qui ont pour fondement, d’un côté quelques expressions confuses et équivoques sur la liberté et sur l’Indépendance des souverains, et de l’autre le peu d’attention des lecteurs à se faire une idée juste de la dépendance où les hommes sont nécessairement les uns à l’égard des autres.

§ 61

Ces préjugés, faute d’examen, ont jeté de si profondes racines dans l’esprit de la plupart des lecteurs, qu’ils ne leur laissent presque pas la liberté d’examiner, ni la grande utilité que le monde a tiré jusqu’ici de l’heureuse invention de l’Arbitrage, ni les prodigieux avantages que le genre humain en peut encore tirer en donnant à ce premier commencement de la police16 humaine toute la perfection et toute l’étendue dont il est capable ; mais j’espère que les considérations suivantes suffiront pour dissiper entièrement l’obscurité que ces ridicules équivoques ont répandue dans les esprits et pour persuader ensuite que le seul moyen de diminuer infiniment toutes les sortes de dépendances très réelles et très fâcheuses où les chefs de nation, comme les chefs de famille, sont nécessairement à l’égard des voisins leurs pareils, injustes et intéressés à les détruire, c’est de ne plus dépendre que d’une société juste et intéressée à les conserver.

PREMIÈRE CONSIDÉRATION
Il est plus avantageux à l’homme et à la femme de vivre en société qu’en non société : il est plus avantageux pour les enfants d’avoir un arbitre dans leur père, que de n’en pas avoir

§ 62

La première de toutes les sociétés permanentes, c’est la société entre les membres d’une famille, entre le mari et la femme et les enfants ; il est à propos de jeter les yeux sur quelque famille sauvage, telle que fut autrefois la première qui a habité les bords de la Seine, où est Paris, avant qu’il y eût aucune ville en France, et lorsque presque toutes nos terres étaient couvertes de bois ; ou bien supposons cette famille dans l’Amérique, fort éloignée de toute habitation. Le mari, la femme, les enfants habitent dans la même cabane ; l’un fait une chose pour le bien commun de la famille, tandis que l’autre en fait une autre. Qu’est-ce qui tient ces membres unis en un corps ? Pourquoi ne choisissent-ils pas plutôt de vivre sans commerce, séparés les uns des autres, que de vivre en commerce intime et journalier sous le même toit ? Dans tous les choix que fait l’homme, il ne saurait avoir pour motif que le désir d’être mieux, ou la crainte d’être pis. Voilà le ressort de toutes nos actions, le désir d’être plus heureux que nous ne sommes, ou la crainte d’être plus malheureux.

§ 63

Les plus grossiers, les plus brutaux, les enfants même qui ont peu d’expérience, ont bientôt fait la comparaison entre les biens et les maux qu’ils trouvent dans la société, et les biens et les maux qu’ils trouvent dans la solitude, dans la non société ; il se fait bientôt dans leur esprit une supputation17 de sentiments qui les détermine plutôt à un parti qu’à un autre ; et quand on les voit depuis plusieurs années en société intime, en commerce journalier et perpétuel, demeurant sous même toit, il faut bien qu’après diverses expériences des biens et des maux de la solitude et une sorte de supputation de sentiments, ils aient trouvé qu’à tout prendre il y a plus de biens et plus grands à goûter, moins de maux, et moins grands à souffrir dans leur petite société de famille, que dans la non société.

§ 64

La femme aura quitté la cabane pour éviter les mauvais traitements de son mari, elle aura voulu tâter de la solitude ; mais elle n’y aura pas été longtemps, qu’en comparant les deux sortes de vies, elle ne trouve l’ennui, la crainte de mourir de faim ou de froid, et les autres incommodités de la solitude, encore plus insupportables que les mauvais traitements et les autres incommodités de la société, et les biens de la solitude beaucoup moindres que les biens de la société.

§ 65

Cette comparaison et cette expérience fâcheuse l’auront donc bientôt déterminée à revenir à la cabane, bien résolue de ne plus s’attirer de mauvais traitements par sa contradiction et par sa résistance ; ce qui retient de même les enfants dans la société de leur famille, c’est quelque expérience semblable à celle qu’a faite leur mère des incommodités de la non société ; ils ont trouvé ces maux plus grands que ceux qu’ils avaient à souffrir des commandements ou de la mauvaise humeur de leurs parents ou de leurs frères ; persuadés qu’il y a à souffrir partout, ils se trouvent bienheureux, lorsqu’entre deux maux, dont l’un ou l’autre sont inévitables, ils ont la liberté d’éviter le plus grand, en se soumettant patiemment au moindre.

§ 66

Le chef de famille de son côté a grand intérêt que les membres de sa famille ne le quittent point ; car outre les agréments qu’il trouve dans leur commerce, il peut être blessé, il peut tomber malade, il peut devenir vieux et infirme, tandis que ses enfants deviennent plus sains et plus robustes. Or s’ils le quittaient, qui lui donnerait du secours ? Il est donc fort intéressé à les traiter de manière qu’ils ne soient pas tentés de le quitter ; tels sont les biens mutuels que le chef procure aux membres, et que les membres procurent au chef, le désir d’être mieux, et la crainte d’être pis. Voilà les motifs qui les unissent et qui les tiennent unis.

§ 67

Les contestations ne peuvent point rompre cette société entre le mari et la femme ; c’est que la femme, se connaissant la plus faible, n’a garde de résister pour peu de chose ; quand elle est convaincue qu’elle ne peut qu’empirer son marché par la résistance, point de résistance, ainsi point de division ; et d’ailleurs, comme la femme a souvent expérimenté qu’elle regagne, quand il lui plaît, par sa soumission, par sa complaisance, par ses prières, par ses caresses, beaucoup plus qu’elle n’a cédé par la crainte d’être maltraitée, elle n’a pas besoin pour obtenir ce qu’elle désire, ou pour ne point faire ce qui lui déplaît, d’avoir recours à la résistance, et il ne lui est pas difficile de remarquer que son mari fait beaucoup plus pour elle par inclination, qu’elle ne fait pour lui par crainte.

§ 68

Il est vrai que les enfants peuvent avoir des contestations entre eux ; mais elles sont facilement terminées par le jugement, et surtout par l’autorité du chef, c’est-à-dire par la crainte qu’ils ont de lui résister et de s’attirer sa colère par leur résistance ; s’ils se croient égaux en force, ils craignent de se battre contre la défense de leur père, de peur d’en être sévèrement châtiés, et si l’un se croit le plus faible, il n’a garde d’avoir recours à la violence pour obtenir sa prétention ; le seul moyen qui lui reste pour l’obtenir, c’est d’implorer l’assistance du chef qui a la supériorité de force ; il tâche de mettre ainsi la force de son côté en représentant avec le plus d’art qu’il peut la justice de sa cause et l’injustice de son frère. Si le chef, si le plus fort, juge en sa faveur, le frère appelé devant l’arbitre est obligé de céder, et cela par une considération décisive : c’est que la résistance serait inutile, et qu’elle lui attirerait des maux beaucoup plus considérables que n’est la perte de la chose contestée.

§ 69

Le père a grand intérêt d’empêcher ses enfants de se battre, de peur que quelqu’un d’eux soit blessé mortellement dans le combat ; et heureusement il le peut par la supériorité de sa force et par la crainte qu’ils ont de la punition dont il les a menacés. D’un autre côté les enfants sont trop heureux d’avoir un pareil arbitre, d’avoir une pareille loi prohibitive de toute violence, et d’être sensibles à la crainte salutaire d’une punition suffisante et inévitable ; car sans cela la contestation ferait naître la résistance, la résistance ferait naître la colère, de la colère naîtrait le combat et dans le combat les combattants risqueraient de perdre la vie pour une chose qui ne mérite pas d’être acquise par la moindre blessure.

§ 70

Tels sont les commencements, tels sont les premiers rudiments de l’Arbitrage : tout simple, tout grossier qu’est cet Arbitrage naturel, on ne laisse pas d’y remarquer déjà les principaux caractères de l’Arbitrage conventionnel ou artificiel. 1o L’effet en est utile à l’arbitre. 2o Il est encore plus avantageux à ceux dont les différends sont terminés par cette voie. 3o L’arbitre est suffisamment intéressé à empêcher la voie de la violence qui est infiniment pernicieuse aux contestants. 4o L’arbitre est suffisamment puissant pour faire exécuter ses jugements. 5o La punition de celui qui pourrait être tenté de résister à la force de l’Arbitrage est suffisante ; c’est-à-dire, que d’un côté elle lui paraît inévitable, et de l’autre beaucoup plus considérable que la valeur de la chose contestée et que le mal que cause le dépit que l’on a de voir son ennemi triomphant et le chagrin d’être regardé comme un chicaneur qui soutient opiniâtrement des prétentions odieuses et manifestement injustes.

II. CONSIDÉRATION
Avantages du commerce sous l’Arbitrage naturel

§ 71

Supposons présentement qu’un frère de ce chef de famille, de ce patriarche américain, ayant établi sa famille dans une cabane voisine, soit mort en laissant des enfants qui se soient mariés avec les enfants du patriarche, et que, vingt ans après, ces seconds chefs de famille, par le mariage de leurs enfants, voient de troisièmes chefs de famille petits-fils du patriarche, et que tous ensemble ils soient vingt-quatre chefs de famille18, qui, ayant chacun leur cabane dans le voisinage les uns des autres, forment un petit village.

§ 72

Il naît souvent des différends entre eux ; mais ils sont tous accoutumés dès leur enfance à ne point user de voie de fait, ni d’aucune violence pour se faire justice eux-mêmes et pour obtenir leurs prétentions ; ils sont accoutumés à porter leurs plaintes, à proposer leurs prétentions à leur arbitre naturel, à respecter ses jugements et à les exécuter sans murmure ; ils ont des différends, ils ont des procès, mais ils n’ont point de guerres les uns contre les autres ; ils ont des haines mais elles sont passagères et ne sont pas mortelles parce qu’ils n’oseraient se battre. Ainsi aux sujets de se haïr, qui passent avec le temps, succèdent les sujets de s’aimer qui naissent du profit réciproque qui leur revient de leur commerce et des secours mutuels qu’ils se prêtent dans leurs besoins ; ils ne vivent pas toujours en concorde, en amitié, sans procès, mais du moins ils vivent sans guerre ; c’est-à-dire, sans user de la voie des armes et de la violence, qui détruirait bientôt tout leur commerce en les détruisant tous successivement les uns par les autres.

§ 73

Je suppose encore que chaque chef de famille a la même autorité sur les membres de sa famille que chacun d’eux aurait si cette famille était dans la solitude, et même que s’il avait besoin de force ou d’exhortation pour en ramener quelqu’un des membres à l’obéissance légitime, le patriarche et les autres chefs viendraient à son secours. Cette supposition n’a rien d’impossible puisqu’il est de l’intérêt de tous les chefs de garder dans leur village la même autorité dans leur famille qu’ils auraient dans la solitude ; les chefs demeurent arbitres chacun entre leurs propres enfants ; mais le patriarche demeure arbitre des différends qui naissent entre ces chefs et des différends qui naissent entre les enfants de différents chefs de famille.

§ 74

À l’ombre de l’autorité de cet Arbitrage naturel, ces vingt-quatre chefs de famille continuent à jouir de tous les avantages du commerce avec les membres de leur famille, comme s’ils étaient chacun dans une cabane éloignée de toutes cabanes, et ils jouissent de plus des avantages du commerce de leur famille avec les vingt-trois autres familles ; outre la société intime et particulière avec les membres de leur famille, ils ont encore une société moins intime et plus générale avec les membres du village que l’on peut regarder comme un petit corps politique naissant, comme une petite monarchie naissante et naturelle, car l’Arbitrage est alors entre les mains d’un seul.

§ 75

J’ai considéré dans l’article précédent les avantages que chaque membre tire du commerce et de la société avec les autres membres de sa famille ; ces mêmes avantages de la société de famille subsistent dans la société de village ; l’une ne fait qu’ajouter à l’autre ; ainsi je n’ai qu’à faire faire attention aux avantages que chaque famille, que chaque chef de famille tire de l’union de ce petit corps politique dont les membres ne demeurent unis que par l’autorité de l’Arbitrage. Voici donc quelques-unes des principales sources de ces avantages.

§ 76

1o Un chef de famille sans voisins tuera un buffle, un cerf à la chasse, par exemple ; la famille n’en pourra manger que la moitié avant que l’autre moitié soit corrompue ; il y en aura donc la moitié de perdue ; au lieu que s’il avait habité dans un village, une autre famille, pour avoir cette moitié de cerf qui a été perdue, lui aurait volontiers donné quelque chose en échange, soit denrée, sois ustensile, soit habillement ; ou bien on lui aurait rendu quelque service. Or n’est-ce pas un grand avantage de pouvoir échanger ce que l’on a de trop et d’inutile contre des choses utiles dont on manque entièrement et dont on n’a pas assez ? À l’échange les deux parties gagnent, et c’est une des principales sources de richesse pour tous ceux qui sont en commerce.

§ 77

2o Il ne servirait de rien à ce chef de famille de retourner le lendemain à la chasse ; ainsi il sera trois jours sans occupation, au lieu qu’étant bon chasseur, s’il avait été habitant d’un village, il aurait chassé tous les jours et aurait par son industrie, par sa peine et par le secours des échanges, employé utilement pour sa famille plus de la moitié de l’année qui lui est inutile. Or n’est-ce pas un grand avantage de pouvoir ainsi ramasser dans la vigueur de son âge de quoi dépenser dans la vieillesse et de quoi enrichir sa famille ? Je dis la même chose du pêcheur, du laboureur, etc. Ces exemples grossiers suffisent pour faire remarquer les premières sources des avantages que procure le commerce.

§ 78

3o Ce chef de famille peut tomber malade d’un exercice trop violent, il peut se blesser en courant, il peut être blessé par quelque bête. Or qui le nourrira dans la solitude, lui, sa femme et ses enfants qui sont encore petits ? Il mourra de faim et de misère, au lieu qu’il n’aurait point de pareil malheur à craindre s’il vivait dans le voisinage de vingt-trois autres chefs de famille, s’il était membre d’un corps politique ; car les autres membres n’étant jamais tous malades, tous blessés en même temps, les sains donnent du secours aux malades, soit par pitié et commisération, soit dans l’espérance d’un secours pareil en pareille occasion, soit en considération de quelque chose de précieux dont il aura fait acquisition et qu’il pourra vendre ou échanger contre ce même secours.

§ 79

4o Il y a beaucoup de choses avantageuses qu’un chef de famille pourrait faire pour mieux chasser, pour mieux pêcher, pour mieux bâtir une maison, etc. s’il était secouru de cinq ou six hommes à la fois ; et tous y gagneraient si chacun d’eux avait successivement pareil secours. Or faute de ce secours mutuel, ces sortes d’avantages sont perdus pour eux tous quand on les suppose sans commerce et sans voisins.

§ 80

5o Un chef de famille dans la solitude ayant perdu sa femme peut mourir en laissant huit ou neuf enfants, dont le plus âgé n’aura que neuf ans. Or qui leur fournira leur subsistance, qui les empêchera de mourir de faim ? Au lieu que dans une société, la compassion qui est naturelle aux hommes, suffira pour déterminer plusieurs des habitants à se charger chacun de nourrir un de ces enfants.

§ 81

6o Si un chef de famille n’a que des garçons, s’il n’a que des filles, et qu’il vive éloigné de toute habitation, privé de tout commerce, il faut que sa famille s’éteigne ; au lieu qu’étant dans la société du moindre village, il aurait le plaisir de marier ses enfants et de voir sa postérité se multiplier. De même, s’il vient à perdre sa femme encore jeune, où en trouvera-t-il une autre ? Au lieu qu’il en trouverait facilement s’il avait des voisins.

§ 82

7o Dans la solitude un chef de famille ne peut goûter l’amitié avec ses égaux. Il a beau avoir de la curiosité, il ne peut rien apprendre de personne, il n’y peut même goûter le plaisir de l’estime et de la distinction entre ses pareils ; ses besoins continuels et pressants le rappellent continuellement à une vie triste et purement animale ; au lieu qu’étant membre d’un corps politique, il peut s’enrichir par son travail et par son industrie ; il peut se faire du loisir pour apprendre ce que les autres ont trouvé ou ce qu’ils ont appris de leurs ancêtres sur les choses qui piquent sa curiosité ; il peut se distinguer agréablement et utilement entre ses pareils par son esprit et par son industrie ; et qui ne sait quelle place tient dans les hommes mêmes les plus grossiers et les plus brutaux, le plaisir de l’estime et de la distinction ?

§ 83

8o Les hommes s’imitent facilement les uns les autres ; ce qu’un vieillard a appris dans un métier en quarante ans d’expérience, un jeune homme peut l’apprendre en peu de temps ; et ce que celui-ci aura appris en quarante autres années de pratique continuelle, son fils à vingt ans pourra l’apprendre en peu de mois ; c’est ainsi qu’un fils peut hériter des connaissances utiles de son père et laisser à son fils une succession encore plus riche de connaissances de même espèce. Mais si ce dernier chef de famille vient à mourir dans la solitude avant que ses enfants soient assez âgés pour être instruits des connaissances dont il a hérité de ses ancêtres et de celles qu’il a lui-même acquises par sa longue expérience, voilà autant de lumières précieuses perdues pour ses enfants ; voilà ces pauvres enfants privés d’un secours très important ; les voilà réduits au même degré d’ignorance où était leur premier père très ignorant ; les voilà obligés d’acquérir pendant la plus longue vie des lumières pour leur conduite, qui n’iront peut-être pas à la dixième partie de celles dont ils ont été privés par la mort prématurée de leur père.

§ 84

Ce malheur est très grand et ils n’y seraient jamais tombés si leur père avait été habitant d’un village, parce qu’il aurait eu la commodité et le loisir d’enseigner aux autres chefs de famille tout ce qu’il avait acquis par son expérience et par ses réflexions et y aurait été porté par l’inclination que chacun a d’acquérir de l’estime et de la distinction entre ses pareils, en leur faisant part des découvertes utiles ; et ses enfants auraient appris toutes les mêmes choses de leurs voisins mêmes qui en auraient été comme les dépositaires.

§ 85

9o Un chef de famille sans voisins est dans la nécessité de savoir quelque chose de tous les métiers qui sont nécessaires pour le garantir de la faim, des maladies, des blessures, du froid, du chaud, de la pluie, etc. Il faut qu’il soit un peu maçon, charpentier, tailleur, cordonnier, chasseur, laboureur, médecin, pêcheur, etc. Or le progrès qu’il peut faire dans ces métiers ne peut être que très petit, parce qu’il n’a qu’une très petite pratique de chacun d’eux, en comparaison de celui qui n’exercerait pendant toute sa vie qu’un de ces métiers.

§ 86

Au lieu que dans la société d’un village, il peut y avoir des chefs de famille uniquement occupés à un seul métier, qui feront par conséquent beaucoup plus de découvertes utiles dans ce métier, que celui qui est distrait par d’autres occupations ; découvertes qui vont au profit de tous les citoyens ; car s’il se trouve quelque invention qui lui fasse faire trois fois plus d’ouvrage en un jour, et un ouvrage trois fois plus durable, il pourra donner alors un ouvrage beaucoup meilleur à trois fois meilleur marché.

§ 87

10o La découverte que ferait dans un métier un chef de famille sans voisins ne serait utile qu’à sa famille, au lieu qu’étant en société avec d’autres chefs de famille, ses inventions seraient bientôt communiquées aux autres qui en profiteront comme il profitera des leurs.

§ 88

La multitude des échanges est une grande source de richesses parmi les hommes : mais si l’on veut y penser on trouvera que c’est le progrès dans les arts et la communicabilité des découvertes qui donnent aux hommes une multitude prodigieuse de choses à échanger. Les gens d’un même métier ont bientôt imité partout ce qu’un d’eux a inventé quelque part pour faire un ouvrage meilleur et à moindres frais ; et comme les découvertes doivent naître les unes des autres, il est certain que plus tôt les découvertes mères seront connues d’un plus grand nombre de personnes, plus tôt les découvertes filles paraîtront au jour.

§ 89

Nous avons démontré qu’il est beaucoup plus avantageux pour le chef et pour les membres d’une famille de demeurer unis que de vivre divisés ; nous avons démontré ensuite qu’un chef de famille conservant la même autorité sur les membres de sa famille, il serait beaucoup plus avantageux pour lui et pour sa famille de devenir membre d’un corps politique, d’avoir des voisins et d’entrer en commerce avec eux, que de vivre en solitude ; mais ces vingt-quatre19 chefs de famille ne sauraient vivre voisins sans différends, et par malheur le patriarche, leur arbitre, n’est pas immortel ; il meurt enfin, et l’Arbitrage naturel meurt avec lui ; et comme ils n’ont plus la voie de l’Arbitrage, il ne leur reste plus pour terminer leurs différends que la voie de la violence. Les voilà donc dans la nécessité, ou de s’éloigner extrêmement les uns des autres pour éviter de se détruire et de rompre ainsi tout commerce, ou de chercher à se combattre avec avantage, les armes à la main, tantôt par surprise, tantôt à force ouverte ; et cette malheureuse occupation durera tandis qu’ils seront voisins, excepté dans les temps de paix ou de trêve, et c’est sur toutes ces choses que nous allons faire les considérations suivantes.

III. CONSIDÉRATION
Il est impossible qu’il ne naisse incessamment des différends entre voisins

§ 90

Voilà nos vingt-quatre chefs de famille voisins et sans aucun Arbitrage. Le patriarche pouvait en établir un pendant sa vie, en accoutumant ou tous les chefs, ou quelques-uns des plus sensés à s’assembler, pour régler à la pluralité des voix les différends des autres ; il pouvait les faire consentir que le plus ancien y présiderait et qu’en cas de partage sa voix serait comptée pour deux ; mais malheureusement il ne s’en est point avisé, et aucun d’eux ne s’avise de proposer aux autres cet Arbitrage conventionnel pour succéder à l’Arbitrage naturel ; ainsi les voilà sans juges, mais non pas sans différends. Ces différends viennent de trois sources principales. 1o Pour les biens à partager. 2o Pour les promesses à exécuter. 3o Pour les torts et les offenses à réparer.

Première source de différends
Biens à partager

§ 91

1o Qu’il soit question entre deux de ces chefs de famille de la possession d’un bien ; par exemple, d’un certain canton plus proche et plus propre pour la chasse, d’un certain espace meilleur pour la pêche, d’une certaine portion de bois plus commode pour bâtir ou pour se chauffer, de certains prés pour le pâturage des animaux non sauvages, de quelques terres plus propres à cultiver, de quelques arbres qui portent des fruits plus agréables, de quelque cabane abandonnée, d’ustensiles, de meubles, d’armes restées après la mort ou la fuite de quelqu’un qui ne laisse point d’enfants ; qu’il soit question de ces mêmes choses à partager entre les enfants. Voilà autant de biens très importants pour ces chefs de famille ; souvent l’un des contestants prétendra posséder un de ces biens tout entier tandis que l’autre y prétendra une part. Il y a même certaines sortes de biens qui sont impartageables et qui ne peuvent être possédés qu’en entier par l’un des prétendants. Telle est une fille que deux rivaux demandent en mariage.

§ 92

2o Si d’autres, sur un bien partageable, conviennent de le partager, l’un prétendra un lot plus grand, l’autre un lot égal et la moitié de ce bien ; il est rare qu’ils conviennent de la proportion dont ils doivent le partager, parce qu’ils ont chacun des principes différents sur lesquels chacun d’eux fonde ses droits : famille plus ou moins nombreuse, différence d’âge, de mérite, de talents utiles aux autres, différence des moyens que chacun peut avoir employé à acquérir ce bien, voisinage de la chose, enfin diverses autres raisons que chacun estime bonnes, souvent à proportion de la vivacité dont il en désire la possession.

§ 93

3o Mais quand dans la spéculation ils seraient convenus du principe, quand ils seraient d’accord sur la proportion de ce partage, soit par moitié, soit sur une autre proportion, il sera encore très difficile qu’ils conviennent parfaitement dans l’exécution, parce qu’il reste souvent plusieurs choses à estimer que chacun estime fort différemment.

Seconde source de différends
Promesses à exécuter

§ 94

1o La source des contestations qui naissent du commerce n’est pas moins féconde ; c’est que le commerce ne se peut pas toujours faire par un échange actuel de denrées contre denrées ; alors il faut nécessairement qu’un des commerçants reçoive sans donner la valeur de ce qu’il reçoit et que l’autre se contente que celui qui reçoit lui promette de lui rendre dans un certain temps, ou la valeur, ou certaine chose en certaine quantité et de certaine qualité : or c’est de l’exécution exacte de ces promesses, que naissent nécessairement un grand nombre de contestations.

§ 95

Le vendeur, le prometteur croient tous deux gagner dans leur échange, dans leur commerce ; car sans cette opinion ils ne feraient aucun marché, et pour l’ordinaire ils y gagnent tous deux ; il est naturel que le vendeur tâche de faire valoir sa marchandise le plus qu’il peut et que le prometteur tâche de faire estimer de son côté le plus qu’il peut ce qu’il promet en échange ; ils cherchent donc mutuellement à se tromper et à profiter ainsi de leur tromperie. De là on peut juger qu’il n’est presque pas possible que les commerçants cherchant incessamment à se tromper, l’un ne parvienne quelquefois à tromper l’autre ; il ne se peut pas faire que l’acheteur qui se croit trompé ne cherche à se dédommager en rendant moins que ce qu’il avait promis, soit en qualité, soit en quantité. S’il n’y a point de témoins de la promesse, il ne conviendra pas de tout ce qu’il a promis ; si le marché est écrit, il fera naître quelque équivoque dans les termes ; enfin il reprochera à l’autre de l’avoir trompé, et de peur de donner du sien, il voudra retenir partie de ce qui appartient au vendeur, procédé d’autant plus offensant, qu’il paraît au vendeur entièrement contre la bonne foi, et contre la première loi du commerce, qui est d’exécuter avec exactitude ce que l’on a promis avec liberté.

§ 96

2o Il peut même arriver que dans un marché les deux commerçants se croient trompés ; alors tous deux chercheront à se dédommager par quelque nouvelle tromperie, ce qui produira un nouveau sujet de contestation. Il arrive même souvent que dans une infinité de marchés qui ne sont pas écrits, celui qui a promis manque de mémoire sur ce qu’il a promis ; il sera de bonne foi dans l’erreur, mais il n’en sera pas moins injuste à l’égard du vendeur, et celui-ci n’en aura pas moins sujet de se plaindre du procédé de son voisin. Le vendeur peut manquer de mémoire, autre source de dispute.

Troisième source de différends
Offenses à réparer

§ 97

1o Il n’est pas possible non plus que parmi des voisins il n’y ait souvent des offenses à réparer. On est tout disposé à offenser ceux qui déplaisent ou qui chagrinent ; c’est qu’ils offensent en quelque sorte les premiers, et on les offense ainsi par une espèce de représailles et de vengeance.

§ 98

2o D’ailleurs il y a des personnes de mauvaise humeur à qui tout déplaît. Qui peut s’empêcher de les offenser, et par conséquent d’en être offensé ?

§ 99

3o Les hommes les plus modérés et les plus patients ont des intervalles où ils sont de mauvaise humeur20 ; il est aisé de leur déplaire et de les offenser. Ainsi il est aisé de les disposer alors à offenser à leur tour ceux dont ils ont été offensés.

§ 100

4o Qui nous estime moins que nous ne nous estimons nous-mêmes et qui nous le témoigne par ses manières ou par ses discours, nous offense un peu ; qui nous estime beaucoup moins nous offense beaucoup, surtout si par ses discours il tend à communiquer aux autres son mépris ou sa haine. Or d’un côté, qui sont ceux qui se rendent justice exacte sur leur propre mérite, et qui sont ceux qui la rendent exactement à tous ceux dont ils parlent ? Voilà donc une source inépuisable d’offenses réciproques.

§ 101

5o L’estime des autres est un bien à partager ; chacun veut en avoir la plus grande partie. On se trouve piqué de voir un autre préféré injustement ; cette préférence est une offense que l’on reçoit, et de la part de celui qui préfère, et même de la part de celui qui est préféré, quoiqu’il ne songe pas à nous offenser. Jalousie d’estime, de réputation : grandes sources d’offenses réciproques.

§ 102

6o Non seulement l’homme veut être estimé des autres, c’est-à-dire distingué et préféré, mais il veut être encore plus aimé que ses compagnons de la personne qu’il aime. C’est un bien où il ne se contente pas souvent d’avoir la meilleure part ; il le veut posséder tout entier et sans partage. Jalousie d’amour, autre grande source d’offenses réciproques.

§ 103

7o Il est impossible que ceux qui rapportent les discours des autres ne les altèrent, ou par malice, ou faute de mémoire, et l’on sait combien des discours injurieux rapportés aux personnes intéressées les offensent.

§ 104

8o Il est si difficile aux hommes de ne point s’offenser qu’il naît tous les jours des sujets de querelle jusques dans leurs jeux.

§ 105

9o Non seulement les chefs de famille ne sauraient s’empêcher de s’offenser souvent les uns les autres ; mais les femmes et les enfants des uns ne sauraient non plus s’empêcher d’offenser les femmes et les enfants des autres ; leurs querelles deviennent bientôt les querelles des chefs par la manière dont chaque offensée conte les faits ; et qui en peut démêler la vérité ? Les domestiques même brouillent souvent les maîtres par les faux rapports qu’ils leur font. Abraham et Loth étaient justes et vivaient en concorde ; leurs domestiques se brouillèrent et les maîtres sentirent bientôt que pour éviter la discorde, pour n’avoir plus rien à partager, et pour n’avoir plus de querelles de domestiques à concilier, ils étaient dans la nécessité de s’éloigner l’un de l’autre et de perdre ainsi les avantages du voisinage parce qu’ils n’avaient point d’arbitrage21.

§ 106

10o Ce qu’il y a de fâcheux dans les offenses réciproques, c’est que les offensés ne gardent pas de mesure dans leurs vengeances ; ainsi les offenses réciproques vont tellement en augmentant qu’elles excitent bientôt la colère et même la fureur si on ne les arrête dans leurs commencements ; et qui les arrêtera sinon la crainte d’une punition inévitable et suffisante ?

§ 107

11o Les différends pour offenses à réparer sont d’autant plus difficiles à accommoder, que l’offenseur ne peut jamais s’imaginer la peine qu’il a causée au degré qu’il l’a causée ; c’est qu’il ne fait que voir ce que l’offensé sent. D’ailleurs, comme il a intérêt de diminuer la réparation qu’il doit faire, il se diminue à lui-même l’offense qu’il a faite, et cette différence qu’il y a entre eux dans la manière de juger de l’offense fait qu’il leur est impossible de jamais convenir sur le plus ou le moins de réparation ; ainsi on peut dire que ces sortes de différends sont encore plus inaccommodables que les autres.

§ 108

12o Le plus grand malheur de la voie de la violence pour obtenir sa prétention, c’est que par cette voie, chacun se faisant des torts, les prétentions et les sujets réciproques de se plaindre se multiplient et s’augmentent infiniment, au lieu que par la voie de l’Arbitrage on ne se fait point de nouveaux torts ; il n’y a que le premier tort à juger et à estimer.

§ 109

13o Ce qui est de certain en toute espèce de contestation, c’est que quoiqu’il arrive quelquefois que deux contestants conviennent et s’accommodent après avoir contesté, il arrive bien plus souvent qu’ils ne conviennent point du tout ; c’est qu’il est difficile que l’un ne demande un peu trop et que l’autre offre assez, et quand il arriverait que l’un des contestants ne demandât précisément que ce qui est juste, il suffit pour former la contestation que celui à qui on demande n’offre pas de donner tout ce qui lui est demandé ; il suffit que des deux il y en ait un qui ne soit pas parfaitement raisonnable, et cela n’est pas rare ; il suffit qu’il se trompe sur sa prétention ; et qui ne sait combien les hommes sont sujets à tomber dans l’erreur et à s’y tenir, surtout lorsqu’ils voient que ce qui tient à cette erreur leur est fort avantageux ?

IV. CONSIDÉRATION
Il est impossible que des différends fréquents et continuels entre voisins qui vivent sans Arbitrage il ne naisse des pillages, des violences, des meurtres et des assassinats qui feront cesser tout commerce et toute société

§ 110

Non seulement il est impossible qu’il ne naisse incessamment des différends entre voisins mais ce qui est bien pis, c’est qu’il est impossible que ces différends ne causent bientôt des meurtres et la dissolution de la société, là où il n’y a point d’Arbitrage suffisant pour empêcher la violence.

§ 111

Si les hommes étaient incapables de colère ou si, dans la colère, ils étaient incapables de se blesser et de se tuer, ils pourraient avoir toute leur vie des différends sans interrompre leur commerce et sans dissoudre les sociétés. C’est un grand mal pour eux d’être par la nature dans la nécessité de ne pouvoir convenir sur les sujets de leurs contestations ; mais comme ils ne se contestent pas tout, ils demeureraient du moins en possession paisible de ce qui ne leur est point contesté, ils demeureraient en société et jouiraient toujours des avantages d’un commerce perpétuel.

§ 112

Mais malheureusement il n’en va pas ainsi ; les hommes sont par leur nature très capables de colère et très sujets à la colère, parce qu’ils sont très aisés à offenser ; dans la contestation, la résistance offense ; l’offensé est porté à se venger par une offense plus grande que celle qu’il a reçue, et de là il arrive nécessairement que le dernier offensé étant le plus offensé cherche aussi à se venger, et que les offenses réciproques allant toujours en croissant, ne sont pas longtemps sans exciter la colère, et même la fureur.

§ 113

Or l’on sait que dans la colère, dans la fureur, l’homme n’est plus capable de garder de mesure avec son ennemi ; il n’est plus capable de voir que ses propres intérêts demanderaient qu’il ne mît personne en colère contre lui par des offenses et qu’il ne mît point les armes à la main de son voisin en les prenant lui-même.

§ 114

Celui qui est dans une grande colère sent une douleur si vive de l’offense qu’il a reçue que pour se délivrer promptement de cette douleur, il n’est rien qu’il ne tente même contre ses plus grands intérêts, en risquant sa propre vie pour tuer son ennemi, qui est le seul remède qu’il imagine pour faire cesser sa propre douleur. Ce sont des accès de folie où les hommes sont sujets, comme ils le sont aux accès de la fièvre.

§ 115

Il est donc impossible que ces vingt-quatre22 chefs de famille n’aient bientôt beaucoup de différends entre eux ; il est impossible que la résistance que trouveront les contestants à la possession d’un bien, à l’exécution d’une promesse, à la réparation d’un tort ou d’une offense, ne les irrite ; il est impossible qu’irrités ils ne cherchent à se venger par une offense plus grande qui, en leur attirant un nouveau mal, redoublera leur colère ; il est impossible qu’en colère ils ne se battent pas et que dans les différents combats quelqu’un ne soit tué.

§ 116

Encore si cette société naissante en était quitte pour une mort, elle pourrait la réparer par la naissance de quelques enfants ; mais par malheur, un mort en attire d’autres. C’est que les enfants du mort étant eux-mêmes fort offensés, songent ordinairement à venger la mort de leur père et à eux se joignent souvent encore les frères et les amis du défunt qui sont irrités de sa mort, ce qui fait alors, non plus une guerre de chef contre chef, mais de chefs contre chefs : et que peut-on imaginer de plus propre pour détruire promptement une petite société ?

§ 117

Mais quand les autres chefs ne prendraient point la querelle du mort, toujours est-il certain qu’il peut arriver à chacun d’eux que la résistance dans leurs contestations les mette en colère et les pousse le lendemain au combat ; ils se détruiront donc en peu de mois et tant qu’il y aura deux habitants dans le village, il pourra y avoir, et il y aura certainement bientôt, contestation, discorde, colère, combat, mort.

§ 118

Le plus faible irrité de l’injustice de son voisin, ou de ce qu’il prend pour injustice, peut dissimuler sa colère ; mais le plus fort n’en est pas plus en sûreté parce que le faible le peut surprendre et l’assassiner dans le bois.

§ 119

Et de là on voit que celui qui a fait une grande offense se trouve dans la terrible nécessité d’être toujours sur ses gardes ; et même pour se délivrer de la crainte continuelle où il vit il est comme forcé de prévenir l’offensé et de le tuer, de peur d’en être prévenu et assassiné.

§ 120

L’offenseur a pourtant un moyen de ne plus craindre l’offensé sans être dans la nécessité de le tuer ; c’est de quitter le village et de se retirer dans une solitude inconnue ; mais c’est toujours quitter la société et la dissolution de la société n’en est pas moins réelle, soit que les membres s’entretuent, soit que, de peur d’être tués par leurs voisins, ils s’éloignent de toute habitation et de tout commerce.

§ 121

On peut donc conclure que des voisins sans arbitrage durable ne sauraient avoir entre eux un commerce durable, que toute société finit bientôt dès que l’Arbitrage est fini, qu’il vaudrait encore mieux vivre dans la solitude et dans une île inaccessible que de vivre dans le voisinage des autres hommes sans Arbitrage ; mais qu’il est beaucoup plus avantageux de vivre voisins, sous la protection, sous la garantie, sous la justice de l’Arbitrage et dans le commerce qu’il maintient, que de vivre dans la solitude et sans aucun commerce avec ses pareils.

V. CONSIDÉRATION
L’Arbitrage empêche les meurtres

§ 122

L’Arbitrage naturel, durant la vie du patriarche, n’empêchait pas les différends, les contestations, les prétentions injustes, il n’empêchait pas même la colère, cela n’est pas possible : mais il empêchait les funestes effets de la colère ; il n’empêchait pas les combats, les pillages, les violences, les blessures et les meurtres ; or si, à la place de cet Arbitrage patriarcal et naturel, on suppose un Arbitrage conventionnel, soit démocratique, composé de tous les chefs de famille, soit aristocratique, composé d’un petit nombre des plus sensés, qui auraient le pouvoir et le soin d’élire à la pluralité et de remplacer ceux qui mourraient, il est évident que cet Arbitrage conventionnel ayant la même autorité, la même attention que l’arbitre naturel avait à défendre toute violence, sous des peines suffisantes, et la même régularité à punir rigoureusement les contrevenants, aurait aussi tous les mêmes effets ; et comme il peut être encore plus parfait, il aurait encore des effets plus salutaires et plus avantageux pour le corps politique.

§ 123

Il est certain que quelque grande que soit la colère d’un homme, quelque violent désir qu’il ait de se venger de son ennemi et de le tuer, il ne l’attaquera point, il ne le tuera point, s’il ne peut pas espérer de lui survivre. Le plus furieux ne se jettera point dans un puits, dans la mer, dans un abîme sans fond pour avoir la satisfaction d’y entraîner celui dont il veut se venger ; et si quelqu’un s’est enfilé23 de l’épée de son ennemi pour le poignarder, c’est qu’il ne croyait pas aller à une mort certaine ; il lui restait quelque espérance de lui survivre ; ou, s’il y a quelque furieux de cette espèce, c’est un entre cent mille et des exceptions si rares ne rendent pas la règle fausse.

§ 124

Or un Arbitrage conventionnel peut, par ses punitions sévères et par divers exemples de sévérité, persuader à tous ceux qui pourraient contrevenir à la loi tu ne tueras point que nul homicide ne pourra éviter la mort ; et cette seule persuasion suffira pour empêcher les meurtres ; s’il y a de même une punition de mort établie pour quiconque pillera la maison de son voisin et si l’on ne peut pas espérer d’éviter la punition, il n’y aura point de pillage, il n’y aura point de crime. Cette seule persuasion suffira pour faire observer la loi : tu ne tueras point, tu ne déroberas point, tu ne pilleras point.

§ 125

Ce qu’il y a d’important dans cet établissement, c’est que les membres du corps politique qui reçoivent un dommage, un tort, une injure, une offense, ne sont point tentés d’user de représailles, tant à cause de la punition attachée à la représaille, que parce que l’offensé a toute liberté de porter ses plaintes à l’Arbitrage ; ainsi les offenses ne sont pas longtemps réciproques et ne vont pas en s’augmentant par la réciprocité ; et par conséquent on n’en vient point aux offenses mortelles ; nul n’attente sur la vie de son ennemi, et nul n’est par conséquent dans la nécessité de prévenir son ennemi, de peur d’en être prévenu.

§ 126

Or l’Arbitrage empêchant seul les funestes effets de la colère, il est évident qu’il empêche seul la dissolution de la société et que les avantages que ces membres tirent du commerce de la société dureront autant que durera l’autorité de l’Arbitrage.

§ 127

On me dira peut-être, que malgré l’établissement de l’Arbitrage, dans nos villes les mieux policées, il ne laisse pas de s’y commettre encore des meurtres par des furieux et des voleurs. Je ne prétends pas qu’il ne se trouve encore des voleurs ; il y aura toujours quelques insensés, quelques furieux ; mais le nombre en diminuera à mesure que la police, en se perfectionnant, trouvera le moyen de leur retrancher toute espérance de cacher leur crime et de vivre impunis. Nous avons, par exemple, à Paris un excellent magistrat en M. d’Argenson, qui par son grand génie et par son extrême vigilance, a déjà diminué de plus de la moitié, le nombre de ces fainéants insensés24. Je suis persuadé même que s’il avait assez d’autorité pour faire des règlements et assez de finances à sa disposition pour faire des établissements nécessaires pour perfectionner ce côté de notre police, le nombre des vols et des voleurs diminuerait encore d’une autre moitié ; et ce qui serait bien plus important, c’est qu’il intéresserait si bien ses officiers subalternes à l’observation de ces règlements, qu’ils s’observeraient pour ainsi dire tous seuls après lui.

§ 128

Au reste, avec cette invention déjà fort perfectionnée, huit cent mille âmes vivent en tranquillité, en toute sûreté, commodément et agréablement dans l’espace d’une lieue carrée25, sans qu’il y ait par an huit habitants tués par des voleurs ou par d’autres habitants ; au lieu que, Paris sans aucune sorte d’arbitrage dans aucun quartier et supposé dans un parfait non Arbitrage, les habitants s’égorgeraient tous les uns les autres en huit jours, et la plus belle ville du monde deviendrait en un instant un champ de bataille affreux tout rempli de cadavres. Voilà précisément la différence entre les effets de l’invention de l’Arbitrage et les effets du non Arbitrage. Direz-vous présentement que c’est peu de chose si, de huit cent mille personnes, l’Arbitrage n’en peut préserver que 799 992 d’une mort violente, quand le non Arbitrage ne donne pas sûreté de la vie seulement à huit, de huit cent mille ?

VI. CONSIDÉRATION
Qualités essentielles de l’Arbitrage conventionnel

§ 129

1o Il est absolument nécessaire que ces vingt-quatre chefs de famille conviennent que chacun d’eux demeurera en possession de ce qu’il possède actuellement de sa cabane, de ses habits, de ses meubles, de ses armes, de sa femme, de ses enfants, de l’autorité qu’il a dans sa famille, de la liberté ou du droit de pêcher, de chasser ; en un mot de tout ce qu’il posséderait s’il n’avait point de voisins.

§ 130

Ils ne veulent pas former de société et vivre dans le voisinage les uns des autres, eux qui peuvent vivre éloignés et sans voisins, pour perdre quelque chose de ce qu’ils possèdent, mais pour avoir quelque chose de plus que ce qu’ils ont déjà : par exemple pour jouir des secours mutuels qu’ils peuvent se rendre et pour jouir de tous les autres avantages du commerce. Il est donc à propos qu’ils conviennent d’abord qu’aucun ne perdra rien de ce qu’il possède déjà.

§ 131

2o Il est absolument nécessaire pour la conservation de leur vie, de leurs biens, de leur liberté, de leurs droits, qu’ils conviennent que dans leurs contestations nul ne prétendra être juge légitime dans sa propre cause ; que dès que la possession de quelque bien, ou nouveau, ou ancien, sera contestée ; dès qu’il s’agira du partage de quelque bien commun comme de la pêche, de la chasse, de terres propres au labourage ou au pâturage, etc. nul ne causera la mort à l’autre pour s’en mettre en possession, mais que le non possesseur ou le dépossédé, au lieu d’user de force et de violence, portera sa plainte à l’Arbitrage, et qu’enfin quiconque fera quelque violence, ou résistera à l’exécution du jugement de l’Arbitrage, sera puni d’une punition suffisante ; c’est-à-dire qui soit telle que le mal qu’elle lui causera soit beaucoup plus grand que le mal que lui causerait la perte de la chose contestée et que le plaisir qu’il aurait tiré de sa vengeance.

§ 132

On ne saurait retenir la colère que dans sa naissance et avant qu’elle soit devenue fureur ; et on ne peut en retenir les mouvements que par des mouvements de crainte d’un mal à venir : or comme ce mal n’est qu’à venir, et qu’il ne fait pas tant d’impression sur l’âme que le mal présent, il faut que le mal représenté soit beaucoup plus grand que le mal présent que souffre celui qui commence à se mettre en colère ; autrement il n’y aurait plus d’équilibre, la balance pencherait du côté de la colère, et l’homme ne serait plus retenu dans le premier des devoirs du citoyen, qui est de n’user jamais de violence contre aucun de ses pareils, comme il ne voudrait pas qu’aucun d’eux en usât contre lui.

§ 133

3o À l’égard de l’exécution des promesses, il est absolument nécessaire de convenir que si celui qui a promis refuse de les exécuter, il y sera contraint par la force de l’Arbitrage, et que s’il allègue des raisons pour s’en dispenser, que la contestation sera alors portée devant les arbitres pour y être décidée.

§ 134

Si le commerce ne se pouvait faire que par l’échange actuel de service contre service, de denrée contre denrée, etc., il est certain qu’il ne se ferait pas parmi les hommes le quart du commerce qui s’y fait et qui s’y peut faire ; et ce serait une prodigieuse perte pour tout le monde. D’un autre côté, s’il ne tient qu’à celui qui a promis de refuser de tenir sa promesse, s’il ne peut pas y être contraint, s’il n’y a point de garant de l’exécution de cette promesse, qui voudra échanger quelque chose de réel contre des paroles, contre un morceau de papier ? Il est donc absolument nécessaire que l’Arbitrage soit le garant commun de toutes les promesses réciproques de tous les membres de la société.

§ 135

4o À l’égard de la réparation des dommages et des offenses, il est absolument nécessaire de convenir, que nul offensé ne se dédommagera par aucune voie de fait et ne se vengera par aucune violence mais qu’il en portera ses plaintes à l’Arbitrage.

§ 136

Il est certain que si les hommes aimaient tous plus la justice que les choses qui leur sont contestées, et qu’ils eussent tous une connaissance parfaite de ce qui est juste, soit sur le partage des biens, soit sur la réparation des torts et des offenses, ils n’auraient point besoin d’arbitre et d’Arbitrage, puisqu’ils n’auraient point de contestations ; s’ils étaient tous équitables, ils observeraient la première règle de l’équité naturelle : Ne faites point à un autre une violence que vous ne voudriez pas recevoir de lui en pareil cas, et cette pratique exacte de la justice rendant le commerce sûr et fréquent, rendrait les hommes incomparablement plus opulents et plus heureux qu’ils ne sont ; mais comme ils n’ont point une connaissance suffisante de ce qui est juste et qu’ils ne savent pas assez combien la pratique de la justice leur serait avantageuse, que fait l’Arbitrage si ce n’est de suppléer par art à ce qui leur manque du côté de la nature ? L’invention de l’Arbitrage leur assure un commerce infiniment avantageux malgré l’ignorance où ils sont de ce qu’ils doivent et le grand penchant qu’ils ont de la nature à désirer et à faire, non des injustices, mais des choses qui sont effectivement injustes quand ils en attendent un grand plaisir présent parce qu’ils n’en prévoient pas les suites fâcheuses pour l’avenir.

§ 137

5o Il est absolument nécessaire qu’ils conviennent de moyens suffisants pour donner à l’Arbitrage un intérêt et un désir suffisant de rendre ses jugements, de les faire exécuter et de faire souffrir les punitions à ceux qui contreviennent aux lois.

§ 138

On voit que les arbitres seraient inutiles s’ils ne voulaient ni juger ni faire exécuter leurs jugements, ni faire observer les lois nécessaires pour la conservation des biens et de la vie des membres de la société.

§ 139

6o Il est absolument nécessaire qu’ils conviennent de moyens suffisants pour donner à l’Arbitrage une force suffisante pour faire exécuter les lois générales et ses jugements particuliers.

§ 140

L’épée n’est pas moins nécessaire à la justice que la balance26. Les lois, les jugements, quelque sages, quelque équitables qu’ils fussent, seraient inutiles si l’Arbitrage n’avait pas la force de les faire exécuter ; il faut absolument faire en sorte que nul ne puisse être tenté de résister à la force de l’Arbitrage ; et il ne sera point tenté d’y résister s’il fait deux réflexions : la première : qu’il tenterait inutilement la résistance, puisque la force de l’Arbitrage est infiniment supérieure à la sienne ; la seconde : qu’outre la perte de la chose contestée, il souffrirait infailliblement la punition attachée par la loi à la résistance ; et il fera certainement ces deux réflexions, s’il a pleine connaissance : 1o de la convention ou du jugement de l’Arbitrage ; 2o du pouvoir et du vouloir des arbitres ; 3o de la punition inévitable attachée à la résistance.

§ 141

7o Il est absolument nécessaire que tous ces chefs de famille conviennent que ce qui sera réglé et décidé par le plus grand nombre d’entre eux, pour la sûreté et la conservation des biens et de la vie de chacun des membres et pour leur avantage commun, sera observé de tous, jusqu’à ce que le plus grand nombre fasse quelque changement au règlement ou à la loi.

§ 142

Nulle société ne peut subsister sans quelques règlements de police. Ces règlements sont donc absolument nécessaires ; mais d’un autre côté, on ne pourrait presque jamais en faire aucun si on attendait à les faire que tous les chefs de famille fussent du même avis ; et cependant il y a des choses pressées. Il est vrai qu’il y a un inconvénient : c’est qu’à cause des bornes de l’esprit humain, il n’est presque pas possible que la pluralité ne soit quelquefois, quoique plus rarement, pour le moins bon parti ; mais le temps et l’expérience venant au secours, on se désabuse par son propre intérêt ; et alors la pluralité désabusée peut facilement changer le règlement, soit en l’abolissant, soit en le reformant.

§ 143

Qu’est-ce que les lois dans leur origine, entre ces chefs de famille, entre les chefs de nation ? Ce sont des articles proposés, examinés, que les parties intéressées sont convenues d’observer et de faire observer, parce qu’ils ont cru qu’à tout prendre, il leur était plus avantageux d’en convenir que de n’en pas convenir.

§ 144

On voit que les parties intéressées peuvent ainsi par leurs conventions donner force de loi à tous les articles qui dérivent du droit des gens, et que pour diminuer tous les jours le nombre des contestations il est de leur intérêt de travailler sans cesse à décider par des articles clairs le plus grand nombre de cas qu’il leur est possible.

§ 145

Voilà dans ces sept articles le plan en gros de la fameuse invention de l’Arbitrage conventionnel ; le voilà tel à peu près qu’il s’est présenté à l’esprit du premier de tous les sages, soit patriarche et monarque d’un village, soit simple membre de ce village ; mais enfin ce plan a été imaginé ou tout ensemble par quelqu’un ou par morceaux et en différents temps par différents hommes ; car enfin nous le voyons exécuté par toute la terre ; et il n’aurait pas été exécuté s’il n’avait été imaginé par quelqu’un et agréé par d’autres ; il n’y a aucune société, si grossière qu’elle soit parmi les sauvages, qui n’ait au moins un Arbitrage grossier, et tel qu’il peut maintenir cette société et rendre entre ses membres le commerce permanent et se garantir des insultes des voisins non associés.

§ 146

Que la première idée d’Arbitrage conventionnel ait été proposée à deux contestants égaux en force et en courage, qu’ils l’aient goûtée, qu’ils aient préféré ainsi de risquer plutôt de perdre la chose contestée par le jugement des arbitres, que de perdre et la chose contestée et la vie dans le combat, que cette idée se soit ensuite perfectionnée peu à peu de siècle en siècle, que dans quelque contrée quelqu’un ait établi l’Arbitrage par la force, il n’importe de l’origine de cet établissement27 ; il nous suffit qu’il existe depuis longtemps, et il ne s’agit pas tant de l’établir parmi les hommes et entre les chefs de villes et de villages que de le perfectionner encore davantage en lui donnant encore plus d’étendue ; c’est-à-dire en l’établissant enfin entre les nations mêmes et entre les chefs des nations.

§ 147

Il peut bien être que cette invention si salutaire fût trouvée, ou en même temps, ou en différents siècles, en différentes parties du monde : mais quand elle n’aurait été trouvée que par un seul sage, il était impossible qu’elle ne se perfectionnât avec le temps, et de siècle en siècle, par la multiplication des membres de cette première société, et par les lumières et les expériences successives des plus sensés ; il était impossible que les autres chefs de famille écartés, vivant en non Arbitrage, voyant et éprouvant les grands avantages des chefs de famille vivant en Arbitrage, ne fussent portés à se joindre à leur société.

§ 148

Si quelques familles se sont détachées de cette première société pour aller habiter un pays plus fertile et plus commode, ils n’auront pas oublié d’établir d’abord parmi eux un Arbitrage comme la base de la société naissante ; de même, si par quelque intérêt particulier cette société devenue fort grande et fort étendue s’était divisée en plusieurs parties, chacune de ces nouvelles sociétés n’aurait pas manqué de conserver l’Arbitrage pour tenir tous les membres unis ; ainsi pour faire passer cette invention par toute la terre, il suffit que quelqu’un l’ait trouvée et l’ait établie dans un seul endroit.

VII. CONSIDÉRATION
Tout Arbitrage permanent est fondé sur une première convention

§ 149

Je comprends bien, m’a-t-on dit, que l’invention de l’Arbitrage est infiniment avantageuse au genre humain ; mais les hommes ne sont point assez sages pour convenir d’une chose si avantageuse ; il faut qu’elle ait été établie par la crainte ; il faut que l’inventeur ait été en même temps supérieur en force ; il faut qu’il en ait commandé l’établissement : la persuasion n’aurait jamais suffi pour le faire agréer de gens aussi grossiers et aussi féroces que les premiers chefs de famille. Or qui sera le supérieur qui commandera aux chefs de nations d’Europe de former entre eux un Arbitrage ?

§ 150

1o Je n’appelle pas Arbitrage permanent un Arbitrage qui ne peut durer que pendant la vie d’un arbitre.

§ 151

2o Quand notre patriarche aurait désigné quelqu’un de ses enfants ou de ses petits-enfants pour lui succéder en sa qualité d’arbitre au village, quand tous les membres auraient de son vivant promis obéissance au successeur désigné, cette désignation serait inutile, si après la mort du patriarche ils ne convenaient tous de lui obéir comme ils faisaient au patriarche. C’est que l’autorité que le patriarche avait acquise par son âge, par son expérience, par sa qualité de père commun, par l’opinion que ses descendants avaient conçue de ses lumières, de sa prudence, de l’égalité de son affection, et par conséquent de sa grande équité dans ses jugements, tout cela ne se résigne point et ne se peut résigner.

§ 152

3o D’ailleurs il n’est presque pas possible que parmi les vingt-quatre chefs il n’y en ait plusieurs qui s’estimeront autant et même plus que celui qui aurait été désigné ; ceux-ci par jalousie révolteront les autres et demanderont que l’on prenne au moins les voix, et que celui qui aura le plus de voix soit élu arbitre du village ; peut-être proposeront-ils que les différends soient jugés par tous les chefs assemblés et que les affaires communes des membres y soient de même décidées à la pluralité. Or quelque parti dont ils conviennent, soit élection d’un seul pour arbitre, soit qu’ils conviennent que l’autorité de l’Arbitrage demeurera à l’assemblée et que tout s’y décidera à la pluralité, c’est toujours une première convention de pareils et non une obéissance d’inférieurs à un supérieur.

§ 153

4o Si ces chefs de famille conviennent de se soumettre dans leurs différends au jugement du vingt-quatrième, ce n’est pas qu’ils aient aucune crainte de son ressentiment s’ils ne faisaient pas une pareille convention ; il n’est supérieur en force à aucun d’eux ; et tous ensemble ils sont, étant unis, infiniment plus forts que lui ; mais c’est qu’ils voient évidemment qu’il y a pour eux un plus grand mal à craindre s’ils ne le choisissent pas comme arbitre que s’ils le choisissent ; c’est qu’ils voient que sans arbitrage les biens du plus juste et du meilleur citoyen sont à la discrétion du plus injuste et du plus méchant ; c’est qu’ils ont à craindre que dans leurs contestations la résistance ne les fasse mettre assez en colère pour se battre et pour exercer les uns contre les autres des violences qui iront bientôt à leur destruction totale ; ainsi c’est leur intérêt particulier qui est l’unique motif de leur convention, qui est l’unique fondement de l’autorité qu’ils donnent à leur arbitre.

§ 154

Je ne prétends pas qu’il n’y ait pas eu dans tous les temps des conquérants qui ont tiré leur autorité sur les peuples conquis, non d’une convention, mais de leurs armes, et que pouvant sans injustice leur ôter la liberté, les biens et la vie même, comme à leurs ennemis, ils les leur ont laissés comme à leurs sujets ; mais ce que je prétends, c’est qu’il y a eu aussi dans tous les temps des Arbitrages conventionnels, tels ont été les premières petites démocraties, les premières petites aristocraties, et entre les premières petites monarchies, celles qui ont tiré leur origine de quelque convention, et cela me suffit pour satisfaire à l’objection.

§ 155

Il demeure donc constant que l’établissement du premier de tous les Arbitrages permanents qui aient été sur la terre n’a point été fait par l’autorité de quelqu’un qui lui seul fût supérieur en force à tous les autres ; cet Arbitrage n’a point été forcé, il a été concerté, convenu entre pareils qui ont été persuadés l’un après l’autre de sa grande utilité ; il demeure constant qu’il a été fondé sur une première convention, et que ç’a été un véritable Arbitrage conventionnel.

§ 156

Ainsi il demeure également constant que pour établir en Europe un Arbitrage entre les souverains, il n’est point absolument nécessaire qu’il soit commandé par le plus puissant d’entre eux ; il suffit que chacun d’eux puisse un jour être persuadé du grand avantage qu’il retirerait de cet établissement.

§ 157

Or si quelque sage est parvenu autrefois à faire goûter à des chefs de famille grossiers et peu éclairés l’établissement d’un Arbitrage, comme beaucoup plus avantageux que le non Arbitrage, pourquoi ne pourrait-on pas espérer que quelque prince sage parviendra un jour à faire goûter un pareil établissement aux autres souverains ses pareils qui sont incomparablement plus éclairés que ces premiers citoyens du monde.

VIII. CONSIDÉRATION
L’Arbitrage est très avantageux, même au plus fort

§ 158

Je conviens, m’a-t-on dit, que les plus faibles et les moins courageux d’entre ces chefs de famille gagnent beaucoup à un établissement où ce n’est plus ni la force, ni le courage des contestants qui décident des contestations ; mais il n’en est pas de même du plus fort ; au lieu d’y gagner il y perd, puisqu’il risque de perdre la chose contestée par le jugement de l’Arbitrage, au lieu qu’il l’aurait sûrement emportée par la supériorité de ses forces : pour répondre à cette objection, j’ai cru que je devais prouver la proposition qui fait le sujet de cette considération.

§ 159

Si le plus fort était dans tous les temps de sa vie le plus fort ;

§ 160

Si le plus faible ne pouvait jamais le surprendre endormi et désarmé, ou l’attaquer et le blesser par derrière ;

§ 161

Si plusieurs faibles, offensés du procédé hautain du plus fort, ne pouvaient pas s’unir contre lui, si unis ils n’étaient pas de beaucoup plus forts que lui, s’ils ne pouvaient pas l’attaquer tous ensemble avec succès et le tuer, soit par surprise, soit à force ouverte ;

§ 162

S’il n’avait à craindre de ses ennemis, que d’être obligé de leur rendre ce qu’il leur aurait enlevé de force quand il a eu des différends avec eux séparément ;

§ 163

S’il n’était pas de son intérêt de procurer du bonheur à sa femme et à ses enfants ; s’il ne désirait pas de trouver des moyens pour leur conservation, et pour la conservation de leurs biens après sa mort ;

§ 164

S’il pouvait se flatter de jouir, sans Arbitrage, de tous les avantages qu’apporte le commerce permanent et qui sont expliqués dans la seconde considération ;

§ 165

Si tout cela, dis-je, était vrai, il serait vrai aussi que l’établissement d’un Arbitrage ne serait pas avantageux au plus fort ; mais comme c’est le contraire qui est vrai, il est vrai aussi que cet établissement lui est, à tout considérer, à tout compenser, très avantageux.

§ 166

1o Il est constant, que comme dans son enfance et dans sa jeunesse il n’était pas le plus fort, il lui aurait été alors très avantageux que tout ne fût pas décidé par la force. De même il peut tomber malade, il peut être blessé, il peut devenir vieux ; sera-t-il alors le plus fort ? Et ne lui serait-il pas alors très avantageux, s’il a offensé quelques-uns de ses voisins, s’il leur a enlevé quelque chose par force, s’il s’est fait des ennemis par sa conduite hautaine et impérieuse, qu’il y eût un Arbitrage établi, afin de n’être pas exposé à la discrétion de ceux qui sont alors plus forts que lui, et surtout s’ils sont ses ennemis ?

§ 167

2o Il est certain qu’il peut être surpris endormi par un ennemi qui aura su dissimuler son ressentiment et lui ôter toute défiance ; il peut en être attaqué par derrière étant désarmé ; ne lui serait-il pas alors très avantageux qu’il y eût un Arbitrage qui le mît à couvert d’être tué par surprise, en établissant la punition des meurtriers et des assassins ?

§ 168

S’il regarde toujours tous ses voisins comme ses ennemis, il est dans la plus misérable condition où il puisse être, puisqu’il a à craindre d’être assassiné tous les jours et qu’il se trouve dans la malheureuse nécessité de les tuer tous ou de s’en aller éprouver tous les malheurs de la solitude, s’il veut se mettre en sûreté de n’être tué par aucun.

§ 169

3o Il est certain qu’il n’est pas possible que celui qui se sent le plus fort ayant plusieurs contestations avec plusieurs de ses voisins, ne les décide par les menaces, et qu’il n’ait par conséquent avec eux des procédés hautains, impérieux, brusques, et fort offensants ; il n’est donc pas possible qu’il ne se fasse plusieurs ennemis, qui, cherchant tous à se venger, peuvent facilement unir leurs forces pour en tirer une vengeance commune. D’un autre côté, il est certain qu’il y va de leur vie, si, après l’avoir beaucoup offensé, ils le laissent en vie, puisqu’il se vengerait d’eux tous à son tour en les attaquant et les tuant séparément.

§ 170

Il est donc visible qu’il ne peut user dans la décision de ses différends de l’avantage que lui donne la supériorité de sa force sans se faire beaucoup d’ennemis, et qu’il ne peut point se faire beaucoup d’ennemis et se mettre à couvert de leur haine mortelle et de leur cruelle vengeance sans l’autorité d’un arbitre : donc l’Arbitrage est très avantageux, même au plus fort.

§ 171

4o Il est bien certain que ses ennemis unis ne se contenteraient pas de reprendre par supériorité de force, pendant leur union, ce qu’il aurait enlevé à chacun d’eux séparément par la même supériorité de force pendant leur non union ; c’est que, comme nous avons dit, il serait très dangereux pour eux de l’offenser et de lui laisser le pouvoir de se venger en lui laissant la vie ; ainsi il perdrait beaucoup plus qu’il ne leur aurait enlevé.

§ 172

5o Il est certain, par les considérations 3o et 4o que sans Arbitrage permanent il ne peut pas y avoir de société permanente, de commerce permanent : ainsi il est évident qu’un homme a beau être le plus fort de ses voisins, ils ne sauraient subsister voisins sans Arbitrage ; ils seront bientôt dans la nécessité ou de se fuir les uns les autres, ou de s’entre-égorger ; ainsi le plus fort, comme le plus faible ne pourra jouir des avantages du commerce et retombera dans toutes les horreurs de la vie solitaire.

§ 173

Il résulte donc de tout ceci que l’Arbitrage, loin d’être désavantageux au plus fort, lui est au contraire très avantageux, ce qui était à démontrer.

IX. CONSIDÉRATION
Les chefs de famille voisins, sans Arbitrage, sont dans une beaucoup plus grande dépendance, que s’ils vivaient en Arbitrage

§ 174

Craindre, avoir à craindre quelque mal, quelques maux, de la mauvaise volonté de quelqu’un, de quelques-uns, c’est en dépendre.

§ 175

Espérer, avoir à espérer du bien de la bonne volonté de quelqu’un, de quelques-uns, c’est aussi en dépendre ; on ne dépend que de ceux dont on a du mal à craindre, du bien à espérer, et l’on en dépend à proportion qu’il y a plus ou moins à en craindre et plus ou moins à en espérer.

§ 176

Comme la dépendance qui naît de l’espérance est beaucoup moindre, et que ceux à qui j’ai à répondre et dont je vais éclaircir les difficultés, n’ont en vue que la dépendance qui naît de la crainte, je ne parlerai dans ma réponse que de cette dernière espèce de dépendance dont il est question dans leur objection.

§ 177

Outre la dépendance où l’on est à l’égard des personnes, il faut encore faire attention à la dépendance où l’on est à l’égard des choses ; mais je ne parle point ici de cette dernière dépendance. Il est vrai que ces chefs de famille ont fort à craindre le grand froid, le chaud excessif, le manque d’habits et d’habitation, la disette des aliments, etc. les infirmités dans la vieillesse, les maladies dans tous les âges ; il est vrai qu’ils sentent cette espèce de dépendance, mais je ne la considère ici qu’autant que, par la volonté des autres hommes, ces chefs de famille peuvent être plus ou moins exposés à ces incommodités.

§ 178

On peut avoir sujet de craindre des maux de la part de quelqu’un sans les craindre en effet ; souvent les enfants, les fous, les stupides, les ignorants, les imprudents ne craignent rien de la part de quelqu’un, quoiqu’ils aient réellement beaucoup de sujet de le craindre ; leur dépendance est très réelle, quoiqu’ils ne la sentent pas ; et c’est proprement de cette dépendance réelle, soit sentie, soit non sentie, que je parle dans cette considération.

§ 179

La dépendance peut paraître ou plus grande ou plus petite qu’elle n’est en effet ; je ne parle ici que du degré réel et véritable de la dépendance réelle ; mon but est de faire sentir la dépendance du non Arbitrage, et la dépendance de l’Arbitrage, précisément aussi grandes qu’elles sont en effet.

§ 180

La dépendance où l’on est de quelqu’un est d’autant plus grande que les maux que l’on a à en craindre sont en plus grand nombre, plus grands, plus proches, et que d’un côté il est poussé à nous les causer par de plus grands motifs, et retenu de l’autre par de moindres craintes.

§ 181

Nous avons vu qu’il est impossible que ces chefs de famille vivent dans le voisinage les uns des autres sans avoir incessamment des contestations ensemble ; qu’il est impossible que les contestations n’excitent la colère ; qu’il est impossible que la colère ne cause des violences ; qu’il est impossible que l’offensé ne cherche à se vanter avec le plus de sûreté qu’il peut des violences qu’il a souffertes ; qu’il est impossible enfin qu’il ne se trouve dans la terrible nécessité de prévenir et d’assassiner son ennemi, c’est-à-dire celui qu’il a vivement offensé, de peur d’en être prévenu et assassiné lui-même.

§ 182

Les plus grands maux qu’ils aient à craindre, c’est la perte des biens et la perte de la vie.

§ 183

Les motifs les plus forts qui puissent pousser les hommes à causer ces maux aux autres, c’est la colère, le désir de la vengeance, la crainte d’être bientôt prévenu et assassiné, l’espérance de profiter des dépouilles de son ennemi ; et ce sont ces mêmes motifs qui pousseront ces chefs de famille à se causer ces grands maux les uns aux autres à mesure qu’ils seront offensés.

§ 184

D’un autre côté, ce qui peut le retenir dans la colère, qui est la crainte que quelqu’un ne prenne vengeance de la mort qu’il donnerait à son ennemi, n’est pas un frein si grand que s’il avait encore à craindre que tous les associés ne poursuivissent cette vengeance, eux qui auraient une force très supérieure à la sienne, et suffisamment intéressée à venger la mort qu’il aurait causée à son ennemi.

§ 185

N’est-il pas visible que tous ces voisins sont incessamment offenseurs et offensés, c’est-à-dire ennemis mortels les uns des autres, et qu’étant tous poussés fortement à se détruire, et n’étant point, ou presque point, retenus par la crainte que les vivants ne prennent vengeance de la mort qu’ils auraient causée à quelques-uns, ils ont les plus grands maux à craindre les uns des autres, c’est-à-dire qu’ils sont les uns à l’égard des autres dans la plus grande dépendance où ils puissent jamais être ?

§ 186

Au lieu que, s’ils vivaient sous la protection d’un Arbitrage permanent, l’offensé aurait plusieurs motifs de moins pour tuer son ennemi : 1o il ne craindrait plus d’en être prévenu et d’en être tué, parce que chacun serait certain que l’Arbitrage mettrait à mort le meurtrier, l’assassin ; 2o il ne pourrait point espérer de s’enrichir des dépouilles de son ennemi ; 3o le désir de la vengeance serait même affaibli, en ce qu’il serait sûr que l’Arbitrage lui ferait faire réparation, sans qu’il se mît en aucun danger en la poursuivant. Il est vrai que cette réparation ne serait pas proportionnée à son ressentiment ; mais au moins y gagnerait-il en ce que lorsqu’il serait offenseur, il serait sûr de n’être pas traité au gré et selon le ressentiment de l’offensé ; et il serait alors trop heureux que l’Arbitrage suivît la maxime d’une équité sensée. Traitez celui qui vous a offensé comme vous voudriez en être traité si vous étiez à sa place et qu’il fût à la vôtre.

§ 187

Enfin dans l’Arbitrage, non seulement les motifs de détruire son voisin seraient moindres ; mais le frein qui peut empêcher les meurtres réciproques serait bien plus fort ; c’est qu’outre la crainte que l’assassin aurait de la vengeance qu’en pourraient rendre les enfants, les proches, les amis de l’assassiné, il aurait encore à craindre la vengeance publique qui serait bien plus à craindre pour lui que la vengeance particulière.

§ 188

Mais, dira-t-on, il est vrai que dans le non Arbitrage ces voisins sont dans une terrible dépendance les uns des autres à cause des offenses réciproques qu’il leur est impossible d’éviter ; mais aussi dans l’Arbitrage ils sont dans une autre sorte de dépendance ; à cela je réponds que la différence est grande entre ces deux sortes de dépendances, et c’est cette différence qui doit déterminer tout homme tant soit peu sensé à opter entre ces deux sortes d’états.

§ 189

Nous avons vu que la dépendance de celui dont on dépend était d’autant plus grande que les maux qu’il pourrait nous causer étaient plus grands et qu’il était plus poussé à nous les causer ; or l’Arbitrage ne veut causer aucun mal à quiconque n’en veut causer à personne, et empêche même, autant qu’il peut, par ses lois et par ses punitions, qu’aucun membre n’en reçoive ; donc la dépendance de l’état d’Arbitrage est infiniment moindre ; mais voyons la chose plus en détail.

§ 190

1o Dans l’Arbitrage chacun est sûr de conserver les biens qu’il possède et ceux qu’il pourra acquérir par son industrie, par son travail, ou par quelque heureuse rencontre. L’Arbitrage ne peut point lui ôter rien de ses biens parce que l’Arbitrage est établi pour conserver tranquillement chacun dans ses biens, et pour empêcher les invasions réciproques. L’Arbitrage est une convention faite pour l’intérêt de chacun des associés : or un point important pour l’intérêt commun, c’est que chacun puisse avoir une véritable propriété de ses biens.

§ 191

C’est un grand avantage pour chacun des membres qu’il y ait des lois, c’est-à-dire des règles pour pouvoir discerner ce qui appartient à l’un et ce qui appartient à l’autre, et, dans les choses douteuses, qu’il y ait un Arbitrage qui se règle dans ses jugements par l’intérêt commun ou par le plus grand intérêt des membres ; au lieu que dans le non Arbitrage nul ne peut compter sur la propriété d’aucun bien, parce que le voisin offensé peut s’en emparer, ou à force ouverte, ou par surprise, pour se dédommager du tort qu’il croit avoir souffert, ou pour se venger de l’offense qu’il a reçue ; ainsi chacun est dans la dépendance l’un de l’autre, pour sa cabane, pour ses meubles, pour ses habits, pour ses aliments mêmes, etc.

§ 192

2o Dans la nécessité d’être jugé dans les contestations, ou par des arbitres désintéressés, ou par la partie même intéressée, ne vaut-il pas incomparablement mieux dépendre du jugement des uns que du jugement de l’autre ?

§ 193

3o Dans la nécessité de réparer les torts qu’on a causés, les offenses que l’on a faites, ne vaut-il pas incomparablement mieux dépendre du jugement d’un arbitre qui n’a point été offensé, et qui n’a point de ressentiment, que du jugement de l’offensé qui voudrait souvent assouvir son ressentiment par une cruelle vengeance ?

§ 194

4o Chacun peut enlever la femme, la fille de son voisin, sans avoir à craindre d’autre vengeance que celle que peut prendre ce voisin ; ou bien il peut commencer par tuer ce voisin pour exécuter son enlèvement avec plus de facilité et pour n’avoir plus de vengeance à craindre de la part du mari ou du père.

§ 195

Au lieu que dans l’Arbitrage aucun membre n’aurait à craindre l’enlèvement de sa femme ou de ses filles parce que le ravisseur ne pourrait que très difficilement échapper à la vengeance qu’en tirerait l’Arbitrage qui veille pour la conservation de toutes les femmes et de tous les enfants.

§ 196

5o La plus grande de toutes les dépendances, c’est de dépendre pour sa vie de la volonté d’un ennemi mortel, d’un homme vivement offensé ; or on a vu que dans le non Arbitrage chacun de ces chefs serait offensé et offenseur, qu’ils seraient par conséquent presque toujours ennemis mortels.

§ 197

Au lieu que dans l’Arbitrage ils auraient beau être ennemis, toute violence leur étant interdite pour leur avantage commun, ils seraient en sûreté réciproque pour leur vie ; ainsi leur vie ne dépendrait plus l’un de l’autre : ils seraient donc, par l’Arbitrage, délivrés de la plus terrible de toutes les dépendances.

§ 198

6o Dans le non Arbitrage un chef de famille doit d’autant plus craindre ses ennemis qu’il a plus de biens dont ils peuvent profiter par sa mort : il est d’autant plus en danger pour sa vie que sa femme, que ses filles sont belles et aimables.

§ 199

Au lieu que dans l’Arbitrage celui qui a plus de biens à conserver est également en sûreté sous la protection de l’Arbitrage que celui qui a très peu à perdre.

§ 200

7o Dans l’état de guerre, ou de non Arbitrage, chaque chef de famille, chaque chef de nation, ne peut avoir de sûreté entière ou suffisante de sa conservation, que par la destruction entière de son voisin, qui est son ennemi. D’un autre côté, s’il détruit tous ses voisins, avec qui aura-t-il commerce ? Par qui sera-t-il protégé contre ses domestiques ? Ainsi dépendance de tous côtés ; au lieu que dans l’état d’Arbitrage n’ayant plus ses voisins pour ennemis, il les a pour protecteurs, il les a pour commerçants utiles ; ainsi loin d’avoir à désirer leur affaiblissement et leur pauvreté, il a à désirer qu’ils soient plus riches pour profiter davantage de leurs richesses par le commerce ; il a à désirer qu’ils deviennent tous les jours plus puissants pour en être lui et sa postérité plus protégés dans les temps de la faiblesse de sa maison. Plus on a de protection de ses amis et de ses pareils, moins on est dans la dépendance de ses ennemis, soit inférieurs soit supérieurs.

§ 201

De sorte que le juste, le prudent, le pacifique, l’homme de bien, le sage est protégé par l’Arbitrage sans ressentir aucune peine de sa dépendance ; l’injuste même, le fou, le turbulent, le scélérat y gagne encore, et sa dépendance y est moindre que dans le non Arbitrage ; il a tous ses voisins pour ennemis, et se trouve à leur discrétion, au lieu que dans l’Arbitrage il n’est pas même à la discrétion de ses ennemis ; nul n’ose lui faire de violence, il faut qu’il soit jugé dans les formes par l’Arbitrage, et souvent il n’est condamné qu’à une prison pour un temps, au lieu que dans le non Arbitrage il aurait été mis à mort dix fois s’il avait eu dix vies à perdre.

§ 202

Je conclus donc que dans le non Arbitrage les motifs de ces chefs de famille, pour se faire beaucoup de mal, sont beaucoup plus grands et en plus grand nombre que le frein pour dompter la colère, et pour en empêcher les funestes effets, que ce frein, dis-je, qui est la crainte de la punition, ou plutôt de la représaille, est beaucoup plus faible ; que ces voisins ont par conséquent incomparablement plus à craindre les uns des autres dans le non Arbitrage, et qu’ainsi ils sont les uns à l’égard des autres dans une dépendance incomparablement plus grande et plus fâcheuse que celle où ils seraient dans l’Arbitrage, et c’est ce qu’il fallait démontrer.

X. CONSIDÉRATION
Les chefs de famille voisins sont réellement beaucoup moins indépendants dans le non Arbitrage, qu’ils ne le seraient dans l’Arbitrage

§ 203

Cette proposition est dans le fond la même que la proposition précédente ; car enfin, comme il n’y a que Dieu qui à proprement parler soit indépendant, et que les hommes, par les maux qu’ils peuvent craindre, et par les biens qu’ils peuvent attendre les uns des autres, sont tous dans une grande dépendance les uns à l’égard des autres ; on peut dire que celui-là est le moins indépendant qui est dans la plus grande dépendance de ses voisins, et que le plus indépendant est proprement celui qui est dans la moindre dépendance de ses voisins et de ses pareils, et par conséquent, que ce qui est prouvé pour la dépendance est également prouvé pour l’indépendance.

§ 204

Cependant, parce qu’il a plu aux poètes, aux déclamateurs et aux autres espèces de flatteurs, de donner de fausses idées de l’indépendance, il est à propos d’éclaircir la signification de ce mot afin de dissiper des objections qui ne viennent que des équivoques.

§ 205

Il est bien certain que ces chefs de famille, tant qu’ils vivent voisins en non Arbitrage et sans aucunes conventions qui leur servent de lois, sont indépendants des arbitres et des lois qu’ils n’ont point ; il est bien certain qu’ils n’ont rien à craindre, ni de la force de l’Arbitrage, ni des protecteurs des lois, puisqu’il n’y en a point encore parmi eux : en peut-on conclure qu’ils sont parfaitement indépendants ? Au contraire, de ce qu’ils sont indépendants de toutes lois, de toutes conventions, de tout Arbitrage, il est évident que l’on peut en tirer cette conclusion : donc ils sont d’autant plus dépendants de leurs voisins. C’est que n’étant ni les uns ni les autres protégés pour leur vie, pour leur famille et pour leurs biens, par aucun Arbitrage, ils ont infiniment plus à craindre les uns des autres que s’ils s’étaient mis dans la dépendance d’un Arbitrage ami, pour se délivrer de la dépendance où ils étaient de leurs ennemis.

§ 206

Et au fond, qu’est-ce que dépendre d’un Arbitrage ? C’est dépendre d’une société qui n’a d’autres vues que de diminuer les craintes et les autres maux des associés et d’augmenter leur sûreté, leur liberté et leurs autres biens, qui ne songe dans ses jugements qu’à rendre justice à chacun, et qui veille incessamment pour empêcher toute violence, tout pillage, tout meurtre entre voisins et citoyens.

§ 207

Qu’est-ce au contraire que dépendre de ses voisins, sans Arbitrage ? C’est dépendre d’autant d’ennemis qui n’ont en vue que de nous ôter nos biens pour s’enrichir et de nous ôter la vie, soit pour se venger, soit pour se mettre à couvert de notre vengeance ; c’est dépendre de gens qui ne sauraient trouver de sûreté pour leur conservation, que dans notre totale destruction.

§ 208

Je sais bien que celui qui voudrait vivre sans voisins, dans une île inaccessible, serait indépendant, et d’Arbitrage et de voisins ; mais il tomberait dans la plus affreuse de toutes les dépendances, pour les besoins de la vie, et se trouverait tous les jours en danger de mourir de faim, de froid, de maladie, ou dévoré la nuit par les bêtes féroces : l’homme est donc forcé de vivre dans quelque espèce de dépendance ; or la plus légère de toutes les dépendances, c’est celle où l’on est dépendant des bonnes lois, et d’un Arbitrage vivant, qui puisse et qui veuille les faire observer ; la dépendance est même d’autant plus petite, que les lois sont meilleures et bien observées, puisque les bonnes lois ne sont que des conventions faites dans la vue d’augmenter notre sûreté et nos biens, et par conséquent notre liberté, de diminuer nos craintes, nos dangers, nos assujettissements et nos autres maux.

§ 209

Il est vrai que les lois contraignent les méchants, les turbulents, les scélérats ; mais eux-mêmes seraient bien plus dépendants et bien plus contraints si les lois ne retenaient point la colère, la défiance et la vengeance de leurs ennemis. Il est vrai encore qu’il arrivera quelquefois qu’une loi fera un tort d’un écu par an à un de ces chefs ; mais elle procurera dix écus par an à chacun des vingt-trois autres chefs, et il arrivera qu’une autre loi lui fera gagner dix écus, tandis qu’un des vingt-trois autres sera seul à y perdre un écu ; ainsi à tout prendre, celui qui perd quelque chose à l’établissement d’une loi, y gagne cent fois davantage par l’établissement des autres lois : on peut donc dire que les lois ne sont que des moyens de diminuer de plus en plus la dépendance de ceux qui s’y soumettent.

§ 210

Il n’est donc pas difficile de voir que les chefs de famille voisins sont réellement beaucoup moins indépendants dans le non Arbitrage, qu’ils ne le seraient dans l’Arbitrage, et c’est ce qui était à démontrer.

XI. CONSIDÉRATION
Les chefs de famille en non Arbitrage, ont moins de liberté qu’ils n’en auraient en Arbitrage

§ 211

Par le mot de liberté j’entends ici, l’exemption de contrainte, le pouvoir que quelqu’un a de faire quelque chose qui lui plaît, sans opposition, et sans avoir à en craindre les suites de la part de ses voisins.

§ 212

De là on voit que plus il peut faire de ces choses qui lui plaisent, sans opposition, sans avoir à en craindre les suites, c’est-à-dire sans offenser personne, plus il a de liberté.

§ 213

1o Il est vrai que dans l’Arbitrage nul n’a la liberté d’offenser personne, puisqu’il ne le peut sans avoir à en craindre les suites, c’est-à-dire sans craindre la réparation qui sera jugée par l’Arbitrage ; mais dans le non Arbitrage il n’a pas plus de liberté d’offenser quelqu’un, puisqu’il aurait à en craindre la vengeance de l’offensé, avec cette différence essentielle, que dans l’Arbitrage il aurait moins à craindre, puisque la réparation serait proportionnée à l’offense, au lieu que dans le non Arbitrage l’offensé étant en colère, et juge dans sa propre cause, la réparation serait sûrement très disproportionnée à l’offense.

§ 214

2o Il y a des offenses dont on ne connaît point les auteurs ; or dans l’Arbitrage on ne punit point sans preuves suffisantes ; ainsi l’innocent ne souffre point, ou souffre rarement pour le coupable, au lieu que dans le non Arbitrage l’offensé étant juge dans sa propre cause, se contente de ses soupçons, et se venge injustement sur un innocent ; ainsi l’innocent a plus à craindre la calomnie dans le non Arbitrage que dans l’Arbitrage.

§ 215

3o Dans l’état de non Arbitrage les voisins n’ayant point de commerce sont tous pauvres, au lieu que dans l’Arbitrage les voisins s’enrichissent mutuellement par leur commerce perpétuel ; ainsi ils ont plus de temps à passer à ce qui leur plaît, et plus de moyens de choisir leurs occupations et leurs amusements, plus de pouvoir de voyager commodément ; ils ont une liberté bien plus étendue par les dépenses qu’ils peuvent faire sans offenser personne.

§ 216

4o Dans l’état de non Arbitrage, les voisins étant ennemis sont occupés à se tenir sur leurs gardes et à prendre des précautions les uns contre les autres, ce qui est un terrible assujettissement ; au lieu qu’en Arbitrage, les voisins ayant la protection des lois et de l’Arbitrage, chacun jouit d’une liberté entière d’aller et de venir sans avoir rien à craindre de ses ennemis mêmes, ni pour ses biens, ni pour sa famille, ni pour sa vie.

§ 217

Donc les voisins en non Arbitrage, ont moins de liberté qu’ils n’en auraient s’ils vivaient en Arbitrage ; ce qui était à démontrer.

XII. CONSIDÉRATION
L’Arbitrage entre vingt-quatre chefs de nations voisines diminuerait à proportion autant leur dépendance mutuelle qu’il diminue la dépendance mutuelle des vingt-quatre chefs de familles voisines

§ 218

Après avoir démontré à l’égard des vingt-quatre28 chefs de familles voisines que s’ils demeurent en non Arbitrage ils sont dans la nécessité, ou de cesser d’être voisins, en s’éloignant extrêmement les uns les autres, et de perdre ainsi tous les avantages du commerce ou de devenir ennemis mortels et de s’entre-égorger, en sorte que chacun se trouve obligé de faire tous ses efforts pour assassiner son voisin aujourd’hui de peur d’en être assassiné demain : après avoir démontré que le commerce permanent est extrêmement avantageux, et aux familles et aux chefs de famille, et que sans Arbitrage permanent il n’y a point de commerce permanent ; après avoir démontré que l’Arbitrage est très avantageux, même au plus fort, et que les voisins en non Arbitrage sont dans une dépendance beaucoup plus grande les uns des autres que s’ils étaient en Arbitrage ; il me reste à montrer, que si au lieu de vingt-quatre chefs de familles voisines, nous supposons vingt-quatre villages voisins gouvernés chacun par un patriarche, ces chefs de village seront dans une plus grande dépendance et plus pauvres en non Arbitrage qu’en Arbitrage.

§ 219

1o À l’égard de la pauvreté, il est évident d’un côté, par ce que j’ai dit, qu’il n’y a que le commerce permanent qui puisse produire des richesses et délivrer les hommes de la pauvreté où ils seraient dans la solitude ; et il n’est pas moins évident, de l’autre, que sans Arbitrage permanent ils ne pourraient jamais conserver entre eux un commerce permanent ; ils seraient donc tous beaucoup plus pauvres, soit le chef de village, soit les membres, qui ne pouvant faire commerce avec les villages voisins, seraient contraints de borner leur commerce entre eux.

§ 220

2o Ce commerce intérieur serait bien diminué par l’attention que chaque village serait obligé d’avoir à se tenir sur ses gardes et à se fortifier contre les insultes, les pillages et les invasions de leurs ennemis.

§ 221

3o Si ce chef du village, ce petit roi, pour la peine qu’il prend, et le temps qu’il emploie à juger les différends, à concilier les esprits, à former des lois pour diminuer le nombre des différends, à les faire agréer, et à les faire observer par les membres, à y faire des établissements pour l’instruction et l’éducation de la jeunesse ; si, pour récompenser lui et ses ministres de tous ses soins et de toutes les avances qu’il fait pour le public, chacun lui payait la dîme de sa chasse, de sa pêche, de ses fruits, de son travail, il est évident qu’il augmenterait sa dîme à proportion que ses sujets augmenteraient leurs biens et leurs revenus. Ainsi il serait intéressé à leur ménager, par quelque accord permanent, un commerce extérieur permanent avec les autres villages ; car si par ce commerce leur revenu augmentait d’un quart, sa dîme royale augmenterait aussi d’un quart.

§ 222

4o À l’égard de la dépendance où seraient ces chefs de villages voisins les uns à l’égard des autres, il est certain qu’elle serait beaucoup plus grande en non Arbitrage qu’en Arbitrage ; c’est que la dépendance serait d’autant plus grande qu’ils auraient plus à se craindre ; et ils auraient tous les jours à se craindre comme ennemis mortels qui dans leurs offenses réciproques n’auraient nulle sûreté pour leurs biens, pour leurs femmes, pour leurs enfants, et même pour leur vie, qu’en tâchant de se prévenir et de se détruire ou par surprise ou à force ouverte : or il est évident que sans Arbitrage, pour le moindre tort, pour le moindre sujet de plainte, pour le moindre désir de vengeance, pour la moindre colère, ils seraient tous dans cette malheureuse situation de défiance et de crainte réciproque, de sorte que l’on peut dire que ces vingt-quatre chefs de villages sentiraient à tout moment cette terrible dépendance où ils seraient les uns à l’égard des autres.

§ 223

Au lieu que s’ils étaient tous vingt-quatre convenus, soit tous ensemble, soit séparément et les uns après les autres, que les torts des membres des différents villages seraient réparés, que leurs différends seraient décidés non par la violence et par les armes qui ruinent le commerce des villages et qui causent de nouveaux torts sans réparer les premiers, mais par le jugement à la pluralité des vingt-quatre chefs ou de leurs députés, dans une assemblée perpétuelle ; ils auraient tous sûreté suffisante contre les représailles, contre les pillages, contre les incendies, contre les violences, contre les meurtres ; chacun jouirait paisiblement des biens qu’il possède, et le commerce, soit intérieur, soit extérieur, se conserverait, et même s’augmenterait, par l’utilité des membres et des chefs de ces vingt-quatre petits corps politiques.

§ 224

5o Il y a plus. C’est que si par un article de la convention il était établi que les chefs prêteraient leur secours à celui d’entre eux qui en aurait besoin pour se faire obéir par des rebelles et pour conserver l’autorité suprême dans sa maison, chacun de ces chefs aurait une sûreté suffisante, et pour la tranquillité de son petit État, et pour la durée de sa maison sur son petit trône.

§ 225

6o Nous avons supposé que ces vingt-quatre villages n’étaient composés chacun que de vingt-quatre chefs de famille ; mais si nous supposons des bourgs composés d’un nombre de chefs dix fois plus grand, et qu’il y ait un chef à chacun de ces vingt-quatre bourgs voisins composés de vingt-quatre chefs de famille, la proposition ne changera point ; il est vrai qu’il sera plus difficile qu’un bourg détruise entièrement un autre bourg, et qu’un village détruira moins facilement un village entier qu’une famille ne détruira une autre famille entière, à cause que plus le nombre de ceux qu’on attaque est grand, plus ceux qui sont attaqués ont de facilité à fuir et à s’échapper, et même à se défendre en fuyant ; mais il n’est pas moins vrai que ces chefs de bourgs voisins sans Arbitrage, seront beaucoup plus dépendants de leurs pareils et de leurs voisins, et qu’ils seront beaucoup plus pauvres ou beaucoup moins riches que s’ils vivaient tous en Arbitrage sous une police générale les uns avec les autres.

§ 226

7o Que si au lieu de vingt-quatre bourgs composés de 240 familles, nous supposons vingt-quatre villes voisines composées chacune de 2 400 familles, c’est-à-dire de dix fois plus d’habitants, la proposition sur la diminution de la dépendance mutuelle ne change point ; elle sera toujours également vraie pour les chefs de ces villes, et pour chaque bourgeois, qu’elle l’est pour les vingt-quatre chefs de famille et pour chaque membre de ces familles.

§ 227

8o Et si au lieu de vingt-quatre chefs de villes nous supposons vingt-quatre chefs de royaumes voisins, qui contiennent chacun vingt-quatre de ces villes, chaque ville accompagnée de vingt-quatre de ces bourgs, chaque bourg accompagné et environné de vingt-quatre de ces villages, on trouvera que la proposition ne changera point, et que ces vingt-quatre grands rois sont beaucoup moins riches et beaucoup plus dépendants de leurs voisins et de leurs sujets ; ou si l’on veut, beaucoup moins indépendants en demeurant dans le non Arbitrage, que s’ils étaient tous convenus de dépendre d’un Arbitrage général et de vivre sous une police générale, pour se délivrer d’une dépendance mutuelle.

§ 228

9o Il y a même sur cela une considération décisive, c’est qu’ils ne dépendraient jamais de l’Arbitrage que pour ce qui serait en contestation : or leurs anciens biens, leur famille, leur vie, ne seraient jamais en contestation ; au lieu que dans le non Arbitrage le vainqueur n’ayant rien qui l’arrête, le vaincu peut être dépouillé de tous ses biens, de sa famille, et perdre la vie pour une contestation de peu d’importance, ou pour n’avoir pas voulu faire la réparation qui était demandée et qui était peu de chose en comparaison de tout ce qu’il a risqué et de ce qu’il perd. Le vainqueur est poussé en même temps par la vengeance et par l’avarice, et a toujours des prétextes suffisants de justice, de perdre son ennemi pour profiter de ses dépouilles et pour avoir sûreté entière de sa propre conservation.

§ 229

Quelque différence qu’il y ait pour la grandeur et pour l’étendue de sa domination entre ces vingt-quatre chefs de familles voisines, et les vingt-quatre chefs de villages entre les vingt-quatre chefs de villages ou de bourgs, et les vingt-quatre chefs de nations voisines : comme d’un côté les voisins sont proportionnés aux voisins en force, et que de l’autre l’avidité du bien, la vengeance, l’impatience, la colère, la haine, la crainte, la défiance, sont précisément les mêmes passions dans les uns que dans les autres, il s’ensuit nécessairement que la proportion de la dépendance mutuelle où sont les chefs des nations à l’égard de leurs pareils en non Arbitrage, est précisément la même que celle des chefs de famille à l’égard de leurs pareils, en pareil non Arbitrage, et que s’il est clair comme le jour que la dépendance de ceux-ci a beaucoup diminué par l’établissement de l’Arbitrage, la dépendance de ceux-là diminuerait aussi beaucoup par un semblable établissement, et c’est ce qui était à démontrer.

§ 230

Il me reste encore à faire cinq observations29. La première, qu’avant l’Arbitrage les traités les plus solennels sont aussi peu solides entre ces chefs de villages qu’ils le sont entre nos chefs de nations ; la raison est que celui qui veut se dispenser de tenir sa promesse, peut espérer l’impunité de son manque de parole.

§ 231

La seconde, que les traités d’alliances ou de ligues particulières pour la conservation réciproque des alliés avant l’établissement de la ligue générale ou de l’Arbitrage général, étaient aussi peu solides entre ces chefs de famille, qu’ils le sont aujourd’hui entre nos chefs de nations ; c’est que chacun, sûr d’être protégé par la ligue contraire, peut espérer de se détacher impunément de sa première ligue ; et que la ligue est très défectueuse jusqu’à ce qu’elle soit parvenue à être générale, ou si grande, qu’aucun des alliés ne puisse jamais espérer de pouvoir la quitter impunément.

§ 232

La troisième, que s’il y avait deux chefs de villages, deux chefs de bourgs plus puissants que leurs pareils, il serait naturel que les plus faibles tâchassent d’entretenir entre ces deux plus puissants une haine irréconciliable et une espèce d’équilibre de puissance, en sorte que l’un ne pût pas assujettir l’autre et se fortifier de la ruine du vaincu, de peur qu’étant devenu trop puissant il ne lui prît envie d’assujettir les vingt-deux autres ; mais on voit en même temps, que le système d’équilibre n’empêcherait pas plus la guerre, et ne maintiendrait pas plus le commerce entre ces vingt-quatre chefs de village, qu’il empêche l’une et qu’il maintient l’autre entre nos vingt-quatre principaux chefs de nations d’Europe.

§ 233

La quatrième, c’est que comme ces vingt-quatre chefs de villages ou de bourgs ne pouvaient pas en formant leur premier Arbitrage, prévoir la centième partie des avantages qu’eux et leur postérité en devaient tirer dans le premier siècle de leur société, et qu’ils pouvaient beaucoup moins prévoir tous les autres avantages qui en pouvaient naître en quarante ou cinquante siècles, de même les vingt-quatre principaux souverains, quelque effort que fasse leur esprit, quelque liberté qu’ils donnent à leur imagination, ne pourront jamais prévoir la centième partie des avantages qu’eux et leur postérité en tireront seulement dans le premier siècle.

§ 234

Enfin la cinquième observation, c’est que des chefs de familles, des chefs de bourgades, des chefs de nations, ne sauraient vivre voisins en non Arbitrage, sans vivre dans la plus grande dépendance où ils puissent être les uns à l’égard des autres ; qu’il vaudrait beaucoup mieux pour eux vivre dans une île inaccessible que de vivre voisins en non Arbitrage ; mais qu’il vaudrait beaucoup mieux pour eux vivre voisins en Arbitrage, que de vivre chacun dans une île inaccessible.

§ 235

Les réflexions précédentes montrent avec évidence, d’un côté les malheurs, et surtout la grande dépendance mutuelle que doit causer le non Arbitrage aux chefs de nations comme aux chefs de famille, et de l’autre elles font voir les avantages et surtout la diminution de dépendance que leur procurerait l’Arbitrage.

§ 236

Telles sont les considérations préliminaires que j’ai cru nécessaires pour répondre avec plus de facilité et avec plus de solidité aux cinq articles de l’objection.

Réponse au premier article
Diminution de liberté

§ 237

1o Chacun de ces vingt-quatre chefs de famille voisins, chacun de ces vingt-quatre chefs de villages, chacun de ces vingt-quatre chefs de bourgs voisins, avant la convention d’un Arbitrage permanent, peuvent dire avec le même fondement que le czar, qu’il est libre, qu’il lui est permis de faire à l’égard de ses voisins tout ce qu’il juge nécessaire pour sa conservation, pour la conservation de sa famille et des biens qu’il possède, et pour le recouvrement et la possession de ceux qu’il juge avoir droit de posséder ; qu’ainsi s’il juge qu’il lui est important pour cela de détruire son voisin, il lui est libre, il lui est permis de le tuer, et de profiter de ses dépouilles : car enfin étant en non Arbitrage, quelle loi, quel arbitre peut lui rien défendre ? Cependant ce chef de famille, loin de se soucier d’une pareille liberté, d’une liberté aussi grande et aussi étendue contre son voisin que celle qu’a le czar contre le sien, choisit de vivre en société permanente, choisissant de se soumettre à un Arbitrage permanent et d’en dépendre ; ils renoncent tous à cette prétendue prérogative ; sont-ils tous extravagants ?

§ 238

2o Je conviens que cette liberté de piller, d’envahir, de se venger selon toute l’étendue de son ressentiment, ferait un grand avantage pour ce chef de famille, pour ce chef de nation, pour le czar en non Arbitrage avec ses voisins, si tous ses voisins n’avaient pas pareille liberté de le surprendre, de le détruire, soit pour profiter de ses dépouilles, soit pour se délivrer de la crainte d’en être prévenus. Or comme il a bien plus de maux à craindre de cette prétendue liberté qu’ils ont tous d’agir contre lui, selon toute l’étendue de leur ressentiment et de leur avidité, qu’il n’a de biens à espérer de la même liberté qu’il a d’agir contre eux, il est évident, ce me semble, qu’il est beaucoup plus avantageux au czar, comme au chef de famille, en signant un traité d’Arbitrage, de renoncer à cette liberté de surprendre ses voisins, de les piller et de les détruire, pourvu qu’ils renoncent tous en même temps pour toujours, par ce traité, à la liberté qu’ils ont de le surprendre, de le piller, de le détruire, et de détruire ses enfants et sa postérité.

§ 239

3o Nous avons montré que celui-là n’a pas véritablement la liberté de faire quelque chose, s’il ne peut la faire sans en craindre les suites : or un chef de famille, un chef de village peut-il s’imaginer qu’il pillera, qu’il tuera son voisin sans avoir à en craindre les suites, soit de la part des parents et des amis qui resteront, soit de la part des voisins qui verront que s’ils ne le préviennent ils en seront bientôt prévenus ? Que sera-ce si, outre cela, ils se croient offensés ? Or il est certain que le czar n’a pas plus de liberté d’envahir les biens de son voisin et de le détruire, que ce chef de village a la liberté de piller et de détruire son voisin ; rien ne lui est permis de ce côté-là que dans le sens qu’il lui est permis, qu’il a la liberté de précipiter quelqu’un en se jetant le premier dans le précipice ; voilà pourtant toute l’objection ; or qu’est-ce qu’une objection qui n’est fondée que sur une équivoque du terme de liberté ?

§ 240

On peut donc dire que si c’est une liberté, le czar ne peut pas avoir une liberté plus pernicieuse pour lui et pour sa maison, que celle qu’il a de détruire ses voisins, puisque ses voisins ont pareille liberté de le détruire lui et sa postérité, soit par surprise, soit en unissant leurs forces pour partager ses dépouilles, et qu’ils auront cette terrible liberté, tant qu’il ne consentira point à se mettre lui et les siens sous la toute-puissante protection de l’Arbitrage.

§ 241

4o Venise est un État qui dans le non Arbitrage a, comme tout autre souverain, la liberté d’attaquer, d’envahir, de surprendre un souverain voisin ; mais, par la même raison, un souverain de ses voisins a la liberté d’attaquer et d’envahir l’État de Venise30 ; n’y aurait-il pas à gagner pour tous qu’aucun d’eux n’eût plus une liberté qui n’est pas véritablement une liberté, une liberté ruineuse, une liberté qui les tient tous assujettis à des précautions très fâcheuses, à de cruelles inquiétudes, et à des dépenses immenses, seulement pour se tenir sur leurs gardes ? Et n’est-ce pas abuser des termes que de prendre un véritable et fâcheux assujettissement pour une liberté précieuse ? Est-ce perdre quelque chose que de se délivrer pour toujours d’une pareille dépense ? Peut-on regarder comme avantage, une situation sujette à de si terribles inconvénients ? Enfin, est-ce diminuer réellement sa liberté que de se tirer pour toujours d’un pareil esclavage ? N’est-ce pas au contraire diminuer sa dépendance, et par conséquent augmenter sa liberté ?

Réponse au second article

§ 242

1o Chacun de ces vingt-quatre chefs de famille, chacun de ces vingt-quatre chefs de village, avant le traité d’Arbitrage, peut dire avec le même fondement que le czar :

§ 243

Je ne suis soumis à aucunes lois ; si je fais des promesses, c’est que je juge qu’il convient alors à mes intérêts de promettre ; mais je ne suis lié par mes paroles, par mes traités, qu’autant que je m’y crois obligé ; par exemple, si je juge que l’on m’a extorqué ces promesses par force, ou que j’ai été trompé dans le traité, ou sur la valeur de ce que je donnais, ou sur la valeur de ce que je recevais ; si je juge que mes voisins à qui j’ai promis ne m’ont pas tenu de leur côté exactement leurs promesses ; si je juge qu’ils ne me rendent pas tout ce que je juge qu’ils me doivent ; si je juge qu’ils se serviraient de l’exécution de mes promesses pour me nuire, pour me détruire ; il m’est permis, je suis le maître, j’ai la liberté de ne le pas exécuter : or après le traité d’Arbitrage je n’aurais plus pareille liberté.

§ 244

Il est certain que chacun de ces vingt-quatre chefs de famille, que chacun de ces vingt-quatre chefs de bourgs, peut tenir un semblable discours ; cependant on voit par l’expérience qu’ils préfèrent la dépendance de l’Arbitrage à cette prétendue liberté ; il faut donc bien qu’ils aient senti qu’ils ne perdraient rien en renonçant à cette liberté, ou que s’ils perdaient quelque chose d’un côté, ils gagnaient de l’autre incomparablement davantage. Il faut bien qu’ils aient jugé qu’il fallait préférer cette sorte de dépendance pour se délivrer d’une autre dépendance incomparablement plus terrible où ils étaient à l’égard de leurs ennemis.

§ 245

2o Je conviens que cette liberté qu’a un souverain de tenir ou de ne pas tenir ses promesses à ses voisins, selon qu’il le juge, ou juste ou conforme à ses intérêts, serait un grand avantage pour lui si tous ses voisins n’avaient pas pareille liberté de se tenir dispensés de lui tenir parole, selon qu’ils le jugent ou juste ou conforme à leurs intérêts ; mais comme ils ont tous pareille liberté à son égard, ce n’est plus un avantage pour lui, ce n’est plus une prérogative.

§ 246

Au contraire, comme il est certain que le commerce serait très borné entre les hommes, s’ils ne pouvaient pas se fier aux promesses les uns des autres, et qu’il n’y a que le commerce qui enrichisse, il est certain aussi qu’il faut, pour entretenir ce commerce, qu’il y ait sûreté suffisante de l’exécution des promesses ; or si chacun des contractants a la liberté d’exécuter ou de ne pas exécuter ses promesses selon sa fantaisie, ou son propre jugement ; il n’y aura nulle exactitude dans cette exécution, et par conséquent, nulle sûreté suffisante, nulle confiance réciproque, et bientôt nul commerce que par la livraison actuelle des choses échangées ; ainsi quiconque voudrait garder cette liberté serait obligé de renoncer au commerce permanent, et par conséquent à un très grand avantage.

§ 247

Je sais bien qu’il peut y avoir des trêves, et par conséquent des commerces passagers entre les nations et les chefs de nations ; mais l’utilité de ces commerces passagers n’est-elle pas elle-même une démonstration que cette utilité serait incomparablement plus grande si le commerce était permanent ? Et il serait permanent si, par un traité d’Arbitrage, les souverains étaient convenus sur l’exécution ou la non exécution des promesses réciproques de s’en rapporter toujours, non à leur jugement particulier qui cause les guerres et l’interruption du commerce, mais au jugement de leurs pareils, qui ferait éviter toute guerre, et qui entretiendrait toujours le commerce.

§ 248

3o Nous avons déjà vu que celui-là n’a pas véritablement la liberté de faire quelque chose, s’il ne peut la faire sans en craindre les suites : or un souverain peut-il manquer à sa parole sur quelque prétexte que ce soit, peut-il se dispenser d’exécuter la promesse qu’il a faite à son voisin sans s’attirer l’indignation de ceux qui sont témoins de cette mauvaise foi ?

§ 249

4o La Hollande est un état en non Arbitrage avec les autres États voisins. Cet État a la liberté d’exécuter ou de ne pas exécuter ses traités avec ses voisins ; mais est-ce un avantage pour cette république, tant que ses voisins ont pareille liberté d’exécuter ou de ne pas exécuter leurs promesses ? Qui est-ce qui osera dire que si cet État renonçait à pareille liberté pour s’en rapporter au jugement de tous ses pairs, de tous les autres souverains d’Europe, à condition que tous ces souverains renonceraient à pareille liberté pour suivre ce jugement ; qui est-ce, dis-je, qui oserait soutenir que les Hollandais y perdraient quelque chose ? Qui ne voit au contraire qu’en demeurant aussi souverains qu’ils le sont, ils gagneraient beaucoup à ce marché, puisqu’ils ne seraient jamais obligés d’entrer en guerre pour faire exécuter aucun article d’aucun traité, et que par ce moyen le cours de la principale source des richesses de leur État, le commerce extérieur, ne serait jamais interrompu ? Or si la république de Hollande ne perd rien en perdant cette liberté chimérique, peut-on dire que le roi de Danemark, que le czar ou tel autre prince, perdît quelque chose en y renonçant ? Peut-on dire même que cette renonciation, qui ne se ferait que sous les conditions que nous avons dites, ne leur serait pas à tous extrêmement avantageuse ? N’est-il pas évident au contraire qu’ils augmenteraient réellement leur liberté en assurant leurs droits ?

§ 250

Voilà de ces difficultés qui ne durent qu’autant que durent les équivoques sur lesquelles elles sont fondées. Voilà de ces avantages qui disparaissent dès que l’on envisage les désavantages qui en sont inséparables.

Réponse au troisième article
Diminution du droit de propriété

§ 251

1o Il n’y a aucun de ces vingt-quatre chefs de famille, il n’y a aucun de ces vingt-quatre chefs de villages, qui, avant la convention d’un Arbitrage permanent, ne puisse dire avec autant de fondement que le czar :

§ 252

Nulle loi ne peut attribuer à aucun de mes voisins aucune propriété d’aucun pays, d’aucune chose à mon préjudice, à mon exclusion ; ainsi j’ai droit sur tous les pays de la terre ; en ce sens-là tout est à moi, à moins que par un traité, par une convention, je n’aie renoncé à mon droit sur quelque pays, sur quelque chose, en faveur de quelqu’un ; comme je ne suis assujetti à aucune loi, il n’y a qu’une pareille renonciation de ma part qui puisse restreindre mes droits et lui donner la propriété de ce pays, de cette chose, à mon exclusion ; et même il n’a de sûreté de cette propriété, qu’autant de temps que je jugerai à propos d’exécuter ma renonciation.

§ 253

Il est bien certain qu’il n’y a aucun de ces vingt-quatre chefs de famille, aucun de ces vingt-quatre petits souverains, chefs de village, ou chefs de bourg, qui ne puisse tenir un semblable discours ; mais pour preuve que ce discours n’a rien de solide, et qu’ils ne font aucun cas d’un pareil droit sur toute la terre qui leur est disputé par tous les hommes qui l’habitent, c’est que ce droit si merveilleux par son étendue, ne les a pas empêchés d’établir entre eux un Arbitrage, une police31 ; ou bien si, en naissant, ils ont trouvé cet Arbitrage tout établi, cette police tout établie, ce magnifique droit ne les a pas empêchés de demeurer sous la protection de l’Arbitrage avec la propriété des biens que l’Arbitrage leur accordait, sans croire avoir rien perdu en renonçant aux biens que les lois attribuaient à d’autres.

§ 254

2o Je conviens que ce droit du czar sur tous les biens, sur tous les pays des autres souverains de l’Europe et du reste de la terre, serait un droit magnifique ; je conviens que ce serait quelque chose de solide et de réel si tous les autres souverains n’avaient pas pareil droit sur tous ses biens et sur tous les pays dont il est en possession ; mais, dès qu’ils ont un droit semblable, son droit sur toute la terre n’est plus qu’un droit chimérique qui ne vaut pas la propriété incontestable et bien assurée du moindre village qui serait dans le voisinage de son État.

§ 255

Il est bien vrai que tant qu’il n’aura point signé de traité d’Arbitrage, il conservera tout son droit contre les autres ; mais comme tous les autres conserveront tout leur droit contre lui, il ne peut avoir aucune propriété assurée et incontestable que fondée sur ses propres forces ; au lieu que, dans l’Arbitrage, cette propriété lui serait assurée, non seulement par ses propres forces, mais encore par toutes les forces de l’Arbitrage et de tous les autres souverains, ce qui opérerait une propriété absolument incommutable pour lui et pour toute sa postérité.

§ 256

Ainsi le czar peut-il jamais regarder comme un avantage un droit qui, tandis qu’il n’y renonce pas, rend la possession de ses États aussi inconstante pour lui et pour sa postérité que la fortune de la guerre est elle-même inconstante ? N’a-t-il pas au contraire un très grand intérêt de renoncer à son droit contre les autres, afin d’obtenir d’eux tous qu’ils renoncent à leurs droits contre lui ?

§ 257

3o N’est-il pas certain que celui-là n’a pas un véritable droit sur un certain bien, s’il ne peut jamais s’en mettre en possession sans en craindre les suites ? Or que le czar veuille exercer son droit sur la Pologne, sur la Turquie, sur la Suède, sur l’Allemagne, il verra s’il n’a pas à en craindre les suites ; il verra si la propriété de la Moscovie même lui est bien assurée.

§ 258

4o La république de Lucques32 peut dire, avec le même fondement que le czar, qu’elle a droit sur tous les États de la terre, et même sur la Moscovie, tant que par un traité d’Arbitrage elle n’a point renoncé à tout droit, à toute prétention sur les États dont ses voisins sont en actuelle possession. Or loin que ce soit un avantage de conserver un pareil droit, n’est-ce pas au contraire un grand désavantage pour elle de n’y avoir pas encore renoncé par un traité d’Arbitrage, puisqu’elle n’aurait pu y renoncer, que tous les États voisins n’eussent renoncé de leur côté par le même traité à tous leurs droits sur les terres de cette république, et que le corps entier de l’Europe, ce corps politique tout puissant, uni par l’Arbitrage, serait garant de l’exécution de cette renonciation réciproque ?

§ 259

Ainsi loin que le czar par une renonciation solennelle aux États de ses voisins diminue son droit de propriété, il l’augmenterait au contraire par la sûreté qu’il acquerrait, pour lui et pour sa postérité, de posséder tranquillement les États dont il est en possession, mais dont la possession pourra toujours lui être disputée à lui et à ses descendants, par ses voisins et par ses sujets mêmes, tant que la police générale de l’Europe ne sera point établie ; or un des fondements de cette police, c’est cette renonciation réciproque de tous les souverains ; il n’a présentement aucune propriété incommutable d’aucune chose, pas même de ce qu’il possède, et il l’aurait parfaite par cet établissement.

Réponse au quatrième article
La force ne serait plus la raison décisive

§ 260

1o Il n’y a aucun de ces chefs de famille, petits souverains dans leur famille, qui avant de se mettre en Arbitrage, ne puisse dire avec le même fondement que le czar, que pour obtenir ses prétentions contre son ennemi, il n’a point de juges à solliciter, qu’il n’a qu’à être le plus fort, qu’il n’a qu’à vaincre à force ouverte ou par surprise. D’où vient cependant qu’aucun chef de famille ne tient de pareils propos ? C’est qu’il a senti que la société avec ses voisins, avec ses pareils, valait mieux que la non société, et qu’il n’y a point de société sans Arbitrage ; c’est qu’il a senti que même pour le plus fort, il vaut infiniment mieux terminer ses différends par l’Arbitrage que par la force, comme nous l’avons montré dans la huitième considération.

§ 261

2o Il est évident qu’à l’égard du plus faible, renoncer au droit de terminer ses différends par la voie de la force, ce n’est pas renoncer à un avantage.

§ 262

3o Il est évident qu’entre deux ennemis égaux en forces, en ruses, s’ils renonçaient au droit de terminer leurs différends par la force, ils ne renonceraient à aucun avantage, puisque par la voie de la force dans les moindres différends il faut risquer une grande dépense, toute sa fortune, tous ses biens, et sa vie même ; au lieu que par la voie de l’Arbitrage chacun ne risque que ce qui fait le différend, que ce qui est en contestation.

§ 263

4o Par la voie de la force chacun doit toujours se tenir sur ses gardes, autant armé que son voisin : or il en coûte beaucoup pour se tenir ainsi sur ses gardes et pour fortifier ses frontières ; au lieu que, par la voie de l’Arbitrage, comme chaque membre est sous la protection du corps, il n’en coûte rien pour se tenir sur ses gardes, puisque l’usurpateur serait forcé de rendre avec intérêt, et qu’il n’y aurait point de violence quand chacun saurait qu’aucune violence ne serait jamais impunie.

§ 264

5o Non seulement il en coûte beaucoup pour se tenir sur ses gardes ; mais l’esprit n’est pas même en repos avec toute cette dépense, parce que chacun étant environné d’ennemis intéressés à sa destruction, chacun peut craindre des surprises, des empoisonnements, des ligues, des révoltes, des conspirations favorisées par les étrangers, toutes choses qui rendent la vie inquiète et agitée et qui font dire qu’il vaudrait mieux être moins riche, moins puissant, avec beaucoup de tranquillité, que d’être si puissant avec tant d’inquiétude. C’est que l’inquiétude est une maladie qui, lorsqu’elle est vive et continuelle, ne permet pas de goûter les richesses et la puissance.

§ 265

6o Les voisins dans le non Arbitrage sont nécessairement obligés d’entrer à la fin, ou même dès le commencement, dans les querelles des autres, de peur de laisser prendre trop de supériorité au victorieux ou à celui qu’on croit le plus fort.

§ 266

7o Il y a une distinction à faire sur le plus fort ; ce plus fort à l’égard d’un voisin plus faible est souvent lui-même le plus faible à l’égard d’un voisin plus fort : or il est visible que, dans cette situation, celui qui n’est le plus fort que relativement doit préférer la voie de l’Arbitrage ; car d’un côté il est bien plus sûr que le plus fort absolument ne le laissera jamais se fortifier aux dépens du plus faible, qu’il n’est sûr que le plus fort absolument ne se fortifie pas aux dépens du plus fort relativement.

§ 267

8o À l’égard du plus fort de tous les voisins, c’est-à-dire de celui qui est absolument le plus fort, il trouverait de même un grand avantage à préférer la voie de l’Arbitrage à la voie de la force ; en voici les raisons : 1o il est certain que les moins forts, pour leur commune sûreté, s’uniront contre lui dès qu’il attaquera quelqu’un des faibles ; et alors, de plus fort qu’il était, il pourra bien devenir le plus faible et perdre non seulement ce qui a fait le sujet de la guerre mais encore toute la dépense de cette guerre. Et qui sait si, devenus supérieurs, ils ne lui ôteront pas la moitié de ses États, tant pour se dédommager de ce qu’il a pris sur eux, que pour s’en fortifier eux-mêmes, et pour n’avoir plus à le craindre comme le plus fort ? 2o Ce plus fort peut devenir vieux, infirme, incapable d’affaires, et tel qu’aucun de ses ministres ni de ses proches ne le craindra presque plus ; la division se mettra entre les grands de son État sur le partage d’autorité : guerres civiles. Alors ce prince sera-t-il le plus fort, et ne lui aurait-il pas été avantageux lors de sa grande force d’avoir contribué à établir l’Arbitrage pour être sûr de passer tranquillement les derniers temps de sa vie, sans avoir rien à craindre des divisions domestiques, ni des révoltes des provinces, ni des conspirations des grands ? 3o Il est impossible que dans sa postérité il n’y ait beaucoup de régences et de minorités ; il est impossible que dans plusieurs de ces régences il n’y ait de grandes divisions parmi les grands, et des guerres civiles dans l’État, où sa maison pourra être bouleversée et anéantie ; ne vaudrait-il pas mieux pour prévenir les grandes maladies qui sont inévitables dans le cours des siècles et qui regardent sa maison comme son État, et pour affermir inébranlablement sa maison sur le trône, qu’il contribuât pendant la supériorité de sa force à établir l’Arbitrage, et qu’il travaillât ainsi à acquérir à sa maison un protecteur suffisamment affectionné, suffisamment puissant, et surtout immortel ? 4o Nous avons dit qu’il n’y a que le commerce qui enrichisse les particuliers et les souverains, que le commerce extérieur augmente extrêmement son revenu ; cependant il ne saurait s’assurer de cette augmentation s’il ne préfère l’Arbitrage, qui est la seule voie de terminer les différends entre voisins sans interrompre leur commerce. 5o Nous avons dit ailleurs qu’un prince sage qui peut prévoir l’avenir, préférera toujours pour sa maison l’avantage de la faire durer sur son trône deux ou trois mille ans, enfin autant de temps qu’il y aura des mâles, que de la faire monter sur le trône de l’Europe pour la voir anéantie par les conspirations domestiques des généraux, des ministres et des favoris, trente ou quarante ans après, comme nous avons démontré ailleurs que cela devait nécessairement arriver de l’extrême ambition des courtisans et de l’impunité attachée à l’usurpateur de l’Empire universel33.

§ 268

Il est donc visible que le czar, supposé qu’il fût le plus puissant souverain de l’Europe ne devrait employer la supériorité de ses forces et de sa puissance présente qu’à procurer l’établissement de l’Arbitrage, comme lui étant à proportion aussi avantageux qu’il l’a été aux premiers chefs de famille de la terre, et qu’il l’est encore à nous autres qui sommes leurs successeurs. Il est visible qu’il doit souhaiter pour lui et pour sa postérité, que la force ne soit pas toujours la raison décisive, à moins qu’elle ne soit unie à la justice qui conserve à chacun ce qui lui appartient.

Réponse au cinquième article
Perte de la supériorité, augmentation de dépendance

§ 269

1o Que l’on y fasse attention et que l’on considère bien la situation de ces vingt-quatre chefs de famille, de ces vingt-quatre chefs de village, avant qu’ils aient fait aucune convention, aucun traité d’Arbitrage, avant qu’ils soient convenus de se soumettre à aucun règlement de police, à aucune loi ; il est évident qu’il n’y a aucun d’eux qui ne puisse dire avec autant de vérité que le czar, qu’il est juge, et seul juge dans sa propre cause et dans toutes ses prétentions, qu’il ne reconnaît aucun supérieur sur la terre, qu’il ne doit compte qu’à Dieu de ses actions, qu’il n’a que Dieu au-dessus de lui, qu’il n’est obligé d’apporter d’autre raison de ses entreprises, de son procédé à l’égard de ses voisins et de ses pareils, sinon, que tel est son plaisir34.

§ 270

Il est certain qu’il peut dire avec le même fondement que le czar, que s’il convenait d’un traité d’Arbitrage permanent, qu’il se donnerait des entraves qui l’empêcheraient d’envahir le bien des autres, qu’ayant des arbitres au dessus de sa tête, il serait forcé de leur obéir, lui qui n’obéit à personne, en un mot qu’il se mettrait ainsi en tutelle, en curatelle, lui qui n’a besoin ni de tuteur ni de curateur.

§ 271

D’où vient donc que tous les premiers chefs de famille, devant être dans ces sentiments, devant tous faire un si grand cas de cette précieuse indépendance qui est si essentielle à leur souveraineté, ne sont pas toujours restés de petits rois voisins, et toujours ennemis mortels les uns des autres ? La raison est sensible : c’est qu’ils ont senti la peine que leur causait la dépendance fâcheuse et très réelle où ils étaient tous les uns à l’égard des autres, dont ils pouvaient se délivrer par une dépendance beaucoup moins fâcheuse d’un Arbitrage permanent.

§ 272

Ils n’ont pas regardé cette prérogative de l’indépendance d’un Arbitrage35, comme un bien, comme une prérogative réelle, mais au contraire comme une prérogative chimérique qui les laissait dans la plus cruelle situation où l’on puisse être avec des voisins, qui est d’être toujours à la veille d’être pillés, brûlés, assassinés les uns par les autres ; et c’est ce qui a fait que jusqu’à la première convention d’un Arbitrage, les hommes ont dû être bien des siècles sans multiplier, puisqu’avant cette salutaire invention tout voisinage était une maladie contagieuse et mortelle qui n’épargnait que les femmes et les enfants, et seulement quand le vainqueur ou l’assassin croyait qu’ils pouvaient lui servir sans pouvoir lui nuire.

§ 273

Enfin il s’est formé une première société sur le fondement d’un premier Arbitrage ; je demande, avaient-ils tort, ces premiers chefs de famille, d’aimer mieux dépendre d’un Arbitrage commun, que de dépendre de la fantaisie, de l’avarice, de l’ambition, de la jalousie, de la colère, de la vengeance les uns des autres ? Avaient-ils tort d’aimer mieux obéir à des arbitres justes et amis que d’obéir à des ennemis fiers, insolents, injustes, cruels ?

§ 274

Avant cette convention, qu’on me dise si ces chefs de famille n’étaient pas les uns à l’égard des autres en même proportion de puissance que les chefs de nation sont les uns à l’égard des autres ; et qu’est-ce que je propose à ceux-ci, sinon d’étendre cette salutaire invention des chefs de famille aux chefs de nation ? Qu’est-ce que je prétends, sinon de faire évanouir à leurs yeux, et aux yeux de tous mes lecteurs, des privilèges, des avantages chimériques du non Arbitrage, pour faire sentir au doigt et à l’œil36, des avantages immenses et très réels de l’Arbitrage ?

§ 275

Qu’on ne m’impute point de proposer une nouveauté ; je ne sais rien dans la société de plus ancien que ce que je propose ; nous sommes nous-mêmes témoins des bons effets que cet art a produits, tout imparfait qu’il est encore parmi nous. Je propose que les souverains en fassent l’expérience seulement vingt ans durant. Que craignent-ils ? Ne seront-ils pas toujours les maîtres, si tous le trouvent plus fâcheux que le non Arbitrage, de rompre tous la société avec la même facilité qu’ils l’ont commencée, s’ils trouvent qu’à tout prendre cet établissement leur est à tous plus désavantageux qu’avantageux ? Qu’ils ne fassent tous qu’une trêve de vingt ans, avec cette seule clause que pendant ce temps-là ils essayeront des avantages d’un Arbitrage de vingt ans pour les différends qui surviendront entre eux dans cet espace.

§ 276

2o Est-il bien vrai que le czar soit seul juge dans ses différends avec ses voisins ? Chacun d’eux ne prétend-il pas de son côté être comme lui seul juge dans sa propre cause ? S’il se croit leur juge, ne se croient-ils pas ses juges ?

§ 277

Est-il bien vrai qu’il ne doit compte à personne de ses actions ? Ses voisins n’en peuvent-ils pas dire autant ? Et n’a-t-il pas lui-même expérimenté qu’il doit compte à ses voisins de ses entreprises ?

§ 278

Est-il bien vrai qu’il n’a et qu’il ne peut jamais avoir aucun supérieur sur la terre ? Il faudrait pour cela qu’il fût invincible ; et n’a-t-il pas expérimenté qu’il ne l’était pas ? Or le vainqueur n’est-il pas un véritable supérieur, et supérieur d’autant plus formidable qu’il est ennemi, qu’il cherche à se venger et à profiter des dépouilles du vaincu ? Au lieu que l’Arbitrage ne serait point un supérieur formidable pour lui, n’étant point son ennemi ; au lieu que l’Arbitrage ne chercherait point à se venger, n’étant point offensé, et que loin de vouloir le dépouiller, et profiter de ses dépouilles, il ne se servirait de sa supériorité que pour lui conserver ses États, et le protéger contre son ennemi ; c’est tout ce que serait la supériorité d’un père à l’égard de ses enfants : or que l’on compare la dépendance où les enfants sont à l’égard de leur père, arbitre de leurs différends, à la dépendance où un vaincu est à l’égard de son ennemi, puissant, avide de biens, irrité, et ne trouvant de sûreté entière pour lui que dans la destruction totale de la famille du vaincu.

§ 279

Est-il bien vrai que le czar n’a d’autres raisons à apporter au Turc, au Suédois, sinon que tel est son plaisir37 ? Les autres ne peuvent-ils pas lui tenir le même langage ? Et qu’est-ce donc qu’une prérogative qui est parfaitement commune à tous les pareils ? N’est-ce pas une prérogative très chimérique ?

§ 280

À l’égard des entraves, quelles entraves lui donnerait l’Arbitrage, qu’il n’ait pas dans le non Arbitrage ? Si le czar veut envahir la Turquie, la Suède, ne trouvera-t-il rien qui l’embarrasse dans son chemin, ne trouvera-t-il nulles entraves à ces entreprises ? Les entraves après tout ne sont dans l’Arbitrage que pour les méchants, que pour les turbulents, que pour les perturbateurs du repos public, pour ceux qui veulent envahir le bien d’autrui : les chefs de nations, surtout dans les temps de faiblesse, ne sont-ils pas trop heureux d’avoir pu trouver le même secret que les premiers chefs de famille, de donner des entraves aux voisins méchants, scélérats, voleurs, usurpateurs ?

§ 281

Dans le non Arbitrage, il y a entraves pour tous les voisins ; les méchants, les injustes n’y sont pas plus en sûreté que les bons, que les justes ; toutes leurs entreprises sont sujettes à opposition : mais tous sont dans la malheureuse nécessité d’être méchants ; au lieu que dans l’Arbitrage, les bons, les justes, ont toute liberté, puisqu’ils ne veulent faire mal à personne, et les méchants sont dans la nécessité d’être bons, ou du moins justes, parce qu’ils ne peuvent plus espérer d’être injustes et heureux, d’être meurtriers, voleurs, et de jouir du fruit de leurs meurtres et de leurs voleries ; le souverain homme de bien n’a nulles entraves qui l’empêchent de s’enrichir innocemment par son travail, par son industrie, c’est-à-dire par son habileté ; il n’y a que le souverain méchant et injuste à qui l’Arbitrage en donne, pour l’empêcher de piller ses voisins gens de bien, et de s’enrichir à leurs dépens, et pour l’empêcher d’être détruit lui-même par ceux qu’il veut dépouiller.

§ 282

Enfin nous venons de démontrer l’avantage immense qu’il y a pour tous les souverains à convenir de renoncer mutuellement à prendre rien par force les uns sur les autres ; nous avons démontré en même temps que ces renonciations mutuelles, que ces prétendues entraves étaient le fondement du plus grand bonheur des souverains : or n’est-ce pas sottise d’appeler du nom odieux d’entraves une convention si sage, si sensée, si utile à tous les intéressés, et si glorieuse pour la raison humaine ?

§ 283

3o Le czar qui a étudié le commerce, a vu de ses yeux, en Hollande et en Angleterre38, que le commerce peut bien plus facilement enrichir un souverain que les conquêtes, et que cinquante millions employés pour faire fleurir le commerce lui rapporteront bien davantage que le succès d’une campagne heureuse ; que ce profit sera bien plus solide, et hors de tout danger ; que la gloire de passer ses pareils en sagesse, en rendant ses peuples opulents et heureux, et sans causer de mal à personne, est bien plus grande que celle qui ne peut s’acquérir sans faire un grand nombre de malheureux et sans causer la mort et la ruine d’une infinité de personnes39.

§ 284

4o Que veut-on dire par se mettre en tutelle, en curatelle ? N’est-ce pas abuser des termes ? Comment peut-on dire que le czar, en se mettant en Arbitrage se mettrait en tutelle, en curatelle ? Dira-t-on que les premiers chefs de famille, en se mettant en Arbitrage, se sont mis en tutelle, en curatelle ? On donne un tuteur à des enfants, un curateur à un imbécile, et on ne les empêche de disposer de leurs biens, que par l’avis d’un homme sage intéressé à leur bonheur ; mais on n’en donne point aux majeurs et à ceux qui ne sont point tombés dans l’imbécillité. Or l’Arbitrage empêchait-il ces premiers chefs de famille de disposer de leurs biens à leur fantaisie ? L’Arbitrage européen empêchera-t-il aucun souverain, ni petit ni grand, de disposer de ses revenus et de ses biens, tout comme il faisait et pouvait faire avant l’établissement de l’Arbitrage ?

§ 285

5o Chaque nation a son Arbitrage ; or notre Arbitrage national nous met-il tous tant que nous sommes de chefs de famille, en tutelle, en curatelle ? Nous ôte-t-il la disposition de nos biens ? Au contraire, c’est sous sa protection que nous avons une plus grande liberté d’en disposer que si nous vivions sans protection et dans l’anarchie.

§ 286

6o Cet Arbitrage national fait plus : il protège les mineurs et les imbéciles, il leur donne des tuteurs, des curateurs, et les protège puissamment contre tous ceux qui voudraient attenter à leurs biens ou à leur vie ; et c’est ce que ferait l’Arbitrage européen à l’égard des rois mineurs et des rois imbéciles ; il leur procurerait une entière sûreté pour leurs personnes, pour leurs biens, et garantirait leurs états de toutes guerres civiles et étrangères : qu’on me dise donc ce que l’on veut dire par ces grands termes de tutelle et de curatelle dont on veut étourdir les sots ; qu’on réponde aux preuves contraires que j’ai données, que dans l’Arbitrage il y aurait plus de véritable liberté pour chaque souverain, que dans le non Arbitrage.

§ 287

7o Loin que le czar en entrant en Arbitrage diminue en rien la libre disposition de ses biens et l’autorité qu’il avait de les gouverner selon son bon plaisir, il l’augmente au contraire considérablement, comme nous l’avons montré ailleurs, en augmentant son autorité dans le gouvernement de ses États, en ce que, sûr désormais du secours tout-puissant de l’Arbitrage européen, il ne craindra plus les révoltes de ses sujets, lorsqu’il voudra faire parmi eux des établissements très utiles pour eux tous, mais dont la grande utilité n’est souvent aperçue que par un petit nombre d’esprits excellents qui ont l’expérience de ces établissements.

§ 288

8o Ces idées d’entraves, de tutelle, de curatelle, font partie de l’idée de dépendance ; or comme nous venons de démontrer qu’il y a dans l’Arbitrage beaucoup moins de dépendance pour les voisins que dans le non Arbitrage ; nous avons démontré en même temps que ce n’était là que des noms odieux que l’on veut faire passer pour de bonnes raisons, et faire peur aux souverains d’une dépendance ou légère ou chimérique pour les empêcher de se délivrer d’une dépendance très réelle et très fâcheuse.

§ 289

9o Qui empêchera la république de Venise, la république de Hollande, et tout autre état républicain, de dire avec le même fondement, et avec autant de vérité que le czar, qu’il est juge, et seul juge dans sa propre cause, qu’il ne reconnaît aucun supérieur sur la terre, qu’il n’a que Dieu au dessus de lui, qu’il ne doit compte qu’à Dieu de ses entreprises, et qu’il n’en doit apporter d’autres raisons, sinon que c’est son bon plaisir ? Ces magnifiques discours délivrent-ils cette république, cet État, du danger où il est d’être attaqué et envahi par ses voisins, et d’être divisé par des guerres domestiques ? Ceux qui gouvernent ces États sentent-ils que cette prétendue prérogative les délivre de toute crainte, de toute dépendance des ennemis qu’ils ont au dehors et au dedans ?

§ 290

10o Peut-on croire que les ministres de ces sages républiques seraient détournés d’entrer en Arbitrage permanent avec leurs voisins par la crainte d’augmenter leur dépendance, de se donner des entraves, par la crainte de mettre la république en tutelle, en curatelle ? Ne voit-on pas au contraire qu’ils seraient portés à entrer dans cet Arbitrage par le désir de diminuer la terrible dépendance où ils seront toujours de leurs ennemis, en se mettant sous la toute-puissante et mutuelle protection de l’Arbitrage, fondée sur la convention de tous les membres, d’employer leurs forces pour la conservation de chacun d’eux contre toute espèce de violence ?

§ 291

11o Que l’on imagine Venise comme un État beaucoup plus puissant lui seul que n’est la France ; cette république ne verra-t-elle pas toujours qu’en entrant dans l’Arbitrage elle n’aurait plus du tout à craindre de la mauvaise volonté de ses voisins et de ses citoyens40 ? Au lieu qu’en demeurant en non Arbitrage, quelque puissante qu’elle fût, elle aurait toujours à en craindre quelque chose, ce qui est, comme nous avons dit, une véritable et fâcheuse dépendance.

§ 292

Il n’est donc pas vrai que le czar perdît rien de sa supériorité par cet établissement. Il l’augmenterait au contraire en diminuant la dépendance où il est à l’égard de ses voisins, et en faisant habilement ses plus zélés défenseurs de ses plus grands ennemis.

§ 293

On peut donc conclure que le seul moyen qu’aient les souverains les plus puissants de diminuer les sujets qu’ils ont de craindre et d’augmenter leur sûreté, c’est-à-dire de diminuer leur dépendance et d’augmenter par conséquent leur indépendance, c’est de faire usage de l’Arbitrage permanent, et de se servir ainsi de la même invention qui forma autrefois la première société permanente entre les premiers chefs de famille, qui d’ennemis mortels les a rendus utiles les uns aux autres, qui a fait naître entre eux la confiance, la sécurité, le commerce, les arts, les sciences, l’abondance, la religion, la justice, la charité, l’estime, l’amitié, l’indulgence, et toutes les qualités et tous les talents qui contribuent à rendre les hommes plus vertueux et plus heureux.

§ 294

N’est-il pas évident que le plus puissant souverain restant dans l’état barbare et insensé de non Arbitrage, dépend beaucoup, c’est-à-dire qu’il a beaucoup à craindre des membres de sa famille, des grands de son royaume, de ses ministres, de ses favoris, des peuples de ses provinces, des esprits séditieux des grandes villes, et de ceux mêmes qui gardent sa personne ? Au lieu que dans la police sage et sensée de l’Arbitrage, vivant sous la protection commune du corps des souverains, il n’aurait jamais rien à craindre d’aucun de ces côtés, et se délivrerait ainsi pour toujours de ces fâcheuses dépendances du dedans.

§ 295

N’est-il pas de même évident que dans le non Arbitrage le plus puissant souverain a autant de juges de ses actions qu’il a de voisins, soit séparés, soit unis, et qu’il en dépend d’autant plus qu’il a à les craindre, qu’il n’a point de contestation sans guerre, qu’il n’a point de guerre où il ne s’agisse de tout pour lui, et que ses juges sont autant d’ennemis vivement intéressés à sa destruction ? Au lieu que dans l’état d’Arbitrage il en dépend à la vérité comme de ses juges, mais comme de ses juges amis, alliés, vivement intéressés à sa conservation, et que cette dépendance du dehors est d’autant plus diminuée : 1o que les sujets de contestation seront désormais beaucoup plus rares et beaucoup moins importants ; 2o que ces juges savent qu’il est leur juge dans leurs différends ; 3o qu’ils sont d’autant plus intéressés à lui rendre justice qu’ils savent qu’ils seront jugés conformément aux mêmes règles qu’ils observeront et aux mêmes principes qu’ils suivront en le jugeant.

§ 296

Or je demande s’il n’est pas évident que ce souverain en signant le traité d’Arbitrage, et diminuant ainsi infiniment sa dépendance du dedans et sa dépendance du dehors, n’augmenterait pas infiniment sa souveraineté et son indépendance.

§ 297

Si je dis que les sujets de contestation sont beaucoup plus rares dans l’Arbitrage que dans le non Arbitrage, c’est que les membres de l’Arbitrage conviennent de règles avec lesquelles il est aisé de discerner le mien du tien ; et ces règles sont d’autant plus invariables et faciles à connaître, qu’elles sont écrites, et qu’elles sont faites sur même poids et sur même mesure, tant pour celui qui demande, que pour celui à qui on demande, au lieu que dans le non Arbitrage les prétendants n’ont aucunes règles écrites pour leur aider à faire ce discernement ; ils n’ont pour règle que leur propre équité, qui est d’autant plus variable qu’elle se sert de mesures et de poids très différents en défendant, de ceux dont elle se sert en demandant.

§ 298

On voit donc que ceux qui font cette objection ne se mettent pas assez à la place du czar ou de tout autre souverain ; la raison, c’est qu’étant eux ou leurs enfants sous la protection de l’Arbitrage de la nation où ils vivent, ils sont à couvert de toutes insultes, de tous pillages, de toutes violences, de tout assassinat de la part de leurs voisins et de leurs pareils, de leurs domestiques et de leurs sujets, en un mot de tous leurs ennemis, soit du dedans, soit du dehors ; ils n’imaginent pas que la condition de czar est fort différente de la leur, et qu’il a à craindre tous ses voisins, et plusieurs grands de son État, comme autant d’ennemis qui ne songent qu’à le surprendre, à se venger de lui, à envahir ses États, à profiter de ses dépouilles, et qu’ils y sont d’autant plus portés, qu’ils regardent souvent sa destruction comme l’unique sûreté qu’ils puissent avoir de leur propre conservation ; ils ne songent pas qu’il a à craindre ses sujets en cent manières différentes ; ils ne songent pas que tous ces sujets de craindre sont autant de véritables dépendances dont ils croient le souverain exempt, parce qu’ils ne les sentent point.

§ 299

On voit enfin que toute la force de cette objection qui embarrassait tant d’esprits ne roulait que sur des équivoques et sur des idées confuses de liberté, de dépendance, d’indépendance, et que quand on a un peu éclairci les termes la difficulté s’évanouit, on la cherche et on ne la trouve plus.

§ 300

Si les inconvénients que l’on propose dans cette objection étaient réels, comment n’auraient-ils pas éloigné Henri IV et vingt autres souverains d’établir entre eux une police générale ? Cependant Henri la propose et les autres l’approuvent ; il faut donc que loin de croire y perdre quelque chose de leurs espérances d’agrandissement, de leur indépendance et de leur liberté, ils aient vu évidemment au contraire qu’ils ne seraient jamais plus libres, plus riches, moins dépendants, et plus à couvert de toute crainte pour eux et pour leur postérité que par une pareille police41.

§ 301

Il est incompréhensible comment cet inconvénient de se mettre en curatelle en se mettant en police, inconvénient terrible qui se présente si facilement à l’esprit de tout le monde, ne s’est point présenté à l’esprit d’Henri le Grand, durant plus de dix ans qu’il a eu continuellement dans la tête le projet de la police européenne42 ; il est incompréhensible comment il n’en a pas vu la réalité, lui qui avait un si grand sens et un si grand intérêt à la chose. Il n’y a à cela qu’une seule réponse pertinente ; c’est qu’il n’a point vu cet inconvénient, parce que ce n’était rien de réel.

§ 302

Et effectivement ce n’est qu’un inconvénient imaginaire qui ne peut venir à l’esprit que de gens, qui, étant protégés par une bonne et puissante police, n’ont rien à craindre ni de leurs voisins, ni de leurs domestiques, ni des membres de leurs familles. Ils n’ont nulle idée juste de la véritable situation de tous ceux qui comme nos souverains sont encore dans l’Impolice43 entre eux. Un bon marchand de Paris, d’Amsterdam, indépendant de ses voisins, tranquille à l’abri des lois et d’une police particulière, voit combien l’on craint les souverains ; mais il ne voit pas combien, faute d’une bonne police générale, ils craignent eux-mêmes, soit de leurs voisins, soit de leurs propres sujets.

§ 303

Ceux qui font l’objection ne sauraient que répondre à l’article d’Henri IV ; l’argument les frappe ; mais pour s’étourdir et pour ne se pas rendre, ils se trouvent réduits à douter du fait ; aussi c’est en partie pour achever de les pousser à bout que j’ai cru à propos de mettre à la fin de ce tome de nouvelles preuves incontestables d’un fait aussi célèbre et aussi important44.

§ 304

Je n’ai plus qu’à répondre à un reproche qu’un homme d’esprit de mes amis m’a fait, et que d’autres me feront apparemment. À quoi bon, m’a-t-il dit, ce grand appareil de considérations, pour répondre à une objection frivole, et qui n’est dans le fond qu’un sophisme fondé sur quelques malheureuses équivoques ? Pourquoi nous faire perdre une heure à voir un combat sérieux contre un fantôme ?

§ 305

Je réponds donc qu’il faut songer qu’un grand nombre de gens d’esprit ne verront la faiblesse de l’objection, qu’ils n’apercevront que ce n’était effectivement qu’un vrai fantôme, qu’après qu’ils auront eu la patience de lire ces considérations, et qu’il y en aura même, qui faute de les relire, douteront encore si le fantôme n’est pas quelque chose de réel.

§ 306

Au reste, loin que ces sortes de reproches me fassent de la peine, je ne demande autre chose, sinon que beaucoup de lecteurs m’en fassent beaucoup de pareils.

§ 307

J’ai hésité si je ne devais point réduire les cinq articles de cette objection sous un seul, qui est de savoir si la dépendance où ces vingt-quatre chefs de famille, ces vingt-quatre chefs de village, ces vingt-quatre chefs de nations qui sont dans le non Arbitrage avec les voisins leurs pareils diminuerait, ou si elle augmenterait par l’établissement d’un Arbitrage permanent entre eux. Il est certain que j’aurais pu démontrer en quatre ou cinq pages aux lecteurs d’un esprit supérieur que ces cinq articles se réduisent effectivement à cette question ; ainsi j’aurais pu leur épargner quatre ou cinq autres pages de réponses où je suis obligé de répéter en divers termes les mêmes principes ; mais j’ai affaire à une grande quantité de lecteurs très importants qui n’ont pas l’esprit supérieur, qui sont extrêmement en garde contre tout ce qui leur paraît nouveau, et qui veulent qu’en leur répondant je réponde à leurs propres termes ; ils ont besoin qu’on leur démêle les équivoques de ces termes, parce que c’est dans ces équivoques que consiste la force de leur objection. Cette considération m’a donc déterminé à ne pas contenter les uns pour mieux contenter les autres ; je n’écris pas pour ceux qui voient comme moi, et mieux que moi ; ils n’ont pas besoin de toutes mes considérations et de toutes mes réponses. J’écris au contraire pour ceux qui ne voient pas comme moi. Ils sont encore en grand nombre ; je suis forcé de les mener par degré à mon point de vue ; et si je veux qu’ils me suivent, c’est à moi à m’accommoder à leurs allures.

SECONDE OBJECTION

§ 308

Vous prétendez établir entre les souverains une concorde que Jésus-Christ n’a pu établir solidement entre les chrétiens même ; ont-ils cessé d’être divisés, ont-ils cessé de se haïr, de se regarder comme ennemis depuis l’établissement du christianisme ? Les particuliers n’ont pas la paix entre eux, et vous voulez la donner aux souverains et la rendre même perpétuelle ; ne voyons-nous pas encore tous les jours des procès entre des ecclésiastiques, entre des religieux, entre des évêques et des chapitres ? Ne voyons-nous pas les communautés religieuses plaider contre d’autres communautés religieuses ? C’est pourtant là l’élite du christianisme et les personnes les plus engagées par une profession particulière à prêcher la paix aux autres et à l’observer eux-mêmes. Les guerres entre les princes, sont-ce autre chose que les procès entre particuliers ? Prétendez-vous changer le cœur humain ? Prétendez-vous faire avec vos raisonnements plus que Jésus-Christ lui-même n’a fait jusqu’ici avec ses saintes lois, avec ses grands miracles, avec ses terribles menaces, avec ses prodigieuses et solides promesses ? Pouvez-vous espérer que des motifs purement humains suffisent pour votre dessein ?

Réponse

§ 309

1o Je ne prétends point changer le cœur humain ; je ne prétends point bannir les différends, les contestations. Au contraire, en supposant que les souverains sont des hommes, il faut nécessairement supposer qu’étant voisins ils auront des différends, et ce n’est même qu’en supposant ces différends que je leur propose la voie de l’Arbitrage pour les terminer ; mais je prétends montrer deux choses : la première, qu’en prenant la voie de l’Arbitrage, ces différends seraient dans la suite en moindre nombre et bien moins importants, et que cette voie serait bien plus commode, bien moins ruineuse et bien moins dangereuse que la voie des armes ; je me borne uniquement à montrer que la voie de la violence que la nature nous donne commune avec les bêtes, ne doit pas être préférée à la voie de l’Arbitrage que nous tenons de la raison qui nous distingue des bêtes.

§ 310

Or il est certain que cette préférence a été donnée à l’Arbitrage dès les premiers commencements de toutes les sociétés que l’on voit sur la terre, et que pour la persuader aux sauvages les plus grossiers, quatre mille ans avant l’Évangile, il n’a fallu que les premières étincelles d’une raison grossière.

§ 311

2o Les particuliers, soit chrétiens, soit mahométans, soit chinois, ont des contestations entre eux ; ils ont des procès, et ne laissent pas d’avoir la paix. C’est que rien ne se décide entre eux par les armes, ou par la voie de la violence et de la guerre. Les voisins dans un même État ne sont pas toujours en concorde, mais ils ne laissent pas d’être toujours en paix.

§ 312

La paix signifie donc quelquefois concorde, tranquillité ; quelquefois aussi ce terme ne signifie qu’exemption de guerre, exemption de violence. Avant l’Évangile les hommes avaient trouvé le secret dans leurs contestations de n’être pas réduits à user de violence, et ce secret que les chefs de famille avaient trouvé de faire juger leurs prétentions réciproques par leurs pareils, c’est ce même secret, c’est ce même expédient que je propose aux chefs de nations pour faire juger les leurs par leurs pareils. Cet expédient qui est tout simple, tout naturel dans son origine, change-t-il de nature, devient-il surnaturel, en passant des chefs de famille aux chefs de villages, en passant des chefs de villages aux chefs des grandes villes, en passant des chefs des grandes villes aux chefs de nations ?

§ 313

3o Il y a une différence essentielle entre un procès et une guerre : c’est qu’une famille peut avoir un procès contre une autre famille pour une succession, un village contre un village, pour quelque pâturage, une ville contre une ville, pour le partage de quelque bien commun, sans qu’aucune des parties songe à prendre la voie de la violence pour terminer la contestation. Les parties ont un Arbitrage, les arbitres prononcent à la pluralité, et voilà la contestation finie ; ils avaient la paix malgré la contestation, malgré la discorde, et ils la conservent toujours en conservant leur Arbitrage, au lieu que les souverains n’ont point de procès entre eux, parce qu’ils ne sont point en Arbitrage. Ils ont de véritables guerres et en auront toujours tant qu’ils ne feront point entre eux de compromis permanent qui changera alors leurs guerres longues, ruineuses, infiniment importantes, en des procès courts, de peu d’importance, et dont la décision ne leur coûtera rien. Or ont-ils besoin pour voir clairement cette prodigieuse différence de voie à voie, d’autres lumières que des simples lumières d’une raison commune à tous les hommes ?

§ 314

On voit donc que cette objection n’est fondée que sur une équivoque dans le mot de Paix.

§ 315

Je ne viens pas proposer une exemption perpétuelle de discorde et de contestation, mais seulement une exemption perpétuelle de violences, pour finir les discordes et terminer les contestations ; et c’est cette exemption perpétuelle de violences entre les souverains d’Europe, que j’appelle Paix perpétuelle en Europe ; or je demande si pour leur persuader de faire un traité qui les garantisse pour jamais, eux et leur postérité, des plus terribles malheurs où les hommes puissent tomber dans cette vie, on a besoin d’autres motifs que de motifs purement humains ?

TROISIÈME OBJECTION

§ 316

Les hommes agissent souvent contre leurs intérêts évidemment démontrés ; témoins les duels, les jeux inégaux, les loteries inégales45 ; les princes sont des hommes ; donc ils ne signeront jamais l’Arbitrage, quoique conforme à leurs intérêts démontrés.

Réponse

§ 317

1o Il n’est pas vrai que les hommes agissent souvent contre leurs intérêts évidemment démontrés ; c’est que ce qui est évidemment démontré pour vous n’est pas évidemment démontré pour un autre. Au contraire, ce qui fait agir les hommes, c’est ou une espérance d’être mieux, et par conséquent une apparence d’un bien nouveau qu’ils auront en agissant, et qu’ils n’auront point en n’agissant point, ou une crainte d’être pis qu’ils ne sont s’ils n’agissent point, et par conséquent c’est une apparence d’un mal nouveau ; c’est-à-dire qu’ils agissent toujours parce qu’ils croient augmenter leur bonheur ou diminuer leur malheur en agissant.

§ 318

Il est vrai qu’ils se trompent souvent sur ces apparences de bien à désirer, et sur ces apparences de mal à éviter ; mais il est toujours certain que lorsqu’ils se trompent et qu’ils agissent contre leurs véritables intérêts, leur erreur ne leur est pas actuellement démontrée ; car alors ils agiraient pour être, à tout prendre, ou moins bien ou plus mal ; ce qui est contre la nature de celui qui agit, et réellement impossible.

§ 319

Aussi ce qui fait que l’homme change de conduite, ce n’est pas qu’il désire plus d’être mieux, ou qu’il craigne d’être plus mal dans un temps que dans un autre ; le principe de ses actions, son principal ressort est toujours le même ; mais c’est qu’il a changé d’opinion, soit par de nouvelles expériences, soit par de nouvelles réflexions sur la nature du bien qu’il désirait et qui lui paraît moindre, ou sur la nature du mal qu’il craignait et qui lui paraît aussi beaucoup plus petit qu’il ne lui avait paru ; ainsi c’est uniquement dans ses erreurs que consistent ses folies ; c’est faute de démonstration actuelle qu’il demeure dans l’erreur ; et il y a contradiction que quelqu’un demeure dans une erreur, la croyant erreur.

§ 320

Il est vrai que l’homme agité d’une passion violente, par exemple de la fureur de se venger, agit souvent contre ses intérêts en mettant sa vie dans un très grand péril ; mais il n’agit pas pour cela contre ses intérêts évidemment démontrés ; car enfin s’ils étaient actuellement démontrés avec évidence, ils seraient apparents pour lui. Ces intérêts lui paraîtraient actuellement tels qu’ils sont en effet ; c’est-à-dire qu’il lui paraîtrait qu’il vaut encore mieux pour lui souffrir une offense impunie, que de risquer sa vie : mais comme il met sa vie dans un très grand péril, il s’ensuit que, dans le moment qu’il la risque, il lui paraît qu’il y a pour lui un moindre mal à la risquer pour se venger, qu’à ne la point risquer en ne se vengeant point ; donc ces vrais intérêts ne lui sont pas alors actuellement démontrés.

§ 321

Il est vrai de même qu’un homme agité violemment de la passion de l’avarice, risque beaucoup à un jeu inégal et désavantageux pour lui ; mais l’avidité du gain lui fait paraître alors cette inégalité si petite, ce désavantage si peu considérable, et l’espérance du gain fondée sur un désir violent dispose tellement son esprit, que tout mis dans la balance, il lui paraît avantageux de risquer, de perdre vingt pour avoir quinze ; et sur de fausses apparences, la crainte de perdre qui pourrait le retenir et l’empêcher de jouer, devient plus faible que l’espérance qui le porte à jouer, et il joue, il a des expériences que ceux qui jouent et qui parient avec désavantage dans des jeux de hasard gagnent quelquefois ; et cela joint au désir violent de gagner, suffit pour lui démontrer qu’il fait mieux alors de jouer que de ne pas jouer.

§ 322

2o Si celui qui m’a fait l’objection avait dit : les hommes agissent toujours contre leurs intérêts démontrés, il aurait fort bien conclu : donc les princes qui sont des hommes ne signeront jamais le traité de l’Arbitrage : mais il n’a pas dit toujours, parce que lui-même qui est un homme se serait déclaré insensé avec tous les autres hommes ; mais il a dit que les hommes agissent souvent ; or de ce qu’ils agissent souvent contre leurs vrais intérêts non démontrés, il ne s’ensuit nullement qu’ils ne conviendront jamais de signer un traité qui serait très conforme à leurs intérêts démontrés.

§ 323

3o De ce que les souverains sont quelquefois agités violemment d’ambition, d’avarice, d’amour, de vengeance, qui les font agir contre leurs plus grands intérêts ; il ne s’ensuit nullement qu’ils n’aient pas aussi quelques intervalles de raison46 où ils puissent agir conformément à leurs intérêts démontrés ; ainsi ce n’est pas perdre son temps que de travailler à leur bien démontrer qu’il serait de leur intérêt de signer ce compromis perpétuel, cet Arbitrage qui est l’unique moyen qu’ils aient pour se garantir des suites funestes de leurs propres passions et des malheurs qu’ils ont à craindre des passions des autres, soit leurs pareils, soit leurs sujets.

§ 324

4o L’Arbitrage n’est pas un préservatif contre les passions ; mais c’est un préservatif sûr contre les suites funestes de ces passions, et c’est beaucoup ; l’Arbitrage peut bien ne pas rendre les hommes justes intérieurement par rapport à Dieu, mais du moins, s’il est porté à la perfection, il peut les rendre justes extérieurement par rapport aux autres ; et c’est beaucoup, puisque cette justice extérieure suffit aux hommes pour entretenir la société et pour leur procurer les avantages immenses qui leur reviennent d’un commerce permanent.

QUATRIÈME OBJECTION

§ 325

Vous avez beau vous efforcer à montrer aux souverains qu’il leur est infiniment plus avantageux de signer ce traité d’Arbitrage que de ne le pas signer, il leur restera toujours quelque doute qu’ils n’aient à y perdre plus qu’ils n’y pourront gagner, et ce doute suffira pour les empêcher de rien signer.

Réponse

§ 326

1o Quand on leur démontre que ce traité ne leur ôte rien de réel, rien d’effectif, et qu’il leur donne beaucoup de choses qu’ils n’auraient pas sans ce traité, pourquoi leur resterait-il quelque doute ?

§ 327

2o Ils ont fait divers traités; ils ont balancé ce qu’ils perdaient par ces traités avec ce qu’ils gagnaient ; et quoiqu’ils n’eussent pas démonstration entière qu’ils eussent tout prévu, tout comparé, ont-ils laissé de passer outre ? C’est que pour engager les hommes à traiter ensemble, il n’est pas nécessaire qu’ils aient des démonstrations si évidentes du profit ; il suffit qu’il y ait beaucoup plus d’apparence de profit d’un côté que de l’autre. Il reste des doutes dans le choix des deux partis, mais on ne laisse pas dans ce doute d’en choisir un ; c’est que les doutes ne sont pas égaux des deux côtés ; et le parti dans lequel les avantages futurs paraissent plus grands et dans lequel les doutes paraissent moins bien fondés est bientôt préféré.

CINQUIÈME OBJECTION

§ 328

Dans le cours de plusieurs siècles, après que l’établissement de l’Arbitrage sera formé, il peut arriver que les rois de France, d’Espagne et d’Angleterre se mettent en tête de conquérir et de partager l’Europe.

Réponse

§ 329

Cette objection ne contient presque rien que ce que contiennent les objections 42 et 46 du second tome47 ; ainsi on peut joindre la réponse suivante aux autres réponses.

§ 330

1o Il faudrait que ces trois rois fussent absolument insensés : or trois insensés sur ces trois trônes en même temps est un événement qui n’arrivera peut-être pas en cent mille ans. Ils seraient insensés ; car enfin le motif unique de leur union, c’est : 1o le partage des États de l’Europe ; 2o la conservation de leurs États héréditaires ; 3o la conservation de leurs États conquis. Or quelle sûreté suffisante ont-ils d’exécuter leur traité de partage, et après qu’ils auront partagé, quelle sûreté que l’un n’ait pas une contestation avec son voisin, et qu’il n’ait pas à s’en plaindre, soit pour le passé, soit pour le présent, soit pour l’avenir, soit pour les frontières, soit pour le commerce, soit pour le cérémonial ? Car on se brouille même pour des bagatelles ; ainsi quelle sûreté suffisante qu’ils n’entrent pas bientôt en guerre ? Or cependant, sans cette sûreté suffisante, que leur servira d’avoir fait des conquêtes avec beaucoup de peines, de soins, de dangers, de dépense, et chargés de l’exécration publique, sans avoir aucune sûreté suffisante de pouvoir conserver ni ces conquêtes, ni même leurs États héréditaires, seulement autant de temps qu’ils ont été à les conquérir ? Quelle folie que de sortir de la sûreté et de la protection suffisante que donne l’Arbitrage ! Car enfin, pourraient-ils compter pour sûreté suffisante de leurs engagements réciproques leurs serments, eux qui violent les serments solennels qu’ils ont faits à leur avènement à la couronne, et qu’ils ont souvent réitérés, de ne jamais rompre l’Union et d’en exécuter toujours toutes les conventions fondamentales et les jugements particuliers ? Et d’un autre côté ont-ils autre sûreté que de pareils serments ?

§ 331

2o Si deux entrent en guerre, quelle sûreté pour eux de conserver leurs États ? Toute leur fortune est en l’air, ils n’ont rien d’assuré, pas même leur ancien patrimoine, et leurs anciens États héréditaires ; ils n’ont nulle sûreté suffisante, ni pour leurs biens ni pour leur famille, ni même pour leur propre vie ; car alors le vainqueur craindra de laisser la vie au vaincu de peur que dans certaines révolutions il ne pût armer les mécontents et se rendre ainsi redoutable, et cependant sans pareille sûreté suffisante. Quelle folie dans une pareille entreprise !

§ 332

3o Quand chacun de ces jeunes conquérants se croirait sûr de vaincre son associé, et même ses deux associés l’un après l’autre, et de devenir ainsi seul maître de l’Europe, ne serait-il pas insensé de croire qu’il n’aura jamais rien à craindre, ni de ses enfants, ni des princes de son sang, ni des gouverneurs de ses provinces, ni d’aucun de ses ministres, ni d’aucun de ses généraux, ni d’aucun de ses favoris ? Or cependant, sans pareille sûreté, quelle folie de se mettre en pareil danger !

§ 333

4o Si ces trois souverains sont inférieurs en forces à tous les autres alliés de l’Arbitrage, quelle folie de les attaquer, puisque ces alliés seront d’autant plus unis, et que leurs peuples feront d’autant plus d’efforts pour vaincre, qu’il s’agit de leur conservation, et que les hommes agissent avec bien plus de force pour leur conservation que pour leur agrandissement !

§ 334

5o S’il n’y en a que trois ligués, ils seront sûrement inférieurs en forces, et de beaucoup inférieurs ; c’est que leurs sujets, sans lesquels ils ne peuvent rien, seront tous taxés pour une pareille entreprise, et que loin de profiter dans la guerre ils en perdraient leur commerce. Ainsi ce serait double perte pour ces sujets, et du côté de la taxe, et du côté de la diminution de leur revenu pendant plusieurs années : or, étant sûrs d’être protégés par le reste de l’Arbitrage, les provinces, et surtout les provinces frontières des rois insensés et infidèles, se rangeraient bientôt du côté et sous la protection des princes sages et fidèles.

§ 335

6o S’ils sont assez extravagants pour former un pareil dessein, leur extravagance paraîtra en d’autres choses. Or quel crédit auront sur leurs ministres et sur leurs peuples, des princes qui ne se feront remarquer que par leurs extravagances ?

§ 336

7o Si au lieu de trois souverains insensés et infidèles vous en supposez quatre, l’événement est d’autant moins à craindre qu’il est moins possible ; et il n’y a qu’à supposer tout d’un coup qu’un esprit de vertige s’emparera en même jour de tous les souverains d’Europe, cent ans après l’Arbitrage formé, et qu’ils voudront tous se faire la guerre ; cela n’est pas absolument impossible. Que conclure de cette possibilité absolue ? Direz-vous que les hommes soient fous de commencer un établissement très avantageux, parce qu’il peut être ruiné dans dix mille ans, dans cent mille ans, par un événement aussi extraordinaire que serait une folie universelle ? Il n’est pas absolument impossible que toutes les villes de France ne soient renversées dans cinq cents ans par des tremblements de terre ; en conclurez-vous qu’il ne faut ni bâtir de nouvelles villes, ni augmenter les anciennes ? Il n’est pas absolument impossible qu’en un beau matin tous les hommes deviennent aussi fous que les fous des petites-maisons48 et les lois sont inutiles à de semblables fous ; direz-vous que la possibilité de cet événement doit empêcher qu’on ne cherche à perfectionner la police et les autres lois ?

§ 337

8o Il n’y a jamais eu dans aucune société, aucun chef de famille riche qui ait jamais songé à faire un traité avec quelques autres chefs de familles riches pour déposséder leurs voisins par violence ; c’est qu’ils n’ont garde de risquer tout ce qu’ils ont de certain et de nécessaire pour avoir quelque chose d’incertain et de superflu ; il n’y a point de voleurs de grands chemins qui soient riches, et comme il ne peut y avoir de rois en état de faire des conquêtes, à moins qu’ils ne soient riches, on peut dire que de pareils princes ne seraient non plus à craindre comme conquérants dans l’Arbitrage européen, que de riches bourgeois d’Amsterdam sont à craindre présentement comme voleurs dans l’Arbitrage hollandais.

SIXIÈME OBJECTION

§ 338

Les souverains pensent tout différemment de l’auteur, ils sont dans des opinions entièrement opposées ; leurs ministres sont dans des préjugés très contraires à ses sentiments.

Réponse

§ 339

1o Je suis si persuadé de la différence qu’il y a entre leurs opinions et les miennes, que c’est uniquement pour les faire changer d’opinion que j’écris ; et personne en lisant un ouvrage n’a-t-il jamais quitté son opinion pour prendre celle de l’auteur ?

§ 340

2o Pour ne pas sortir du sujet ; la plupart de ceux qui ont lu le premier Discours du premier tome, ne conviennent-ils pas qu’avant que de le lire ils croyaient plus de solidité dans les traités de paix, de commerce, d’alliance, qu’ils n’y en trouvent présentement ? Ne conviennent-ils pas que le système de l’équilibre ne leur paraissait pas si défectueux, si plein d’inconvénients, si peu propre à maintenir la paix qu’il leur a paru depuis ? Ils ont donc en lisant changé d’opinion et de préjugé sur ces articles : or pourquoi ne pourraient-ils pas encore en changer sur d’autres en les relisant, surtout si je puis les leur présenter encore plus éclaircis ?

§ 341

3o Avant que d’avoir lu l’ouvrage, aucun des lecteurs ne doutait que le projet ne fût impossible dans l’exécution ; cependant il est arrivé que la plupart en sont venus à douter de cette possibilité, et que d’autres en grand nombre sont parvenus à le croire possible et très praticable ; ils ont donc changé d’opinion ; et pourquoi ce qui est arrivé aux uns après une simple lecture, ne pourrait-il pas arriver à plusieurs autres, si à la lecture ils joignent la méditation ?

§ 342

4o Si des lecteurs moins intéressés que les souverains à examiner les avantages du projet et les moyens de l’exécuter ont cependant changé d’opinion en le lisant, pourquoi les souverains eux-mêmes, qui y sont plus intéressés, ne pourraient-ils pas aussi en changer en l’examinant ?

SEPTIÈME OBJECTION

§ 343

Il y a à craindre que l’empereur des Chinois ne veuille envahir la Moscovie.

Réponse

§ 344

1o Si depuis plus de 70 ans que ces États sont frontières, cet empereur n’a fait nulle tentative de ce côté-là lorsque le czar n’avait point d’alliés qui pussent le secourir, lorsqu’il avait à craindre des voisins, et par conséquent lorsqu’il était obligé de faire une grande dépense pour se tenir sur ses gardes : si cet empereur n’en a pas été tenté depuis 15 ans que le czar est en guerre ouverte ou contre les Suédois ou contre les Polonais, ou contre les Turcs49 ; est-il vraisemblable que cette tentation lui vienne lorsque le czar n’aura plus aucun voisin à craindre, et même lorsque tous ses voisins et que tous les autres potentats d’Europe seront obligés par leur propre intérêt à le secourir ?

§ 345

2o L’empereur des Chinois a eu un démêlé avec le czar vers l’an 1695 pour le règlement de leurs frontières, et l’affaire fut terminée par un traité50 : or de deux choses l’une, ou il craignait alors de s’engager dans une guerre avec le czar, ou il ne se souciait pas de conquérir les frontières du czar avec tant de dépense : or ces deux motifs qui ont suffi alors pour le détourner d’une pareille entreprise croîtront et deviendront d’autant plus forts pour en détourner ses successeurs, que le czar, après la formation de l’Union deviendrait incomparablement plus puissant par la jonction des forces de toute l’Europe, soit par terre soit par mer.

§ 346

Si on fait semblable objection pour le roi de Perse contre le Turc, on fera semblable réponse ; voilà donc la Perse et la Chine, voisins de la république européenne, en paix avec elle ; et même on peut supposer que ces deux puissants voisins ne demanderont pas mieux que de faire avec elle une ligue défensive contre leurs ennemis communs, avec cette seule clause, qu’ils renonceraient à augmenter leur territoire ; et voilà toute l’Asie en paix ; car après une pareille ligue, quel prince oserait attaquer ou le Persan ou le Chinois, ou exciter des séditions et des révoltes dans leurs États ?

§ 347

Or s’il n’y a plus du tout de guerre, ni en Europe ni en Asie, on n’aura pas à en craindre en Afrique ni en Amérique ; il n’y aura pas même à craindre qu’il y ait quelque souverain qui aguerrisse ses troupes, tandis que les troupes de l’Union demeureront sans s’aguerrir51.

§ 348

Enfin, de deux choses l’une : ou bien il y aura guerre en quelque endroit de la terre, et alors les troupes de la république européenne s’aguerriront comme les autres, puisqu’elle sera voisine de tous ceux qui pourront entrer en guerre et qu’elle prendra le parti de celui qui voudra bien la prendre pour arbitre : ou bien il n’y aura guerre en aucun endroit de la terre ; et alors il n’y a plus à craindre pour la république européenne des troupes plus aguerries que les siennes, et cette réflexion sert à confirmer la réponse que j’ai faite à la 53e objection du second tome52.

INTÉRÊT
DE CHAQUE SOUVERAIN
EN PARTICULIER
DE SIGNER UN TRAITÉ
DE POLICE DURABLE,
ET
D’ARBITRAGE
PERMANENT

SECONDE PARTIE
Préface

§ 349

Il parut en 1643 un ouvrage qui a pour titre, De l’intérêt des princes et États de la chrétienté : il est imprimé sous le nom d’Henri duc de Rohan, excellent capitaine et habile politique, mort en 163853. Quel qu’en soit l’auteur, l’ouvrage a eu en son temps beaucoup de succès, il le méritait, et s’il a diminué de prix, ce n’est pas faute de solidité dans les raisonnements, mais faute de solidité dans la fortune des souverains et des États qui étaient le fondement et la matière de ces raisonnements.

§ 350

Il parut vers la fin de 1688, un autre ouvrage de même espèce, et sous un titre à peu près semblable54, Nouveaux intérêts des princes de l’Europe, qui était aussi différent du premier que la situation des affaires générales de 1638 était différente de la situation où elles étaient en 1688. Il y eut une édition du même ouvrage en 1690 à Cologne, fort différente de la première ; c’est que la révolution arrivée en Angleterre au commencement de 1689 avait changé considérablement les divers intérêts des princes, les uns à l’égard des autres. Il en a paru une troisième édition en 1712 fort différente en beaucoup de choses de celle de 1690 ; c’est qu’en vingt-deux ans les affaires générales avaient déjà bien changé, et s’il s’en faisait une quatrième édition, il serait nécessaire d’y faire encore beaucoup d’autres changements considérables.

§ 351

Comme les guerres étrangères et les guerres civiles causent souvent des révolutions générales, ou du moins de grands changements, dans les affaires des princes, il faudrait tous les dix ans un nouveau plan pour raisonner juste des intérêts de princes, à moins que par l’établissement d’une police durable, d’un Arbitrage permanent, on ne trouve le moyen, en mettant des bornes immuables aux États, de rendre solide la fortune des souverains ; et cette vue de police générale, d’Arbitrage européen, est un plan tout nouveau des intérêts des princes ; chacun remarquera facilement dans la suite ce que ces autres plans ont de commun et de différent avec celui-ci.

§ 352

Le duc de Rohan commence ainsi son discours : Les princes commandent aux peuples, et l’intérêt commande aux princes. Qu’est-ce que cet intérêt qui commande si souverainement aux souverains, et auquel ils obéissent avec tant d’exactitude et d’empressement ? C’est d’un côté la crainte d’être pis, et de l’autre le désir d’être mieux ; mais en ce sens l’intérêt ne commande-t-il pas également à tous les hommes, et ne peut-on pas dire que c’est parce qu’il commande à tous les hommes qu’il commande aux princes ?

§ 353

J’adopte cependant sans peine la maxime du duc de Rohan, je suppose même comme lui que les souverains obéissent volontiers à leur intérêt démontré ; et à dire vrai, ce n’est que sur cette supposition que j’ai employé jusqu’ici tous mes soins à leur démontrer qu’il est de leur intérêt, c’est-à-dire que l’intérêt leur commande, de signer entre eux un traité de police générale, d’Arbitrage permanent, un compromis perpétuel, un contrat de société et de protection réciproque et perpétuelle : 1o pour terminer sans guerre, avec le plus d’équité qu’il est possible aux hommes, leurs différends à venir ; 2o pour diminuer beaucoup plus le nombre et l’importance de ces différends ; 3o pour se préserver à jamais de toutes conspirations et de toutes guerres civiles ; 4o pour jouir tranquillement des avantages immenses d’un commerce perpétuel et universel ; 5o pour affermir à perpétuité leur maison sur le trône, malgré les minorités, les régences, et les autres temps de faiblesse ; 6o pour augmenter leurs richesses, leur indépendance et leur sûreté incomparablement davantage qu’ils ne peuvent jamais faire sans un pareil traité.

§ 354

Le duc de Rohan et l’anonyme55 supposent les souverains en guerre actuelle ou prêts à y rentrer ; ils supposent qu’ils ne peuvent jamais avoir d’autre voie pour terminer leurs différends que par la voie de la guerre ; ils supposent que par aucun établissement nouveau, leurs ligues, leurs alliances et leurs autres traités ne peuvent jamais avoir aucune solidité. Pour moi, dans le plan d’Arbitrage d’Henri IV je fais des suppositions toutes opposées. Je suppose que comme associés d’une même société, ils peuvent avoir des intérêts communs et des intérêts opposés, que les intérêts opposés peuvent les faire ennemis sans cependant les obliger d’avoir de guerre, et qu’ils peuvent finir leurs différends par Arbitrage, sans rien perdre de ce qu’ils ont d’intérêts communs dans la conservation du commerce et dans la protection mutuelle, soit contre les invasions, soit contre les révoltes ; je suppose qu’il est possible de rendre leurs traités solides. On verra aisément que ce nouveau plan des intérêts des princes diminue infiniment les soins, les inquiétudes des souverains dans les négociations avec leur voisin, et même les précautions, soit contre ces voisins, soit contre leurs propres sujets ; et c’est particulièrement par ces endroits que mon plan est fort différent des leurs mais cette différence n’importe guère au lecteur ; ainsi je reprends mes vues, sans avoir égard aux leurs.

§ 355

Il s’agit d’établir une police générale entre les nations d’Europe, de former une société de protection mutuelle de commerce perpétuel, d’Arbitrage permanent entre les chefs de ces nations ; j’en avais proposé un projet composé de 12 articles fondamentaux dans lesquels il y avait plusieurs sous-articles ; mais comme gens plus habiles que moi pourront en retrancher quelques-uns ou y en ajouter d’autres, il m’a paru plus convenable de mettre en articles séparés, ce qui était en sous-articles, et de les distinguer tous par des chiffres différents : je les rapporte ici sans éclaircissements, afin qu’on puisse les voir d’un coup d’œil et que l’on puisse s’épargner la peine de les aller chercher dans le premier tome ; d’ailleurs j’y ai fait quelques changements ; il a bien fallu, par exemple convenir de l’exécution des articles des traités d’Utrecht et de Bade qui ont été faits depuis l’impression des deux premiers tomes, et retrancher par conséquent les articles qui y étaient contraires ; il a bien fallu insérer le fameux article des renonciations de la part des uns à la couronne d’Espagne, et de la part des autres à la couronne de France, puisque cet article est regardé comme le fondement de la sûreté et de la liberté de l’Europe56 ; mon premier principe est de laisser les conventions, les lois que les souverains ont faites dans leurs derniers traités, en l’état où je les trouve, et mon but est de les rendre tous incomparablement plus solides et plus durables qu’elles n’ont été jusqu’à présent.

ARTICLES FONDAMENTAUX

PREMIER ARTICLE

§ 356

Les souverains présents par leurs députés plénipotentiaires soussignés sont convenus des articles suivants : il y aura de ce jour à l’avenir une police permanente, une société de protection réciproque et perpétuelle entre lesdits souverains, et même entre ceux qui dans la suite signeront le présent traité ; cette société s’appellera la société européenne, établie pour terminer sans guerre et par voie d’Arbitrage leurs différends à venir, pour diminuer de beaucoup plus le nombre et l’importance de ces différends, pour se préserver à jamais de toutes guerres civiles, pour jouir tranquillement des avantages immenses d’un commerce perpétuel et universel, pour affermir à perpétuité leur maison sur le trône, et pour augmenter incomparablement davantage leurs richesses, leur indépendance et leur sûreté.

II. ARTICLE

§ 357

Les derniers traités signés à Utrecht, à Bade en Suisse et à B… entre les couronnes du Nord57 seront exécutés pour toujours dans toute leur étendue, à moins que toutes les parties n’y fassent dans la suite quelques changements d’un concert unanime, et la société en garantira l’exécution.

§ 358

REMARQUE
Je ne sais point encore quel sera le lieu où se fera le traité de paix des couronnes du Nord, et si ce sera Brunswick, ainsi il a fallu en laisser le nom en blanc58.

III. ARTICLE

§ 359

Comme dans le traité d’Utrecht le feu roi de France Louis XIV de glorieuse mémoire, en faveur de la paix, a renoncé pour le roi de France Louis XV son arrière-petit-fils mineur, à présent régnant, et ses descendants, aux royaume et couronne d’Espagne, comme réciproquement le roi d’Espagne Philippe V en faveur de la même paix, a renoncé pour lui et pour ses descendants, aux royaume et couronne de France, renonciation qu’il a depuis solennellement renouvelée ; et comme le duc d’Orléans, petit-fils de France, à présent régent du royaume, en conséquence dudit traité d’Utrecht, a renoncé pareillement pour lui et pour ses descendants, aux royaume et couronne d’Espagne ; il a été convenu pour la sûreté commune, que ces renonciations auront à l’avenir leur plein et entier effet59.

IV. ARTICLE

§ 360

En cas que sur l’exécution desdits traités, ou sur quelque autre sujet, il laisse quelque différend entre les souverains associés, ils ont déclaré et déclarent que pour les terminer ils renoncent pour toujours à la voie de la violence et des armes, et qu’ils acceptent pour toujours pour eux et leurs successeurs, la voie de l’Arbitrage, en la manière dont ils sont convenus, et qui sera spécifiée ci-après ; ils sont même convenus que celui qui, malgré cette convention, prendrait les armes et ferait des actes d’hostilité contre un des associés, sans l’autorité et le consentement par écrit de la société, serait regardé et traité comme perturbateur du repos public et comme ennemi de la société.

V. ARTICLE

§ 361

Il y aura à Utrecht, ou telle autre ville dont les associés conviendront à la pluralité des voix, une assemblée perpétuelle de vingt-deux députés plénipotentiaires, ou sénateurs, qui, représentant chacun leur souverain, n’auront chacun qu’une voix et formeront un Sénat représentatif appelé le Sénat des souverains, ou le Sénat européen, qui terminera par sa première sentence, à la pluralité des voix, et pour la provision60, et par la seconde sentence, aux trois quarts des voix pour la définitive, tous les différends qui naîtront entre les associés, et qui n’auront pu être conciliés par l’entremise des commissaires du Sénat.

VI. ARTICLE

§ 362

Le sénateur ne pourra opiner que suivant les instructions de son souverain, et sera révocable toutes fois et quantes par son maître.

VII. ARTICLE

§ 363

La ville de paix où s’assemblera le Sénat des souverains sera gouvernée en toute souveraineté, avec ses dépendances, par le Sénat, de manière cependant que tous les intéressés, comme les magistrats, la noblesse, le clergé, et les autres citoyens, trouvent des avantages plus grands à ce nouveau gouvernement, qu’au gouvernement précédent.

VIII. ARTICLE

§ 364

Pour la plus grande sûreté de la société chrétienne, pour diminuer la dépense commune, et pour l’avantage du commerce par terre et par mer avec les souverains non chrétiens, le Sénat conclura avec chacun d’eux des traités par lesquels il sera convenu que les derniers traités faits entre eux et les souverains chrétiens, pour le commerce et pour les frontières, et même entre eux et leurs autres voisins, seront toujours exécutés ; que s’il arrivait entre eux des différends pour cette exécution ou pour d’autres causes, ils ne prendraient jamais les armes et ne feront aucun acte d’hostilité, mais qu’ils s’en rapporteront au jugement du Sénat qui demeurera garant de l’exécution des traités, et qui contribuera de tout son pouvoir à l’exécution de ses jugements ; et à cet effet le Sénat prendra desdits souverains non chrétiens, et leur donnera toutes les sûretés possibles réciproques.


§ 365

REMARQUE
On peut ôter cet article du nombre des articles fondamentaux, et le mettre parmi les articles importants. Je croyais qu’il était impossible de chasser le Turc de l’Europe ; mais après avoir quelque temps médité ce sujet, je crois la chose possible, mais seulement après l’établissement de l’Arbitrage chrétien. J’en donnerai un petit projet à la fin de ce volume.

IX. ARTICLE

§ 366

La société européenne ne se mêlera point du gouvernement intérieur de chaque État ; elle donnera seulement ses soins et emploiera son autorité et ses forces pour prévenir ou pour arrêter les guerres civiles.

X. ARTICLE

§ 367

La société européenne emploiera de même son autorité et ses forces pour empêcher que pendant les minorités, les régences, et autres temps de faiblesse, il ne soit fait aucun préjudice au souverain, ni en sa personne, ni en ses biens, et pour maintenir la concorde, la subordination et le bon ordre dans le gouvernement.

XI. ARTICLE

§ 368

Les souverainetés héréditaires demeureront héréditaires, les électives demeureront électives, le tout selon l’usage de chaque nation ; et parmi les nations où il y a des traités, des conventions entre le souverain et le peuple, entre le chef et les membres, entre le roi et la république, comme les conventions parlementaires61, les capitulations impériales62, les pacta conventa63, etc., ces traités seront exactement observés, et le Sénat en garantira l’observation.

XII. ARTICLE

§ 369

Les souverainetés chrétiennes auront toujours les mêmes limites qu’elles ont présentement, suivant les derniers traités ; ainsi aucun territoire ne pourra être démembré d’aucune souveraineté, ni aucun autre n’y pourra être ajouté.

XIII. ARTICLE

§ 370

Le roi d’Angleterre et le roi de Pologne pourront retenir leurs souverainetés d’Allemagne ; mais ils n’auront chacun qu’une voix au Sénat64 ; de même un électeur ou autre prince souverain de l’Empire pourra être élu empereur ; hors ces cas nul souverain ne pourra posséder ou gouverner deux souverainetés, et il ne pourra point entrer dans les maisons souveraines régnantes d’autres souverainetés que celles qui y sont actuellement, soit par succession, pactes de maisons, élection, donation, testament, cession, vente, conquête, soumission volontaire ou autrement.

Remarque

§ 371

Je suppose que le roi Georges, électeur d’Hanovre, soit roi d’Angleterre, et que le roi Auguste, électeur de Saxe, soit roi de Pologne lorsqu’il sera question de signer ce projet. Je sais bien qu’il y a deux autres princes qui prétendent avoir le droit le plus légitime à ces deux couronnes65 ; mais je suppose que par les derniers traités qui se feront les deux électeurs soient reconnus rois par tous les autres souverains chrétiens ; c’est ce qui me paraît de plus apparent lorsque j’écris ceci ; mais si, contre cette apparence les choses étaient changées, et dans une autre situation, il serait aisé de suppléer à l’article précédent et l’article vingt, et d’y faire les changements nécessaires.

§ 372

Comme je ne veux déplaire à personne, et que je voudrais au contraire, s’il m’était possible, plaire à tout le monde, je ne veux prendre aucun parti, si ce n’est le parti de maintenir la paix, qui est un grand avantage commun pour tout le monde. Or le moyen le plus facile et le plus sûr de la maintenir en Europe, c’est certainement d’y laisser les choses en l’état où on les trouve, et de les y maintenir.

§ 373

La seule chose que l’on pourrait conseiller aux grands princes qui demeureront en possession de l’Angleterre et de la Pologne, et dont la possession sera parfaitement affermie par ce traité, ce serait d’en user noblement envers d’illustres malheureux, et de laisser à la société chrétienne à estimer et à régler une sorte d’équivalent, au moyen duquel ils renonceront à leurs droits en faveur des rois régnants. On peut faire dans cet article une exception, une restriction à la loi générale, en faveur du prince électoral de Bavière, semblable à celle qui est faite en faveur du roi George et du roi Auguste, et cela en cas que par mariage ou par quelque pacte de famille, il vint à posséder un jour, tout ou partie des États héréditaires de la maison d’Autriche66.

XIV. ARTICLE

§ 374

Les souverains ne pourront demander l’exécution d’aucun échange de territoire, ni d’aucun autre traité, qu’il n’ait été agréé et ratifié par la société dans le Sénat, et elle demeurera garante de l’exécution.

XV. ARTICLE

§ 375

Nul ne pourra prendre le titre de souverain d’aucun pays ou territoire s’il n’en est en actuelle possession suivant les derniers traités.

XVI. ARTICLE

§ 376

Les souverains qui vont signer le présent traité ont déclaré s’être mutuellement tenus quittes de toutes dettes actives, de toutes prétentions et de tous droits qu’ils pourraient exercer les uns contre les autres, et particulièrement sur le territoire les uns des autres ; ce qui a été promis par leurs derniers traités sera exécuté, et s’il y avait quelque contestation sur cette exécution, le Sénat en demeurera arbitre. Ils ont de plus déclaré qu’ils tenaient dès à présent quittes de pareilles dettes, droits et autres prétentions, tous les souverains qui signeront le présent traité, comme réciproquement ceux qui signeront seront censés en signant avoir tenu quittes de pareilles prétentions ceux qui l’auront déjà signé et qui le signeront après eux.

XVII. ARTICLE

§ 377

Le Sénat offrira sa médiation et son Arbitrage aux souverains non associés qui seront en guerre, et fera agir ses forces contre celui qui refusera son Arbitrage ; et si tous deux l’acceptent, tous deux seront obligés de licencier leurs troupes, et le Sénat réglera leurs prétentions réciproques.

XVIII. ARTICLE

§ 378

Le Sénat européen établira en différentes villes frontières des États voisins des chambres de juges députés pour juger en dernier ressort les contestations qui naîtront entre les sujets des différents souverains.

XIX. ARTICLE

§ 379

Le Sénat travaillera incessamment à rédiger par articles, à la pluralité, un règlement pour ces chambres frontières, que l’on y observera par provision67 ; mais ces articles pourront être changés aux trois quarts des voix, et en attendant ce règlement on y observera les lois ordinaires et les articles dont on est convenu sur le commerce dans les derniers traités.

XX. ARTICLE

§ 380

Les vingt-deux voix qui composeront le Sénat européen seront 1o France, 2o Espagne, 3o Portugal, 4o Angleterre et Hanovre, 5o Hollande, 6o Danemark, 7o Suède, 8o Prusse, 9o Pologne et Saxe, 10o Courlande et associés, 11o Moscovie, 12o Autriche, 13o Palatin et associés, 14o les archevêques et électeurs et associés, 15o Lorraine et associés, 16o Bavière et associés, 17o Suisse et associés, 18o Sicile et Savoie, 19o Gênes et associés, 20o Florence et associés, 21o Rome, 22o Venise68.

XXI. ARTICLE

§ 381

Les souverains associés contribueront à la dépense nécessaire pour maintenir la société, et pour la conservation commune et particulière des associés, à proportion chacun du revenu de leur État, déduction faite des charges.

XXII. ARTICLE

§ 382

Les contingents ou contributions annuelles et ordinaires seront réglés par provision69 à la pluralité ; mais après que les commissaires du Sénat auront pris dans chaque État les éclaircissements nécessaires, on fixera pour trente ans aux trois quarts des voix ces contingents ordinaires sur lesquels se régleront toujours les contingents extraordinaires.

XXIII. ARTICLE

§ 383

Si après le règlement définitif des contingents, il se trouve que quelque souverain a trop payé par provision, et que quelque autre ait payé trop peu, celui qui aura trop payé sera remboursé par le Sénat, avec intérêt, des mêmes deniers que fournira, avec intérêt, celui qui aura trop peu payé.

XXIV. ARTICLE

§ 384

On ne changera rien aux articles fondamentaux ci-dessus exprimés, sans le consentement unanime de toutes les voix ; mais à l’égard des autres articles dont on pourra convenir ci-après, le Sénat des souverains pourra toujours, aux trois quarts des voix, y ajouter ou y retrancher, pour l’utilité commune des associés, ce qu’il jugera à propos.

§ 385

Tels sont les articles fondamentaux du traité que je propose ; dès qu’ils seront signés, le Sénat conviendra ensuite facilement, à la pluralité des voix, des autres articles, comme des moyens les plus propres pour l’entier établissement de l’Arbitrage chrétien.

§ 386

Il me reste à montrer dans cette seconde partie, qu’il serait incomparablement plus avantageux à chaque souverain en particulier, de signer ces vingt-quatre articles, que de ne les pas signer.

§ 387

Je commence par les républiques et par les souverainetés qui tiennent le plus du gouvernement républicain : c’est que dans ces États il y a un grand nombre de personnes dont le devoir est de s’instruire à fond de tout ce qui regarde le gouvernement, qui d’un côté ont assez de loisir pour lire et relire les mémoires importants, et qui de l’autre ont assez d’autorité pour les faire examiner dans les conseils. Il n’en est pas de même dans les monarchies ; il n’y a qu’un petit nombre de ministres qui aient l’autorité, et ceux-là accablés du nombre des affaires journalières, n’ont point le loisir de lire, et bien moins le loisir de réfléchir sur ce qu’ils ont lu ; d’ailleurs les passions de vengeance, d’ambition empêchent quelquefois les princes de voir leur vrai intérêt dans une proposition qu’on leur fait ; les conseils des républiques ne sont pas de même dans les délibérations, les passions y dominent bien moins que l’intérêt de la république.

§ 388

Après avoir adressé la parole aux conseils des républiques, je l’adresserai ensuite aux conseils des monarques les moins puissants, comme à ceux qui ayant le plus à craindre des suites fâcheuses du non Arbitrage, se sont plus disposés, à l’exemple des républiques, à convenir avec elles du traité d’Arbitrage et à prendre ensemble des mesures pour montrer avec succès à chacun des plus puissants les grands avantages qu’il en tirerait.

§ 389

J’adresserai enfin la parole à chacun des conseils des souverains les plus puissants d’Europe, afin d’amener ainsi par degré le lecteur à une parfaite conviction, que les monarques moins puissants, aussi bien que les républiques, et que les monarques les plus puissants, aussi bien que les moins puissants, n’ont aucune affaire à négocier qui soit tout ensemble si facile, si avantageuse et si pressée que le traité d’Arbitrage.

Venise

§ 390

Entre les républiques qui subsistent aujourd’hui sur la terre, la république de Venise est sans contestation la plus ancienne, et de beaucoup la plus ancienne ; elle a même cet avantage sur celles qui ont fait autrefois tant de bruit, et qui depuis longtemps ne subsistent plus, c’est qu’elle a déjà duré beaucoup plus que celles d’entre elles qui ont le plus duré.

§ 391

Cependant elle a presque toujours été environnée de monarques héréditaires, qui, pour l’ordinaire, sont plus ambitieux que justes, la plupart plus puissants qu’elle. Les Turcs, par exemple, ont depuis longtemps une puissance dix fois plus grande que la sienne, et à l’ambition des sultans se joignait encore la haine vive et implacable de leurs soldats mahométans contre les peuples chrétiens ; la république s’est néanmoins bien maintenue et subsiste encore présentement avec éclat.

§ 392

On a beau dire pour diminuer la réputation de sagesse de son gouvernement que la fortune s’est très souvent déclarée en sa faveur, - je conviens que dans les divers événements des États, il entre beaucoup de hasard -, mais on m’avouera aussi qu’il est impossible que ces hasards heureux se rencontrent toujours justes du même côté ; la mauvaise fortune succède quelquefois à la bonne ; or qui peut suppléer au moindre désordre que cause la mauvaise fortune dans un État aussi inférieur en force, si ce n’est la supériorité de génie, de prévoyance, d’habileté, de fermeté, de constance, en un mot une supériorité de sagesse dans celui qui se défend, proportionnée à la supériorité de force de l’ennemi qui attaque ?

§ 393

Si la longue durée de cette république, malgré la supériorité des ennemis du dehors, est un préjugé légitime de la supériorité de sa sagesse, on peut dire que cette même durée n’est pas une moindre preuve de cette grande sagesse, quand on considère que cet État a été en tout temps, et surtout en temps de paix, continuellement exposé aux ennemis du dedans ; ainsi il a fallu que les Vénitiens aient poussé plus loin que les autres nations les attentions scrupuleuses contre l’inquiétude perpétuelle des citoyens, qui s’étant ruinés follement, cherchent de nouveaux établissements dans un bouleversement général ; il leur a fallu user de grandes précautions, soit pour empêcher les conspirations de naître, soit pour les étouffer promptement dans leur naissance.

§ 394

Les cabales, les factions, les guerres civiles qui s’entreprennent sous le nom et l’apparence du bien public, sont des maladies d’État assez ordinaires, et souvent mortelles ; les républiques y sont même plus sujettes que les monarchies ; cependant la république de Venise, malgré ces maladies intestines, a duré plus longtemps qu’aucune autre ; ainsi il me semble que la grande durée de ce gouvernement doit être regardée comme une démonstration sensible de la supériorité de sa sagesse. Voilà ce qui m’a déterminé à m’adresser d’abord à elle pour lui présenter un projet inventé par un grand roi son allié, et contre lequel une des plus grandes objections, c’est que les vues en sont sages.

Proposition à démontrer

§ 395

Si dans l’état de non Arbitrage où sont les souverains et les souverainetés d’Europe, il n’y a aucun avantage pour la république de Venise qui ne soit pour elle dans l’état d’Arbitrage européen ; si dans l’état d’Arbitrage il y a pour elle des avantages immenses qu’elle ne saurait trouver dans le non Arbitrage, elle n’a rien à négocier avec eux qui soit en même temps plus important et plus pressé que les vingt-quatre articles fondamentaux du traité.

§ 396

Or dans le non Arbitrage il n’y a aucun avantage pour la république de Venise, qui ne soit pour elle dans l’Arbitrage européen ; il y a même pour elle dans l’Arbitrage des avantages immenses qu’elle ne saurait jamais trouver dans le non Arbitrage.

§ 397

Donc cette République n’a rien à négocier avec les souverains, qui soit en même temps plus important et plus pressé que ce traité.

Division des membres de la démonstration

§ 398

On peut considérer l’État de Venise, ou par rapport au dedans, c’est-à-dire à la manière de gouverner les citoyens qui le composent, ou par rapport au dehors ; c’est-à-dire par rapport à ce que cet État peut ou craindre ou espérer des voisins qui l’environnent, ou avec qui il est en commerce, il est évident que ces deux rapports comprennent tous les autres rapports.

Considérations par rapport au dedans

§ 399

Tout le gouvernement du dedans consiste en six articles.

§ 400

1o La police, qui a soin des établissements publics, qui maintient la forme et l’autorité des conseils, et qui règle ce que chaque citoyen doit au public, et ce que le public doit à chaque citoyen.

§ 401

2o La justice qui règle ce que chaque citoyen doit à un autre citoyen, et ce qui lui est dû par cet autre.

§ 402

3o Les finances et les dépenses publiques ou de l’État, soit ordinaires, soit extraordinaires.

§ 403

4o Le commerce intérieur, soit par terre, soit par mer, qui multiplie les richesses des citoyens.

§ 404

5o La milice en tant qu’elle est nécessaire contre les séditions pour la tranquillité et la sûreté du dedans.

§ 405

6o L’autorité et l’indépendance à l’égard des sujets.

§ 406

Voilà ce me semble tous les côtés par où l’on peut considérer l’État de Venise, et tout autre État, par rapport au dedans, et il n’y a rien qu’on ne puisse rapporter à ces six articles ; or on va voir sur chaque article que la signature du traité d’Arbitrage n’ôterait aucun avantage à l’État de Venise, et qu’au contraire cet établissement lui en procurerait plusieurs nouveaux et très considérables.

Police

§ 407

Je comprends sous ce titre l’éducation de la jeunesse, la conservation pacifique de la véritable religion, l’observation des règlements qui regardent la commodité, la propreté, la subsistance des villes, la santé, les plaisirs, les mœurs des citoyens, les collèges, les hôpitaux, les communautés, les métiers, les arts, les sciences, la distribution des emplois à ceux qui ont le plus de talents et le plus de zèle pour le bien public. Or 1o il est évident d’un côté, que l’établissement de l’Arbitrage ne nuira en rien à toutes ces choses, puisqu’il laissera et qu’il maintiendra la forme du gouvernement qui y est établie, et toute l’autorité des conseils et du Sénat.

§ 408

2o N’est-il pas évident de l’autre, que cet établissement délivrant pour toujours les citoyens de toute crainte de guerre, ceux qui gouvernent auront sept ou huit fois plus de loisir ? C’est que les soins des guerres actuelles, ou les précautions contre les guerres imminentes, occupent les trois quarts et demi du temps qu’on emploie dans les conseils ; ainsi ils auront assez de loisir pour examiner à fond les mémoires qu’on leur présentera, soit pour perfectionner l’éducation des enfants, soit pour conserver la religion dans sa pureté, soit pour rendre les villes plus commodes aux étrangers et aux bourgeois, soit pour favoriser davantage les arts et les métiers, à proportion qu’ils sont plus importants au bonheur des citoyens, soit pour parvenir à trouver les moyens de peser encore plus exactement les différents degrés de mérite de ceux qui se présentent pour les emplois publics.

§ 409

3o Comme les dépenses publiques, même les dépenses ordinaires, seront fort diminuées, l’État pourra bien plus facilement faire de nouveaux établissements, soit pour les hôpitaux, soit pour les manufactures, soit pour les collèges, et pour une infinité d’autres choses dont l’utilité sera beaucoup plus grande que la dépense.

§ 410

4o Les conseils délivrés de toute crainte de sédition et de révolte, auront plus d’autorité pour perfectionner tous les jours les règlements.

§ 411

5o Le Sénat dans la situation présente, regarde ses voisins comme autant d’ennemis prêts à lui faire la guerre, et regarde par conséquent les étrangers, et surtout les ambassadeurs, comme autant d’espions ; ainsi il a sagement établi que les citoyens, et surtout les sénateurs, n’auraient aucun commerce avec les ambassadeurs, et que les sénateurs n’auraient que fort peu de commerce avec les autres étrangers ; il a même sagement établi que les sénateurs n’entretinssent presque aucun commerce de lettres dans les pays étrangers : mais on m’avouera que cette police, que cette précaution qui est si sage, est en même temps bien contraignante pour les honnêtes gens, et qu’elle prive et les Vénitiens et les étrangers d’un grand agrément, et même de beaucoup d’avantages qu’ils retireraient de ce commerce70. Or par l’établissement de l’Arbitrage, le Sénat n’ayant plus de besoin de semblables précautions contre ses voisins, dont il n’aura plus rien à craindre par la protection de la société chrétienne, laissera liberté entière de commerce à tous ses citoyens, avec tous les étrangers.

§ 412

6o Outre le fléau de la guerre dont l’Arbitrage délivrerait pour toujours les Vénitiens, il reste encore deux fléaux à craindre, c’est la peste71 et la famine : or les sénateurs étant beaucoup moins occupés des affaires du dehors, et l’État beaucoup plus riche par le retranchement des dépenses de la guerre, le Sénat pourrait bien plus facilement prendre les précautions nécessaires contre les maladies contagieuses et faire des magasins suffisants contre la famine72.

§ 413

7o Il naît de temps en temps des génies sublimes et merveilleux pour perfectionner les diverses parties du gouvernement qui ont beaucoup de zèle pour le bien public, constants, laborieux, aimables d’ailleurs par leurs manières douces, polies, insinuantes ; ils s’acquièrent bientôt un grand crédit, car on loue et l’on fait valoir volontiers les talents de ceux qu’on aime ; mais la République en l’état de danger où elle se trouve perpétuellement par rapport à l’ambition de ses citoyens et à la mauvaise volonté de ses voisins, craint de donner de l’autorité à un grand homme, ou s’il en a, elle la lui ôte, de peur que piqué de quelque refus, ou offensé de quelque défiance, il ne vint à en abuser pour se faire roi avec le secours du peuple et de quelque prince voisin.

§ 414

Cette situation de crainte perpétuelle, de danger perpétuel, met le sage Sénat dans la fâcheuse nécessité de se priver souvent du secours des conseils et de l’autorité de ces grands hommes, en les éloignant des grands emplois où ils mettraient tous les jours au profit du public, l’autorité publique. Cette police est nécessaire pour la sûreté du gouvernement, j’en conviens, mais quelle perte pour un État, car on sait que tel génie, qui est au fait des affaires, trouverait souvent lui seul en un an plus de remèdes et plus convenables aux maux, et plus d’expédients admirables pour multiplier les biens des citoyens, que cent autres esprits médiocres ne feraient en dix ans ; or ôtez à cette République tout sujet de crainte par la protection mutuelle de la société chrétienne, elle n’exercera plus cette espèce d’ostracisme envers ses plus excellents ministres, et elle tirera ainsi tout le fruit qu’elle peut se promettre de leurs grands talents.

§ 415

8o Il n’y a personne qui connaisse tant soit peu le gouvernement de Venise qui n’ait ouï parler du terrible tribunal du Conseil des Dix, établi pour veiller contre les esprits séditieux, sur les moindres apparences de commerce avec les étrangers, sur la moindre parole qui marque du mécontentement du gouvernement, sur la déposition d’espions ou trompés, ou trompeurs73. Un noble, homme de bien, homme habile, est arrêté, on lui fait son procès, sans observer les formes ordinaires, sans lui donner les moyens ordinaires de se justifier, on ne lui confronte point de témoin ; nul n’ose ni plaider, ni écrire, ni solliciter pour lui ; souvent, il ne sait pas précisément ce dont on l’accuse ; cependant quand les innocents n’ont point de moyens de prouver leur innocence, les meilleurs citoyens sont dans une crainte perpétuelle, ce qui est un très grand mal et une très grande servitude pour les plus gens de bien ; mais c’est un mal nécessaire que ce tribunal qui n’observe point les formes ordinaires, pour éviter un plus grand mal, qui est la sédition ; or l’établissement de l’Arbitrage donnant à la République leur sûreté suffisante contre les séditieux, délivrerait les nobles de ce terrible esclavage, et ils seraient sûrs, étant innocents, de n’être jamais punis comme coupables, malheur arrivé à tant de gens de bien, et entre autres à Antoine Foscarini, un des plus grands hommes qui aient été dans la République74.

§ 416

Donc l’établissement de cette société de protection mutuelle, loin de rien ôter à l’État de Venise, au sujet de la police lui procurerait de ce côté-là un très grand avantage.

Justice

§ 417

Une des choses les plus importantes pour le bonheur des citoyens, c’est de faire des lois si claires sur toutes les matières, et sur tous les cas qui peuvent faire naître les procès que le nombre en diminue tous les jours ; mais il ne faut pas le dissimuler : les lois civiles, en l’état que nous les voyons, sont encore bien éloignées de cette perfection où elles régleraient clairement tous les cas possibles ; cette perfection ne peut s’acquérir qu’avec beaucoup de temps, et par le travail assidu d’un certain nombre de juges, qui, outre une longue expérience de ces sortes d’affaires, aient encore une certaine supériorité de génie, une exactitude, une netteté et une justesse d’esprit absolument nécessaires pour prendre, toujours ou presque toujours, le parti le plus équitable, et pour composer chaque article des lois, de sorte que l’une loin de paraître opposée à l’autre, semble la supposer et faire partie nécessaire d’un même tout.

§ 418

Or pour payer ce travail de ces grands hommes, pour donner le loisir aux conseils supérieurs d’examiner mûrement les articles que l’on proposera d’ajouter ou de retrancher dans les lois civiles et criminelles avec toutes les raisons de part et d’autre, il faut d’un côté que l’État puisse faire un fond pour une pareille dépense, et que les ministres qui ont seuls l’autorité législative aient le temps de lire ces mémoires. Or comment auraient-ils ce fond et ce temps-là tant qu’ils seront dans la nécessité de consommer les fonds de l’État en troupes, en fortifications, en vaisseaux, et les trois quarts et demi du temps destiné aux conseils, à prendre des précautions et à donner des ordres pour se garantir des ennemis du dedans et du dehors ?

§ 419

Au lieu que, par l’établissement de la protection mutuelle, les Vénitiens délivrés de tout sujet de crainte, de toutes sortes d’ennemis, auront tout le loisir et tout le fond nécessaire pour perfectionner leurs lois et l’administration de la justice entre les citoyens.

§ 420

Donc l’établissement de cette société, loin de rien ôter à l’État de Venise par rapport à l’administration de la justice, lui procurerait de ce côté-là un très grand avantage.

Finances

§ 421

1o À l’égard des subsides ordinaires que la république de Venise est obligée de lever sur les citoyens pour chaque guerre, non seulement l’Arbitrage ne les augmenterait point ; mais il est visible au contraire qu’il les diminuerait au moins des trois quarts, puisque la République n’aurait besoin de lever des subsides extraordinaires75 que dans le cas où l’Europe entière aurait à faire ou à soutenir quelque guerre contre quelque ennemi de la société européenne, ce qui n’arriverait pas deux fois en deux cents ans.

§ 422

2o À l’égard des finances ordinaires pour les garnisons, pour les fortifications, pour les vaisseaux de guerre, comme il n’y aurait plus aucune guerre à craindre de la part des voisins, ces dépenses ordinaires, loin d’augmenter diminueraient considérablement, puisque la République ne paierait que cent mille écus par an pour l’entretien de la ville de paix, environ deux cent mille écus pour les troupes actuelles qu’elle entretiendrait dans l’État, et autres deux cent mille écus qu’elle paierait pour son contingent de troupes entretenues sur les frontières d’Europe ; ainsi des trois millions que je suppose que lui coûtent ces dépenses de précaution, elle y gagnerait encore la moitié, ce serait cinq cent mille écus d’épargne.

§ 423

3o De ce fond de cinq cent mille écus d’épargne, l’État pourrait d’abord en quatre ans en faire un trésor de six millions, et employer ensuite les années suivantes cinq cent mille écus de rente à faire des canaux, des ponts, des chemins pavés, et d’autres établissements dont l’utilité est trois fois plus grande que la dépense.

§ 424

4o Outre les dépenses que les guerres causent à la république de Venise, elles causent encore de grandes inquiétudes aux citoyens, et surtout aux habitants des frontières, et ce sont de grands maux dont les subsides qu’ils payent ne les exemptent pas.

§ 425

5o Les provinces frontières qui sont si souvent ruinées par les courses76, par les incendies, par les contributions, par les fourragements77, et qui par conséquent payent beaucoup moins à l’État que les autres, deviendraient les plus riches par le commerce étranger, et paieraient à l’État plus que les autres parce qu’elles paieraient à proportion de leur commerce.

§ 426

Donc l’établissement de cet Arbitrage protecteur, loin de rien ôter à la république de Venise, par rapport aux finances, lui procurerait encore de ce côté-là un très grand avantage.

Commerce intérieur

§ 427

1o Le commerce intérieur des Vénitiens se fait la plus grande partie par mer, et par conséquent en temps de paix, même leurs vaisseaux marchands ont besoin de convois contre les corsaires, et ces corsaires, malgré les convois78, ne laissent pas de prendre encore le long de l’année plusieurs vaisseaux ; il faut que ces pertes payent, et au-delà, la dépense et les avances des corsaires : or ces pertes, la dépense des vaisseaux de convoi, la crainte de ces corsaires, tout cela diminue fort le commerce de mer entre les Vénitiens même. Or par l’établissement de l’Arbitrage protecteur, loin qu’il eût un plus grand nombre de corsaires à craindre, il n’y en aurait point du tout, ni dans la Méditerranée ni ailleurs.

§ 428

2o Dans les temps de guerre, c’est bien pis, parce que les vaisseaux de guerre de l’ennemi sont autant de corsaires ; ainsi il est absolument nécessaire que le commerce maritime des Vénitiens, sur leurs propres terres, ne souffre beaucoup davantage, et ne diminue très considérablement.

§ 429

3o On sait qu’en Italie il s’élève de temps en temps des troupes de bandits qui en rendant les chemins et les canaux peu sûrs, et les maisons de campagne dangereuses à habiter, diminuent fort aussi le commerce intérieur de terre. Or loin que l’Arbitrage augmentât le nombre de ces bandits, il est visible qu’il n’y aurait plus de réforme parmi les troupes, et que c’est de ces réformes79 dont naissent les bandits ; il est certain que les troupes entretenues dans l’État étant alors toutes occupées à exterminer ces voleurs, les chemins seraient parfaitement sûrs, et les habitations de la campagne n’auraient plus rien à craindre.

§ 430

4o Il est certain, comme nous l’avons déjà remarqué, que si l’État était déchargé des dépenses de la guerre, il pourrait employer partie des deniers publics à faire de nouveaux canaux, à réparer les anciens, et à rendre les chemins plus commodes en toute saison, ce qui doublerait le commerce intérieur de terre.

§ 431

Donc l’établissement de l’Arbitrage protecteur, loin de rien ôter à l’État de Venise, par rapport au commerce intérieur, lui procurerait de ce côté-là un très grand avantage.

Milice contre les rebelles

§ 432

Il est certain que s’il fallait entretenir toujours quatre mille hommes dans l’État de Venise, pour apaiser les séditions, lorsque les séditieux peuvent espérer du secours des voisins de l’État, il n’en faudra pas le quart, lorsque d’un côté les séditieux ne pourront espérer aucun secours étranger, et lorsque de l’autre la République sera sûre d’un secours étranger tout puissant contre les séditieux : or voilà une très grande différence entre les effets du non Arbitrage, et les effets de l’Arbitrage.

§ 433

Donc l’établissement de l’Arbitrage européen, loin de rien ôter à la république de Venise, par rapport au nombre de la milice qu’elle entretient pour sa sûreté contre les séditieux, et loin de diminuer cette sûreté, procurerait de ce côté-là un très grand avantage aux Vénitiens, en leur donnant beaucoup plus de sûreté, et à beaucoup moindres frais.

Autorité et indépendance à l’égard des sujets

§ 434

Plus celui qui commande est à craindre par les inférieurs, plus il a d’autorité ; moins le souverain a à craindre de ses sujets, plus il a d’indépendance.

§ 435

Or 1o après l’établissement de l’Arbitrage les conseils, les magistrats de Venise, sûrs en tout temps du secours tout puissant de la société, seront plus à craindre par ceux même qui seraient les plus portés à la résistance et à la révolte, donc les conseils, les magistrats auront plus d’autorité dans l’Arbitrage qu’ils n’avaient dans le non Arbitrage.

§ 436

2o Par la même raison les conseils, les magistrats de Venise après l’établissement de l’Arbitrage, sûrs d’une protection toute-puissante, n’auront plus rien à craindre des esprits les plus disposés à la sédition et à la révolte.

§ 437

3o Le peuple et les citadins n’ont pas oublié qu’en 1298 ils élisaient tous ceux qui devaient entrer dans le Grand Conseil et qui devaient remplir les magistratures, et que cette année-là le droit d’entrer au Grand Conseil d’électif qu’il était devint héréditaire. Il y a présentement environ 2 500 nobles qui y ont entrée ; mais ce n’est pas la centième partie du reste du peuple ; ainsi les nobles ont toujours à craindre que quelque séditieux comme Tiépole80 ne mette le peuple en mouvement sous prétexte de le faire rentrer dans ses anciens droits.

§ 438

Donc après l’établissement de l’Arbitrage, ils seront dans une indépendance encore plus parfaite à l’égard des sujets qu’ils n’étaient dans le non Arbitrage.

§ 439

Donc du côté de l’autorité et de l’indépendance, le Sénat, loin de perdre quelque chose à l’établissement de l’Arbitrage protecteur, en tirera un avantage considérable.

Considérations par rapport au dehors

§ 440

On a considéré l’État de Venise par rapport au dedans, et l’on vient de voir que par quelque côté qu’on le considère, loin que cette République puisse n’en perdre des avantages qu’elle a dans le non Arbitrage, elle ne ferait que les augmenter tous très considérablement par l’établissement de l’Arbitrage. Il nous reste à la considérer par rapport au dehors c’est-à-dire par rapport à ses voisins, et par rapport à ceux avec qui elle est en commerce. Voyons dans laquelle des deux situations de l’Arbitrage ou du non Arbitrage elle aurait moins à en craindre et plus à en espérer.

§ 441

Dans le non Arbitrage, c’est-à-dire dans l’État d’Impolice où sont encore les nations les unes à l’égard des autres, on peut considérer les voisins de la république de Venise :

§ 442

1o par rapport au profit qu’elle peut faire avec eux par le commerce ou de terre ou de mer dans les temps de paix ou plutôt dans les temps de trêve ;

§ 443

2o par rapport aux ligues de mutuelle protection qu’elle peut faire avec quelques-uns d’entre eux pour leur commune conservation ;

§ 444

3o par rapport aux conquêtes que ses ennemis peuvent faire de partie de son territoire ;

§ 445

4o par rapport aux conquêtes qu’elle peut faire sur le territoire de ses ennemis ;

§ 446

5o par rapport à l’entretien des troupes et aux autres précautions qu’elle peut prendre contre un ennemi puissant, perfide et irréconciliable ;

§ 447

6o enfin par rapport à la dépendance ou à l’indépendance où la République est à l’égard de ses voisins et où ses voisins sont à son égard.

§ 448

Voilà tous les côtés par lesquels on peut considérer la République, par rapport au dehors. Or je soutiens, et il est facile de démontrer, qu’à l’égard des deux premiers et des deux derniers articles, l’Arbitrage, loin de lui rien ôter, lui procurerait des avantages considérables ; et que si à l’égard du quatrième, cet établissement lui ôte quelque chose en lui ôtant l’espérance de conquérir, il lui rend autant et même plus dans le troisième en la délivrant pour jamais de toute crainte d’être envahie ; mais voyons la chose plus en détail.

Commerce étranger

§ 449

Les Vénitiens conviennent que le commerce étranger apporte un très grand profit à leur État. Or il est évident qu’il serait incomparablement plus grand s’il n’était plus jamais interrompu par les guerres étrangères, et si chacun des négociants pouvait s’assurer qu’il ne serait jamais interrompu, et que dans les chambres frontières on leur rendrait justice exacte dans leurs différends avec les négociants étrangers. Or il n’y aurait plus de guerres étrangères après rétablissement de l’Arbitrage et personne ne pourrait plus les craindre.

§ 450

Si le commerce étranger de la République en l’état qu’il est, aussi souvent interrompu qu’il l’est, et où l’on craint toujours qu’il ne le soit, rend quatre millions de profit à la République, il est certain qu’étant devenu inaltérable, il lui rendrait bientôt huit millions et irait toujours en croissant et croîtrait beaucoup plus dans l’Arbitrage que dans le non Arbitrage, par trois autres raisons : 1o il y aurait beaucoup de Vénitiens qui étaient employés à la guerre dans le non Arbitrage qui seraient obligés de s’employer au commerce ; 2o l’argent qui s’emploie à la guerre s’emploierait au commerce ; 3o le temps que les conseils emploient à diriger la guerre, ils l’emploieraient à mieux diriger et à favoriser le commerce. On peut y en ajouter une quatrième, c’est qu’il meurt beaucoup de citoyens à la guerre, qui ne mourraient pas si tôt durant la paix ; et l’on sait que la multitude des citoyens sert beaucoup à multiplier le commerce et par conséquent les richesses de l’État.

§ 451

Donc l’établissement de l’Arbitrage, loin de rien ôter à l’État de Venise par rapport au commerce étranger, lui procurerait de ce côté-là un très grand avantage.

Ligues

§ 452

La République n’étant pas assez puissante pour conserver ses États81, est dans la nécessité de faire des ligues : mais dans le non Arbitrage ces ligues ont de très grands inconvénients qu’elles n’auraient point dans l’Arbitrage.

§ 453

1o C’est qu’en considération de ce secours les Vénitiens sont obligés en beaucoup d’occasions d’accorder à leurs alliés plusieurs demandes ou onéreuses ou injustes qu’ils n’accorderaient point sans cela, et d’acheter ainsi par des complaisances présentes des secours à venir82.

§ 454

2o C’est que cette protection, ces secours ne les dispensent pas de faire une prodigieuse dépense en temps de guerre.

§ 455

3o C’est que cette protection n’est pas assez puissante ou du moins n’est pas assez constante et assez certaine pour les préserver de la crainte de perdre et de la perte même de plusieurs parties de leur État, on s’en souvient en se souvenant de la perte de Chypre et de la perte de Candie83.

§ 456

Au lieu qu’après l’établissement de l’Arbitrage les Vénitiens ne seront plus obligés qu’à accorder les demandes que l’Arbitrage trouvera justes ; ils ne seront plus obligés à des dépenses extraordinaires et avec la sixième partie de la dépense extraordinaire, ils seront à couvert et de la crainte de rien perdre et de la perte même. Enfin ils n’auront plus à craindre ni que leurs alliés soient trop faibles pour les secours puissamment, ni qu’ils manquent de constance dans leur bonne volonté.

§ 457

Donc l’établissement de l’Arbitrage protecteur, loin de rien ôter à l’État de Venise par rapport aux utilités qu’il peut tirer des ligues, lui procurerait de ce côté-là même un très grand avantage.

Conquêtes passives

§ 458

Les Vénitiens n’ont à craindre que deux choses de leurs voisins, la première, l’interruption d’un commerce qui leur apporte du profit et la seconde, que quelque voisin ne fasse quelque conquête sur eux. Quant au premier sujet de crainte, on a déjà vu que dans le non Arbitrage, le commerce serait fort resserré et fort inconstant, et qu’il n’y a que dans l’Arbitrage permanent que le commerce serait universel et perpétuel.

§ 459

À l’égard des conquêtes passives il est évident que l’État de Venise, environné d’ennemis beaucoup plus puissants qu’elle et fort intéressés à s’accroître à ses dépens, a présentement dans le non Arbitrage, un très grand sujet de craindre la perte de tout ou partie de son territoire ; au lieu qu’il est visible que dans l’Arbitrage, les limites des États et de leurs territoires devenant absolument immuables, cet État n’aurait plus à craindre les invasions, c’est-à-dire les conquêtes passives.

§ 460

Que les plus habiles sénateurs y pensent et repensent, ils ne trouveront jamais aucun moyen d’avoir sûreté suffisante contre les invasions, si ce n’est cet établissement d’Arbitrage protecteur que leur a déjà proposé Henri IV leur ami, témoin les dépêches de Canaye son ambassadeur à Venise84 et témoin les mémoires du duc de Sully son premier ministre85.

Réflexion

§ 461

Si trois ou quatre gens d’un esprit excellent et de différentes nations eussent été payés alors par le Sénat pour défricher, pour éclaircir les difficultés de ce beau projet, ils l’auraient sans doute mieux éclairci et plus approfondi que je n’ai pu faire, et l’auraient en dix ans mis en tel état de clarté qu’il n’y eût aucun souverain, si puissant qu’il eût été, qui, lisant ces ouvrages dans sa langue, n’eût vu qu’il lui était incomparablement plus avantageux de signer un pareil traité que de ne le pas signer ; la société chrétienne se serait formée et les Vénitiens n’auraient pas fait les dépenses prodigieuses qu’ils ont faites en troupes et en fortifications depuis près de cent ans ; ils n’auraient pas perdu Candie que je regrette toujours, et que toute la chrétienté doit toujours regretter86.

§ 462

Si les Vénitiens, dis-je, il y a cent ans, firent une faute de n’avoir pas fait fouiller cette mine87 si riche que leur indiquait Henri IV, les Vénitiens d’aujourd’hui en feraient une beaucoup plus grande à présent que ce projet est bien plus éclairci, et qu’ils peuvent pour ainsi dire faire l’essai eux-mêmes des morceaux de cette riche mine que je leur présente.

Conquêtes actives

§ 463

1o Il est vrai que dans le non Arbitrage la république de Venise absolument parlant peut faire des conquêtes sur l’empereur et sur les Turcs : mais il n’est pas difficile de voir qu’elle renoncerait bien volontiers à en faire sur ces puissants voisins, si ces puissants voisins donnaient sûreté suffisante de leur côté de n’en jamais faire sur elle.

§ 464

2o Les conquêtes que la République pourrait faire sur chacun de ces puissants princes dont elle est tout environnée, seraient si peu de chose et lui coûteraient si cher en comparaison de ce qu’elles lui rapporteraient, que renoncer à un pareil avantage c’est renoncer à faire une perte.

§ 465

3o Elle ne peut garder l’espérance de faire des conquêtes sur ces deux puissants voisins, qu’elle ne leur laisse en même temps l’espérance d’en faire à ses dépens : or en leur laissant pareilles espérances, ne demeurerait-elle pas dans un très grand danger d’être un jour envahie si elle choisissait de demeurer dans le non Arbitrage ? Elle serait comme un joueur insensé qui hasarde tout pour gagner très peu et qui hasarde à un jeu dont les frais sont beaucoup plus grands que ce qu’il peut raisonnablement espérer de gagner. Or un pareil parti convient-il à la sage République ? C’est pourtant le parti que prendra ce Sénat si prudent s’il continue à demeurer dans la même indolence et dans la même inaction que le Sénat d’il y a cent ans.

§ 466

4o Si la république de Venise était égale en forces à l’un ou à l’autre de ses voisins, il y aurait encore à perdre pour elle à demeurer dans l’état de non Arbitrage, c’est-à-dire, dans l’état de conquête, active et passive, puisque à hasards égaux, à fortune égale, après cent ans de trêves et de guerre, chaque État se trouvera à peu près dans les mêmes limites, et que les frais de la guerre qui sont immenses seraient pour elle au bout de cent ans en pure perte ; mais il s’en faut bien qu’elle soit égale en force, ainsi il est extrêmement de son intérêt de n’être pas forcée de jouer à un jeu si dangereux et si désavantageux pour elle, et elle y peut être toujours forcée tandis que l’Arbitrage protecteur ne sera point établi.

§ 467

Je sais bien que cette République a plusieurs prétentions légitimes, ou qu’elle croit légitimes, contre plusieurs de ses voisins ; et par ce traité qui n’est que confirmatif des traités précédents, elle renonce en faveur de ses voisins à toutes ses prétentions en considération des avantages immenses d’un commerce perpétuel et d’une sûreté suffisante et réciproque ; elle se contente du territoire qu’elle possède actuellement88 ; mais ces mêmes voisins n’ont-ils pas plusieurs prétentions qu’ils croient légitimes sur quelques parties du territoire dont elle est en actuelle possession ? Le pape ne prétend-il rien sur la Polésine89, l’Empereur, comme duc de Milan, ne prétend-il rien sur Crême, sur Bresse, sur Bergame90, etc. ? Et cependant, par ce traité, en considération des avantages immenses d’une paix perpétuelle, ne renoncent-ils pas tous en sa faveur à toutes ces prétentions ? Ces pays rapportent à la République plus de cinq millions de revenu. L’Empereur n’a-t-il pas encore des prétentions sur le Frioul, sur la Dalmatie qui rapportent plus de cinq cent mille écus ?

§ 468

Donc l’établissement de l’Arbitrage protecteur, loin de rien ôter à la république de Venise, par rapport aux conquêtes actives et passives, lui procurerait de ce côté-là même un avantage inestimable.

Milice contre les étrangers

§ 469

La crainte perpétuelle où doit être la République contre les invasions de ses voisins la met dans la nécessité d’entretenir un nombre de troupes d’autant plus grand et à faire d’autant plus de dépense en fortifications, en magasins, en vivres, en munitions, que son ennemi est plus puissant et plus armé. Or si cette dépense est déjà très grande en temps de paix, combien devient-elle plus grande en temps de guerre ! Si je savais à peu près la dépense qu’elle a faite pour conserver Candie, j’en parlerais, et il est certain que les sommes assemblées feraient bien plus d’impression sur les lecteurs ; cette ignorance où je suis diminue à la vérité quelque chose de la force du raisonnement, mais elle ne diminue rien de la justesse.

§ 470

Je dis donc que dans l’état d’Arbitrage la précaution contre ses voisins puissants ne coûtera à la République que son contingent pour entretenir la ville de paix, et que la dépense pour les guerres étrangères ne lui coûterait que son contingent pour garantir la société d’Europe des ennemis de cette société ; or qui ne voit que ces deux sortes de contingents n’iraient pas à la moitié ni même au quart ni même à la huitième partie de ce qu’il lui en coûte année commune91 et qu’avec huit fois plus de dépense elle a huit fois moins de sûreté de sa conservation qu’elle n’en aurait si la société chrétienne était établie ?

§ 471

Je viens d’apprendre d’un homme instruit que la République tire plus de vingt millions de subsides ordinaires de ses États ; j’en ai vu le détail ; j’ai appris que pendant la guerre de Candie, elle tirait un tiers de plus, et que par-dessus cela elle s’était encore endettée de soixante-quatre millions. D’ailleurs on peut croire que de ces vingt millions, il y en a du moins les deux tiers, c’est-à-dire, plus de treize millions employés aux précautions contre les ennemis du dehors ; ainsi en retenant les subsides ordinaires, ils épargneraient au moins dix millions, sans compter l’épargne des subsides extraordinaires qui va au moins en chaque siècle à cinq millions par année commune de guerre.

§ 472

Donc l’établissement de l’Arbitrage, loin de rien ôter à la république de Venise par rapport à la milice contre les étrangers, ne ferait que lui procurer de ce côté-là un profit immense et tel qu’elle n’en peut jamais espérer un pareil, par aucun traité possible.

Dépendance et indépendance à l’égard des voisins

§ 473

Nous avons montré que la république de Venise quoiqu’indépendante à l’égard de ses sujets, est d’autant plus dépendante de ses voisins qu’elle a plus à en espérer et plus à en craindre ; il est vrai que ses voisins en dépendent à leur tour soit par les biens qu’elle peut leur procurer par son commerce, soit par les dommages qu’elle peut leur causer par la guerre, surtout étant unie avec des associés puissants. Ainsi on peut dire qu’il y a entre elle et ses voisins une dépendance mutuelle, quoi qu’il y ait aussi entre ces souverains une sorte d’indépendance, en ce que chacun d’eux peut se gouverner chez soi comme il lui plaît sans avoir à en rendre compte à ses voisins.

§ 474

Nous avons montré qu’à l’égard de cette sorte d’indépendance d’autorité et de souveraineté sur les sujets, l’Arbitrage n’en ôterait rien à la République ; mais même qu’il l’augmenterait encore.

§ 475

À l’égard de la dépendance mutuelle où la République est à l’égard de ses voisins, il est certain qu’elle n’augmenterait pas par l’établissement de l’Arbitrage puisque ces souverains n’augmenteraient pas le pouvoir de lui nuire, et qu’au contraire cet établissement, affermissant pour toujours le commerce et posant des bornes immuables au territoire de chaque État, elle n’aurait plus rien à craindre des invasions de leur part ; elle dépendrait à la vérité désormais de ses voisins comme de ses juges ; mais 1o Elle ne dépendrait pas de ses seuls ennemis comme elle fait. 2o Elle n’en dépendrait que pour des sujets de contestation très peu importants, au lieu que ses ennemis étant ses juges aussi dans le non Arbitrage, et des juges animés d’un esprit de vengeance et d’avarice, ils sont pour elle d’autant plus redoutables qu’ils sont plus puissants et plus intéressés à sa destruction ; au lieu qu’elle ne dépendrait plus que de juges, ses associés et ses protecteurs, intéressés à sa conservation et à ne rien juger contre elle en faveur d’un de ses voisins que ce qu’elle voudrait en pareille occasion être jugé pour elle contre un autre voisin. 3o Elle est aussi leur juge et ils dépendraient autant d’elle qu’elle dépendrait d’eux. Or il n’y a qu’à comparer la sorte de dépendance mutuelle où la République est présentement avec ses voisins dans le non Arbitrage avec la dépendance mutuelle, où elle serait avec ces mêmes voisins dans l’Arbitrage ; et l’on verra clairement que de ce côté-là, loin que l’établissement proposé lui ôtât rien, il lui procurerait au contraire par une protection réciproque toute-puissante et perpétuelle une indépendance aussi grande et aussi parfaite que les hommes, que les nations, que les souverains en puissent jamais avoir sur la terre.

PREMIÈRE OBJECTION

§ 476

Le projet de traité que vous proposez est dans le fond très avantageux à notre République, m’a dit un Vénitien, mais il y a un grand obstacle. C’est que les dix ou douze sénateurs les plus habiles et les plus autorisés de la République sont tellement occupés d’affaires journalières, importantes et pressées, que l’on ne peut presque pas espérer qu’ils aient jamais le loisir de lire votre projet et de l’examiner à fond. Il faudrait que chacun d’eux pût pendant dix ou douze jours, travailler deux heures de suite à cette affaire. Or le moyen d’obtenir d’eux un pareil travail, un pareil examen ? Cependant sans cette lecture, sans cet examen, ils ne prendront jamais aucune résolution sur ce projet de traité. D’ailleurs la plupart de ces ministres n’entendent pas la langue où l’ouvrage est écrit.

Réponse

§ 477

1o Je conviens qu’avant que vos principaux ministres entendent parler du projet d’Arbitrage protecteur, il faut qu’un grand nombre de sénateurs et d’autres citoyens l’aient lu et approuvé, et qu’il faut pour le leur faire lire qu’il y en ait à Venise un grand nombre d’exemplaires en italien92 ; mais n’est-il pas vrai que ces sortes de livres qui intéressent tout le monde et surtout les gens de lettres trouvent partout à la longue des traducteurs, des imprimeurs et des auteurs ? Il manque même à l’ouvrage des notes historiques ou des observations politiques que les traducteurs plus instruits des affaires de leur pays que ne peut jamais être l’auteur, pourraient facilement y ajouter et qui embelliraient fort l’ouvrage.

§ 478

2o Les sénateurs qui auront approuvé le projet, ne pourront-ils pas en parler aux principaux ministres comme de l’affaire la plus importante de la République, puisqu’elle embrasse toutes les affaires du dedans et du dehors, et qu’elle les abrégerait et les faciliterait infiniment ? Ne peuvent-ils pas en parler à ces ministres comme d’une affaire très pressée ? Car enfin s’il est vrai que cet établissement épargnerait à la République au moins deux millions d’écus par année commune93, il est visible que le retardement coûterait à la République cinq cent mille écus par mois. Or que l’on trouve dans l’État une affaire qui presse davantage à finir.

§ 479

3o Dès que cette affaire sera présentée aux ministres par plusieurs sénateurs comme l’affaire la plus importante et la plus pressée de la République, serait-il possible que ces ministres ne voulussent pas donner le temps nécessaire pour l’examiner et même pour trouver les moyens de lever les difficultés qui se rencontreraient dans l’exécution ? Et que font-ils autre chose sur chaque affaire dans leurs différents conseils que lever des difficultés pour des affaires incomparablement moins importantes et moins pressées ?

§ 480

4o Ce n’est pas ici une de ces affaires qui pour réussir demande d’être traitée avec beaucoup de secret ; au contraire, plus on la traite publiquement, plus elle devient facile à exécuter, parce que chacun étant intéressé à l’exécution d’un pareil projet, chacun aide à trouver les expédients les plus propres à l’exécuter ; et si les principaux ministres n’ont pas le loisir d’examiner ces expédients, ils peuvent facilement former une congrégation, un bureau, une jonte94 pour cet examen, et s’il se trouvait encore quelque chose à éclaircir, promettre des récompenses honorables et utiles à ceux qui donneront de meilleurs mémoires sur la matière, afin que les commissaires de la congrégation ayant plus de facilité à l’approfondir, puissent prendre de plus justes mesures pour rendre le projet plus facile à exécuter.

§ 481

5o S’il arrivait que les Turcs attaquassent la République, n’est-il pas de son intérêt, tandis qu’avec ses armes elle fera tous ses efforts pour soutenir la guerre, qu’elle tâche de l’autre pour la soutenir plus longtemps et pour obtenir une paix avantageuse, de commencer à proposer une ligue, une association générale aux chrétiens ? Et peut-elle jamais en proposer une plus avantageuse à chaque société que le traité dont il est question ? Peut-elle la proposer dans un temps plus favorable, puisque la guerre ne divise plus les plus puissants ? A-t-elle une négociation plus importante et plus pressante que de se procurer un secours tout puissant qui ne lui coûtera rien ? A-t-elle une négociation plus facile à faire réussir que celle qui apportera à chaque allié un très grand avantage en ce que cela leur produira une société permanente, une sûreté et une protection réciproque, une exemption perpétuelle de toute guerre, et par conséquent un commerce qui ne sera jamais interrompu ?

§ 482

Si durant la paix elle peut craindre une guerre prochaine, a-t-elle rien de plus pressé à négocier qu’un traité qui la mettrait entièrement à couvert d’une pareille crainte ? Il n’est donc pas à craindre que ni durant la paix ni durant la guerre ce traité ne paraisse pas assez important ou assez pressé pour être examiné par les principaux ministres de la République ou par ceux qui seront députés par le Sénat. J’écrivais ceci avant la guerre des Turcs contre les Vénitiens et j’apprends que la République a déjà presque entièrement perdu la Morée95.

II. OBJECTION

§ 483

Pour former entre les souverains chrétiens une société de protection mutuelle pour établir entre eux un Arbitrage permanent, un commerce perpétuel, il ne suffit pas, m’a dit le Vénitien, que notre République soit toute disposée à signer les articles fondamentaux du traité ; il faut encore que les autres souverains et surtout les plus puissants y soient aussi disposés. Un traité ne se signe que par différentes parties qui ont plus intérêt, et qui trouvent plus d’avantages à le signer qu’à ne le pas signer. Or qui d’entre eux le voudra signer avec nous et comment oserons-nous le leur proposer ?

Réponse

§ 484

À l’égard des républiques et des souverains qui ont pour voisins et par conséquent pour ennemis quelques souverains plus puissants, il est évident qu’ayant autant d’intérêt de signer ces articles fondamentaux du traité qu’en a la république de Venise, ils seront autant disposés qu’elle à les signer ; et tels sont les Hollandais, le roi de Portugal, les Génois, le roi de Sicile, les autres princes d’Italie, les Suisses, la plupart des Électeurs, les autres princes d’Allemagne moins puissants et le roi de Danemark.

§ 485

Donc les Vénitiens ne signeront pas eux seuls ces articles ou ne les proposeront pas en vain à signer à d’autres potentats ; l’intérêt de ces potentats se verra dans la suite et se verra si clairement qu’il faudrait qu’ils fussent insensés si à l’aspect de tous les grands avantages qu’ils tireraient de ce traité ils refusaient de le signer, et c’est ce que l’on ne peut pas supposer ; il ne faut donc pour avoir la hardiesse de le leur proposer que leur faire l’honneur de ne les pas croire des insensés.

III. OBJECTION

§ 486

Mais quand les Hollandais, le roi de Portugal, les Génois, le roi de Sicile, les autres princes d’Italie, les Suisses, la plupart des Électeurs, les autres princes d’Allemagne moins puissants et le roi de Danemark auraient signé à Utrecht ce traité fondamental, qu’est-ce que leur servira un semblable traité si les princes les plus puissants refusent de le signer et comment oser le leur proposer ?

Réponse

§ 487

1o On verra dans la suite que les autres souverains, quoique plus puissants, ont de très puissants motifs pour signer ce traité, et que ces motifs leur paraîtront d’autant plus puissants qu’ils les examineront avec plus de soin, qu’ils leur seront proposés par une ligue déjà puissante et toute formée.

§ 488

2o Si quelqu’un de ces puissants princes était en guerre avec un voisin plus puissant ou victorieux, n’est-il pas évident que pour conserver son territoire tel qu’il était avant la guerre, il n’aurait rien de plus pressé que de signer un traité qui lui donnerait tout d’un coup tant d’alliés et une si grande supériorité non pour conquérir mais pour conserver ce qui lui est acquis par le dernier traité ?

§ 489

Ainsi pour oser leur proposer un pareil traité, il n’y a qu’à supposer qu’ils sont assez sensés pour préférer de très grands avantages à de très grands inconvénients, de très grands biens à de très grands maux.

§ 490

Un traité pour être conclu, pour être signé, a-t-il besoin d’autre chose que d’être désiré par toutes les parties ? Et pour en être désiré, a-t-il besoin d’autre chose que d’être pour eux évidemment fort désirable ?

Avertissement

§ 491

Si j’étais un peu mieux instruit des maux que peut craindre le Sénat ou des établissements avantageux qu’il voudrait faire s’il en avait les moyens, je les proposerais comme de nouveaux motifs ; j’espère que le traducteur italien y suppléera par ses observations pour fortifier encore cette démonstration.

Conclusion

§ 492

On ne peut considérer la république de Venise que par rapport au dedans et par rapport au dehors ; et l’on ne saurait dans ces deux rapports y remarquer aucun côté qui ne se puisse rapporter à ceux que nous venons d’examiner. D’autre part on a vu clairement qu’à la considérer de tous ces côtés, loin que l’établissement de l’Arbitrage lui ôtât rien des biens qu’elle a présentement dans le non Arbitrage, il ne ferait que les augmenter infiniment ; et que loin d’augmenter les maux où elle est sujette dans la situation présente, il ne ferait que les diminuer infiniment. On verra de même clairement dans la suite qu’il y a pour chacun des souverains chrétiens des avantages immenses à signer le même traité fondamental de l’Arbitrage.

§ 493

On peut donc conclure : 1o qu’il est infiniment plus avantageux à cette République de signer les articles fondamentaux de ce traité que de ne les pas signer ; 2o qu’elle n’a rien à négocier avec les souverains chrétiens qui soit en même temps plus important, plus pressé et plus facile que ce traité, et c’est ce que je m’étais proposé de démontrer.

Hollande

§ 494

La république de Hollande a plusieurs choses semblables dans son gouvernement avec la république de Venise ; mais, il faut l’avouer, elles diffèrent entre elles beaucoup plus qu’elles ne se ressemblent. Venise n’est qu’une souveraineté, au lieu que la Hollande est un composé de souverainetés ; c’est une république composée de sept républiques qui ont trouvé le moyen de faire par leurs députés un seul corps politique dont les membres se protègent mutuellement contre les ennemis du dehors et jouissent d’un commerce perpétuel au dedans ; c’est ce qui prouve que plusieurs potentats par une confédération à peu près semblable pour se protéger de même mutuellement contre les ennemis du dedans et du dehors, et pour avoir les avantages d’un commerce perpétuel entre eux, peuvent former un nouveau corps politique de toute l’Europe.

§ 495

Il s’agit quant à présent de montrer que les Hollandais n’ont rien à négocier qui soit en même temps si important et si pressé que la formation de ce nouveau corps politique avec tous les potentats chrétiens.

Proposition à démontrer

§ 496

Il n’y a dans le non Arbitrage, aucun avantage pour les Hollandais qui ne se rencontre pour eux dans l’Arbitrage, et il y a pour eux dans l’Arbitrage des avantages immenses qu’ils ne sauraient jamais trouver dans le non Arbitrage.

§ 497

Je ne saurais rien changer à la division de ma preuve. On ne saurait considérer cette République que par rapport au dedans et par rapport au dehors. Cette division est exacte et entière : mais comme ce que j’ai dit sur plusieurs articles de Venise est commun pour la Hollande je ne parlerai que de quelques articles qui peuvent avoir quelque chose de différent.

Considération par rapport au dedans

§ 498

Que l’on examine en détail les avantages que les Hollandais tirent présentement de leur police, de l’administration de la justice et des finances, de leur commerce intérieur, de leur milice contre les séditieux de l’autorité et de l’indépendance de chacune des sept républiques sur leurs sujets, et l’on verra que non seulement l’établissement de l’Arbitrage européen ne diminuerait rien de ces avantages mais au contraire qu’il les augmenterait infiniment.

I. OBSERVATION
L’autorité du stathouder ne sera plus à craindre

§ 499

Rien n’est plus à craindre pour la Hollande que la trop grande autorité d’un stathouder96, ils en ont eu diverses expériences et que serait devenue la République si le fameux roi Guillaume avait eu moins de modération et qu’il eût laissé des enfants grands et ambitieux ? Or comme cela dépendait du hasard, on peut dire que les Hollandais l’ont échappé belle, et qu’ils ont commis une grande faute d’avoir laissé ainsi dépendre leur gouvernement du hasard97. Les Vénitiens n’eussent pas fait une pareille faute.

§ 500

D’un autre côté les affaires de la guerre demandent qu’un général soit fort autorisé et fort accrédité pour agir avec plus de force et pour profiter des occasions qui s’échappent presque aussitôt qu’elles se présentent ; et un pareil général qui est si nécessaire à la république dans les temps de guerres devient pour elle un sujet très dangereux quand il a une fois les armes à la main. Les histoires en fournissent quantité de preuves, et sans avoir recours à l’histoire, on voit assez qu’un homme accoutumé à commander avec tant d’autorité a bien de la peine à se réaccoutumer à obéir avec la même soumission qu’un simple citoyen. On voit assez que les gens de guerre pensent tous comme lui et sont autant de citoyens disposés par leur intérêt particulier à contribuer à son élévation aux dépens de l’intérêt public. Or n’est-il pas évident que dans l’établissement de l’Arbitrage, les Hollandais ou n’auront plus besoin de stathouder perpétuel ou n’auront plus rien à craindre de l’autorité qu’ils lui donneront, ce qui est certainement un très grand avantage pour la sûreté et pour la durée de la république ?

II. OBSERVATION
La guerre entre les sept provinces ne sera plus à craindre

§ 501

Je ne sais s’il n’est point né de contestation entre ces sept provinces, entre ces sept républiques pour les limites, pour le commerce, pour la religion, pour le règlement des contingents, etc. Mais je sais bien qu’il y en peut naître dans la suite, témoin les contestations qui sont arrivées depuis quelques années entre les cantons suisses. Ces divisions, ces contestations pourraient produire la guerre, ce qui serait très préjudiciable à la République. Or par l’établissement de l’Arbitrage, ces contestations seraient jugées dans le Sénat européen, et ne produiraient aucun mal, aucun préjudice à l’Union Belgique98.

III. OBSERVATION
Les guerres de religion ne seront point à craindre

§ 502

Tout le monde sait qu’au commencement du siècle passé il ne s’en fallut presque rien que les disputes des Gomaristes et des Arminiens n’allumassent une guerre civile en Hollande99. Ces deux partis subsistent encore, et l’on sait qu’il est naturel que les théologiens pour se venger de leurs ennemis cherchent à les rendre odieux, et qu’il est établi entre eux que c’est chose sainte et glorieuse de décrier et d’exterminer ceux que leur haine leur fait regarder comme hérétiques. Il est vrai que l’Arbitrage chrétien ne peut pas prévenir entièrement la haine et la division que causent les disputes des théologiens, mais il est évident qu’il peut en empêcher les suites fâcheuses en empêchant tous les partis de prendre jamais les armes ; ils auront des disputes, mais ils n’auront que des disputes et jamais de guerres civiles ; et n’est-ce pas un très grand mal de moins à craindre ? Or c’est uniquement de l’Arbitrage chrétien de la police européenne que les Hollandais peuvent avoir sûreté parfaite contre toutes les espèces de guerres civiles.

IV. OBSERVATION
Les dettes de l’État diminueront

§ 503

Les Hollandais se sont fort endettés dans les deux dernières guerres. Ils ont été forcés de prendre de grosses sommes à gros intérêt. Il leur serait très avantageux de pouvoir rembourser ces capitaux. Le seul moyen d’en venir à bout c’est de garantir l’État des malheurs de la guerre pour un très long temps. Mais comment l’en garantir sûrement que par l’établissement de l’Arbitrage européen, avantage que la République ne peut jamais espérer en demeurant dans le non Arbitrage ?

V. OBSERVATION
Les travaux publics se feront

§ 504

Il y aurait divers travaux très utiles à faire dans l’État ; par exemple, ils voudraient faire de nouvelles digues, de nouvelles écluses, perfectionner les anciennes, ouvrir de nouveaux canaux, nettoyer les anciens, paver de nouveau quelques chemins, réparer les anciens, perfectionner les ports, etc. Mais les dépenses de la guerre, les dettes de l’État ne permettent pas de songer à des travaux si utiles. Or par l’établissement de l’Arbitrage ces dépenses diminueraient beaucoup ; ainsi l’État aurait en abondance les moyens de faire des travaux si utiles au public.

§ 505

Si j’avais un mémoire de ces travaux et de ces établissements qui seraient si avantageux aux Hollandais, j’en parlerais ici en détail ; j’espère que le traducteur flamand pourra suppléer par ses observations au peu de connaissance que j’ai de l’intérieur de l’État100.

Considérations par rapport au dehors

§ 506

Comme il y a plusieurs articles dans ce que l’on vient de lire sur Venise qui sont communs à la Hollande, j’y renvoie le lecteur pour lui épargner des répétitions ennuyeuses101 ; je me contenterai des réflexions suivantes :

VI. OBSERVATION
Le commerce du dehors ne sera plus interrompu

§ 507

1o Le profit que les Hollandais font par le commerce du dehors monte à plus de deux cents millions, dont il y en a environ cent millions qui viennent du commerce avec la France et avec l’Espagne. Or si l’on suppose, comme il est vrai, que, dans le non Arbitrage de 40 années, il y en ait la moitié en guerre avec l’Espagne et avec la France, ils perdraient année commune102 50 millions par an par l’interruption de leur commerce, ce qui est la sixième partie de leur revenu total ; il est évident que, du côté du commerce du dehors, l’Arbitrage, loin de diminuer leur revenu, l’augmenterait au moins d’un sixième.

§ 508

2o On peut dire que si les Hollandais dans le non Arbitrage font un profit de deux cents millions dans les temps de paix avec tous leurs voisins, lors même qu’ils sont fort incertains de la durée de cette paix, ce profit augmenterait d’un quart s’ils avaient sûreté suffisante que la guerre n’interrompra plus le commerce ; et, cette sûreté suffisante, ils ne peuvent jamais l’avoir dans le non Arbitrage comme je l’ai démontré dans le premier Discours du premier tome103 ; et ils l’auraient certainement dans l’Arbitrage. Donc l’Arbitrage, loin de diminuer le profit du commerce extérieur, l’augmenterait encore d’un quart. Pour se convaincre combien la seule incertitude de la durée de la paix nuit au commerce, il n’y a qu’à faire les réflexions suivantes :

§ 509

1o Les négociants ne font pas des envois aussi forts parce qu’il faut un certain temps pour le débit d’une certaine quantité de marchandises et ils craignent la confiscation si la guerre recommençait.

§ 510

2o Pour la même raison, le négociant ne confie pas de si grosses sommes en pays étranger pour faire des achats.

§ 511

3o Moins de négociants ont commerce en pays étranger parce qu’ils connaissent peu de correspondants dans chaque ville de commerce d’une assez grande probité pour mettre à couvert des confiscations, les effets des ennemis, et pour les faire valoir pendant la guerre : or on sait que le commerce qui ne se fait qu’en tremblant est la moitié plus faible que celui qui se ferait si le négociant, sûr de la justice et de la protection des chambres frontières104, n’avait jamais rien à craindre du défaut de probité d’aucun correspondant.

§ 512

4o Le marchand qui vend ses manufactures105 en pays étranger, incertain de la durée de la paix, emploie un quart moins d’ouvriers qu’il n’en emploierait s’il était sûr de cette durée.

§ 513

5o À l’égard des vins et d’autres denrées qui durent peu d’années et qui se consomment en partie en pays étranger, cette incertitude fait que l’on cultive beaucoup moins de vignobles et d’autres terres et d’autres plantes.

§ 514

6o On sait que les mariages qui se font sur les frontières entre nations différentes augmentant la confiance réciproque, augmentent aussi beaucoup le commerce ; mais la crainte de la guerre diminue fort le nombre de ces mariages, parce que durant la guerre, le mari craint que l’on ne confisque le bien de sa femme ou que l’on ne paye plus sa dot.

§ 515

7o Cette incertitude est cause que l’on fait moins de moulins et d’autres bâtiments utiles sur les frontières parce qu’ils sont sujets à être brûlés et ruinés.

§ 516

8o Cette incertitude est cause que l’on y plante moins de bois parce qu’ils y sont souvent coupés et moins de vignes parce qu’elles y sont souvent ravagées.

§ 517

9o À l’égard des terres à blé, on les laboure avec moins de dépense et plus mal, parce que les propriétaires craignant les fourragements106 sont souvent forcés de les laisser en friche. Cependant ces frontières sont souvent une lisière de trois ou quatre lieues de profondeur de chaque côté, de sorte que sur cent lieues de longueur, c’est six à sept cent lieues carrées107 mal cultivées ainsi cette seule incertitude cause visiblement une perte immense aux nations limitrophes.

§ 518

10o Le change est beaucoup plus fort à cause de cette incertitude, parce que les banquiers de part et d’autre sont forcés de voiturer beaucoup plus d’espèces et de hasarder davantage ; et plus le change est fort moins le commerce est grand.

§ 519

11o Cette incertitude met une grande diminution dans les fermes publiques108 et donne occasion aux fermiers de faire des demandes excessives pour des diminutions s’ils les ont à forfait ou bien elle donne occasion à de nouvelles fraudes si on les leur donne en règle.

VII. OBSERVATION
Les traités de commerce seront exécutés

§ 520

Il y a une autre considération à faire sur le commerce des Hollandais, c’est qu’ils ont beau faire des traités de commerce avec une nation, il peut arriver que cette nation n’en veuille plus observer certains articles qui leur produisaient le quart du profit du commerce entier. Rompront-ils tout commerce et se résoudront-ils à avoir une guerre dans laquelle ils perdront encore les trois autres quarts durant la guerre, et dans laquelle ils feront encore une dépense très grande et très certaine pour un succès très incertain et pour faire un nouveau traité pour l’exécution duquel il n’y a nulle sûreté, nulle garantie suffisante, non plus qu’il n’y en avait point pour le premier dont l’inexécution a causé la guerre ?

§ 521

Ce défaut de sûreté et la nécessité de rentrer en guerre pour quelque inexécution sera toujours un très grand malheur pour le commerce des Hollandais, et les nations qui font moins de commerce qu’eux seront d’autant plus portées à profiter de la crainte qu’ils doivent avoir de rompre tout commerce, qu’elles savent que cette République est assez sage pour sacrifier le quart du revenu de leur commerce à la jouissance des trois autres quarts.

§ 522

Or il est évident que l’Arbitrage, loin de diminuer les sûretés et les garanties qu’ont les Hollandais de l’exécution de tous les articles de leurs traités de commerce, ne ferait que les augmenter.

VIII. OBSERVATION
La barrière ne sera plus nécessaire

§ 523

Quelles sommes prodigieuses les Hollandais n’ont-ils point dépensées en considération de cette barrière109 ! Cependant ils ne l’ont pas entière et quand ils l’auraient, il est évident qu’ils n’en tireraient pas la dixième partie de la sûreté qu’ils tireraient de la protection toute puissante et certaine de l’Arbitrage.

IX. OBSERVATION
Les ligues défensives seront suffisamment puissantes et parfaitement confiantes

§ 524

Les Hollandais ont beau faire des ligues défensives avec les Anglais et les Allemands, l’expérience nous apprend qu’elles peuvent se rompre même durant la guerre ; et la raison nous prouve qu’il est impossible que deux nations qui ont tous les jours autant de sujet de différends sur le commerce qu’en ont les Anglais et les Hollandais se fassent toujours assez de justice pour ne pas user de représailles les uns contre les autres pendant la paix, et par conséquent pour ne pas entrer bientôt en guerre, surtout si les Hollandais se liguent avec les Français. Ces sortes de ligues ne sauraient donc être durables tant que ces nations n’auront point les autres souverains d’Europe pour arbitres, et tant que ces arbitres ne déclareront point rebelle celui qui prendra les armes ; et quel est l’effet de l’Arbitrage proposé si ce n’est de rendre ces ligues beaucoup plus puissantes et parfaitement constantes ?

X. OBSERVATION
Conquêtes actives et passives

§ 525

Les preuves que j’ai apportées pour la république de Venise sont égales pour prouver que la république de Hollande loin de rien perdre en renonçant à s’agrandir aux dépens du territoire de ses voisins, y gagnera par la renonciation réciproque que feront leurs voisins de s’agrandir aux dépens de son territoire.

XI. OBSERVATION
Diminution de dépense pour la milice

§ 526

Les Hollandais, soit en paix, soit en guerre, dépensent, année commune110, en vaisseaux de guerre, en convois, en troupes, en fortifications dans le non Arbitrage plus de 40 millions ; au lieu que, dans l’Arbitrage, ils en dépenseront beaucoup moins ; et ils auront cependant une sûreté beaucoup plus grande et parfaitement suffisante pour la conservation de leur État et, pour le maintien de leur commerce, ils épargneraient plus de dix-huit millions, c’est-à-dire cinq cent mille écus par mois. Or ont-ils négociation plus pressée, en ont-ils une dont le retardement leur coûte plus cher présentement qu’ils ne sont point en guerre ?

XII. OBSERVATION
À l’égard de l’autorité et de l’indépendance

§ 527

Je ne crois pas que l’on veuille soutenir que par un pareil traité les Hollandais se mettraient en curatelle, puisqu’il est évident par tout ce que nous avons dit, tant sur Venise qu’en réponse à la première objection, qu’ils diminueraient considérablement la sorte de dépendance où ils sont à l’égard de leurs voisins, et par conséquent qu’ils augmenteraient leur autorité et leur indépendance.

XIII. OBSERVATION
Intérêt des particuliers

§ 528

Comme l’État en général ferait par ce traité un profit immense et que, pour le faire réussir, il est à propos que personne ne soit intéressé à le traverser et qu’au contraire il est nécessaire que tous ceux qui y peuvent contribuer le plus puissamment soient intéressés personnellement à le faire réussir, mon avis serait : 1o que tous les officiers de guerre qui ont acheté fussent remboursés ; 2o que les appointements et les pensions leur fussent conservés à eux et aux autres qui n’ont point acheté ; 3o que les appointements ou les pensions des ministres, des ambassadeurs et de tous les conseillers de l’État fussent doublés durant leur vie ; 4o qu’il y eût pour les ministres principaux quelque marque extérieure d’honneur et de distinction sur leur habit, par exemple le droit de porter la médaille qui sera frappée pour l’établissement de l’Arbitrage européen, qui passât à perpétuité à l’aîné de la branche aînée de leur postérité. Ceci soit dit pour Venise, et pour tous les autres États soit républicains, soit monarchiques.

PREMIÈRE OBJECTION

§ 529

Ce n’est point la coutume, m’a-t-on dit, de prendre dans un imprimé, dans un livre le sujet de la délibération des États généraux, et moins encore de négocier en public et sans aucun secret avec les nations étrangères.

Réponse

§ 530

1o Il est vrai que le sujet de délibération qui est le traité fondamental de l’Arbitrage chrétien se prendrait dans des livres imprimés tel qu’est le livre de Maximilien duc de Sully qui rapporte encore d’une manière fort informe le projet de ce traité111 ; il est vrai que je l’ai éclairci et que je l’ai rendu encore une fois public, mais pour être public en est-il moins important.

§ 531

2o Il est certain que cette négociation se peut faire tout publiquement et à découvert, c’est que ceux qui la feront n’auront point à craindre que quelque souverain venant à l’examiner puisse croire qu’il est de son plus grand intérêt d’en éloigner la conclusion.

§ 532

3o Qu’est-ce que je propose aux Hollandais et à tous les autres souverains si ce n’est une nouvelle assemblée à Utrecht même pour aviser aux moyens de rendre la paix de l’Europe solide ? Au lieu qu’il n’y a personne qui ne la voie très peu solide en la situation où sont les choses ; c’est même ce peu de solidité qui les constitue tous en si grands frais pour se précautionner et qui les met en si grand mouvement pour former de nouvelles ligues ou pour renouveler les anciennes.

§ 533

4o Qu’est-ce que je leur propose au sujet d’une ligue si ce n’est de la faire totale avec un Arbitrage, au lieu de ne la faire que partiale et sans Arbitrage, parce qu’elle ne sera jamais indissoluble qu’elle ne soit totale et qu’elle ne mette en œuvre pour se maintenir le principal lien de toute alliance le plus solide fondement de toute société permanente qu’est l’Arbitrage permanent ?

§ 534

5o Quand je leur propose des contingents pour la ligue totale, est-ce une proposition où ils ne soient pas accoutumés dans leurs ligues partiales ?

§ 535

6o L’alliance avec tous les souverains d’Europe que je leur propose ne peut pas leur paraître impossible, puisque dans la dernière guerre ils avaient dans leur ligue contre la maison de France presque tout le reste de l’Europe ; du moins n’ont-ils pas cru impossible d’y faire entrer tous ceux qui se sont tenus neutres, et ils y auraient réussi facilement si, au lieu de les liguer contre la maison de France, ils avaient proposé d’y faire entrer la maison de France elle-même en lui conservant tous les États dont elle était en possession ; ils eussent pu dès lors négocier ouvertement, sans aucun chiffre, sans aucun mystère, et par ce moyen, ils se seraient et à leurs alliés épargné des dépenses immenses, une infinité de peines très fâcheuses et de très grands malheurs.

II. OBJECTION

§ 536

Il est vrai, m’a dit un Hollandais, que rien n’est plus équitable que toutes les nations aient égale liberté de trafiquer112 partout ; mais si cela a lieu, les privilèges exclusifs de certaines compagnies de commerce comme celle de Batavia113, n’auront point de lieu114.

Réponse

§ 537

1o Cette compagnie a deux sortes de privilèges ; les uns lui sont accordés par les États pour un temps, à l’exclusion des autres Hollandais, pour trafiquer avec tel et tel souverain. Ces privilèges peuvent demeurer dans leur force pendant tout le temps que les États généraux le jugeront à propos puisqu’ils sont les maîtres de faire observer entre leurs sujets tels règlements qu’il leur plaira. Les autres privilèges exclusifs sont accordés à cette compagnie par les souverains des Indes avec qui cette compagnie trafique et cela par des traités. En ce cas, comme la société est particulièrement établie pour faire observer les traités des souverains, ces privilèges exclusifs doivent être exécutés pour tout le temps porté par les traités et ils le seront bien plus exactement et bien plus certainement puisque l’Arbitrage européen deviendra garant de cette exécution.

§ 538

Mais si cette compagnie, sans avoir acquis de droit par des traités, a tâché d’exclure par la force les autres nations du commerce sur certaines côtes avec certains souverains, et malgré eux, il est vrai qu’il ne lui sera plus permis d’user de la voie de la force, et que par conséquent elle perdra quelque chose de ce côté-là à l’établissement de la société. Mais cette perte ne sera pas considérable parce qu’il lui en coûtait beaucoup pour entretenir cette supériorité de forces ; ainsi cette dépense était à diminuer sur le profit. D’ailleurs cette perte sera avantageusement réparée en ce que cette compagnie étant comme toutes les autres sous la protection de la société européenne elle n’aura plus rien à craindre et par conséquent elle n’aura plus de vaisseaux à armer, plus de garnisons à entretenir contre les souverains d’Asie ou d’Afrique, avec qui la société européenne aura pris des sûretés suffisantes pour le commerce d’Europe. Enfin, s’il y a des armées et des garnisons à entretenir, ce sera aux dépens de la société européenne qui ne manquera jamais de faire dédommager entièrement tous ceux qui étant sous sa protection auront souffert injustement quelque dommage de la part des souverains d’Asie ou d’Afrique.

§ 539

Or, que l’on suppute les sommes que la société européenne épargnera à cette compagnie pour ces deux articles, et l’on verra qu’elles se montent au triple ou du moins au double de cette espèce de gain injuste que cette compagnie aurait pu faire par la supériorité de ses forces au préjudice des autres nations ; car pour le gain juste qu’elle peut faire, soit par les voies volontaires, soit en conséquence des traités qu’elle a faits avec les souverains d’Asie, ce gain ne peut qu’augmenter par l’augmentation de la sûreté et de la liberté du commerce et par l’assurance que ses membres auront qu’il ne sera jamais interrompu et qu’on les rendra toujours justice exacte dans les chambres souveraines du commerce.

§ 540

2o Les intérêts d’une compagnie qui change incessamment de membres ne font pas les uniques intérêts de toute une nation ; ainsi quand il serait vrai que l’établissement de la société européenne diminuerait son gain d’un sixième, d’un quart même, en retranchant cette espèce de gain injuste et tyrannique dont nous avons parlé, si le reste de la nation est quatre fois, dix fois plus nombreux et plus considérable que cette compagnie, si cet établissement leur épargne des maux infinis, s’il assure pour toujours leur gouvernement et qu’il double le revenu du reste des citoyens, n’est-il pas évident qu’alors entre citoyens égaux il faut accepter le moindre mal et le mal du moindre nombre pour éviter le plus grand mal et le mal du plus grand nombre ?

§ 541

3o Ceux qui sont intéressés à cette compagnie ont la plupart la plus grande partie de leurs autres biens ou en d’autres commerces ou en terres ou en rentes ; or s’ils perdent trois, du côté de cette compagnie par l’établissement de la société, ils gagneront trois, quatre, cinq, six de l’autre par une paix perpétuelle, effet nécessaire de ce même établissement.

§ 542

4o Non seulement cette compagnie fait des frais immenses en Asie et en Afrique pour sa conservation, mais elle fournit encore de prodigieuses contributions en Europe pour soutenir l’État dont elle fait partie. Or n’est-ce pas faire un profit prodigieux que de trouver le moyen de s’exempter de contributions prodigieuses ?

§ 543

5o Cette compagnie ne saurait subsister qu’autant que l’État subsistera. Or il peut être renversé, et par des causes internes et par des causes externes, tant que l’on ne formera point l’Arbitrage chrétien ; ainsi quand son privilège exclusif serait pour toujours elle ne peut jamais être affermie, elle ne peut jamais être solidement établie qu’en supposant la formation d’une société permanente qui seule peut assurer aux États une durée perpétuelle.

Conclusion

§ 544

Je n’ai donc plus qu’à conclure que de quelque côté que l’on regarde la république de Hollande, soit par rapport au dedans, soit par rapport au dehors, loin de perdre par l’établissement de la police générale ou de l’Arbitrage européen aucun des avantages dont elle jouit dans l’Impolice115, dans le non Arbitrage, elle ne ferait que les augmenter tous infiniment, et qu’ainsi cette République n’a rien à négocier avec ses voisins qui soit à tout prendre si important et si pressé que le traité fondamental de l’Arbitrage européen. Et c’est ce que je m’étais proposé de démontrer.

Portugal

Proposition à démontrer

§ 545

Il n’y a dans le non Arbitrage aucun avantage pour le roi de Portugal qui ne se rencontre pour lui dans l’Arbitrage, et il y a pour lui dans l’Arbitrage des avantages immenses qu’il ne saurait jamais trouver dans le non Arbitrage.

§ 546

On ne peut considérer ce royaume que par rapport aux affaires du dedans et aux affaires du dehors. Celles du dedans se réduisent à six : police, justice, commerce intérieur, finance, milice et autorité sur ses sujets ; les affaires du dehors se réduisent ou à des traités, ou à des guerres : traités de paix ou de trêve avec ses voisins, traités de commerce, traités de ligues contre les invasions, traités de ligues pour conquérir, guerres défensives, guerres offensives. Enfin chaque souverain a pour but d’avoir moins à craindre de ses voisins, c’est-à-dire d’augmenter son indépendance.

§ 547

Or il me semble que lorsqu’on a vu ce que je viens de dire sur chacun de ces articles à l’égard de Venise, il est facile d’en faire l’application au roi et au royaume de Portugal, et de voir que l’Arbitrage loin de diminuer aucun des avantages qu’il tire de tous ces côtés dans le non Arbitrage ne ferait que les augmenter infiniment ; ainsi il ne me reste qu’à faire encore quelques observations un peu plus particulières pour le Portugal.

I. OBSERVATION

§ 548

Le royaume de Portugal est cinq ou six fois moins puissant que le royaume d’Espagne ; il en faisait même partie avant la révolution de 1640116. Or un roi d’Espagne ne peut-il pas avoir en vue de reconquérir ce qui est si à la bienséance et ce qu’il croira lui appartenir si légitimement ?

§ 549

1o Jusqu’en 1700 le roi de Portugal a eu dans le roi de France un allié constant et suffisamment puissant : mais les choses depuis ce temps-là ont bien changé117. D’un autre côté il ne peut attendre de secours que des Anglais et des Hollandais, mais ces secours seront lents et de grande dépense, parce qu’il faut tout transporter fort loin et par mer. Enfin les Anglais et les Hollandais tireront-ils un assez grand profit de cette alliance avec le Portugal pour abandonner le commerce qu’ils font avec l’Espagne ? Il n’y a nulle apparence. Le Portugal n’a donc jamais été en si grand danger de rentrer sous l’obéissance du roi d’Espagne.

§ 550

2o Les Anglais et les Hollandais ne peuvent-ils pas se brouiller pour leur commerce surtout s’ils n’avaient rien à craindre de la France dans une minorité ou dans des guerres civiles ? Or si le roi d’Espagne prend ce temps-là pour attaquer avec toutes ses forces le Portugal, il ne durera que deux campagnes et sera conquis avant qu’il ait pu être secouru de personne.

§ 551

3o Si le Portugal pour se tenir sur ses gardes veut entretenir des troupes suffisantes pour se défendre, il se ruinera et dans la paix en garnisons, en fortifications, et dans la guerre en troupes pour tenir la campagne.

§ 552

Telle est la situation du roi et du royaume de Portugal dans le non Arbitrage. Or n’est-il pas plus clair que le jour que le traité d’Arbitrage lui donnerait à lui et à sa postérité sûreté entière contre les prétentions des rois d’Espagne ?

I. OBJECTION

§ 553

Mais, me dira-t-on, si l’Arbitrage est si avantageux au roi de Portugal, il est par conséquent très désavantageux au roi d’Espagne.

Réponse

§ 554

Je conviens que si dans le non Arbitrage, l’Espagne ne pouvait jamais rien perdre par la guerre ni en Europe, ni en Asie, ni en Amérique ; je conviens que si la conquête de Portugal ne lui devait rien coûter ; je conviens que s’il ne lui coûtait rien ni pour se tenir sur ses gardes en temps de paix, ni pour mettre des troupes sur pied, et armer des vaisseaux en temps de guerre contre ses ennemis ; je conviens que si l’Espagne était sûre d’avoir toujours son commerce libre ; je conviens que si elle n’avait jamais aucune révolte à craindre dans aucune des parties de ses États, elle trouverait quelque désavantage à abandonner pour jamais par le traité d’Arbitrage ses prétentions sur le Portugal. Mais nous verrons bientôt à l’article d’Espagne, qu’il s’en faut beaucoup que cela ne soit ainsi ; et que quoique le roi d’Espagne comme plus puissant trouve moins d’avantages à l’établissement de l’Arbitrage et de la police, que le roi de Portugal moins puissant, il ne laisse pourtant pas d’y en trouver incomparablement plus et de plus grands que dans le non Arbitrage et dans l’Impolice.

II. OBSERVATION

§ 555

Tout le monde sait que les Anglais souhaiteraient fort le Brésil, que ce pays vaudrait le double entre leurs mains et beaucoup davantage, surtout depuis que l’on y a découvert des mines d’or118. Personne ne doute que les Anglais ne pussent faire facilement cette conquête et qu’étant aussi puissants sur mer, ils ne la conservassent encore plus facilement.

§ 556

De même l’établissement des Portugais à Goa nuit fort au commerce des Hollandais119 ; ils ont même incessamment des querelles pour le commerce. Or les Hollandais unis avec les rois voisins et ennemis des Portugais à Goa ne peuvent-ils pas s’emparer de cet établissement comme ils se sont déjà emparés sur eux de plusieurs établissements semblables ? Et que s’en est-il fallu que cela ne soit déjà arrivé ? Or dans l’Arbitrage, le roi de Portugal n’aurait jamais rien à craindre de ce côté-là ni pour lui ni pour sa postérité.

III. OBSERVATION

§ 557

Dans cette situation le roi de Portugal dans le non Arbitrage, est forcé de souffrir comme plus faible beaucoup d’injustices que l’on fait ou à lui ou à ses sujets, de peur de s’attirer un mal beaucoup plus grand ou par les représailles ou par une guerre ouverte qui est la suite naturelle des représailles. Or dans l’Arbitrage il y aurait des chambres frontières120 où ses sujets pourraient espérer d’obtenir des dédommagements des torts qu’ils auraient soufferts des autres nations.

IV. OBSERVATION

§ 558

Plus les provinces d’un État sont éloignées l’une de l’autre, moins elles se protègent, plus elles sont environnées d’ennemis et plus il faut de garnisons, de fortifications, de vaisseaux et d’autres dépenses pour les conserver. De sorte que si ces dépenses dans le non Arbitrage, montent en temps de paix à six millions, elles ne monteront pas à deux dans l’Arbitrage ; or je suis persuadé que les États généraux du royaume donneraient volontiers au roi ces quatre millions d’épargne par an, si le roi, à la garantie de l’Arbitrage, leur promettait qu’ils ne paieraient jamais aucun subside extraordinaire que leur contingent pour les guerres que la société européenne pourrait entreprendre ou pour des établissements avantageux approuvés par les États, ainsi et le roi et ses sujets trouveraient un grand avantage à cette convention.

V. OBSERVATION

§ 559

Si le roi de Portugal pour les dépenses de sa maison et pour d’autres dépenses ordinaires de l’État, lève un subside qui ait une proportion fixe avec le revenu de chaque sujet, par exemple le vingtième du revenu de ses sujets, et que cette somme monte à six millions présentement, il est visible que le commerce venant à augmenter très considérablement, les subsides extraordinaires venant à cesser, les sujets en moins de vingt ans doubleraient leur revenu ; ainsi le revenu du roi ou subside ordinaire augmentant à proportion doublerait aussi en moins de vingt ans.

§ 560

Si je suppose que le subside ordinaire ait une proportion fixe au revenu de chaque sujet, c’est qu’il est à propos que le roi soit fort intéressé à augmenter le revenu de ses sujets tant par de bons règlements que par des établissements avantageux et des travaux publics fort utiles.

§ 561

Et à cette occasion je dirai que comme le roi a besoin pour le secourir dans son travail de beaucoup de bons ministres et qu’il est naturel qu’ils travaillent d’autant plus qu’ils verront que leur travail produit d’utilité et au roi et à eux, il me paraît que les appointements devraient aussi augmenter tous les ans à proportion que le revenu du roi augmenterait, et que si le revenu du roi augmentait d’un dixième en un an le leur augmentât aussi d’un dixième. Car enfin il ne faut point se flatter, quoique les valets, quoique les domestiques, quoique les officiers, quoique les ministres puissent travailler quelquefois avec ardeur par honneur, par reconnaissance ou excités par des caresses. Cependant il faut avouer qu’on ne peut pas toujours les caresser et qu’à la longue les ressorts de l’honneur et de la reconnaissance s’affaiblissent, mais que le ressort de l’intérêt journalier, du gain journalier subsiste chaque jour dans toute sa force. Or en fait de règlements, on se trompe quand on compte sur des ressorts constants, durables autres que le gain journalier, pour les besoins journaliers.

§ 562

Ces vues ne sont pas si étrangères à mon sujet que l’on dirait bien ; c’est que si les subsides ordinaires de Portugal n’ont pas présentement cette proportion fixe avec le revenu de chaque sujet, ce qui serait fort souhaitable pour le roi et pour les sujets, on pourrait très facilement l’établir en Portugal dans le système de l’Arbitrage européen où l’on n’aurait nulle crainte de révolte ; au lieu que dans le non Arbitrage, les révoltes causées par de nouveaux règlements sont d’autant plus à craindre qu’elles sont ordinairement favorisées et soutenues par les voisins qui sont toujours des ennemis ou couverts ou déclarés.

II. OBJECTION

§ 563

Vous voulez nous faire peur, dira un Portugais, en nous faisant paraître la guerre si facile à allumer avec l’Espagne, comme si nous n’avions pas fait quantité de traités de paix avec elle depuis quarante ou cinquante ans121. Les rois d’Espagne n’ont-ils pas renoncé solennellement par ces traités à toutes prétentions sur le royaume de Portugal ? Et ces renonciations si solennelles ne sont-elles pas des barrières suffisantes contre l’ambition d’un roi d’Espagne ?

RÉPONSE

§ 564

1o Ce roi d’Espagne pour déclarer la guerre au Portugal ne prendra pas pour prétexte son droit ancien sur le Portugal, mais dix autres prétextes, et quand il voudra chagriner la cour de Portugal par différentes entreprises. Cette cour ni ses sujets ne repousseront-ils jamais la force par la force, cèderont-ils toujours sans résistance tout ce qu’on leur demandera d’injuste ? Or à la moindre résistance, à la moindre représaille, voilà la guerre allumée ; enfin les prétextes bons ou mauvais ont-ils jamais manqué au plus fort pour dépouiller le plus faible ?

§ 565

Or dès que la guerre est allumée le plus fort, tant pour se dédommager des frais de la guerre que pour satisfaire à son ressentiment, ne se croit-il pas en droit de déposséder son ennemi et de faire alors revivre ses anciens droits ?

§ 566

2o Qui est-ce qui a tant soit peu de connaissance des affaires générales qui ne sache que les promesses les plus solennelles faites dans les traités ne sont rien moins que des barrières suffisantes contre l’ambition, l’avarice ou la colère d’un voisin surtout lorsqu’il se croit de beaucoup le plus fort ?

§ 567

3o Le plus faible stipule présentement assez souvent des garanties dans ses traités avec le plus fort : mais que servent ces sortes de garanties si le garant n’a pas un intérêt assez fort pour se mettre en grands frais afin de secourir le plus faible ? Au lieu que dans l’Arbitrage, la société chrétienne s’obligeant à la garantie des derniers traités et chacun étant intéressé à être maintenu dans son territoire, nul n’oserait prendre les armes contre son voisin de peur d’être mis au ban de l’Europe comme ennemi de la société et comme perturbateur du repos public.

III. OBJECTION

§ 568

Les ministres de Portugal, surtout ceux qui ont le département de la guerre de terre et de mer, s’opposeront à un traité qui leur ôterait presque toutes leurs fonctions et, s’ils ne s’y opposent pas ouvertement de peur de devenir odieux à leur patrie, ils s’y opposeront sous main.

Réponse

§ 569

1o Quoique ces ministres aient intérêt de prolonger la guerre, il ne laisse pas de se faire des traités de paix ; ainsi il faut ou qu’ils ne soient pas les maîtres d’éloigner la paix ou qu’ils ne croient pas qu’il soit de leur intérêt particulier de s’y opposer, ou enfin qu’ils veuillent bien sacrifier leur intérêt particulier à l’intérêt de leur maître et au bien de leur patrie ; or pourquoi n’arriverait-il pas une de ces trois choses dans le traité que je propose, non pour finir une guerre mais pour faire toujours durer la dernière paix pour convertir en paix solide et perpétuelle une trêve courte et incertaine ?

§ 570

Je sais bien que ces ministres en donnant les mains à une paix passagère jugent que la crainte perpétuelle où est leur maître de rentrer en guerre les lui rend nécessaires pour leur fonction ; au lieu que cette fonction deviendrait presque à rien après l’Arbitrage chrétien ; mais des ministres habiles et de confiance auraient facilement d’autres fonctions importantes dans le ministère public.

§ 571

2o Quand les ministres de la guerre de terre et de mer s’uniraient pour détourner leur maître de signer le traité d’Arbitrage, les ministres du commerce, des finances, de la police générale, de la justice, de la religion, des affaires étrangères en qui leur maître n’aurait pas moins de confiance, ayant une si bonne cause à soutenir et si aisée à défendre pour l’intérêt du roi, pour sa tranquillité, pour sa réputation, pour la durée de sa maison sur le trône, pour l’augmentation de son revenu, pour l’intérêt de leur patrie, n’auraient pas de peine à persuader le roi.

§ 572

3o Le sujet de délibération, qui est un traité pour rendre la dernière paix perpétuelle, sera proposé publiquement par l’ambassadeur de Venise, par l’ambassadeur de Hollande ou par quelque autre ambassadeur. Celui qui le proposera n’en fera mystère à personne ; tous les Portugais de la ville capitale et des provinces en seront informés ; chacun pourra lire le livre et la proposition. Or est-il croyable que des ministres, gens d’esprit, osent s’opposer aux yeux de tout le monde sans aucune apparence de raison à un traité si désirable et si évidemment désirable pour le roi et pour la nation ? Ne serait-ce pas se rendre suspects d’infidélité envers le roi et très odieux à tous les gens de bien ?

§ 573

4o Quand les ministres de Portugal sauront qu’en Hollande, qu’à Venise et ailleurs les pensions et les appointements des principaux ministres ont doublé dès que les articles fondamentaux du traité d’Arbitrage ont été arrêtés, il y a apparence que dans l’espérance de jouir d’un pareil bénéfice, ils seront moins disposés à traverser ce traité.

IV. OBJECTION

§ 574

Le roi de Portugal se lierait les mains ; il ne pourrait plus faire aucune conquête sur aucun de ses voisins ; il ne pourrait plus prendre les armes pour se venger.

Réponse

§ 575

Le roi de Portugal ne se lierait pas les mains tout seul ; le roi d’Espagne, les Anglais, les Hollandais et tous les autres souverains se lieraient également les mains en sa faveur ; c’est un engagement réciproque. Il est bien certain que ceux qui font un traité se lient réciproquement les mains à l’égard des choses qu’ils se promettent, à l’égard des renonciations réciproques, à certaines prétentions, à certains droits ; c’est de ces renonciations réciproques ou tacites ou expresses que naît la propriété que chacun a de sa maison, de sa terre, etc. C’est par ces renonciations que se font les partages de biens où chacun prétend avoir sa part et c’est parce que les premiers chefs de famille se sont ainsi lié les mains à l’égard des droits qu’ils avaient ou qu’ils croyaient avoir sur certaines portions de terre que nous voyons aujourd’hui des propriétaires de quelques morceaux de terre.

§ 576

Il est vrai que, nonobstant ces traités et ces renonciations réciproques, ces propriétés ne seraient guère assurées dans un État si l’État lui-même n’était garant de l’exécution de ces traités et si la société n’avait pas et la puissance et la volonté de les faire exécuter entre les membres de la société ; ainsi la sûreté de la propriété ne vient proprement que de cette garantie à laquelle la société où vivent les contractants est obligée.

§ 577

Je ne disconviens donc pas que faire un traité et se lier les mains sur quelque article, c’est la même chose ; mais comme il y a une infinité de traités fort avantageux à toutes les parties contractantes, on ne disconviendra pas non plus qu’il y a une infinité d’occasions où il leur est à tous fort avantageux de se lier réciproquement les mains sur certains articles. Il est évident par exemple qu’il est avantageux au roi de Portugal de renoncer à prendre les armes pour décider ses prétentions contre les autres souverains pourvu qu’ils renoncent tous en même temps à prendre les armes pour décider leurs prétentions contre lui. Donc en cette occasion rien n’est plus sage et plus selon ses intérêts que de se lier les mains pour l’intérêt des autres quand les autres se lient les mains de leur côté pour notre intérêt.

V. OBJECTION

§ 578

S’imposer la nécessité de faire décider ses prétentions par des arbitres, au lieu de les décider par la force, c’est se mettre en tutelle, en curatelle, c’est augmenter sa dépendance. Le roi de Portugal ne dépendait d’aucun juge, il n’en reconnaissait aucun sur la terre à qui il fut obligé d’obéir ; et par le traité d’Arbitrage il en reconnaîtrait.

Réponse

§ 579

1o Un souverain ennemi du roi de Portugal ne commence-t-il pas par juger que ce prince a tort dans les prétentions qui font le sujet de la guerre ? Il est donc certain qu’il a autant de juges que d’ennemis qui peuvent lui faire la guerre, soit qu’il les reconnaisse pour ses juges ou qu’il ne les reconnaisse pas.

§ 580

2o Il dépend de ses ennemis autant qu’il a sujet de les craindre, et cette dépendance est très réelle, soit qu’il la reconnaisse, ou qu’il ne la reconnaisse pas.

§ 581

4o [sic] S’il est vaincu ou s’il craint de l’être, n’est-il pas forcé de faire un traité de paix et d’obéir ainsi au jugement de son ennemi et de son juge ? Il est alors bien pis qu’en tutelle, qu’en curatelle, car il a pour tuteur, pour curateur, un ennemi victorieux qui le peut impunément dépouiller : au lieu que les tuteurs, les curateurs dans une société dans un Arbitrage ne sauraient faire de tort à leurs pupilles.

§ 582

Or puisque le roi de Portugal est dans la nécessité d’avoir ses voisins pour juges, ne lui est-il pas infiniment plus avantageux de les avoir pour juges intéressés à sa conservation, intéressés à juger selon l’équité dans l’Arbitrage européen, que de les avoir pour juges très intéressés à sa destruction, très intéressés à juger injustement toutes ses prétentions contre eux et toutes leurs prétentions contre lui comme il arriverait dans le non Arbitrage ?

Conclusion

§ 583

Il demeure donc constant que de quelque côté que l’on regarde les intérêts du roi et du royaume de Portugal, soit par rapport au dedans, soit par rapport au dehors, loin de perdre des avantages par le traité d’Arbitrage, il ne ferait que les augmenter infiniment et par conséquent que ce prince n’a rien à négocier avec les autres souverains d’Europe qui soit à tout prendre si important et si pressé que le traité fondamental de l’Arbitrage européen et c’est ce que je m’étais proposé de démontrer.

§ 584

Je ne dis pas présentement que ce prince n’a rien de si facile à négocier que ce traité ; c’est qu’il faut pour cela que j’aie démontré auparavant pour chacun des autres souverains avec qui il a à faire cette négociation qu’ils n’ont aucun traité ni plus important ni plus pressé ; et cela ne peut être fait qu’à la fin de l’ouvrage.

Gênes, Lucques, Raguse, etc.122

§ 585

Il n’y a personne qui ne voie que ces républiques comme moins puissantes ont encore plus d’intérêt à l’établissement de l’Arbitrage que les républiques les plus puissantes ; elles ont des voisins très puissants et qui ont des prétentions sur leur territoire ; elles ont même à craindre que la division entre leurs citoyens ne soit un acheminement à leur ruine.

§ 586

Les Génois ont encore un intérêt particulier ; c’est que plusieurs d’entre eux ont des biens et des sommes considérables en pays étranger : or tant que la paix ne sera pas plus solide qu’elle l’est dans le non Arbitrage, tant qu’il n’y aura réellement que des trêves entre les souverains, ces sortes de biens n’auront guère de solidité et auront beaucoup moins de valeur.

§ 587

D’ailleurs ces républicains sont fort incommodés des corsaires ; dans le non Arbitrage leur commerce en est beaucoup diminué au lieu que dans l’Arbitrage ils n’auraient plus de corsaires à craindre123.

Intérêt du roi de Sicile à l’établissement de l’arbitrage

§ 588

Ce prince n’a pas moins à craindre ses voisins que le roi de Portugal les siens ; ses voisins sont même plus puissants, ils ne manquent pas de prétentions ; l’on ne sait que trop que les traités de paix les plus solennels ne durent guère et que quand la guerre est déclarée les prétentions ne sont plus bornées par les traités précédents ; on peut donc dire en général qu’il n’a pas moins d’intérêt que le roi de Portugal à solliciter l’établissement de l’Arbitrage. Je n’ai plus que quelques observations à faire.

I. OBSERVATION

§ 589

Le prince qui règne aujourd’hui est très habile et très courageux124 ; il a ajouté la Sicile à ses États mais jusqu’à présent ce nouveau royaume n’a fait qu’augmenter ses soins sans augmenter son revenu ; il ne peut pas même se promettre que si la France était un jour agitée de divisions et de guerres civiles, il ne se trouvât bientôt dépossédé par l’empereur. Or comme un des articles fondamentaux du traité d’Arbitrage est que les souverains demeureront en possession de ce qu’ils possèdent actuellement, n’est-il pas évident que le roi de Sicile pour se conserver son royaume n’a rien de plus important et de plus pressé à négocier que ce traité ?

II. OBSERVATION

§ 590

La Sicile est un bon et beau pays, fertile, plein de ports, heureusement situé pour le commerce, fort peuplé, mais faute d’une bonne police, les habitants n’y sont point laborieux, ni par conséquent industrieux. C’est une maladie intérieure et invétérée qu’il n’est possible de guérir que par de nouveaux règlements, et l’on sait que toute nouveauté peut d’autant plus facilement causer une révolte dans ce gouvernement encore mal affermi, que les révoltés sont à portée d’être promptement secourus et bien soutenus par l’empereur. Or dans l’Arbitrage le roi de Sicile n’ayant point à craindre de révolte pourrait facilement par des règlements sages et par des établissements utiles faire rentrer dans cette île si fameuse l’émulation, le travail, le commerce et par conséquent l’opulence qui en est bannie depuis si longtemps.

III. OBSERVATION

§ 591

Si les subsides qu’il tire du royaume de Sicile et de ses autres États ont une proportion fixe avec le revenu de chaque sujet, n’est-il pas évident qu’à mesure qu’il augmenterait le revenu de ses sujets il augmenterait le sien ?

IV. OBSERVATION

§ 592

La dépendance où il est à l’égard de ses puissants voisins serait beaucoup diminuée ; il dépend d’eux comme juges intéressés à profiter de ses dépouilles et il n’en dépendrait plus que comme de juges intéressés à le conserver et à lui rendre justice et aussi attentifs à la faire rendre à ses sujets qu’aux leurs ; il ne dépendrait d’eux que pour ses procès qui seraient rares et de très peu d’importance ; et comme l’empereur et la France n’auraient chacun qu’une voix, il ne dépendrait pas plus d’eux dans ces petits différends que du roi de Danemark et du roi de Portugal qui auraient chacun la leur dans le Sénat.

V. OBSERVATION

§ 593

Il tire un très grand subside ordinaire pour la dépense ordinaire des troupes et des fortifications en temps de paix. Cette dépense ordinaire de précaution diminuerait des trois quarts par l’Arbitrage et les peuples conviendraient facilement avec leur souverain qu’il mît à son profit et au profit de sa maison cette épargne des trois quarts de la dépense ordinaire de la guerre en temps de paix à condition : 1o que de son côté ce prince leur promît de ne lever plus de subsides extraordinaires que du consentement des États soit pour les guerres où la société européenne serait obligée d’entrer, soit pour être employés à des travaux publics et à des établissements beaucoup plus utiles que la dépense ; 2o de faire rendre compte de ces subsides extraordinaires devant les États généraux ; 3o qu’il consentît que l’Arbitrage fût garant de l’exécution de ses promesses envers son peuple. Il est évident que le roi de Sicile et ses sujets gagneraient beaucoup à une pareille convention, le prince doublerait son revenu et les sujets doubleraient le leur.

VI. OBSERVATION

§ 594

Il est évident que ce prince n’ayant plus aucune révolution à craindre dans son État ni de la part de ses voisins ni de la part de ses sujets il aurait une sûreté beaucoup plus grande de la durée de sa postérité sur le trône.

Conclusion

§ 595

De quelque côté que le roi de Sicile regarde l’Arbitrage, loin que cet établissement diminue en rien les biens et les avantages qu’il possède présentement, il les augmenterait au contraire infiniment. Il me semble donc que l’on peut conclure qu’il n’y a aucun traité si important et si pressé à négocier que le traité fondamental de l’Arbitrage européen et c’est ce que je m’étais proposé de démontrer.

Florence, Parme, Modène, etc.125

§ 596

Ces souverains sont moins puissants que le roi de Sicile, que l’empereur et par conséquent encore plus dépendants. Or par l’établissement de l’Arbitrage ils n’auraient qu’une dépendance semblable à celle où sera l’empereur et auraient encore tous les autres avantages que le roi de Sicile y trouverait par proportion à la grandeur de leurs États. Donc de quelque côté qu’ils regardent l’Arbitrage, ils n’ont rien de plus important et de plus pressé à faire que d’en négocier le traité fondamental.

Intérêt du pape à l’établissement de l’arbitrage chrétien

§ 597

On a vu les grands avantages que la république de Venise tirerait de cet établissement ; on peut facilement en faire l’application et au pape et à l’État ecclésiastique. J’ajouterai seulement encore quelques observations particulières.

I. OBSERVATION

§ 598

L’État ecclésiastique est frontière des Turcs ; il n’a pour barrière que la mer Adriatique que l’on peut traverser en un jour ; il y a cinquante lieues de côtes exposées aux descentes, aux incursions et aux invasions de ces infidèles ; personne ne disconviendra que ce voisinage est d’autant plus à craindre pour le pape que les Turcs le haïssent davantage comme chef des chrétiens, et qu’ils sont dix fois plus puissants que lui. Or les Turcs sous un empereur guerrier seraient d’autant plus formidables pour lui que les princes chrétiens vivant dans le non Arbitrage sont souvent divisés. L’on peut dire même que ces infidèles n’ont fait de conquêtes en Europe que par la jalousie et la division qui était entre les princes chrétiens126. Or qu’est-ce que l’Arbitrage que je propose si ce n’est une ligue indissoluble de tous les princes chrétiens pour se protéger tous mutuellement non seulement contre les Turcs mais encore contre tous leurs autres ennemis127 ?

II. OBSERVATION

§ 599

Si l’on peut jamais espérer une ligue offensive pour exterminer les Turcs, une ligue suffisamment puissante et durable, une pareille entreprise ne peut jamais être exécutée qu’après l’établissement de l’Arbitrage chrétien. Je montrerai bientôt que ce projet d’exterminer les Turcs est moins difficile qu’on ne croit128. Or y a-t-il jamais eu sous aucun pontificat une affaire plus grande, plus glorieuse et plus importante au christianisme que de pacifier d’un côté pour toujours tous les princes chrétiens et de les engager de l’autre à exterminer ces infidèles ?

III. OBSERVATION

§ 600

L’empereur a des prétentions de souveraineté sur plusieurs villes de l’État ecclésiastique, sur Rome même et sur les élections des papes129. Ces prétentions sont d’autant plus à craindre que l’empereur est devenu plus puissant en Italie et qu’à cause du voisinage, il peut avoir souvent des démêlés temporels avec les papes. Or comme l’Arbitrage chrétien conserverait chaque État dans les droits actuels, dans l’indépendance actuelle, dans l’exemption actuelle dont il jouit actuellement soit à la suite de quelque traité connu soit simplement à la suite d’une longue possession les papes seraient pour toujours à couvert de ces fâcheuses prétentions.

Intérêt du duc de Lorraine pour solliciter le traité d’arbitrage

§ 601

Il n’y a personne qui ne voie clairement que s’il y a quelque prince fortement intéressé à mettre cette négociation en mouvement, c’est le duc de Lorraine130, parce qu’il peut être ou chassé très facilement de ses États, et même pris prisonnier toutes les fois qu’un roi de France le voudra déposséder ; il est vrai qu’il est indépendant de ses sujets comme tous les autres souverains. Mais la dépendance où il est à l’égard de ses voisins et surtout à l’égard de la France est assez sensible et l’on voit clair comme le jour qu’en ne dépendant désormais que du corps des souverains formé en Arbitrage, et seulement pour des différends très rares et très importants qu’il peut avoir avec eux, sa dépendance serait infiniment moindre qu’elle n’est présentement ; aussi je ne m’arrêterai pas davantage à prouver qu’il n’a rien de plus important et de plus pressé à négocier que le traité fondamental de l’Arbitrage, je me contenterai de répondre à une difficulté.

OBJECTION

§ 602

Les ministres de Lorraine, m’a-t-on dit, conseilleront sans doute tout d’une voix à leur souverain de signer les articles fondamentaux du traité ; mais n’a-t-il point à craindre que la cour de France ne trouve mauvais qu’il les signe avant que de les lui avoir communiqués ?

Réponse

§ 603

1o Ce traité n’est pas une ligue offensive pour conquérir, pour attaquer quelqu’un ; ce n’est qu’une ligue défensive pour se conserver et pour se protéger mutuellement chacun dans ses possessions actuelles fondées sur les derniers traités ; ce n’est qu’une garantie mutuelle que chacun des alliés sollicite par ces traités.

§ 604

2o Cette ligue n’est pas une ligue partiale d’une partie de l’Europe contre une autre partie. C’est une ligue totale où chacun est invité et où chacun a grand intérêt d’entrer ; et loin qu’elle soit faite pour attaquer quelqu’un elle se fait au contraire uniquement pour empêcher qu’aucun ne soit jamais attaqué.

§ 605

3o Tout le monde sait que ce n’est pas un projet nouveau et qu’il n’est pas contre les intérêts des rois de France puisque c’est un roi de France, un des plus puissants, un des plus vaillants et un des plus sages rois qui aient gouverné ce royaume qui en est l’inventeur et qui en a été le premier solliciteur.

§ 606

4o Les avantages de tout roi de France sont si grands et si évidents à signer ces articles fondamentaux, comme on le verra dans la suite, que le duc de Lorraine ne risque rien de déclarer publiquement en signant ce traité qu’il s’oblige à faire connaître ces avantages au régent qui gouverne aujourd’hui.

§ 607

5o Jamais duc de Lorraine n’aura l’occasion si belle que celui qui règne présentement pour faire agréer ce projet à toute l’Europe ; il a d’un côté pour beau-frère le régent du royaume de France, plus capable que personne d’entrer dans le grand projet du roi son bisaïeul, et de l’autre l’empereur est son cousin germain131 ; ils ont été élevés ensemble ; l’empereur connaît parfaitement ses intérêts, et l’établissement d’une police générale est évidemment très avantageux pour lui et pour toutes les maisons souveraines.

Suisse et Genève

§ 608

Tandis que Genève jouit de sa liberté elle a un grand intérêt de se l’assurer pour toujours. Plus le roi de Sicile devient puissant, plus elle a à craindre ses prétentions132. Or rien ne peut donner sûreté suffisante que l’établissement d’une protection mutuelle d’une ligue totale ; et qui peut trouver mauvais qu’elle presse les autres républiques d’examiner ce projet quand il est évident que s’il était exécuté il serait très avantageux à tous, et au roi de Sicile lui-même ?

§ 609

À l’égard des Suisses, outre tous les avantages qu’ils ont communs avec la république de Venise dans l’établissement de l’Arbitrage, ils auraient encore sûreté entière que leurs cantons ne seraient jamais forcés de prendre les armes pour terminer leurs différends et ils viennent d’essuyer les maux d’une guerre civile, je dis essuyer : car la diversité des religions et l’animosité des théologiens et leur crédit sur le peuple peuvent leur causer incessamment de nouveaux malheurs beaucoup plus longs et beaucoup plus grands que ceux qu’ils viennent d’essuyer133.

OBJECTION

§ 610

Les Suisses perdraient quelque chose à l’établissement d’une paix perpétuelle, puis qu’il sort tous les ans plus de dix mille hommes plus qu’il n’y en rentre et cela pour faire des recrues dans les régiments suisses qu’entretiennent les princes leurs voisins.

Réponse

§ 611

1o Il est certain qu’il sort plus de Suisses de leur pays qu’il n’y en rentre, et ceux qui n’y rentrent point s’établissent ailleurs. Or je ne sais si ce n’est pas une perte pour ce pays de perdre pour toujours des habitants.

§ 612

2o S’il convient à leur État de laisser sortir beaucoup d’hommes, il n’en sortira pas moins pour être employés dans les travaux, dans les manufactures, dans les voyages, dans le service des maisons, dans le labourage et dans toutes les parties du commerce dans la paix, qu’il en sort pour servir de soldats dans la guerre.

§ 613

3o Dans le plan proposé, la ligue européenne entretiendrait sur ses frontières beaucoup de troupes et comme elle aurait moins à craindre la révolte des soldats de cette nation que d’aucune autre, elle y en emploierait un plus grand nombre à son service que tous les princes n’en emploient présentement au leur.

§ 614

Donc les Suisses, pour conserver leur liberté, pour augmenter leurs richesses, pour avoir sûreté suffisante contre les guerres civiles, n’ont rien de plus important à négocier que cette ligue totale d’où naîtra la protection mutuelle et la paix perpétuelle.

Intérêt de l’électeur de Bavière à l’établissement de l’arbitrage

§ 615

L’électeur de Bavière134 n’a pas moins d’intérêt à cet établissement que le roi de Sicile, que le roi de Portugal ; et il est évident que de quelque côté que l’on regarde ce traité, il aurait d’un côté beaucoup plus de sûreté, c’est-à-dire d’indépendance, et de l’autre qu’il doublerait son revenu en doublant le revenu de ses sujets et retranchant la plus grande partie des dépenses de la guerre. Je n’ai à ajouter que quelques observations :

I. OBSERVATION

§ 616

Il est naturel qu’il songe à procurer au prince électoral un grand établissement et à remettre l’Empire dans sa maison au défaut des mâles dans la maison d’Autriche, l’empereur a beaucoup de raisons pour donner au prince électoral l’archiduchesse aînée sa nièce135.

§ 617

Il ne peut y avoir que deux obstacles, l’un de la part de l’empereur qui pourrait craindre que le prince électoral devenant son présomptif héritier et acquérant par là une grande considération dans l’Empire ne diminuât quelque chose de son autorité. Or il est évident que la ligue européenne ôterait à l’empereur toute sorte de crainte de ce côté-là puisqu’elle lui assurerait tous ses droits non seulement contre le roi des Romains mais contre quiconque voudrait lui disputer mal à propos des droits dont il est en actuelle possession.

§ 618

L’autre obstacle peut venir de la part des princes protestants ou de quelque autre prince jaloux de l’agrandissement de la maison palatine : mais dès qu’aucun d’eux n’aurait plus rien à craindre ni de la grandeur de cette maison, ni de la volonté du chef quand elle serait mauvaise, ils n’y mettront point d’obstacles ou s’ils y en mettent, ce ne seront que des obstacles faciles à surmonter. Or par l’Arbitrage, chacun d’eux aurait sûreté suffisante de conserver toute son autorité, tout son territoire, tout son commerce ; ainsi ils n’auront rien à craindre de la part de la maison de Bavière.

II. OBSERVATION

§ 619

Nous avons vu par le traité de Bade qu’il y avait quelque vue d’échange entre l’empereur et l’électeur de Bavière ; il ne peut y avoir d’obstacles que de la part de quelques voisins et ces voisins n’y peuvent mettre d’obstacles que par la crainte que ces échanges ne diminuassent leur sûreté136. Or dès qu’ils verraient que par la formation de la ligue totale ils auraient sûreté suffisante de leur conservation et de leur commerce, ils n’y mettraient certainement aucun obstacle, et chacun de ces princes jouirait des commodités et des avantages de son échange.

Électeur palatin et associés

§ 620

On peut associer à l’Électeur palatin plusieurs princes de l’Empire comme la maison de Hesse, la maison de Wurtemberg, la maison de Bade. Je ne sais pas assez l’état des affaires de ces princes pour faire des observations particulières ; mais le traducteur allemand peut facilement y suppléer137 et puis l’application des motifs généraux se fait naturellement.

§ 621

Ils sont tous exposés dans le non Arbitrage aux victoires du plus fort ; la France plus unie dans ses parties a empiété sur l’Empire moins uni dans les siennes, témoin l’Alsace138 ; cela est naturel ; et qu’ont-ils à espérer pour l’avenir que quelque chose de semblable au passé ?

§ 622

Ces princes sont d’autant plus à plaindre que leurs États font frontières ; ainsi dans la guerre ils sont désolés139, ou par leurs ennemis ou par les troupes de leur propre parti ; on peut donc dire qu’outre tous les avantages qu’eux et leurs sujets trouveraient à l’établissement de la paix perpétuelle, ils y gagneraient plus qu’aucun autre souverain par deux considérations : c’est qu’en temps de guerre leurs États étant presque entièrement frontières, ils sont incessamment ruinés par les passages des gens de guerre, par les campements, par les fourragements140, par les incendies et par les contributions excessives ; au lieu qu’en temps de paix, ces mêmes pays étant le passage de deux grandes nations de l’une chez l’autre et pour ainsi dire l’entrepôt d’un très grand commerce, ils passeraient par la durée de la paix d’une très malheureuse situation dans la situation du monde la plus désirable.

§ 623

Plus de sûreté et par conséquent plus d’indépendance et d’autorité et plus d’assurance pour la durée de leur maison sur le trône.

§ 624

Plus de commerce et par conséquent plus de revenu et plus d’abondance.

§ 625

Moins d’affaires et par conséquent plus de loisir de liberté et de bonheur.

§ 626

Qu’est-ce que ces princes risqueront en se faisant publiquement solliciteurs d’une ligue totale, eux qui ont bien voulu risquer d’entrer dans une ligue partiale ? Que proposent-ils aux souverains allemands sinon d’assurer non pour trois non pour dix ans mais pour mille ans et plus le repos et la tranquillité de l’Empire ? Ont-ils besoin d’aucun mystère pour faire à leurs voisins et aux autres membres de l’Empire une proposition infiniment avantageuse à tout le monde quoiqu’en apparence un peu moins avantageuse aux plus puissants qu’aux moins puissants ? Qu’ont-ils à craindre en faisant examiner une proposition qui paraîtra d’autant plus avantageuse qu’elle sera mûrement examinée ? Car enfin il ne s’agit que de comparer les avantages du non Arbitrage, du commerce interrompu, de l’état de barbarie, de l’état de guerre où les nations sont encore entre elles, avec les avantages de l’Arbitrage, du commerce perpétuel, de l’état de police et de paix inaltérable où elles seraient.

§ 627

Nos premiers chefs de famille ont passé de l’Impolice141 à la police de famille à famille, et ont formé des villages ; les chefs de villages voisins ont passé après beaucoup de guerres de l’Impolice à la police plus générale de village à village, et ont formé peu à peu des villes ; les chefs des villes ont passé de l’Impolice à la police encore plus générale de ville à ville et ont formé des provinces ; les chefs de provinces ont passé de la barbarie, de l’état de guerre, de l’Impolice, à la police encore plus générale de province à province et ont formé des nations d’une même langue. De quoi s’agit-il présentement ? Il ne s’agit que de faire encore un pas et de passer de la barbarie, de l’état de guerre, de l’Impolice où sont encore les nations entre elles à une police parfaitement générale de nation à nation, comme autrefois de famille à famille, et de faire sentir aux chefs des nations qu’ils trouveraient dans cette police les mêmes avantages qu’ont trouvés dans les premiers rudiments de la société humaine les premiers chefs de nos premières familles.

§ 628

Pour peu que l’on y pense, on verra que ces princes en faisant une pareille proposition n’ont point à craindre de mécontenter personne dans l’Empire : mais ils ont au contraire beaucoup d’avantages à espérer pour eux-mêmes et du côté de la réparation et du côté de l’utilité.

Électeurs ecclésiastiques et associés

§ 629

Il y a dans l’Empire plusieurs évêques souverains outre les archevêques électeurs142 ; on peut les associer avec leurs villes capitales pour composer une voix dans le Sénat européen ; tel est Munster, Liège, etc. De la manière dont leurs États sont situés ils ont la plupart le malheur d’être frontières de nations qui sont souvent en guerre, et c’est une raison particulière qui outre tous les autres motifs doit les engager à solliciter fortement la signature de ce traité. Ne pourraient-ils pas convenir de soudoyer un ministre propre à presser cette négociation, diminuer leurs garnisons de quelques compagnies inutiles et faire ainsi un fonds de 1 500 £ par mois pour entretenir un ministre qui voyagerait par toute l’Europe pour annoncer la perpétuité de la paix et pour avancer un traité dont le retardement leur coûte par mois vingt fois plus qu’ils ne dépenseront pour l’entretien de ce ministre ?

OBSERVATION

§ 630

Ceux qui savent comment la justice est administrée en Allemagne entre sujets d’un même souverain, entre sujets de différents souverains, entre un souverain et son sujet, entre souverain et souverain, entre ville libre et souverain, savent aussi que cette administration peut être beaucoup perfectionnée par différents moyens et par différents règlements dont on peut facilement convenir dans les diètes ; surtout si les mémoires pour et contre sur les articles de ces règlements étaient rendus publics un an, deux ans avant la diète ; mais pour former de bonnes lois il faut que les membres de l’Empire n’aient plus rien à craindre les uns des autres ; il faut qu’ils ne soient plus occupés des soins de se défendre contre leurs ennemis ; il faut qu’ils soient dans le calme et que, libres d’affaires fâcheuses et inquiétantes, ils jouissent d’un heureux loisir ; et cela ne peut être qu’après la formation de l’Arbitrage et de la ligue européenne pour la protection mutuelle et la conservation de tous les membres de ce nouveau et merveilleux corps politique.

Roi de Prusse

§ 631

Le roi de Prusse143 a pour signer et pour solliciter ce traité les mêmes motifs que le roi de Portugal et le roi de Sicile qui en ont de très puissants ; et comme il tient un grand nombre de troupes sur pied pour sa conservation même en temps de paix, il pourrait comme les autres souverains convenir avec ses sujets qu’il conserverait le même subside ordinaire pour la dépense de sa maison, sans conserver le même nombre de troupes, à condition qu’il ne lèverait sur ses peuples aucun subside extraordinaire que pour les guerres extraordinaires de la ligue européenne ; ainsi il aurait le double de sûreté pour ses États et pour sa postérité, et le double de revenu ; et il aurait la gloire de faire pour le bonheur de ses peuples beaucoup plus qu’aucun de ses prédécesseurs.

Roi de Danemark

§ 632

1o Le roi de Danemark144 est dans le même cas et a les mêmes motifs que le roi de Prusse, que le roi de Sicile, que le roi de Portugal ; il a essuyé comme les autres les malheurs, les dangers, les grandes inquiétudes et les dépenses immenses que cause la guerre ; ainsi on peut se promettre que, soit qu’il considère ce traité par rapport au dedans de son État et à la durée de sa maison sur le trône, soit qu’il le considère par rapport au dehors, il verrait que loin que ce traité diminue rien des avantages présents qu’il a dans le non Arbitrage, il les augmenterait tous prodigieusement, et qu’ainsi il conviendrait qu’il n’aurait rien de plus important et de plus pressé à négocier qu’une pareille convention de police générale et de protection mutuelle.

§ 633

2o Ce prince a actuellement une grande guerre avec le roi de Suède145, ce qu’il a conquis lui a coûté beaucoup plus que cette conquête ne lui rapporte de revenu tous frais faits. Je ne sais pas ce qu’il restituera au roi de Suède par la première paix qui se fera entre eux : mais il est évident que quand il lui restituerait tout et qu’il lui donnerait même quelque chose de ce qu’il possédait tranquillement par les derniers traités jusqu’au premier jour de ce siècle, il doublerait son revenu par le traité d’Arbitrage et ferait par conséquent un profit immense en signant ce traité.

Courlande, Hambourg, etc.

§ 634

Je suppose que pour former une voix au Sénat européen on associe au duc de Courlande plusieurs villes libres comme Hambourg, Dantzig, Lubeck, Francfort, Augsbourg, etc146. Il n’est pas difficile de voir qu’elles ont toutes un très grand intérêt à solliciter la conclusion de ce traité, soit pour le maintien de leur commerce, soit pour la conservation de leur liberté ; elles consentiront aisément à ce traité : mais feront-elles seulement une dépense chacune de deux cents francs par mois pour employer quelqu’un à l’avancer lorsque le retardement de chaque mois leur coûte quinze fois davantage ? C’est ce que je ne sais pas.

Pologne et Saxe

§ 635

J’ai déjà parlé dans le second tome de l’intérêt qu’a la république de Pologne, de chercher au dehors quelque préservatif contre les guerres intestines147 et il n’y en a point d’autre que l’établissement d’une police générale de nation à nation, qui produise entre les États une protection mutuelle, une administration constante de la justice et surtout une exemption perpétuelle de toute violence.

§ 636

Il me reste à parler de l’intérêt qu’a le roi de Pologne à cet établissement soit comme roi soit comme électeur.

§ 637

Le royaume de Pologne est électif, ainsi il se peut faire que quoique la Saxe et la Pologne n’eussent qu’une voix au Sénat tandis que ces deux États sont gouvernés par un même prince, ils y aient chacun une voix lors qu’ils seront gouvernés par deux princes différents.

§ 638

Outre tous les motifs que le roi Auguste a de communs avec les autres souverains dont nous avons parlé et qui sont plus que suffisants pour le presser d’entrer le plus promptement qu’il pourra dans la ligue européenne, il y a encore quelques observations à faire qui lui sont particulières.

I. OBSERVATION

§ 639

Il est de l’intérêt du roi Auguste d’avoir sûreté suffisante de demeurer tranquillement le reste de sa vie roi de Pologne148. Or il a beau faire des traités de paix, tant qu’il n’y aura point de garants de ces traités, qui soient toujours et suffisamment puissants et suffisamment intéressés à les faire observer ponctuellement, ce ne seront jamais dans le fond que des traités de trêve, ce ne sera même qu’une trêve très incertaine et assez courte, et où trouver ces sortes de garants que dans l’assemblage de tous les souverains d’Europe après que par un traité et par un congrès perpétuel et représentatif ils auront formé un corps politique.

II. OBSERVATION

§ 640

Ce prince a un grand intérêt d’engager les Polonais à lui donner la satisfaction de désigner le prince électoral pour son successeur, prince qui leur convient beaucoup149. Or il ne me paraît pas douteux qu’ils lui promettront et qu’ils lui donneront cette satisfaction s’il veut bien leur promettre et leur procurer un aussi grand avantage que la formation du corps politique des souverains d’Europe, qui leur produira d’un côté une sûreté, une garantie suffisante contre les entreprises de leurs rois sur leurs privilèges et leur liberté contenus dans les pacta conventa150, et de l’autre une sûreté suffisante contre toute guerre civile et étrangère et par conséquent un commerce universel et perpétuel.

III. OBSERVATION

§ 641

Le roi Auguste tant pour sa propre conservation que pour la conservation du royaume a été et sera encore dans la nécessité d’entretenir des troupes saxonnes et cela aux dépens du royaume. On sait combien cette conduite a fait de mécontents. Or, en prenant publiquement le parti de former la ligue totale et de solliciter la signature du traité fondamental, les Polonais prendront patience dans l’attente prochaine d’un si prodigieux avantage et le succès de cette négociation lui attirera mille bénédictions de tous les peuples et lui donnera beaucoup de gloire dans la postérité.

Conclusion

§ 642

Donc loin que le traité fondamental diminuât rien des avantages présents que le roi de Pologne a dans le non Arbitrage européen, dans la non police européenne, il est évident qu’il les augmenterait tous infiniment.

§ 643

Donc il n’a rien à négocier qui soit en même temps plus important et plus pressé qu’un pareil traité.

Angleterre et Hanovre

§ 644

J’ai fait dans le second tome quelques réflexions sur l’intérêt que peuvent avoir les Anglais à former non plus des ligues partiales contre leurs ennemis, mais une ligue totale qui des ennemis qu’ils avaient à craindre en fasse des amis dont le commerce leur soit toujours infiniment commode et avantageux151. Je crois que ceux qui ont un peu médité sur les moyens de poser des bornes immuables entre les droits du roi et les droits de la nation représentée par ses députés dans ses parlements, conviendront qu’ils ne peuvent tirer du dedans de l’État aucune sûreté suffisante qu’aucun des deux partis n’entreprendra jamais rien de considérable sur les droits de l’autre ; et je crois qu’ils ont vu comme moi qu’ils peuvent la tirer du dehors s’il y avait un corps politique de toute l’Europe qui demeurât garant de l’exécution de la convention entre le roi et la nation et qui jugeât les différends qui peuvent naître entre eux à l’occasion de cette convention.

§ 645

Il me reste à parler de l’intérêt qu’a le roi régnant à solliciter l’établissement de ce corps politique.

§ 646

Si dans le second tome j’ai dit quelque chose en faveur du prince, fils du roi Jacques152, c’est que je croyais alors qu’il régnerait un jour du consentement de la nation après la mort de la reine sa sœur ; et si dans celui-ci je parle en faveur du roi régnant, c’est que je le vois tout établi du consentement de la nation, et que mon système suppose les choses établies et n’est fait que pour donner de la solidité à celles qui sont établies ; il est vrai qu’il peut servir à en établir d’autres ; mais ce sont seulement celles qui peuvent s’établir de concert avec les parties intéressées et sans violence.

§ 647

Quand j’aurais intérieurement quelque prédilection, soit pour le prince régnant, soit pour le prince prétendant, il me siérait mal à moi, petit citoyen du monde, de marquer publiquement une prédilection inutile. Je me donne pour un philosophe pacifique, ami du genre humain, et j’aurais grand tort de quitter mon caractère pour prendre celui d’un écrivain partial.

§ 648

Outre tous les motifs qui sont communs au roi d’Angleterre comme à tous les autres souverains, motifs dont il est facile de faire l’application et qui sont plus que suffisants pour le déterminer de concert avec son Parlement à entrer le plutôt qu’il pourra dans l’Arbitrage européen, il y a encore quelques observations à faire qui lui sont particulières.

I. OBSERVATION

§ 649

Nous voyons par les nouvelles publiques que les esprits sont dans une grande agitation en Angleterre au sujet du gouvernement, qu’il y a deux partis tout formés, fort animés l’un contre l’autre et qui sont d’autant plus prêts à éclater qu’ils sont à peu près égaux ; ce qu’il y a de plus fâcheux pour le roi, c’est que la loi qui l’a appelé au trône est uniquement fondée sur un acte du Parlement, de sorte qu’un autre Parlement peut le destituer et en mettre un autre à sa place ; c’est une fâcheuse dépendance ; or si le traité fondamental était signé durant son règne, la ligue européenne lui assurerait, et à sa postérité, le trône pour jamais et tirerait ainsi sa maison de cette fâcheuse dépendance.

II. OBSERVATION

§ 650

Le seul prétexte plausible dont un Parlement rebelle puisse se servir pour destituer le roi, c’est quelque entreprise de ce prince ou de ses officiers sur le droit de la nation. Or les mécontents pourraient à la vérité se plaindre à l’Arbitrage des prétendues entreprises du roi sur les libertés et les privilèges de la nation : mais le différend finirait par le jugement de l’Europe, et jamais par la destitution du roi. Un roi de Lacédémone y établit les éphores, sorte de tribunal indépendant, protecteur des droits du peuple contre les entreprises du roi ; la reine sa femme lui demandant pourquoi il avait ainsi pour leur postérité rendu l’autorité royale moins étendue, le roi lui répondit laconiquement : C’est pour la rendre plus durable153.

§ 651

[1o] Je suppose que le roi régnant fasse avec son Parlement une convention parlementaire où l’autorité publique soit partagée entre le roi et le Parlement, que les bornes de l’autorité de l’un et de l’autorité de l’autre soient posées par articles le plus clairement et le plus précisément que l’on pourra, j’en proposerai peut-être un jour un projet quand je serai un peu mieux instruit. 2o Je suppose que le roi de concert avec le Parlement crée un comité154 national et perpétuel de quarante-cinq éphores, quinze pairs et trente chevaliers, que le devoir de ce comité national soit d’empêcher les entreprises des officiers du roi sur la portion d’autorité que la nation a confiée au Parlement, de proposer des prix à ceux qui donneraient les meilleurs mémoires sur certaines matières du gouvernement qui demandent quelque chose de nouveau dans les règlements ou dans les établissements, d’examiner ces mémoires et de distribuer ces prix, de préparer et de rédiger les bills155 principaux, qui devraient être proposés au Parlement. Ce serait le Parlement qui nommerait les membres de ce comité entre ceux qui n’auraient aucun emploi, aucune pension du roi et qui renonceraient pour eux et pour leurs enfants à en avoir jamais : mais il faudrait que les appointements et que les distributions manuelles aux jours d’assemblée les pussent dédommager des avantages auxquels ils renonceraient ; il faudrait même qu’ils eussent une marque extérieure d’honneur qui leur donnât certaines préséances.

§ 652

Or il est visible que si le roi établissait un pareil comité perpétuel, il assurerait pour jamais le trône, même aux princes de sa postérité qui seraient turbulents, entreprenants et d’une ambition immodérée ; c’est qu’en voyant de plus près et plus à clair156 le danger inévitable de perdre leur couronne, ils ne s’exposeraient jamais à faire des injustices criantes et à commettre des violences odieuses.

III. OBSERVATION

§ 653

Il est certain qu’outre le subside ordinaire pour la liste civile157, c’est-à-dire pour la dépense de la maison du roi, il y a encore un subside ordinaire en temps de paix pour la dépense des vaisseaux de convoi et de garde-côtes, pour les garnisons et les fortifications, qui est plus grand que celui de la liste civile. Je suppose qu’il se monte à quinze millions et qu’il suffise de cinq millions pour la dépense ordinaire après l’établissement de la ligue européenne ; le roi pourra facilement obtenir de la nation qu’en considération des autres grands avantages qu’il procurerait à ses sujets par cet établissement, ces dix millions d’épargne tournassent à son seul profit ; ainsi il doublerait son revenu en doublant celui de ses sujets.

OBJECTION

§ 654

Je conviens, m’a dit un Anglais, que nul établissement ne peut jamais être aussi avantageux pour la nation anglaise, que le serait l’Arbitrage européen.

§ 655

1o Il assurerait pour jamais aux Anglais l’autorité et la liberté des parlements contre les entreprises perpétuelles des rois et de leurs ministres ; et par cet établissement ils seraient sûrs de l’exécution éternelle des pacta conventa158, c’est-à-dire des conventions que le Parlement pourrait faire ou renouveler sur ce sujet avec le roi à la caution et garantie de cet Arbitrage permanent.

§ 656

2o Il est vrai que cet Arbitrage ne pourrait pas faire cesser les divisions qui sont déjà entre les Anglais, ni empêcher qu’il ne s’y en élevât encore d’autres en différents temps, soit à cause des différentes opinions sur la religion, soit à cause des différents sentiments sur le gouvernement politique. Il est de la nature des hommes d’avoir des opinions différentes et des intérêts opposés, et l’on n’attend pas de l’Arbitrage qu’il change la nature : mais il est démontré dans l’ouvrage que l’Arbitrage européen donnerait aux Anglais sûreté suffisante que ces divisions domestiques n’allumeraient jamais de guerre entre eux. Or l’exemption d’un pareil malheur est sans doute un prodigieux avantage surtout dans un pays où il y a incessamment de grands partis tout formés.

§ 657

Quand on songe à la dépense qui est indispensable à chacun des citoyens pour se tenir sur ses gardes et en défense contre son voisin dans les troubles d’une nation, à la misère qui suit l’interruption du commerce intérieur du royaume, aux pillages, aux incendies, aux meurtres des citoyens qu’attire la guerre civile, on sent que l’exemption de pareils malheurs serait pour ainsi dire le fondement du bonheur de notre nation.

§ 658

3o Il est démontré dans l’ouvrage qu’il n’y aurait plus de guerres en Europe, que tous les différends de nation à nation, de souverain à souverain, seraient désormais de très petite importance, et qu’ils s’y décideraient sans guerre comme se décident les différends des particuliers ; ainsi la nation anglaise serait pour jamais exempte des grandes contributions qu’exigent ces guerres étrangères ; cependant ces contributions montent année commune159 à plus de quatre millions de livres sterling en temps de guerre, au lieu que ce qu’il en coûterait à la nation pour son contingent européen n’irait pas année commune à la dixième partie de ces contributions. Or quel avantage pour chaque Anglais de voir pour toujours les subsides publics diminuer des neuf parts de dix !

§ 659

4o Je conviens, ajoute cet Anglais, que n’y ayant plus de guerres étrangères le commerce étranger ne serait désormais pas plus interrompu que le commerce intérieur de notre État. Or qui ne sait quelles prodigieuses pertes l’interruption du commerce étranger cause à l’Angleterre ? On peut dire que cette perte va au moins à un quart du revenu de toute la nation pendant la guerre.

§ 660

5o Je conviens que de ne plus perdre de citoyens par les armes, que de ne plus perdre de vaisseaux par les pirates, que de voir naître tous les jours de nouveaux biens par la perfection des arts et des lois qu’on néglige fort durant la guerre ; je conviens dis-je, que ce sont encore là des avantages très considérables que produirait cet établissement.

§ 661

6o Les rois de leur côté y gagneraient : les rois sages et modérés n’auraient rien à craindre de la part des républicains séditieux et turbulents qui voudraient empiéter sur les droits de la royauté et les rois insensés qui voudraient entreprendre sur les libertés du peuple n’auraient point à craindre de rébellion ni que le sceptre sortît de leur maison.

§ 662

Toutes ces choses, m’a dit l’Anglais, sont bien démontrées dans votre ouvrage ; mais, après tout, quel moyen de faire sur cela prendre quelque résolution au Parlement et au Conseil du roi, à cause de la grande multitude des membres qui composent le Parlement, et à cause de la grande opposition qu’il y a entre leurs opinions ? Et cependant il faut que toutes ces trois espèces de conseils conspirent ensemble au même dessein ; autrement on ne prendra jamais en Angleterre aucune résolution pour n’en négocier sur cet établissement.

Réponse

§ 663

1o Il est vrai qu’il est toujours difficile que les deux chambres et le Conseil s’unissent pour un même but mais cependant malgré ces difficultés ils s’unissent souvent, la raison de cela c’est qu’il n’est pas fort difficile d’obtenir de la Chambre des communes qu’elle mette la proposition d’un mémoire en délibération. Or une proposition mise une fois en délibération dans la Chambre, s’il arrive que la nature de la proposition et que la longueur du mémoire demandent une discussion longue, un examen exact des différentes preuves des différents motifs, il n’est point difficile, il n’est point extraordinaire que la Chambre ordonne un comité pour cet examen.

§ 664

La matière rapportée à la Chambre par le Comité et mise en délibération, il n’est pas nécessaire, pour que la Chambre prenne une résolution, que les voix soient uniformes ; il suffit qu’un avis passe à la pluralité des voix. Et après tout, dans le fait présent, de quoi s’agit-il ? C’est un ancien projet d’une Union européenne, d’un Arbitrage européen fait par un roi de France, approuvé par la reine Élisabeth et par son Conseil160, approuvé ensuite par le roi Jacques premier son successeur et par son Conseil161 ; c’est ce même projet que l’on présente aujourd’hui, rectifié et éclairci pour rendre la paix perpétuelle et le commerce permanent en Europe, à l’exemple de l’Union et de l’Arbitrage germanique.

§ 665

On propose à la Chambre de faire examiner les articles fondamentaux de ce projet pour voir s’il ne serait point à propos de supplier le roi d’entrer sur cela en négociation avec ses voisins. Qu’y a-t-il dans cette proposition qui ne soit sage, raisonnable et dans les intérêts de la nation ?

§ 666

Or la plupart des membres instruits de l’affaire résisteront-ils à voter pour un comité qui l’examine et qui en fasse son rapport ? Et ce rapport une fois fait, est-il impossible que le plus grand nombre des voix ne passent à supplier le roi par une adresse162 de vouloir bien entrer en négociation avec ses voisins et ses alliées sur l’établissement d’un Arbitrage permanent pour terminer sans guerre tous les différends futurs soit de souverain à souverain soit de nation à nation et pour prévenir les guerres civiles dans chaque État ?

§ 667

Cette adresse une fois résolue163 dans la Chambre des communes, où est l’impossibilité qu’elle ne passe de même à la pluralité des voix dans la Chambre des seigneurs, et que le Conseil du roi n’agisse ensuite en conformité par ceux que sa majesté enverra exprès dans les différentes cours de l’Europe ?

§ 668

Un établissement peut-il être regardé comme impossible quand, à tout prendre, plus on l’examine, plus il paraît avantageux à tous les intéressés ? Peut-il être regardé comme impraticable quand, pour le mettre en pratique, il ne s’agit que du consentement des intéressés à quelques articles fondamentaux nécessaires pour le former ? Ce consentement général à ces articles est-il absolument impossible, quand on voit qu’un souverain sage peut commencer par le signer et qu’il n’est pas absolument impossible qu’il persuade un de ses voisins de le signer ? Quand on voit qu’il n’est pas absolument impossible que ces deux n’en persuadent deux autres, quand il n’est pas absolument impossible que ces quatre n’en persuadent quatre autres par leurs instances et par leurs vives représentations, quand il n’est pas absolument impossible que ces huit n’en persuadent à la fin huit autres ; quand il n’est pas absolument impossible que ces seize persuadés ne persuadent à la fin presque tous les autres en différents temps par les mêmes voies et par les mêmes motifs ; et enfin, quand il n’est pas absolument impossible que, s’il y en avait deux ou trois assez peu sensés, assez opiniâtres et assez peu éclairés sur leurs véritables intérêts pour refuser leur consentement à ces traités par des raisons d’espérance, ils n’y fussent enfin portés par des raisons de crainte en voyant que leur refus leur attirerait bientôt pour ennemis irréconciliables tous les potentats d’Europe unis ensemble contre eux dans une affaire qui rendrait les refusants infiniment odieux aux plus sages et aux plus gens de bien de leurs États et à toutes les nations du monde.

§ 669

Tels sont les moyens et les degrés que j’imagine pour faire approuver ce projet en Angleterre et de là dans tous les autres États d’Europe. Or que l’on me dise s’ils sont impossibles, que l’on me marque où consiste cette impossibilité.

Conclusion

§ 670

Donc loin que le traité fondamental de l’Arbitrage européen diminuât rien des avantages présents que le roi d’Angleterre et la nation anglaise ont dans le non Arbitrage européen, dans l’Impolice européenne, il est évident que ce traité les augmenterait tous infiniment.

§ 671

Donc ce prince n’a rien à négocier qui soit en même temps plus important et plus pressé qu’un pareil traité.

§ 672

J’apprends en relisant cet article, que le comte de Mar a pris les armes en Écosse pour le roi Jacques contre le roi George164 ; quel qu’en soit l’événement, les motifs que j’ai proposés subsisteront pour le victorieux.

Empereur

§ 673

Il est vrai que l’Empereur reste le seul mâle de sa très illustre maison165 ; il est vrai même qu’il n’a point d’enfants mais il en espère ; et quand, dans un âge très avancé, il n’en espérerait plus, il ne laisserait pas d’avoir des motifs beaucoup plus puissants pour établir la police entre les nations et les souverains d’Europe que pour y laisser ce reste de barbarie que j’appelle Impolice européenne166.

§ 674

Je conviens que le motif d’assurer pour jamais le trône à sa postérité ou du moins à des princes de son nom est un très puissant motif : mais il en reste d’autres qui ne sont pas moins puissants et qui sont par conséquent suffisants, je les réduis à trois points.

§ 675

1o Augmentation de revenu.

§ 676

2o Augmentation de tranquillité.

§ 677

3o Augmentation de réputation.

§ 678

Or je vais faire voir que de ces trois sources du bonheur de l’homme, loin que l’établissement de la police européenne diminuât rien des avantages qu’il possède ou de ceux qu’il espère encore posséder, elle ne ferait que les augmenter tous infiniment.

§ 679

Si je borne présentement ma preuve à ces trois sources, ce n’est pas qu’elles soient les seules ; la santé, l’âge, la noblesse, l’esprit, l’humeur et plusieurs autres choses sont encore de grandes sources de l’augmentation de notre bonheur : mais outre que l’on peut facilement y faire également l’application de ma preuve et montrer que l’Empereur n’y perdrait rien, c’est que j’ai cru qu’il fallait se borner à peu et choisir celles qui se présentent le plus aisément à l’esprit et qui dépendent un peu plus de notre travail que de la nature et de la fortune.

I. CONSIDÉRATION
Augmentation de revenu

§ 680

1o Je n’ai pas besoin de prouver que les souverains aussi bien que les autres hommes souhaitent d’augmenter leur revenu. C’est le motif des guerres que l’on entreprend pour conquérir. Or si les États de l’Empire et les États héréditaires laissaient à l’Empereur le même subside ordinaire qui est nécessaire dans l’Impolice européenne pour la sûreté de l’Empire, et qu’il fût par l’établissement de la police européenne dispensé des deux tiers de la dépense qui se fait même en temps de paix pour les troupes, pour les fortifications, pour les munitions, etc., loin que cet établissement diminuât le revenu de sa maison, il est visible qu’il le doublerait ; et il ne le doublerait pas quand il ferait la conquête des Suisses, du reste de l’Italie et de la Hongrie, parce qu’il faudrait en rabattre ce qu’il lui en coûterait pour faire ces conquêtes et pour les garder.

§ 681

D’ailleurs il doublerait ainsi le revenu de sa maison sans faire tort aux membres de l’Empire ni à ses sujets : au contraire il ne s’enrichirait qu’en les enrichissant, puisque d’un côté par cette police générale il les dispenserait pour toujours des subsides extraordinaires, et que de l’autre il leur procurerait les richesses et tous les autres avantages d’un commerce permanent et inaltérable.

§ 682

2o En supposant que le subside ordinaire soit tellement établi qu’il augmente à proportion que le revenu de ses sujets augmentera, n’est-il pas visible que leur revenu augmentant tous les ans au moins d’un dixième, l’un portant l’autre167, par la sûreté du commerce et la sécurité des commerçants, il verra avec plaisir son revenu augmenter aussi tous les ans en même proportion ?

§ 683

N’aurait-il pas une augmentation de plaisir de doubler les pensions dans sa famille, parmi ses ministres, parmi ses officiers, parmi ses courtisans, parmi les savants ? N’aurait-il pas le plaisir de soulager les pauvres, de fonder des collèges, de faire des bâtiments utiles et d’autres bâtiments agréables, etc. ?

II. CONSIDÉRATION
Augmentation de tranquillité

§ 684

L’Empereur est d’autant plus disposé à goûter le plaisir de la tranquillité qu’il a été exposé pendant les premières années de son règne à de cruelles agitations ; et après tout, que servent les richesses sans tranquillité ? On ne goûte rien dans l’agitation que par rapport aux choses qui agitent l’âme. Et l’on peut dire qu’il vaudrait incomparablement mieux dormir tout d’un somme et anéantir ainsi les années d’agitation que de les passer comme on les passe.

§ 685

Rien ne gâte tant la courte vie que nous avons à passer sur la terre que la grande quantité d’affaires fâcheuses, pressées, tumultueuses, importantes et dont le succès est toujours incertain. Or rien ne donne plus de ces sortes d’affaires aux souverains, rien ne les multiplie davantage que l’état de haine, de défiance, de guerre, en un mot que l’état d’Impolice où ils ont tous vécu jusqu’ici : rien au contraire ne diminuerait davantage le nombre et l’importance des affaires de l’Empereur que la sûreté parfaite où il serait que la tranquillité de l’Empire ne serait jamais troublée par aucune guerre et qu’il exercerait pendant toute sa vie sans aucun empêchement la même autorité qu’il possède, il n’aurait plus pour affaires que des occupations de choix soit pour le plaisir et l’utilité des autres, soit pour son propre plaisir et pour sa propre utilité.

III. CONSIDÉRATION
Augmentation de réputation

§ 686

Qu’est-ce qui donne une grande réputation aux souverains si ce n’est d’exécuter pour l’utilité de leurs peuples ou même du genre humain quelque chose de grand, quelque chose de plus grand que n’ont exécuté leurs prédécesseurs ?

§ 687

Raser une grande montagne, combler une grande vallée, élever de grandes masses de pierre telles que sont les pyramides d’Égypte, ce sont de grands ouvrages : mais si la dépense que l’on y fait, si la peine que l’on y prend ne produit aux hommes qu’une très petite utilité, ils prouvent à la vérité la puissance de ces princes, mais ils prouvent bien plus leur peu de jugement ; et qu’y a-t-il de moins sage que de se tourmenter nuit et jour et de faire beaucoup de dépense pour publier aux races futures que l’on fait entre diverses entreprises difficiles un choix insensé, et que dans la recherche de la gloire on prend l’ombre pour le corps ?

§ 688

Il ne suffit donc pas pour acquérir une grande réputation que l’ouvrage soit grand et durable, il faut encore qu’il soit utile à proportion qu’il est grand et difficile. Or sur ce pied-là, que l’on me cite un empereur qui ait exécuté quelque entreprise qui fut la dixième partie, la centième partie aussi utile à l’Europe en général et à l’Empire en particulier que le sera l’établissement d’une police dans l’Europe entre nation et nation, entre chefs de nation et chefs de nation telle qu’il y en a dans chaque nation entre famille et famille, entre chefs de famille et chefs de famille.

§ 689

Que l’on examine les entreprises exécutées par Auguste, par Trajan, par Antonin, par ces princes, les délices des peuples, par Constantin, par Théodose, par Charlemagne, par ces empereurs éclairés par les lumières de l’Évangile, que l’on compare cette utilité à l’utilité de l’établissement de cette police si désirable ; et l’on verra que la chose n’est pas comparable, et que les diverses utilités qu’ils ont procurées au genre humain par leurs travaux mises toutes ensemble dans une balance, si vous en déduisez les maux qu’ils ont causés, ne pèsent presque rien, au lieu que cette entreprise ne coûtera rien aux hommes, elle ne leur causera aucun mal ; et cependant elle leur apportera une infinité d’avantages inestimables.

§ 690

Charles Quint qui régnait il y a 160 ans et qui est le plus illustre entre les empereurs de la maison d’Autriche a bien fait du bruit dans le monde, il s’est bien tourmenté, il a bien tourmenté ses voisins, il a exécuté quantité d’entreprises difficiles : mais si vous pesez l’utilité de toutes ses entreprises les plus difficiles par rapport à ses peuples et par rapport à l’utilité du genre humain, ce qui doit être le fondement de sa gloire, si vous en rabattez tous les maux qu’il a été forcé de causer à tant de familles, que croyez-vous que pèsera le restant de cette utilité, surtout en comparaison de l’utilité qui reviendra au monde entier de l’entreprise de Charles VI, son successeur, pour l’établissement de cette police ? Que l’on fasse réflexion à ce qui reste des grands travaux de Charles Quint pour l’honneur même et l’avantage de sa maison, en comparaison du grand éclat qui rejaillira à jamais sur cette maison si Charles VI emploie son autorité, son crédit, ses soins, sa sagesse et sa constance à commencer et à finir la plus héroïque de toutes les entreprises.

§ 691

Je prends ici le terme d’héroïque dans un autre sens que le sot peuple ne le prend d’ordinaire. C’est que je crois que l’on doit donner bien plutôt le nom de héros à celui qui est le bienfaiteur universel de tous les hommes et qui leur procure à tous par ses travaux des bienfaits immenses, qu’à ces illustres désolateurs de provinces, qu’à ces fameux destructeurs du genre humain qui n’augmentent le bonheur de quelque hommes flatteurs et injustes qu’en ruinant, qu’en brûlant, qu’en détruisant un nombre infiniment plus grand d’autres hommes gens de bien et de probité168.

§ 692

La principale qualité des dieux dans l’idée même des païens, n’est-ce pas la bonté, n’est-ce pas de répandre partout leurs bienfaits et de ne rendre malheureux que les injustes et les scélérats ? Et qu’est-ce que les héros que des hommes qui ressemblent beaucoup plus que leurs pareils aux dieux ? Et n’est-ce pas la raison pour laquelle on les a nommés autrefois demi-dieux ?

§ 693

La gloire de Charles Quint s’anéantit tous les jours : c’est qu’il a causé peut-être plus de maux qu’il n’a procuré de bienfaits, au lieu que la gloire de Charles VI, son petit-neveu, durera autant que durera l’utilité de la police européenne ; ce ne sera point une gloire mêlée de blâme, ce ne seront point des bénédictions mêlées de malédictions et d’imprécations ; sa gloire sera pure, parce que ses bienfaits seront purs ; et comme ces bienfaits seront éternels pour toutes les nations, le nom de l’empereur Charles VI, un des principaux fondateurs de la police universelle, passera avec tout l’éclat qui lui est dû, de génération en génération, de siècle en siècle, parmi toutes les nations jusqu’à la postérité la plus reculée selon l’ardeur avec laquelle il se sera porté à cet établissement.

§ 694

Et il ne faut pas douter que comme ce sera le plus grand événement humain qui soit jamais arrivé sur la terre, on ne prenne soin d’en écrire les commencements, les progrès et la consommation avec toute l’exactitude possible, et que les historiens pour leur propre intérêt ne s’appliquent à rendre justice entière aux princes qui auront fait les premières démarches et les plus grands efforts pour rendre la guerre impossible et la paix inaltérable.

OBJECTION

§ 695

L’Empereur a de grandes prétentions sur l’Espagne et sur l’Amérique espagnole169 ; or pour abandonner ces prétentions, comme il ferait par le traité fondamental de la police européenne, quel équivalent lui donne-t-on ?

Réponse

§ 696

Les souverains mesurent la valeur réelle d’une prétention sur le degré de vraisemblance qu’il y a qu’ils l’obtiendront et sur ce qu’il leur en coûterait pour l’obtenir. Les Vénitiens par exemple ont une prétention bien fondée sur l’île de Candie170 ; cependant si quelque prince voulait présentement acheter leur droit, ils le vendraient très volontiers pour la vingtième partie du capital du revenu qu’ils en tiraient tous frais faits. Or sur ce pied-là que l’on pèse l’équivalent des prétentions de l’Empereur sur l’Espagne.

§ 697

Le roi d’Espagne tire beaucoup de l’Espagne et des Indes : mais il lui en faut beaucoup pour les dépenses et les charges ordinaires de l’État, et ce qui lui en reste pour sa maison et en libre disposition ne va pas à huit millions par an ; or nous avons montré que l’Empereur par cette renonciation gagnerait plus de douze millions par an qu’il aurait à sa libre disposition, et il ne lui en coûterait rien pour commencer à jouir de ces douze millions, au lieu qu’il lui en coûterait beaucoup pour se mettre en possession de ces huit millions.

§ 698

D’ailleurs l’Empereur sans le secours des Anglais, des Hollandais, et du roi de Sicile, ne peut pas espérer de conquérir le royaume d’Espagne secouru par la France. Or comme les Anglais et les Hollandais n’auraient pas plus de sûreté de la durée de leur commerce avec lui qu’avec le roi d’Espagne régnant, et que le roi de Sicile ne gagnerait rien à cette conquête, ils ne prendront pas les armes en sa faveur à moins qu’il ne leur fasse part de sa conquête à proportion de la dépense qu’ils feront ; et même ils ne s’en tiendront pas aux paroles, ils voudront des places l’un en Italie, les autres en Amérique et ailleurs pour sûreté ; et quand les Anglais, et les Hollandais auront une fois des établissements en Amérique, n’aura-t-il pas à craindre de recevoir désormais la loi de ces deux nations, eux qui pourront alors fomenter des révoltes et partager ensuite avec les chefs des révoltés ses États d’outre-mer ? On peut donc dire que le traité d’Arbitrage porte avec lui un équivalent vingt fois plus avantageux pour l’Empereur que ne peuvent valoir réellement ses prétentions sur l’Espagne.

Conclusion

§ 699

Il demeure donc constant qu’à considérer le revenu, la tranquillité, la réputation et toutes les autres sources de bonheur, loin que le traité fondamental de l’Arbitrage européen diminuât rien des avantages présents de l’Empereur, il lui en procurerait un très grand nombre de nouveaux et de très considérables, ce qu’il fallait démontrer.

§ 700

J’apprends en relisant cet article que la grossesse de l’impératrice se confirme171. Ainsi voilà un grand motif de plus pour l’Empereur, puisqu’il trouve dans la police européenne, une nouvelle sûreté de conserver le trône dans sa maison.

Intérêts du czar à solliciter l’établissement d’une police, d’un Arbitrage entre les nations, entre les chefs des nations

§ 701

Nous avons déjà démontré dans la réponse à la première objection de ce 3e tome que le czar, loin de rien perdre de son autorité et de son indépendance à l’égard de ses sujets, par l’établissement de cet Arbitrage, ne ferait que l’augmenter considérablement ; et que loin d’augmenter la dépendance réciproque où il est à l’égard de ses voisins, il ne ferait que la diminuer infiniment, de même que ses voisins diminueraient infiniment la dépendance réciproque où ils sont à son égard et les uns à l’égard des autres172.

§ 702

J’ai montré dans le second tome que ce prince ne pourra jamais arriver à son principal but, qui est d’établir un grand commerce dans son Empire, s’il ne trouve les moyens d’établir une paix perpétuelle par un Arbitrage permanent173.

§ 703

On voit assez que par la protection mutuelle que se donneraient les souverains, il assurerait encore davantage à sa postérité la couronne de Moscovie ; que par le retranchement de la plus grande partie de la dépense de la guerre, et par l’augmentation du commerce, il doublerait pour ainsi dire ses États en doublant son revenu ; qu’il n’aurait plus d’affaires fâcheuses mais seulement des occupations agréables dont il serait le maître ; enfin que de quelque côté qu’il considère l’établissement de la police européenne, il ne perdrait aucun des avantages qu’il a dans l’Impolice, mais au contraire qu’il les augmenterait tous et même qu’il y en trouverait de nouveaux ; ainsi il ne me reste plus qu’à faire encore deux observations.

I. OBSERVATION

§ 704

Plus les États d’un souverain ont d’étendue, plus il est difficile de les gouverner, de manière que le souverain en tire toute l’utilité qu’il en peut tirer pour lui-même et pour ceux qu’il gouverne. C’est qu’il y a d’un côté un grand inconvénient à ne pas donner beaucoup d’autorité aux vice-rois habiles, laborieux et affectionnés, parce qu’ils remédieraient promptement aux maux qui se multiplient et s’augmentent faute de remèdes et de préservatifs prompts et convenables et qu’ils profiteraient en une infinité de choses des conjonctures passagères ; tant pour le bien du roi que pour le bien de ses sujets, ils rempliraient bien mieux les emplois de sujets propres à chaque emploi.

§ 705

D’un autre côté il y a un grand inconvénient dans l’Impolice européenne à donner beaucoup d’autorité à ces gouverneurs. C’est qu’au premier mécontentement, au premier changement de ministère, un gouverneur, craignant de demeurer à la discrétion de quelque nouveau ministre, son ennemi, aime mieux hasarder sa vie et ses biens, en se révoltant et en tâchant de faire révolter ses voisins, que d’aller sans armes sur l’ordre de ses ennemis porter honteusement sa tête sur un échafaud ; et ces révoltes sont très communes dans les règnes faibles, qui sont bien plus ordinaires que les règnes forts.

§ 706

Quand on considère que la Moscovie confine à la Chine et qu’elle a douze fois plus d’étendue que la France, on comprend aisément qu’une si vaste monarchie est douze fois plus sujette aux révoltes que la France ou que le czar en tire douze fois moins qu’il n’en tirerait s’il n’avait à craindre aucune révolte dans ses provinces les plus éloignées, et qu’ainsi l’établissement de l’Arbitrage lui serait d’autant plus avantageux que ses États ont plus d’étendue. Charlemagne était toujours armé ; cependant, à cause de la grande étendue de son Empire, on sait que quand on le savait occupé en Espagne, ses sujets se révoltaient en Saxe ou en Italie, et que sa vie n’a été remplie que de victoires qui ne sont après tout autre chose que des fins courtes et agréables d’affaires indispensables longues et très désagréables .

§ 707

Pourquoi un père en mourant qui laisse à son fils mineur plusieurs terres éloignées et dans diverses provinces ne craint-il point que les receveurs s’en emparent de la moindre partie ? C’est que ce mineur et ses biens sont en la protection de toutes les autres familles de l’État par l’établissement d’une police entre elles ; c’est que ces familles forment un corps politique qui veille au salut de chacun de ses membres ; outre la protection qu’il tire de sa mère, de ses parents et des amis de son père, il a encore une protection étrangère incomparablement plus puissante qui est la protection du corps politique où il vit et qui le met à couvert de l’avarice et de la mauvaise volonté de ceux qui gouvernent ses terres.

§ 708

Or n’est-il pas visible que si les chefs de nation formaient un corps politique entre eux, les nations se protégeraient mutuellement ? Que toutes ensemble protégeraient invinciblement les enfants mineurs du czar contre toutes les entreprises ambitieuses des gouverneurs les plus éloignés ? Et qu’ainsi le czar, soit majeur soit mineur, n’aurait jamais à craindre aucune sorte de révolte174 ? Ce qui est pour un État vaste une maladie d’autant plus à craindre qu’il en coûte beaucoup de soins et de revenu pour s’en préserver, et que les meilleurs préservatifs dans l’Impolice européenne ne seront jamais suffisants surtout dans les minorités et dans les autres règnes faibles.

II. OBSERVATION

§ 709

Rien ne contribue davantage à augmenter la richesse d’un État que la multitude et la perfection des arts et les bons règlements de police ; l’on sait combien la Moscovie est dépourvue d’excellents artisans et d’habiles ouvriers, et que la police y est encore dans l’enfance en comparaison de celle qui est en France, en Angleterre, en Hollande, etc. quoiqu’elle soit encore très éloignée de la perfection. Le czar, en prince habile, avait en vue d’attirer en grand nombre dans ses États, et surtout à Moscou et dans ses ports, d’excellents ouvriers en toutes sortes de genres, et de prendre pour la police les meilleurs règlements et pour modèle les plus utiles établissements qui soient dans les États les mieux policés de l’Europe175.

§ 710

Mais il fallait pour cela d’un côté une très grande application, et une très grande dépense ; ainsi ce beau projet qui serait si avantageux pour lui et pour ses sujets, lui devient inutile pendant la guerre, puisque la guerre emporte tout son loisir, tous ses soins, et tous ses revenus, et que dans l’Impolice de l’Europe, on ne peut compter sur aucune paix solide. On voit donc que rien ne serait plus conforme aux vues d’un czar sage et habile que l’établissement d’une police générale en Europe, entre nation et nation, et entre tous les chefs de nation.

Conclusion

§ 711

Donc si ce projet était bien traduit en Moscovie, si le czar avait un jour le loisir de l’examiner par lui-même, il est impossible qu’il ne vît avec évidence, que loin que l’établissement de l’Arbitrage européen et de la police européenne diminuât en rien aucun des avantages qu’il a présentement dans l’Impolice et dans le non Arbitrage, il les augmenterait tous infiniment ; et c’est ce que je m’étais proposé de démontrer.

Espagne

§ 712

Le roi d’Espagne trouverait à signer le traité fondamental de la police européenne les mêmes avantages que l’empereur et les autres princes, et ne perdrait aucun des avantages qu’il a dans l’Impolice : plus d’affaires fâcheuses où il s’agisse de tout ; ses occupations ne seraient plus que des occupations de choix où il serait invité d’un côté par l’utilité de ses sujets et de l’autre par son propre intérêt ; il doublerait son revenu tout d’un coup et le verrait encore augmenter tous les ans ; il aurait le plaisir de donner plus à dépenser dans sa famille, de faire des bâtiments commodes, de dépenser davantage pour les amusements de la cour, de doubler les appointements de ses ministres et les grâces de ses favoris ; il pourrait continuer aux officiers de guerre réformés les mêmes appointements pendant leur vie et augmenter les appointements de ceux qui seraient conservés.

§ 713

Si d’un côté, conformément aux traités solennels, il renonçait à jamais rien posséder du Portugal, l’empereur et les autres souverains, conformément aux traités et à la possession actuelle, renonceraient à jamais de posséder un pouce de terre de la domination actuelle du roi d’Espagne ni en Europe ni en Amérique ni en Asie ni en Afrique. Il aurait plus d’autorité et d’indépendance à l’égard de ses sujets, et il diminuerait infiniment la dépendance où il est, et où ses enfants et petits enfants peuvent être un jour à l’égard des souverains voisins ; et cela dans la même proportion que des chefs de famille voisins vivant dans la barbarie et dans l’Impolice diminuent infiniment leur dépendance mutuelle par l’établissement, par la convention, par le traité d’un Arbitrage permanent, et d’une police permanente ; il ne me reste plus qu’à ajouter encore quelques observations, qui ont quelque chose de particulier pour le roi d’Espagne.

OBSERVATION

§ 714

Ce que je viens d’observer à l’égard de la Moscovie, que plus cet État est vaste, plus il a besoin d’une protection extérieure et toute-puissante qui chasse des esprits des gouverneurs toute idée de révolte, même dans les minorités et dans les autres temps de faiblesse, est encore plus vrai et en plus forts termes pour les États d’Espagne que pour les États de Moscovie.

§ 715

1o Parce que les États du czar se tiennent et que le secours d’une province attaquée y peut être beaucoup plus aisément porté et à temps et sûrement, au lieu que la distance où l’Amérique et les Philippines sont du chef est beaucoup plus grande, et que le secours ne peut arriver que par mer et souvent trop tard avec beaucoup plus de dépense et de danger.

§ 716

2o Si les révoltés ou du Mexique ou du Pérou étaient favorisés ou des Anglais, ou des Hollandais qui sont beaucoup plus puissants en vaisseaux que n’est l’Espagne, le roi d’Espagne ne pourrait jamais reconquérir ce qu’il aurait perdu ; et qui doute que les Anglais ne pussent faire tellement leur marche avec un vice-roi176 révolté qu’ils ne trouvassent avec lui beaucoup mieux leur compte pour leur commerce et pour quelque place de sûreté qu’avec le roi d’Espagne même177 ?

OBSERVATION

§ 717

La crainte où doit être le roi d’Espagne dans l’état d’Impolice où est encore l’Europe de voir naître des révoltés au Pérou, au Mexique, aux Philippines a empêché jusqu’ici le Conseil d’Espagne de laisser liberté entière aux Français, aux Anglais, aux Hollandais et aux autres nations de commercer en droiture dans l’Amérique espagnole. Cependant il est évident que si le roi d’Espagne laissait faire à ces nations leur commerce en droiture dans les ports de l’Amérique sans passer par Cadix, il pourrait doubler et tripler les revenus qu’il tire de ces royaumes en faisant dans les principaux ports un tarif des entrées et des sorties dont ce conseil conviendrait facilement avec toutes ces nations178.

OBSERVATION

§ 718

En laissant aux peuples de l’Amérique espagnole le commerce libre avec toutes les nations, ils doubleraient, ils tripleraient bientôt leurs revenus, de sorte que les revenus du roi qui auraient une proportion fixe comme du vingtième avec les revenus des sujets doubleraient et tripleraient en même temps.

§ 719

Je sais bien que la ville de Cadix y perdrait, mais le roi, pour la dédommager, pourrait pendant vingt ou trente ans diminuer les subsides des habitants et employer privilégiement179 les plus industrieux et les plus laborieux au service de l’État, soit en Europe, soit en Amérique ; et après tout est-il juste, est-il raisonnable que pour faire gagner un million à une ville, le roi en perde vingt, et empêche les autres villes de son État d’en gagner cent fois davantage ?

Conclusion

§ 720

Il est donc évident que le roi d’Espagne, loin de rien perdre à signer le traité d’Arbitrage et la convention d’une police générale, en tirerait des avantages immenses et inestimables, ce qui était à démontrer.

Roi de Suède

§ 721

Pour démontrer qu’il serait beaucoup plus avantageux au roi de Suède, de signer le traité fondamental de l’Arbitrage que de ne le pas signer, pour faire voir qu’il n’a aucun avantage dans l’état d’Impolice entre les nations et les souverains d’Europe, qu’il ne trouvât, et en plus grand nombre et beaucoup plus grands dans la police européenne, je n’ai point d’autres considérations d’intérêt à lui proposer que celles que j’ai proposées à l’empereur, aux Vénitiens, au roi de Portugal, et aux autres souverains. Je ne fais en cela que supposer qu’il connaît et qu’il aime comme eux ses intérêts : mais il me reste à faire une observation sur le caractère de ce prince aussi illustre par ses grands malheurs, que par ses grands succès ; et si je ne me suis point trompé dans l’idée que je m’en suis faite, il est impossible qu’il n’approuve et qu’il n’admire le projet de Henri IV, le plus beau, et le plus grand projet qui ait jamais été proposé, et qu’il n’en poursuive avec plus d’ardeur, et avec plus de constance que tout autre, une prompte et entière exécution.

OBSERVATION
Sur le caractère de ce prince

§ 722

Charles XII180 est né deux mois avant le feu dauphin Bourgogne, le vingt-quatrième juin 1682, il y a aujourd’hui 33 ans ; il n’a de goût que pour le grand ; ce n’est pas même un goût en lui, c’est une passion ; et cette passion est si dominante qu’il ne saurait rien goûter que par rapport à son principal objet. Je ne connais aucun de nos souverains, qui ait cette passion à un aussi haut degré ; aussi c’est son principal caractère, comme c’était celui du dauphin Bourgogne181.

§ 723

Le vulgaire a une opinion fausse en partie sur la grandeur des actions et des entreprises. Ce prince peut en avoir sucé quelque chose avec le lait. Peut-être qu’il ne l’aura pas depuis examinée avec assez de soin, et ce défaut d’examen pourra être la cause de ce qu’il se trompera peut-être quelquefois sur la véritable nature des plus grandes actions, des plus grandes entreprises : mais il n’en est pas moins vrai que son intention est de choisir entre les entreprises et les actions celles qui sont véritablement les plus grandes182.

§ 724

Dans les entreprises, il n’y a rien de grand qui ne soit difficile ; voilà ce qui est vrai. Il n’y a rien de difficile qui ne soit grand, voilà l’opinion du vulgaire et voilà ce qui est faux. Le peuple ne trouve point de différence entre le grand et le difficile ; s’il ne faisait qu’admirer le difficile, il n’y aurait rien à dire ; mais il aime et croit estimable tout ce qu’il admire et l’estime même à proportion qu’il l’admire ; et voilà où se trompe le vulgaire ; que l’on donne son admiration à ce qui est effectivement surprenant, mais que l’on réserve son estime, son approbation, ses louanges pour les actions, pour les entreprises qui sont effectivement estimables et dignes de louanges183.

§ 725

Il est vrai qu’il n’y a rien de grand qui ne soit difficile ; sans cela l’homme médiocre, l’homme du commun pourrait atteindre au grand ; mais il n’est pas moins vrai que le difficile n’est point grand quand il n’est point uni à l’estimable. Un corsaire, un Morgan184, chef de boucaniers185, un chef de bandits peut faire avec sa troupe des actions de valeur incroyables, et d’une valeur égale à celle qu’a montrée le roi de Suède à Narva186 et ailleurs ; ils ont fait à la vérité ce qu’il y a de plus difficile dans ces actions qui est de s’exposer volontairement à une mort presque inévitable ; le difficile est égal entre Morgan et le roi de Suède : mais dira-t-on pour cela que dans leurs actions le grand y est égal ? Non, sans doute. D’où vient cela ? C’est que l’estimable manque à Morgan187, au lieu que le roi de Suède a uni à l’entreprise de Narva le difficile avec l’estimable, qui est de secourir ses sujets injustement attaqués et prêts à tomber dans l’oppression.

§ 726

Mais en quoi consiste l’estimable, le louable ? Car ici je n’entends que la même chose par ces deux termes. Une entreprise est estimable, est louable, à proportion que celui qui en vient à bout procure et a eu intention de procurer de l’utilité aux autres. S’il n’a eu que l’intention, et que l’entreprise n’ait pas eu de succès, c’est l’intention qui seule est louable ; si l’entreprise a eu du succès, c’est l’action qui est estimable, et l’entreprise comprend et l’intention et l’action.

§ 727

Une entreprise difficile qui a du succès, si elle est injuste, si l’auteur y fait aux autres des maux qu’il trouverait injustes s’il les recevait, loin que cette entreprise ait quelque chose de grand, elle n’a rien que de blâmable, quoique très difficile. Si elle n’est que juste mais que l’auteur en reçoive seul et ait eu l’intention d’en recevoir seul toute l’utilité, elle n’est ni estimable ni méprisable, ni louable, ni blâmable, quoiqu’elle soit très difficile. Ce n’est point là du grand. Un négociant par exemple, qui par de longs travaux et de grands périls prévus, vient à bout de faire une grande fortune, n’est pas blâmable, il ne fait tort à personne, il n’a travaillé que pour lui seul : mais aussi il n’est pas digne de louange. Et quel gré lui saurait-on de son travail, puisqu’il n’a travaillé que pour lui ? La louange est une récompense qui n’est due qu’à ceux qui aiment mieux travailler pour les autres que pour eux-mêmes.

§ 728

On voit donc que l’utile est une partie aussi essentielle du grand que le difficile ; non l’utile pour soi, mais l’utile pour les autres ; et même si un prince qui cherche le grand avait à choisir entre deux entreprises, l’une beaucoup plus difficile et beaucoup moins utile, l’autre beaucoup moins difficile et beaucoup plus utile, il ne devrait pas balancer, il devrait courir à la plus utile ; je sais bien que le faux grand homme, préférerait la plus difficile, apparemment parce qu’il sacrifie tout aux applaudissements populaires ; c’est une grande partie de sa récompense, et il ne saurait se résoudre à sacrifier sa récompense au bien public ; mais le vrai grand homme est ravi de trouver une occasion de sacrifier la récompense même de ses travaux à l’utilité des hommes en général et de sa patrie en particulier. C’est que cela même est précisément ce qu’il y a réellement de plus difficile parmi les hommes que de sacrifier sans témoins sa gloire même à l’utilité publique.

§ 729

Pourquoi les vertus sont-elles louables ? C’est qu’elles se rapportent toutes au plaisir et à l’utilité des autres. Elles se réduisent toutes à la justice, qui empêche de faire du mal, de faire tort aux autres, et à la bonté, qui porte à leur faire du bien qu’on ne leur doit point ; ainsi le grand homme est vertueux mais le vertueux n’est pas toujours grand homme : c’est que ses entreprises ne sont pas toujours et fort difficiles et fort utiles.

§ 730

On n’appellera pas grand prince celui qui travaillera toute sa vie à s’enrichir par le commerce ou par ses épargnes sans faire tort à personne, ni celui qui emploiera tout son revenu à bâtir des palais, à faire des jardins ou à d’autres amusements, ni celui qui se sera enrichi par des conquêtes justes aux dépens des autres. Il n’y a pas même là la moindre trace de bonté, de générosité ; ils ne travaillent que pour leur intérêt, que pour leur vanité, que pour leur plaisir ; ils ne font rien que tout homme du commun n’eût fait comme eux à leur place, comme ils ne surpassent aucun de leurs prédécesseurs, aucun de leurs pareils dans la difficulté et dans l’utilité de leurs entreprises ; ils n’ont aussi sur eux aucune distinction de grandeur.

§ 731

Qu’Alexandre passe en Asie pour venger la Grèce, sa patrie, des injures et de l’injustice de Darius, qu’il surmonte pour cela des difficultés incroyables, voilà l’estimable, voilà le difficile, en un mot jusques là voilà le grand : mais quand il refuse l’Asie mineure, vingt fois plus grande que son royaume, avec l’alliance de Darius, et que non content d’avoir vengé sa patrie et de l’avoir mise en sûreté, il ne songe plus qu’à conquérir le reste de l’empire des Perses, il ne travaille plus que pour lui seul, il n’y a même plus rien de difficile, ainsi là finit le grand homme, il n’est plus dans cette entreprise qu’un homme du commun. L’entreprise de Tyr, est difficile : mais elle est injuste, celle de Pôros, celle des Scythes n’ont pas même le difficile, et loin qu’il y ait du louable, il y a du blâmable, parce qu’elles sont injustes, et après tout que fait-il pour sa patrie si ce n’est de lui faire changer de fers188.

§ 732

Que César acquière du crédit avec beaucoup de peine et s’en serve pour contrebalancer celui de Pompée et procurer ainsi plus de liberté au Sénat, qu’il vienne à bout de vaincre à Pharsale189, là finit le grand homme ; cela passé, il ne travaille plus que pour lui seul, un homme du commun en eût pu faire tout autant, il rapetisse au lieu de croître, il se sert de ses succès seulement pour sa propre utilité et pour établir son autorité sur les ruines du gouvernement républicain : voilà l’injuste et le blâmable. Il pouvait être le plus grand homme qui eût encore été en rendant la liberté à sa patrie, il choisit d’être usurpateur et tyran ; le voilà au-dessous même de l’homme du commun, le voilà par le mauvais usage de ses grands talents méprisable aux sages et exécrable aux gens de bien190.

§ 733

Ces éclaircissements donnés, s’il est vrai, comme je n’en doute point, que le roi de Suède, né pour les grandes choses, n’ait de passion que pour le grand, il est impossible qu’il ne tourne toutes ses pensées à établir dans l’Europe l’Arbitrage que Henri le Grand n’a fait que projeter. Le difficile n’y manque pas ; c’est même l’idée la plus commune que l’on a de ce magnifique projet, que s’il n’est pas absolument impraticable, il est du moins du nombre des entreprises qui peuvent rebuter par le grand nombre et la grandeur des difficultés à surmonter. Il est vrai que, parce que j’ai plus approfondi la matière qu’un autre, et peut-être parce que je suis plus intéressé qu’un autre à croire le projet praticable, j’y trouve les difficultés plus petites, et en moindre nombre dans l’exécution ; mais enfin il est certain que le public croit cette entreprise très difficile, et c’est assez pour la gloire de l’entrepreneur.

§ 734

Si le public convient de la grandeur de la difficulté de l’entreprise, ce même public convient encore plus unanimement de la grandeur de son utilité ; et le roi de Suède la verra non seulement par rapport au bonheur de la nation suédoise mais encore par rapport au bonheur de toutes les autres nations, non seulement pour tous ceux qui vivent aujourd’hui mais encore pour tous ceux qui vivront de siècle en siècle jusqu’à la fin du monde ; non seulement parce que cet établissement les préservera d’une infinité de grands maux mais encore parce qu’il leur procurera une infinité de grands biens. Que de vexations, que de contributions forcées, que de rapines, que de pillages, que d’incendies, que de violences, que de meurtres épargnés sur la terre !

§ 735

Combien d’arts nouveaux, quelle perfection ne verrait-on point dans les anciens, quel progrès dans les sciences, combien la police se perfectionnerait-elle, soit pour inventer la manière de mieux connaître les talents et les bonnes qualités de chaque citoyen, soit pour intéresser davantage ceux qui gouvernent à placer dans les emplois, chacun selon le degré de ses talents, et de son zèle pour le bien public ! Combien les lois qui, faute de clarté laissent encore des matières de contestation, seraient-elles mieux digérées, plus étendues, mieux éclaircies pour diminuer le nombre des procès191 !

§ 736

Quelle noble émulation dans tous les esprits pour les travaux utiles, pour la pratique des vertus et pour éviter le mépris de l’oisiveté et la honte des vices. C’est que chacun verrait, lorsque ce n’est plus la faveur mais le mérite seul qui décide des récompenses publiques, quelles prodigieuses richesses apporterait à tout le monde un commerce universel toujours égal, toujours libre, et jamais interrompu. Que l’on parcoure tous les établissements utiles d’un État et l’on verra que celui-ci, outre l’utilité qui lui est propre, augmente encore à l’infini toutes les utilités de chacun des autres.

§ 737

Or y eut-il jamais une entreprise qui ait plus de proportion avec les lumières, avec le courage, avec l’ardeur, avec la piété, avec la constance de Charles XII ? Et n’est-ce pas cette proportion qui est le fondement de nos inclinations ?

I. OBJECTION

§ 738

Vous ne connaissez pas le roi de Suède, m’a-t-on dit : il est vaillant, il a plus de talent pour la guerre que ses voisins, il ne saurait briller que par là. Ainsi personne ne sera plus opposé que lui à un traité qui rendrait la guerre impossible et la paix inaltérable.

Réponse

§ 739

1o Pour les grandes entreprises du temps de paix, il faut de l’ardeur pour les commencer, de la constance pour les poursuivre, des lumières tant pour choisir les plus utiles que pour inventer les moyens les plus propres pour les exécuter ; il faut être ennemi de l’oisiveté et de la mollesse, il faut se plaire au travail. Il a fait preuve de toutes ces qualités ; ainsi il n’a point besoin de la guerre pour briller entre ses pareils.

§ 740

2o Il ne sera pas toujours en guerre ; il y aura quelque traité de paix entre lui et ses ennemis ; il veut de l’utile pour ses sujets dans ses entreprises ; ainsi il songera plutôt à les enrichir par la paix et par le commerce, qu’à les appauvrir par la guerre ; et comme il verra une source abondante de richesses dans la police européenne, il la souhaitera pour eux avec impatience.

II. OBJECTION

§ 741

Votre réponse serait solide s’il se souciait de travailler pour augmenter le bonheur de ses peuples. Mais il n’aime que les entreprises d’éclat, sans se soucier si elles leur sont utiles ; il court après la vanité, croyant courir après la gloire. Ce n’est point pour venger ses peuples qu’il a pris les armes, c’est uniquement pour se venger lui-même ; le motif n’a rien de blâmable, mais aussi n’a-t-il rien de louable ; cela n’a rien que de commun.

Réponse

§ 742

Je sais bien que les mêmes actions peuvent avoir des motifs différents : mais sa piété, son désintéressement, sa répugnance à rien promettre qu’il ne veuille tenir exactement, sa paix sincère avec le roi Auguste vaincu, sa paix sincère avec le roi de Danemark battu192, tout cela prouve qu’il se soucie du bonheur de ses peuples, qu’il vise encore plus au grand qu’au brillant, à l’estimable qu’au difficile, et qu’il hait autant la vanité qu’il aime la bonne gloire.

III. OBJECTION

§ 743

Si par le traité qu’il fera on ne lui rend pas tout ce qu’on lui a enlevé sans lui donner des équivalents, il ne cherchera que l’occasion de rompre un traité qu’il aura signé malgré lui, ainsi il n’aura garde d’y renoncer pour jamais en signant le traité d’Arbitrage193.

Réponse

§ 744

1o Je crois que tout lui sera restitué volontiers, pourvu qu’il donne sûreté de ne point recommencer la guerre, mais de s’en rapporter pour les différends futurs au jugement de l’Arbitrage européen.

§ 745

2o Quand on ne lui restituerait pas entièrement tout ce qu’on lui a enlevé, il est certain que les avantages immenses qu’il tirerait du traité de l’Arbitrage permanent lui serviraient d’équivalents très désirables, et qu’ils le dédommageraient amplement de toutes les dépenses des guerres passées.

§ 746

3o L’Europe lui saura d’autant plus de gré du sacrifice qu’il fera pour rendre la paix perpétuelle, que tout le monde le connaît pour le prince le plus belliqueux de la terre, et pour celui qui pourrait tirer de la guerre plus d’avantages, sinon glorieux au jugement des sages et des gens de bien, du moins brillants aux yeux du vulgaire.

IV. OBJECTION

§ 747

Si le projet d’Arbitrage européen était de lui, s’il en était l’inventeur, oh, sans doute qu’il ferait tous ses efforts pour le faire signer aux autres souverains ! Mais qu’il se donne un grand mouvement pour faire briller la gloire de Henri IV, c’est où l’on ne voit nulle apparence.

Réponse

§ 748

Ce prince cherche le grand. Or travailler pour faire rendre à la mémoire d’un roi étranger tout l’honneur que mérite l’invention d’un projet si avantageux à tout le monde, qu’y a-t-il de plus difficile, de plus désintéressé, de plus estimable, de plus utile pour ses peuples, en un mot qu’y a-t-il de plus grand ?

V. OBJECTION

§ 749

Si lui seul pouvait avoir la gloire de cet établissement, s’il était possible qu’aucun autre prince n’en sollicitât l’exécution, il pourrait l’entreprendre : mais il y en a d’autres qui solliciteront comme lui la signature du traité fondamental, et il ne voudra pas se mêler d’une entreprise dont il faudrait qu’il partageât la gloire avec d’autres.

Réponse

§ 750

Je suppose toujours que ce prince est uniquement touché du grand. Or qu’y a-t-il de plus grand que de faire plus que les autres pour le succès d’une grande entreprise, et de leur en donner cependant généreusement toute la gloire ? Y a-t-il rien qui soit en même temps, et si difficile en soi-même, et si utile pour le bien public, qu’un désintéressement pareil, qu’une pareille générosité ?

CONCLUSION

§ 751

Il me semble donc que l’on peut conclure qu’il est comme impossible que des âmes belles, grandes, vertueuses, compatissantes, généreuses, passionnées pour le beau, pour le grand, tel qu’était feu M. le dauphin Bourgogne, tel qu’est le roi de Suède, son émule d’âge, de sagesse et de vertus194, puissent jamais s’empêcher d’aimer passionnément un projet où brillent de tous côtés tant de beauté et tant de grandeur.

Roi de France

§ 752

Les Français, et les étrangers qui ont lu dans mon ouvrage le grand projet de Henri le Grand et qui m’en ont parlé, m’ont tous dit qu’il eût été sûrement exécuté si le dauphin Bourgogne eut vécu195. Je dis tous sans exception, et cependant plus de deux cents personnes d’esprit m’en ont parlé depuis sa mort, et je suis encore à en trouver un seul qui ait sur cela une opinion différente des autres ; telle était l’idée que tout le monde s’était faite de la sagesse, de la piété, de la bonté, du bon esprit, du courage, et de la constance de ce jeune prince, le plus grand et le plus regretté des dauphins qui ont été et qui seront jamais.

§ 753

Dauphin, il aurait médité sur l’exécution de ce beau projet et, devenu roi, il l’aurait exécuté, il en faut convenir. Mais sa mort ne l’a pas rendu absolument impraticable ; les mêmes motifs qui eussent fait conspirer les autres princes avec lui pour un si saint établissement, les mêmes motifs qui l’auraient porté avec ardeur vers une si haute entreprise subsistent encore tous pour le roi son fils, et ne conviennent pas moins au caractère du régent qui est d’un esprit élevé, sage, juste, modéré, bienfaisant, qui ne cède pas au roi de Suède en courage et qui le surpasse en lumières.

§ 754

On peut par exemple facilement comprendre que les motifs que j’ai proposés à l’empereur et à d’autres souverains conviennent également à tout roi de France.

§ 755

1o Ses revenus et ceux de ses sujets augmenteraient du double, ainsi les dettes sur l’État seraient entièrement assurées et bientôt toutes remboursées.

§ 756

2o Les soins et les affaires de la régence diminueraient des trois quarts dès que le régent n’aurait aucun ennemi à craindre d’aucun côté ni au-dehors, ni au-dedans ; et au lieu d’affaires fâcheuses pressées et inquiétantes, il n’aurait plus que des occupations de choix qui ne pourraient jamais lui rapporter que du plaisir ; tel serait l’effet du commerce permanent et de la protection mutuelle qu’il recevrait de ses voisins et qu’il leur donnerait de son côté.

§ 757

3o Sa réputation d’équité, de modération envers les souverains voisins, de bonté et d’amour pour les Français croîtrait à l’infini par les grands bienfaits que leur procurerait à tous l’établissement de la police européenne dont il serait le principal promoteur, comme le roi son bisaïeul en avait été le premier inventeur ; et sa mémoire serait ainsi en bénédiction pour jamais parmi toutes les nations comme leur principal bienfaiteur.

§ 758

4o Il affermirait pour toujours sur les deux plus beaux trônes du monde sa maison qui est déjà la plus ancienne et la plus illustre entre les maisons souveraines ; et cela, malgré toutes les révolutions et toutes les vicissitudes des choses humaines qui ne peuvent jamais avoir aucun calme que par une police générale de nation à nation, qui donnerait enfin aux polices particulières de chaque nation la solidité et la consistance dont elles ont manqué jusqu’à présent.

§ 759

5o Il y a une considération importante et décisive pour le régent, et particulièrement pour sa postérité, si la France venait à perdre le jeune roi, et qu’il mourût sans laisser de mâles, c’est que, malgré la renonciation solennelle du roi d’Espagne à la couronne de France en faveur de la paix d’Utrecht196, des esprits brouillons pourraient inspirer au prince des Asturies197 de tâcher de faire valoir ses prétentions sur la couronne de France ; et il ne manquerait pas en France de séditieux qui pourraient mettre le royaume en péril, à moins que, lorsque le malheur arrivera, l’Europe, solidement unie par un Arbitrage permanent, ne soit devenue garante de l’exécution de cette renonciation solennelle, la base du traité d’Utrecht et de la liberté de l’Europe. Car enfin si le traité fondamental de l’Union des souverains chrétiens se fait avant ce triste accident, la toute-puissance de l’Union européenne garantirait entièrement la France et la postérité du régent de toute crainte, de troubles et de guerres civiles en faisant exécuter ponctuellement l’article des renonciations réciproques.

§ 760

Je ne répéterai donc point en détail tous ces motifs que l’on peut voir exposés fort au long dans ce tome et dans les autres parties et de cet ouvrage ; je me contenterai de répondre à deux objections.

I. OBJECTION

§ 761

L’affaire a bien changé de face par la mort du Dauphin Bourgogne. Ce prince, pour s’instruire à fond du gouvernement intérieur et extérieur du royaume et pour prendre de grandes vues, passait deux heures par jour à lire les meilleurs livres et les mémoires les plus exacts et les mieux approfondis sur le gouvernement. Il en faisait lui-même ses extraits198 à mesure qu’il y trouvait quelque chose qui méritait d’être retenu ou d’être encore mieux éclairci. Il pouvait voir ainsi beaucoup de choses importantes par ses yeux, que les ministres ni les courtisans ne disent point du tout, ou qu’ils ne disent presque jamais de la manière la plus utile pour avoir l’avantage de les dire de la manière qui soit la plus agréable au prince. Il avait de cette sorte pratiqué199, pour ainsi dire, un escalier dérobé à son appartement pour y donner habilement tous les jours des audiences secrètes à la timide vérité.

§ 762

Il eût donc sans doute lu et relu votre ouvrage avec attention comme le testament du roi son trisaïeul, ou plutôt comme le commentaire de sa dernière volonté et comme la plus sage et la plus importante de toutes ses instructions. Il n’aurait pas eu de peine à porter le roi à exécuter ce précieux testament. Mais, quand même il n’y aurait pas réussi, il serait devenu un jour le maître et nouveau Salomon, nouveau roi pacifique ; il se serait fait un extrême plaisir d’élever au Dieu de paix le magnifique et solide édifice qu’un autre David200, son trisaïeul, avait pour ainsi dire voué durant les dix dernières années de son règne, et dont il avait amassé les principaux matériaux mais qu’il n’avait pu lui-même exécuter.

§ 763

Or qui peut présentement suppléer à cette perte ? Le roi est mineur. Les ministres seuls peuvent en parler au régent, et les ministres, occupés d’une multitude infinie d’affaires journalières, lisent peu et ne lisent que des mémoires courts, dont ils sont obligés de rendre compte. Et où voulez-vous qu’ils prennent le temps de lire un aussi long mémoire201.

Réponse

§ 764

1o Le régent aime à lire et lit autant que lisait le dauphin Bourgogne, et il a de plus l’esprit plus cultivé, plus élevé et beaucoup plus d’expérience.

§ 765

2o Les ministres dont le nombre a été augmenté à proportion du nombre des affaires, ont la plupart assez de loisir pour lire tous les bons mémoires approuvés des personnes sensées. Et c’était un grand inconvénient du ministère précédent où les ministres étaient dix fois trop surchargés d’affaires202.

§ 766

3o Il ne faut pas croire que ce projet, si avantageux à tout le monde, répandu comme il est déjà en diverses langues dans toute l’Europe203, ne soit pas goûté de plusieurs potentats et qu’ils ne commencent pas bientôt à concerter publiquement le traité de la ligue de paix perpétuelle et à solliciter ouvertement tous leurs voisins d’en signer avec eux les articles fondamentaux.

§ 767

Il est impossible que les ministres, informés de ce qui se négocie aussi à découvert dans la plupart des cours étrangères et des déclarations publiques faites à ce sujet par les souverains les plus zélés pour le bien public, ne se trouvent alors comme forcés de s’instruire à fond du fameux projet d’Arbitrage proposé il y a cent ans par le quatrième aïeul de sa majesté ; ils l’examineront donc et en rendront compte au régent. Nous n’avons donc pas tout perdu en perdant le dauphin ; la vigilance, la capacité, les grandes lumières, la grande sagesse du plus grand des régents, l’amour qu’il a pour les peuples peuvent facilement suppléer de ce côté-là à ce que nous avons perdu.

II. OBJECTION

§ 768

Vous avez démontré plus clair que le jour, m’a-t-on dit, que tous les princes moins puissants et que l’empereur même ont beaucoup plus d’intérêt de signer les articles fondamentaux du traité d’Arbitrage permanent de police générale proposé par Henri IV que de ne les pas signer ; mais vous ne l’avez pas démontré avec la même clarté, avec la même force, pour le plus puissant de tous, c’est-à-dire pour le roi de France.

§ 769

Vous avez démontré que, par cette nouvelle police de souverain à souverain, tous les souverains d’Europe, excepté le plus puissant d’entre eux, diminueront fort la dépendance, c’est-à-dire la crainte mutuelle où ils sont les uns à l’égard des autres.

§ 770

Vous avez démontré qu’il était plus avantageux aux souverains, et même au plus puissant, d’avoir moins de sujets de contestation que d’en avoir plus ; qu’il lui était plus avantageux de n’avoir que des sujets de contestation où il risque très peu, que de n’en pouvoir jamais avoir où il ne risque tout ; qu’il lui était plus avantageux dans ces différends rares et de peu d’importance d’avoir pour juges des souverains alliés intéressés à sa conservation, que des souverains ennemis vivement intéressés à se liguer pour sa destruction ; qu’il lui était plus avantageux d’avoir pour juges des souverains intéressés à juger selon l’équité, c’est-à-dire selon l’intérêt commun de tous, que d’avoir pour juges des souverains vivement intéressés à juger selon leurs préventions injustes et selon leurs passions et leurs intérêts particuliers.

§ 771

Vous avez bien démontré que cette diminution de crainte et de dépendance réciproque est un grand motif à l’égard des souverains moins puissants pour établir entre eux par cette police une protection mutuelle : mais de ce côté-là le plus puissant n’y gagnerait rien, puisque, n’ayant rien à craindre des moins puissants, il n’a point besoin de protection étrangère ; ainsi c’est un motif de moins pour lui.

Réponse

§ 772

1o Il faut convenir que du côté de la dépendance et de la crainte réciproque, les moins puissants étant plus en état de craindre les autres que de s’en faire craindre, ils ont aussi un motif plus fort pour chercher dans l’Union, dans l’établissement de la police générale entre souverains, une protection étrangère suffisante et perpétuelle telle que l’ont les chefs de famille les uns contre les autres dans chaque société particulière. Mais cela n’empêche pas que le plus puissant n’ait de son côté beaucoup d’intérêt à s’assurer, sinon pour lui au moins pour sa postérité, d’une protection étrangère et perpétuelle : c’est que cette supériorité de puissance est passagère et qu’il suffit qu’elle cesse pendant quelques années dans une maison pour qu’elle s’établisse dans une autre ; et alors malheur à la maison qui a perdu l’occasion de s’acquérir lorsqu’elle le pouvait une protection perpétuelle ! Cette supériorité a été dans la maison d’Autriche ; elle n’y est plus.

§ 773

2o Plusieurs événements ôtent cette supériorité, et ordinairement l’ôtent pour toujours. Les ligues au-dehors, les conspirations et les révoltes au-dedans. Il est difficile que le plus puissant n’ait pas, plus souvent que ses voisins moins puissants, de prétentions injustes ; il est difficile que dans ses prétentions il ne parle pas, il n’agisse pas en plus puissant. Or rien ne révolte tant et n’attire tant d’ennemis que ces manières hautaines et menaçantes, surtout dans des prétentions qui sont regardées comme injustes, et rien ne contribue davantage à former des ligues que le désir de se conserver et de se venger. Darius, supérieur en puissance, avait des procédés hautains avec les Grecs ; ils trouvent sous Alexandre une conjoncture favorable de se venger et la maison de ce plus puissant est entièrement détruite204.

§ 774

3o Il est difficile de même qu’un prince si puissant agisse à l’égard de ses sujets avec modération, quand il a des procédés hautains avec ses voisins. Or quand il ne garde nulle mesure, il se fait bientôt haïr à l’excès ; s’il s’en aperçoit, il est difficile qu’il n’use de cruauté contre ceux qui résistent ou qui le désapprouvent, et dès qu’il a trempé ses mains dans le sang, le voilà tyran. Or quiconque croit être haï du tyran, se trouve forcé pour sauver sa vie de considérer et d’attenter bientôt à celle du tyran ; et les conspirateurs croient que pour se mettre à couvert de la vengeance, ils sont dans la nécessité d’exterminer toute la famille du tyran ; et sa supériorité cesse avec sa vie.

§ 775

4o Outre les conspirations et les assassinats qui arrivent quasi nécessairement dans les temps de la plus grande supériorité, il y a des révoltes à craindre dans les temps de minorité et de faiblesse ; il y a à craindre dans tous les temps, les révoltes causées par les divisions des théologiens205 ; alors la supériorité passe bientôt d’un État à un autre, d’une maison à une autre. On ne saurait ouvrir l’histoire sans trouver sur cela une infinité d’exemples.

§ 776

Il est bien certain que le régent qui en usera avec beaucoup d’égards avec les souverains voisins, avec beaucoup de douceur et de modération avec les sujets grands et petits, n’a pas à craindre de se faire de pareils ennemis ; il n’a rien à craindre du côté des révoltes et des guerres civiles de religion. Mais est-il sûr qu’il n’y aura dans la maison royale aucune minorité sans un régent aussi sage, aussi courageux, aussi désintéressé pour lui-même, et aussi zélé pour le roi mineur ? Est-il sûr qu’il ne se trouve jamais dans cette postérité aucun prince qui ne soit doux et modéré ? Est-il sûr que le gouvernement de France ne s’affaiblisse pas par des voies presque insensibles comme s’est affaibli depuis 130 ans le gouvernement d’Espagne ? Les branches ne peuvent-elles pas tomber en guerre ? Est-il sûr enfin malgré toutes les vicissitudes des choses humaines de conserver toujours cette supériorité de puissance dans sa maison ? On conviendra qu’il n’y a rien de moins sûr. Au lieu que par l’établissement de la nouvelle police il serait parfaitement sûr que sa maison conserverait tout le territoire qu’elle possède et qu’elle aurait, dans les minorités et dans les autres temps de faiblesse, une protection suffisante et immortelle contre tous ses ennemis soit du dedans soit du dehors.

§ 777

5o Il est donc vrai que tout roi de France gagnerait à l’établissement de cette police du côté de la crainte qu’il lui convient d’avoir pour sa maison, c’est-à-dire du côté de la dépendance où elle sera, si l’Europe ne sort de ce malheureux État d’Impolice, quoique, de ce côté-là, il ne gagne pas tant à cette protection réciproque que ceux qui sont actuellement les moins puissants.

§ 778

6o Plus l’entreprise paraît difficile plus il sera glorieux pour le régent d’en venir à bout durant sa régence : il faut pourtant convenir que cet établissement lui sera d’autant moins glorieux qu’il lui sera avantageux, et que plus j’ai montré les avantages qu’il en tirerait, plus j’en ai diminué la gloire : mais je crois que personne ne me blâmera de cette conduite ; et c’est toujours une assez grande gloire pour un prince que de choisir le parti le plus avantageux pour lui, pour ses sujets et pour ses voisins.

§ 779

7o Je ne répéterai point ici tous ces avantages ; je dirai seulement que l’on verrait tout d’un coup sûreté parfaite pour tous ceux qui sont créanciers de l’État. Le régent, en diminuant la dépense de l’État de plus de trois quarts, se verrait tout d’un coup un grand fonds de nouveau revenu ; et le crédit public remis au plus haut point, chacun, par la sûreté et la perpétuité du commerce, serait dans l’espérance de voir augmenter tous les jours son revenu sans avoir plus désormais aucune taxe à craindre. Le régent n’aurait plus d’affaires pénibles ; il jouirait le reste de sa vie d’une tranquillité parfaite et d’une gloire très étendue et ne serait plus occupé que des moyens d’augmenter la félicité des peuples et de faire régner parmi eux la justice et l’abondance.

Extrait des Mémoires du duc de Sully sur le grand Projet de Henri le Grand pour établir en Europe une Police générale, un Arbitrage permanent, une protection réciproque entre les souverains chrétiens.
Avertissement

§ 780

Lorsque je composai le Projet pour rendre la paix perpétuelle en Europe imprimé en deux volumes in-12, en 1713, je n’avais connaissance que des deux premiers volumes des mémoires de Sully. J’ai depuis découvert qu’il y en avait deux autres dont feu M. de Péréfixe, archevêque de Paris, précepteur du roi, avait tiré tout ce qu’il a dit de ce même projet dans la vie de Henry le Grand206.

§ 781

J’achetai donc les quatre tomes et j’ai fait les extraits suivants des deux derniers tomes afin de montrer que, quoique la méditation et le bon sens m’aient conduit au même plan de police européenne que Henry IV, il en est cependant le premier inventeur, et que nous devons aux soins du fameux Maximilien de Béthune, duc de Sully, la connaissance de ce merveilleux plan, qui, ce me semble, n’avait besoin que d’être un peu approfondi, éclairci et approprié à l’état présent de l’Europe, pour être approuvé de tout le monde et agréé de tous les souverains.

§ 782

Comme plusieurs personnes ont pu douter de ma fidélité dans mes citations, j’ai cru que je devais leur montrer les termes mêmes dont le duc de Sully parle de ce plan de traité dans ses deux derniers volumes. Plusieurs de mes amis ont cru même que j’avais besoin de mettre ces extraits au long207, soit pour montrer que je n’ai rien proposé d’important et d’essentiel dont je n’aie pour garant le bisaïeul même du régent, soit pour faire voir qu’en ressuscitant son beau projet je n’ai travaillé que pour rendre sa mémoire précieuse et sa bénédiction parmi toutes les nations d’Europe, jusques dans les derniers siècles du monde.

Extraits des Mémoires de Sully tome 3 in fol. éditions de Paris chez Courbé. 1662

Page 39

§ 783

208Et quant aux autres affaires qui furent encore occurrentes en ladite année 1626, nous vous dirons que nous étant, un jour que nous étions tous deux de loisir, rendus attentifs à revisiter les papiers des petites armoires vertes de votre cabinet de derrière où vous mettiez les minutes de vos lettres les plus importantes, nous nous en trouvâmes une qui parlait des hauts et magnanimes desseins du feu roi, datée du 14 mai et adressée au roi.

§ 784

Je dirai donc sire, qu’il faut bien que la première notion de ce magnanime bâtiment et glorieux dessein fut infuse209 du ciel dans votre esprit, d’autant qu’elle surpasse toute humaine cogitation, tant sublime puisse-t-elle être.

Page 42

§ 785

Vous êtes résolu de commencer par proposer votre dessein aux États qui ont le plus de disposition à l’agréer comme sont les Provinces-Unies des Pays-Bas, les Vénitiens et les ligues de Suisse et leurs alliés ; ensuite de ménager prudemment les trois rois du Nord ; cela fait, de faire association avec tous les électeurs, princes, États et villes impériales, de faire après les mêmes propositions à la Pologne, Bohême, Hongrie et Transylvanie, leur faisant à tous bien comprendre la généreuse résolution que vous avez prise de ne donner jamais plus d’étendue à votre royaume que celle qu’il a maintenant, nonobstant quelconques plus grandes et légitimes prétentions que vous puissiez avoir.

Pages 45 et 46

§ 786

J’ai mis ès mains de votre majesté sept États ou mémoires210.

§ 787

Le premier, sur les moyens de convenir des frontières.

§ 788

Le second, sur les moyens de faire subsister les trois principales religions pacifiquement entre elles sans s’entre-harceler211 continuellement.

§ 789

Le troisième, contenant les moyens de faire comprendre à ceux de la maison Autriche que, nonobstant la translation de quelques-uns de leurs États en d’autres dominations, la leur recevrait plutôt amélioration et plus ferme subsistance que non pas diminution ni affaiblissement212.

Page 48

§ 790

Et le cinquième d’établir des ordres convenables pour les propositions et résolutions des nouveaux règlements, lois et ordonnances213 pour les cotisations et contributions à fournir, pour les conquêtes sur les infidèles à répartir aux associés ; toutes lesquelles particularités seront déterminées à la pluralité des voix des quinze dominateurs de la République chrétienne, sur quoi je mettrai fin à cette ennuyeuse lettre priant le créateur, etc.

Remarques

§ 791

On peut voir par ces extraits 1o la grande idée que le duc de Sully premier ministre homme de grand sens avait du merveilleux projet de son maître.

§ 792

2o Qu’il donnait égalité de voix à chaque domination et souveraineté qui devait composer la société, l’association, la ligue, la République chrétienne, l’Union européenne, quoiqu’il dût y avoir inégalité de puissance entre ces dominations, que la France n’avait qu’une voix non plus que Venise.

§ 793

3o Que tout s’y devait décider à la pluralité des voix tant pour les cotisations et contributions des membres de la ligue que pour le partage des conquêtes et autres matières qui seraient mises en délibération.

Tome 3, page 161
Touchant les magnifiques desseins du roi

§ 794

Nous ajouterons deux minutes de lettres par vous écrites au roi où il est parlé de ses grands desseins, icelles ainsi cotées au-dessus et datées de cette année 1607, etc.

Pages 168 et 169

§ 795

Dieu tient les volontés et actions des hommes en sa main, et laisse cependant si grande quantité de peuples errer à l’aventure sur le sujet de la religion, ce qui instruit suffisamment tous potentats à laisser à Dieu le régime des esprits pour les choses spirituelles et à se contenter des services corporels pour les choses civiles et temporelles, tellement qu’il n’y a qu’à faire déclarer par chacun des associés l’ordre qu’il désire être suivi en son état sur le fait de la religion, lequel étant approuvé d’iceux ils demeureront cautions de l’observation d’icelui tant à l’égard les uns des autres qu’à l’égard des souverains et de leurs peuples214.

Page 171

§ 796

J’ai toujours eu opinion [dit le duc de Sully à Henri IV] que les rois de France ne doivent jamais aspirer à faire de conquêtes sur les princes leurs voisins, d’autant qu’eux, attisant la jalousie, l’envie et la haine de tous les autres, ils se verraient constitués en de telles dépenses qu’ils seraient contraints de détruire leurs peuples par surcharges et impositions, et enfin ne leur apporterait qu’un repentir de ne s’être pas contentés d’un si grand, splendide, fertile et populeux état que le leur, afin de le ménager avec l’amour et bienveillance de ses peuples dont il y a moyen de si bien user qu’ils abonderont toujours en trésors et richesses, et que vous dès maintenant emporterez la réputation du plus aimé, sage, heureux et politique prince215 qui soit en l’univers.

Remarques

§ 797

Le premier fondement de la police européenne, c’est que chaque souverain demeure éternellement propriétaire incommutable du territoire dont il est en actuelle possession ; et de là il s’ensuit qu’il faut que chacun se contente de son territoire et renonce entièrement à posséder jamais aucune partie du territoire des autres : car ce n’est que par toutes ces renonciations réciproques et réciproquement garanties que chaque souverain peut acquérir enfin la propriété réciproque perpétuelle pour lui et pour sa postérité du trône de ses pères ; et Henri IV, un des plus puissants et un de ceux qui avait le plus de prétentions légitimes sur le territoire des autres, trouve un grand avantage pour lui et pour sa postérité à solliciter l’établissement de cette loi entre les chefs de nations et une police générale qui donne une force suffisante à cette loi et qui assure aux souverains la propriété de leurs États patrimoniaux, comme la police particulière de chaque État assure à chaque chef de famille la propriété de ses biens ou acquis ou patrimoniaux.

Page 371 du tome 3

§ 798

Ayant trouvé parmi vos papiers un manuscrit faisant ample mention des hauts et magnifiques desseins projetés par notre grand roi [Henri IV] et des formes, méthodes et moyens dont il voulait user pour les entamer, mener et conduire à leur perfection, nous avons estimé à propos de les transcrire et insérer en suite de ces affaires de Clèves et Juliers216 qui devaient donner commencement à cette glorieuse et admirable entreprise217.

§ 799

Ce discours fait mention de la mort de Henri IV.

Pages 378 et 379, vers la fin

§ 800

Avant que de songer à exécuter les beaux projets qu’il avait pour le bon ordre, les bonnes lois et les établissements utiles au-dedans de son royaume, il voulut songer à l’affermir contre les efforts des puissances étrangères et surtout contre l’ambition de la maison d’Autriche ; il voulait par la même raison affermir dans leurs bornes les États voisins et les accroître aux dépens de la maison d’Autriche.

Remarque

§ 801

Henri croyait qu’il ne pouvait affermir tous les autres États qu’en affaiblissant la maison d’Autriche, ce qu’il ne pouvait exécuter que par la guerre : mais lui seul ne pouvait pas y suffire ; il fallait donc intéresser les autres puissances à former une ligue offensive ; au lieu que s’il se fut contenté d’une ligue défensive et de stipuler deux choses, l’une que les États ne pourraient ni diminuer ni s’accroître, l’autre que les monarchies présentement séparées ne pourraient plus se réunir sur une seule tête, il n’eût pas trouvé de grandes difficultés ; il n’eût eu qu’à proposer ouvertement son projet à tous les potentats ; ils se fussent tous trouvés trop heureux d’être affermis dans leurs possessions sans être obligés d’acheter par de grandes dépenses de guerre de nouvelles possessions qui, à bien calculer, ne valaient pas les dépenses nécessaires pour en faire la conquête ; et cela prouve que les souverains d’Europe peuvent former une police générale solide sans tenter auparavant d’affaiblir la maison de France.

Page 380

§ 802

Henri écrivit à la reine Élisabeth en 1601 qu’il eût infiniment désiré de la pouvoir entretenir de plusieurs affaires dignes de ses vertus et de la grandeur de son courage, elle vint à Douvres et le roi à Calais dans le dessein de se voir mais le cérémonial y mit obstacle ; ils traitèrent par l’entremise de leurs plus confidents serviteurs et n’eut pas sitôt le magnanime et grand esprit de cette reine entendu la proposition que le roi lui fît faire, de prendre conjointement avec leurs autres fidèles et bien associés amis le dessein d’essayer d’établir une république très chrétienne toujours pacifique en elle-même composée de tous les potentats de l’Europe, et les raisons et fondements d’icelle, que non seulement elle ne l’approuvât mais ne l’admirât.

Page 382

§ 803

Jacques successeur d’Élisabeth aurait aisément entré tout d’un coup dans la ligue européenne générale, mais non d’abord dans une ligue partiale contre la maison d’Autriche qui l’eût obligé à commencer une guerre, lui qui ne voulait que faire durer la paix et laisser les souverainetés telles qu’elles étaient en Europe218.

Remarques sur quelques-uns des 14 articles proposés par le roi Jacques ou autre potentat, page 383

I. ARTICLE

§ 804

Pour l’établissement des nouvelles dominations proposées ni pour la diminution ou augmentations de celles déjà subsistantes il ne se fera nulle agression militaire, déclaration de guerre ni hostilité219.

Remarque

§ 805

Je ne sais pas ce que Henri Quatre avait proposé aux potentats du Septentrion, c’est-à-dire à Jacques Premier, roi d’Angleterre, successeur d’Élisabeth, au roi de Danemark, au roi de Suède, au roi de Pologne et aux Hollandais ; je ne sais pas non plus ce qu’il fit proposer depuis en Bohême, en Hongrie, en Allemagne, à Venise et dans le reste de l’Italie : mais toujours il est certain que par cet article les potentats qui en convinrent pour commencer à former une société entre eux ne voulaient point s’engager à commencer une guerre douteuse et de grande dépense dans l’unique vue d’enrichir quelques potentats aux dépens de la maison d’Autriche et pour la réduire à la seule branche d’Espagne ; et effectivement, en supposant l’Europe en paix, pourquoi lui demander que pour rendre la paix durable elle recommence à se déchirer par une nouvelle guerre, si par des règlements sages on peut suppléer à cette égalité de puissance que demandait Henri IV entre les 15 dominations qui doivent composer cette société européenne ? Et comme Jacques Premier voyait que l’on pouvait convenir de ces règlements, je ne suis point étonné que lui qui, à ce que dit le chancelier Hyde, duc de Clarendon, avait pris pour devise Beati pacifici220, ait cru que, sans altérer la paix de l’Europe, on pouvait y établir un Arbitrage pour assurer toujours à chacun ses possessions actuelles.

VI. ARTICLE

§ 806

Nul des associés ne pourra user d’agression ou conquérir terre sur autrui sans l’avis des associés, et quand même il aurait conquis quelque chose, il serait tenu de le remettre en la disposition de tous les autres221.

Remarque

§ 807

Cet article est essentiel à la durée de la société et de la paix : cet avis ou consentement des associés est proprement l’établissement de l’Arbitrage, c’est le jugement des associés arbitres ; mais comme cet article est le fondement de tous les autres, j’ai travaillé à en montrer la nécessité et l’utilité.

Remarque
Sur les articles XI et XII

§ 808

Il était nécessaire pour conserver la paix, de convenir que nul ne prendrait les armes et les autres voies de fait, soit pour les différends sur la religion, soit pour les différends sur ce qui regarde les frontières : mais que chacun s’en rapporterait à l’Arbitrage européen.

XIV. ARTICLE

§ 809

La république très chrétienne étant une fois établie, nul des associés ne s’en pourra départir ni séparer sans attirer sur lui la malveillance de tous les autres voire leur agression par guerre si le cas y échoit222.

Remarque

§ 810

Sans cet article, qui est une peine suffisante, la société proposée n’aurait aucune solidité puisque, sans une pareille crainte, un souverain imprudent, soit par colère, soit par une folle ambition, pourrait refuser d’exécuter l’avis des arbitres et se séparer de l’Arbitrage.

Tome 3, page 397

V. Article de l’instruction des cinq envoyés Boissise, Bongars, Baugy, Fresne Canaye, Ancel223.

§ 811

Plus il faut se souvenir que le Landgrave de Hessen, le prince d’Anhalt et le prince Maurice ont déjà été informés des projets dont est question, voire en ont proposé la plupart et en général les ont approuvés224.

Article 10 de l’instruction page 398, tome 3

§ 812

Plus convenir avec les associés que s’il intervient différend entre eux ils en remettront la décision à l’Arbitrage de leurs communs amis qui en jugeront à la pluralité des voix sans en venir aux mains.

Remarque

§ 813

Tout le fondement d’une association durable c’est la convention de s’en rapporter pour la décision des différends futurs à la pluralité des voix des associés.

Article 17 de l’instruction, page 399, tome 3

§ 814

Plus que si le duc de Bavière se joint avec ceux de la maison qui sont catholiques à l’association ci-dessus, comme il en a depuis peu renouvelé les assurances, il sera choisi pour être roi des Romains et ensuite empereur225.

Article 19 de l’instruction page 399, tome 3

§ 815

Plus convenir que si aucuns de ceux qui auront signé l’association venaient à se départir ou à se refroidir d’icelle, ils seront poursuivis comme ennemis par tous les autres conjointement226.

Remarque

§ 816

Pour empêcher le fou de faire une folie qui lui serait très préjudiciable, il faut qu’il soit retenu par une grande crainte d’un mal très grand et inévitable.

Article 21 de l’instruction, page 399, tome 3

§ 817

Plus que tous les confédérés jureront de continuer leurs secours promis et toutes les choses qui seront jugées nécessaires par les avis communs227.

Remarque

§ 818

Il paraît que l’on ne croyait pas alors les serments inutiles et il est certain que, quand ils sont solennels, les méchants mêmes qui les font sont forcés par l’intérêt de leur réputation à les respecter.

Article 30 de l’instruction page 400, tome 3

§ 819

Plus convenir que tous les rois princes et potentats qui entreront en cette confédération aient agréable qu’elle soit nommée l’association très chrétienne et d’en rendre l’établissement universel et perpétuel dans l’Europe228.

Remarque

§ 820

Il n’y a point de ligue perpétuelle à espérer si elle ne comprend universellement tous les voisins ; ligue partiale n’est point durable.

Page 400, tome 3

§ 821

Tellement que ces messieurs les envoyés et autres agents tous apparents et manifestes que le roi envoya en Allemagne ès années 1608 et 1609 y traitèrent si à découvert qu’il se fit une assemblée à Halle en Souabe, de dix-huit ou vingt princes qui se lièrent d’amitié avec le roi, quelque démonstration que fit l’empereur Rodolphe de ne l’avoir pas trop agréable, en laquelle le sieur de Boissise et les autres servirent infiniment bien et en rapportèrent tout contentement à la France229.

Page 407

§ 822

Il paraît que le roi d’Angleterre, le roi de Danemark, le roi de Suède, le duc de Savoie étaient entrés dans l’association230.

Remarque

§ 823

Il est visible que, lors de la mort de Henri le Grand en 1610, il y avait des négociations commencées en plusieurs endroits.

Page 407 dans la représentation aux princes de la Maison d’Autriche régnant en Espagne

§ 824

Que n’étant par conséquent plus obligés à aucune dépense pour défendre et conserver leurs États, ils pouvaient en ménageant ainsi pacifiquement tous ces beaux États, les améliorer en sorte, et en même temps diminuer tellement leurs dépenses, que leurs épargnes monteront deux fois autant que leur quote part des deniers et contributions pour l’entretenement231 des armées générales de la chrétienté contre les Turcs232.

Remarque

§ 825

Je me suis servi des mêmes considérations, seulement, je les ai étendues et en ai apporté de nouvelles.

Page 409, tome 3

§ 826

Notre principale intention n’a point été autre en rendant aux desseins du roi quelque partie des louanges qu’ils méritaient que de pouvoir manifester à un chacun ses admirables résolutions toutes brillantes de bénéficences publiques, et de faire voir par quels faits et gestes héroïques il désirait de perpétuer sa renommée tant illustre à la postérité et de couronner les dernières années de sa vie de louange, bonheur et gloire233.

Remarque

§ 827

On voit bien qu’un des motifs de Henri le Grand était de rendre par cet établissement son nom immortel et en bénédiction à toutes les nations futures. Pourquoi le régent son arrière-petit-fils ne serait-il pas touché d’un motif si raisonnable et si saint ?

Page 410

§ 828

Après la mort de la reine Élisabeth, le roi avait converti ses agressions proposées en traités, négociations et assistances auxiliaires défensives234.

Remarque

§ 829

Il paraît que Henri le Grand eût facilement consenti à faire le traité d’Arbitrage sans commencer la guerre contre la maison d’Autriche ; mais à dire le vrai, ces matières étaient encore alors peu approfondies et assez mal digérées. Si ce prince les eût encore un peu plus méditées, il eût sans doute en un ou deux ans exécuté son magnifique projet.

Page 419

§ 830

On pourra recevoir le czar dans la confédération européenne quand il marquera du désir d’y être reçu235.

Remarque

§ 831

On voit par là que Henri IV ne refusait pas de faire entrer le czar dans la ligue totale.

Page 458 du tome 3

§ 832

Il paraît que le roi Jacques, et surtout le prince de Galles était charmé du projet de société européenne proposé par Henri IV pour rendre la paix perpétuelle et chasser le Turc d’Europe236.

§ 833

Que les Provinces-Unies et le roi de Danemark avaient approuvé ce projet dès 1605237.

§ 834

Que le roi de Suède, s’est montré plus échauffé que nul autre dans ce dessein.

§ 835

Que la noblesse, villes et peuples de Hongrie, Basse-Autriche, Bohême, Moravie, Silésie, et Lusatie238, aux premières nouvelles de ce projet témoignèrent avoir plus de besoin de retenue que de sollicitation.

§ 836

Que la seigneurie de Venise a dit tenir à gloire de suivre les magnifiques desseins d’un si grand roi.

§ 837

Que le duc de Savoie en souhaitait l’exécution avec impatience.

§ 838

Que les princes et villes impériales protestantes de la Germanie et les Suisses ont assez témoigné approuver ces desseins.

§ 839

Il est fait mention que Henri négociait alors en 1605 sur ce projet avec le pape, avec le duc de Bavière, avec le duc de Saxe et les électeurs catholiques, avec le duc de Florence, avec le duc de Mantoue, de Modène, avec Gênes et Lucques.

Remarque

§ 840

Que fais-je dans cet ouvrage que de proposer aux mêmes potentats le même traité fondamental que Henri leur proposait il y a cent ans ?

Page 460, tome 3

§ 841

Sera fait une déclaration au nom de tous les associés de l’Union très chrétienne portant que tous ceux lesquels dans un mois du jour de la signification ou publication d’icelle ne se voudront déclarer uniques associés et en produire les effets, seront réputés et traités comme ennemis239.

Remarque

§ 842

Pour peu que l’on approfondisse la matière, on voit bientôt que l’on ne peut se passer de cet article pour former un établissement solide ; toute ligue partiale n’est que passagère.

Tome 4, page 58

§ 843

Notre grand roi ayant toutes les vertus et qualités d’esprit ci-devant dites, après avoir souvent et longuement médité sur les expédients et moyens plus faciles et convenables pour rendre sa mémoire et sa renommée plus durables envers la postérité, il prit enfin résolution d’établir quelque chose de solide non seulement en la subsistance de son État, mais aussi essayer de faire le semblable dans tous les autres États d’Europe240.

Remarque

§ 844

Ce prince avait beau chercher de la solidité pour sa maison et pour son État, il ne pouvait jamais rien faire de solide pour lui qu’en rendant les autres maisons et les autres États également solides ; c’est que la grande solidité ne peut venir que d’une protection immortelle et toute-puissante ; et pareille protection ne peut jamais naître que d’une société permanente dont les membres eux-mêmes soient solides par la protection mutuelle et perpétuelle qu’ils se donnent contre toute violence intestine ou étrangère ; car enfin si les États protecteurs n’étaient pas solides, ceux qu’ils protégeraient ne seraient pas solidement protégés ; ainsi, quand la générosité n’aurait pas porté Henri le Grand à procurer aux autres maisons souveraines et aux autres États la même solidité qu’il cherchait pour sa maison et pour son royaume, la seule habileté lui eût conseillé de prendre la voie de cette police commune qui est la seule qui soit possible, parce qu’étant la seule où tous les intérêts se trouvant réunis, c’est la seule aussi où l’on ne trouve point de contradictions et d’obstacles.

Pages 62, 63, 64, 65, 66 et 67
Noms des princes d’Allemagne et autres avec lesquels le roi était en traité sur le projet de la république très chrétienne241

§ 845

L’électeur Palatin,

§ 846

Le duc de Saxe,

§ 847

Le marquis de Brandebourg242,

§ 848

Le duc de Neubourg,

§ 849

Le duc des Deux Ponts,

§ 850

Le marquis de Burgau243,

§ 851

Ces six avaient intérêt à la succession de Clèves et Juliers244.

§ 852

L’électeur de Cologne,

§ 853

L’électeur de Trêves,

§ 854

Le duc de Bavière,

§ 855

Le duc de Wurtemberg,

§ 856

Le duc de Brunswick,

§ 857

Le duc de Lunebourg,

§ 858

Le duc de Meklembourg,

§ 859

Le duc de Lavembourg,

§ 860

Le landgrave de Hesse,

§ 861

Le prince d’Anhalt,

§ 862

Le prince d’Ansbach,

§ 863

Le prince de Dourlac245,

§ 864

Le prince de Bade,

§ 865

Villes impériales catholiques,

§ 866

Villes impériales protestantes,

§ 867

Seigneurs de Bohême,

§ 868

Seigneurs de Hongrie,

§ 869

Le duc de Savoie,

§ 870

Le Pape,

§ 871

Le roi d’Angleterre,

§ 872

Le roi de Danemark,

§ 873

Le roi de Suède,

§ 874

Les Hollandais,

§ 875

Les Vénitiens,

§ 876

Les Suisses,

§ 877

La Pologne.

Remarque
Gênes et d’autres États sont nommés ailleurs.

§ 878

Si Henri IV, lors même qu’il proposait de commencer cette ligue totale par une guerre dangereuse, de dépense et qui ne devait apporter à la plupart des ligués d’autre avantage qu’une paix perpétuelle246, était si favorablement écouté, à combien plus forte raison ce même projet doit-il être facilement approuvé lorsqu’il ne propose que d’entretenir les derniers traités de paix et de conserver toujours les États tels qu’ils sont ? Il y a même présentement une grande facilité de plus à négocier qu’il n’avait pas : c’est que, comme il ne s’agit plus de faire les ligues offensives mais seulement de rendre la paix perpétuelle par une ligue, par une société totale, personne n’a plus besoin de cacher ses négociations ; au contraire chacun se peut faire honneur de solliciter ouvertement un pareil traité.

Page 68

§ 879

Il semble à propos d’établir un tel ordre au fait de la navigation et surtout pour ce qui regarde les voyages de long cours, que la mer soit aussi libre que la terre à tous les États chrétiens, et qu’ils aient égalité de trafic et commerce dans toutes les Indes et autres lieux247.

Remarque

§ 880

On voit ici que Henri le Grand posait pour base des lois du commerce l’égalité et c’est ce que dicte l’équité.

Page 79

§ 881

Le roi avait résolu de renoncer à toutes conquêtes et à toutes prétentions les plus légitimes sur les États voisins, et de ne s’arroger dans les différends futurs aucun droit sur ses associés que selon la pluralité des voix d’iceux248.

Remarque

§ 882

Le fondement de toute société permanente, c’est de déférer à un Arbitrage permanent ; sans cela tout est en guerre, tout est toujours exposé à la violence.

Pages 80 et 81

§ 883

Le roi et la reine Élisabeth jugèrent qu’un des points fondamentaux était de convenir que nuls rois héréditaires ne pussent amplifier l’étendue de leurs dominations dont ils prenaient le titre plus qu’elles l’étaient alors249.

§ 884

Il n’y a un seul de tous les souverains à qui ce projet a été communiqué et qui ayant entendu que ce grand roi, lequel avait tant de légitimes prétentions et tant de faibles voisins sur lesquels il se pouvait amplifier, protestait de ne vouloir jamais étendre les limites présentes de son royaume, voire même s’il arrivait quelque différend sur ces bornes, de se soumettre à la pluralité des voix de ses associés, n’ait eu honte de refuser à faire le semblable, et qui n’ait déclaré de s’y soumettre entièrement250.

Remarque

§ 885

Ce que dit ici le duc de Sully prouve que ce projet de police européenne, d’Arbitrage européen, n’était pas demeuré dans le cabinet, mais que le roi avait réellement proposé des articles à un grand nombre de souverains.

Page 84

§ 886

Dieu ayant en divers temps choisi deux rois selon son cœur à savoir David et Henri le Grand, et rendu leurs vies, vertus, défauts, royautés, et fortunes quasi toutes semblables, il leur avait aussi mis en l’esprit sur la fin de leurs jours à chacun un haut, religieux, glorieux, et magnifique dessein, leur avait fait la grâce et donné les moyens de faire toutes les négociations et préparatifs, et d’assembler tous les trésors, ingrédients et matières nécessaires pour l’amener à perfection, et néanmoins pour des causes cachées en lui seul n’avait pas voulu qu’il fût achevé par leurs mains.

§ 887

Or d’autant que le grand Dieu ne voulant pas laisser le dessein de David imparfait, il mit au cœur de son fils Salomon, le souci de l’exécuter, comme aussi s’en acquitta-t-il très bien. Pareillement devons-nous désirer, voire espérer, qu’il fera semblable grâce à Louis le Juste251, fils de Henri le Grand, en lui mettant au cœur l’établissement de cette république très chrétienne, toujours pacifique en elle-même, et entre tous les potentats d’icelle252.

Remarque

§ 888

En suivant l’exemple du duc de Sully, je désire et même j’espère que Dieu fera la grâce au régent de lui mettre au cœur ce grand établissement qui serait le comble de sa gloire.

Page 91

§ 889

Votre majesté se souviendra s’il lui plaît de m’avoir quelquefois dit que ces premières conceptions à de si hauts et magnifiques desseins que de vouloir former une république très chrétienne, toujours pacifique en elle-même, composée de tous les rois et potentats chrétiens d’Europe sans nul excepter, lui semblèrent au commencement de tant difficile exécution qu’elle différa longtemps de les communiquer à personne.

§ 890

Votre majesté se souviendra encore que la reine d’Angleterre fut en première, qui eut communication de vos desseins qu’elle estima fort, mais témoigna désirer qu’il y eût moyen d’en faire les établissements sans recourir à la guerre ni à la force des armes253.

Remarque

§ 891

On voit ici l’opinion de la reine Élisabeth de ne point entreprendre de guerre pour obtenir la durée et la perpétuité de la paix ; elle croyait apparemment que tous les souverains d’Europe, entrant tous dans une garantie mutuelle de tous leurs derniers traités, que, se promettant tous une protection mutuelle pour leur mutuelle conservation, que, convenant tous de déférer dans leurs différends au jugement de la pluralité sous peine d’être déclaré ennemi de toute la société, cela suffisait pour rendre la paix perpétuelle, et le commerce permanent. Et que renferme autre chose les XXIII articles du traité fondamental que je propose encore une fois à l’Europe, après Henri le Grand ?

Page 101

§ 892

SIRE,

§ 893

Les desseins de votre majesté étant si relevés et magnanimes que tous ceux lesquels n’auront pas l’esprit bien vif, le jugement solide, ni l’expérience requise, ou n’auront pas assez longuement et suffisamment médité sur iceux ni été amplement informés des ordres, méthodes, expédients et moyens par elle préparés pour en faciliter l’exécution, les estimeront extravagants, voire du tout impossibles : comme au contraire, je ne doute point que tous ceux lesquels avec la maturité de jugement en auront pris l’entière connaissance et intelligence, ne les prisent et ne les louent comme ils méritent, et ne trouvent point étrange que votre majesté ait médité dix ans sur iceux, et en ait rendu participants tous les États et princes qu’elle a pu joindre à son association254.

Remarque

§ 894

C’est un grand préjugé pour la solidité de ce projet que Henri le Grand l’ait médité dix ans, proposé à tant de princes et qu’il leur ait fait agréer de négocier sur un pareil plan.

Extrait des négociations de M. de Fresne Canaye, ambassadeur du roi de France à Venise, tome 3 in fol. imprimé à Paris, chez Richer 1636 page 570 et 572. Lettre au roi du 6 mai 1607255.

§ 895

Le dernier article de la réponse que m’a faite le Sénat a été un sérieux remerciement des propositions d’une ligue que votre Majesté a faites au sieur Priuli, ambassadeur de la République256. Ce remerciement a été accompagné des louanges dues au soin et vigilance de votre Majesté aux affaires générales, et que le Sénat est prêt d’entendre à tout ce que votre Majesté jugera nécessaire pour l’exécution d’un si bon dessein.

§ 896

Le plus court serait qu’il plût à votre Majesté m’envoyer la copie du traité qu’elle aura fait communiquer au sieur Priuli, avec un pouvoir spécial pour le conclure et signer de son nom, et le faire pareillement signer par deçà le plus secrètement que faire se pourra, réservant place à ceux qui voudront y entrer par après.

Remarque

§ 897

Il y a apparence que ce projet de traité est encore dans les archives de Venise ; je voudrais bien en avoir copie ou du moins que le traducteur italien de cet ouvrage en imprimât quelques articles257.

Tome 3, page 583. Lettre au roi

§ 898

Combien que j’eusse bien désiré tirer des mains du Sénat la forme qu’il entend donner au traité d’alliance, si m’a-t-il été impossible de le faire sans exprès commandement. Joint que ce qu’ils sauront venir de votre part sera bien plus facilement reçu que ce qui serait proposé par moi ou par aucun d’eux. C’est pourquoi j’estime que votre Majesté ne doit point faire difficulté d’en faire dresser les articles, puisque, grâce à Dieu et à votre vigilance, vos affaires sont en tel état que chacun voit et connaît qu’en ceci votre Majesté regarde trop plus à l’utilité publique qu’à aucune sienne nécessité particulière258.

Remarque

§ 899

On voit bien que la négociation avait été commencée avec les Vénitiens ; mais apparemment qu’ils ne voulaient pas signer une ligue offensive contre la maison d’Autriche sans être sûrs que tous les autres souverains ne la signassent en même temps ; et c’était pour cela que Canaye recommandait un grand secret : mais, si on ne leur eût proposé qu’une ligue totale et seulement défensive où la maison d’Autriche elle-même eût été comprise, et cela pour la commune conservation des ligués, ils n’auraient pas eu besoin, ni de secret, ni d’attendre à signer que d’autres eussent signé ; et c’est la principale différence qui est entre la manière dont le même projet fut proposé il y a cent ans et la manière dont il est proposé aujourd’hui.

Avertissement

§ 900

Je n’ai pu encore sur ce sujet rien découvrir que ces négociations de M. Canaye ; si ceux qui ont les dépêches de Messieurs Bongars, de Boissise et des autres négociateurs de ce projet259 voulaient me communiquer celles qui en parlent, j’en pourrais faire quelque chose pour l’utilité publique.

Proposition sur les Turcs

§ 901

Le traité fondamental de la police européenne signé, il sera avantageux, facile et glorieux aux souverains chrétiens de chasser les Turcs de l’Europe

Avertissement

§ 902

J’ai promis ce discours260, je m’acquitte de ma promesse. Je ne prétends pas prouver que dans l’Impolice, dans le non Arbitrage où sont encore les souverains chrétiens, il soit possible de chasser le Turc de l’Europe. Je crois au contraire que cette entreprise est absolument impossible à moins qu’elle ne se fasse par un concert universel et durable. Or ce concert, cette ligue totale qui serait nécessaire pour cela, ou n’est pas faisable, ou n’est pas assez durable, faute du traité de police générale entre les ligues, soit pour les contributions de chaque potentat, soit pour réunir l’autorité de plusieurs généraux nécessaire pour conquérir, soit pour le partage, et la conservation des conquêtes, soit pour la punition des membres qui refuseraient d’exécuter les résolutions de la pluralité.

§ 903

Cette police demande que les potentats à la pluralité fassent des règlements et que ces règlements soient exécutés immanquablement et avec exactitude ; et par conséquent qu’il y ait des peines suffisantes et inévitables pour les contrevenants. Or il est évident que, sans ces premiers articles de police, la machine ne pourra se construire ou ne durera pas assez pour avoir un entier effet.

§ 904

Mais supposé que la police européenne fut établie, que l’Arbitrage européen fut une fois en train, ce qui se peut faire en deux ou trois ans, je soutiens qu’il sera avantageux, facile et glorieux de chasser le Turc de l’Europe et même de l’Asie et de l’Afrique ; c’est ce que je vais tâcher de démontrer.

Avantages de l’entreprise

§ 905

Je conviens que la plupart des conquêtes coûtent plus que la dépense ; mais quand le conquérant ou la société conquérante peut faire sans s’incommoder un grand effort dans le commencement et le soutenir avec ordre et de concert, les conquêtes deviennent promptes par l’inutilité que les gouverneurs des places attendent de leur résistance et par la consternation générale ; elles deviennent très avantageuses par l’étendue et la richesse des pays conquis.

§ 906

C’est un grand objet que la conquête de tout ce que les Turcs ont en Europe et dans les îles de la Méditerranée, en Asie, et en Afrique : mais il est certain que s’ils étaient attaqués en même temps de tous côtés avec des forces supérieures de moitié, presque rien ne résisterait à la consternation générale, et à l’égard des places opiniâtres, les seuls blocus suffiraient pour les réduire.

§ 907

Il y a une observation considérable à faire, c’est que si dans une ou deux campagnes on avait chassé les Turcs de l’Europe, il serait facile en une seule campagne avec la même armée de les chasser d’Égypte et d’une grande partie de l’Asie, parce qu’il n’y a de place forte en Asie, que du côté de la Perse, et qu’une ou deux batailles décideraient de la conquête de ces vastes pays. Il est je crois évident que ce qu’il en coûterait alors à tous les potentats d’Europe, pour lever et entretenir pendant trois ou quatre ans six cents mille hommes en six ou sept armées différentes, serait la moitié moins considérable que ce que l’Union européenne retirerait du revenu de tous ces beaux et fertiles pays.

§ 908

Le Grand Seigneur tire de ses États mal gouvernés plus de cent mille bourses261, tous frais faits, c’est-à-dire les charges locales payées, c’est cent cinquante millions. Or pour lever et entretenir 600 000 hommes effectifs par mer, et par terre, le quart cavalerie, il en coûterait trois cents millions par an, ce qui ferait en quatre ans au plus douze cents millions. Or ce ne serait que huit années du revenu conquis.

§ 909

Il faut même observer que le revenu de la première, de la seconde et de la troisième année des conquêtes, irait en diminution des trois cents millions ; ainsi on peut dire que les princes de l’Union mettraient leur argent à vingt-cinq pour cent d’intérêt, en ne comptant le revenu de la Turquie que sur le pied du mauvais gouvernement des Turcs.

§ 910

Il faut encore observer que, comme l’Union européenne serait obligée seulement pour sa conservation d’entretenir cent cinquante mille hommes sur les frontières de l’Europe, les chrétiens n’auraient d’extraordinaire à fournir que 450 000 hommes, c’est-à-dire les trois quarts de ce que nous venons de supputer.

§ 911

Enfin le commerce avec ces pays serait bien plus grand parce qu’il serait plus libre et exempt de vexations et d’avanies ; ainsi il rendrait le double.

§ 912

Il y a une autre observation considérable à faire : c’est que les troupes, les officiers, les ingénieurs, l’artillerie, l’ordre pour les vivres, notre marine, que tout cela est meilleur au moins d’un quart que ce qu’ont les Turcs en pareil genre ; et ainsi que quatre cent cinquante mille chrétiens seraient plus forts du double que 300 000 Turcs.

§ 913

Enfin, quand je propose à l’Europe de contribuer 300 millions, je suppose que la France, comme la sixième partie de l’Europe chrétienne, fournirait 50 millions et environ cent mille hommes, tant par terre que par mer, ce qui ne monte qu’à la dépense qu’elle fait présentement en temps de paix pour sa conservation.

§ 914

Je ne prétends montrer qu’en gros que cette conquête serait fort avantageuse ; on va voir qu’elle serait aussi facile qu’avantageuse.

Facilité de l’entreprise

§ 915

1o Rien n’est plus facile en général au plus fort [que] de battre et de chasser le moins fort de moitié et de le chasser promptement, dès que l’on peut mettre chez lui et entretenir quelque temps une consternation générale, un désespoir de se défendre.

§ 916

2o On pourrait faire un traité avec Alger, Tunis et Tripoli262, pour les décharger de tout subside et pour les faire gouverner d’une manière républicaine, et comme villes marchandes.

§ 917

3o On pourrait faire un traité de paix perpétuelle avec la Perse, et lui céder quelque lisière des États du Turc, à condition qu’elle l’attaquerait en même temps que l’Union.

§ 918

4o Les choses sont d’autant plus faciles à exécuter qu’il est plus avantageux de les entreprendre. Or nous avons vu les avantages.

§ 919

5o Dès que les associés sont convenus de faire les répartitions des contributions à la pluralité des voix, et que le refusant serait puni inévitablement, il n’y a plus de difficulté pour le commencement de l’entreprise.

§ 920

6o Dès que l’on est sûr de retirer d’autant plus de profit de l’entreprise que l’on y aura plus contribué, personne ne se plaindra de contribuer plus qu’il ne doit.

§ 921

7o Dès que le partage sera fait en commun, sur l’estimation commune à la pluralité des voix, personne n’a à craindre l’injustice du partage.

§ 922

8o Il y aura différentes manières de partager ; car les uns aimeront mieux plus de terres, à condition de faire aux autres une redevance, les autres aimeront mieux la redevance, pour s’exempter des soins de faire valoir le territoire : mais enfin ces accommodements se feront aisément de concert et de l’agrément de l’Union européenne.

Gloire de l’entreprise

§ 923

Ce qui rend une entreprise glorieuse, c’est la grande difficulté apparente et la grande utilité réelle. Or, cette entreprise paraîtra à la plupart du monde assez difficile et, à l’égard de l’utilité, il n’est pas douteux qu’elle ne fut très grande pour le christianisme, particulièrement pour les souverains voisins de la Turquie. Donc le succès en serait très glorieux.

§ 924

Mais je ne regarde ce plan qu’en gros et je suppose toujours la police établie entre les souverains chrétiens, ce qui est mon principal but. Je n’ai même parlé de cette entreprise que pour ceux qui ont le malheur d’être voisins de cet Empire, persuadé qu’ils se porteront avec d’autant plus d’ardeur à solliciter la police européenne, l’Union européenne, qu’ils la regarderaient comme un acheminement à une croisade universelle, incomparablement plus solide et mieux concertée que toutes les précédentes.

PREMIÈRE CONCLUSION

§ 925

En répondant à la première objection, j’ai montré ce me semble avec évidence, par les premiers commencements de la société humaine, que les chefs de famille qui vivaient dans le voisinage les uns des autres sans police, sans protection mutuelle, sans Arbitrage pour terminer leurs différends, sans commerce permanent, étaient tous, et même les plus forts, dans une crainte, dans une défiance, dans une dépendance réciproque de leurs voisins, de leurs pareils, beaucoup plus grande et beaucoup plus fâcheuse que ceux qui avaient trouvé et mis en œuvre la salutaire invention de la police, de l’Arbitrage, de la protection mutuelle et du commerce permanent.

§ 926

J’ai montré ensuite en détail avec la même évidence dans la seconde partie que, de quelque côté que l’on regardât les affaires des vingt-deux principaux souverains d’Europe, soit par rapport au dedans, soit par rapport au dehors, soit même par rapport à leur caractère personnel, qu’il n’y avait aucun avantage pour eux, dans l’État de barbarie et d’Impolice où ils vivent encore voisins et pareils les uns à l’égard des autres, qu’ils ne trouvassent, et incomparablement plus grand, dans l’établissement d’une police, d’un Arbitrage, d’un commerce permanent, d’une protection mutuelle, de nation à nation, de chef de nation à chef de nation.

§ 927

J’ai montré qu’un pareil traité doublerait leur revenu et celui de leurs sujets et qu’il diminuerait des trois quarts et demi le nombre des affaires inquiétantes et des soins pénibles que cause la crainte mutuelle et perpétuelle.

§ 928

Ne puis-je donc pas conclure présentement avec raison qu’il n’y a aucun d’eux qui ait aucun traité plus important et plus pressé à signer et à faire signer que le traité fondamental de l’Arbitrage permanent et de la police européenne ? Ne puis-je pas même dire qu’il n’y a aucun traité plus facile à conclure, puisqu’il est à peu près également avantageux pour toutes les parties ? Et c’est ce que je m’étais proposé d’éclaircir et de démontrer.

SECONDE CONCLUSION
Il est impossible que le projet d’Arbitrage européen ne s’exécute pas

PREMIÈRE PREUVE

§ 929

On a vu qu’en supposant aux premiers chefs de famille, aux premiers chefs de village, aux souverains des premiers villages, un commencement de raison, un commencement de bon sens et de discernement sur leurs intérêts, c’est-à-dire sur les moyens de diminuer leur dépendance mutuelle et leurs autres maux et d’augmenter leurs biens, non seulement il était possible qu’ils fissent des réflexions sur les malheurs de l’Impolice et du non Arbitrage et sur les avantages de la police et de l’Arbitrage ; mais même qu’il était impossible qu’à la longue, ces réflexions leur devenant plus familières, ils ne se déterminassent pas enfin à convenir que dans les différends à venir nul ne se ferait justice lui-même par violence mais que chacun des contestants s’en rapporterait à un arbitre ou à une assemblée d’arbitres.

§ 930

On a vu aussi d’un autre côté que les chefs de nations d’Europe à l’égard de leurs voisins, et de leurs pareils plus ou moins puissants sont en même proportion que ces chefs de famille, que ces princes de village sont à l’égard de leurs voisins et de leurs pareils plus ou moins puissants ; et qu’ainsi on en peut conclure qu’en leur supposant de même tant soit peu de bon sens, et de discernement sur leurs intérêts, non seulement la convention de l’Arbitrage européen est très possible, mais même qu’il est impossible qu’à la longue dans quelques conjonctures favorables dans les différentes crises des États, ces réflexions salutaires sur les avantages immenses d’une police générale leur étant devenues familières, ils ne se déterminent enfin à convenir d’un Arbitrage permanent, pour régler leurs différends futurs.

§ 931

De sorte que je ne me contente plus de dire que ce traité est très faisable, que cet établissement est très praticable, qu’il est très possible ; je soutiens présentement, par des raisons de proportion fondées sur la nature même des hommes, qu’il est absolument impossible qu’il ne s’exécute pas un jour. La seule chose qui est incertaine, c’est le temps où il s’exécutera et j’ose dire que ce temps est plus proche que l’on ne croit.

SECONDE PREUVE

§ 932

Les premières conventions passagères entre ennemis mortels, entre gens sans société, sans commerce et en guerre actuelle, sont un commencement de police passagère. Or l’on aperçoit que ces sortes de conventions se multiplient tous les jours en Europe entre les souverains, entre les généraux, entre les gouverneurs, entre les marchands des deux partis. D’où vient cela ? C’est qu’il est de la nature de la police d’embrasser les intérêts communs des partis même opposés ; ainsi il n’est pas surprenant qu’elle fasse incessamment quelque progrès ; il serait au contraire très surprenant qu’elle n’en fît aucun parmi des hommes dont les lumières vont toujours en augmentant.

§ 933

On peut, je crois, supposer que les espèces ne changent point, que l’espèce de l’homme, quant à ce qu’elle a de corporel, n’a pas plus changé que celle des lions, que celle des chênes : mais il se fait chaque siècle un grand changement dans l’espèce quant à ce qu’elle a de spirituel263. Les hommes du siècle passé ayant profité des lumières du siècle précédent, sont devenus plus éclairés que leurs prédécesseurs. Il est nécessaire que les hommes qui vivent dans notre siècle étant de même espèce, et ayant semblables dispositions, profitant des lumières du siècle passé, surpassent leurs aïeux en lumières, surtout dans les choses de police. La preuve en est dans les établissements nouveaux et dans le perfectionnement des anciens.

§ 934

Les hommes qui vivent ne sont pas moins sujets aux mêmes passions que ceux qui ont vécu : mais les plus sages qui ont part au gouvernement savent tellement profiter des bons intervalles264 des autres, qu’ils les engagent tous les jours à se soumettre à des règlements salutaires, malgré les accès de la passion qui est à l’esprit ce que la fièvre est au corps.

§ 935

Voici une autre preuve que l’esprit de l’espèce humaine va en croissant : il y a déjà longtemps qu’en Europe, les souverains ennemis déclarés ont remarqué qu’il y avait beaucoup à perdre pour les partis opposés à faire la guerre à outrance, comme la font les sauvages, et qu’il serait de leur avantage commun de faire et d’entretenir certaines conventions ; aussi, malgré leur colère, ils en font tous les jours ; et les uns les observent exactement, afin qu’elles soient exactement observées par les autres ; ainsi l’on voit que si la passion domine, quelquefois l’intérêt, il arrive aussi que l’intérêt, quand il est fort grand et fort apparent, domine quelquefois à son tour la passion et que le règne de la colère et des autres passions va en diminuant entre les nations, à mesure qu’elles deviennent policées, et laisse davantage régner la raison, c’est-à-dire le vrai intérêt.

§ 936

Il y a depuis longtemps des conventions tacites265 entre les souverains armés, qui sont observées de tous les partis. Le victorieux n’use point de cruauté ni même de violence envers les habitants des villes et des campagnes qui n’ont point pris les armes, et cela, de peur de les effaroucher et de dépeupler ses propres conquêtes et de peur aussi des représailles en cas d’infériorité ; on reçoit comme prisonniers de guerre les troupes qui offrent de mettre les armes bas, et cela, de peur qu’elles ne se bâtissent en gens désespérés. Et d’ailleurs la crainte des représailles suffit pour arrêter l’emportement du victorieux ; la crainte de causer la mort aux siens conserve la vie aux ennemis ; les souverains permettent de même tacitement à leurs sujets de faire des conventions avec l’ennemi pour des contributions afin d’éviter les pillages et les incendies ; chaque parti évite ainsi par ces conventions une perte commune ; et l’utilité réciproque en est devenue si évidente qu’elles n’ont plus besoin d’être écrites pour être exactement observées par ceux mêmes qui connaissent leur grande supériorité présente ; et il arrive ainsi que les lumières croissant, la crainte d’un mal futur ou le désir d’un bien à venir devient une passion présente qui l’emporte sur la colère.

§ 937

Outre ces conventions tacites, il y en a d’écrites ; on fait des cartels pour la rançon des prisonniers de guerre266. On sait qu’avant les cartels, les rançons étaient excessives et c’était une perte commune. Nous avons vu durant la guerre le commerce de lettres permis entre les Français et les Hollandais ; nous avons vu même le commerce de certaines marchandises également permis par les passeports des vaisseaux. On sait que sur les frontières, rien n’est plus commun que les passeports réciproques qui, pour une somme très médiocre, permettent aux habitants d’aller dans des villes frontières en toute sûreté, sans craindre les partis ennemis ; d’où vient cela ? C’est que les deux partis ont vu avec évidence qu’à tout compter ils gagneraient beaucoup plus qu’ils ne perdraient à ne point interrompre tout à fait ou à redonner quelque cours à certains commerces267.

§ 938

Enfin, quand chacun des partis croit qu’il est plus de son intérêt de finir la guerre que de la continuer, nous voyons que l’on convient quelquefois de suspensions, quelquefois de trêves, quelquefois de médiateurs ; nous voyons qu’enfin chacun trouve son intérêt à convenir de certains articles ; nous voyons que pour la sûreté de l’exécution de ces articles, on stipule des garanties réciproques, qu’on laisse la liberté à d’autres d’entrer dans ces traités et dans ces garanties. On a vu même quelquefois des compromis ou des Arbitrages passagers ; nous voyons que dans la crainte réciproque de rentrer en guerre, on convient que, si l’on avait réciproquement à se plaindre de l’inobservation de certains articles moins importants, on ne rompra pas pour cela tout commerce et que l’on ne reprendra pas les armes.

§ 939

Or qu’est-ce que marquent toutes ces sortes de conventions inconnues aux sauvages, qui n’ont encore qu’une police grossière, que marquent ces conventions, la plupart assez peu usitées en Europe dans les siècles moins bien policés, mais devenues présentement fort fréquentes parmi nous ? Que nous marquent-elles, si ce n’est que la grande utilité, ou si l’on veut la nécessité, d’une police entre souverains commence à se faire sentir de tout le monde de plus en plus ? Il est vrai que jusqu’à présent elle n’est que passagère et assez limitée. Mais qui ne voit qu’elle tend à s’étendre, à se perfectionner, à se rendre durable et qu’ainsi il est impossible qu’à la longue, ils ne la rendent enfin un jour perpétuelle, quand par de longues réflexions sur les avantages passagers d’une paix passagère, ils auront encore mieux compris combien il leur importerait de rendre par un Arbitrage perpétuel tous ces avantages perpétuels ?

§ 940

Les corps de l’espèce humaine ne passent point certaines bornes pour la grandeur. Les hommes d’aujourd’hui ne surpassent point en grandeur les hommes qui vivaient il y a 3 300 ans, du temps de Moïse, le plus ancien des historiens qui nous restent. Mais l’esprit humain va toujours en croissant, à moins que les nations policées ne retombent dans la barbarie et dans l’Impolice268 ; et elles peuvent y retomber par la durée des guerres ou civiles ou étrangères ; car, alors, tout est négligé, hors ce qui regarde la guerre ; mais le comble du malheur pour l’accroissement de l’esprit, c’est lorsque des nations barbares ou impolicées prennent la supériorité dans la guerre ; car alors les souverains ne prennent soin que des établissements militaires et, même, ils ruinent tous les autres pour être en état de multiplier et d’agrandir ceux-ci ; hors ces cas malheureux, il est visible que l’esprit humain croît insensiblement de siècle en siècle malgré les retardements que les guerres apportent à cet accroissement ; nous savons que le corps humain ne croît plus du moins en hauteur après vingt-cinq ans ; l’esprit n’est pas de même ; un homme appliqué à une matière y peut faire toute sa vie de nouvelles découvertes par les nouvelles combinaisons des connaissances qu’il a acquises dans sa jeunesse et dans le reste de sa vie ; et ces nouvelles découvertes sont autant de preuves que l’esprit croît du moins du côté où il voit, et où il peut faire voir aux autres, quelque chose qui n’avait point encore été vu du tout, ou qui n’avait point été vu, ni avec tant de clarté, ni par tant de faces qu’il le fait voir ; c’est que les corps de ceux qui meurent ne servent de rien à l’accroissement du corps des vivants, au lieu qu’il n’en est pas de même à l’égard des esprits ; ils se communiquent par la parole, par l’écriture et surtout par l’invention de l’imprimerie les lumières que chacun d’eux a acquises ou par ses lectures ou par ses réflexions ou par ses expériences. Ce qui est imprimé se communique à un très grand nombre de ceux qui lisent et ceux-ci le communiquent à un beaucoup plus grand nombre de ceux qui lisent peu ou qui ne lisent point ; et voilà comment l’esprit des savants et du peuple même va toujours en croissant.

§ 941

Les méthodes même pour enseigner s’abrègent et se perfectionnent, les sciences spéculatives et de raisonnement, la connaissance des faits et les arts vont donc nécessairement en augmentant tandis qu’ils peuvent augmenter ; et quand on est parvenu à connaître ce qu’ont connu les plus savants et à faire ce qu’ont fait les plus habiles qui ont laissé des modèles il est impossible qu’à la longue on ne le surpasse si l’on marche et en grand nombre vers le but, à moins que l’art ou la science n’ait des bornes, et c’est ce que nous n’avons point encore trouvé.

§ 942

Comment la science de la police humaine269 qui regarde les plus grands intérêts des hommes et à laquelle tant de gens s’appliquent n’irait-elle pas toujours en augmentant et en se perfectionnant ? Et comment pourrait-elle aller toujours en augmentant, sans faire des réflexions sur la grande utilité que les chefs de famille tirent des Arbitrages particuliers et nationaux des polices particulières ? Et comment serait-il possible qu’ils fissent longtemps ces réflexions sans voir clairement les avantages immenses que les chefs de nations tireraient d’un Arbitrage général et d’une police générale et permanente, de chef à chef, de nation à nation ? Et comment serait-il possible qu’ils les vissent clairement sans les faire voir au reste des gens d’esprit avec une clarté à peu près semblable ? Et comment serait-il possible que tous les gens d’esprit de chaque nation vissent clairement ces avantages immenses sans que les ministres, qui sont toujours pris du nombre de ces gens d’esprit, aient vu les mêmes choses avant d’arriver au ministère ? Et comment serait-il possible que, de tant de ministres gens de bien, zélés pour les intérêts de leurs maîtres, il n’y en eût plusieurs qui leur conseillassent de profiter de ces avantages ? Il ne faut donc que du temps, il ne faut que quelques générations de ministres. Or, en un siècle, on voit en chaque cour beaucoup de ces générations.

§ 943

Telle est la seconde preuve, qui montre que l’établissement d’une police permanente en Europe, de nation à nation, de souverain à souverain, n’est pas si éloignée qu’elle l’était dans des siècles plus grossiers et moins policés, et que nous sommes peut-être dans l’heureux siècle qui verra ce bel établissement. Passons à la troisième.

TROISIÈME PREUVE

§ 944

Il est vraisemblable que, si l’heureuse invention de la police et de l’Arbitrage qui en est le fondement a été longtemps à s’établir de chef de famille à chef de famille, voisins, ou chef de village, à chef ou prince de village, voisin, de prince allemand à prince allemand, c’est que ces sortes d’établissements n’ont été faits que par hasard et par degrés presque insensibles, sans qu’aucun sage leur ait jamais proposé par écrit aucun projet de convention, aucun projet de police. Il est certain qu’il y a eu quantité d’établissements humains grands et petits qui ont eu des commencements bien marqués et des accroissements assez prompts : tels sont les établissements des législateurs, tels sont les établissements de certaines compagnies, soit de religion, soit de commerce. Voilà autant d’établissements qui ont eu besoin de projets amples, composés d’un grand nombre d’articles ; et ces établissements ont eu plus ou moins de succès, et un succès plus ou moins prompt à mesure que le législateur s’était acquis du crédit, à mesure qu’il proposait en plus grand des choses dont il y avait déjà des modèles en grand et de proche en proche, à mesure qu’il a su mieux intéresser à cet établissement un plus grand nombre de gens d’esprit, à mesure qu’il a plus prévu d’obstacles ou d’inconvénients, à mesure que par des articles bien digérés, il a pu proposer ou des préservatifs suffisants ou des remèdes efficaces, à mesure que ce qu’il a proposé était proportionné à l’état des lumières de ceux à qui il les proposait, je parle des lumières qu’ils avaient sur leurs intérêts.

§ 945

Or il me semble qu’il n’est pas difficile de reconnaître dans le projet d’Arbitrage européen et de police générale toutes ces conditions à un degré éminent. Il n’est pas difficile de voir que c’est l’obscurité qui arrête, et que l’on va lentement quand l’on va à tâtons : mais qu’on avance à mesure que la lumière commence à croître et que, quand on a apporté au projet d’un établissement une lumière suffisante, c’est alors que les obstacles s’évanouissent, et que la naissance et l’accroissement cessent d’être si éloignés.

§ 946

Voilà les raisons générales que j’avais à apporter pour prouver que l’exécution du projet de police générale de l’Europe, d’Arbitrage européen, proposé par Henri le Grand, n’est pas si éloignée que l’on pourrait penser ; je sais bien que ces raisons ne sont pas à la portée de tout le monde ; aussi je ne les propose que pour ceux qui, avec un esprit élevé, ont un peu médité la matière ; et pour ceux-ci les leur proposer, c’est les leur démontrer.

Avertissement

§ 947

J’avais composé ce troisième tome à Crèvecœur sur Eure270 ; on compose mieux à la campagne, on s’y remplit mieux de son sujet. J’avais apporté ici le manuscrit ; on corrige mieux à la ville, on y trouve plus facilement d’excellents critiques. J’étais prêt de l’envoyer à l’imprimeur lorsque la mort de Louis XIV est arrivée271 ; cet événement qui a déjà produit quelques changements dans ce royaume en a aussi produit de nécessaires dans cet ouvrage.

§ 948

Il peut arriver tous les jours des changements considérables dans l’Europe ; car qu’y a-t-il de plus changeant et de plus incertain que la fortune des souverains pendant qu’ils sont en guerre ? Et quoi de moins solide que leurs traités de paix, tant que ces princes ne prendront aucunes mesures pour sortir du funeste état d’Impolice où ils sont encore ? Or ces changements qui arriveront de temps en temps dans les maisons souveraines et dans les souverainetés demanderont aussi de temps en temps de nouveaux changements dans un ouvrage où je suis forcé de supposer quelquefois l’état où ces souverains sont présentement : mais avec le secours des principes généraux que l’on y trouvera clairement expliqués, solidement établis, et qui par eux-mêmes sont parfaitement immuables, il sera facile à tout lecteur intelligent de suppléer à ce qu’il faudra changer et de corriger après chaque événement ce que j’aurais pu corriger moi-même, si j’avais écrit postérieurement à toutes ces révolutions.

§ 949

À Paris au Palais Royal

§ 950

ce 10 novembre 1715.


2.Premier emploi par l’abbé de Saint-Pierre du néologisme impolice, antonyme de police, et qui implique l’absence de lois, d’ordre et de ce qui peut assurer la sûreté et le maintien des sociétés.
4.Police : « Lois, ordre et conduite à observer pour la subsistance et l’entretien des États et des sociétés. En général il est opposé à barbarie. » (Furetière, 1690, art. « Police »).
6.Salus populi suprema lex [esto] : « Que le salut du peuple soit la loi suprême » (Cicéron, De legibus, III, 3, 8 ; nous traduisons).
7.Emprunté au vocabulaire du droit des successions, le terme substitution désigne la disposition par laquelle un testateur « substitue un héritier à un autre qui n’a que l’usufruit du bien qui lui est laissé » (Furetière, 1690, art. « Substitution »).
9.Sur ces paroles adressées par Louis XIV au duc d’Orléans le 25 août 1715, voir la formulation contenue dans La Mort de Louis XIV, journal des Anthoine : « S’il [le dauphin] venait à manquer, vous seriez le maître » (E. Drumont (éd.), Paris, A. Quantin, 1880, p. 50).
10.Allusion à la guerre des Deux-Roses (1455-1485) relative aux droits de succession à la couronne d’Angleterre.
11.Allusion à des personnages de législateurs mythiques, comme Thésée et Lycurgue.
12.À partir de 1692, le frère de l’auteur, Bernardin, devient confesseur de Madame, duchesse d’Orléans, née Élisabeth-Charlotte de Bavière ; un autre frère, Louis-Hyacinthe, capitaine de Marine, est premier écuyer de Françoise-Marie de Bourbon, épouse du régent, devenue duchesse d’Orléans en 1701, et l’épouse de Louis-Hyacinthe devient la favorite de la duchesse (Saint-Simon, Mémoires, Y. Coirault (éd.), Paris, Gallimard, 1983, t. II, p. 573, 1094-1095). L’abbé lui-même sera aumônier de Madame en 1693 : voir Autobiographie, Annales de Castel, § 11-12.
13.Cartel : écrit qu’on envoie à quelqu’un pour le défier (Furetière, 1690, art. « Cartel »).
14.Faire toucher au doigt et à l’œil : « faire voir et toucher sensiblement la chose » (Furetière, 1690, art. « Doigt »).
15.Formule qui terminait les actes royaux en France, transposition de la maxime d’Ulpien, Quidquid placuit principi legis habet vigorem [Ce que veut le prince a force de loi].
16.Voir plus haut, § 4.
17.Supputation, au sens de calcul.
18.Vingt-quatre correspond au nombre de voix et de députés des États européens siégeant au Sénat de l’Europe imaginé par l’abbé de Saint-Pierre ; voir la liste de ces vingt-quatre représentants : Paix 1, § 465-488.
19.Voir plus haut, § 71.
20.Le terme intervalle peut désigner les accès d’une maladie ou les périodes de rémission (« bons intervalles ») ; voir l’exemple donné par Furetière (1690, art. « Intervalle ») : « il n’y a guère de fou qui n’ait quelques bons intervalles ».
21.Genèse, XIII, 6-11. La querelle entre les bergers des deux frères provoque la séparation mais l’épisode biblique pourrait aussi bien illustrer la première source de différends (« Biens à partager ») d’après le verset 6 : « Le pays ne leur suffisait pas pour pouvoir demeurer l’un avec l’autre, parce que leurs biens étaient fort grands, et qu’ils ne pouvaient subsister ensemble » (trad. Lemaistre de Sacy, Paris, Robert Laffont, 1990).
22.Voir plus haut, § 71.
23.Enfiler : « Passer son épée au travers du corps d’une personne » (Trévoux, 1721, art. « Enfiler »).
24.Marc-René de Voyer de Paulmy, marquis d’Argenson (1652-1721), lieutenant général de police de 1697 à 1718, crée les inspecteurs de police en 1708 et développe la surveillance des lieux publics dans la capitale ; voir Chemins, § 19, note 11 ; sur son action novatrice à Paris, voir Paolo Piasenza, « Juges, lieutenants de police et bourgeois à Paris aux XVIIe et XVIIIe siècles », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 45e année, no 5, 1990, p. 1196-1205.
25.Mesure de superficie d’une lieue de côté ; la lieue de France correspond à 4180 m, celle de Paris à 3933 m. Sur cette estimation de la population de Paris, voir Dénombrements, § 1.
26.Cf. Hobbes, Leviathan, II, XVII : « And Covenants, without the Sword, are but words » [Et les conventions, sans l’épée, ne sont que des mots » (nous traduisons)].
27.Comprendre : l’origine de cet établissement importe peu.
28.Voir plus haut, § 71.
29.Sur l’inefficacité des traités, ligues et système de l’équilibre des puissances entre la maison de France et celle d’Autriche dans les trois premières propositions, voir Paix 1, Premier Discours, Première et seconde propositions, § 35-99.
30.Au moment où Saint-Pierre écrit, en 1715, les Ottomans ont déclaré la guerre à Venise pour reprendre la Morée perdue en 1684.
31.Voir plus haut, § 4.
32.Sur cette république, voir Paix 1, § 463, note 111.
34.Voir plus haut, § 58.
35.Comprendre : cette prérogative consistant à ne pas dépendre d’un Arbitrage
36.« Faire toucher au doigt et à l’œil : faire voir et toucher sensiblement la chose » (Furetière, 1690, art. « Doigt »).
37.La guerre opposant la Russie à l’Empire ottoman, commencée en 1686, se termine avec le traité de Constantinople en 1700, date du début du conflit du czar contre le roi de Suède, Charles XII ; ce dernier, défait à Poltava (1709), demande l’aide du sultan qui déclare à nouveau la guerre à la Russie en 1710.
38.Lors de la « Grande Ambassade » (1697-1698), Pierre le Grand se rend à Amsterdam, La Haye, Londres, Oxford.
39.L’abbé de Saint-Pierre fera paraître en 1734 des Réflexions morales et politiques sur la vie de Pierre I, Empereur de Moscovie, dans ses Ouvrages politiques (Rotterdam, J. D. Beman, 1734, t. IX, p. 378-420).
40.Voir plus haut, § 241.
41.Voir plus haut, § 4.
43.Voir plus haut, § 3, note 2.
44.Voir plus bas, § 785.
45.Inégal : « dont les éléments ou les participants ne sont pas égaux ; qui favorise l’un aux dépens de l’autre » (TLF, art. « Inégal »).
46.Voir plus haut, § 99, note 20.
48.Les petites-maisons désignent « l’hôpital où l’on enferme ceux qui ont l’esprit aliéné » (Académie, 1694, art. « Maison »).
49.La seconde guerre du Nord opposa à partir de 1700 la Suède au Danemark, à la Russie et à la Pologne maltraitée par les autres belligérants. Sur le conflit russo-turc, voir plus haut, § 279, note.
50.Le traité de Nerchinsk fut conclu entre la Chine et la Russie en réalité en 1689 : il mettait fin à une série de conflits consécutifs à l’expansion russe au cours du XVIIe siècle vers l’Est, en établissant le tracé de la frontière entre les deux puissances. Deux missionnaires jésuites, les P. Pereira et Gerbillon, jouèrent un rôle dans la négociation, dont les détails étaient connus du public par leurs journaux ; voir Joseph Sebes, The Jesuits and the Sino-Russian Treaty of Nerchinsk (1689). The Diary of Thomas Pereira, Rome, Institutum historicum S.I., 1961, p. 174-303 ; Journal de Gerbillon, in Jean-Baptiste du Halde, Description géographique, historique, chronologique, politique et physique de l’empire de la Chine et de la Tartarie chinoise, Paris, P. G. Le Mercier, 1735, t. IV, p. 163-251.
51.Aguerrir : « rendre propre à la guerre » (Furetière, 1690, art. « Aguerrir »).
53.De l’Intérêt des princes et États de la chrétienté est paru pour la première fois et dans une édition séparée en 1639 ; en 1643 le texte est publié dans un volume qui contient Le Parfait capitaine, autrement l’Abrégé des guerres des « Commentaires » de César (Paris, A. Courbé) ; voir l’édition de Christian Lazzeri (Paris, PUF (Fondements de la politique), 1995).
54.Les Nouveaux intérêts des princes de l’Europe où l’on traite des maximes qu’ils doivent observer pour se maintenir dans leurs États et pour empêcher qu’il ne se forme une Monarchie Universelle de Courtilz de Sandras connaissent plusieurs éditions : en 1685, 1686, 1689, 1690, 1712, sous fausse adresse (Cologne, Pierre Marteau) ; voir Pierre Bonnet, « La "Monarchie Universelle" de Louis XIV : une notion clé de la pensée politique, de Campanella à Montesquieu », Littératures classiques, no 76, 2011/3, p. 142 ; Friedrich Meinecke, L’Idée de raison d’État dans l’histoire des temps modernes, Genève, Droz, 1973, p. 225-235.
55.Il s’agit de Courtilz de Sandras : voir plus haut, § 350, note 54.
56.Les deux premiers tomes du Projet de paix parus en 1713 sont achevés le 15 juillet 1712. Le 15 mars 1713, lors d’une séance du Parlement, en présence de l’ambassadeur de la reine Anne d’Angleterre, Philippe V d’Espagne, par son envoyé, renonce officiellement au trône de France, les ducs d’Orléans et de Berry au trône d’Espagne, ce qui rendait possible la signature du traité d’Utrecht qui aura lieu entre la France et la Grande-Bretagne le 11 avril 1713 ; le traité de Baden (Bade) entre la France et le Saint-Empire est signé le 7 septembre 1714 ; sur les renonciations, voir Sixte de Bourbon-Parme, Le Traité d’Utrecht et les lois fondamentales du royaume, Paris, H. Champion, 1914, p. 111-114.
57.Les traités mettant fin à la guerre de succession d’Espagne furent signés à Utrecht (1713), à Baden en Suisse et à Rastatt (1714) ; sur la ville de « B. » voir au paragraphe suivant.
58.Deux congrès eurent lieu à Brunswick, l’un en décembre 1712 et l’autre en novembre 1713, sans résultats, pour accorder les belligérants de la seconde guerre du Nord ; voir Christophe Koch, Histoire abrégée des traités de paix entre les puissances de l’Europe depuis la paix de Westphalie, Bruxelles, Meline, Cans et Compagnie, 1838, t. IV, p. 209-214.
59.Voir plus haut, § 355.
61.Référence probable à l’Acte d’établissement (angl. Act of Settlement), loi anglaise promulguée par le parlement de Westminster en 1701, qui garantissait la succession de la couronne d’Angleterre aux membres de la famille protestante de Hanovre mais confirmait aussi tous les autres textes (Magna Carta de 1215, Grande Remontrance de 1641, Habeas Corpus de 1679 et Bill of Rights de 1689), affirmant la séparation des pouvoirs et des conditions de la liberté politique.
62.Textes contractuels qui définissent les privilèges des princes-électeurs avant l’élection de l’Empereur et qu’il est tenu ensuite de ratifier et de respecter ; voir l’article « Capitulation » du Dictionnaire de Trévoux (Paris, Delaulne, Foucault et al., 1721, t. I) ; l’article « Wahlkapitulation » dans « Les mots du Saint-Empire » – un glossaire, F. Bretschneider et C. Duhamelle (dir.), http://saintempire.hypotheses.org/publications/glossaire/Wahlkapitulation.
63.Pacta conventa : conventions conclues entre un peuple et son roi, qui définissait les droits et devoirs respectifs des contractants, en usage depuis le Moyen Âge, signées en Pologne (monarchie élective) et en Croatie. En Pologne le pacte contenait la promesse du roi élu de respecter les lois et spécifiait ses engagements personnels dans le domaine des affaires étrangères, des impôts, de la dette publique, des affaires militaires, etc. La signature du pacte était une condition de son accession au trône.
64.Georges Ier, prince-électeur de Hanovre, roi de Grande-Bretagne en 1714, Auguste II, roi de Pologne depuis 1709, prince-électeur de Saxe, conserveraient les deux souverainetés mais devraient choisir de siéger pour leur électorat d’Empire ou pour leur royaume.
65.Auguste II était soutenu par le czar Pierre Ier et par Frédéric IV de Danemark tandis que Charles XII de Suède avait fait monter provisoirement sur le trône de Pologne Stanislas Ier Leszczyński (1704-1709). Rétabli par le czar à la suite de la défaite suédoise de Poltava, Auguste II régnera jusqu’en 1733 ; Jacques François Édouard Stuart, dit le « chevalier de Saint-George » revendiquait le trône d’Angleterre et d’Écosse. Louis XIV l’accueillera en France et soutiendra ses prétentions jusqu’au traité d’Utrecht en 1713 à la suite duquel il abandonnera le Prétendant au profit de Georges Ier.
66.Maximilien II Emmanuel (1662-1726), Électeur de Bavière devenu, pendant la guerre de Succession d’Espagne, allié de la France qui lui promet les Pays-Bas espagnols, avait été mis au ban de l’Empire en 1704 et avait perdu à la fois la Bavière et les Pays-Bas. Par le traité d’Utrecht, on lui céda Luxembourg, Namur et Charleroi et, par le traité de Baden (7 septembre 1714) il retrouva ses États et son titre de prince-électeur.
68.Comparer avec la liste des voix du premier tome : Paix 1, § 465-488. La réunion des souverainetés de Pologne et de Saxe, de Grande-Bretagne et de Hanovre fait passer de vingt-quatre à vingt-deux voix.
70.Il était interdit aux nobles vénitiens de fréquenter les ambassadeurs étrangers et de correspondre avec eux : voir Amelot de la Houssaye, Histoire du gouvernement de Venise, Lyon, P. Bruyset-Ponthus, 1768 [1676], t. I, p. 36-38 ; Lettres d’Italie du président Des Brosses, Paris, Mercure de France, 1986, t. I, lettre XV, p. 205.
71.La peste frappa plusieurs fois à partir du XIVe siècle la cité vénitienne, que sa situation, ses échanges commerciaux et ses vastes entrepôts rendaient vulnérable. La dernière épidémie eut lieu en 1630. La Sérénissime, après cet épisode meurtrier, conçut et mit en place des mesures contre la peste ; voir Jane L. Stevens Crawshaw, Plague Hospitals : Public Health for the City in Early Modern Venice, Abingdon-on-Thames, Routledge, 2016.
72.Pour faire face aux famines qui touchaient surtout les habitants des villes, et contrairement à ce que suggère l’abbé, la Sérénissime, comme d’autres cités du bassin méditerranéen, développa à partir du XVIe siècle une véritable politique du blé, avec un office dédié ; voir Fernand Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, Armand Colin, 2017 [1re éd. 1949], t. I, p. 20 et suiv. ; voir aussi le chapitre consacré aux Superintendants « alle Biave » [aux blés], dans Amelot de la Houssaye, Histoire du gouvernement de Venise, Lyon, P. Bruyset-Ponthus, 1768 [1676], t. I, p. 275-276.
73.Le Conseil des Dix, créé au XVIe siècle pour réprimer les complots et la corruption, enquêtait grâce à des informateurs et à des dénonciations secrètes qui étaient suivies de procès dont les sentences étaient en principe rapidement exécutées. Amelot de La Houssaye évoque son extrême rigueur (Histoire du gouvernement de Venise, Lyon, P. Bruyset-Ponthus, 1768 [1676], t. I, p. 232 et suiv.).
74.Antoine Foscarini (ca 1570-1622), ambassadeur de Venise en France puis en Angleterre, devenu sénateur, fut dénoncé pour entretenir des relations avec des représentants de puissances étrangères. Il fut exécuté comme traître puis réhabilité en 1623, un an après sa mort (Histoire du gouvernement de Venise, Lyon, P. Bruyset-Ponthus, 1768 [1676], t. I, p. 246-247).
75.Sur la distinction entre ordinaire et extraordinaire, voir Paix 1, § 333.
76.Courses : expéditions maritimes hostiles menées par des particuliers (corsaires) avec des navires de commerce armés, et autorisées par un belligérant contre les navires de commerce d’une puissance ennemie : voir TLF, art. « Course ».
77.Substantif non attesté dans les dictionnaires contemporains, utilisé par Agrippa d’Aubigné dans son Histoire Universelle (Paris, Renouard, 1897, t. IX, 1594-1602, liv. XIV, chap. 28, p. 267), il est formé sur le verbe fourrager, désignant l’action des troupes qui ravagent la campagne pour approvisionner leurs chevaux.
78.Convois : navires de guerre qu’on donne pour escorte à des navires marchands (Furetière, 1690, art. « Convoi »).
79.Réforme : réduction des troupes par l’autorité de l’État qui les licencie : voir Académie, 1740, art. « Réforme ». La recrudescence des vols sur les grands chemins en France due à la réforme des troupes consécutive à la paix est constatée au moment où l’abbé de Saint-Pierre rédige ce troisième volume : voir Lise Andriès, « Les faits divers en 1713 », in Paris 1713 : l’année des Illustres Françaises, G. Artigas-Menant et C. Dornier (dir.), Paris/Louvain, Bristol/Peeters, 2016, p. 43.
80.Sous le mandat de Pietro Gradenigo, doge de Venise en 1298, la charge des membres du Grand Conseil devint héréditaire, ce qui provoqua en 1310 la conspiration de Bajamonte Tiepolo (« Tiépole »), fédérant les opposants au changement. Le complot fut déjoué et réprimé ; il entraîna la création du Conseil des Dix.
81.Il s’agit des territoires sous la domination de Venise, comme la Morée, des escales en Crète, Corfou, disputées par les Ottomans à partir de 1714 au moment où l’abbé de Saint-Pierre écrit.
82.En 1684 Venise avait rejoint la Sainte-Ligue, ligue formée par le Saint-Empire et la République des Deux Nations (Pologne et Lituanie), pour s’opposer à l’expansion des Ottomans en Europe.
83.Chypre est prise par les Turcs en 1570 ; en 1699, Candie (auj. Héraklion), défendue avec l’aide de la France, se rend aux Turcs.
84.Il s’agit de Philippe Canaye de Fresnes (1551-1610) ; ses Lettres et ambassade ont été publiées en 1635 (Paris, Étienne Richer).
86.Voir plus haut, § 455.
87.Mine au sens métaphorique d’affaire qui fournit des profits continus et abondants, par référence aux mines de métaux précieux ; voir Furetière, 1690, art. « Mine ».
88.Allusion au traité de Karlowitz signé en 1699 entre la Sainte-Ligue et la puissance turque ; Venise estima que ses intérêts étaient mal défendus par ses alliés mais le Sénat choisit cependant de cesser les hostilités et d’accepter les termes du traité. La Sérénissime obtint la Morée jusqu’à l’isthme de Corinthe, l’île de Sainte-Maure, trois places dalmates et Castelnuovo et Risano ; voir Abbé Laugier, Histoire de la république de Venise, Paris, Vve Duchesne, 1768, t. XII, p. 222-228.
89.Région de la Vénétie méridionale annexée par la Sérénissime en 1395 et qui le restera jusqu’en 1797.
90.Créma (« Crême », ville de la province de Crémone), Brescia (« Bresse ») et Bergame, villes de Lombardie appartenant à l’État de Venise depuis le XVe siècle, avaient été disputées par le duché de Milan, lui-même passé sous domination autrichienne par le traité de Baden (1714) : voir plus haut § 355, note 56.
91.Année commune : « En faisant compensation des mauvaises années avec les bonnes » (Académie, 1718, art. « Année »), c’est-à-dire en moyenne.
92.Sur la diffusion européenne du projet et sa traduction en plusieurs langues, voir Carole Dornier, Paix, L’histoire du texte, § 7.
93.Voir plus haut, § 470.
94.Jonte, junte ou junta : nom donné à certains conseils ou assemblées, en Espagne et au Portugal.
95.En 1715, les Ottomans reconquièrent sur terre et sur mer la Morée perdue en 1684.
96.Dans la république des Provinces-Unies, les stathouders, chefs militaires, étaient chargés de l’armée. La maison d’Orange-Nassau avait tenté d’établir son monopole sur cette fonction. Grand-pensionnaires et stathouders s’opposèrent avec des éclipses provisoires du stathoudérat qui fut supprimé en 1702 à la mort de Guillaume III, roi d’Angleterre, d’Irlande et d’Écosse, issu de cette maison, premier prince à recevoir le stathoudérat général et héréditaire sur l’ensemble de la république des Provinces-Unies ; voir Paix 1, § 128.
97.La mort de Guillaume III d’Angleterre en 1702 marqua l’interruption du stathoudérat.
98.Belgique s’emploie à l’époque comme adjectif pour désigner le territoire des Pays-Bas espagnols. Après l’indépendance des Provinces-Unies, il constitue une confédération de provinces, chacune gardant ses lois et coutumes propres, élément d’un vaste « Empire » dirigé par le roi d’Espagne. Des États généraux défendent, avec plus ou moins de succès, une relative indépendance locale ; voir Thomas Corneille, Dictionnaire universel, géographique et historique, Paris, Coignard, 1708, t. III, art. « Pays-Bas » ; Henri Pirenne, Histoire de Belgique, Bruxelles, H. Lamartin, 1902, t. V, p. 113-114.
99.Sur cette querelle, voir, dans cette édition (partie Religion), l’introduction de Nicolas Lyon-Caen à Disputes.
100.Sur la diffusion européenne du projet et sa traduction en plusieurs langues, voir Carole Dornier, Paix, L’histoire du texte, § 7.
101.Voir plus haut, § 442 et suiv.
102.Voir plus haut, § 470.
103.Voir Paix 1, § 35 et suiv.
105.Manufacture : « Fabrication de certains ouvrages qui se font à la main » (Académie, 1718, art. « Manufacture ») et par extension les produits de cette fabrication.
106.Voir plus haut, § 425, note 77.
107.Mesure de superficie d’une lieue de côté ; la lieue de France correspond à 4180 m, celle de Paris à 3933 m.
108.En France, la guerre de Succession d’Espagne fit tomber considérablement le produit des fermes générales (impôts indirects : gabelles, aides, domaines, traites et entrées) au point de décourager les fermiers ; en 1709, gabelles, aides, domaines, traites étaient en régie : voir Marcel Marion, Dictionnaire des institutions de la France aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, A. et J. Picard, 1923, art. « Fermes ».
109.Par les traités de barrière signés à Ryswick (1697), à La Haye (1709), à Utrecht (1713), les Provinces-Unies avaient obtenu une série de forteresses où installer des garnisons (la « barrière ») pour se mettre à l’abri des incursions (Lucien Bély, Les Relations internationales en Europe : XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, PUF, 1992, p. 372, 411, 427, 429).
110.Voir plus haut, § 470, note 91.
111.Le projet de paix attribué au roi Henri IV a été développé dans les Mémoires des sages et royales Économies d’État, monument à la gloire de son ministre, Maximilien de Béthune, duc de Sully (Amstelredam [Sully-sur-Loire], [J. Bouquet], s.d. [1638]) ; voir Paix 1, § 183 ; plus haut, § 301 ; plus bas, § 783 et suiv.
112.Trafiquer : « Faire le commerce, le négoce, le trafic » (Furetière, 1690, art. « Trafiquer »).
113.Il s’agit de la puissante VOC (Vereenigde Oostindische Compagnie [Compagnie unie des Indes Orientales]), compagnie unique monopolistique créée en 1602 par les États de Hollande et les États généraux. Elle fonda en 1619 en Indonésie, d’où provenaient le poivre et les épices, le port de Batavia sur l’île de Java, où siégea ensuite son administration centrale ; voir Roelof van Gelder, « Les Messieurs XVII », in Amsterdam XVIIe siècle, Henry Méchoulan (dir.), Paris, Autrement, 1993, p. 88-89.
114.Comprendre : n’auront plus d’occasion, de motif.
115.Voir plus haut, § 3, note 2.
116.Dominé par l’Espagne à partir de 1580, le Portugal subit, dans ses intérêts coloniaux et commerciaux, les effets des guerres de cette puissance contre les Provinces-Unies. Avec l’aide de la France, la révolution de 1640 place Jean IV, duc de Bragance, sur le trône et l’Espagne, à la suite d’un long conflit, reconnaît l’indépendance du Portugal en 1668. L’épisode a été relaté par l’abbé Vertot, ami de Castel de Saint-Pierre, dans l'Histoire de la conjuration de Portugal (Paris, Vve Martin, J. Boudot et E. Martin, 1689).
117.Pendant la guerre de Succession d’Espagne, le Portugal, d’abord favorable à la France et à Philippe V d’Espagne, rejoint en 1703 la Grande Alliance (Angleterre, Provinces-Unies, Saint-Empire). La même année, par le traité de Methuen, le pays, qui avait interdit l’entrée des étoffes de laine étrangères, autorisa celles de Grande-Bretagne et obtint en contrepartie l’exportation de ses vins vers ce nouveau partenaire, ce qui mit fin à la position commerciale dominante de la France au Portugal.
118.L’arrivée de l’or découvert au Brésil à la fin du XVIIe siècle dans l’actuel État de Minas Geraes est connue en Europe à partir de 1699 par l’intermédiaire des gazettes hollandaises : voir Michel Morineau, Incroyables gazettes et fabuleux métaux […], Paris/Cambridge, Les Éditions de la MSH/Cambridge University Press, 1985, p. 121 et suiv.
119.Goa était la capitale de l’Empire portugais des Indes depuis 1510, ouvrant vers le sud-est asiatique producteur d’épices. En fermant le port de Lisbonne aux Hollandais qui y achetaient leurs épices, Philippe II d’Espagne les poussa à aller eux-mêmes s’approvisionner en Asie ; les entreprises bataves entraînèrent le déclin du commerce du Portugal sur le continent ; voir Savary des Bruslons, « Commerce de la coste des Indes et de Malabar », Dictionnaire universel de commerce, Amsterdam, Chez les Janssons à Waesberge, 1726, t. I, p. 1137 et suiv. ; Valérie Bérinstain, « Les Portugais en Inde et à Goa », en ligne.
121.Par le traité de Lisbonne en 1688, l’Espagne reconnaissait l’indépendance du Portugal. Ce traité fut renouvelé par les deux belligérants de la guerre de succession d’Espagne à Utrecht le 6 février 1715.
122.Au moment où écrit l’abbé de Saint-Pierre, Gênes est une république oligarchique dirigée par les nobles qui élisent un doge ; la république de Lucques est une commune indépendante qui a acquis l’immédiateté impériale (immédiats : princes-électeurs, princes et villes libres, qui ne relèvent que de l’Empereur lui-même : voir Paix 2, § 24, note 6) ; la république de Raguse (auj. Dubrovnik), indépendante, était tributaire de l’Empire ottoman.
123.Voir plus haut, § 425.
124.Victor-Amédée II de Savoie (1666-1732) est devenu roi de Sicile par les traités d’Utrecht en 1713.
125.Au moment où écrit l’abbé de Saint-Pierre, Parme et Modène sont des duchés gouvernés l’un par François Farnèse, l’autre par Rinaldo d’Este ; le grand-duché de Toscane est dirigé par Cosme III de Médicis.
126.La diplomatie pontificale avait conduit à la formation de la Sainte-Ligue ; voir plus haut, § 453, note 82.
127.Initialement prévue pour « tous les États de la terre » (Paix 1, § 30), l’Union projetée ne concerne plus que les États chrétiens.
128.Voir plus bas, § 901 et suiv.
129.Clément XI, pape de 1700 à 1721, prit d’abord parti pour Philippe V et la France, ce qui lui attira l’hostilité autrichienne. En 1706 Joseph Ier déclara unilatéralement que Parme, Ferrare et Comacchio étaient impériaux et non pontificaux et y installa des troupes. L’armée autrichienne en 1708 traversa les États du pape et perçut des contributions. La restitution aux États du pape de Commachio, qui aura lieu en 1721, n’était pas réglée au moment où Saint-Pierre écrit (Ludwig von Pastor, The History of Popes from the close of the Middle Ages, London, 1957, t. XXII, p. 662-669 ; t. XXIII, p. 21, 271-275).
130.Léopold Ier (1679-1729) fut duc de Lorraine et de Bar de 1697 à 1729. Par le traité de Ryswick (1697), la France restitua à ces territoires leur souveraineté mais le duc était dans une position de vassal de la France. En 1702, au début de la guerre de Succession d’Espagne, Louis XIV fit de nouveau occuper les duchés et la ville de Nancy. Le duc se retira à Lunéville. Avec l’avènement du régent, au moment où Saint-Pierre écrit, les relations se détendent : voir plus bas, § 602-607.
131.La duchesse de Lorraine était sœur du régent, Philippe d’Orléans, et fille de la Palatine, dont l’abbé avait été l’aumônier. Par sa mère, Éléonore d’Autriche, sœur de Léopold Ier d’Autriche, le duc Léopold Ier de Lorraine était cousin germain de l’empereur Charles VI.
132.Voir plus haut, § 590.
134.Voir plus haut, § 373, note 66.
135.Marie-Amélie d’Autriche était la fille de Joseph Ier, empereur d’Autriche décédé en 1711, auquel succéda son frère, Charles VI. Elle épousera en 1722 Charles Albert de Bavière (1697-1745), fils de Maximilien-Emmanuel de Bavière, le futur Charles VII.
136.Par le traité de Baden (7 septembre 1714) Maximilien II Emmanuel retrouva ses États, négociés contre la cession d’une partie de Pays-Bas par l’Espagne.
137.Sur la diffusion européenne du projet et sa traduction en plusieurs langues, voir Carole Dornier, Projet de paix, L’histoire du texte, § 7.
138.Par le traité de Rastatt (6 mars 1714) l’Alsace, disputée par les Impériaux, reste à la France qui cède la Franche-Comté, Kehl, Vieux Brisach et Fribourg.
139.Le sac du Palatinat (1688-1689) par les armées de Louis XIV dressa les princes Électeurs contre la France.
140.Voir plus haut, § 425, note 77.
141.Voir plus haut, § 3, note 2.
142.Parmi les princes ecclésiastiques d’Empire, seuls trois font partie des neuf électeurs qui ont le droit d’élire l’empereur : les archevêques de Mayence, de Trèves et de Cologne.
143.Frédéric III, margrave de Brandebourg, en échange de son soutien à l’empereur Léopold Ier contre la France, s’était fait reconnaître « roi en Prusse » en 1701 : voir Paix 2, § 580, note 57. Son fils Frédéric-Guillaume Ier de Prusse (1688–1740) règne à partir de 1713, premier roi de Prusse.
144.Frédéric IV de Danemark (1671-1730) régnait depuis 1699.
145.Durant la seconde guerre du Nord (1700-1721), Frédéric IV était allié à la Russie et à la Pologne contre la Suède dans l’espoir de récupérer la Scanie. Charles XII vainquit les Danois à qui il imposa la paix de Traventhal du 8 août 1700, avant sa défaite à Poltava (1709) qui conduisit le roi de Danemark à reprendre la guerre. Après quelques victoires, les Suédois durent capituler à l’issue du siège de Tönning (13 mai 1713). Charles XII de Suède gagna alors Stralsund pour mener la défense contre la coalition du Danemark-Norvège, de la Russie et de l’électorat de Saxe. Le siège avait commencé le 12 juillet 1715 ; le Danemark espérait obtenir le nord de la Poméranie suédoise avec Stralsund.
146.Le duché de Courlande (ou Curlande, région de la Livonie, Lettonie actuelle), considéré comme le plus considérable d’Allemagne, était partiellement indépendant, bien que son duc reçût son investiture des rois de Pologne. Dantzig avait son siège à la Diète de Pologne, monarchie qui lui laissa de nombreux privilèges, et ses habitants étaient membres de l’Empire. Les autres villes mentionnées étaient des villes d’Empire (Reichsstadt) ne relevant que de l’Empereur lui-même, disposant d’un important degré d’autonomie et formant un ensemble très hétérogène ; voir l’article « Reichsstadt » dans : « Les mots du Saint-Empire » – un glossaire, F. Bretschneider et C. Duhamelle (dir.), http://saintempire.hypotheses.org/publications/glossaire/reichsstadt ; Thomas Corneille, Dictionnaire universel, géographique et historique, Paris, Coignard, 1708 (articles correspondant aux noms de ces villes).
147.Voir Paix 2, § 533 et suiv.
148.Auguste II était soutenu par le czar Pierre Ier et par Frédéric IV de Danemark tandis que Charles XII de Suède avait fait monter provisoirement sur le trône de Pologne Stanislas Ier Leszczyński (1704-1709). Rétabli par le czar à la suite de la défaite suédoise de Poltava, Auguste II régnera jusqu’en 1733.
149.Le fils d’Auguste II, Frédéric-Auguste II de Saxe (1696-1763) deviendra en 1733, roi de Pologne, sous le nom d’Auguste III.
150.Voir plus haut, § 368, note 63.
153.Cet apophtegme du roi Théopompe provient de Plutarque (Vie de Lycurgue, VII, 2).
154.Traduit de l’anglais committee, attesté par Furetière (1690), le comité est une « assemblée de commissaires du Parlement d’Angleterre […] choisis par l’une des deux chambres de chacun de ces parlements, pour examiner et rédiger par écrit des propositions à faire au Parlement, soit pour l’administration de la justice, de la police ou des finances, soit pour faire les impositions extraordinaires qui sont jugées nécessaires pour les intérêts de l’État » (Thomas Corneille, Le Dictionnaire des arts et des sciences, Paris, J.-B. Coignard, 1694).
155.Le terme bill est attesté tardivement (Académie, 1762, art. « Bill ») et défini comme « projet d’acte du Parlement d’Angleterre ».
156.À clair : « nettement, sans obscurité » (Furetière, 1690, art. « Clair »).
157.Liste civile : « Revenu propre du roi, et qui lui est octroyé à son avènement à la Couronne pour toute la durée de son règne » (Mémoire sur l’administration des finances de l’Angleterre […] attribué à M. Grenville, Londres, 1768, t. I, p. 52).
158.Voir plus haut, § 368, note 63.
159.Voir plus haut, § 470, note 91.
160.Voir plus bas, § 802.
161.Voir plus bas, § 803.
162.Adresse, au sens de requête, mémoire, placet ; voir Furetière, 1690, art. « Adresse ».
163.Résoudre : « Conclure après avoir délibéré » (Furetière, 1690, art. « Résoudre »).
164.John Erskine, comte de Mar, à la fin d’août 1715, appelle au soulèvement contre Georges Ier ; le 6 septembre il proclame à Braemar Jacques Stuart roi d’Écosse, d’Angleterre et d’Irlande et déclenche ainsi la première rébellion jacobite dite du « Quinze ».
165.Le dernier représentant de la branche des Habsbourg d’Autriche, Charles VI, élu empereur en 1711 après la mort de son frère Joseph Ierqui ne laisse pas de descendance, édicte dès 1713 une Pragmatique Sanction pour assurer à sa fille la succession de ses États.
166.Voir plus haut, § 3.
167.L’un portant l’autre : « Faisant compensation de ce qui est moindre avec ce qui est meilleur » (Académie, 1694, art. « Porter »).
168.Cette réflexion sur la grandeur sera reprise et poursuivie dans le « Discours sur la véritable grandeur et sur la différence entre le grand homme et l’homme illustre », publié en janvier 1726 dans les Mémoires pour l’histoire des Sciences et des beaux-arts (Mémoires de Trévoux, p. 146-179) ; dans « Un discours sur la grandeur & la sainteté des hommes » (Ouvrages sur divers sujets, Paris, Briasson, 1728, t. I, p. 269-317).
169.Par le traité de Baden (1714), Charles VI conserva le titre de roi d’Espagne et la succession espagnole, bien que Philippe V demeurât sur le trône d’Espagne.
170.En 1699, Candie (auj. Héraklion), possession vénitienne défendue avec l’aide de la France, se rendit aux Turcs : voir plus haut, § 455, § 461, § 469, § 471.
171.Élisabeth Christine de Brunswick-Wolfenbüttel (1691-1750), impératrice du Saint-Empire, donna naissance le 13 avril 1716 à un fils qui ne survécut pas ; voir Journal du marquis de Dangeau (1715-1716), Paris, Firmin-Didot, 1859, t. XVI, p. 367.
172.Voir plus haut, § 237 et suiv.
174.Les streltsy qui formaient la garde du czar et jouissaient de privilèges tentèrent de renverser Pierre Ier en 1698. L’enquête et les exécutions se prolongèrent jusqu’en 1707 ; voir Alexander Moutchnik, « Der Strelitzen-Aufstand von 1698 », in Volksaufstände in Russland, Heinz-Dietrich Löwe (éd.), Wiesbaden, Harrassowitz Verlag, 2006.
175.Lors de la « Grande Ambassade » (1697-1698), Pierre le Grand se rend à Amsterdam, La Haye, Londres, Oxford, observant les savoir-faire et les techniques de l’Europe occidentale.
176.Les vice-rois étaient les représentants du roi d’Espagne en Amérique, l’un à Mexico (royaume de Nouvelle-Espagne), l’autre à Lima (royaume du Pérou).
177.L’Amérique espagnole connut des révoltes menées par les Indiens et les créoles : voir Serge Bianchi, « Chapitre III. Les Amériques ibériques », in Des révoltes aux révolutions : Europe, Russie, Amérique (1770-1802). Essai d’interprétation, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2004, p. 63-71, [en ligne], DOI : 10.4000/books.pur.28048.
178.Le monopole des échanges transatlantiques fut institué par l’Espagne dès les débuts de la conquête de l’Amérique, par l’intermédiaire de la Casa de contratación, chambre de commerce de Séville, créée en 1503, déplacée en 1717 à Cadix, qui filtrait l’émigration. Un nombre réduit de ports du Nouveau Monde était autorisé à servir de relais à ces échanges ; le commerce avec les « Indes » occidentales ne pouvait donc légalement être fait que par les Espagnols mais les Hollandais, Français et Anglais utilisaient des prête-noms (Savary des Bruslons, Dictionnaire universel de commerce, [Amsterdam], Chez les Janssons à Waesberg, 1726-1732, t. I, p. 915-916, art. « Commerce d’Espagne »). Voir Antonio García-Baquero González, La Carrera de Indias, histoire du commerce hispano-américain (XVIe-XVIIIe siècles), B. Bennassar (trad.), Paris, Desjonquères, 1997 [1992], p. 13-38.
179.Néologisme. Comprendre : de façon privilégiée.
180.Le personnage de Charles XII, roi de Suède, a alimenté une importante littérature dans la première moitié du XVIIIe siècle : voir l’introduction à l’Histoire de Charles XII de Voltaire (Œuvres complètes, G. von Proschwitz (éd.), Oxford, Voltaire Foundation, 1996, t. IV, p. 5-6 et 11-19), avant même l’ouvrage que ce dernier lui consacre (1731). En 1715 Daniel Defoe avait publié anonymement The History of the Wars of his Late Majesty Charles XII […] by a Scots Gentleman in the Swedish Service (Londres, A. Bell, 1715) ; l’abbé de Saint-Pierre publiera sur le tard des Réflexions morales et politiques sur la vie de Charles XII, roi de Suède (Ouvrages politiques, 1734, t. IX, p. 297-377).
181.Louis de France (1682–1712), duc de Bourgogne, fils de Louis de France, le grand dauphin et de Marie-Anne de Bavière, petit-fils de Louis XIV ; voir Gouvernement, § 559.
182.Voir plus haut, § 693.
183.Charron (De la Sagesse, I, 39, 11), cité par Pufendorf, dénonçait déjà l’estime du vulgaire pour les prouesses inutiles, comme « celui qui se glorifiait de savoir de loin jeter et passer les grains de mil par le trou d’une aiguille » (Pufendorf, Le Droit de la nature et des gens, Amsterdam, H. Schelte, 1706, t. II, V, 1, p. 5). Les critères de jugement social (estime, considération, réputation) et la notion de grandeur, par suite de la destitution de la conquête et de la conception traditionnelle de l’héroïsme, sont en débat pendant le XVIIIe siècle : voir Jean-Claude Bonnet, Naissance du panthéon. Essai sur le culte des grands hommes, Paris, Fayard, 1998.
184.Les aventures d’Henry Morgan (1637-1688), flibustier gallois missionné par le gouverneur de la Jamaïque contre les Espagnols et coupable de nombreuses exactions dans les Caraïbes, étaient connues par l’ouvrage d’Alexandre Olivier Œxmelin (Histoire des aventuriers qui se sont signalés dans les Indes, Paris, J. Le Febvre, 1688, t. II).
185.Formant des communautés autonomes cosmopolites apparues à Saint-Domingue, constituées d’hommes obligés à la marginalité (déserteurs, esclaves fugitifs…), les boucaniers vivaient de la chasse du bœuf et du cochon sauvages, dont ils fumaient la viande et vendaient les peaux. Accueillants aux flibustiers, au point de se confondre avec eux, ils participaient à l’occasion à leurs expéditions, comme celles de Henry Morgan ; voir Mikhaïl W. Ramseier, La Voile noire : aventuriers des Caraïbes et de l’océan Indien, Lausanne, Favre, 2006.
186.À Narva, en Estonie, Charles XII remporte une victoire totale sur les armées de Pierre le Grand, le 30 novembre 1700.
187.L’ouvrage d’Œxmelin a contribué à forger l’image d’un Morgan cruel et sans scrupules ; voir David Cordingly, Under the Black Flag : The Romance and Reality of Life Among the Pirates, New York, Random House, 2006 [1re éd. 1996], p. 52-53.
188.Alexandre prit la tête des Grecs dans l’expédition contre les Perses et vainquit Darius III au passage du Granique (334 av. J.-C.). Il assiégea Tyr pendant sept mois (332 av. J.-C.). Darius proposa alors à Alexandre de lui céder le territoire en deçà de l’Euphrate, de racheter les prisonniers perses et de lui donner une de ses filles en mariage, ce que le Macédonien refusât ; sur ces épisodes, voir Plutarque, Vie d’Alexandre (XXIV-XXV ; XXIX, 7). Le roi de Macédoine affronte Pôros, roi du Paurava, pays sur la rive gauche de l’Hydaspe en Inde, en 326 av. J.-C. (Plutarque, Vie d’Alexandre, LX) ; en 329 av. J.-C., selon Quinte-Curce, c’est malgré les avis de son entourage et les offres de paix d’un député, qu’Alexandre décida de mener l’offensive contre les Scythes (Histoire d’Alexandre le Grand, VII, 7-8).
189.La bataille de Pharsale eut lieu le 28 juin 48 av. J.-C. César concentre ensuite de plus en plus de pouvoir jusqu’à la dictature perpétuelle en 44 av. J.-C.
190.Sur le caractère odieux des honneurs que César se fit rendre après ses victoires sur Pompée et ses fils, voir Plutarque, Vie de César, LVI-LX.
191.L’abbé de Saint-Pierre fera paraître en 1725 un Mémoire pour diminuer le nombre de procès (Paris, Cavelier fils, 1725) ; voir Paix 1, § 299.
192.Voir plus haut, § 633.
193.En 1715, Charles XII était en guerre avec la plus grande partie de l’Europe du Nord, la Russie, le Hanovre, le Danemark-Norvège, la Pologne-Lituanie, le Brandebourg-Prusse.
194.Cf. plus haut, § 722.
195.Louis de France (1682 – 1712), duc de Bourgogne, était le fils de Louis de France, le Grand Dauphin, et de Marie-Anne de Bavière, le petit-fils de Louis XIV et le père de Louis XV. Les Tables de Chaulnes rédigées en 1711 par son précepteur, Fénélon, et le duc de Chevreuse formulaient le projet de réforme de l’État que le dauphin aurait pu mettre en œuvre. L’abbé de Saint-Pierre se réclamera fréquemment des intentions du duc de Bourgogne pour justifier ses projets : voir Gouvernement, § 559.
196.Dans le cadre des négociations d’Utrecht, le 5 novembre 1712, Philippe V d’Espagne renonça à ses droits sur la couronne de France.
197.Titre donné aux héritiers du trône d’Espagne. En 1715, il s’agit de Louis de Bourbon, fils aîné de Philippe V.
198.Notes, abrégé ou sélection de citations, tirés de la lecture d’un ouvrage ; l’abbé de Saint-Pierre fera paraître en 1740 une Lettre sur la méthode des extraits (OPM, t. XIV, p. 12-31).
199.Pratiquer : « En termes d’architecture, se dit pour ménager la place, avoir l’adresse de trouver de petites commodités dans un bâtiment. On a pratiqué un petit escalier dans l’épaisseur du mur » (Académie, 1694, art. « Pratiquer »).
200.Henri IV. Sur David et Salomon, voir Paix 1, § 345.
202.La démission, en 1708, de Chamillart (1654-1721), contrôleur général des Finances, dont la santé s’était altérée par suite de surmenage, illustre cette remarque (Emmanuel Pénicaut, Faveur et pouvoir au tournant du grand siècle : Michel Chamillart, ministre […], Paris, École nationale des Chartes (Mémoires et documents de l'École des Chartes : 76), 2004, p. 141-144).
203.Sur la diffusion européenne du projet et sa traduction en plusieurs langues, voir Carole Dornier, Paix, L’histoire du texte.
204.Cf. plus haut, § 731.
205.Cf. plus haut, § 502.
206.Les deux premiers volumes du Projet de paix (Utrecht, Antoine Schouten, 1713) renvoyaient à une édition en deux volumes in-folio des Mémoires ou économies royales d’État domestiques, politiques et militaires de Henri le Grand de Maximilien de Béthune, duc de Sully : l’édition de 1640, donnant seulement la première partie des mémoires, dite édition aux trois V verts ou « de 1638 », avait été imprimée clandestinement dans le château de Sully, (Amstelredam [Au Château de Sully], Alethinosgraphe de Clearetimelee et Graphexechon de Pistariste, s.d., BNF FOL-LB35-56, 1 et 2), contrefaite à Rouen en 1649, à Amsterdam en 1654. C’est l’une de ces éditions qu’utilisait l’abbé en 1711-1712, au moment de la rédaction de la quatrième version de son Projet (voir Paix 1, § 183, note de l’auteur [*]). La seconde partie des Mémoires de Sully ne fut donnée au public qu’en 1662 par les soins de Jean Le Laboureur et parut à Paris, chez Augustin Courbé, comportant deux autres volumes : ce sont les tomes 3 et 4 de cette édition que Saint-Pierre utilise ici. Sur la présentation du « Grand Dessein » dans l’Histoire du roy Henry le Grand de Péréfixe, voir Paix 1, § 13.
207.Au long : en entier.
208.Dans ce paragraphe tiré de la page 39 de l’édition de 1662 (t. III), les rédacteurs, énonciateurs, introduisent la Lettre de Sully au roi, tandis que le paragraphe suivant (§ 782) est un passage librement cité et attribué à Sully (p. 41).
209.Science infuse, sagesse infuse : « Qui se disent de la science et de la sagesse qu’il a plu à Dieu de verser dans l’âme de quelques personnes » (Académie, 1718, art. « Infus »).
210.L’abbé de Saint-Pierre ne cite pas in extenso, mais résume ; voir p. 45 de l’édition Courbé (1662, t. III).
211.Le terme, non attesté, provient de l’original.
212.Citation in extenso, ; voir p. 46 de l’édition Courbé (1662, t. III).
213.Saint-Pierre modifie l’original : « ordonnances pour les rangs, autorités et préséances à tenir, distribution de terres, pays et seigneuries à faire, et conquêtes à départir ; toutes lesquelles… » (Mémoires ou économies royales d’État…, t. III, p. 48).
214.Sans signaler les coupures qu’il effectue, Saint-Pierre reprend les termes de l’original ; voir p. 168-169 de l’édition Courbé (1662, t. III).
215.Saint-Pierre supprime la fin du paragraphe original et la référence au roi guerrier, qui ne cadre pas avec sa démonstration : « … heureux et politique prince et du plus grand guerrier qui soit en l’univers. » (Mémoires ou économies royales d’État…, t. III, p. 171).
216.Original : « en suite de ce discours des affaires… »
217.Les discours touchant la succession de Clèves, attribués à Sully et à Bongars, (Mémoires ou économies royales d’État…, t. III, p. 362-371) précèdent ce paragraphe. La succession de Clèves et Juliers, pays voisins des Pays-Bas, était objet de litige entre l’Autriche et les alliés d’Henri IV, l’Électeur de Brandebourg et le prince palatin de Neubourg. Henri IV, prêt à mener ses troupes en faveur de ses alliés pour consolider son projet de confédération, est assassiné en 1610.
218.Ce paragraphe ne figure pas à la page 382, qui évoque la mort de la reine en 1603. L’abbé de Saint-Pierre paraphrase ce qui suit pour faire du roi Jacques Ier un partisan de la confédération européenne projetée par Henri IV et Élisabeth I, là où Sully déplorait qu’il en acceptât l’idée pour temporiser et éluder une alliance contre la maison d’Autriche (Mémoires ou économies royales d’État…, t. III, p. 383-384).
219.Voir Mémoires ou économies royales d’État…, t. III, p. 384.
220.« Heureux les pacifiques » (nous traduisons) : voir Clarendon, Histoire de la rébellion et des guerres civiles d’Angleterre, depuis 1641 jusqu’au rétablissement du roi Charles II, La Haye, L. et H. Van Dole, 1704, t. II, p. 617.
221.Mémoires ou économies royales d’État…, t. III, p. 384.
222.Mémoires ou économies royales d’État…, t. III, p. 385.
223.Il s’agit des envoyés d’Henri IV à ses alliés allemands pour avancer ses propositions d’union, mentionnés p. 393 de l’édition citée : Jean de Thumery de Boissise (1598-1602), Jacques Bongars (1554-1612), Baugy, Philippe Canaye de Fresnes (1551-1610 ; voir plus haut, § 460), Guillaume Ancel, agent du roi et résident auprès de l’Empereur Rodolphe II.
224.Mémoires ou économies royales d’État…, t. III, p. 397.
225.Mémoires ou économies royales d’État…, t. III, p. 399.
226.Mémoires ou économies royales d’État…, t. III, p. 399.
227.Mémoires ou économies royales d’État…, t. III, p. 399.
228.Mémoires ou économies royales d’État…, t. III, p. 400.
229.Citation de Mémoires ou économies royales d’État…, t. III, p. 400. Sur Boissise et les députés de Henri IV en Allemagne, voir plus haut, § 810, note 223.
230.Paraphrase de l’abbé de Saint-Pierre. On lit en effet à la page indiquée : « … Les rois de France, Angleterre, Danemark, Suède et Lombardie […] s’étaient rendus frères d’armes et de desseins sur ce sujet » (Mémoires ou économies royales d’État…, t. III, p. 407).
231.Entretenement : « Dépense qu’on fait pour les choses nécessaires à la vie » (Furetière, 1690, art. « Entretenement »).
232.Citation de Mémoires ou économies royales d’État…, t. III, p. 407.
233.Citation de Mémoires ou économies royales d’État…, t. III, p. 409.
234.Citation de Mémoires ou économies royales d’État…, t. III, p. 410.
235.L’abbé de Saint-Pierre interprète le texte-source pour le faire cadrer avec son Projet. En réalité les Mémoires énumèrent les obstacles, en particulier religieux, à l’intégration du « Knès scythien » (le czar) et concluent : « Nous avons cru qu’il ne fallait pas presser ce grand prince d’entendre aux ordres et règlements absolus ci-dessus spécifiés, jusqu’à ce qu’ils [ses peuples] en fissent pour leur commodité eux-mêmes les ouvertures et témoignages de se vouloir associer à cette confédération (Mémoires ou économies royales d’État…, t. III, p. 419).
236.Interprétation assez libre des Mémoires ou économies royales d’État… (t. III, p. 457-458) : le prince de Galles, Henri Frédéric Stuart (1594-1612), y assure le roi de son soutien contre l’Espagne mais ne mentionne pas la lutte contre les Turcs.
237.Ce paragraphe et ceux qui suivent paraphrasent le contenu de la page 458 des Mémoires ou économies royales d’État… (t. III).
238.La Lusatie ou Lusace était une province d’Allemagne intégrée au royaume de Bohême, et donc depuis 1526 à la Maison d’Autriche qui comprenait aussi depuis cette date la Hongrie ; voir Thomas Corneille, Dictionnaire universel, géographique et historique, Paris, Coignard, 1708, t. II, art. « Lusace ».
239.Cet ultimatum toutefois ne concernait pas le pape (Mémoires ou économies royales d’État…, t. III, p. 460).
240.Paraphrase des Mémoires ou économies royales d’État… (t. IV, p. 58), qui parlent des États qui composent « la chrétienté d’Europe ».
241.Cette liste correspond à celle des États concernés par une alliance contre l’Autriche dans l’affaire de Clèves et Juliers et par le projet de confédération en faveur de la paix (Mémoires ou économies royales d’État…, t. III, p. 459 ; t. IV, p. 60, 62).
242.Marquis : adaptation française du titre de margrave.
243.Le marquisat, ou margraviat, de Burgau, ville d’Allemagne située sur le Mindel, appartenait à la Souabe autrichienne, rattachée au Cercle impérial d’Autriche.
244.La succession de Clèves et Juliers, pays voisins des Pays-Bas, était objet de litige entre l’Autriche et les alliés de Henri IV, l’Électeur de Brandebourg et le prince palatin de Neubourg. En 1610, avant son assassinat, Henri IV était prêt à mener ses troupes en faveur de ses alliés pour consolider son projet de confédération.
245.Le marquisat ou margraviat de Dourlac, ou Bas Marquisat, ou de Baden-Dourlach, issu de la division du margraviat de Baden (1527), était un petit État du cercle de Souabe en Allemagne ; voir Thomas Corneille, Dictionnaire universel, géographique et historique, Paris, Coignard, 1708, t. I, art. « Dourlac ».
246.Voir plus haut, § 798 et § 843.
247.Mémoires ou économies royales d’État…, t. IV, p. 68.
248.Paraphrase de l’original : « … de ne désirer faire aucune conquête, de renoncer à toutes ses prétentions les plus légitimes sur les États voisins, et de ne s’arroger puissance ni autorité sur ses associés, que selon la pluralité… » (Mémoires ou économies royales d’État…, t. IV, p. 79).
249.Mémoires ou économies royales d’État…, t. IV, p. 80.
250.Mémoires ou économies royales d’État…, t. IV, p. 80-81.
251.Le surnom de Juste, attribué à Louis XIII, participa à la propagande royale : voir Hélène Duccini, Faire voir, faire croire : l’opinion publique sous Louis XIII, Paris, Champ Vallon, 2003, p. 351-352.
252.L’original parle de « … l’établissement de cette république monarchique très chrétienne… » (Mémoires ou économies royales d’État…, t. IV, p. 84).
253.Mémoires ou économies royales d’État…, t. IV, p. 91.
254.Mémoires ou économies royales d’État…, t. IV, p. 101.
255.Lettres et ambassade de Messire Philippe de Canaye, seigneur de Fresne, Paris, Étienne Richer, 1636, t. III, p. 570.
256.Antonio Priuli (1548-1623), ambassadeur de Venise auprès du roi de France.
257.Sur la diffusion européenne du projet et sa traduction en plusieurs langues, voir Carole Dornier, Paix, L’histoire du texte.
258.Lettres et ambassade de Messire Philippe de Canaye, seigneur de Fresne, Paris, Étienne Richer, 1636, t. III, p. 583.
259.Voir plus haut, § 810.
260.Voir plus haut, § 599.
261.Bourse : « est aussi dans le Levant une manière de compter. Le Grand Seigneur a tant de bourses de revenu. […] Ces bourses sont de cinq cents écus » (Furetière, 1690, art. « Bourse »).
262.Le bacha représentait à Alger, à Tunis et à Tripoli le Grand Seigneur mais ces villes et leurs régions disposaient d’une autonomie de fait selon la documentation de l’époque ; à Alger le pouvoir était entre les mains des officiers de la Milice ; voir Thomas Corneille, Dictionnaire universel, géographique et historique, Paris, Coignard, 1708 (articles correspondant aux noms de ces villes).
263.Réflexion qui reprend les arguments de l’incipit de la Digression sur les Anciens et les Modernes [1688] de Fontenelle ; les espèces n’étaient pas plus grandes autrefois qu’aujourd’hui mais les esprits s’augmentent et se perfectionnent dans des conditions favorables (Fontenelle, Œuvres, Paris, M. Brunet, 1742, t. IV, p. 170).
264.Voir plus haut, § 99, note 20.
265.Rentrent dans ce cadre le fait de battre la chamade, de hisser un drapeau blanc… : voir Grotius, Le Droit de la guerre et de la paix, [Amsterdam], P. de Coup, 1724 [1re éd. en latin 1625], t. II, III, 24, 1, p. 995 et suiv.
266.À partir du XVIe siècle, les souverains concluent entre eux des cartels d’échange pour la rançon des prisonniers : voir André Corvisier, art. « Prisonniers de guerre », in Dictionnaire de l’Ancien Régime, L. Bély (dir.), Paris, PUF, 1996.
267.Il s’agit des conventions dont l’objet est de faire subsister certains rapports entre belligérants : communications, passeports, signaux, commerce, contributions… ; voir Jean-Mathieu Mattéi, Histoire du droit de la guerre (1700-1819), Aix en Provence, Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2006, p. 223 et p. 781.
268.Voir plus haut, § 3, note 2.
269.Voir plus haut, § 4.
270.En 1713, l’abbé de Saint-Pierre vendit sa charge d’aumônier « pour avoir plus de loisir de méditer et de composer et [il] conserva son logement au Palais-Royal. Il allait de temps en temps passer l’été dans une terre de Normandie qui appartenait au comte de Saint-Pierre », son frère, à vingt lieues de Paris, à Crèvecœur, entre Louviers et Pacy-sur-Eure : voir Documentation, Autobiographie, Annales de Castel, § 39.
271.Le 1er septembre 1715.