Pour citer ce texte

PROJET POUR RENDRE LA PAIX PERPÉTUELLE EN EUROPE.
TOME I

Avis du libraire au lecteur [•]

§ 1

Il a paru, il y a un an, un volume in-douze imprimé à Cologne, intitulé : Mémoires pour rendre la paix perpétuelle en Europe1. Il a été lu et recherché des gens d’esprit avec une avidité incroyable, quoique ce ne fût que l’essai de l’ouvrage que voici. L’auteur encouragé par le succès, et éclairé par les critiques, lui a donné sa véritable forme, il y a fait des changements considérables, et l’a augmenté du double2 ; au reste comme ce projet peut devenir un jour très utile et aux souverains et à leurs sujets, j’ai cru faire plaisir au public de lui procurer cet ouvrage qui m’a été remis par une personne de la première qualité, encore plus distinguée par sa vertu que par sa naissance, pleine de zèle pour la chrétienté, et particulièrement pour sa patrie, et qui n’a d’autre but que celui de voir avant sa mort une paix perpétuelle solidement établie entre les puissances de l’Europe. Ce manuscrit lui étant tombé entre les mains, il n’a rien oublié pour se hâter dans la conjoncture présente d’en faire part au public, et me l’ayant remis dans cette vue, j’ai donné tous mes soins pour savoir qui était l’auteur d’un aussi bel ouvrage. J’ai appris, avant la fin de l’impression de ce livre, que l’auteur s’appelle monsieur l’abbé de Saint-Pierre ; il est homme de qualité, le nom de sa maison est Castel3, le feu commandeur de Saint-Pierre, qui avait la commanderie du Piéton, était son frère ; il a encore deux frères vivants, le marquis et le comte ; sa mère était Bellefonds, tante du feu maréchal de Bellefonds et du maréchal duc de Villars ; il est cousin issu de germain du duc de Ventadour, il a plus de cinquante ans ; et il y a près de vingt ans qu’il est de l’Académie française, et premier aumônier de Madame, belle-sœur du roi de France ; on dit que c’est un homme fort laborieux, quoique d’une santé délicate. Je souhaite que le Seigneur bénisse son dessein.

Préface
Idée [•] générale du projet

§ 2

[•]Mon dessein est de proposer des moyens de rendre la paix perpétuelle entre tous les États chrétiens. Qu’on ne me demande point quelle capacité j’ai acquise pour traiter un sujet si élevé et si important. À cela je n’ai rien à répondre ; car quoique depuis plus de vingt-trois ans j’aie fait ce que j’ai pu pour m’instruire à fond des matières du gouvernement politique, parce que je suis persuadé que ce sont celles qui méritent le plus l’attention d’un bon citoyen, il se peut bien faire que par mes études je n’aie rien acquis de ce qui serait nécessaire pour être utile à ma patrie. Mais le lecteur, pour bien juger du prix de l’ouvrage, a-t-il besoin d’autre chose que de l’ouvrage même ?

§ 3

Il y a environ quatre ans [•] qu’après avoir achevé la première ébauche d’un règlement utile au commerce intérieur du royaume4, instruit par mes yeux de l’extrême misère où les peuples sont réduits par les grandes impositions, informé par diverses relations particulières des contributions excessives, des fourragements5, des incendies, des violences, des cruautés et des meurtres que souffrent tous les jours les malheureux habitants des frontières des États chrétiens : enfin touché sensiblement de tous les maux que la guerre cause aux souverains d’Europe et à leurs sujets, je pris la résolution de pénétrer jusqu’aux premières sources du mal, et de chercher par mes propres réflexions si ce mal était tellement attaché à la nature des souverainetés et des souverains qu’il fût absolument sans remède, je me mis à [•] creuser la matière pour découvrir s’il était impossible de trouver des moyens praticables pour terminer sans guerre tous leurs différends futurs, et pour rendre ainsi entre eux la paix perpétuelle.

§ 4

J’avais autrefois pensé [•] en divers temps à cette matière comme à la plus utile de celles dont les plus grands esprits puissent s’occuper, mais j’y avais toujours pensé sans succès : les difficultés qui naissaient l’une de l’autre, et du fond même de la nature des hommes, m’avaient toujours rebuté ; il est vrai que je n’y avais pensé que dans des lieux où, quoique j’eusse mes matinées remplies ou de lectures ou de méditations sur des sujets de cette espèce, mon esprit était un peu trop partagé par les devoirs et par les amusements, au lieu qu’étant à la campagne aidé des forces que donnent à l’esprit le calme et le loisir de la solitude, je crus pouvoir, par une méditation opiniâtre et suivie, approfondir un sujet qui jusque-là pouvait bien n’avoir point été approfondi au point qu’il méritait de l’être.

§ 5

[•]Il me parut alors nécessaire de commencer par faire quelques réflexions sur la nécessité où sont les souverains d’Europe, comme les autres hommes, de vivre en paix, unis par quelque société permanente, pour vivre plus heureux, sur la nécessité où ils se trouvent d’avoir des guerres entre eux pour la possession ou pour le partage de quelques biens, et enfin sur les moyens dont ils se sont servis jusqu’à présent, soit pour se dispenser d’entreprendre ces guerres, soit pour n’y pas succomber quand elles ont été entreprises.

§ 6

[•]Je trouvai que tous ces moyens se réduisaient à se faire des promesses mutuelles écrites, ou dans des traités de commerce, de trêve, de paix, où l’on règle les limites du territoire et les autres prétentions réciproques, ou dans des traités de garantie ou de ligue offensive et défensive pour établir, pour maintenir, ou pour rétablir l’équilibre de puissance des maisons dominantes ; système qui jusqu’ici semble être le plus haut degré de prudence auquel les souverains d’Europe et les ministres aient porté leur politique.

§ 7

[•]Je ne fus pas longtemps sans voir que tant que l’on se contenterait de pareils moyens, on n’aurait jamais de sûreté suffisante de l’exécution des traités, ni de moyens suffisants pour terminer équitablement et surtout sans guerre les différends futurs, et que si l’on ne pouvait rien trouver de meilleur, les princes chrétiens ne devaient s’attendre qu’à une guerre presque continuelle, qui ne saurait être interrompue que par quelques traités de paix, ou plutôt par de véritables trêves qu’opèrent nécessairement la presque égalité de forces, la lassitude et l’épuisement des combattants, et qui ne peut jamais être terminée que par la ruine totale du vaincu. [*] Ce sont ces réflexions qui sont le sujet du premier Discours. Je les ai toutes rapportées à deux chefs ou à deux propositions, que je me propose d’y démontrer [•].

§ 8

1o [•] La constitution présente de toute l’Europe ne saurait jamais produire que des guerres presque continuelles, parce qu’elle ne saurait jamais procurer de sûreté suffisante de l’exécution des traités.

§ 9

2o L’équilibre de puissance entre la maison de France et la maison d’Autriche ne saurait procurer de sûreté suffisante ni contre les guerres étrangères, ni contre les guerres civiles, et ne saurait par conséquent procurer de sûreté suffisante soit pour la conservation des États, soit pour la conservation du commerce.

§ 10

[•]Le premier pas nécessaire pour procurer la guérison d’un mal grand, invétéré, et pour lequel seul on n’a jusque-là employé que des remèdes très inefficaces, c’est de tâcher de pénétrer d’un côté toutes les différentes causes du mal, et de l’autre la disproportion de ces remèdes avec le mal même.

§ 11

[•]Je cherchai ensuite si les souverains ne pourraient pas trouver quelque sûreté suffisante de l’exécution des promesses mutuelles en établissant entre eux un Arbitrage perpétuel, je trouvai que si les dix-huit principales souverainetés d’Europe, pour se conserver dans le gouvernement présent, pour éviter la guerre entre elles et pour se procurer tous les avantages d’un commerce perpétuel de nation à nation, voulaient faire un traité d’union et un congrès perpétuel à peu près sur le même modèle, ou des sept souverainetés de Hollande, ou des treize souverainetés des Suisses, ou des souverainetés d’Allemagne, et former l’Union européenne sur ce qu’il y a de bon dans ces unions, et surtout dans l’Union germanique composée de plus de deux cents souverainetés, je trouvai, dis-je, que les plus faibles auraient sûreté suffisante que la grande puissance des plus forts ne pourrait leur nuire, que chacun garderait exactement les promesses réciproques, que le commerce ne serait jamais interrompu et que tous les différends futurs se termineraient sans guerre par la voie des arbitres ; sûreté que l’on ne peut jamais trouver sans cela.

§ 12

[•]Voici les dix-huit principales souverainetés chrétiennes, qui auraient chacune une voix à la Diète générale d’Europe : 1o France ; 2o Espagne ; 3o Angleterre ; 4o Hollande ; 5o Portugal ; 6o Suisses et associés ; 7o Florence et associés ; 8o Gênes et associés ; 9o l’État ecclésiastique ; 10o Venise ; 11o Savoie ; 12o Lorraine ; 13o Danemark ; 14o Courlande avec Dantzig ; 15o l’Empereur et l’Empire ; 16o Pologne ; 17o Suède ; 18o Moscovie. Je ne mets ici l’Empire que pour une souveraineté, parce que ce n’est qu’un corps ; la Hollande n’est mise de même que pour une souveraineté, parce que cette République, quoique composée de sept Républiques souveraines, ne fait qu’un corps ; j’en dis autant de la Suisse.

§ 13

[•]En examinant le gouvernement des souverains d’Allemagne, je ne trouvai pas plus de difficultés à former de nos jours le corps européen qu’on en trouva autrefois à former le corps germanique, à exécuter en plus grand ce qui était déjà exécuté en moins grand ; au contraire je trouvai qu’il y aurait moins d’obstacles et plus de facilités pour former le corps européen ; et ce qui m’aida beaucoup à me persuader que ce projet n’était point une chimère, ce fut l’avis que me donna bientôt après un de mes amis, lorsque je lui montrai la première ébauche de cet ouvrage dans ma province : il me dit que Henri IV avait formé un projet tout semblable pour le fond, je le trouvai effectivement dans les mémoires du duc de Sully son Premier ministre, et dans l’histoire de son règne par M. de Péréfixe6 ; je trouvai même que ce projet avait déjà été agréé et approuvé par un grand nombre de souverains au commencement du siècle passé ; cela me donna occasion d’en tirer quelques conséquences pour montrer que la chose n’était rien moins qu’impraticable ; [*] et voilà en gros le sujet du second Discours.

§ 14

[•]1o Les mêmes motifs et les mêmes moyens, qui ont suffi pour former autrefois une société permanente de toutes les souverainetés d’Allemagne, sont à la portée et au pouvoir des souverains d’aujourd’hui, et peuvent suffire pour former une société permanente de toutes les souverainetés chrétiennes de l’Europe.

§ 15

[•]2o L’approbation que la plupart des souverains de l’Europe donnèrent au projet de société européenne que leur proposa Henri le Grand prouve que l’on peut espérer qu’un pareil projet pourra être approuvé par leurs successeurs.

§ 16

[•]Ces modèles des sociétés permanentes, l’approbation que l’on donna il y a cent ans au projet de Henri le Grand, suffisaient bien pour faire deux grands préjugés en faveur de la possibilité de celui-ci : je savais de quel poids sont les préjugés, et que souvent ils font plus d’impression sur le commun des esprits que les véritables raisons prises du fond même du sujet, et tirées par des conséquences nécessaires des premiers principes ; mais je vis bien qu’ils ne suffiraient jamais pour déterminer entièrement les esprits du premier ordre, que l’on trouverait toujours des différences, des disparités entre la société européenne que je propose et les sociétés que je donne comme des espèces de modèles ; qu’après tout Henri IV avait pu se tromper en croyant possible ce qui était en effet impossible. Ainsi je compris qu’il fallait tout démontrer à la rigueur, et je résolus de travailler à retrouver avec le secours de la méditation ces mêmes motifs qui avaient déterminé les anciens souverains d’Allemagne et ceux du siècle passé à désirer une paix inaltérable, et à trouver des moyens encore meilleurs que les leurs pour former un établissement encore plus important.

§ 17

[•]À l’égard des motifs suffisants, je compris que si l’on pouvait proposer un traité qui pût rendre l’union solide et inaltérable, et qui donnât ainsi à tout le monde une sûreté suffisante de la perpétuité de la paix, les souverains y trouveraient moins d’inconvénients et beaucoup moins grands, un plus grand nombre d’avantages et beaucoup plus grands, que dans le système présent de la guerre, que plusieurs souverains, surtout les moins puissants, commenceraient par le signer, et ensuite le présenteraient à signer à d’autres, et que les plus puissants mêmes, s’ils l’examinaient à fond et de tous côtés, trouveraient facilement qu’ils ne peuvent jamais se déterminer à un parti, ni signer un traité qui leur soit à beaucoup près si avantageux que celui-là.

§ 18

[•]À l’égard des moyens praticables et suffisants, qui consistent aux articles d’un traité d’union, dans lequel on trouvât pour tout le monde une sûreté suffisante de la perpétuité de la paix, je ne négligeai rien pour les inventer, et je crois les avoir trouvés.

§ 19

[•]Or comme d’un côté ceux qui ont lu les premières ébauches du quatrième Discours conviennent qu’un traité qui serait composé de pareils articles formerait cette sûreté suffisante si recherchée par les politiques ; et comme d’un autre la signature de ces articles dépend uniquement de la volonté des souverains, et que tous ces princes seront d’autant plus portés à vouloir les signer et à en procurer l’exécution qu’ils auront vu avec plus d’évidence la grandeur des avantages qui leur en doivent revenir : on peut conclure qu’il ne se trouvera de leur part dans l’exécution du projet aucune impossibilité, et que plus ils sentiront cette sûreté et ces avantages, plus il se trouvera de facilité pour l’exécuter. Tout le projet se réduit donc à un simple argument, que voici.

§ 20

[*] [•] Si la société européenne que l’on propose peut procurer à tous les princes chrétiens sûreté suffisante de la perpétuité de la paix au-dedans et dehors de leurs États, il n’y a aucun d’eux pour qui il n’y ait beaucoup plus d’avantages à signer le traité pour l’établissement de cette société qu’à ne le pas signer.

§ 21

[*] Or la société européenne que l’on propose pourra procurer à tous les princes chrétiens sûreté suffisante de la perpétuité de la paix au-dedans et au-dehors de leurs États.

§ 22

[*] [•] Donc il n’y aura aucun d’eux pour qui il n’y ait beaucoup plus d’avantages à signer le traité pour l’établissement de cette société qu’à ne le pas signer.

§ 23

[•]La majeure ou la première proposition contient les motifs, et l’on en trouvera la preuve dans le troisième Discours après les Discours préliminaires, qui m’ont paru nécessaires pour disposer l’esprit du lecteur à sentir la force de la démonstration. La mineure ou la seconde proposition contient les moyens, la preuve s’en trouvera au quatrième Discours. À l’égard de la dernière proposition, ou de la conclusion, c’est le but que je me suis proposé dans cet ouvrage.

§ 24

[•]Comme ce projet peut commencer à être connu dans les cours de l’Europe, ou au milieu ou à la fin d’une guerre, ou dans les conférences, ou après la conclusion d’une paix, ou même au milieu d’une profonde paix, [*] il a fallu montrer en abrégé dans le cinquième Discours que dans tous ces temps il apporterait et une grande facilité à la conclusion de la paix, et un grand désir de la rendre perpétuelle, si elle était conclue.

§ 25

[•]On sait que dans des sujets aussi éloignés des manières de penser ordinaires, et qui par leur nouveauté sont toujours un peu suspects de vision et de paralogisme, l’esprit ne peut pas être sitôt accoutumé, même après plusieurs lectures, aux nouvelles idées qu’il rencontre, et qu’on ne peut pas avoir placé en si peu de temps dans sa mémoire tous les principes de l’ouvrage et toutes les conséquences que l’auteur en a tirées, et que cependant faute de ce degré de mémoire et d’attention, il est impossible qu’il ne reste encore au lecteur quantité de doutes à éclaircir et de difficultés à lever : [*] c’est ce qui m’a déterminé à ramasser dans le sixième Discours toutes les objections que l’on m’a faites, afin de donner à l’ouvrage tous les éclaircissements qui lui étaient nécessaires.

§ 26

[•]Enfin comme j’ai remarqué que plusieurs personnes étaient persuadées que quand les souverains d’Europe auraient signé les uns après les autres le traité d’union, il resterait apparemment encore des difficultés insurmontables dans la formation du congrès et dans les moyens de commencer et de soutenir un pareil établissement, [*] j’ai été obligé, pour lever sur cela leurs doutes, de proposer dans le septième Discours plusieurs articles dont les souverains peuvent convenir, non pas que je croie qu’on ne puisse facilement en proposer encore de plus utiles pour rendre l’établissement plus solide en lui-même, et plus commode à tous les membres. Je ne prétends montrer autre chose, sinon que ces prétendues difficultés que l’on peut se former à l’égard de l’exécution de l’établissement ne sont rien moins qu’insurmontables, puisque les articles que je propose sont suffisants pour cette exécution, et que rien n’empêche les souverains d’en convenir.

§ 27

[•]Telle est l’analyse, tel est l’ordre que j’ai suivi dans cet ouvrage ; voilà le fruit que j’ai recueilli de mes méditations depuis plus de quatre ans ; voilà l’usage que j’ai fait des critiques judicieuses de mes amis : or si l’on proposa jamais un sujet digne d’être examiné avec attention par les plus excellents esprits, et surtout par les plus sages ministres et par les meilleurs princes, on peut dire que c’est celui-ci, puisqu’il ne s’agit pas de moins que de procurer à tous les souverains et à toutes les nations de l’Europe la plus grande félicité qu’un nouvel établissement puisse jamais leur procurer.

§ 28

Il est aisé de comprendre [•] que plus ce projet renfermera de moyens de rendre la paix inaltérable en Europe, plus il peut contribuer à faciliter la conclusion de celle que l’on traite présentement à Utrecht : car les alliés de la maison d’Autriche désirent la paix autant que nous, mais ils ne la veulent qu’à condition qu’on leur donnera des sûretés suffisantes de la durée. En effet à examiner l’intérêt de ces alliés dans la guerre présente, on trouvera que tout roule sur deux chefs principaux. Le premier, c’est une sûreté suffisante de la conservation de leurs États contre la grande puissance de la maison de France, qui peut dans la suite trouver des prétextes spécieux et des conjonctures favorables pour faire des conquêtes sur eux et introduire dans leur pays une religion et un gouvernement pour lesquels ils ont un extrême éloignement. L’autre chef, c’est une sûreté suffisante pour la liberté du commerce, soit celui de l’Amérique, soit celui de la Méditerranée ; ces deux commerces font plus de la moitié du revenu de l’Angleterre et de la Hollande.

§ 29

Mais quelles sûretés suffisantes peut-on imaginer pour le plus faible contre le plus fort ? Il n’y a sur cela que deux systèmes : le premier est d’affaiblir, s’il se peut, suffisamment le plus fort, ce qui est, ou impossible, ou ruineux, c’est néanmoins celui que suivent les alliés dans la guerre présente [•] pour arriver à leur chimère d’équilibre ; le second est de fortifier suffisamment le plus faible, et de lui donner une force suffisamment supérieure, sans rien ôter de la force du plus fort, c’est celui que je propose par un traité de société qui donnerait au plus faible une nouvelle augmentation d’alliés très forts, et d’autant plus forts qu’ils seraient beaucoup plus étroitement unis, non pour arracher au plus fort rien de ce qu’il possède, mais pour lui ôter tout pouvoir de troubler jamais les autres, soit dans leurs possessions au-dedans, soit dans leur commerce [•] au-dehors.

§ 30

Dans [•] la seconde ébauche le projet embrassait tous les États de la Terre : mes amis m’ont fait remarquer que quand même dans la suite des siècles la plupart des souverains d’Asie et d’Afrique demanderaient à être reçus dans l’Union, cette vue paraissait si éloignée et embarrassée de tant de difficultés qu’elle jetait sur tout le projet un air, une apparence d’impossibilité qui révoltait tous les lecteurs ; ce qui en portait quelques-uns à croire que restreinte même à la seule Europe chrétienne, l’exécution en serait encore impossible ; je me suis d’autant plus volontiers rendu à leur avis que l’Union de l’Europe suffit à l’Europe pour la conserver toujours en paix, et qu’elle sera assez puissante pour conserver ses frontières et son commerce malgré ceux qui voudraient l’interrompre. Le Conseil général qu’elle pourra établir dans les Indes deviendra facilement l’arbitre des souverains de ce pays-là, et les empêchera par son autorité de prendre les armes ; le crédit de l’Union sera d’autant plus grand parmi eux qu’ils seront sûrs qu’elle ne veut que des sûretés pour son commerce [•], que ce commerce ne saurait que leur être très avantageux, qu’elle ne songe à faire aucune conquête, et qu’elle ne regardera jamais comme ennemis que les ennemis de la paix [•].

§ 31

Si le lecteur [•] veut se mettre en état de juger sainement de l’ouvrage, il est, ce me semble, nécessaire qu’il s’arrête à la fin de chaque Discours, et qu’il se demande compte à lui-même de l’effet des preuves que j’ai apportées pour montrer la vérité de la proposition : s’il les trouve suffisantes, il peut passer outre ; mais s’il ne les trouve pas telles, cela peut venir ou de ce qu’il rencontre encore des difficultés, ou de ce qu’il n’a pas lu certains endroits avec assez d’attention, et rien n’est plus ordinaire aux lecteurs même les plus attentifs que de manquer quelquefois d’attention. Dans le premier cas, il n’a qu’à faire une note de ses difficultés pour remarquer si dans la suite de l’ouvrage, et surtout dans les réponses aux Objections, il n’y trouvera point d’éclaircissements suffisants. Dans le second cas, le seul remède, c’est de relire ces endroits mal entendus, sans cela il en userait comme un rapporteur qui voudrait rapporter et juger après une lecture superficielle, et sans avoir fait une attention suffisante aux pièces principales du procès. J’ai tâché de mettre entre les pensées une forte liaison que l’esprit peut aisément sentir. Or ceux qui n’apportent point assez d’attention pour apercevoir cette liaison ne sauraient sentir la force des raisonnements particuliers, et beaucoup moins la force d’une démonstration qui résulte de l’assemblage de ces raisonnements.

§ 32

Le titre prévient contre l’ouvrage [•], je l’avoue, mais comme je suis persuadé qu’il n’est pas impossible de trouver des moyens suffisants et praticables de rendre la paix perpétuelle entre les chrétiens, et que je crois même que les moyens qui se sont présentés à moi sont de cette nature, j’ai compris que si je commençais moi-même par faire semblant d’être incertain sur la solidité de ces moyens, et de douter de la possibilité de l’exécution, les lecteurs les mieux disposés en faveur du système en douteraient réellement eux-mêmes, et que leur doute réel irait peut-être encore plus loin que mon doute affecté. Il n’est pas des choses où il est question de déterminer les hommes à l’action comme des choses de pure spéculation : le pilote qui paraît lui-même incertain du succès de son voyage n’est pas propre à déterminer le passager à s’embarquer ; l’entrepreneur qui paraît lui-même douter de la solidité d’un grand ouvrage qu’on propose d’entreprendre n’est nullement propre à déterminer à l’entreprise. Ainsi j’ai mieux aimé hasarder de me donner un ridicule en prenant un ton affirmatif, et en promettant dans le titre tout ce que j’espère tenir dans l’ouvrage, que de risquer par un faux air de modestie et d’incertitude de faire le moindre tort au public, en empêchant les gens de bien regarder ce système comme un projet sérieux et possible dans l’exécution, lorsque je ne le propose moi-même que dans la vue qu’il soit un jour exécuté.

PREMIER DISCOURS
Les moyens pratiqués jusqu’ici pour entretenir la paix sont entièrement inefficaces [•]

§ 33

[•]L’histoire des siècles précédents, l’expérience que nous avons de ce qui s’est passé jusqu’ici devant nos yeux, ne nous ont que trop fait connaître que les guerres s’allument très aisément, qu’elles causent une infinité de malheurs, et qu’il est très difficile de les éteindre ; mais tout le monde ne sait pas que les moyens que l’on a jusqu’ici mis en usage pour les prévenir sont par eux-mêmes très inefficaces, et que tels qu’ils sont présentement, ils n’ont nulle proportion avec l’effet que l’on veut bien s’en promettre ; et c’est cette disproportion, ou la cause de cette inefficacité, que je propose de faire sentir dans ce Discours.

§ 34

[•]Or ces moyens se réduisent à deux : l’un regarde les traités entre souverains, et ce que l’on en doit attendre ; l’autre regarde l’équilibre entre les deux maisons les plus puissantes de l’Europe ; je réduirai ainsi mon Discours à deux chefs, qui seront compris sous deux propositions.

PREMIÈRE PROPOSITION À DÉMONTRER
[•]La constitution présente de l’Europe ne saurait jamais produire que des guerres presque continuelles, parce qu’elle ne saurait jamais procurer aucune sûreté suffisante de l’exécution des traités.

§ 35

[•]Les hommes peuvent vivre en paix : tant qu’ils n’ont aucuns biens d’aucune espèce à se disputer, ou à partager, ils s’apportent, ils se procurent mutuellement divers agréments, diverses commodités considérables par le commerce qu’ils ont entre eux, et ce profit les unit ; mais dès qu’ils ont quelque sorte de bien à se disputer ou à partager, chacun d’eux, sur la possession du tout, sur le plus ou sur le moins dans le partage, s’éloigne presque toujours de l’équité, qui seule pourrait leur servir de règle pour la décision, et de préservatif contre la désunion. Il arrive presque toujours qu’à mesure que leurs désirs sont vifs, ils étendent chacun de leur côté leurs prétentions, et tout leur esprit n’est alors employé qu’à les leur représenter comme justes. Ainsi c’est une nécessité que tantôt l’intérêt les unisse, et que tantôt l’intérêt les divise.

§ 36

[•]S’ils étaient assez sages, ils verraient souvent que l’intérêt qui tend à les tenir unis est bien plus grand que l’intérêt qui tend à les diviser. Quelques-uns à la vérité, en considération des avantages du commerce qu’ils veulent conserver, se cèdent volontairement quelque chose de leurs prétentions ; mais la plupart, emportés par la violence de leurs désirs, ne pèsent pas assez juste ce qu’ils vont perdre par la cessation du commerce ; et au milieu du trouble que la passion cause dans leur âme, on a beau leur représenter ce qui leur serait de plus avantageux, ce qui serait en soi de plus équitable, le profit alors leur paraît perte, et l’équité elle-même leur paraît injuste.

§ 37

Le désir [•] de se dédommager d’un tort que l’on croit avoir reçu, de se venger par représailles, de prendre ou de reprendre ce qu’on regarde comme le sien, la jalousie de puissance, de réputation, l’envie de mortifier, d’abaisser un voisin, dont on croit avoir sujet d’être mécontent : voilà autant de sources de querelles qui ne peuvent pas ne point naître dans le cœur des hommes, ils ne peuvent pas ne point produire incessamment des démêlés, soit avec raison, soit avec prétexte, soit sans raison et sans prétexte. Voilà donc les hommes, qui semblaient n’être nés que pour goûter toujours les biens que procure la société, obligés pour la possession et le partage de ces mêmes biens à rentrer souvent dans l’état de division. Il ne suffit pas même qu’un des prétendants soit équitable pour éviter le démêlé ; car quand il se mettrait de lui-même à la raison, si l’autre ne s’y met pas, ils ne sauraient convenir ; en sorte qu’ils se trouvent tous deux dans la nécessité de chercher pour obtenir leurs prétentions d’autres moyens que les conventions réciproques et volontaires.

§ 38

[•]Mais quels moyens ont-ils de terminer leurs différends, et comment mettre des bornes à leurs prétentions ? Nous les connaissons tous ces moyens, il n’y en a que de deux sortes, selon les deux sortes de conditions des prétendants, ou la force, ou la loi ; car ou les deux prétendants font partie et sont membres de quelque société permanente, ou ils n’en font point partie : s’ils n’en font point partie, leurs différends ne peuvent être terminés par des lois, ni conséquemment par les juges ou interprètes des lois ; comme ils ont le malheur d’être privés des avantages d’un commerce perpétuel et d’une société permanente, ils ont aussi le malheur d’être privés de l’avantage des lois qui distribuent à chacun ce qui lui doit appartenir légitimement. Ainsi ils se trouvent dans la malheureuse nécessité, pour avoir ce qu’ils regardent chacun comme le leur, de chercher à se surprendre par la ruse, et à se détruire par la force, c’est-à-dire par la guerre.

§ 39

Tel est l’état des chefs de familles sauvages, qui vivent sans lois ; telle est la situation des petits rois d’Afrique, des malheureux caciques, ou des petits souverains d’Amérique ; telle est même jusqu’à présent la situation de nos souverains d’Europe [•] : comme ils n’ont encore aucune société permanente entre eux, ils n’ont aucune loi propre à décider sans guerre leurs différends ; car quand même par les conventions de leurs traités ils pourraient prévoir et décider tous les cas qui peuvent donner naissance à leurs différends, ces conventions peuvent-elles jamais être regardées comme des lois inviolables, tant qu’il demeure en la liberté de l’un ou de l’autre des prétendants de les violer sous des prétextes qui ne manquent jamais à celui qui ne veut pas s’y soumettre, et chacun d’eux n’aura-t-il pas la liberté de les violer selon son caprice, tant qu’ils ne seront ni les uns ni les autres dans la nécessité de les observer ? Et qui peut les mettre dans cette heureuse nécessité, que la force supérieure d’une société permanente et suffisamment puissante, s’ils en faisaient partie ; mais jusqu’à présent ils n’ont point formé entre eux de société permanente et suffisamment puissante. Quelques-uns ont à la vérité formé des sociétés par des traités de ligues, d’alliances ; mais comme ces traités n’ont rien de solide qu’autant que dure la volonté des alliés, ce ne sont point des sociétés permanentes. Quelques autres ont de même commencé à former entre eux des sociétés permanentes, comme les treize souverainetés suisses, les sept souverainetés des Pays-Bas ; mais comme ils n’ont pas embrassé dans leur société assez d’associés, elle n’est pas suffisamment puissante.

§ 40

[•]Ainsi pour tout moyen d’obtenir leurs prétentions, les souverains se trouvent réduits au sort de la guerre ; car pour la voie des arbitres, à quoi servirait un jugement arbitral, puisque le condamné ne pourrait être contraint à l’exécuter, et qu’il en faudrait toujours revenir au moyen de la force ou de la guerre pour l’y contraindre ? Et comme ce moyen a plusieurs inconvénients que nous exposerons plus au long dans la suite, nous en ferons seulement remarquer ici quelques-uns qui viennent au sujet de ce Discours.

PREMIER INCONVÉNIENT [•]

§ 41

[•]Ce moyen de terminer un différend par la guerre ne le termine point réellement, tant que les deux prétendants ou leurs successeurs subsistent, puisque le mauvais succès d’une guerre n’a jamais persuadé au malheureux qu’il eût eu tort de l’entreprendre ; ainsi il n’a pas réellement abandonné ses prétentions, il n’a fait au contraire que les multiplier par les dommages qu’il a reçus par les frais de cette guerre qu’il a soutenue, et par la portion du territoire qu’il a été forcé de céder dans le traité qui l’a interrompue. On peut facilement juger que pour faire revivre ses anciennes prétentions, et en faire valoir de nouvelles, il n’attend que le temps où il sera devenu plus fort, et où l’État ennemi sera devenu plus faible, soit par des minorités, soit par des dissensions domestiques, soit par quelque longue ou malheureuse guerre étrangère ; ainsi il est visible qu’entre personnes qui ne sont point membres d’une société suffisamment puissante et permanente, établie sur de bonnes lois, les prétentions ne peuvent jamais être réellement terminées que par la destruction de l’un ou de l’autre des prétendants.

§ 42

En effet depuis [•] qu’il y a des souverains dans le monde, la guerre n’a été discontinuée, les prétentions n’ont point cessé, les différends n’ont point été parfaitement terminés que par la chute et la ruine des maisons souveraines, et par le bouleversement de leurs États. Il n’y a qu’à ouvrir les histoires de tous les peuples, on n’en verra aucun dont l’État n’ait été renversé plusieurs fois, on ne verra que maisons d’illustres souverains tombées dans l’anéantissement, et cela parce que jusqu’ici ils n’ont point eu de moyen sûr de terminer leurs différends sans guerre.

§ 43

[•]Les prétendants qui sont en société permanente et suffisamment puissante ne se trouvent pas dans une pareille nécessité de se détruire entièrement l’un l’autre pour obtenir leurs prétentions. S’ils ont chacun cent mille livres de rente, et que ce qui est en dispute vaille mille livres de rente, ni eux ni leurs descendants ne sont point obligés d’avoir une guerre perpétuelle et immortelle ; ainsi l’un d’eux peut perdre sa prétention sans risquer de perdre le reste de son bien, aucun d’eux n’a à craindre de l’autre pour lui ou pour ses gens, ni incendie, ni blessure, ni meurtre, ni aucune violence. D’où ces seigneurs tirent-ils un si grand avantage ? C’est qu’ils sont tous deux membres d’une société permanente et suffisamment puissante. Or on sait que toute société ne peut subsister que par des lois qui puissent remédier à la division des membres, et les tenir unis malgré les sujets passagers de division : ces lois sont les véritables liens de la société ; ces liens sont forts et durables à proportion que les lois sont commodes aux associés, équitables, claires, faites pour un plus grand nombre de cas différents et à proportion qu’elles sont bien observées, et surtout bien autorisées et bien soutenues par la force de la société entière, contre ceux qui dans les accès de leurs passions, sans songer à tous les biens que leur procure la société, seraient assez insensés pour vouloir la détruire autant qu’il est en leur pouvoir, en résistant aux juges interprètes vivants de ces lois.

§ 44

[•]Les prétendants qui ne sont point en société peuvent dire chacun de leur côté : la pêche de cette mer, de cette rivière m’appartient tout entière, parce que je le veux. Comme il n’y a point de loi entre eux, ils n’ont pour règle, pour loi, que leur volonté et leur bon plaisir ; aussi n’ont-ils pour décider leur différend qu’un moyen qui doit leur coûter cent fois plus que ne vaut la chose disputée.

§ 45

[•]Deux prétendants qui sont en société ne parlent pas ainsi ; chacun d’eux prétendra la pêche d’une rivière, mais ils ont une autre règle que leur volonté, c’est la loi ; chacun met de son côté quelque article de la loi, et tous deux sont dans l’heureuse nécessité, pour terminer leur différend, de s’en rapporter au jugement de ceux que la société a établis interprètes de la loi. Or la voie du jugement termine absolument et pour toujours les différends, et anéantissant pour jamais les prétentions, ils ne se trouvent point dans la malheureuse nécessité d’anéantir leurs voisins pour se conserver eux-mêmes : tous les prétendants sont conservés, eux, leurs familles et leurs autres biens ; au lieu que le moyen de la guerre ne peut jamais anéantir les prétentions réciproques de ces hommes qui vivent sans lois, c’est-à-dire des souverains, que par l’anéantissement de la fortune et de la maison de l’un des prétendants. Tel est le premier inconvénient, tel est l’effet du défaut de société entre souverains, et d’une société permanente et suffisamment puissante.

DEUXIÈME INCONVÉNIENT

§ 46

[•]Entre les enfants et entre tous les descendants et les divers successeurs des souverains qui ont été une fois en guerre, les prétentions ne sont jamais parfaitement anéanties : de là vient qu’au milieu même de la paix ils sont toujours et avec raison en défiance et obligés à une très grande dépense pour se tenir sur leurs gardes les uns à l’égard des autres, et qu’il n’y a jamais entre eux de liaison solide et permanente pour le commerce.

§ 47

[•]Rien au contraire n’est plus commun dans une société permanente que de voir en liaison d’amitié et d’intérêt les enfants de ceux qui ont eu des procès l’un contre l’autre ; c’est que ces procès sont réellement terminés, et que toutes les prétentions sont entièrement anéanties ; ainsi chacun jouit en pleine confiance de tous les avantages du commerce.

TROISIÈME INCONVÉNIENT

§ 48

[•]Les souverains d’Europe n’ont point de sûreté suffisante de la conservation de leurs souverainetés : car quelque puissants qu’ils soient, la division se peut mettre dans leur maison, dans leurs États, les chefs peuvent tomber en minorité, en imbécillité ; outre cela s’ils sont faibles, ils peuvent être envahis et vaincus par des voisins plus puissants ; ainsi ils n’ont aucune sûreté suffisante pour eux et pour leur postérité de posséder tranquillement et longtemps ce qu’ils possèdent. Il n’y a pour eux encore aucune société permanente établie qui soit assez puissante pour les protéger dans les temps de faiblesse contre les efforts des ambitieux qui sont dans leur temps de force ; si au contraire un seigneur dans une société laisse des enfants en minorité, la loi pourvoit à la sûreté de leurs personnes, à la conservation de leurs biens, et la force de la société les garantit parfaitement de toute violence et de toute usurpation.

§ 49

[•]D’ailleurs ceux dont les différends ont été terminés par le jugement sont sûrs de posséder tranquillement ce qui leur appartient ; c’est que la même loi, qui règle et qui décide ce qui appartient à l’un, ce qui appartient à l’autre, ce que l’un et l’autre doivent posséder séparément, les garantit et les défend par son autorité de toute invasion et de toute dépossession, et cette autorité vient de la force toute-puissante ou suffisamment puissante de la société ; puissance contre laquelle un membre voudrait inutilement se révolter ; et il est d’autant plus éloigné de résister que la punition de la résistance est grande et inévitable. Or cependant cette sûreté que chacun a pour soi et pour sa postérité de posséder tranquillement ce que l’on possède, et même ce que l’on pourra acquérir, est un des grands avantages que l’homme puisse avoir, et il ne saurait l’avoir que dans une société, et tant que cette société durera.

QUATRIÈME INCONVÉNIENT

§ 50

Les [•] souverains peuvent se donner des paroles, s’engager par des promesses mutuelles, signer entre eux des traités ; mais il n’y a nulle sûreté suffisante que l’un ou l’autre des contractants ne changera pas de volonté, ou qu’un de leurs successeurs ne voudra pas faire valoir quelque prétention ancienne ou nouvelle pour se dispenser d’exécuter ce qui a été promis ; et si l’un d’eux change de volonté, quelle sûreté suffisante y a-t-il qu’il y sera contraint par une force supérieure ? Car enfin quand il n’y a pas de sûreté pour l’exécution volontaire d’une promesse, il faut au moins sûreté suffisante que cette promesse sera exécutée par le secours de la force, malgré le changement de volonté de celui qui a pris cet engagement. Or où trouver cette sûreté suffisante, si ce n’est par une force permanente suffisamment supérieure ? Car si le refusant croit pouvoir la surmonter, il recommencera la guerre au lieu de conserver la paix ; mais dans la constitution présente de toute l’Europe, peut-on trouver une force permanente suffisamment supérieure pour ôter à tout souverain l’espérance de réussir en prenant les armes ?

§ 51

[•]S’il se trouve de l’obscurité dans le traité, qui l’éclaircira ? S’il s’y trouve de l’équivoque, qui la lèvera avec une autorité suffisante ? Car alors qu’une des parties cherche à se dispenser de s’acquitter d’un engagement, l’équité elle-même aurait beau se rendre visible, ou par les articles des traités, ou par le jugement des arbitres, tout cela est inutile sans deux conditions essentielles à l’Arbitrage. La première, c’est que les arbitres soient plus forts que celui qui refuserait d’exécuter ou les articles du traité ou leur jugement, et que leur supériorité de forces soit assez grande pour lui ôter toute espérance de la surmonter, et toute tentation d’y résister. La seconde, il faut que ces arbitres soient suffisamment intéressés à poursuivre cette exécution. Or c’est ce qui est parfaitement impossible entre les souverains dans la constitution présente de l’Europe, où il n’y a nul congrès général et perpétuel de leurs députés, nulle société permanente formée, nulle convention pour l’établissement de lois propres, soit pour mettre des bornes stables et immuables aux États, soit pour décider et prévenir les sujets de différends qui peuvent survenir entre eux, soit pour rendre le commerce universel, libre, franc, égal, sûr, perpétuel chez toutes les nations, soit enfin pour rendre cette société d’arbitres suffisamment puissante et parfaitement inébranlable.

§ 52

[•]Les seigneurs d’un même État ont au contraire l’avantage d’avoir un commerce libre, égal, sûr, perpétuel et universel dans l’étendue du même État avec leurs pareils, soit avec les plus riches, soit avec les moins riches ; et comme le commerce ne se peut pas toujours faire par des échanges actuels, ils peuvent facilement y suppléer par des échanges promis. En un mot la promesse alors, surtout quand elle est écrite, quand elle est dans un traité, est un équivalent de l’échange et du paiement actuel : c’est que la société dont ces seigneurs sont membres autorise ces promesses, elle en est elle-même garante, et elle est toujours dans la volonté de prêter sa force contre celui qui, ayant changé de sentiment, voudrait se dispenser d’exécuter ponctuellement ce qu’il a promis ; il faut qu’il obéisse à la loi qu’il s’est imposée, parce qu’il y a une loi, une force supérieure qui l’y contraindrait malgré lui, et qui le punirait même infailliblement de son inutile résistance.

§ 53

[•]Qui peut arrêter, qui peut retenir un homme emporté par le mouvement d’une passion injuste ? Une seule chose, c’est un mouvement contraire causé par une passion plus forte, soit désir, soit crainte ; mais comme rarement on peut faire naître subitement un plus grand désir que celui qui l’agite, la loi est réduite à faire naître en lui la crainte d’un mal plus fâcheux et plus terrible que le bien qu’il désire ne peut paraître désirable. Car enfin qu’est-ce qui détermine le citoyen à exécuter un arrêt par lequel il est condamné, et qu’il croit très injuste, si ce n’est la certitude que ses efforts seraient inutiles pour résister au pouvoir des juges, et qu’il risquerait encore de perdre le reste de sa fortune, et celle de sa famille, s’il voulait opposer sa force à la force de la société ? Ainsi la grande crainte fait taire alors les passions les plus vives et les plus impétueuses, et conduit malgré lui ce membre de la société vers la paix, c’est-à-dire vers son propre intérêt.

§ 54

[•]Il serait peut-être assez mal avisé pour souhaiter que la société n’eût ni la volonté ni la force de faire exécuter cet arrêt, sans songer que si cela était, elle manquerait par la même raison de volonté et de force pour faire exécuter plusieurs arrêts beaucoup plus importants que lui-même ou ses prédécesseurs ont obtenus, ou que sa postérité obtiendra contre des chicaneurs. Il voudrait pouvoir n’être point contraint à exécuter une clause d’un contrat, sans songer que par la même raison la société ne pourrait ni ne voudrait contraindre ses débiteurs à exécuter les promesses qu’ils lui ont faites par de semblables contrats ; ainsi ses fermiers se pourraient dispenser de lui payer ses fermages ; ses rentiers de lui payer ses rentes, et de fort riche qu’il est, il deviendrait en un moment gueux et misérable. Il ne s’aperçoit pas dans son emportement que cette même loi, qu’il voudrait avoir la liberté d’enfreindre et d’anéantir, est l’unique source de ses richesses, et même de la sûreté de sa vie ; c’est ainsi que la société par sa grande force peut inspirer à l’associé une crainte assez grande pour arrêter la fougue d’une grande passion ; c’est ainsi qu’une crainte salutaire le force à l’observation d’une loi qui lui est, à tout prendre, infiniment avantageuse.

CINQUIÈME INCONVÉNIENT

§ 55

[•]Telle est la constitution de l’Europe que les souverains ne sauraient se promettre justice dans des affaires d’une médiocre importance qu’en se déterminant aux frais immenses des armements de terre et de mer : c’est qu’ils n’ont nulle société permanente et suffisamment puissante ; ils ne sont convenus d’aucunes lois suffisantes, soit pour fixer les bornes du territoire de chaque État, soit pour rendre le commerce entre leurs peuples commode, sûr, égal, universel et perpétuel ; ils ne sont convenus d’aucuns arbitres ou interprètes des lois de leur société, et tant qu’ils demeureront sans société, ils ne sauraient apporter de remède à leurs maux.

§ 56

[•]Deux seigneurs qui ont un procès ne prennent point les armes, ni eux, ni leurs parents, ni leurs amis, ni leurs domestiques, ni leurs vassaux ; ils ne mettent ni leur vie ni leur fortune au hasard des combats ; ils ne sont point obligés pour avoir justice à faire les frais d’un armement qui leur coûterait vingt fois plus que le sujet du procès ; ils ne sont point obligés à soutenir pendant plusieurs années cette dépense ruineuse : mais d’où leur vient un si grand avantage ? C’est qu’ils sont membres d’une société permanente.

SIXIÈME INCONVÉNIENT

§ 57

Dans chaque société [•] ceux qui n’ont point de procès ne sont pas assez malheureux pour être obligés d’entrer dans les procès de leurs voisins ; mais entre les souverains ce n’est pas de même : tout souverain [•] doit craindre qu’aucun de ses voisins ne devienne trop puissant par ses conquêtes ; ainsi c’est une nécessité, quand la guerre s’allume entre deux souverains, qu’elle s’allume encore peu à peu entre beaucoup d’autres, et la cause de cet embrasement est la crainte raisonnable de l’agrandissement d’un voisin, qui peut devenir injuste et ennemi. Or tant que les sociétés particulières de l’Europe ne feront point entre elles une société générale, tant que les États particuliers ne composeront point une assemblée perpétuelle d’États généraux d’Europe, tant que tous ces membres demeureront séparés, et ne formeront point le corps européen, il n’y a point de préservatif suffisant contre ces malheurs : il faut absolument une société qui prévienne tous les différends importants, et qui puisse terminer sans guerre tous les petits ; une union dont la principale base soit d’empêcher tout agrandissement de territoire, en conservant chacun dans ses limites actuelles ; car pour les autres espèces d’agrandissement qui peuvent arriver par la bonne police, par la perfection des lois, par d’utiles établissements, par le progrès des arts et des sciences, par l’augmentation du commerce, loin qu’ils fussent défendus, ils seraient au contraire proposés aux princes les plus habiles comme une des principales récompenses de leur habileté.

§ 58

Les [•] souverains vont faire la paix, les plus sages prendront toutes les garanties, toutes les sûretés possibles pour la rendre durable ; mais qu’on nous dise quelles garanties, quelles sûretés suffisantes ils peuvent prendre pour cette durée : s’ils laissent l’Europe dans la forme et dans la constitution où elle est, un prince mécontent de cette paix ne peut-il pas dans deux ans recommencer la guerre ? Ses voisins pourront-ils se dispenser d’armer de leur côté, et de prendre parti dans cette guerre ? Qui l’empêchera d’armer ? Car enfin qu’est-ce qui [•] peut engager ce souverain à prendre les armes ? N’est-ce pas uniquement l’espérance d’être mieux ? Qu’est-ce qui peut le dissuader de les prendre ? N’est-ce pas la crainte bien fondée d’être incomparablement pis ? Mais qui peut lui causer cette crainte, une force suffisamment supérieure à la sienne ? Mais où trouver cette force suffisamment supérieure, tant que toutes les forces de l’Europe ne seront point réunies en un même corps ?

SEPTIÈME INCONVÉNIENT

§ 59

[•]Les seigneurs ont beau avoir des procès, leurs vassaux ne laissent pas d’avoir commerce ensemble ; mais la guerre entre souverains interrompt entièrement tout commerce entre les sujets les uns des autres. Ceux qui ont examiné ce que peut valoir à la France le commerce étranger conviennent que cela monte au moins au tiers de la valeur de tous les revenus du royaume en fonds de terre : or ces revenus montent à plus de quatre cent cinquante millions, y compris le clergé ; donc si la France était privée de tout commerce étranger, elle perdrait chaque année plus de cent cinquante millions.

§ 60

[•]Le commerce étranger des Anglais monte à deux fois plus que le revenu de l’Angleterre en fonds de terre, de sorte que s’ils ont cent dix millions en fonds de terre, le commerce étranger leur vaut plus de deux cent vingt millions. À l’égard des Hollandais, ce commerce leur vaut encore plus à proportion, et va à quatre fois plus que ne monte leur revenu en fonds de terre ; car si celui-ci monte à cent cinquante millions, leur commerce étranger vaut plus de deux cents millions. Or n’est-il pas visible que lorsqu’il n’y aura nulle société permanente entre les États chrétiens, le commerce sera souvent interrompu entre leurs sujets ? Cependant quelles prodigieuses pertes ne causent point ces fréquentes interruptions, et aux souverains et à leurs sujets ?

Réflexion sur ces inconvénients

§ 61

[•]Il semblerait à considérer d’un côté tous les maux que souffrent les souverains, faute de se mettre en société les uns avec les autres, et de l’autre tous les avantages que les associés tirent de la société permanente dont ils sont membres ; il semblerait (dis-je) que je voudrais conclure que la condition d’un sujet riche et puissant serait à tout prendre préférable à celle de son souverain : mais il n’est pas difficile de comprendre que lorsque j’ai exposé les malheurs de l’une et les avantages de l’autre, je n’ai voulu faire sentir autre chose, sinon que sans le bénéfice de la société, ce sujet vivrait lui-même comme un sauvage, sans aucune sûreté, ni pour ses biens, ni pour la conservation de sa famille, ni pour sa vie même, qu’il serait chaque jour dans le péril d’être surpris et égorgé par celui avec qui il aurait quelque chose à disputer ou à partager, et que n’ayant plus de loi qui assure aucun fonds, aucun meuble, aucun bien, il serait tous les jours à lutter contre la nécessité dans une inquiétude perpétuelle de sa subsistance et de celle de sa famille, comme sont les chefs de famille des sauvages ; je n’ai voulu montrer qu’un seul point, c’est qu’il est infiniment plus avantageux à tout homme d’être en société permanente avec ses pareils ou presque pareils que de n’y pas être ; et de là j’ai conclu qu’il manquerait toujours un bonheur infini aux souverains chrétiens, tant qu’ils ne feraient point entre eux tous société permanente pour donner au plus faible sûreté suffisante contre le plus fort, pour prévenir les principaux sujets de division entre eux, pour avoir un moyen infaillible d’avoir justice sans guerre sur ce qui restera de petits différends, et pour avoir sûreté suffisante de la continuation du commerce entre toutes les nations chrétiennes.

§ 62

[•]Tel est le but de la comparaison que j’ai faite des biens que produit la société permanente en général et des maux que cause la non-société. Il est donc facile de comprendre que toute cette comparaison n’est faite que pour faire toucher au doigt7 que par une société nouvelle entre pareils, les souverains d’Europe peuvent rendre leur condition beaucoup meilleure qu’elle n’est présentement, en gardant d’un côté et augmentant tous les avantages de souverain, et de l’autre en acquérant encore tous les nouveaux avantages que leur produira la nouvelle qualité de membre d’une société permanente, avantages immenses dont ils ne peuvent jamais jouir que par la formation de cette société.

Réflexions sur le peu de solidité des traités de ligues et de garanties entre ceux qui n’ont point de société permanente suffisamment puissante [•]

§ 63

[•]J’ai montré qu’il n’y aurait jamais aucune sûreté suffisante pour l’exécution des traités de paix et de commerce en Europe tant que le refusant ne pourrait pas être contraint par une force suffisante à l’exécuter, et que l’on ne trouverait point cette force suffisante tant qu’il ne s’établirait point de société permanente entre tous les États chrétiens.

§ 64

Les politiques en faveur surtout des princes moins puissants ont encore imaginé les traités de ligue défensive et offensive pour se mettre à couvert des efforts des plus puissants ; ces mêmes politiques, pour rendre les traités de paix plus solides contre l’humeur inquiète des princes ambitieux, ont encore imaginé, en faveur des princes pacifiques, de faire entrer dans ces traités de paix plusieurs souverains seulement comme garants de l’exécution des promesses réciproques. Il est certain que rien [•] ne serait plus propre à la fin que se proposent ces politiques, si ces ligues, si ces promesses de garanties n’étaient pas, par la nature de ceux qui les font, très sujettes à n’avoir aucun effet ; mais par malheur rien n’est plus ordinaire que de voir quelqu’un des alliés ou des garants, ou cesser de vouloir l’exécution du traité lorsqu’il le peut, ou cesser de le pouvoir lorsqu’il le veut.

§ 65

On [•] change de volonté, parce que l’intérêt, ou véritable ou apparent, qui a fait signer le traité, a changé lui-même. J’appelle un intérêt véritable celui que les plus sages suivent ordinairement pour augmenter leurs richesses, leur réputation et leur pouvoir, pour affermir et agrandir ou leur maison ou leur État. J’appelle intérêt apparent un intérêt passager peu solide, qui vient ou de quelque passion passagère ou de quelque espérance frivole et mal fondée ; l’ambition déréglée suffit même pour faire recevoir à l’imagination les espérances les plus vaines et les vues les plus fausses ; alors les plus légers sujets de se plaindre, les prétentions les plus éloignées servent de prétextes suffisants pour ne plus tenir les promesses ; d’ailleurs les contractants ne sont pas immortels : un d’eux meurt, il arrive un successeur qui a des vues toutes différentes, et qui ne se croit pas toujours obligé de remplir les engagements de son prédécesseur. Voilà comment les alliés se divisent, voilà ce qui fait que les princes cessent de vouloir exécuter ce qu’ils ont promis quand ils le peuvent. L’histoire est remplie de pareils exemples.

§ 66

Comme quelques souverains cessent de vouloir exécuter leurs promesses lorsqu’ils le pourraient, il arrive souvent qu’ils cessent de le pouvoir lorsqu’ils le voudraient : ils se trouvent engagés dans des guerres civiles qui les épuisent, et ils sont obligés d’entrer dans une guerre étrangère [•], imprévue et ruineuse ; voilà des sources très ordinaires de la cessation du pouvoir.

§ 67

[•]Il me semble donc que le lecteur est présentement en état de juger que tant que la constitution de l’Europe demeurera telle qu’elle est, il est impossible de prévenir les différends entre les souverains, qu’il est impossible qu’ils les terminent sans guerre, qu’il est impossible de trouver une sûreté suffisante pour l’exécution des promesses réciproques, soit celles qui se sont faites par leurs traités passés, soit celles qui se feront par leurs traités à venir, et qu’il est par conséquent absolument impossible que les traités produisent jamais une sûreté suffisante pour la durée de la paix, et c’est la première proposition que je m’étais proposé de démontrer dans ce Discours.

SECONDE PROPOSITION À DÉMONTRER
L’équilibre de puissance entre la maison de France et la maison d’Autriche ne saurait procurer de sûreté suffisante, soit pour la conservation des États, soit pour la continuation du commerce [•].

§ 68

[•]Je pouvais me contenter de prouver la vérité de cette proposition par des preuves directes ; il semble même que je devais attendre à la fin de l’ouvrage à comparer le système de l’équilibre au système de la société permanente de l’Europe ; et il est vrai que l’on ne sent guère toute la force de la comparaison que lorsque les choses comparées sont bien connues : mais j’ai cru que le lecteur pouvait bien me faire crédit de quelques heures, achever de lire l’ouvrage, et revenir ensuite, s’il le juge à propos, à relire cette comparaison ; et d’ailleurs comme j’ai à lui faire sentir en cet endroit la faiblesse et l’inutilité du système de l’équilibre, j’ai compris que cette opposition des deux systèmes, quoique imparfaite, ne laisserait pas de faire son effet et de faire valoir les preuves directes.

§ 69

Je trouve cinq avantages infiniment considérables dans le système de la société européenne.

§ 70

1o C’est un préservatif sûr contre le malheur des guerres étrangères, au lieu que l’équilibre n’est rien moins qu’un préservatif.

§ 71

2o C’est un préservatif sûr contre le malheur des guerres civiles des États qui entreront dans l’Union, au lieu que l’équilibre n’en garantit point du tout.

§ 72

3o On trouve dans l’Union une sûreté parfaite pour la conservation de chaque État, au lieu que l’équilibre n’opère qu’une sûreté très imparfaite.

§ 73

4o On y trouve une sûreté parfaite de la continuation du commerce, au lieu que l’équilibre ne peut qu’en causer l’interruption.

§ 74

5o Il est plus difficile et de plus de dépense d’établir l’équilibre, et de le maintenir quelques années, que d’établir la société permanente, et de la maintenir à perpétuité.

PREMIER AVANTAGE
À l’égard des guerres étrangères [•]

§ 75

L’équilibre [•] par sa nature est une situation où tout ce qui est en balance est très facile à être mis et à être conservé en mouvement ; la moindre cause intérieure ou extérieure suffit pour lui donner un mouvement nouveau, ou pour faire continuer celui qu’il avait déjà ; ainsi l’équilibre des deux maisons peut bien permettre quelque cessation de mouvement, quelques trêves, mais loin de pouvoir produire un repos solide, une paix inaltérable, il donne à tout souverain ambitieux, impatient, inquiet la facilité de recommencer la guerre, et même de la faire durer plus longtemps, quand elle sera recommencée, puisque d’un côté ce souverain peut être excité à cette entreprise par des espérances flatteuses, et ne peut jamais en être détourné par une très grande crainte, puisqu’on suppose qu’étant en équilibre de puissance, il y a à peu près autant de raisons d’espérer que de sujets de craindre ; et d’un autre côté ne sait-on pas que ce qui fait durer plus longtemps le combat, c’est l’équilibre qui se garde plus longtemps entre les forces des combattants.

§ 76

[•]Si l’évidence du raisonnement ne suffit pas, que l’on consulte l’expérience, que l’on voie ce qui est arrivé depuis deux cents ans dans le système de l’équilibre, qu’on lise l’histoire de l’Europe. Qu’est-ce qu’a opéré ce malheureux système, sinon des guerres presque perpétuelles ? Combien peu a duré la trêve de Vervins8 ? Je ne saurais appeler d’un autre nom une paix qui ne peut pas durer. Combien de temps au contraire a duré la guerre depuis la fin de cette trêve jusqu’à présent ? Tel est l’effet de cet équilibre si désiré. Or le passé ne nous instruit-il pas que d’une cause semblable on ne doit attendre pour l’avenir que de semblables effets ? Et qui ne voit pas que dans le système de l’équilibre on ne trouve de sûreté que les armes à la main, et qu’ainsi l’on ne peut jamais jouir de sa liberté qu’aux dépens de son repos ?

§ 77

Dans l’Union de l’Europe au contraire il n’y aura plus deux partis en équilibre de forces, et comme entre les souverains unis il n’y aura plus qu’un même but, qui est de conserver toujours le trésor de la paix, il n’y aura plus qu’un même parti, toutes les forces seront réunies et dirigées vers ce but ; de sorte qu’il ne pourra plus venir à l’esprit d’un prince [•] aucun désir de troubler ce repos, puisqu’il serait mis au ban de l’Europe, et qu’il ne pourrait pas s’empêcher d’être dépossédé pour toujours dès la première campagne.

§ 78

Qu’on fasse attention que depuis l’union des Allemands il n’y a point eu entre eux de guerre, ou qu’il n’y en a point eu qui aient duré ou qui aient eu quelque suite, si ce n’est lorsque quelques-uns de ses membres ont fait des unions particulières avec des souverains étrangers [•] : d’où vient cela ? C’est que les plus téméraires, les plus inquiets sont retenus par la crainte du ban de l’Empire9, et qu’aucun d’eux ne peut espérer de se soutenir seul une seule campagne contre tous, sans être entièrement dépossédé ; aussi aucun d’eux ne s’allie avec un souverain étranger que dans l’espérance que cette alliance le mettra à couvert de la peine du ban, et que par le premier traité de paix qui interviendra il conservera non seulement sa souveraineté en entier, mais qu’il obtiendra encore justice sur les prétentions qui lui ont fait prendre les armes. Qu’est-ce qui résulte de cette considération ? Une démonstration sensible que si ces membres du corps germanique n’eussent point eu de voisins puissants qui n’eussent fait partie de ce corps, il n’y aurait jamais eu de guerre entre eux ; c’est-à-dire que si cette union, au lieu de se borner à l’Allemagne, eût embrassé tous les souverains de l’Europe, il n’y aurait jamais eu de guerre ni en Allemagne ni dans le reste de l’Europe.

SECOND AVANTAGE
À l’égard des guerres civiles

§ 79

Il est certain que tout ce qu’espèrent les princes d’Europe qui sont moins puissants de l’effet de l’équilibre, c’est la conservation de leurs États contre l’ambition de l’une ou de l’autre des deux grandes puissances, et qu’ils n’attendent pas du système de l’équilibre qu’ils les garantissent des séditions, des révoltes et des guerres civiles.

§ 80

Nous voyons au contraire qu’un des plus importants effets de l’Union européenne, ce sera de préserver infailliblement tant les États moins puissants que les plus puissants de toute sédition, de toute révolte, et surtout de toute guerre civile ; c’est que dès que tout le monde sait que, hors le parti du souverain, le premier parti qui prendra les armes sera déclaré ennemi de l’Union, et infailliblement vaincu et puni rigoureusement par les forces suffisamment puissantes des souverains unis, la sédition, la révolte ne saurait avoir des chefs dignes de confiance ; ainsi ou elle ne commencera pas, ou elle se dissipera d’elle-même.

§ 81

L’équilibre ne saurait donc garantir de la guerre civile, qui, au jugement des plus sages, est de tous les maux d’un État le mal le plus terrible et le plus funeste ; et [•] en effet que l’on consulte l’expérience même, qu’on lise dans l’histoire ce qui est arrivé dans l’Europe depuis deux cents ans, et l’on verra un grand nombre de guerres civiles en Allemagne, en France, en Flandres, en Angleterre. Ne sont-elles pas toutes nées au milieu du système de l’équilibre, et seraient-elles jamais nées, si l’Union européenne que je propose eût été dès lors formée?

TROISIÈME AVANTAGE
Chaque État a plus de sûreté pour sa conservation dans le système de l’Union

§ 82

L’équilibre, quand il serait établi, n’a rien de fort solide ; ainsi ce serait toujours un garant fort incertain de la conservation des États.

§ 83

1o Nous venons de voir que l’équilibre ne garantit point des guerres [•], ni civiles ni étrangères ; l’Europe sera donc toujours sujette aux événements de la guerre : or qui ne sait que tout ce qui dépend du sort des armes, du succès des batailles, n’est rien que de fort incertain [•], et que par conséquent les États demeurent toujours exposés aux plus fâcheuses révolutions ?

§ 84

2o Après l’établissement de cet équilibre qui aura coûté la vie à une infinité d’hommes, et des sommes immenses aux Anglais, aux Hollandais, aux Portugais et aux autres alliés de la maison d’Autriche, où est l’impossibilité qu’une maison devienne en moins de cinquante ans la moitié plus faible que l’autre par les minorités, par les régences, par les guerres civiles, par les mauvaises lois, tandis que l’autre se fortifiera par les voies contraires : ce qui est déjà arrivé ne peut-il pas encore arriver ? Qu’on se souvienne de la formidable puissance de la maison d’Autriche sous Charles Quint, et surtout de la branche d’Espagne dans les premières années du règne de Philippe II, son fils ? Il n’y a personne qui ne sache que cette seule branche était alors plus puissante que la maison de France ; et qui de nous ignore [•] que cinquante ou soixante ans après sa mort, cette même branche, affaiblie par un mauvais gouvernement, n’avait pas la quatrième partie des forces de la maison de France qui s’était fortifiée par un gouvernement fort différent ?

§ 85

Si dans [•] cent ans la maison de France tombait par des minorités et des divisions intestines dans un affaiblissement semblable, ne faudrait-il pas alors que les Anglais et les Hollandais prissent les armes pour faire des conquêtes sur la maison d’Autriche en faveur de la maison de France ? Rien n’est donc plus inconstant [•] et plus difficile à maintenir que cet équilibre.

§ 86

[3o] À l’heure qu’il est, que [•] l’Empereur reste seul de sa maison, et qu’il n’a point d’enfants de l’Impératrice, qui est aussi jeune que lui, il est incertain si cette maison ne finira pas avant trente ans, avant vingt ans10 : en ce cas tout l’édifice de l’équilibre ne tombera-t-il pas en ruine ? Cet édifice qui a tant coûté et pour lequel les alliés se proposent de faire encore tant de dépense : n’est-ce pas là encore une source d’incertitude [•] ?

§ 87

4o L’équilibre des deux maisons ne peut se conserver que par l’équilibre de leurs alliés : or qui peut avoir certitude qu’une maison ne pourra jamais avoir des alliés plus puissants que l’autre ? Il n’y a donc à tout cela que beaucoup d’incertitude, et par conséquent la sûreté est très petite, bien loin d’être suffisante.

§ 88

5o Si une maison devient plus forte et l’autre plus faible, et si leurs voisins sont alors en guerre, qui empêchera la plus forte d’accabler la plus faible ?

§ 89

6o On suppose qu’un prince moins puissant ne saurait jamais être gagné par des avantages présents et spécieux, qu’il ne saurait se laisser conduire par la jalousie ou par la vengeance pour se lier contre son vrai intérêt avec le plus fort. On suppose que les passions ne puissent pas lui faire faire des fautes grossières dans la conduite [•] ; il est vrai que cela n’est pas ordinaire, mais enfin ils en font quelquefois de telles. Or ces fautes peuvent être décisives pour rompre cet équilibre ; ainsi voilà encore une source d’incertitude.

§ 90

[•]7o Il y a une autre source perpétuelle d’inéquilibre entre les souverainetés égales, c’est l’inégalité des génies des souverains ; c’est proprement dans les plus grandes places que l’on voit avec plus d’évidence la vérité du proverbe Tant vaut l’homme, tant vaut la terre. Je n’ai, pour faire sentir cette grande différence, qu’à opposer un roi d’Espagne à un autre roi d’Espagne ; le roi Charles premier11, c’est-à-dire l’empereur Charles Quint, au roi Charles second, le bisaïeul à l’arrière-petit-fils. Il est vrai que Charles Quint avait la Hollande de plus que n’avait Charles second ; mais qu’est-ce que c’était que la Hollande du temps de Charles Quint, en comparaison du Portugal et de ses places dans les Indes et des Philippines que Charles second avait de plus que Charles Quint ? L’Amérique même du temps de Charles second était beaucoup plus étendue et produisait beaucoup plus d’or. Charles second eût-il jamais pu surmonter toutes les difficultés que Charles Quint trouva à se mettre la couronne impériale sur la tête ? Cependant, avec des États égaux, quelle prodigieuse inégalité entre la puissance de l’un et la puissance de l’autre ! Or quand les alliés seraient parvenus à former une égalité, un équilibre entre deux souverainetés, quel moyen peuvent-ils jamais avoir pour rendre égaux les génies des souverains qui doivent dans la suite gouverner ces États égaux ? Cependant sans ce moyen qui est impossible, n’est-il pas aussi impossible qu’ils aient jamais aucune sûreté de conserver cet équilibre seulement pendant un demi-siècle ? Or jusqu’à quand, séduits par de vaines apparences, prendront-ils pour une réalité spécieuse une chimère qui leur coûte déjà tant d’hommes et tant de richesses, et qui leur en doit encore tant coûter ?

§ 91

Quand on aura donc rabattu sur la sûreté que l’on peut attendre du système de l’équilibre toutes les choses incertaines, sur lesquelles son effet est fondé, on trouvera que non seulement il ne garantit point du tout des guerres, soit civiles, soit étrangères ; mais que même à l’égard de la conservation des États en leur entier, il n’a rien d’assez solide pour donner une sûreté suffisante à ceux qui peuvent avoir la moindre prévoyance de l’avenir.

§ 92

Au contraire le système de l’Union générale de l’Europe n’a aucun de ces défauts ; sa solidité ne dépend point des hasards de la guerre, puisque la guerre y devient impossible. On n’a point à y craindre l’affaiblissement d’une maison, ou de toute autre puissance, puisque cet affaiblissement n’affaiblit point l’Union, et que d’ailleurs ordinairement les autres membres se fortifient de ce dont un des membres s’affaiblit. Que la maison d’Autriche vienne à finir, ses États ne finissent pas ; et de quelque manière qu’ils soient gouvernés dans la suite, leurs forces restent, elles subsistent pour la sûreté de l’Union [•].

QUATRIÈME AVANTAGE
À l’égard de la continuation du commerce

§ 93

On vient de voir que loin que l’équilibre soit un préservatif contre les guerres, s’il est parfait, il ne fait qu’en augmenter le nombre et la durée ; et s’il est imparfait, les princes moins puissants, qui suivent ce système, en ont moins de sûreté pour la conservation de leurs États en leur entier, et par-dessus il en résulte que les guerres civiles et étrangères n’en sauraient être, ni moins fréquentes, ni moins durables ; ainsi ce système ne remédie point à l’interruption du commerce, soit intérieur, soit étranger.

§ 94

Au contraire dans le système de l’Union, où toutes sortes de guerres sont impossibles, ou de très peu de durée, le commerce soit intérieur, soit étranger ne saurait être presque jamais interrompu.

CINQUIÈME AVANTAGE
Le système de [•] l’équilibre est de plus de dépense ; il est même plus difficile à établir et à maintenir que le système de l’Union européenne

§ 95

Nous avons vu que le système de l’Union est infiniment au-dessus du système de l’équilibre, puisqu’il garantit des guerres étrangères et des guerres civiles, qu’il donne incomparablement plus de sûreté pour la conservation des États en leur entier, et qu’il procure la continuation inaltérable du commerce intérieur et étranger ; mais quand l’équilibre procurerait les mêmes avantages, il serait encore bien moins souhaitable, si, pour l’établir, le maintenir et le rétablir quand il est détruit, il faut courir plus de hasards et faire une dépense incomparablement plus grande que pour établir et maintenir l’Union.

§ 96

Or il n’y a qu’à faire réflexion sur toutes les dépenses qu’a faites l’Europe en différentes guerres depuis deux cents ans, soit pour maintenir, soit pour rétablir cette vaine idole à laquelle les nations sacrifient si aveuglement, si inutilement, et depuis si longtemps tant d’hommes et tant de richesses [•] ; et l’on verra que ces seules richesses valent quatre fois plus que ne vaut en capital le revenu de toute espèce de l’Europe entière ; de sorte que si au lieu de se contenter du système de l’équilibre, on eût établi la société européenne il y a deux cents ans, l’Europe serait quatre fois plus riche qu’elle n’est, elle ne serait pas divisée en tant de religions différentes, et les arts et les sciences auraient été portés incomparablement plus loin qu’ils ne sont.

§ 97

Que si l’Union ne s’établit pas, qu’on fasse attention à ce qu’il en coûtera encore d’ici à deux cents ans, soit pour maintenir, soit pour rétablir cet équilibre ; et qui doute que si les Anglais, les Hollandais et les autres alliés parvenaient à conquérir présentement l’Espagne pour la maison d’Autriche, ils ne fussent peut-être obligés dans cent cinquante ans de faire les mêmes dépenses pour la conquérir en faveur de la maison de France, si elle se trouvait trop affaiblie par plusieurs divisions et par plusieurs minorités successives.

§ 98

Qu’en coûtera-t-il au contraire pour établir et pour maintenir l’Union ? Presque rien pour l’établir, si ce n’est la restitution de quelques conquêtes injustes et mal assurées ; presque rien pour la maintenir, en comparaison des dépenses de la guerre [•].

§ 99

Il demeure donc pour constant, ce me semble, que l’équilibre entre la maison de France et la maison d’Autriche ne procure aucune sûreté suffisante ni contre les guerres civiles, ni contre les guerres étrangères, et ne donne par conséquent aucune sûreté suffisante ni pour la conservation des États, ni pour la continuation du commerce : et c’est la proposition que je m’étais proposé de démontrer.

Conclusion du discours

§ 100

[•]La première idée qui vient à un souverain moins puissant pour ne pas succomber sous les efforts d’un voisin beaucoup plus puissant, c’est d’intéresser d’autres puissances dans sa querelle : et quand il trouve des souverains prudents, il n’a pas de peine à leur persuader qu’ils ont un grand intérêt d’empêcher qu’il ne soit accablé par le plus fort, puisque ce plus fort devenu plus puissant par ses conquêtes serait bientôt beaucoup plus redoutable à chacun d’eux. Voilà le fondement de la plupart des traités de ligues particulières que font les moins puissants pour leur propre conservation contre les plus forts.

§ 101

[•]Il est impossible que lorsque les souverains d’Allemagne ont commencé à jouir de leurs nouvelles souverainetés, les plus forts n’aient pas plusieurs fois tenté d’accabler les plus faibles, et que les plus faibles, pour n’être pas accablés, n’aient eu autant de fois recours à des traités de ligues avec leurs voisins pour leur conservation mutuelle.

§ 102

Cette idée est donc bonne, elle serait même excellente, si au lieu de la borner à une société particulière de trois ou quatre souverains, et pour un temps limité, les alliés visaient à la rendre [•] permanente et suffisamment puissante, c’est-à-dire composée de tous les princes chrétiens.

§ 103

Quand il s’élève deux souverains très puissants parmi des voisins beaucoup moins puissants, alors ceux-ci, outre leurs ligues particulières, commencent naturellement à désirer de tenir ces deux puissances divisées, et de conserver une sorte d’équilibre entre elles : ils sentent facilement combien leur liberté tient à la liberté de chacune de ces maisons plus puissantes et qu’ils n’ont plus nulle sûreté pour leur conservation, si d’un côté chacune de ces maisons n’est conservée dans sa puissance, et si de l’autre l’on n’a soin de les tenir divisées entre elles ; telle est la seconde idée qui vient à l’esprit, tel est le second pas de la politique pour éviter un second danger d’être assujetti par l’une de ces deux puissances ; il est même impossible que dans ces premiers temps de la naissance des souverainetés d’Allemagne, les plus faibles n’aient fondé toute la sûreté de leur conservation sur ces deux idées d’alliance et d’équilibre ; mais il est impossible aussi qu’ils n’aient vu dans la suite que si ces deux moyens suffisaient pour les garantir durant quelque temps de l’invasion de la part des plus forts d’entre eux, ils ne les garantissaient nullement d’être souvent en guerre les uns contre les autres, tantôt pour défendre leurs alliés, tantôt pour se défendre eux-mêmes.

§ 104

Ce n’est donc pas une idée nouvelle que l’idée de conserver l’équilibre entre les plus forts : elle est simple, elle est naturelle, c’est une des premières qui vient à l’esprit ; aussi tel a été le progrès de la politique en Allemagne. Les souverains virent bien que cet équilibre si difficile et à établir et à conserver opérait à la vérité une sûreté [•] passagère contre l’ambition et l’injustice des plus puissants ; mais le sage auteur de l’Union germanique, en réfléchissant sur les sources des malheurs de la nation, n’eut pas de peine à voir que ce remède, loin de diminuer le nombre de ces guerres également ruineuses pour les plus faibles comme pour les plus forts, ne faisait autre chose que les faire durer plus longtemps, et ne donnait pas même de sûreté permanente de la durée des États ; ce fut alors que ce grand génie eut l’occasion de s’élever jusqu’à la troisième idée, pour éviter le malheur des guerres fréquentes et presque perpétuelles ; ce fut alors qu’il représenta aux souverains qu’ils gagneraient tous infiniment à ne se plus contenter de cet équilibre qui ne donne aucune autre voie que la guerre pour terminer les différends futurs ; mais de viser à une union générale et permanente des souverains de la nation, et de faire qu’ils fussent perpétuellement représentés par des députés dans les diètes, afin d’avoir une sûreté permanente de terminer sans guerre, par conciliation ou par arbitrage, les différends futurs, en imposant une peine très considérable, comme est celle du ban, ou de la perte de ses États, à celui qui refuserait d’exécuter le jugement du corps germanique, et qui voudrait désormais soutenir ses droits par la force contre tout le corps12.

§ 105

Il n’est donc pas étonnant que pour leur conservation les princes moins puissants en Europe aient mis d’abord en usage les deux premiers moyens, dont les princes moins puissants en Allemagne se servirent autrefois pour la leur, c’est-à-dire les traités et le maintien de l’équilibre : mais il serait fort étonnant que les souverains d’Europe connaissant, surtout depuis deux cents ans par une expérience pareille à celle qu’avaient eue les souverains d’Allemagne, que les ligues particulières et le maintien de l’équilibre sont des moyens très insuffisants pour la sûreté des États, et qu’ils sont des moyens tout à fait inutiles pour empêcher la guerre, ils ne portassent pas leurs vues politiques aussi loin que les anciens princes allemands [•] ; il serait étonnant qu’après avoir vu clairement que comme il n’y avait pour éviter un si grand mal en Allemagne d’autre moyen que l’Union permanente de l’Allemagne entière perpétuellement représentée par des députés de chaque souverain dans une ville libre d’Allemagne, ils ne vissent pas qu’il n’y a, pour éviter un si grand mal en Europe, qu’un seul moyen, qui est l’Union permanente de l’Europe entière, perpétuellement représentée par des députés de chaque prince dans une ville libre d’Europe ; nous allons encore plus éclaircir cette idée dans le Discours suivant. Je me suis borné dans celui-ci à montrer que les moyens dont on s’est servi jusqu’à présent pour conserver la paix sont entièrement inefficaces ; c’est au lecteur à juger si je suis parvenu au but que je m’étais proposé.

SECOND DISCOURS
Deux préjugés en faveur du projet

§ 106

[•]Je ne me propose dans ce Discours que de mettre dans tout leur jour deux puissants préjugés en faveur du projet de la société européenne. Le premier est tiré de la formation et de la durée de la société germanique. Le second est tiré du plan même de la société européenne imaginé par Henri le Grand, et agréé de son temps par la plus grande partie des potentats de l’Europe.

PREMIÈRE PROPOSITION À DÉMONTRER [•]
[•]Les mêmes motifs et les mêmes moyens qui ont suffi pour former autrefois une société permanente de toutes les souverainetés d’Allemagne sont également en notre pouvoir, et peuvent suffire pour former une société permanente de toutes les souverainetés chrétiennes.

§ 107

[•]Je crois avoir suffisamment prouvé deux choses dans le Discours précédent : 1o que dans la constitution présente de l’Europe, les traités entre les souverains n’ont aucune sûreté suffisante de leur exécution ; 2o qu’il est impossible que le système de l’équilibre rende la paix durable en Europe ; qu’ainsi les malheurs de la guerre se renouvelleront incessamment, et dureront tant qu’il n’y aura pas entre les souverainetés chrétiennes une société permanente qui leur donne sûreté suffisante de l’exécution des promesses faites dans les traités, et qui soit l’arbitre des prétentions qui n’ont point été ou prévues ou réglées par ces mêmes traités.

§ 108

[•]La première chose que demande présentement le lecteur, c’est de savoir s’il est absolument impossible ou s’il n’est effectivement que difficile de former peu à peu une société si désirable ; il ne faut, pour s’en éclaircir, que pénétrer dans les motifs et les moyens qui ont formé l’Union helvétique13, l’Union belgique14, et particulièrement l’Union germanique, et l’on verra que ces mêmes motifs et ces mêmes moyens suffisent pour former une société encore plus grande, et qui pourra toujours croître, jusqu’à ce qu’elle embrasse toute la chrétienté. Je me propose d’examiner ces motifs et ces moyens à fond dans les Discours suivants : je me contenterai de montrer dans celui-ci que l’on ne trouvera pas plus de difficultés à former présentement l’Union européenne que l’on en trouva autrefois à former l’Union germanique, et que l’Union européenne produirait d’aussi grands avantages à proportion aux souverains d’Europe et à leurs sujets que l’Union germanique en a produit et en pourrait produire aux souverains d’Allemagne et à tous les Allemands.

§ 109

[•]Je sais que les arguments que l’on tire des comparaisons ne suffisent pas toujours pour convaincre, mais on m’avouera aussi qu’ils servent du moins à disposer l’esprit à se laisser toucher aux preuves directes, et c’est cette disposition d’esprit du lecteur où je me borne dans ce Discours, afin que les preuves du Discours suivant puissent faire sur lui l’effet naturel que font de bonnes preuves sur de bons esprits.

§ 110

[•]Je m’attacherai particulièrement à examiner l’Union germanique : 1o parce que c’est un modèle plus en grand ; 2o parce qu’il y a eu plus de difficultés à la former ; 3o parce qu’il y a plus de convenance.

§ 111

Dans le neuvième siècle, sur la fin [•] du règne de Louis le Débonnaire fils de Charlemagne, ensuite sous le règne de ceux de ses descendants qui gouvernent l’empire d’Allemagne, à mesure qu’ils perdaient de leur autorité, on voyait les duchés, les comtés et les autres gouvernements immédiats se donner aux ducs, aux comtes pour toute leur vie ; quelques-uns obtenaient des survivances pour leurs enfants ; enfin il arriva des règnes si faibles que ces gouvernements devinrent peu à peu héréditaires ; et comme ces gouverneurs avaient tout droit et tout pouvoir sur les armes et sur la justice, leurs gouvernements devinrent autant de souverainetés, les unes plus grandes, les autres plus petites, qui ne tenaient plus à l’empereur que par de très légers tributs, par les actes de foi et hommages, et par les cérémonies des investitures que l’héritier du souverain feudataire défunt prenait de l’empereur, et que l’empereur ne pouvait pas ordinairement lui refuser. Ils étaient seulement obligés, à cause de ces fiefs impériaux, d’entretenir et de mener des troupes à l’empereur à proportion de la grandeur de ces fiefs, et seulement lorsque l’Empire était en guerre. Un grand nombre d’archevêques, d’évêques et d’autres ecclésiastiques, qui avaient des grands fiefs, conservèrent de même à leurs successeurs le droit de la justice et des armes ; enfin longtemps après plusieurs villes considérables se détachèrent des gouvernements particuliers, et obtinrent de se gouverner elles-mêmes en républiques sous la protection [•] de l’empereur et de l’Empire.

§ 112

[•]Ainsi du débris de la puissance et de la souveraineté impériale, se forma une multitude prodigieuse de petites puissances particulières et de petites souverainetés subalternes ; il en reste encore en Allemagne plus de deux cents : mais il y en avait alors beaucoup davantage [•], parce que cet Empire était alors beaucoup plus étendu qu’il n’est aujourd’hui, et parce que plusieurs souverains ont uni par différents droits et sous différents prétextes plusieurs souverainetés aux leurs. Tel était à peu près l’état de l’Empire lorsqu’il passa des princes descendus de Charlemagne à d’autres princes de maisons différentes, lorsqu’il cessa d’être héréditaire en devenant électif.

§ 113

[•]Il était bien difficile, ou plutôt il était absolument impossible qu’un si grand nombre de souverains aussi voisins [•], aussi ambitieux, aussi jaloux de leurs droits, n’eussent souvent des démêlés ensemble, soit pour des successions, soit pour l’exécution de quelque promesse, soit pour leurs limites, soit enfin pour le commerce de leurs sujets : ils n’avaient encore que la voie des armes pour obtenir leurs prétentions ; aussi vit-on alors en Allemagne, tantôt une contrée, tantôt une autre, tantôt toutes les contrées ensemble entièrement désolées, et par les guerres du dehors, et par les guerres du dedans qui sont les plus cruelles, et qu’on ne pouvait alors empêcher de renaître incessamment l’une de l’autre ; il arrivait même assez ordinairement que l’empereur, ou ne pouvait y remédier, faute de force, ou qu’il ne le voulait pas, faute de bonne volonté, soit par jalousie, soit par la considération de quelques intérêts particuliers [•], et comme c’est l’époque de la plus grande faiblesse des empereurs, c’est aussi l’époque de la plus grande indépendance des souverains feudataires : indépendance qui entretenait leurs divisions, et qui fut toujours très malheureuse pour la nation, tant qu’ils ne s’avisèrent point du seul moyen qui pouvait la garantir des malheurs de la guerre.

§ 114

Il était naturel dans ces calamités publiques que chacun cherchât, selon l’étendue de son esprit, quelque préservatif propre à les faire éviter, ou du moins quelque remède propre à les faire finir. Ce fut alors que l’on vit naître le plan de l’Union germanique, pour ne faire de tous les membres de l’Empire qu’un même corps, afin d’y conserver la paix, le commerce et l’abondance, et de donner à chaque souverain sûreté pour la conservation de ses États et pour l’exécution des traités. Je ne sais pas si [•] ce projet tomba d’abord dans l’esprit d’un prince ou d’un particulier. Je ne sais pas non plus jusqu’où l’auteur le porta d’abord ; mais toujours [•] ce fut alors que l’Union commença à se former, elle ne se forma pas sans projet, et ce fut dans ce temps-là que parut ce chef-d’œuvre de politique si digne d’un bon prince, d’un bon citoyen, et qui était si nécessaire au salut de la patrie.

§ 115

Or quel que soit ce sage inventeur, on croira facilement [•] que plusieurs de ceux qui lurent son projet, prévenus contre la nouveauté d’une pareille société, firent moins d’attention aux puissants motifs qui pouvaient faire conclure un pareil traité qu’aux difficultés de l’exécution ; ils virent un grand nombre de souverains qui avaient une infinité de prétentions, d’intérêts directement opposés, et sans approfondir davantage, ils jugèrent que ces difficultés seraient toujours insurmontables ; ainsi ils regardèrent ce dessein comme une vision de paix et de tranquillité qui était à la vérité belle dans la spéculation, mais inutile dans la pratique ; ainsi ils ne firent nul scrupule de décréditer comme chimérique un projet dont eux-mêmes et leurs neveux devaient un jour tirer de si grands avantages. Il faudrait (disaient-ils), pour espérer quelque exécution de ce projet, que les souverains allemands fussent tous sages, raisonnables, équitables, sans passions, instruits par eux-mêmes de leurs affaires, moins occupés de leur propre bonheur que du bonheur de leurs sujets : en un mot il faudrait qu’ils fussent tels qu’ils devraient être, et non pas tels [•] qu’ils sont en effet ; or s’ils étaient tous tels qu’ils devraient être, ils n’auraient pas besoin, pour vivre toujours en paix, d’autre loi que celle de la raison, et alors le projet deviendrait entièrement inutile.

§ 116

[•]Quelques autres lecteurs, moins prévenus, trouvant ce projet de la dernière importance, jugèrent qu’il fallait faire une égale attention, et aux motifs qui pouvaient faire désirer à chacun des souverains cette union générale de l’Allemagne, et aux difficultés de l’exécution ; ils virent qu’à mesure que l’on faisait attention à la grandeur des motifs, les difficultés s’évanouissaient d’elles-mêmes, puisque ces motifs étaient les grands avantages que chaque souverain devait tirer de la société permanente, et que les grandes difficultés ne venaient que des espérances ou des prétentions, c’est-à-dire des avantages que chacun d’eux pouvait se promettre de la non-société : or la comparaison de ces deux sortes d’avantages faisait disparaître ces obstacles, qui avaient paru d’abord entièrement insurmontables ; ils jugèrent même qu’il n’était pas difficile de faire agréer cette union à quatre ou cinq souverains, et que le traité étant proposé de proche en proche, tantôt à l’un, tantôt à l’autre, le nombre des confédérés pourrait s’augmenter peu à peu, et d’autant plus facilement que la faiblesse de quelques États, la minorité des souverains puissants, les divisions intestines de ces puissants États, les désavantages dans des guerres étrangères seraient dans la suite des siècles autant de conjonctures favorables à l’agrandissement d’une société où aucun membre ne pouvait jamais rien perdre du sien, et où il pouvait beaucoup gagner par la durée des maisons souveraines, par le retranchement de la dépense de la guerre, par les richesses et l’opulence que produit un commerce plus sûr, plus étendu et plus durable. Ils disaient, pour appuyer leur sentiment, que pour donner leur consentement à cette société, il n’était point nécessaire que les souverains fussent sans passions, qu’ils eussent atteint à un si haut degré de sagesse, de raison, d’équité, de bonté pour leurs peuples, qu’il suffisait qu’ils fussent médiocrement habiles, qu’ils fussent assez intéressés pour craindre les grandes dépenses, et pour désirer de devenir beaucoup plus riches, qu’ils aimassent assez leur maison pour en craindre la ruine et pour en désirer la durée, qu’il suffisait que les moins puissants eussent assez de bon sens pour craindre d’être envahis par les plus puissants, qu’il suffisait que ceux-ci, instruits par la multitude des événements de l’histoire, fussent assez prévoyants pour craindre qu’après leur mort il ne s’élevât des séditions, des révoltes, des guerres civiles, des divisions dans la maison souveraine, des conspirations de sujets puissants durant des minorités ; or pour tout cela il n’est point nécessaire que les souverains soient ni sans passions, ni si raisonnables, ni tels qu’ils devraient être : en un mot il suffit qu’ils soient précisément tels qu’ils sont ; or c’est (disaient-ils) en les supposant tels qu’ils sont en effet qu’ils ont besoin de former la société germanique pour augmenter considérablement leur propre bonheur.

§ 117

Si je raconte [•] ainsi les divers jugements que l’on fit, et les différents discours que l’on tint alors sur ce projet de l’Union germanique, ce n’est pas sur la foi des mémoires des contemporains qui peuvent tromper et être trompés, c’est sur la foi des mémoires de la nature même, qui sont plus sûrs ; c’est qu’il est impossible qu’un projet de cette espèce ne rencontre deux sortes de lecteurs, gens d’esprit, les uns vifs, éloquents, un peu superficiels, fort décisifs, qui haïssent la peine de l’examen, qui aiment à juger des ouvrages sur le titre, et comme on dit, sur l’étiquette du sac, guidés seulement par leurs premières préventions. Les autres en plus petit nombre qui n’ont ni une mémoire si heureuse, ni une imagination si féconde, mais qui, accoutumés à suspendre leur jugement jusqu’après l’examen, marchent plus lentement pour marcher avec plus de sûreté ; ceux-ci sont encore au doute, lorsque les autres sont à la décision ; la nouveauté ne les rebute ni ne les séduit, ils pèsent chaque pour et chaque contre, ils assemblent tous les pour et tous les contre avec le plus d’exactitude qu’ils peuvent, ils balancent longtemps le total des uns contre le total des autres et ensuite ils jugent. Cette allure ne plaît pas aux premiers, elle est trop lente, et au lieu de cent jugements bien décisifs qu’ils font en huit jours, à peine en feraient-ils deux ; aussi comme le hasard a beaucoup de part à leurs préventions et par conséquent à leurs opinions, et que par la crainte de la honte d’avoir mal jugé et par le désir de la gloire d’avoir mieux jugé que les autres, tout leur esprit est employé dans la suite à soutenir le parti qu’ils ont pris imprudemment : ils ne sont plus en état ni d’apercevoir leur erreur, ni de se repentir de leur imprudence, ni même de se tenir une autre fois en garde contre la précipitation de leurs jugements.

§ 118

Or que pouvaient [•] faire ces différentes sortes d’esprits à l’égard du projet de l’Union germanique, si ce n’est des prédictions fort différentes ? Les uns soutinrent qu’il était impraticable, et qu’il ne s’exécuterait jamais. Les autres jugèrent qu’il était praticable, et que selon les apparences il s’exécuterait un jour. Or que fais-je en peignant les effets de la nature ce temps-là ? Je ne fais que peindre des effets semblables de la même nature à l’égard d’un semblable ouvrage, pour ce temps-ci ; et plaise à Dieu que malgré les différents jugements et les diverses prédictions de ce temps-ci, l’ouvrage nouveau ait dans notre siècle le même sort pour le bonheur de l’Europe que l’ouvrage ancien eût autrefois pour le bonheur de l’Allemagne, les mauvais prophètes se consoleront facilement de s’être trompés, et les bons auront double joie, et du succès du projet, et de l’accomplissement de leur prédiction.

§ 119

Si [•] l’auteur du système de la société allemande ne se rebuta point, ni par ces discours vagues et généraux, ni par les premières oppositions qui se rencontrèrent dans l’exécution, c’est qu’il voyait clairement que tous les intérêts qui portaient les princes à un état de division ne pouvaient jamais peser la centième partie des intérêts qui les portaient tous à l’Union, et à former une société permanente : or on peut bien d’abord par prévention s’éloigner d’un traité avantageux, mais on y revient toujours quand il est présenté de temps en temps, de plusieurs côtés, par différentes mains, lorsqu’on a devant soi l’exemple des autres, lorsque les ministres les plus sages et les plus désintéressés sont consultés, et surtout quand les avantages du bon parti sont si grands et mis dans un certain point d’évidence qu’il n’y a, pour ainsi dire, qu’à prendre le jeton.

§ 120

Quoi qu’il en soit, il faut bien que les souverains d’Allemagne qui [•] signèrent les premiers le traité de l’Union germanique reconnussent alors avec évidence qu’à tout compter [•], ils ne pouvaient jamais signer un traité plus avantageux pour eux, pour leurs maisons, pour leurs successeurs et pour leurs sujets. Il faut bien que ceux qui suivirent l’exemple des premiers fissent le même jugement, puisque enfin on commença à signer le traité qui fut le fondement de ce grand établissement ; et c’est de là que je conclus que rien n’empêche qu’il ne s’en forme un semblable encore plus grand, si l’on montre que ce sera cette grandeur même qui y apportera le plus de facilité.

§ 121

Il est à propos, avant que de passer outre, de remarquer que l’Union germanique avait deux défauts considérables qui la détruisaient insensiblement au-dedans, et qui l’empêchaient de s’accroître au-dehors, et que cependant elle ne laisse pas de subsister jusqu’à présent, languissante à la vérité, mais pourtant dans un état propre à montrer ce qu’elle a été, et ce qu’elle pourrait être ; mais ce qui fait à notre sujet, elle montre encore ce qu’on pourrait attendre d’une société semblable qui serait exempte de ces deux défauts.

§ 122

Le premier, c’est que les membres [•], pour se conserver une entière liberté de donner leurs suffrages, et de faire des propositions utiles au bien de l’Union, devaient former dès lors les cercles15, et convenir que le député de chaque cercle serait tour à tour président de la Chambre impériale, de la Diète ou de ce conseil représentatif de la nation, qui dura quelque temps du règne de Maximilien et de Charles Quint, sous le nom de régence16, dans les intervalles qui se rencontraient entre les différentes diètes : au lieu de cela, c’est toujours le député de l’empereur qui y préside ; or on sait qu’on ne délibère dans les assemblées que sur ce que propose le président17, et comme les intérêts de l’empereur sont souvent fort différents et même fort opposés aux intérêts de l’Empire, il n’arrive que trop souvent que ce qu’il fait proposer regarde bien plus son intérêt particulier que l’intérêt du corps, et qu’il a grand soin d’éloigner les délibérations qui, en augmentant la liberté et l’utilité des membres, iraient à diminuer tant soit peu l’autorité du chef.

§ 123

Le second [•], c’est qu’ils ne devaient jamais, en élisant l’empereur, lui donner, ni le pouvoir de commander les armées de l’Empire par lui-même ou par son lieutenant, ni le pouvoir de nommer à tous les emplois de l’armée, ni le pouvoir de lever sur les membres les contingents pour les nécessités du corps ; ils devaient se garder le droit de se choisir leur général brave, habile, expérimenté, de maison non souveraine, révocable toutes fois et quantes ; ils devaient se réserver le droit de nommer des commissaires pour lever les contingents ; ils devaient se réserver la nomination des principaux officiers.

§ 124

[•]Ces deux défauts ont produit à cette union, à cette espèce de république, deux inconvénients très grands, et dont la grandeur n’a pu être bien aperçue que par la suite des siècles. Le premier inconvénient, c’est que la liberté des membres est diminuée à proportion que l’autorité de l’empereur est augmentée ; et cette autorité s’est si fort accrue que sous l’empire de Charles Quint le corps germanique aurait été presque anéanti, si François premier ne fût venu au secours de sa liberté expirante ; et n’avons-nous pas vu cette même liberté fort affaiblie avant le traité de Münster18, et rétablie dans ce traité par le secours du roi ? Et que deviendrait encore ce même traité, si le roi, comme garant, n’en soutenait continuellement l’exécution ? Les jalousies et les divisions des membres donneraient bientôt la facilité à l’empereur de les subjuguer tous les uns après les autres.

§ 125

[•]L’affaiblissement de la liberté du corps germanique est encore devenu fort sensible par l’état où se trouve présentement l’autorité de la Chambre impériale qui a été si longtemps à Spire, et qui est présentement à Wetzlar19. C’était, pour ainsi dire, le centre de l’Union ; chaque souverain y avait son député ; les démêlés entre souverains, les démêlés pour le commerce entre les sujets de divers souverains y étaient ou conciliés par des médiateurs, ou jugés à la pluralité des voix par ces députés, comme arbitres éclairés, équitables et parfaitement autorisés. L’autorité de cette chambre jointe avec l’autorité de la Diète, qui se tenait tous les ans dans quelque ville libre, faisait toute la force de l’Union ; il était de l’intérêt des empereurs de les affaiblir pour se fortifier de ce qu’ils leur ôteraient : ils ont commencé par les séparer, en les mettant en deux villes différentes, et ils n’ont point eu de repos jusqu’à ce qu’ils aient établi la Chambre aulique20, dont ils nomment tous les juges, et jusqu’à ce qu’ils aient donné à cette chambre le même pouvoir qu’à la Chambre impériale ; ils ont même ôté à la Chambre impériale le droit de décider les affaires importantes, si ce n’est avec le consentement de l’empereur ; les diètes sont devenues plus rares par la multiplication des difficultés et par la dépense. Ainsi l’empereur devient, pour ainsi dire, l’unique juge des différends des autres souverains ; ainsi on peut dire que ce seul défaut a conduit insensiblement la République germanique sur le penchant de sa ruine.

§ 126

L’autre inconvénient est encore beaucoup plus considérable ; car enfin le plus grand de tous les inconvénients qui puisse arriver à une république, c’est de pouvoir être affaiblie par divers accidents, sans pouvoir s’accroître par aucune conjoncture favorable. Or si la république des souverains d’Allemagne n’eût eu que des présidents alternatifs pris d’entre les députés de chaque membre, s’il n’y avait point eu de chef perpétuel pour la justice et pour les armes [•], qui doute que la plupart des souverainetés voisines, selon les différentes situations de leurs affaires, n’eussent l’une après l’autre demandé depuis cent cinquante ans à entrer dans cette République ? Est-ce que les Suisses n’y seraient pas rentrés comme un nouveau cercle ? Est-ce que Genève, est-ce que la plupart des princes et des États d’Italie n’y seraient pas entrés ? Est-ce que la république de Hollande n’aurait pas demandé à y entrer en plusieurs occasions ? L’Angleterre de même, au milieu de ses divisions sous Charles premier, n’y serait-elle pas entrée ? La France elle-même n’a-t-elle pas dans le seizième siècle souffert de terribles secousses ? N’a-t-elle pas été à deux doigts d’un bouleversement total ? Or si pour sortir de tous ses embarras, Henri III n’eût eu qu’à entrer dans une société qui l’eût garanti de toute crainte, et qui lui eût tendu les bras, eût-il balancé ? La Pologne en diverses occasions, et particulièrement sous Casimir21. Le Danemark et la Suède en plusieurs fâcheuses situations. Le Portugal surtout au commencement de la révolution, il y a soixante-dix ans22. Or si l’Union germanique eût été constituée de manière qu’elle eût pu profiter depuis cinq ou six siècles de tous les grands événements des États de l’Europe, elle fût devenue insensiblement avec le temps cette même Union européenne que je propose aujourd’hui. Mais quand ces États, quand ces souverains ont vu qu’ils ne pouvaient entrer dans l’Union germanique, sans se donner l’empereur pour maître, ou du moins pour supérieur perpétuel, cette seule considération les a toujours empêchés de souhaiter d’être membres de cette République. De là vient que cette union n’a jamais pu s’accroître, et que par divers accidents qui ne sont pas de mon sujet, elle a perdu plusieurs membres et beaucoup de territoire.

§ 127

Je conviens que le sage [•] allemand qui proposa le projet de l’Union germanique est très excusable en ce qu’il fut apparemment contraint de suivre quelque chose du plan de l’Empire, et de bâtir une espèce de république sur quelques-uns des fondements d’une ancienne monarchie. Il ne lui était peut-être pas permis de bâtir tout à neuf, et l’on croyait sans doute alors avoir beaucoup fait, que d’avoir rendu l’Empire électif, d’avoir élevé quelques digues contre les usurpations des empereurs. Or il faut convenir qu’il était bien difficile de prévoir qu’au bout de plusieurs siècles, un grand nombre de petites usurpations du chef sur les membres feraient un si grand changement dans la constitution de la république que les fondements de sa liberté en demeureraient presque entièrement sapés ; et après tout il était bien difficile, en retenant quelque chose de ce vieux édifice monarchique, de faire de tous ces États un État plus républicain que celui du corps germanique : mais il faut convenir aussi qu’il lui arriva comme à un architecte qui gâte son nouveau bâtiment pour conserver quelque chose de l’ancien ; or la faute, quoique très excusable par rapport à l’auteur, n’en est pas moins considérable par rapport à l’ouvrage.

§ 128

[•]Les Hollandais, dans la constitution de leur république de sept États souverains, n’ont jamais eu de président perpétuel des États généraux, mais ils ont eu quelque temps un prince pour stathouder ou général, et pour général perpétuel ; il y a même une de ces souverainetés qui a un stathouder ou général héréditaire, et c’est un prince. Quoi qu’il en soit, les Hollandais ont évité ce défaut essentiel depuis la mort du roi Guillaume23 ; à l’égard des treize souverainetés suisses, ils ont l’avantage de n’avoir jamais tombé dans une faute aussi essentielle pour une république de souverains.

§ 129

[•]L’exemple de l’Union Belgique et de l’Union helvétique24, qui subsistent sans chef perpétuel, prouve que l’on peut s’en passer, comme l’Union germanique prouve de son côté que des souverains héréditaires très puissants peuvent trouver leur intérêt à former et à maintenir une société permanente avec des princes beaucoup moins puissants, avec des républiques, avec des souverains électifs ecclésiastiques et séculiers, et avec des États de religion très opposée. Nous allons entrer plus en détail dans toutes les parités et dans toutes les disparités qui peuvent être de quelque conséquence entre l’Union européenne, dont je propose l’établissement, et l’Union germanique, qui est depuis longtemps tout établie.

§ 130

[•]Il y a trois sources principales de ressemblances et de différences. La première vient des motifs qui ont pu déterminer les Allemands à l’union. La seconde vient des obstacles et des difficultés qu’ils ont pu rencontrer dans cette formation. La troisième vient des moyens qu’ils pouvaient avoir pour réussir dans leur dessein. Il faut donc examiner : 1o si ceux qui ont commencé l’Union germanique avaient plus de motifs et de plus puissants que ceux qui peuvent commencer l’Union européenne ; 2o s’ils avaient de moindres obstacles et en moindre nombre ; 3o s’ils avaient alors des moyens que nous n’ayons pas présentement.

Comparaison des motifs [•]

§ 131

[•]1o Un de leurs motifs, surtout des souverains moins puissants, était de conserver tout leur territoire et tous leurs droits contre les efforts des plus puissants, et ils cherchaient cet avantage dans l’Union germanique.

§ 132

[•]Or qui peut dire que les plus faibles de ce temps-là eussent plus de crainte de l’invasion que n’en ont les plus faibles de ce temps-ci ?

§ 133

Au contraire, qui ne voit que ce désir est le même dans nos souverains d’aujourd’hui, et qu’ils ont de plus que les anciens une espérance bien mieux fondée de leur conservation, puisque l’Union européenne leur donnerait sur cela une sûreté suffisante, c’est-à-dire sûreté parfaite, avantage que n’ont jamais pu se promettre les membres de l’Union germanique ? Ainsi de ce côté-là le motif des souverains d’aujourd’hui doit être beaucoup plus fort que le motif des souverains de ce temps-là. [•] On ne peut pas dire non plus qu’il y eût alors deux maisons puissantes qui fussent plus redoutables aux autres souverains de ce temps-là que la maison de France et la maison d’Autriche ne sont redoutables aujourd’hui aux souverains de ce temps-ci. Ainsi en supposant l’égalité de proportion entre les deux temps, je crois que je ne suppose rien que de raisonnable.

§ 134

[•]2o Un des motifs des souverains de ce temps-là était d’avoir dans la force et dans la protection de l’Union germanique un préservatif sûr contre les conspirations, contre les divisions domestiques, contre les révoltes, et en un mot contre les guerres civiles, et de conserver ainsi toujours le commerce intérieur chacun entre ses propres sujets.

§ 135

[•]Or qui peut dire que les souverains de ce temps-là eussent plus de crainte des guerres civiles, et plus de désir de conserver le commerce intérieur de leurs États, que les souverains de ce temps-ci ?

§ 136

[•]Au contraire, nous avons comme eux de tristes expériences de ces terribles maux, et nous avons de plus qu’eux les histoires de leurs propres malheurs, et de semblables malheurs qui sont arrivés depuis dans l’Europe, surtout par les troubles de religion ; et à l’égard du commerce intérieur, nous avons encore plus de sujet qu’eux d’en désirer la conservation, 1o parce qu’avec le temps il s’est beaucoup augmenté depuis cinq ou six siècles par le perfectionnement des arts, et par toutes les facilités qu’on a trouvées, soit pour les échanges en papier, soit pour les voitures, soit pour les sûretés. 2o Parce que les hommes sont devenus plus éclairés sur tout, et par conséquent sur leurs intérêts ; ainsi les souverains d’aujourd’hui perdraient beaucoup davantage que les souverains de ce temps-là, en perdant ce commerce intérieur, et ils voient encore plus clair ce qu’ils perdraient que ne le pouvaient voir ces anciens Allemands ; mais ce qui met une prodigieuse différence dans le motif, c’est que les souverains de ce temps-là ne pouvaient pas se promettre une sûreté entière contre les guerres civiles, puisque plusieurs de leurs associés pouvaient se détacher impunément de l’Union, par le secours des voisins puissants, et favoriser ensuite les révoltes chez leurs associés, au lieu que dans l’union de la chrétienté, aucun souverain ne pourra plus s’en détacher impunément, puisqu’il n’aura aucun voisin qui ne soit membre de l’Union ; or il est visible que cette grande augmentation de sûreté est une grande augmentation de motif.

§ 137

[•]3o Les souverains de ce temps-là avaient un grand intérêt, pour la conservation de leur maison sur le trône, de procurer une grande protection aux enfants mineurs qu’ils pourraient laisser eux et leurs descendants dans la suite des siècles, et d’éloigner ainsi toutes sortes de conspirateurs et d’usurpateurs ; et ils pouvaient espérer pareille protection de la société germanique.

§ 138

[•]Or qui peut dire que nos souverains d’aujourd’hui n’aient pas le même intérêt pour la durée de leur maison, ou qu’ils y soient moins sensibles que les souverains de ce temps-là, et qui peut dire qu’ils ne puissent espérer une pareille protection de la société européenne ?

§ 139

[•]Au contraire, comme il est impossible que les souverains d’aujourd’hui ne voient que la société européenne sera beaucoup plus puissante et beaucoup plus durable que la protection de la société germanique, il est impossible aussi qu’ils ne désirent plus fortement la société européenne que ceux-là ne désiraient la société germanique. Ainsi de ce côté-là le motif est encore plus grand, le ressort plus fort pour commencer et pour achever l’entreprise.

§ 140

[•]4o Un autre motif des souverains de ce temps-là était de trouver dans cette société une garantie, une sûreté suffisante de l’exécution parfaite des promesses réciproques des traités qu’ils avaient faits, ou qu’ils feraient dans la suite entre eux ; garantie, sûreté qu’ils ne pouvaient jamais espérer, s’ils ne devenaient membres d’une société permanente.

§ 141

[•]Or qui peut dire que les souverains d’aujourd’hui désirent moins une pareille garantie, une pareille sûreté pour l’exécution de promesses réciproques des traités ?

§ 142

[•]Au contraire, comme il est évident que la sûreté d’exécution que peut procurer l’Union germanique n’est pas parfaitement suffisante, et que celle que procurera l’Union européenne sera parfaitement suffisante, il est évident que celle-ci sera bien plus désirable, et par conséquent bien plus désirée par les souverains d’aujourd’hui que la garantie de l’Union germanique n’était désirée par les souverains de ce temps-là.

§ 143

[•]5o Un des motifs les plus forts pour déterminer les souverains à prendre des mesures solides afin d’éviter la guerre à venir, ce sont les grands maux que cause la guerre présente, les prodigieuses dépenses, les chagrins fâcheux des mauvais succès présents, les cruelles inquiétudes sur les événements futurs, la diminution des revenus, la désolation des frontières, la perte de quantité de bons sujets, le cri perçant et perpétuel des peuples, qui demandent la fin de leurs malheurs.

§ 144

[•]Or qui peut dire que les princes allemands furent en ce temps-là plus sensibles à ce motif, pour les déterminer à signer le traité d’Union germanique, que ne le seront en ce temps-ci nos souverains européens, pour les déterminer à signer le traité d’Union européenne ?

§ 145

[•]Au contraire, comme les mesures qu’ils pouvaient prendre pour terminer sans guerre leurs différends futurs n’étaient pas à beaucoup près aussi solides que celles que l’on propose pour l’Union européenne, il est évident que ce plus de solidité rend cette union beaucoup plus désirable, et qu’elle sera par conséquent beaucoup plus désirée des souverains d’aujourd’hui que l’Union germanique ne fût alors désirée par les souverains de ce temps-là, et d’ailleurs je doute que ces souverains fussent alors aussi las de la guerre, aussi épuisés que les souverains d’Europe le sont aujourd’hui.

§ 146

[•]6o Un autre motif qu’eurent les souverains de ce temps-là, ce fut de maintenir le commerce avec les étrangers, qui était une source de grandes richesses et de grandes commodités.

§ 147

Or qui peut dire que les souverains d’aujourd’hui n’aient pas un aussi grand désir de s’assurer la continuation du commerce étranger par l’établissement d’une société permanente ?

§ 148

[•]Au contraire, comme les souverains d’aujourd’hui ont un bien plus grand commerce étranger, et que la plupart sont beaucoup plus avantageusement situés pour le commerce maritime, et que la navigation est trente fois plus grande et plus facile qu’elle n’était en ce temps-là, il est visible que l’intérêt des souverains d’aujourd’hui doit être un motif trente fois plus fort pour maintenir le commerce étranger par l’établissement de la société européenne que n’était l’intérêt ou le motif des souverains d’Allemagne pour l’établissement de la société germanique. Or non seulement l’augmentation du commerce doit augmenter le motif, mais l’établissement d’une société qui le doit conserver est d’autant plus désirable qu’il procure une plus grande sûreté pour le conserver sans interruption. Or il n’y a personne qui ne voie avec évidence que si la société européenne était formée, elle procurerait présentement pour le maintien de cette espèce de commerce cent fois plus de sûreté que n’en pouvait donner alors la société germanique ; ainsi de ce côté-là le motif de nos souverains doit être incomparablement plus fort que n’était le motif des souverains de ce temps-là.

§ 149

[•]Lors de la formation du corps germanique les membres ne pouvaient pas s’attendre qu’aucun d’eux ne se détacherait jamais de l’Union, parce qu’en se séparant, il pouvait être secouru par des puissances étrangères ; ils ne pouvaient pas non plus se promettre que leur corps ne serait jamais, ni attaqué, ni vaincu ou affaibli par ces puissances, ainsi ils n’avaient aucune sûreté suffisante, ni pour leur propre conservation, ni pour la conservation du commerce ; au lieu que le corps européen sera si grand, si puissant qu’il n’aura jamais à craindre ni qu’un voisin fomente la division, ni qu’il facilite le détachement d’aucun de ses membres, ni qu’il soit jamais assez puissant pour oser [•] entreprendre de nuire à aucun : or comme cette grande puissance opérera non seulement une plus grande sûreté, mais encore une sûreté suffisante et parfaite que chaque État sera conservé en son entier, qu’il n’y aura jamais aucune sorte de guerre, et que le commerce, soit intérieur, soit extérieur, ne sera jamais interrompu, les motifs qui doivent servir à former de nos jours le corps européen seront incomparablement plus puissants que ceux qui formèrent autrefois le corps germanique.

§ 150

[•]Voilà pourtant tous les motifs généraux que ces souverains pouvaient avoir pour signer le traité de l’établissement de la société germanique ; que l’on m’en indique d’autres : je n’en imagine point qui ne se rapportent à ceux-là. Or on vient de voir que ces divers motifs, que ces divers intérêts sont aussi grands du côté des souverains d’aujourd’hui, et même qu’ils sont incomparablement plus grands, et qu’ils doivent leur paraître tels ; ainsi du côté des motifs, il y a parité, et il n’y a aucune disparité qui affaiblisse la preuve : au contraire il y a beaucoup de disparités toutes très avantageuses qui fortifient extrêmement l’argument pris de la comparaison.

§ 151

À l’égard [•] des motifs particuliers que pouvait avoir chacun des deux cents souverains qui signèrent le projet pour l’établissement de l’Union germanique, qu’on nous les dise, et l’on verra que parmi nos dix-huit souverains25, ces mêmes motifs pourront faire les mêmes effets.

§ 152

[•]Il y a une disparité (m’a-t-on dit). La crainte des voisins puissants réunit autrefois les souverains allemands en un corps, au lieu que cette crainte n’est pas présentement en pareil degré en Europe qu’elle était alors en Allemagne ; mais il est aisé de faire évanouir cette disparité.

§ 153

[•]1o Est-ce que ce n’est pas la crainte qui a donné tant d’alliés à la maison d’Autriche contre la maison de France, et n’est-ce pas cette même crainte qui est le plus puissant lien de cette alliance ?

§ 154

[•]2o Il faut bien que ce degré de crainte soit encore plus grand aujourd’hui en Europe qu’il n’était autrefois en Allemagne, puisque cette crainte n’obligeait pas alors l’Union d’Allemagne à attaquer les plus puissants des voisins ; elle se tenait en paix et seulement sur ses gardes, mais elle n’armait pas, et ne faisait pas les frais d’attaquer : elle ne commençait pas la guerre. Or dans l’union présente des alliés, cette crainte est si vive qu’elle ne leur permet pas de demeurer en paix ; les alliés commencent la guerre, et ce qui n’avait point encore eu d’exemple jusqu’ici, ils veulent faire des conquêtes, non pour s’agrandir, mais uniquement pour se conserver ; non pour assouvir leur ambition, mais pour se délivrer de la crainte ; ainsi il est certain que la crainte que l’on a en Europe de la puissance de la maison de France sera un ressort plus fort pour porter les souverains d’Europe à former l’Union européenne, que n’était la crainte des voisins puissants pour porter les souverains d’Allemagne à former l’Union germanique.

§ 155

[•]3o Cette crainte qu’avaient les souverains d’Allemagne de leurs voisins puissants n’était pas alors si grande qu’on se l’imagine, parce que dans le temps de l’Union germanique les voisins d’Allemagne n’étaient pas si puissants que ceux qu’elle a aujourd’hui. Cette union se fit il y a plus de cinq cents ans26. Or qu’on examine la puissance des voisins de l’Allemagne de ce temps-là. La France était partagée elle-même entre dix ou douze souverains qui relevaient à la vérité du roi de France qui était comme leur empereur, mais ils faisaient souvent la guerre sans son consentement, et la lui faisaient quelquefois à lui-même. Le roi d’Angleterre possédait la Normandie, la Guyenne, une partie du Poitou. D’un autre côté la Bretagne, la Marche, le Languedoc, la Provence, le Dauphiné, la Bourgogne, la Champagne étaient autant de souverainetés séparées. En Italie, c’était à peu près la même chose. Voilà le côté du couchant et le côté du midi. La mer bornait l’Allemagne du côté du nord, et les Suédois en ce temps-là n’étaient ni réunis en un peuple, ni n’avaient assez de force pour se faire redouter. Au levant, c’était la Pologne, la Hongrie. Or la partie la plus peuplée de la Pologne faisait partie du corps germanique, et les princes de Hongrie ne pouvaient pas être fort redoutables aux comtes d’Autriche, ni aux ducs ou aux rois de Bohême. L’empire d’Orient était déjà si affaibli par les divisions et par les guerres d’Asie qu’il avait plus besoin d’être soutenu contre les Sarrasins qu’il n’était redoutable aux Allemands. Donc la crainte de l’invasion n’a pas eu plus de part à la formation de l’Union germanique qu’elle en peut avoir à la formation de l’Union européenne.

Comparaison des obstacles

§ 156

[•]Il est certain d’un côté que tous les obstacles dans une affaire où il ne s’agit que d’un traité consistent aux vues, aux considérations, en un mot aux motifs que chacune des parties peut avoir à refuser d’entrer dans un pareil traité. Or il ne s’agit ici que d’un pareil traité ; ainsi tous les obstacles se réduisent aux difficultés d’obtenir le consentement des souverains.

§ 157

[•]D’un autre côté, il n’est pas moins certain que dans les affaires où il ne s’agit pour le succès que du consentement des parties, ce consentement est d’autant moins difficile à obtenir que les vues, les considérations, en un mot les motifs pour le donner sont en plus grand nombre et plus grands. Or nous venons de voir que les motifs ou les intérêts des princes d’aujourd’hui sont incomparablement plus grands en eux-mêmes pour former l’Union européenne que n’étaient ceux des princes de ce temps-là, pour former l’Union germanique. Il est donc aisé de conclure en général que les obstacles qui peuvent venir de la volonté des souverains d’aujourd’hui doivent être beaucoup moindres que les obstacles qui pouvaient venir de la volonté des souverains de ce temps-là ; mais examinons-les en détail.

§ 158

1o L’obstacle le plus apparent [•], c’est la multitude des parties qui doivent signer le traité, mais il faut faire une distinction essentielle par rapport à deux sortes de traités : les uns ne peuvent se faire que toutes les parties ne signent en même temps, soit en personne, soit par procureur ; alors un seul refusant, un seul qui sera absent, et qui n’aura pas envoyé son procureur, suffit pour empêcher les autres de traiter ; mais il y a d’autres traités qui se commencent d’abord par un petit nombre, deux, trois, quatre, et dans lesquels on laisse place pour tous ceux qui y voudront entrer et qui voudront les signer dans la suite à différents temps les uns des autres. Parmi ceux-ci sont beaucoup de traités de société où celui qui signe entre dans toutes les lois ou obligations de la société, pour entrer dans le droit d’en partager tous les avantages ; or le traité de l’Union germanique était de cette espèce, et celui de l’Union européenne que je propose n’a rien de ce côté-là de différent.

§ 159

[•]Or qui peut dire qu’il y eut moins de difficultés, moins d’obstacles à faire signer le traité germanique à deux cents souverains à divers temps, à diverses reprises, les uns après les autres, qu’il n’y en aura à faire signer le traité européen aux dix-huit ou vingt-quatre souverains d’Europe à diverses reprises, les uns après les autres, si toutes choses sont égales d’ailleurs ? Or d’un côté nous avons vu que le traité européen serait même beaucoup plus avantageux aux dix-huit que le traité germanique ne l’était aux deux cents, et de l’autre nous allons voir que les autres choses sont tout au moins égales ; donc jusqu’ici non seulement il y a parité dans l’argument, mais il y a disparité, et une disparité avantageuse, en ce que toutes choses égales, il faut plus de temps pour faire signer deux cents personnes que pour en faire signer dix-huit ou vingt-quatre ; mais à dire le vrai, des obstacles, qui se peuvent aisément et infailliblement surmonter par le délai de quelques mois, de quelques années, de plus pour un établissement immortel, ne sont pas des obstacles dignes de grande attention.

§ 160

Apparemment [•] que le projet de traité de l’Union germanique eut le bonheur de commencer à plaire à quelqu’un des souverains de cette nation ; celui-ci le proposa et en fit agréer le plan en gros à un autre ; ceux-ci le proposèrent bientôt à quelques-uns des plus habiles et des plus sages, et n’eurent pas de peine à le leur faire approuver ; enfin ce plan rendu public, un grand nombre de souverains, après l’avoir examiné chacun dans leur conseil, convinrent de faire assembler leurs députés pour le rectifier et pour convenir des principaux articles ; il fut rectifié, les articles furent rédigés et arrêtés, et à la fin tous lui donnèrent en divers temps leur consentement. Qu’on me dise une autre manière dont la chose se passa, il n’importe, c’est cette manière-là même dont on peut se servir pour obtenir peu à peu et de proche en proche pareil consentement des souverains d’Europe pour le traité de l’Union européenne, avec cette différence que l’on n’aura affaire qu’à dix-huit ou qu’à vingt-quatre personnes, au lieu que l’on eut alors affaire à plus de deux cents.

§ 161

2o Ce qui [•] peut éloigner les parties de consentir à un traité, c’est la grandeur de leurs prétentions, quand elles sont opposées : or qui peut dire que les prétentions que les souverains d’Allemagne avaient les uns contre les autres étaient moins grandes alors que celles que les souverains d’Europe ont présentement les uns contre les autres ? Cette grandeur d’intérêt ne doit-elle pas se mesurer par la proportion de la puissance et des richesses des parties qui ont à traiter ; et qui ne sait que quatre villages, un petit péage peuvent être aussi importants à un petit prince, à une petite République, que quatre grandes villes ou une grosse douane pour une grande République ou pour un prince fort puissant ? Ainsi de ce côté-là égalité d’obstacles ; cependant malgré la grandeur des intérêts opposés, l’Union germanique s’établit : qu’on nous dise quels motifs leur firent surmonter ces grands obstacles ; car enfin ils furent surmontés, et l’on verra que rien n’empêche que nous ne nous servions de pareils motifs pour lever pareilles difficultés.

§ 162

3o Ce n’est pas seulement le nombre des prétendants, ce n’est pas seulement la grandeur des prétentions opposées qui forment des obstacles aux traités, c’est la multitude [•] de ces prétentions : or qui peut dire que deux cents petits souverains, qui ont certainement entre eux autant de choses à se demander, à se disputer, à partager que de plus puissants, n’aient pas aussi une plus grande multitude de prétentions les uns contre les autres que s’ils n’étaient que dix-huit, que vingt-quatre ? N’est-il donc pas évident que de ce côté-là non seulement l’obstacle n’était pas moins grand pour le traité de l’Union germanique qu’il l’est pour l’Union européenne, mais que réellement il était huit fois plus grand ? Et cependant l’Union germanique s’est formée, et sans doute parce que les membres qui y entrèrent trouvèrent qu’à tout prendre, il y avait pour eux un plus grand avantage à signer le traité qu’à ne le pas signer.

§ 163

4o [•] Ce qui pouvait faire un obstacle considérable à l’établissement de la société permanente d’Allemagne, c’est qu’il y avait en ce pays-là des souverains dix fois, quinze fois, vingt fois plus puissants que quelques autres de leur voisinage, car les plus puissants avaient beaucoup plus à espérer de conquérir qu’ils n’avaient à craindre qu’on ne fît des conquêtes sur eux : or par l’Union ils s’interdisaient à eux-mêmes toute liberté de s’agrandir par les armes ; cependant malgré cet obstacle l’Union se forma. Il faut donc bien que les plus puissantes maisons jugeassent alors qu’à tout prendre ils se procureraient de beaucoup plus grands avantages par leur consentement au traité que par leur refus. Or les plus puissants souverains ne le sont pas plus à l’égard des moins puissants que l’étaient les plus puissants des Allemands à l’égard des moins puissants de cette nation. Ainsi cet obstacle est égal pour les deux sociétés, et n’est pas insurmontable puisqu’il a été surmonté, et apparemment par la grandeur des avantages que chacun attendait de l’Union.

§ 164

[•]Qu’on nous les indique ces grands avantages, et l’on verra que nos souverains d’Europe pourront les attendre avec autant de raison de l’Union européenne que les souverains d’Allemagne pouvaient les attendre de l’Union germanique ; et qu’on ne dise point qu’il est impossible de retrouver quels pouvaient être ces grands avantages que les princes de ce temps-là envisageaient dans cette union, car enfin nous ne sommes pas de nature différente : il n’y a donc qu’à étudier, qu’à interroger cette même nature, elle nous les dictera présentement comme elle les leur dicta alors, et c’est ce que devraient faire les esprits excellents s’ils sont bons citoyens, ou du moins encourager par leurs discours ceux qui se dévouent à cette importante recherche.

§ 165

[•]5o Ce sera (dit-on) un furieux obstacle pour l’Union européenne, que d’établir qu’aucun des membres ne pourra s’agrandir en territoire, et que chacun dans ses démêlés sera obligé bon gré, mal gré de s’en rapporter à la décision que les autres souverains en donneront par leurs députés. Je montrerai dans le Discours suivant que ce règlement ne doit point du tout être regardé comme un obstacle. Je montrerai au contraire que comme on ne peut garder ni la liberté d’agrandir son territoire, ni le pouvoir de se faire justice par les armes, sans se livrer à de très grands inconvénients, et sans s’exposer manifestement au plus grand malheur : loin que la voie de l’Arbitrage soit un obstacle à la formation d’une société permanente, le désir d’éviter ces grands malheurs devient un motif puissant pour la former ; mais enfin je le suppose obstacle et grand obstacle, qu’on en exagère même la grandeur, j’y consens. Il est constant du moins qu’il n’était pas moins grand pour les souverains d’Allemagne qu’il l’est aujourd’hui pour les souverains d’Europe : cependant ils passèrent par-dessus. Qu’on me dise ce qui les engagea à surmonter un pareil obstacle, et l’on verra que c’est cela même qui peut engager les souverains d’aujourd’hui à n’y pas faire la moindre attention.

§ 166

[•]Voilà les plus grands obstacles qui se présentèrent, lorsqu’il fut question de former l’Union germanique. Or qui est celui d’entre les frondeurs du projet européen, qui, s’il eût été de ce temps-là, n’eût pas également frondé comme chimérique, comme impraticable le projet germanique ; car je le défie de nous dire des raisons pour traiter l’européen d’impossible, qui ne soient communes au germanique. Cependant à la honte des frondeurs de ce temps-là qui avaient du moins autant de raison que les frondeurs de ce temps-ci, ce projet qui leur paraissait une pure vision est devenu une pure réalité, ce projet impraticable a été mis en pratique, ce corps composé de tant de membres subsiste encore aujourd’hui malgré ses défauts, et a conservé près de deux cents souverainetés depuis sept ou huit cents ans en se conservant lui-même.

§ 167

[•]On m’a fait deux difficultés. La première, c’est qu’en Allemagne on ne parlait qu’une langue, au lieu qu’en Europe on en parle plusieurs. À cela je réponds que si les traités ne pouvaient se faire entre souverains, à moins qu’eux et leurs sujets ne parlassent la même langue, il ne s’en ferait jamais. Cependant il s’en fait tous les jours. D’où vient cela ? C’est que l’on ne traite que par députés, et il suffit que les députés des souverains sachent une langue commune aux députés avec qui ils ont à négocier. On négocie même souvent, et l’on traite avec le secours des interprètes, sans que les députés entendent la langue l’un de l’autre.

§ 168

[•]La seconde difficulté, c’est que l’Allemagne est bien moins étendue que n’est l’Europe, et qu’ainsi le commerce que les souverains étaient obligés d’avoir avec leurs députés aux diètes était plus facile que ne sera le commerce des souverains d’Europe avec leurs députés aux assemblées dans la ville du congrès. Mais 1o si l’on fait réflexion que depuis six cents ans les chemins ont été rendus beaucoup meilleurs et plus courts, tant par les pavés que par les ponts et les défrichements des forêts, et que l’on a établi des postes qui donnent au commerce une grande facilité, il sera aisé de voir que les anciens souverains d’Allemagne privés de ces facilités avaient autant de difficulté dans le commerce avec leurs députés que les souverains d’aujourd’hui en auront avec les leurs, quoique plus éloignés. 2o Ne peut-on pas rendre les chemins encore meilleurs, et faire servir les postes encore mieux qu’on ne fait présentement ? 3o Quand les souverains seront une fois convenus de leurs limites et des articles du commerce, quand ils auront établi des chambres de commerce pour terminer les différends des sujets de différents princes, ils n’auront que très peu de différends ; ils n’en auront plus même aucuns qui soient ni fort importants ni fort pressés, et qui demandent par conséquent que leurs députés reçoivent des instructions si précises et des réponses si promptes. Ainsi de ce côté-là on ne trouvera pas plus de difficulté à l’exécution et au maintien de l’établissement européen qu’il y en avait il y a six cents ans pour l’exécution et le maintien de l’établissement germanique.

§ 169

[•]Voyons présentement s’ils employèrent des moyens pour faire leur établissement, que nous ne puissions pas employer pour faire le nôtre, et si nous ne pouvons pas même en trouver quelques-uns qu’ils n’avaient pas et en employer même de plus commodes que ceux qu’ils avaient.

Comparaison des moyens

§ 170

[•]1o Le premier moyen dont les souverains allemands se servirent fut de convenir que chacun se contenterait de ce dont il était en actuelle possession, suivant les termes des derniers traités de paix. Cette convention n’était proprement qu’une renonciation réciproque à toutes prétentions au-delà de ce qui avait été réglé par les traités passés. Il fallait bien, dans la vue qu’on avait de maintenir la paix, commencer par établir un point fixe, et poser des bornes immuables et incontestables. Or qu’on cherche bien, et l’on trouvera qu’il n’est pas possible de trouver d’autre point fixe pour le territoire que la possession actuelle et les termes des derniers traités.

§ 171

[•]Or qui empêche les souverains d’aujourd’hui de voir la nécessité qu’il y a que chacun se contente de ce qu’il possède actuellement, si chacun veut éviter les malheurs de la guerre et se procurer les avantages d’une paix perpétuelle ? Pourquoi donc nos princes ne pourraient-ils pas se servir du même moyen ? Dira-t-on qu’ils ne voudront pas ? Mais qu’on nous dise donc pourquoi les souverains allemands le voulurent, et l’on verra que les mêmes raisons, qui purent alors persuader les uns, pourront également persuader présentement les autres.

§ 172

[•]2o Comme il pouvait y avoir de l’obscurité et de l’équivoque dans les traités, qu’il pouvait tous les jours survenir des sujets de disputes entre les membres, et qu’il y avait toujours quelque chose à perfectionner dans les règlements du commerce, ils jugèrent à propos pour second moyen de convenir d’envoyer et d’entretenir toujours dans une ville libre et neutre chacun de leurs députés, avec pouvoir de concilier ces différends, sinon de les juger comme arbitres sur l’instruction chacun de leur maître, soit à la pluralité, soit aux trois quarts des voix.

§ 173

[•]Or qui empêche les souverains d’aujourd’hui de faire une semblable convention, comme un moyen de terminer sans guerre leurs différends futurs ? Qui les empêche même de perfectionner cette convention, comme nous le marquerons dans la suite. Dira-t-on que les nôtres ne le voudront pas ? Mais qu’on nous dise donc pourquoi les autres le voulurent ? Que l’on nous montre une disparité raisonnable.

§ 174

[•]3o Il serait inutile de convenir que chacun s’en tiendrait aux traités, et que chacun exécuterait ponctuellement des jugements des arbitres, si chacun pouvait se dispenser impunément de les exécuter. Un étranger, charmé autrefois de la belle police qu’il voyait observer à Athènes, louait Solon d’avoir par ses bonnes lois procuré à sa patrie de si grands avantages : Remarquez, lui dit Solon, que les lois ne sont bonnes que lorsque le législateur est parvenu à faire en sorte que l’équité et la force ne se quittent jamais27. Il fallait donc pour troisième moyen convenir d’une punition très grande, et s’il se pouvait, inévitable, contre celui qui, en refusant d’exécuter les traités et les jugements des arbitres, voudrait rompre l’Union. Ainsi l’Union germanique, en suivant les conseils de Solon allemand, convint que le refusant serait mis au ban de l’Empire, regardé de tous les membres comme leur ennemi, et qu’il serait, s’il était possible, dépouillé de ses États. Or ici la punition, ou plutôt la menace est grande à la vérité, mais malheureusement pour la société germanique, elle n’est pas inévitable, à cause de la protection et du secours que le refusant peut recevoir des puissances étrangères.

§ 175

[•]Or qui empêchera les membres de la société européenne de mettre le refusant au ban de l’Europe, avec cette différence infinie que celui qui serait mis au ban de l’Europe, ne pouvant être protégé et secouru par aucune puissance égale à l’Europe, serait infailliblement puni ? Ainsi l’infaillibilité d’une très grande punition le retiendrait sûrement dans son devoir et dans son vrai intérêt ; et comme dans la société européenne la force ne quitterait jamais l’équité, on ne verrait jamais la paix et l’abondance abandonner les membres de cette société.

§ 176

[•]Ainsi loin que nous demeurions dans la parité du côté des moyens, il est évident que l’Union européenne aura même de ce côté-là un avantage infini sur l’Union germanique.

§ 177

[•]4o C’est un des moyens nécessaires pour former et pour maintenir un établissement, une société, que de prendre des mesures pour subvenir à ses besoins. L’Union germanique ne manqua pas, pour quatrième moyen, d’établir sur ses membres des contingents proportionnés à leurs richesses. Or qui empêche l’Union européenne de se servir d’un moyen semblable ?

§ 178

[•]Tels sont les principaux moyens dont l’Union germanique s’est servie pour s’établir et pour se conserver. Or y a-t-il quelque obstacle invincible qui empêche les souverains d’aujourd’hui d’employer les mêmes moyens ? N’en peuvent-ils pas même employer d’autres et meilleurs, comme on verra dans la suite ?

§ 179

[•]Nous avons même deux avantages que les anciens Allemands n’avaient point. Le premier, c’est qu’ils n’avaient devant les yeux aucun modèle substituant d’une société permanente entre souverains toujours représentée par des députés à un congrès perpétuel. Il est vrai qu’ils pouvaient avoir une idée de l’assemblée des Amphictyons28 qui était, il y a deux mille ans, composée de députés des Républiques grecques, pour concilier leurs différends ; mais cette société ne subsistait pas plus alors, au lieu que nous avons des modèles subsistants de sociétés permanentes entre différentes souverainetés. Nous avons même, pour nous instruire, l’expérience de leurs défauts, et certainement c’est un grand moyen de plus. Ainsi de ce côté-là nous avons plus de facilité qu’ils n’en avaient. Le second avantage, c’est que comme tous les arts et toutes les sciences se sont perfectionnés depuis ce temps-là, il n’est pas possible que l’art de négocier et la science de la politique ne se soient aussi perfectionnés. Ainsi nous devons trouver de ce côté-là des facilités à traiter qu’ils n’avaient pas. Cependant ils firent leur traité ensemble, ils firent leur établissement : et cet établissement subsiste encore, malgré ses grands défauts.

Conclusion

§ 180

[•]J’ai montré du côté des motifs que les souverains allemands n’en avaient pas de plus forts pour signer le traité de l’Union germanique que les souverains d’aujourd’hui n’en ont pour signer le traité de l’Union européenne, et qu’au contraire les motifs de nos princes sont incomparablement plus forts que ceux des souverains allemands. J’ai montré du côté des obstacles que nous n’en avions pas plus qu’eux, et même que nous en avions de moindres. J’ai montré du côté des moyens que nos souverains ont tous ceux qu’avaient ces princes allemands, et qu’ils en ont encore plus et de plus efficaces. Il ne me reste donc qu’à conclure que puisque la société germanique s’est formée malgré les prédictions des anciens frondeurs, la société européenne pourra se former encore plus facilement malgré les prédictions des frondeurs modernes ; et c’est la proposition que je m’étais proposé de démontrer dans ce Discours : je passe à la seconde.

SECONDE PROPOSITION
L’approbation que la plupart des souverains d’Europe donnèrent au projet de société européenne que leur proposa Henri le Grand prouve que l’on peut espérer qu’un pareil projet pourra être approuvé par leurs successeurs.

§ 181

[•]Heureusement pour le succès de ce projet, je n’en suis pas l’auteur ; c’est Henri le Grand qui en est le premier inventeur ; c’est le Solon européen à qui Dieu a inspiré le premier les moyens de faire désirer aux souverains d’Europe d’établir entre eux une police équitable : et si en cherchant un préservatif contre les maux que nous cause la guerre, je suis parvenu à force de médiation à me rencontrer dans un plan tout semblable dans le fond à celui de cet excellent prince, cette rencontre ne diminue en rien la gloire de l’invention qui lui est due ; mais d’un côté je me sers de son dessein comme de guide, pour m’assurer moi-même que je ne me suis pas égaré dans le mien ; et de l’autre, je m’en sers comme de bouclier, pour me mettre à couvert contre les insultes de ceux qui, soit par petitesse d’esprit, soit par inattention, voudraient me traiter de visionnaire. J’ai alors l’avantage de n’avoir point à me défendre de moi-même, et de n’avoir qu’à défendre d’extravagance en politique un prince reconnu de tout le monde pour très sensé dans le gouvernement de son État. Je n’ai point à faire valoir mes idées. Je n’ai qu’à justifier les siennes. Ainsi je [•] ne prétends point avoir rien créé de nouveau. Je ne fais que ressusciter le plus beau et le plus glorieux projet qui puisse jamais venir dans l’esprit du meilleur de tous les princes. Je ne fais que demander aux souverains de ce siècle quelles raisons pourraient les empêcher de rentrer dans les mêmes vues que leurs prédécesseurs avaient si fort goûtées dans le siècle précédent. J’ai donc deux choses à faire ; la première, c’est de montrer ce qu’a pensé Henri le Grand, et ce qu’ont pensé les autres potentats de l’Europe de son temps sur le système de la société européenne permanente pour rendre la paix perpétuelle entre les chrétiens. La seconde, de montrer que leur approbation nous doit servir de préjugé raisonnable pour espérer pareille approbation de la part des souverains qui gouvernent présentement l’Europe.

Histoire du fait [•]

§ 182

Immédiatement après la paix de Vervins29 qui fut conclue en 1598 entre la France et l’Espagne, Henri qui avait vu son État et sa maison portés sur le bord du précipice, tant par les guerres civiles que par les guerres étrangères, et que l’Europe entière s’était ressentie de cet embrasement général, jugea que rien n’était plus digne de son attention que d’imaginer les moyens les plus propres pour rendre entre les chrétiens la paix durable, et s’il se pouvait, perpétuelle. Il voyait même que les règlements et que les établissements les plus utiles qu’il méditait de faire pour rendre ses peuples heureux dépendaient uniquement de la durée de la paix, parce que la guerre occupe nécessairement tout l’esprit, toutes les forces et toutes les richesses des souverains.

§ 183

[*]30Il jugea, par ce qui se passe dans le corps germanique en fait de religion, que l’on peut conserver la paix dans une société de souverains, malgré la différence et l’opposition des religions ; mais il regarda comme une des principales sources de toutes les guerres la grande inégalité qui était entre les puissances de l’Europe ; il voyait que la facilité qu’avait le plus fort d’opprimer le plus faible, et de s’enrichir de ses dépouilles, serait toujours un grand obstacle au maintien de la paix. Pour remédier à cet inconvénient, il proposait que l’on tâchât d’égaler ces puissances : or cela ne se pouvait pas, sans ôter quelques provinces à la maison d’Autriche, pour en fortifier quelques États trop faibles ; mais il ne songeait pas qu’il était fort incertain de faire agréer ce moyen à tous les potentats, et qu’il en coûterait beaucoup de sang et de richesses pour le mettre en usage. Ainsi je suis persuadé qu’il n’aurait pas choisi un pareil remède, s’il eût fait réflexion que la société européenne remédierait facilement à cette inégalité de puissance, sans rien ôter à personne ; et que l’on y remédierait sans dépense et sans effusion de sang ; qu’il n’y avait pour cela qu’à se servir des mêmes moyens qu’emploie la société germanique pour empêcher toute sorte d’usurpation du plus fort sur le plus faible. Car enfin il est certain qu’il y a dans le corps germanique des membres qui sont vingt fois, trente fois plus puissants que d’autres qui sont dans leur voisinage, et que les plus faibles ne laissent pas de posséder en paix la souveraineté de leurs ancêtres depuis six cents ans.

§ 184

Il croyait que la principale source des guerres était le défaut et la privation d’un Arbitrage perpétuel, pour terminer sans guerre les différends des souverains, soit sur les limites, soit sur l’exécution des traités passés, soit sur les injures et les dommages, soit sur le commerce, soit enfin sur toutes les autres espèces de prétentions réciproques ; et à dire le vrai, cette privation d’Arbitrage permanent suffisamment intéressé à vouloir exécuter ses décisions, et suffisamment puissant pour les faire exécuter, est la seule et véritable source de toutes les guerres. Il sentit la nécessité de cet Arbitrage permanent [*], et apparemment qu’il en avait pris le premier modèle dans la société germanique, et qu’il avait encore plus perfectionné ce point essentiel qu’il n’est en Allemagne.

§ 185

Le duc de Sully dit qu’il avait sur l’Union européenne [*] beaucoup de mémoires tous faits ; mais malheureusement ils ne sont pas venus jusqu’à nous ; de sorte que nous manquons et des motifs avec lesquels il fit approuver son projet par tous les souverains chrétiens à qui il le communiqua, et des moyens qu’il avait jugés les plus propres à le mettre en exécution ; et c’est pour réparer en quelque sorte cette grande perte que j’ai tâché de me mettre sur les voies pour les retrouver.

§ 186

Ce qui est important à notre sujet, il avait senti que pour maintenir la paix, il fallait que chacun bornât toutes ses prétentions à ce qu’il possédait actuellement ; il ne manquait ni de droits légitimes, ni de prétentions bien fondées sur plusieurs territoires que possédaient les autres souverains ; il ne manquait point de pouvoir pour se faire justice par les armes : cependant en considération des grands avantages que lui et ses sujets devaient tirer de la société des États chrétiens [*] pour rendre la paix perpétuelle, il avait déclaré qu’il bornerait pour toujours son territoire à ce qu’il possédait actuellement, et qu’il consentait que l’on y posât, comme aux frontières des autres États, des bornes immuables31.

§ 187

[*]Le projet était de faire de tous les États chrétiens une seule république, et de la faire subsister toujours pacifique en elle-même, et entre toutes les dominations dont elle serait composée, et l’on devait convenir quel contingent paierait chaque domination, ce que le duc de Sully appelle cotisation proportionnelle32 [*].

§ 188

Le projet fut agréé par la reine d’Angleterre dès 1601. Ce projet est rapporté un peu plus en détail et dans un plus grand arrangement dans l’Histoire de Henri le Grand, composée par feu M. de Péréfixe, précepteur du roi, archevêque de Paris, qui dit tenir tout du duc de Sully. On dit que le fameux Mezeray de l’Académie française avait aidé à M. de Péréfixe pour l’arrangement des faits de cette histoire, et pour le style de la narration33. On trouve le plan de ce grand projet à la fin de cette histoire page 561 et suivantes de l’édition in-12 d’Amsterdam de 1661 chez Anthoine Michiels34. Voici les choses qui m’ont paru les plus considérables, par rapport à notre sujet, dans le récit qu’en fait l’historien. Henri était fort fâché (dit-il) que quelques affaires particulières retardassent l’exécution du grand dessein35 qu’il avait pour le repos perpétuel de la chrétienté.

§ 189

Il promettait aux princes chrétiens, que si la République chrétienne faisait des conquêtes sur le Turc, d’y contribuer de son contingent36, et cependant de les laisser toutes entières à partager entre les autres souverains chrétiens : il était content de ce qu’il possédait [*].

§ 190

Son projet fut communiqué au roi de Pologne, et aux seigneurs de Bohême, de Hongrie et de Transylvanie [*].

§ 191

[*]Il y eut même sur cela un traité fait avec le pape, qui approuvait et louait son entreprise, et désirait d’y contribuer de sa part de tout ce qui lui serait possible37.

§ 192

[*] Il désirait réunir si parfaitement toute la chrétienté qu’elle ne fût qu’un corps qui eût été et fût appelé la République chrétienne.

§ 193

[*] Pour régler tous les différends qui fussent nés entre les confédérés, et les vider sans voie de fait, on eût établi un ordre et forme de procéder par un conseil général composé de soixante personnes, quatre de la part de chacune des quinze dominations, lequel on eût placé dans quelque ville au milieu de l’Europe, comme Metz, Nancy, Cologne, ou autre, où on en eût encore fait trois autres en trois différents endroits chacun de vingt hommes, lesquels tous trois eussent eu rapport au Conseil général, qu’on eût pu appeler le Sénat de la République chrétienne ; il espérait former ce corps en moins de trois ans.

§ 194

[*] Du côté d’Italie, le pape, les Vénitiens et le duc de Savoie étaient bien informés du dessein du roi, et devaient l’y assister de toutes leurs forces… Du côté d’Allemagne, quatre Électeurs, Palatin, Brandebourg, Cologne et Mayence, le savaient aussi, et devaient le favoriser.

§ 195

[*] Le duc de Bavière, qui n’était pas encore alors Électeur, y avait aussi donné les mains38.

§ 196

[*] Le roi avait résolu de renoncer à toute prétention et de ne rien retenir de tout ce qu’il conquerrait sur la maison d’Autriche… afin qu’il fût reçu partout comme le libérateur des nations, et comme celui qui apportait la paix et la liberté.

§ 197

[*] Il prenait ses mesures, faisait ses préparatifs pour parvenir à cette fin avec tous les soins imaginables depuis huit ou neuf ans, c’est-à-dire depuis l’approbation qu’Élisabeth avait donnée à son projet dès 160139.

§ 198

Voilà le plan de son dessein, lequel sans mentir était si grand qu’on peut dire qu’il avait été conçu par une intelligence plus qu’humaine ; mais quelque haut qu’il fût, il n’était point au-dessus de ses forces : il n’y a que Dieu qui sache quel en eût été le succès ; on peut dire néanmoins, jugeant selon les apparences, qu’il devait être heureux, car il ne paraissait aucun prince ou État dans toute la chrétienté, qui ne dût le favoriser, hors la maison d’Autriche.

Preuves de la vérité des faits [•]

§ 199

Tels sont les principaux faits. Or sur quoi tombera le doute ? Sera-ce sur les citations ? Chacun est le maître de les vérifier. Sera-ce sur le récit qu’en fait le duc de Sully en plusieurs de ses mémoires ? En quoi son témoignage peut-il être suspect40 ? 1o Peut-il avoir intérêt à tromper ses lecteurs dans cet article ? Mais cette pensée ne peut pas lui être venue sans l’envie de se déshonorer ; car il fait lui-même imprimer son ouvrage, et il est distribué de son vivant41 : il cite, pour témoins du projet de l’Union européenne, toutes les nations de l’Europe à qui ce projet avait été communiqué. Or un fait de cette nature, s’il avait été faux, aurait-il pu l’imprimer lui-même à la face de toute l’Europe, sans avoir envie de passer pour imposteur, ou au moins pour un visionnaire ?

§ 200

2o Peut-on dire qu’il a été trompé en nous racontant ses faits ? Mais cette pensée ne peut pas venir à l’esprit du lecteur ; car enfin s’il s’agissait de quelque affaire qu’il ne pût savoir que par le témoignage d’autrui, il est vrai qu’il aurait pu être trompé, mais c’est une affaire qui a passé par ses mains, qu’il a négociée continuellement, comme Premier ministre de son maître, pendant neuf ou dix ans, sur laquelle il a été envoyé en ambassade en Angleterre. Or on a beau supposer qu’un homme peut manquer de mémoire, on ne peut jamais supposer qu’il en manque à ce point que le lecteur puisse imaginer que toute cette négociation ne soit qu’un songe de M. de Sully. Or quand on le supposerait aussi extravagant dans un certain intervalle, au moins ce ne devrait pas être dans le temps même qu’il fait imprimer un ouvrage où il y a tant de choses sages et sensées de sa part.

§ 201

Le lecteur trouvera peut-être mauvais que je me sois arrêté à prouver la vérité d’un fait que personne ne me peut contester ; mais j’ai l’expérience du contraire : un homme d’esprit, se sentant poussé à bout par les conséquences que j’en tirais, s’est cru obligé d’en venir jusqu’à nier la vérité du fait ; et d’ailleurs il me semble qu’il ne faut rien négliger pour la mettre dans tout son jour : une page de plus n’est rien pour le lecteur, et elle fait quelquefois beaucoup pour la solidité de l’ouvrage.

Conséquences que l’on peut tirer du fait [•]

§ 202

Rien ne paraît plus naturel que de croire qu’un projet de traité qui a été approuvé comme très avantageux par dix-huit ou dix-neuf souverains d’Europe, il y a cent ans, peut encore être approuvé par leurs successeurs, si les mêmes raisons d’approbation subsistent, et s’il n’y a point de raisons suffisantes pour les en détourner. Or je soutiens que depuis ce temps-là il n’est point né de nouveau motif suffisant pour détourner aujourd’hui aucun de leurs successeurs ; ainsi la preuve subsiste en son entier, nous allons examiner les parités et les disparités, et nous verrons ce qui en résultera.

§ 203

Il ne faut point revenir à dire que les hommes ne sont point assez sages pour prendre un parti si raisonnable, qu’ils sont trop livrés à leurs passions pour écouter la raison, que leurs intérêts sont trop opposés, qu’ils sont trop sujets à la jalousie, à la vengeance, à l’ambition, à l’injustice : il ne s’agit pas de ces lieux communs tant rebattus, qui ne concluent rien, parce qu’ils concluent trop ; ils iraient à conclure que les hommes ne pourraient jamais parvenir à faire entre eux aucune sorte de traité, aucune sorte de société permanente, ce qui est démenti par l’expérience.

§ 204

Mais au fait présent, est-ce que les souverains contemporains d’Henri IV n’étaient pas des hommes comme les souverains d’aujourd’hui ? Est-ce qu’ils étaient plus exempts de passions que ceux d’aujourd’hui ? Est-ce qu’ils n’avaient pas leurs jalousies, leur ambition, leurs intérêts opposés comme ceux d’aujourd’hui ? Cependant malgré ces raisons générales ils approuvaient ce traité d’Union européenne ; pourquoi donc ces mêmes raisons générales empêcheraient-elles les souverains d’aujourd’hui d’approuver ce même traité ? La nature est-elle si fort changée depuis cent ans ?

§ 205

Pour le traité en question, nous n’avons pas affaire aux hommes en général, nous n’avons affaire qu’à ceux qui doivent l’approuver. Or qui étaient les souverains qui l’avaient déjà approuvé il y a cent ans ? Le pape, Venise, le duc de Savoie, le grand-duc, Gênes, et tous les autres princes d’Italie, les Suisses, plusieurs Électeurs, la Pologne, l’Angleterre, la Hollande, et surtout le roi de France. Or nous allons voir que ceux qui gouvernent aujourd’hui les mêmes souverainetés ont, ou les mêmes motifs, ou des motifs équivalents pour l’approuver.

§ 206

Il y a une distinction à faire. Il est vrai que les souverains qui devaient profiter des conquêtes que l’Union se proposait de faire sur la maison d’Autriche étaient plus intéressés que les autres à signer le traité, mais cela ne prouve pas qu’ils ne l’eussent point signé sans cette condition : nous avons même une preuve évidente que sans espérance de s’agrandir ils l’eussent signé, puisqu’ils eussent eu les mêmes motifs que d’autres souverains qui l’avaient signé sans aucune espérance d’agrandissement, et seulement par la seule considération d’être en sûreté pour toujours et de jouir de tous les avantages d’une paix perpétuelle, et au-dedans et au-dehors. Ces souverains qui avaient approuvé ce traité sans espérance d’agrandissement étaient Gênes, Florence et les petits souverains d’Italie, l’Angleterre, la France et les Électeurs.

§ 207

Une chose diminuait même beaucoup dans les premiers le désir de s’agrandir, c’est qu’ils prévoyaient la grande dépense nécessaire pour y parvenir, et l’incertitude du succès de la guerre et de leurs prétendues conquêtes, et il eût pu facilement arriver qu’ils auraient acheté trop cher un pareil agrandissement.

§ 208

À l’égard des souverains qui devaient contribuer aux dépenses de la guerre commune sans espérance de s’agrandir, et seulement pour agrandir les autres, cette disposition d’esprit prouve qu’il fallait bien que les motifs qui les portaient au traité d’Union européenne fussent bien puissants, puisqu’ils approuvaient ce traité malgré la grande dépense où il devait les engager pour faire le profit de leurs alliés, et voilà une disparité essentielle qui est fort favorable à mon raisonnement, car dans le traité que je propose il n’y a point de conquêtes à faire par un souverain pour en enrichir un autre ; il n’y a point sur cela de dépense à faire ni de risque à courir, chacun demeure comme il est : donc si la France, l’Angleterre, les petits princes d’Italie, la plupart des Électeurs approuvaient alors ce traité malgré les grands risques et les grandes dépenses d’une guerre future, à plus forte raison les mêmes potentats dispensés de ces risques et de ces dépenses doivent l’approuver avec beaucoup plus de facilité. Ils avaient alors de grands obstacles de plus que nos souverains d’aujourd’hui n’ont pas ; cependant ils avaient déjà passé par-dessus : il faut donc bien qu’ils eussent de grands motifs, c’est-à-dire qu’ils trouvassent de grands avantages dans les effets que devait produire cette même société permanente que je propose de nouveau à tous les souverains chrétiens.

§ 209

Qu’on ne vienne donc plus nous dire que les souverains ne renonceront jamais à leurs prétentions contre leurs voisins : les dix-huit ou dix-neuf souverains qui avaient agréé le projet ne renonçaient-ils pas aux leurs sur tous les États voisins ?

§ 210

Qu’on ne nous dise donc plus qu’il sera impossible d’amener les souverains à renoncer à tout agrandissement de territoire par voie de conquête ; les souverains de France et d’Angleterre, et les autres souverains n’y renonçaient-ils pas ? Et pourquoi y eussent-ils renoncé, s’ils n’eussent vu que sans cette renonciation ils ne pouvaient jamais avoir une paix perpétuelle ? Il fallait donc bien qu’ils vissent dans la perpétuité de la paix des avantages réels, certains, et d’une valeur beaucoup plus grande que la véritable valeur de leurs espérances et de leurs prétentions.

§ 211

Qu’on ne nous dise donc plus en général qu’il y a des obstacles insurmontables, et de véritables impossibilités pour exécuter un pareil projet. A-t-il besoin d’autre chose pour être exécuté que de la volonté des souverains ? Il ne s’agit que d’un traité, d’une convention ; ainsi qui peut mieux savoir qu’eux-mêmes s’il est impossible, puisque personne ne peut mieux savoir qu’eux s’ils veulent l’approuver, s’ils veulent y consentir ? Or toutes ces prétendues impossibilités disparurent dès lors, ces obstacles insurmontables furent surmontés, puisque enfin dès lors le projet fut approuvé de tous ceux à qui il fut proposé.

§ 212

Qu’on ne nous dise donc plus qu’il ne sera jamais possible d’amener les souverains à consentir que leurs différends futurs soient réglés et terminés par les autres souverains leurs pareils, comme arbitres permanents et perpétuels dans la Diète générale de l’Europe. Qu’on ne nous dise donc plus qu’il n’est pas possible de les amener à reconnaître d’autres juges que Dieu et leur épée. Qu’on ne nous dise donc plus que ce serait se donner des maîtres qu’ils n’avaient point, que ce serait se mettre en curatelle, se donner des entraves, et cesser d’être indépendants, puisque voilà dix-huit ou dix-neuf souverains grands ou petits, puisque voilà de puissantes Républiques, et surtout deux souverains très sages, très puissants, très jaloux de leur indépendance, qui consentaient à établir un Arbitrage permanent et perpétuel, et à exécuter ponctuellement les décisions des arbitres.

§ 213

Que ces personnes qui voient si clairement une impossibilité parfaite à obtenir des souverains, et surtout des plus puissants, un consentement pour ces renonciations et pour l’établissement de l’Arbitrage répondent à ces faits ; il n’est donc plus parfaitement impossible que des souverains même très puissants donnent un pareil consentement, puisqu’en voilà qui l’ont donné : la chose s’est faite, donc chose pareille n’est pas parfaitement impossible en pareilles circonstances. Or il faut que ces messieurs se réduisent à la fâcheuse extrémité de nier le fait, ou qu’ils nous disent comment la chose s’est pu faire, qu’ils nous disent les motifs qui ont pu arracher de ces souverains du siècle passé un consentement impossible : ce consentement est-il ou un miracle de sagesse, ou un miracle d’extravagance, dont l’on ne puisse jamais espérer d’imitation ? Quels que soient ces motifs, qu’ils nous les disent, et nous verrons s’il est parfaitement impossible que les souverains d’aujourd’hui puissent jamais être déterminés à un pareil consentement par de pareils motifs.

§ 214

Quoi qu’il en soit, il faut bien que ces princes crussent ne rien perdre de leur véritable indépendance, et gagner beaucoup à renoncer à terminer leurs différends par la force et par l’épée, en choisissant la voie de l’Arbitrage ; il faut bien qu’ils n’aient pas senti ni les uns les autres qu’ils se donnaient des entraves, qu’ils se mettaient en curatelle ; ou bien s’ils ont cru perdre quelque chose, il faut bien qu’ils crussent que cette perte ne méritait pas d’attention en comparaison des grands avantages qu’ils devaient tous retirer d’un traité qui donne les moyens de terminer tous leurs différends futurs sans aucune guerre.

§ 215

Si cette diminution d’indépendance est réelle, comment se fait-elle sentir à des lecteurs non souverains, sans se faire sentir à dix-neuf souverains qui sont les seuls intéressés au projet sur ce qui regarde l’indépendance ? Que l’on nous explique ce fait ; et s’ils l’ont senti, qu’on nous dise pourquoi ils n’y ont pas fait d’attention, pourquoi ils ont passé par-dessus sans daigner s’y arrêter ? Ils ont eu sans doute des raisons ; je les ai cherchées ces raisons, et à force de méditer, je crois les avoir trouvées, et ce sont celles qui font le sujet du Discours suivant ; je me contente dans celui-ci de tirer de la conduite des souverains du siècle précédent une apparence très vraisemblable : que si le même projet tout éclairci est proposé aux souverains de ce siècle-ci, il ne sera pas impossible qu’ils rentrent dans les mêmes sentiments de leurs prédécesseurs.

§ 216

Il ne me reste plus qu’à faire une réflexion sur le projet d’Henri le Grand à l’égard de la maison d’Autriche, c’est que si avant que de commencer la guerre pour la dépouiller et pour enrichir de ses dépouilles les Hollandais, les Suisses, les Vénitiens, le duc de Savoie et le pape, on eût proposé à cette maison d’entrer dans l’Union et de donner les mains à tous les articles qui devaient empêcher toute guerre à l’avenir et tout agrandissement de territoire, elle y eût volontiers donné les mains pour se délivrer de la crainte des forces des autres souverains de l’Union chrétienne ; et que si elle y eût donné les mains, tous les autres souverains auraient abandonné le dessein d’une grande et longue guerre par une raison invincible : c’est qu’en supposant leur union bien établie, bien affermie, ils auraient toujours été en état d’armer si cette maison voulait troubler le repos universel et de la réduire au même pied qu’Henri le Grand proposait, qui était de l’affaiblir de la Flandre pour les Hollandais, du Milanais pour le duc de Savoie, de Naples pour le pape, de la Sicile pour Venise, de la Bohême pour les Bohémiens, de la Hongrie pour les Hongrois, du Tyrol et du Trentin pour les Suisses ; mais l’Union entière étant incomparablement plus puissante que cette maison, elle n’en aurait jamais rien eu à craindre, et selon les apparences l’Union européenne se fût formée dès lors sur le même plan que je la propose aujourd’hui ; et comme la maison de France n’est pas aujourd’hui plus puissante que l’était alors la maison d’Autriche, les mêmes motifs qui eussent fait agréer l’Union alors peuvent la faire agréer aujourd’hui.

Conclusion [•]

§ 217

Il me semble que le lecteur est présentement en état de juger que l’approbation que la plupart des souverains d’Europe donnèrent au projet de société européenne de Henri le Grand prouve que l’on peut espérer qu’un semblable projet pourra être approuvé par leurs successeurs durant le règne de Louis le Grand son petit-fils ; et c’est la proposition que je m’étais proposé de démontrer.

§ 218

Nous avons tâché de montrer la possibilité du projet en prouvant que l’Union européenne n’avait, ni de moindres motifs, ni en moindre nombre, qu’elle n’avait ni un plus grand nombre d’obstacles, ni plus grands, qu’elle n’avait ni de moindres moyens, ni en moindre nombre, pour se former de notre temps, qu’en avait l’Union germanique pour se former il y a six ou sept cents ans ; nous avons montré au contraire que les disparités sont très grandes en faveur de l’Union européenne.

§ 219

Nous venons de montrer la manière dont les souverains regardèrent le plan de Henri le Grand au commencement de l’autre siècle. Voilà, ce me semble, deux préjugés très raisonnables et très forts sur la possibilité d’un projet tout semblable ; ils nous font voir clairement qu’il est possible de trouver des motifs assez puissants pour mettre les souverains en mouvement sur la plus importante affaire d’Europe, qu’il est possible de trouver des moyens convenables pour parvenir à ce chef-d’œuvre de politique humaine. Or ces motifs et ces moyens que j’ai démontrés dans ce Discours comme possibles à trouver, puisqu’ils ont été trouvés, je prétends les montrer dans les Discours suivants comme tous retrouvés.

§ 220

Au reste, j’espère que quand même il n’y aurait jamais eu de modèle d’union permanente entre souverains, ni chez les Grecs, ni chez les Allemands, ni chez les Suisses, ni chez les Hollandais ; que quand même le projet de l’Union d’Europe n’aurait encore jamais été ni inventé, ni proposé, ni agréé, les motifs de former cette même union paraîtront dans le reste de ce mémoire si puissants, et les moyens si faciles, qu’ils suffiraient pour déterminer nos souverains à former cette union et à envoyer leurs députés à un congrès, afin de convenir des articles d’un traité si désirable pour tout le monde.

TROISIÈME DISCOURS

Proposition [•] à démontrer
Si la société européenne que je propose peut procurer à tous les souverains chrétiens sûreté suffisante de la perpétuité de la paix au-dedans et au-dehors de leurs États, il n’y a aucun d’eux pour qui il n’y ait beaucoup plus d’avantages à signer le traité pour l’établissement de cette société qu’à ne le pas signer.

§ 221

[•]Il me semble que j’ai démontré dans le premier Discours que ni les traités ni l’équilibre n’étaient point des préservatifs suffisants pour garantir l’Europe des malheurs de la guerre ; qu’ainsi les souverains chrétiens demeureront toujours agités par des guerres perpétuelles, qui ne peuvent être interrompues que par deux sortes d’événements. L’un, par des traités de paix, ou plutôt par des trêves assez courtes, et qui n’auront jamais aucune sûreté suffisante de leur observation. L’autre, par quelque bouleversement de quelque maison souveraine, qui tombera de temps en temps et qui, dans sa ruine, ne fera que précéder de quelques siècles toutes celles qui règnent aujourd’hui.

§ 222

[•]J’ai montré de même dans le second Discours par des modèles subsistants que l’on pouvait employer un préservatif suffisant contre la guerre : c’est l’établissement d’une société permanente, composée de tous les souverains chrétiens, représentée dans un congrès perpétuel par leurs députés, pour régler sans guerre, aux trois quarts des voix, leurs différends à venir, et les conditions du commerce. Par tout ce qui s’est déjà pratiqué en grand, j’ai montré ce que nous pouvions nous-mêmes mettre en pratique en plus grand. Je vais présentement approfondir quels furent les motifs qui purent déterminer les anciens souverains à former leurs sociétés, et qui par conséquent peuvent déterminer les nôtres à former la société européenne.

§ 223

Ces motifs sont les avantages que nos souverains en doivent tirer ; ainsi pour démontrer la proposition qui fait le sujet de ce Discours, il suffira de comparer les avantages des souverains chrétiens dans la situation présente du système de la guerre presque perpétuelle, avec les avantages qu’ils auraient dans la constitution du système de la paix inaltérable. Car si, en parcourant tous les avantages de l’un et de l’autre système, et en les opposant les uns aux autres, je montre clairement que les avantages sont beaucoup plus grands et en plus grand nombre dans le système de la paix, la seule comparaison formera une parfaite démonstration de la proposition.

§ 224

En parlant des avantages des souverains, je ne borne pas ces avantages à leur personne, qui dure peu ; j’ai particulièrement égard aux avantages de leur maison, qui peut durer autant de siècles qu’ils peuvent eux-mêmes durer d’années.

§ 225

Je montrerai d’abord les avantages du système de la paix sur le système de la guerre par rapport aux souverains en général, et surtout par rapport aux plus puissants. Je ferai ensuite quelques réflexions sur l’intérêt particulier que les moins puissants et les États républicains peuvent avoir à donner la préférence au système de la paix, et comme je commence la preuve par la considération des avantages des plus puissants, c’est-à-dire par ce qui paraît de plus difficile, le reste en paraîtra au lecteur beaucoup plus aisé.

[•]PREMIER AVANTAGE
Fondement de l’espérance de l’agrandissement, comparé avec le fondement de la crainte du bouleversement

§ 226

[•]La première différence qui se présente entre ces deux systèmes est fondée sur l’immuabilité perpétuelle des États et des maisons souveraines, qui sera l’effet naturel de l’un, et sur les révolutions et les bouleversements de ces mêmes États et de ces mêmes maisons, qui sont les effets naturels de l’autre.

§ 227

[•]Dans le système de la guerre, le souverain le plus puissant de l’Europe peut espérer d’un côté que le territoire de son État s’agrandira du double, et même du reste de l’Europe, et qu’il augmentera ainsi de beaucoup le revenu de sa maison, soit par ses propres conquêtes, soit par celles de ses descendants, parce que la guerre met tout en branle, parce que rien n’y est stable, et que ce qui paraît de plus ferme peut être facilement renversé en peu d’années, selon les différentes conjonctures ; mais par la même raison il peut craindre de l’autre pour sa maison des événements malheureux, et qu’au lieu de doubler son revenu et d’agrandir son territoire, l’un et l’autre ne soient un jour fort diminués, et ne soient même entièrement perdus pour cette maison, ou par les conquêtes de quelque chef d’une ligue puissante, ou par la révolte de quelques provinces.

§ 228

[•]Dans le système de la paix, au contraire, comme chacun est censé avoir mis des bornes à son territoire par des traités précédents, et surtout par la possession actuelle, et comme ces traités deviennent infaillibles dans leur exécution, à cause de la garantie suffisante de l’union des souverains, ces bornes une fois établies seront immuables ; il n’y aura nulle révolte de provinces à appréhender ; ainsi comme aucun souverain n’aura plus à craindre que les bornes de son territoire soient jamais rasées, il n’aura plus à espérer que ces mêmes bornes soient jamais reculées.

§ 229

[•]Il reste donc à examiner si le souverain le plus puissant d’Europe a plus de sujet d’espérer un agrandissement considérable de territoire et de revenu pour sa maison dans le système de la guerre qu’il n’a de sujet d’en craindre l’affaiblissement et le bouleversement entier : je parle ici de sa maison parce que je veux embrasser plusieurs générations et plusieurs siècles ; et effectivement un prince aurait-il beaucoup fait pour sa maison, d’avoir conquis durant son règne deux ou trois provinces, si par la même voie qu’il a tenue, c’est-à-dire par le système de la guerre, son petit-fils devait en perdre quatre ou cinq ? Aurait-il beaucoup fait d’avoir agrandi son État du double, si son arrière-petit-fils devait par les mêmes moyens le perdre tout entier ?

§ 230

[•]Si ce prince a des espérances que sa maison agrandira son territoire du double aux dépens de ses voisins, ces mêmes voisins ligués ont pareilles espérances d’agrandir autant le leur à ses dépens. Si les espérances de ce prince doivent fonder la crainte de ses voisins, les espérances de ses voisins doivent fonder la sienne. S’il prétend avoir des droits sur leurs États, ils prétendent en avoir sur les siens. S’il se confie à ses forces, à ses alliances, ils se confient aux leurs. S’il espère profiter d’une régence, d’une minorité, d’une guerre civile, d’une rupture de ligue, ils ont pour eux, dans la même durée des siècles, les mêmes conjonctures à espérer. S’il est animé par l’ambition, par la jalousie, par la vengeance, ces mêmes passions sont-elles moins prêtes à les animer ? S’il est plus fort que quatre ligues, il sera plus faible que cinq, que six ; ainsi jusque-là tout est égal.

§ 231

[•]Je confondrai dans la suite du Discours le terme de prétentions avec le terme d’espérances, parce que la plupart des princes espèrent conquérir le territoire sur lequel ils prétendent avoir droit, et ne manquent jamais de prétendre avoir droit sur le territoire qu’ils espèrent conquérir.

§ 232

S’il [•] n’y avait en Europe que deux maisons souveraines, et qu’elles fussent également puissantes, il est certain qu’elles auraient également à craindre et à espérer dans le cours de plusieurs siècles de différentes minorités et de différents événements de la guerre. Ainsi il est visible qu’en se cédant mutuellement leurs espérances d’agrandissement de territoire, leurs prétentions, leurs droits sur les provinces l’une de l’autre, elles se céderaient choses entièrement égales ; et si elles pouvaient se donner mutuellement sûreté suffisante que leur convention serait exécutée sans guerre seulement pendant cent cinquante ans, elles auraient toutes deux en pur profit ce qui résulterait de cette cession mutuelle de tout agrandissement de territoire. Or les deux seuls articles de la continuation du commerce et du retranchement de la dépense des troupes pourraient facilement enrichir du double en revenu chacun de leurs États et chacune de ces deux maisons, comme nous le démontrerons dans la suite ; et que pourraient-elles espérer de plus l’une ou l’autre par le succès d’une guerre de cent cinquante ans que de doubler la valeur de leur État et le revenu de leur maison ? Or dans le système de la guerre, chaque maison risque de perdre tout, pour avoir le double par la ruine de l’autre, au lieu que dans le système de la paix, ni l’une ni l’autre ne risque rien, pour avoir ce même revenu doublé, et elle n’est point pour cela obligée de ruiner la maison voisine.

§ 233

[•]La situation de la guerre est une situation où il entre beaucoup de hasard. Combien de batailles décisives ont été perdues par un pur hasard ? Combien de morts arrivées par un pur hasard ? Combien de séditions ont eu des suites fâcheuses par un pur hasard ? Or il me semble que si un de ces princes, à forces égales, veut hasarder la moitié de l’Europe contre l’autre moitié, il hasarde plus qu’il ne peut gagner, puisqu’il hasarde le nécessaire qu’il possède, contre un superflu égal qu’il veut posséder, mais dont il peut bien plus facilement se passer que de son nécessaire. Or si d’un côté il a autant de sujet de craindre de perdre son État que d’espérance de conquérir celui de son voisin, et que ce qu’il risque de perdre vaille mieux pour lui-même que ce qu’il risque de gagner, il est visible qu’il a plus sujet de craindre que d’espérer, non du côté du hasard que l’on suppose égal, mais du côté des choses hasardées, qui, quoique égales en elles-mêmes, sont inégales par rapport aux effets qu’elles peuvent produire pour le bonheur ou le malheur de celui qui hasarde. Voilà donc déjà, du côté de l’agrandissement ou de la perte du territoire, non seulement une égalité dans les deux systèmes, mais encore un avantage sensible pour le système de la paix perpétuelle, à ne considérer pas même l’exemption de la dépense et des maux que cause la guerre.

§ 234

[•]Que l’on suppose présentement que l’Europe soit partagée, non entre deux maisons, mais entre trois également puissantes, la démonstration ne change point, elle n’en devient même que plus forte ; ces trois maisons auront pareil intérêt que les deux précédentes de s’abandonner mutuellement leurs espérances pour l’agrandissement de territoire, afin d’acquérir sûreté parfaite que ce territoire ne sera jamais ni perdu ni diminué, soit durant leur règne, soit durant les règnes de leurs neveux les plus reculés ; et il est facile de démontrer, et on le verra dans la suite, que si elles se pouvaient donner mutuellement sûreté suffisante de demeurer en paix seulement cent cinquante ans de suite, et de terminer durant ce temps-là leurs différends sans guerre, chacun d’elles doublerait son revenu, et celui de ses sujets, sans fonder cette augmentation sur la ruine l’une de l’autre.

§ 235

[•]Mais dans le système de la guerre, ces trois maisons souveraines sont dans une nécessité indispensable de hasarder chacune tout le sien pour élever tout ce qui appartient aux deux autres dans le cours de quelques siècles, avec cette différence des hasards ordinaires : c’est que celui-ci n’est pas volontaire, il est forcé ; les plus sages seront obligés de hasarder malgré eux toute leur fortune, ils seront toujours dans la nécessité, ou de ruiner les autres, ou d’être ruinés par les autres.

§ 236

[•]Au contraire dans le système de la paix perpétuelle, comme il n’y aurait aucune guerre, aucun des chefs de ces trois maisons ne serait forcé de hasarder son État pour en gagner un autre, et chacun aurait l’avantage de pouvoir, par d’autres espèces d’agrandissements, recueillir les fruits de son économie et de son habileté.

§ 237

[•]Supposons que les chefs de ces trois maisons, après avoir demeuré cent cinquante ans dans le système de la paix, soient prêts à rentrer dans le système de la guerre, et que chaque prince espère qu’à la longue, en profitant des hasards, il subjuguera les deux autres, pour devenir seul maître de l’Europe, c’est comme si on supposait que trois joueurs, qui auraient chacun un million pour tout bien, faisaient partie de ne point quitter le jeu, qu’un des trois n’eût les trois millions en sa puissance, et qu’il n’eût abîmé les deux autres. Il est certain que celui qui vivait avec un million peut bien plus facilement se passer des deux autres millions extraordinaires que de son propre million, qui soutient sa dépense ordinaire. Or cependant, à fortune égale, à pari égal, il y a trois à parier contre un qu’il perdra tout, et qu’il ne gagnera pas tout, et ce qu’il peut gagner, quoique trois fois aussi grand en soi que ce qu’il peut perdre, ne peut jamais être trois fois aussi grand par rapport à lui. On croira peut-être que ce raisonnement est le même que celui que je viens de faire sur le hasard de gagner le double ; mais il y a d’autant plus de différence que le triple n’est pas si nécessaire que le double au bonheur du joueur : c’est que la sensibilité pour le gain ne croît pas dans le joueur en même proportion que le gain même, et il n’y a personne qui ne sache que celui qui a centuplé sa fortune n’est pas cent fois plus heureux qu’il n’était lui-même, lorsqu’il ne l’avait encore que doublée. Ainsi plus un joueur qui joue tout son nécessaire a d’adversaires à craindre, plus le jeu est inégal pour lui, c’est-à-dire que réellement il a d’autant plus de désavantage qu’il hasarde tout son bien contre un plus grand nombre de joueurs, pour avoir le leur.

§ 238

[•]Or si en supposant qu’il n’y a en Europe que deux maisons souveraines également puissantes, il demeure démontré que si elles pouvaient se donner sûreté suffisante de conserver entre elles une paix inaltérable, il y aurait pour elles un avantage presque infini à entrer dans le système de la paix. Il demeure démontré à plus forte raison qu’en supposant l’Europe entière partagée en trois maisons également puissantes, si elles pouvaient se donner sûreté suffisante de conserver entre elles une paix inaltérable, qu’il y aurait pour chacune des trois un avantage encore plus grand de quitter le système de la guerre pour entrer dans le système de la paix.

§ 239

[•]Mais voici une considération qui va faire encore plus pencher la balance en faveur du système de la paix, c’est qu’un de ces trois souverains égaux en puissance ne peut désirer de demeurer dans le système de la guerre que pour avoir l’espérance que sa maison détruira à la longue les deux autres, et s’élèvera un jour sur leurs ruines. Or nous allons voir qu’elle ne saurait ruiner les deux autres, sans se ruiner elle-même. Ainsi le hasard devient encore plus désavantageux, puisqu’en premier lieu il y a trois à parier contre un qu’il perdra tout ; et en second lieu, c’est que si sa maison parvient à gagner tout, elle se trouvera nécessairement dans un péril évident et continuel, ou plutôt dans une certitude de perdre en moins de cinquante ans, non seulement tout ce qu’elle aura gagné, mais encore de perdre tout ce qu’elle possédait, avant que s’exposer à tous les hasards de la guerre : développons ce mystère.

§ 240

[•]Je suppose donc que dans deux cents ans en 1912 par le succès des batailles dans le système de la guerre, la maison de France, par exemple, soit devenue la maîtresse de l’Europe entière, que l’Espagne, l’Italie, la Grèce, la Hongrie, la Pologne, la Moscovie, l’Allemagne, la Suède, le Danemark, la Hollande, l’Angleterre ne soient plus regardées que comme des provinces de son Empire. Auguste et ses successeurs, Constantin, Théodose, Justinien et leurs successeurs ont eu un Empire encore plus étendu ; mais que l’on fasse attention à la durée des maisons impériales et aux funestes catastrophes des empereurs, la chose en vaut bien la peine ; que l’on ne se borne pas aux faits, que l’on fasse attention aux causes de tant de maisons impériales bouleversées, de tant de meurtres, de tant d’empoisonnements commis contre la personne des empereurs et de leurs parents, et l’on verra d’un côté que les maisons impériales n’ont pas duré sur le trône cinquante ans, l’une portant l’autre ; et de l’autre on verra que les causes de cette destruction sont nécessaires et telles que l’on ne peut jamais y apporter de remède. Ainsi il y aurait à parier simple contre simple que si la maison de France était parvenue à l’empire de l’Europe en 1912, cette maison serait détrônée et entièrement anéantie cinquante ans après, et le double contre le simple, qu’elle serait anéantie cent ans après.

§ 241

[•]Or une maison qui, par le secours de ses différentes branches, peut durer plus de trois mille ans, plus de six mille ans, et même jusqu’à la fin des siècles sur le premier trône de l’Europe, ne perd-elle pas beaucoup à ne durer que cinquante, que cent ans sur le trône de l’Europe entière ? Y a-t-il de la proportion ?

§ 242

[•]Mais voyons quelle est la cause de la ruine des maisons impériales, et si l’on ne peut trouver de préservatif suffisant contre un pareil malheur. Cette cause, c’est l’ambition, c’est un désir violent de s’agrandir. Or il est impossible d’empêcher que ce désir ne naisse et ne devienne très violent dans tous les siècles, dans toutes les cours, et dans un grand nombre de courtisans ; il ne peut même jamais être retenu que par une crainte plus forte que le désir, comme serait celle de se perdre infailliblement soi-même et sa famille.

§ 243

[•]Or entre les sujets de crainte que peut avoir un conspirateur qui veut se mettre une couronne sur la tête, on peut dire que le principal est la crainte des souverains voisins, qui, soit comme parents, soit comme alliés, soit comme amis, ou simplement comme souverains, sont intéressés à protéger les malheureux restes d’une famille royale échappés d’une conspiration, et à poursuivre vivement la punition du conspirateur. Mais cette crainte ne saurait plus naître dans l’esprit des ambitieux, s’il n’y a plus de souverains voisins. Or dans la supposition de l’Europe soumise à un seul, ce souverain n’aurait plus en Europe de voisins qui pussent protéger ses descendants ou les princes de son sang, ni venger sa mort, parce que lui ou ses prédécesseurs auraient pris soin de détruire et d’anéantir tous les souverains d’Europe.

§ 244

[•]Cependant plus l’objet est grand, plus il excite de conspirateurs, plus il les engage à leur entreprise. Il est impossible que les empereurs ne craignent, ou leurs frères, ou leurs parents ; et cette crainte pousse souvent des empereurs barbares à s’en défaire, et à s’opposer ainsi eux-mêmes à la durée de leur maison. D’un autre côté il est impossible qu’un empereur n’ait des ministres, des généraux, des favoris. Il est impossible qu’il ne leur communique son crédit, et qu’il ne leur confie ses armées. Or ces ministres, ces généraux, ces favoris sont des hommes presque toujours très ambitieux ; et que peut-on attendre d’une passion aussi vive que l’ambition, quand elle ne peut plus être retenue par son premier frein, qui est la crainte ? Ainsi plus l’Empire sera étendu, plus les conspirations contre l’empereur et la maison impériale seront faciles et fréquentes. Ainsi le danger de la ruine de cette maison croît à proportion de cette élévation, et elle ne sera jamais plus proche de sa ruine que lorsqu’elle aura détruit toutes les autres.

§ 245

[•]Qu’un descendant de cet empereur soit peu habile, peu laborieux, livré à ses plaisirs, méprisé par ses sujets, un général hardi, heureux, accrédité à la cour, aimé des officiers et des soldats, se fera proclamer empereur par son armée ; il marchera vers la capitale ; une tête ôtée, le voilà maître de l’Empire [•], et il n’a point à craindre d’être détrôné par le secours des souverains voisins.

§ 246

[•]Qu’une impératrice régente devienne éprise de quelqu’un des grands de sa cour, habile, hardi, adroit, il se fera bientôt des créatures ; il épousera l’impératrice, fera empoisonner [•] l’héritier de l’Empire, fera périr en prison les princes du sang, s’emparera du gouvernement ; et voilà une nouvelle maison impériale qui s’établit sur la ruine de celle qui avait détruit toutes les autres.

§ 247

[•]Qu’un empereur d’Europe laisse en mourant la régence à un Premier ministre pour l’ôter à un frère, à un parent dont il soupçonne la fidélité, ce ministre gagnera à loisir les principaux officiers des armées et du Conseil ; il les attachera à sa fortune ; il fera périr les mineurs, et se mettra ainsi facilement la couronne impériale sur la tête. Qui les empêchera les uns et les autres de tenter ces entreprises, et qui les arrêtera dans l’exécution ?

§ 248

Ce ne sont pas ici des visions, ce ne sont pas des sujets de crainte qui soient chimériques ; on n’a qu’à ouvrir les histoires de toutes les nations pour voir que ce sont des réalités. Il n’y a qu’à ouvrir l’histoire des Césars, d’Hérodien42, pour voir qu’en soixante ans il y a eu quatorze maisons impériales chassées du trône [•] l’une par l’autre. Qu’on examine les diverses catastrophes des autres maisons impériales depuis Constantin, jusqu’aux Paléologues [•], à qui Mahomet second ôta l’Empire grec43, on en verra plus de cinquante différentes qui ont toutes été bouleversées les unes par les autres par des conspirations de ministres, de généraux, de favoris contre leurs maîtres ; de sorte que l’on peut dire qu’en douze cents ans, chaque maison souveraine, l’une portant l’autre, n’a pas duré vingt-quatre ans. Cela paraît incroyable, cependant cela est très réel ; et quelle gloire pour une maison impériale d’être confondue en douze siècles avec cinquante autres maisons [•] de sujets de vile naissance et de peu de considération ? Mais que l’on suppose, si l’on veut, qu’au lieu de cinquante maisons [•] bouleversées, il n’y en ait que vingt-cinq qui aient régné chacune quarante-huit ans. Qu’est-ce que quarante-huit ans pour la durée d’une maison ?

§ 249

Pour prophétiser sûrement ce qui arrivera à la maison de [•] cet empereur d’Europe, il ne faut que lire ce qui est arrivé aux maisons de semblables monarques ; on trouvera que l’unique cause du renversement de leur maison, c’est qu’en mourant, ils n’ont point laissé à leurs enfants de protecteurs puissants dans leur voisinage ; et où en auraient-ils, eux qui n’avaient d’autre but que d’anéantir leurs voisins, et qui, en les détruisant, détruisaient sans y penser les seuls véritables protecteurs de leur postérité ? Il est vrai qu’ils étaient parvenus à n’avoir plus d’ennemis à craindre au-dehors ; mais ils sont par la même voie parvenus à multiplier leurs ennemis au-dedans, et à mesure qu’ils ont détruit les uns, ils ont rendu les autres plus nombreux et plus formidables.

§ 250

L’ambition est une passion qui produira toujours dans de semblables conjonctures de semblables effets ; d’ailleurs le conspirateur n’a pas toujours l’ambition pour unique motif : la haine, la vengeance, la crainte vive d’être bientôt prévenu et détruit par une cabale opposée le pressent encore souvent de tenter les périls de la conspiration. Telle est la nécessité d’un grand nombre de conspirations différentes : ce sont des maladies mortelles pour les maisons des empereurs, et il n’y peut jamais avoir aucun préservatif qui puisse rassurer contre ces accidents ; voilà donc un inconvénient certain terrible pour la maison du monarque de l’Europe, et un inconvénient sans remède.

§ 251

Voilà cependant l’abîme où conduit la trop grande puissance : voilà où [•] conduiraient ces désirs de monarchie de l’Europe44. Or est-il sensé, quand une maison est fort élevée au-dessus des autres, de désirer de la porter si haut que sa propre élévation en cause infailliblement la ruine totale vingt-cinq ans, cinquante ans, cent ans après ?

§ 252

Il n’en est pas de même des agrandissements d’une maison de particulier : son élévation n’en saurait causer la ruine parce qu’elle est toujours protégée par les lois qui sont elles-mêmes soutenues par l’autorité [•] d’une société permanente, et par les forces entières de toute la société ; mais pour ce qui est d’un empereur d’Europe, nulle protection à attendre des lois, quand le conspirateur se met au-dessus, en se saisissant des rênes de l’Empire.

§ 253

Ces considérations m’ont conduit à un raisonnement qui me paraît sans réplique ; car ou les espérances de l’agrandissement de territoire sont très vastes, ou elles ne sont que médiocres : si elles sont très vastes, et [•] que le souverain désire la monarchie de l’Europe45, elles sont très mal fondées ; mais qu’elles soient bien fondées, je veux que le succès réponde dans deux cents ans à ses désirs ; ne voit-il pas que cette même maison sera bientôt après bouleversée et entièrement anéantie par ses propres sujets ? Or désirera-t-il de renverser, d’anéantir lui-même sa maison ? Désirera-t-il de procurer ainsi l’établissement de cent autres maisons impériales [•] de basse naissance, qui étoufferont même tout souvenir de la sienne dans la postérité ?

§ 254

Si ses espérances sont médiocres et qu’il ne désire que quelques provinces de plus, qu’il compare l’objet de ses désirs, qui est même fort incertain, et qui lui coûtera plus qu’il ne vaut, avec les avantages immenses, réels et certains qu’il tirera d’une paix perpétuelle, affermie par le traité d’Union [•] ; et s’il lui reste un peu de prudence, il sentira alors l’extravagance de ses premiers desseins, puisqu’ils le conduisaient par un chemin très odieux, très difficile et plein de hasards au bouleversement total de sa maison.

§ 255

[•]Pour rendre la démonstration plus sensible, j’ai supposé en Europe deux autres maisons égales en puissance à celle de France ; mais je n’ai pas besoin présentement de cette supposition ; je n’ai besoin pour faire sentir toute la force du raisonnement que de trouver en Europe une ligue ou toute faite ou seulement possible entre plusieurs souverains, qui forment une puissance égale à la maison de France. Or cette ligue est non seulement possible, elle est toute formée ; non seulement sa puissance est égale à la maison de France, mais elle est même supérieure ; non seulement il y a une ligue supérieure toute formée, mais il s’en peut encore former une autre composée d’autres souverains, qui n’ont point pris parti dans la guerre présente entre la maison de France et la maison d’Autriche, et qui, s’ils étaient bien unis, formeraient une puissance encore supérieure à la maison de France.

§ 256

[•]Mais quand il n’y aurait qu’une seule ligue égale, la force du raisonnement subsisterait en son entier, puisque les chefs, ou le chef de cette ligue ferait alors le même effet que ferait le chef d’une maison égale en puissance, et comme elle est supérieure au lieu d’être égale, le raisonnement en est encore en plus forts termes, pour déterminer la maison de France à préférer le système de la paix.

§ 257

[•]Il y a même une considération qui fortifie encore la démonstration, c’est que dans la constitution présente de l’Europe, l’Espagne, monarchie féminine46, peut passer avant cent cinquante ans par une fille dans une autre maison que celle de France : ce qui est arrivé de nos jours cent cinquante ans après la mort de Charles V ne peut-il pas arriver en pareilles espèces à l’égard des descendants de Philippe V47 ? Or si cela arrivait, la maison de France, qui ne fait présentement au plus que le tiers de l’Europe, n’en ferait alors que la sixième partie. Ainsi dans la nécessité où elle se trouve dans le système de la guerre, ou de détrôner les autres maisons, ou d’en être détrônée, il y aurait six à parier contre un, à hasard égal, qu’elle serait un jour détrônée, au lieu qu’il n’y a présentement sur la possibilité de ce détrônement que trois à parier contre un. Voilà donc pour la maison de France encore un sujet de craindre plus la diminution que d’espérer l’agrandissement de territoire.

§ 258

Je sais bien [•] que les autres maisons d’Europe sont inférieures à la maison de France, je sais bien même que la ligue d’aujourd’hui peut se rompre ; mais qui ne sait qu’il peut arriver dans le cours de plusieurs siècles ce qui est déjà arrivé plus de dix fois depuis trois mille ans, que le souverain d’un État aussi petit que l’est présentement la Savoie, que l’était autrefois la Macédoine, peut trouver l’occasion de renverser en peu d’années le plus grand, le plus puissant État de la Terre. Sésostris, Cyrus, Alexandre, Attila, Alaric, Almanzor, Gengis Khan, Tamerlan, les princes turcs, le dernier prince tartare qui envahit la Chine il y a soixante-dix ans48, tous ces princes étaient les uns dix fois, les autres vingt fois, quelques-uns trente fois moins puissants que les États qu’ils soumirent. Il est vrai que les conjonctures leur furent favorables, mais ces conjonctures ne se peuvent-elles pas retrouver de temps en temps comme elles se sont déjà si souvent trouvées ? Ils n’avaient pas même le secours des ligues d’aujourd’hui ; cependant on voit leur succès. D’ailleurs moins ces souverains sont puissants, plus il y en a ; et n’est-il pas plus aisé de trouver dans un plus grand nombre que dans un plus petit des princes audacieux, téméraires et heureux ? De sorte que si d’un côté la possibilité de renverser la maison diminue par le peu [•] de puissance de ses voisins, elle augmente de l’autre à proportion qu’ils sont en plus grand nombre. Ainsi toute la force de la démonstration subsiste.

§ 259

Il est vrai qu’il ne paraît guère possible d’inspirer à des [•] souverains très puissants la crainte raisonnable que leur postérité soit un jour détrônée et anéantie ; ils ont vécu toute leur vie dans une parfaite sécurité, et ce qu’ils n’ont point craint pour eux-mêmes, il semble qu’ils ne sauraient le craindre pour leurs arrière-petits-fils : mais ils n’en sont pas pour cela plus prudents. Les rois que vainquit Sésostris, ceux que détrôna Cyrus, ne craignaient ni pour leurs maisons ni pour eux-mêmes dix ans avant qu’ils fussent attaqués ; les uns étaient beaucoup plus puissants que ces conquérants, les autres en étaient trop éloignés : il est vrai qu’ils ne craignaient point, mais n’avaient-ils nul sujet de craindre ? [•] Darius ne craignait rien du petit roi de Macédoine, mais n’avait-il rien à en craindre, et la sécurité des princes vaincus justifie-t-elle leur imprudence ? Un souverain qui n’a vu dans son État nulles divisions, nuls schismes, ne s’imagine pas qu’il y en naisse, même cent ans après lui. François premier ne voyait pas les guerres civiles que firent naître les disputes des théologiens et qui désolèrent son État après sa mort durant plus de quarante ans ; il ne voyait pas que la maison royale serait quinze ans durant à deux doigts d’être chassée du trône, et d’être même entièrement exterminée ; mais cependant ces terribles malheurs, pour n’avoir été ni prévus ni redoutés, n’en étaient ni plus éloignés ni moins à craindre [•]. Qu’on se souvienne de la dernière guerre civile d’Angleterre, Charles premier seulement dix ans avant sa mort ne craignait point les suites des démêlés naissants qu’il avait avec son Parlement ; mais n’étaient-ils point à craindre ? Cromwell usurpa la couronne sous le nom de protecteur. Qu’est-ce qui lui donna cette hardiesse ? Une seule considération : c’est qu’il crut qu’il serait assez puissant pour se maintenir contre les puissances étrangères, qui voudraient tenter de venger le meurtre du roi. Si la puissance de l’Angleterre eût été la moitié moindre, la régente de France eût vengé sa belle-sœur49. Ainsi ce fut la puissance de la monarchie anglaise qui fut cause de l’usurpation, et qui mit l’usurpateur à couvert de la punition de son crime.

§ 260

[•]Il est certain que la multiplicité des souverainetés d’Europe, que je suppose réduites, pour avoir droit de suffrage, au nombre de vingt-quatre, n’affaiblit en aucune manière la démonstration que j’ai faite dans la supposition qu’il n’y eût en Europe que trois maisons souveraines égales en puissance ; mais cette multiplicité de souverainetés nous donne un avantage d’un prix infini, que n’auraient pas, et que ne pourraient jamais avoir, ces trois maisons : c’est que quand aujourd’hui les trois chefs de ces trois maisons seraient convenus de décider leurs différends futurs sans guerre, et par l’Arbitrage du troisième non intéressé, cette convention n’aurait aucune sûreté suffisante d’être exécutée ; parce que deux de ces chefs pourraient changer de sentiment durant leur vie, et que leurs successeurs mal conseillés pourraient être d’un sentiment opposé, et sans songer à ce qu’ils vont perdre par la discontinuation de la paix, se liguer follement pour envahir les États du troisième. Je sais bien qu’en cela ils feraient une grande folie, et que quand ils auraient détrôné ce troisième, ils ne pourraient subsister longtemps sans que l’un des deux ne détrônât l’autre ; je sais bien que les grandes folies sont rares, mais elles peuvent arriver, tant qu’elles ne sont point retenues par de grandes craintes.

§ 261

[•]Mais la convention qui se ferait entre les vingt-quatre souverains n’aurait pas ce terrible inconvénient : c’est que tout se déciderait dans le congrès par les trois quarts de ces voix. Or les trois quarts de ces voix sont des princes moins puissants, qui, n’ayant pas tant d’espérance d’envahir que de crainte d’être envahis, seraient toujours vivement intéressés à maintenir l’Union, et fortement attachés à l’exécution du traité. Or comme tous ensemble ils seraient beaucoup plus forts que ceux qui par une folle ambition pourraient entreprendre de troubler l’union et la paix, ils seraient parfaitement sûrs, ou qu’elle ne serait jamais troublée, ou que les perturbateurs seraient bientôt détrônés, et la grande crainte d’un danger aussi grand et aussi évident suffirait pour empêcher ces ambitieux de tenter et même de former un pareil projet. Ainsi l’on voit que d’un côté la grande crainte d’être envahis, et de perdre les fruits inestimables de la paix, serait une sûreté suffisante de la sagesse de tous les souverains moins puissants ; et de l’autre que cette sagesse de ces moins puissants bien unis serait une sûreté suffisante contre la naissance ou le progrès de la folie des plus puissants qui voudraient tenter de détruire la société.

§ 262

[•]Il est aisé de juger qu’il y a de l’avantage pour un souverain à signer un traité, quand d’un côté il est évident que ce qu’il cède est de même nature et égal à ce qu’on lui cède, et que de l’autre il acquiert encore quelque chose de plus qu’il n’avait. Or que cédera le souverain le plus puissant de l’Europe qui signera le traité d’Union ? Il cédera l’espérance que peut avoir lui, et sa prospérité, d’agrandir son territoire aux dépens de ses voisins. Mais que lui cèdent ses voisins ? Pareilles espérances également fondées, qu’ils peuvent avoir, eux et leur postérité, d’agrandir jamais leur territoire aux dépens du sien ; je dis également fondées, puisque cette égalité de fondement est nécessairement produite par l’égalité de puissance, et par l’égalité des conjonctures à venir. Or je viens de montrer que par le secours des ligues il peut y avoir en Europe une puissance égale à la puissance de ce souverain, qu’il y en a même déjà une toute formée, qu’elle est même supérieure, et qu’il peut même y avoir deux ligues semblables, et chacune aussi puissante que la plus puissante maison.

§ 263

[•]Je n’examine point présentement la véritable valeur de cette espérance d’agrandissement de territoire que le souverain le plus puissant abandonne en faveur des autres souverains : il me suffit d’avoir fait faire attention qu’elle est de même nature, et fondée sur les mêmes espérances d’agrandissement de territoire que ces souverains abandonnent de leur côté en faveur de ce souverain.

§ 264

[•]Il y a même une considération en faveur de la maison la plus puissante, c’est que comme elle est plus près du trône de l’Europe qu’aucune autre, elle est par conséquent plus proche de sa ruine totale, et qu’ainsi elle tirera de la société européenne plus d’avantage qu’une maison moins puissante, en ce que cette société l’empêchera d’arriver à un terme si pernicieux : elle n’est pas au faîte de la grandeur, mais elle est au faîte de la grandeur durable ; c’est que portée plus loin, elle ne peut plus être soutenue par aucune société ; au lieu que par l’établissement et par la durée de la société européenne, elle durera toujours, au lieu que sans l’établissement de la société européenne cette maison est dans la malheureuse nécessité d’être bouleversée, ou par les autres maisons après beaucoup de guerres, ou par ses propres sujets au milieu de la paix.

§ 265

[•]Il demeure donc démontré : 1o Que dans le système de la guerre c’est une nécessité que dans le cours de quelques siècles les maisons souveraines se bouleversent et s’anéantissent les unes les autres, et qu’elles soient même bouleversées par les conspirations de leurs sujets.

§ 266

[•]2o Que pour la plus puissante maison d’Europe, telle qu’est la maison de France, il y a dans le système de la guerre deux fois plus de fondement de craindre qu’elle sera bouleversée par quelqu’une des autres qu’il n’y a pour elle de fondement d’espérer qu’elle les bouleversa toutes.

§ 267

[•]3o Que quand il arriverait qu’elle les eût toutes bouleversées, elle n’en serait que dans un danger plus proche et entièrement inévitable d’être infailliblement bouleversée par des conspirations toujours successives de ses sujets.

§ 268

[•]Ainsi il est certain que si dans le système de la paix perpétuelle, et par le moyen de l’établissement de la société européenne, il est possible de rendre pour la maison de France toute diminution, toute perte de territoire impossible, et d’ôter à cette maison tout fondement de crainte d’être anéantie, ou par les autres, ou par ses propres sujets, mais à condition de renoncer à tout agrandissement de territoire, et de donner des sûretés suffisantes de cette renonciation, elle gagnera beaucoup à préférer le système de la paix perpétuelle au système présent de la guerre, et qu’il y a pour elle plus d’avantage à signer le traité de l’établissement de cette société qu’à ne le pas signer ; et c’est ce que j’avais à démontrer.

SECOND AVANTAGE50 [•]
Vue de substituer51 la monarchie d’Espagne aux mâles de la maison de France. Impossibilité de rendre cette substitution suffisamment solide dans le système de la guerre ; facilité de la rendre suffisamment solide dans le système de la paix
Vue de rendre la monarchie de France et la monarchie d’Espagne absolument incompatibles en un seul chef. Impossibilité d’avoir sur cela sûreté suffisante dans le système de la guerre ; facilité d’avoir cette sûreté dans le système de la paix

§ 269

Il est certain qu’il est de la dernière importance pour l’Europe d’avoir sûreté suffisante que ces deux monarchies ne soient jamais unies sous un même chef52, comme il est de la dernière importance pour la maison de France d’avoir sûreté suffisante que tant qu’elle aura des mâles53, aucune de ces monarchies ne passera jamais dans une autre maison [•]. Or que l’on compare sur cela les deux systèmes, comment l’Europe, comment la maison de France pourront-elles trouver dans le système de la guerre, où tout est dans une perpétuelle incertitude, comment y trouver, dis-je, cette sûreté suffisante ?

§ 270

[•]Au contraire dans le système de la paix, où rien ne peut changer, où tout est fixe et permanent, où toute guerre est impossible, où la société est toute-puissante, inaltérable, où les conventions seront toujours soutenues par cette toute-puissance, comment n’y pas trouver cette sûreté réciproque, soit en faveur de la maison de France pour la durée de son illustration, soit en faveur des autres souverains pour leur propre tranquillité ? Il ne peut venir qu’un doute, qui est de savoir s’il est effectivement possible de former cette société de manière qu’elle soit inaltérable : mais je demande sur cela crédit jusqu’après la lecture du Discours suivant ; et j’espère que l’on verra la chose parfaitement démontrée.

§ 271

La maison de France [•] ne peut jamais avoir une garantie sûre de cette substitution, si ce n’est par le consentement et par l’établissement de la société européenne, et l’Europe ne peut jamais être parfaitement tranquille et exempte des dépenses nécessaires pour se tenir sur ses gardes, que lorsque cette maison donnera les mains à l’établissement de cette société, et consentira à l’incompatibilité des deux monarchies ; il se fera ainsi entre la maison de France et le reste de l’Europe un échange de droits, de prétentions, d’espérances, qui sera infiniment avantageux aux deux parties.

§ 272

[•] Donc si la société européenne peut procurer au plus puissant souverain sûreté suffisante de la perpétuité de la paix au-dedans et au-dehors de son État, il trouvera beaucoup plus d’avantage à signer le traité pour l’établissement de cette société qu’à ne le pas signer.

TROISIÈME AVANTAGE [•]
Voie de la force pour terminer les différends, comparée à la voie de l’Arbitrage

§ 273

J’ai montré dans le premier Discours que dans la constitution présente de l’Europe, c’est-à-dire dans le système de la division et de la guerre, les souverains n’avaient point d’autre moyen de décider leurs prétentions et de terminer leurs différends que par la force, et que ces prétentions se renouvelleraient toujours, et ne seraient jamais réellement terminées que par la destruction et l’anéantissement de l’un ou de l’autre des prétendants ; c’est que les traités ne peuvent pas prévoir et régler clairement toutes les prétentions futures, et quand ils pourraient les prévoir et les régler, les souverains n’ont jusqu’ici nulle garantie, nulle sûreté suffisante de l’exécution de ces traités.

§ 274

Au contraire, dans le système de l’Union et de la paix, il y a un moyen sûr et efficace de terminer sans guerre tous les différends futurs : c’est l’Arbitrage perpétuel des souverains d’Europe continuellement représentés par leurs députés assemblés dans un congrès perpétuel, parce que les arbitres ainsi unis sont suffisamment intéressés pour vouloir fortement que leurs jugements soient exécutés, et suffisamment puissants pour en procurer réellement l’exécution, malgré la volonté et le pouvoir de celui qui voudrait y résister.

§ 275

Voilà deux moyens très différents, et cependant ce sont les deux moyens uniques. On ne saurait en imaginer aucun autre qui soit suffisant, et comme la voie de la force est le caractère principal du système de la division et de la guerre, la voie de l’Arbitrage perpétuel et tout-puissant est le caractère principal du système de la société et de la paix ; il est donc question de choisir et de savoir lequel est le plus avantageux pour le souverain le plus puissant de l’Europe, tel qu’est le roi de France : car si le moyen de l’Arbitrage est le plus avantageux pour le plus puissant, c’est-à-dire pour celui qui a le plus à espérer de la force, et le moins à craindre de la force des autres, à plus forte raison sera-t-il le plus avantageux pour le souverain moins puissant, c’est-à-dire pour celui qui a moins à espérer de sa force, et plus à craindre de celle des autres ?

§ 276

Il est certain que si le plus fort était suffisamment sûr que lui et ses descendants seront toujours les plus forts, malgré les ruses de l’ennemi, malgré les hasards des batailles, malgré les ligues qu’on fera contre sa maison, malgré les temps de faiblesse de cette maison, malgré les révoltes qui s’élèveront un jour dans ses États et dans sa propre famille ; il est certain (dis-je) qu’avec une pareille sûreté, il y aurait à perdre, pour lui et pour sa maison, de faire décider ses prétentions autrement que par la voie de la force, puisqu’il serait sûr de les voir toujours décidées selon sa volonté, et de se faire entièrement rembourser, tant des frais de la guerre que des dommages que ses sujets auraient soufferts, soit par les hostilités de l’ennemi, soit par l’interruption du commerce.

§ 277

Mais à voir la constitution de l’Europe, il s’en faut bien que ce plus puissant ait une pareille sûreté. Je prie le lecteur de faire attention à ce qui se passe devant ses yeux. Les deux branches de la maison de France peuvent-elles jamais être plus unies qu’elles ont été depuis onze ans, c’est-à-dire depuis le commencement de la guerre ? Peuvent-elles jamais faire de plus grands efforts que ceux qu’elles ont faits ? Il est évident au contraire : 1o que les alliés peuvent encore être plus unis ; 2o qu’ils peuvent faire encore de plus grands efforts ; 3o qu’ils peuvent encore augmenter leur ligue, et que si la force de l’un peut augmenter dans cinquante ans, dans cent ans la force des autres peut augmenter en même proportion. Or si le souverain le plus fort, dans le temps même de sa plus grande force, ne saurait compter que tout se décidera selon sa volonté, qu’en résulte-t-il, sinon que toutes les dépenses que ses descendants feraient à l’avenir pour obtenir par la force des décisions favorables sur leurs prétentions seraient en pure perte, comme sont les dépenses d’aujourd’hui ?

§ 278

Il n’y a donc jusque-là pour le souverain le plus puissant de l’Europe aucun avantage de faire décider ses prétentions par la force, plutôt que par les arbitres, quand même on supposerait que le jugement favorable des arbitres dépend autant du hasard que le succès d’une bataille. Mais voici un avantage pour lui dans le système de l’Arbitrage, qu’il n’a pas dans le système de la force.

§ 279

1o Si toutes les fois que le plus puissant prend les armes, il était suffisamment sûr que le pis-aller de la décision qu’il se promet de la force n’aboutirait qu’à lui faire perdre tous les frais qu’il fera dans la guerre, et tous les dommages que ses sujets en souffriront, peut-être que, faute de bien supputer toutes ces pertes, et de les comparer à la véritable valeur de la prétention qui doit faire le sujet de la guerre, il serait assez malavisé pour vouloir encourir les risques et pour l’entreprendre, mais il n’a pas même cette sûreté que ses ennemis le quittent pour cela ; car s’ils ont dans la guerre une supériorité suffisante, qui les empêchera de lui ôter le tiers, la moitié, le total même de son État pour se dédommager de leurs pertes passées ? Ce terrible inconvénient n’est pas dans le système de l’Arbitrage. Le souverain le plus puissant ne peut jamais rien perdre au-delà de ce qu’il soumet au jugement des arbitres ; il ne fait point de grands frais ; ses frontières ne sont point désolées ; son commerce n’est point interrompu ; et il n’a jamais de dédommagements à faire à ses ennemis. Or qu’on suppute la grandeur de cet avantage.

§ 280

2o Il y a plus : c’est que dans le système de la guerre le souverain le plus puissant, le plus pacifique, le plus sage est contraint, malgré lui, de prendre parti dans les différends, dans les guerres d’entre ses voisins ; ainsi il a non seulement ses propres différends à décider par la force, mais il est encore dans la nécessité de faire tous ses efforts pour faire décider les différends des autres, conformément à sa propre sûreté ; au lieu que dans le système d’Arbitrage, comme chacun des souverains a sûreté réciproque et suffisante contre la mauvaise volonté des autres, chacun n’a à faire décider que ses propres différends, et se trouve juge de tous les différends des autres. Or je demande si ce n’est pas là encore un grand avantage.

§ 281

3o Il ne faut pas prétendre que la maison la plus puissante soit dans une indépendance absolue ; quiconque a sujet de craindre est dans la dépendance ; quiconque a grand sujet de craindre et de craindre un grand mal est dans une grande dépendance. Ainsi on peut dire avec vérité que tous les souverains, quelque indépendants qu’on les imagine, sont dans une dépendance très réelle les uns des autres, parce qu’ils ont à craindre réellement les uns des autres, et qu’une maison est tantôt plus, tantôt moins dépendante, à proportion de la force des chefs des autres maisons et de la force de leurs ligues ; et cette dépendance est d’autant plus grande pour ce souverain dans la voie de la force que sa maison est dans un danger continuel d’être renversée de fond en comble par un ou plusieurs ennemis qui seront devenus les plus forts : elle ne dépend de personne pour prendre les armes, mais elle dépend du succès après les avoir prises, et le succès de ses armes dépend de la force de ses ennemis.

§ 282

Que l’on pèse au contraire ce qu’elle peut craindre dans le système de l’Arbitrage, et l’on verra que comme elle a beaucoup moins à craindre de ses arbitres qu’elle n’a à craindre de ses ennemis, elle sera dans une indépendance beaucoup moins grande dans le système de l’Arbitrage que dans le système de la force ; car enfin elle n’a à craindre du côté des arbitres qu’à proportion de la valeur des choses qui peuvent être mises en arbitrage. Or ce ne peut jamais être que pour les frontières, pour le commerce, ou pour quelque injure personnelle.

§ 283

À l’égard des frontières, les traités les déterminent, ou s’ils ne les déterminent pas avec toute la précision requise, la possession actuelle et paisible y supplée. Or tout ce qui vaut la peine d’être mis en dispute pour la possession est actuellement possédé, et a des marques évidentes de possession actuelle, comme sont la juridiction, les tributs, ou bien s’il n’y a ni juridiction ni tributs établis, la chose ne vaut pas la peine d’être possédée, et la possession ne vaut pas la peine d’en faire le sujet d’une dispute. Ainsi il n’y aura jamais de différend pour une province, pas même pour une ville, pas même pour un bourg.

§ 284

À l’égard des différends sur le commerce, ces différends regardent moins le souverain que ses sujets ; mais d’ailleurs, comme il sera établi que les lois du commerce seront égales et réciproques entre les nations, les arbitres, qui sont les souverains eux-mêmes par l’organe de leurs députés, ne pourraient faire tort aux sujets de ce souverain très puissant, qu’ils ne fissent le même tort à leurs propres sujets.

§ 285

À l’égard des différends personnels entre les successeurs des souverains d’aujourd’hui, on peut dire que d’un côté entre souverains qui vivent si éloignés, ces différends sont très rares ; d’ailleurs l’offensé a la voie de la plainte et de la réparation, et chacun d’eux, de peur de la honte de la réparation, sera fort éloigné de donner sujet de plainte. Enfin quand ces différends seraient intéressants, ce sont moins différends de maisons que différends de personnes. Or les personnes meurent et les maisons demeurent. La personne du souverain peut alors être pour un temps dans la dépendance des arbitres, mais sa maison est à l’égard des arbitres dans une parfaite indépendance. Or comme il est dans la nécessité, pour la réparation d’un tort personnel, de dépendre ou de la force ou des arbitres, et que la dépendance de la force est infiniment plus grande et plus dure, il gagne considérablement à cet échange de dépendance.

§ 286

4o Mais quand on supposerait de l’égalité dans ces deux espèces d’indépendance, ce souverain, en passant dans le système de la paix, acquiert autant qu’il cède : car enfin s’il cède aux vingt-trois autres souverains le droit et la liberté de prendre les armes contre eux, quand bon lui semblait, pour se faire justice malgré eux, les vingt-trois autres ne lui cèdent-ils pas le droit, la liberté qu’ils avaient de prendre les armes contre lui quand bon leur semblait, pour se faire justice malgré lui ? S’il renonce par ce traité d’Union à prendre jamais la voie de la force contre eux, et s’il choisit en leur considération la voie de l’Arbitrage, pour terminer les différends que lui ou ses descendants pourront avoir avec eux, ces souverains ne renoncent-ils pas par le même traité à prendre jamais la voie de la force contre lui et ses descendants, et ne choisissent-ils pas en sa considération la voie de l’Arbitrage pour terminer tous les différends qu’ils pourront avoir avec lui ou avec les chefs futurs de sa maison ? S’il leur cède par ce traité le droit d’être ses arbitres perpétuels, qu’ils n’avaient point, ne lui cèdent-ils pas de leur côté le droit d’être leur arbitre perpétuel, qu’il n’avait point ? Ainsi quelle que soit la supériorité que ce souverain donne aux autres souverains en les établissant pour ses arbitres perpétuels, ils lui en donnent autant en l’établissant pour leur arbitre perpétuel. Quelle que soit la dépendance où il se met à leur égard, telle est aussi la dépendance où ils se mettent à son égard.

§ 287

5o Outre les considérations précédentes qui diminuent infiniment cette forte dépendance, il est certain que l’on a d’autant moins à craindre ses juges, quand on croit avoir raison dans sa demande ou dans sa défense, que l’on est sûr que ces juges sont éclairés, équitables et sollicités à l’équité par leur propre intérêt. Or les souverains, qui savent que leur jugement arbitral servira de loi et de règle contre eux-mêmes et contre leurs successeurs pour tous les cas pareils, ne sauraient être plus fortement intéressés qu’ils le seront à rendre des jugements parfaitement équitables. Or moins les juges sont à craindre pour ce souverain, moins la dépense lui sera sensible ; de sorte que la dépendance où il se mettra à l’égard de l’Arbitrage ne sera que l’ombre de celle où il est actuellement à l’égard de la force, et dont lui et ses descendants seront délivrés pour jamais.

§ 288

6o Quand la dépendance où est sa maison dans le système de la force ne serait pas plus grande et plus dure que la dépendance où elle sera dans le système de l’Arbitrage, il y aurait toujours une distance infinie entre ces deux voies de terminer les différends, à n’y considérer que les frais immenses que coûte la voie de la guerre ; mais c’est un des autres avantages dont nous allons parler.

§ 289

Donc si la société européenne peut procurer au plus puissant souverain sûreté suffisante de la perpétuité de la paix au-dedans et au-dehors de son État, il trouvera beaucoup plus d’avantages à signer le traité pour l’établissement de cette société qu’à ne le pas signer.

QUATRIÈME AVANTAGE [•]
Le pouvoir et l’indépendance dans le système de la guerre comparés avec le pouvoir et l’indépendance dans le système de la paix

§ 290

S’il n’y avait en Europe que deux princes également puissants, ils seraient de droit absolument indépendants l’un de l’autre ; mais comme ils auraient à se craindre l’un l’autre, ils seraient de fait dépendants l’un de l’autre : car tout homme dépend de fait de tous ceux qu’il a à craindre, et il en dépend d’autant plus qu’il a plus à en craindre. Dans cette supposition ces deux princes, ayant également à craindre l’un de l’autre, seraient l’un à l’égard de l’autre dans une égale dépendance de fait, qui est une dépendance naturelle et très réelle.

§ 291

Il est visible que s’ils pouvaient trouver un expédient pour n’avoir jamais à se craindre, ce serait pour eux un grand avantage de sortir ainsi de leur mutuelle dépendance. Or comme le plus puissant prince d’Europe peut rencontrer et rencontrera toujours des ligues aussi puissantes que lui, s’il peut trouver un expédient de n’avoir jamais rien à craindre ni de ces ligues ni d’aucun des membres de ces ligues, il est visible qu’il sortirait d’une dépendance de fait qui est toujours fort dure et fort contraignante. Or cet expédient, on ne saurait jamais le trouver dans le système de la guerre, où chacun ne vise qu’à la force et aux voies de fait ; et il est au contraire tout trouvé dans le système de la société et de la paix où l’on ne suivrait que la voie de l’équité et du droit, et où l’on n’aurait jamais rien à craindre l’un de l’autre, parce que tous seraient sous la protection de la société.

§ 292

Pourquoi un citoyen dit-il avec raison qu’il ne dépend point d’un autre citoyen son voisin ? C’est qu’il n’a rien à en craindre. Pourquoi n’a-t-il rien à en craindre ? C’est que ce voisin ne peut pas venir impunément à main armée lui enlever ses biens et lui ôter la vie. Et pourquoi ne le peut-il pas impunément, et sans qu’il lui en coûtât à lui-même la vie ? C’est qu’ils vivent tous deux dans une société attentive et intéressée à faire observer ses lois sur peine de mort dans une société suffisamment puissante pour en procurer l’observation malgré la résistance des réfractaires. Ces citoyens sont donc réellement indépendants l’un de l’autre ; sans la société ils n’auraient point cette indépendance. Les chefs de famille des sauvages n’ont pas cette heureuse indépendance ; on peut leur enlever leurs biens impunément ; ils peuvent être assassinés tous les jours impunément. Ainsi faute de lois, faute de société, ils vivent les uns à l’égard des autres dans la plus dure de toutes les dépendances.

§ 293

Que l’on suppose, comme il n’arrive que trop souvent, que la maison du souverain en question n’ait pour chef qu’un enfant ou un imbécile, cette maison dans le système de la guerre entrera dans une plus grande dépendance à l’égard de ses voisins ; de sorte que si c’est un grand avantage pour elle de sortir de la dépendance dans le temps même de sa plus grande force, à plus forte raison trouvera-t-elle un plus grand avantage de sortir de cette dépendance dans le temps de sa faiblesse. Ainsi ce souverain trouve dans le traité d’Union le secret si désirable pour un prince sage et prévoyant d’égaler les temps de faiblesse de sa maison aux temps de sa plus grande force ; avantage qu’il ne peut jamais trouver que dans un pareil traité.

§ 294

Voilà ce qui regarde sa situation à l’égard des souverains ses voisins. Mais si l’on considère le pouvoir que ce souverain a sur ses sujets, et la dépendance où ils sont à son égard dans le système de la guerre, et qu’on les compare au pouvoir qu’il a sur eux, et à leur dépendance dans le système de la paix, il se présente un avantage visible et très considérable : c’est que dans le système de la guerre les sujets pourraient se révolter, et se flatter en se révoltant de rendre leur condition meilleure, parce qu’ils pourraient espérer du secours des souverains voisins, ou du moins de se soutenir par leurs propres forces ; ainsi leur dépendance est beaucoup moindre, et le pouvoir du souverain fort contraint. Mais dans le système de la paix, les sujets de ce souverain non seulement n’auront nul secours à espérer dans leurs révoltes ; mais au contraire ils auront encore à craindre le secours que la société européenne tiendra toujours tout prêt pour aider leur souverain à les punir.

§ 295

Il me semble qu’il demeure démontré que l’indépendance de droit demeure la même dans les deux systèmes, mais que la dépendance de fait, qui nous fait toujours craindre ou la force cachée, ou la force ouverte de la part de nos voisins et de nos ennemis, que cette dépendance, dis-je, est absolument inséparable du système de la guerre, au lieu qu’elle serait anéantie dans le système de la paix. Or je fais juge tout bon estimateur, si l’exemption de cette terrible dépendance n’est pas pour le bonheur de la vie et pour la durée des maisons souveraines d’un prix infini.

§ 296

L’augmentation du pouvoir à l’égard des sujets n’est pas moins sensible : cet avantage est même si sensible pour le souverain que l’on m’a objecté que cette augmentation de pouvoir faciliterait la tyrannie, c’est-à-dire l’abus du grand pouvoir. Je répondrai ailleurs à cette objection ; il me suffit de montrer ici que le pouvoir du souverain le plus puissant augmenterait encore très considérablement dans le système de la paix.

§ 297

Donc si la société européenne peut procurer au plus puissant souverain sûreté suffisante de la perpétuité de la paix au-dedans et au-dehors de son État, il trouvera beaucoup plus d’avantage à signer le traité pour l’établissement de cette société qu’à ne le pas signer.

CINQUIÈME AVANTAGE [•]
Progrès des lois, des règlements, des établissements utiles dans le système de la guerre, comparé avec le progrès qu’ils feraient dans le système de la paix

§ 298

Chacun sait que plus les lois [•] et les règlements d’un État se perfectionnent, plus il devient florissant, plus le souverain en tire de richesses, et d’autres avantages considérables. Or loin que les lois et les règlements se perfectionnent durant la guerre, c’est précisément le temps où ils sont le plus négligés et le plus mal observés : les établissements utiles, loin de s’augmenter, tombent tous les jours en décadence.

§ 299

1o Il y a, par exemple [•], dans la plupart des États de bonnes lois pour prévenir les sujets de procès entre les sujets, pour les terminer à petits frais ; mais il est facile de montrer que l’on pourrait les perfectionner, diminuer de plus de la moitié le nombre des procès, les terminer aussi équitablement, plus promptement et à moindres frais. Qui empêche que l’on ne fasse travailler ceux qui pourraient travailler utilement à cette matière ? La guerre. Qui empêche que l’on ne fasse usage des bons mémoires que l’on a déjà donnés sur cela ? La guerre. Qui peut donner au souverain le loisir et les moyens d’y pouvoir ? La paix, la seule paix perpétuelle54.

§ 300

2o Rien ne contribuerait davantage à augmenter le bonheur du souverain et de ses sujets que de trouver le secret de les obliger par leur propre intérêt à ne songer qu’à se perfectionner dans les talents de leur condition, à pratiquer tous les jours avec plus d’exactitude les vertus de leur état ; il n’y aurait pour cela qu’à trouver le secret de faire connaître au souverain avec certitude les divers degrés de mérite de ceux qui se présentent pour les emplois publics55. Or on trouve des choses plus difficiles à trouver. Mais qui empêche de proposer des prix à ceux qui donneraient sur cela de meilleurs mémoires ? La guerre. Et quand ils en donneraient, qui empêcherait d’en faire usage ? La guerre. Au contraire n’aurait-on pas pour y réussir tout le loisir et toutes les facilités possibles dans le système de la paix ?

§ 301

3o Il y a dans les grandes villes et dans les provinces un grand nombre d’excellents esprits, qui ont assez de loisir et de capacité pour creuser les matières les plus difficiles, et pour donner d’excellents mémoires, afin de faire naître des règlements très importants. Qui empêche de former sous les yeux de chaque ministre une assemblée d’excellents connaisseurs, pour tailler de la besogne à ces excellents esprits, pour diriger leur travail, et pour juger entre leurs ouvrages ceux qui seraient les plus dignes des récompenses honorables et utiles56 ? N’est-ce pas la guerre ? Et y a-t-il un système plus commode pour faire un établissement si utile que le système de la paix perpétuelle ?

§ 302

4o On sait combien il est important à un État d’avoir des chemins sûrs et commodes. Il y a pour cela de bons règlements ; mais rien ne prouve mieux qu’ils ne sont pas assez parfaits, puisqu’ils sont si mal exécutés. Les règlements n’ont jamais atteint leur perfection, qu’il n’y ait assez de gens suffisamment intéressés à les faire exécuter avec exactitude57. Or qui empêche de perfectionner ces règlements ? La guerre. Je sais des gens qui ont donné des mémoires. On a remis à les examiner après la guerre. C’est que la guerre occupe présentement tous les esprits ; et tout ce qui n’est point guerre se remet sans distinction à la paix.

§ 303

5o Il n’y a personne qui ne sache que c’est un grand malheur pour un État que d’être exposé de temps en temps à la famine58. La dépense qu’il faudrait faire, pour éviter ce terrible malheur, en greniers et en magasins ne monterait pas à la centième partie de la perte que fait l’État durant chaque siècle. Qui empêche les souverains d’y pourvoir ? La dépense, les soins de la guerre. Au contraire y aurait-il rien de plus aisé à pratiquer avec ordre et avec exactitude dans le système de la paix perpétuelle ? Il y a même une réflexion importante sur ce sujet : c’est que les famines sont beaucoup plus redoutables en temps de guerre par l’interruption du commerce, au lieu que dans la paix, comme tous les pays de l’Europe ne peuvent pas être dans une égale disette de blés, le commerce rendrait ce malheur incomparablement moins à craindre.

§ 304

6o Les États fleurissent à proportion du nombre des excellents esprits et des bons citoyens qui sont dans les emplois publics. Or on sait que les lumières et les vertus ne croissent qu’à mesure que l’esprit et le cœur ont été longtemps exercés, et en différentes manières dans la jeunesse. Or ne peut-on pas perfectionner l’éducation des enfants ? Qui doute qu’on ne puisse rendre dans les villes et dans les villages les petites écoles plus fréquentes et meilleures ? Qui doute qu’on ne puisse avoir des couvents de religieuses uniquement destinées à l’éducation des jeunes filles, et rendre peu à peu cette éducation beaucoup meilleure qu’elle n’est ? Or qui ne sait la différence de femme à femme dans une famille, et la différence que met le plus ou le moins d’éducation entre les femmes, aussi bien qu’entre les hommes ? Combien de jeunes gens sortent du collège pour l’armée, dans le temps qu’ils auraient à faire des études importantes pour leur élever l’esprit ? Combien pourrait-on abréger les méthodes pour leur enseigner de chaque science, de chaque art, ce que chaque âge en peut facilement comprendre ? Mais il faudrait occuper sur cela d’habiles gens. Il faudrait une application suivie, et des inspecteurs qui en rendissent compte aux ministres de chaque État. Qui empêche que la plupart de ces règlements ne se fassent, que l’on ne songe à ces établissements59 ? Les soins pressants de la guerre ; c’est la guerre qui ramène la barbarie dans les États les mieux policés. Il y a longtemps que l’on dit que les lois sont muettes durant la guerre. On peut dire que si de toutes parts on perfectionnait les méthodes pour l’esprit et la discipline pour les mœurs, les grands hommes de ce siècle ne seraient, pour ainsi dire, que des écoliers, en comparaison des grands hommes des siècles futurs. Or qui peut donner à l’Europe cette grande perfection, si ce n’est l’établissement d’une paix inaltérable ?

§ 305

7o Il n’y a personne de nous qui ne croie qu’il est possible de rendre les revenus du souverain beaucoup plus grands, en augmentant les revenus des sujets ; qu’il n’est pas impossible de rendre les impositions plus proportionnées aux forces de chaque sujet, moins préjudiciables au commerce, et surtout beaucoup plus faciles à percevoir : mais il faudrait pour cela une compagnie établie pour examiner avec une grande précision les mémoires sur cette matière60 ; il faudrait, avant que le souverain pût faire un si grand changement, qu’il fût sûr d’une longue paix au-dedans et au-dehors. Or comment trouver cette sûreté dans le système de la guerre ?

§ 306

Si je propose plutôt ces matières que d’autres, pour exemple, ce n’est pas qu’il n’y en ait encore de fort importantes, et qui méritent de bons règlements, mais c’est qu’ayant plus approfondi celles-ci, j’en ai aussi plus senti l’importance. J’ajouterai une chose, c’est que pour faire exécuter les bons règlements, il faut nécessairement trouver le moyen d’intéresser vivement une partie des sujets à en procurer l’exécution ; cela ne se peut faire sans des établissements nouveaux [•] ; il faudrait pour cela tirer des pays voisins des modèles de ceux qui y sont déjà formés ; il faudrait plus de loisir pour y penser, il faudrait des fonds propres à y être employés ; il faudrait même souvent pour faire ces établissements encore plus d’autorité sur ses peuples que n’en a le souverain. Or peut-on jamais se promettre pareils avantages dans le système de la guerre, ou peut-on jamais se les promettre la dixième partie aussi grands qu’on les aurait infailliblement dans le système de la paix ?

§ 307

[•]Il y a plus : c’est que quand dix souverains de suite auraient bien pris de la peine à policer le même État, un conquérant à la tête des nations barbares viendra envahir cet État, et le replongera pour dix siècles dans la plus grande barbarie. Les exemples ne nous manquent pas. Tels sont les effets du système de la guerre ; tels sont les effets du système de la paix. Or que le lecteur se mette, s’il se peut, à la place du plus puissant souverain de l’Europe, et qu’on lui vienne proposer de signer un traité de société entre tous les autres souverains, pour rendre la paix inaltérable, refusera-t-il de le signer ? Ne sentirait-il pas au contraire la plus grande joie qu’il eût jamais sentie, de contribuer pour sa part à un établissement aussi avantageux pour lui, pour sa maison et pour ses sujets ?

SIXIÈME AVANTAGE [•]
La peine de cacher ses vues dans le système de la guerre, comparée avec la commodité de marcher ouvertement dans le système de la paix

§ 308

Je ne prétends pas que dans le système de la paix un souverain n’ait jamais rien à cacher de ses desseins, mais il est certain qu’il en aura trois fois moins à cacher, soit à l’égard de ses voisins, soit à l’égard de ses sujets. C’est qu’à l’égard de ses voisins, comme tous les traités futurs qu’il fera avec eux seront faits à la ville de paix, au vu, au su et du consentement de tous les autres souverains, il n’aura aucune crainte d’être trompé, ni aucune espérance de tromper. Ainsi nul n’osera jamais rien proposer qu’il ne soit assuré lui-même qu’il ne propose rien que de convenable et d’équitable.

§ 309

À l’égard de ses sujets, ce qui pourrait l’obliger à leur cacher ses desseins, ce serait qu’il craindrait, en les découvrant, qu’ils ne s’y opposassent par quelque révolte, quoique ces desseins leur fussent dans le fond avantageux. Mais comme il ne craindra point de guerre étrangère, et comme il sera encore appuyé du secours de l’Union, il n’aura rien à ménager sur le mystère ; au contraire, si c’est un bon prince, il peut, communiquant tantôt un louable dessein, tantôt un autre, proposer des récompenses à ceux qui lui fourniront de meilleurs mémoires pour en faciliter l’exécution. Or quel avantage n’est-ce point pour un souverain de pouvoir pour l’avancement de ses desseins mettre, pour ainsi dire, en œuvre, et à peu de frais, les plus excellents esprits de son État, pour sa propre utilité, et pour celle de ses propres sujets ?

§ 310

Dans le système de la guerre au contraire le plus puissant souverain est très contraint par le secret ; s’il ne communique ses desseins qu’à peu de personnes, il ne sera secouru que par peu de lumière ; s’il le communique à un grand nombre de personnes, il perd l’avantage du secret : c’est que dans ce système il a à craindre et voisins et sujets ; il est dans leur dépendance, il est même souvent comme forcé de cacher ses profonds desseins, et de tromper les uns et les autres, de peur d’en être accablé ; souvent le peuple est incapable de voir qu’un établissement lui est, à tout prendre, beaucoup plus avantageux que désavantageux. Ainsi le bon prince même se trouve dans la nécessité de dissimuler et de ne rien changer que par des degrés insensibles ; et cette contrainte, et ces longueurs retardent infiniment ses grands desseins : au contraire quelle différence ne trouverait-il pas en cela dans le système de la paix ?

SEPTIÈME AVANTAGE [•]
Progrès des arts et des sciences dans le système de la guerre, comparé au progrès qu’ils feraient dans le système de la paix

§ 311

[•]Tout le monde sait combien les arts et les sciences peuvent contribuer à rendre un État riche et florissant ; avec le secours des arts un homme peut faire autant que vingt autres qui seront sans arts : il peut faire avec dix écus ce qu’un autre sans art ne ferait pas avec deux cents écus. On peut se convaincre de cette vérité en jetant les yeux sur l’imprimerie, sur la gravure, et sur des arts plus anciens, sur les moulins, sur les voitures par eau, et sur cent autres arts ; d’un autre côté les sciences aident à perfectionner les arts, et les sciences spéculatives elles-mêmes, par leurs lumières et par leurs méthodes, peuvent beaucoup servir à perfectionner la médecine, la jurisprudence, la morale, et surtout la politique, dont dépend le bonheur des souverains et de leurs sujets.

§ 312

Or [•] qui ne voit la prodigieuse différence qu’il y aurait dans les arts et dans les sciences, si les dépenses et les soins de la guerre n’en retardaient jamais le progrès ? Combien de familles se trouvent pendant la guerre dans l’impossibilité de faire la dépense d’une éducation convenable ? Combien de gens occupés du métier de la guerre se seraient appliqués heureusement les uns aux arts, les autres aux sciences ? Combien les pensions, combien les prix pour les plus habiles auraient excité d’émulation entre les bons esprits ? Or n’est-il pas visible que plus il y a de bons esprits appliqués à une science, que plus leurs efforts sont excités par l’émulation, plus aussi les progrès imperceptibles qu’ils font tous les jours deviennent sensibles, même chaque année ? Combien pourrait-on emprunter de choses des nations étrangères, et les perfectionner sans l’interruption du commerce ? Voilà les véritables moyens d’agrandir et d’enrichir son État, de lui donner de la splendeur. Or le souverain le plus puissant peut-il jamais trouver les moyens de faciliter et de procurer un grand progrès des arts et des sciences, qu’en signant un traité qui lui donne sûreté entière de la perpétuité de la paix ?

HUITIÈME AVANTAGE [•]
Durée des monuments dans le système de la guerre, comparée avec leur durée dans le système de la paix

§ 313

La grande augmentation qui arriverait aux revenus des souverains, et surtout aux plus puissants, leur donnerait une merveilleuse facilité pour élever de superbes palais, des temples magnifiques, pour faire [•] des grands chemins commodes, des canaux, des aqueducs, des hôpitaux, des ports et des ponts ; elle leur donnerait bien plus de moyens pour augmenter les académies, les collèges, les maisons de piété, pour enrichir les bibliothèques publiques et les cabinets curieux, pour former quantité d’autres établissements utiles, monuments de leur magnificence, de leur bonté, de leur sagesse ; mais ce qui serait de plus important pour ces souverains et pour leur postérité, c’est que ces monuments fussent durables. Or quelle durée peut-on se promettre dans le système de la guerre, où chaque siècle voit détruire quelque chose qui méritait de durer ? Combien regrettons-nous d’excellents ouvrages de sculpture, de gravure, d’architecture, combien d’histoires curieuses, de registres publics ? Qui les a fait périr ? La guerre. Combien de livres anciens et d’autres monuments de l’Antiquité furent brûlés dans la seule bibliothèque d’Alexandrie, lors de la guerre civile de César ? Combien les Goths, les Vandales, les Turcs et les autres barbares en ont-ils anéantis ? Qui garantira nos monuments présents du même sort qu’ont eu les Anciens ? Il n’y a qu’une tranquillité perpétuelle qui puisse les conserver à la postérité. Or cette tranquillité, qui peut l’assurer aux États, aux souverains [•] les plus puissants, si ce n’est le traité de l’Union qu’on leur propose ? Alors tout ce qui méritera de durer durera, et rien ne sera enseveli dans l’oubli que ce qui méritera d’être oublié.

NEUVIÈME AVANTAGE [•]
Réputation des souverains dans le système de la guerre, comparée à la réputation qu’ils acquerraient en contribuant à rendre la paix inaltérable

§ 314

[•]Que font les souverains pour leur réputation dans le système de la guerre, je parle même des meilleurs princes et des plus humains ? Ils sont souvent forcés d’accabler leurs sujets de subsides ; ils sont souvent dans la nécessité de ravager et de brûler les provinces de leurs ennemis, et même leurs propres provinces : que résulte-t-il de ces maux qu’ils causent à tant d’innocents ? Une réputation pour la postérité fort odieuse dans les ouvrages de beaucoup d’écrivains, glorieuse dans les écrits de quelques plumes mercenaires, mais certainement très douteuse et très mêlée, telle que nul homme ne voudrait en avoir une pareille61 : c’est que le mal que le conquérant fait souffrir, et aux ennemis, et à ses propres sujets, indispose extrêmement les esprits contre lui ; on ne lui tient presque aucun compte, ni de ses bonnes qualités, ni de ses grands talents ; au contraire ceux qui souffrent, ou qui ont souffert, chargent ses défauts ; un grand conquérant est un prince presque généralement haï de tous les peuples, et des siens même ; on le regarde comme nos ancêtres regardaient Attila. Telle est la réputation qu’il laisse dans le système de la guerre.

§ 315

[•]Que l’on voie au contraire ce que ce souverain peut espérer pour l’intérêt de sa réputation dans l’établissement de la paix inaltérable ; la gloire d’avoir part au plus grand et au plus désirable établissement qui ait jamais été, et qui sera jamais sur la Terre, est certainement une espèce de gloire digne d’un souverain dont les sentiments sont nobles et les vues élevées. Il est visible qu’entre les souverains, celui qui sera le plus puissant, et qui sollicitera plus fortement la signature de ce traité d’Union, aura plus de part que tout autre à cette gloire ; puisque d’un côté il cédera plus d’espérances et plus de prétentions que les autres, et que de l’autre par son crédit, par son pouvoir, et par son exemple, il agira bien plus efficacement qu’aucun autre.

§ 316

Il sera éternellement regardé de son peuple comme celui de tous les princes dont il aura reçu le plus durable bienfait ; il sera de même regardé par toutes les autres nations présentes, et par leurs générations les plus reculées, comme [•] un des pacificateurs de la Terre et comme le plus grand de tous leurs bienfaiteurs ; et après tout, y a-t-il quelque espèce de gloire comparable à celle de faire du bien, un très grand bien, très durable, non seulement à un très grand nombre de personnes, de toutes sortes de mérites, non seulement à tous ses sujets, mais encore à tous les peuples de la Terre et de tous les siècles futurs ? Y a-t-il rien qui approche plus l’homme de la divinité ? Y a-t-il rien de plus glorieux que de travailler efficacement à anéantir pour jamais un monstre furieux, tel que la guerre, qui dévore tous les ans tant de milliers d’hommes, qui ruine tant de villes magnifiques, qui désole tant de provinces opulentes et abondantes, et qui renaît incessamment de ses cendres ? [•] Qu’est-ce que la gloire des Hercules, des Thésées, et des autres héros, dont on parle depuis trois mille ans, en comparaison de cette gloire ?

§ 317

Que ne devrait-on point donner, que ne devrait-on point tenter pour mériter et pour obtenir une pareille gloire dans son siècle et dans les siècles futurs ? Et n’est-il pas heureux pour un puissant souverain d’avoir en cette occasion de plus grandes espérances que les autres à sacrifier à la félicité des hommes ? N’est-ce pas même un grand bonheur pour lui de trouver dans l’exécution d’un pareil établissement des difficultés qui paraissent insurmontables ?

§ 318

Cependant telle sera la gloire qu’acquerra le premier des souverains qui entreprendra de surmonter ces obstacles, et qui les surmontera : il est vrai que les autres qui s’uniront à lui pour lui aider à les surmonter auront part à la même gloire ; mais le premier qui mettra la main à l’œuvre passera toujours, et avec justice, pour le principal promoteur de l’œuvre ; et quel autre dessein peut jamais lui attirer plus d’honneur, contribuer davantage à remplir le reste de sa vie d’agréments et de sujets [•] d’une joie raisonnable ? Quel autre projet, quel autre ouvrage, quel autre monument peut rendre plus sûrement sa mémoire immortelle, et faire que son nom soit toujours en bénédiction chez tous les gens de bien ?

§ 319

On sacrifie volontiers tous ses travaux, toutes ses veilles, toutes ses fatigues, tous ses dangers, pour acquérir des portions de gloire, qui ne valent pas toutes ensemble la centième partie de celle-ci ; car ici tout y est au suprême degré, l’objet, le sacrifice, les obstacles. Or que l’on m’indique, pour un homme sensible à la belle gloire, un avantage [•] aussi considérable ?

§ 320

Mais je vais plus loin que la gloire humaine, je porte plus loin mes vues : quel projet plus digne d’un sage, d’un héros chrétien, qui se soucie de faire du bien et de rendre les autres heureux, sans se soucier des louanges légitimes que les hommes peuvent donner à sa vertu [•] ?

DIXIÈME AVANTAGE [•]
Situation d’esprit d’un souverain dans le système de la guerre, comparée à la situation de son esprit dans le système de la paix

§ 321

[•]Nous avons montré que le souverain même le plus puissant de l’Europe dans le système de la guerre a beaucoup plus de sujets de craindre les bouleversements de sa maison qu’il n’a de sujet d’espérer l’agrandissement de son territoire. Nous venons de montrer qu’à l’égard de la réputation, il n’y a pas même à gagner pour lui, et qu’une réputation qui n’est fondée que sur les malheurs et les ruines d’une infinité de familles, sur le massacre d’une infinité de personnes innocentes et sur la désolation du genre humain, est une réputation bien odieuse. Que lui reste-t-il donc, s’il n’a ni sujet d’espérer, ni sujet même de désirer la monarchie de l’Europe, ni l’espérance d’une réputation désirable ? Veut-il que l’on ne puisse se souvenir de lui que comme de ce scélérat qui, dans la vue de faire durer son nom, brûla le temple d’Éphèse, une des merveilles du monde62 ? Ne peut-il prendre de plaisir qu’au milieu du sang et du carnage ? Si cela est, ce n’est pas un homme que l’on puisse jamais aimer, c’est un monstre qu’il faut promptement étouffer.

§ 322

[•]Mais s’il ne fait la guerre que pour obtenir justice, ne l’aura-t-il pas dans le système de la paix, et ne sera-t-il pas sûr qu’on ne lui ôtera jamais rien, ni à lui ni aux siens, de ce qu’il possède déjà ? D’ailleurs n’est-il pas certain que quelque confiance qu’ait un souverain dans le nombre et dans la valeur de ses troupes, le hasard des batailles et des autres événements de la guerre ne lui cause toujours de grandes inquiétudes durant les étés, et beaucoup de soins fâcheux pour en faire les préparatifs durant les hivers ? Or quand il aurait toujours eu jusqu’ici des succès heureux, ne doit-on pas toujours en rabattre toutes les peines dont on les achète ? Mais les plus heureux ont des revers, et ils sont d’autant plus sensibles aux événements malheureux qu’ils ont été plus accoutumés au plaisir du succès.

§ 323

[•]Je sais bien que pour rendre heureux un grand génie, un grand courage, un tempérament actif et laborieux, il lui faut de l’occupation ; mais autant qu’une occupation convenable à son caractère lui peut apporter de contentement, autant les agitations cruelles que causent les inquiétudes peuvent le rendre malheureux : l’âme a besoin de mouvement, mais non pas d’un mouvement excessif ; qu’elle désire et qu’elle agisse pour arriver à son but, à la bonne heure ; mais qu’elle ne soit jamais, s’il est possible, dans les cruelles agitations d’une grande crainte.

§ 324

[•]Dans le système de la guerre, ce souverain n’est pas seulement occupé, il est agité, et souvent cruellement agité ; souvent c’est malgré lui qu’il fait la guerre. Dans le système de la paix au contraire, il n’a d’occupation que celle qu’il se choisit ; il n’a rien à craindre ni de ses voisins, ni de ses sujets. Ainsi il peut en tranquillité goûter tous les plaisirs d’un prince sage : il peut mériter l’amour de ses peuples par son application à les rendre tous les jours plus heureux que les autres peuples ; il peut ainsi, s’il aime la belle gloire, contenter pleinement ses désirs.

§ 325

[•]Or que l’on juge présentement combien la situation d’esprit que peut donner le système de la paix est préférable à celle que donne le système de la guerre.

ONZIÈME AVANTAGE [•]
Produit du commerce pendant la guerre, comparé au produit du commerce pendant la paix

§ 326

Le revenu [•] du royaume de France en fonds de terre, y compris les fonds du clergé, monte environ à quatre cent cinquante millions ; le commerce étranger par terre et par mer, et le commerce intérieur de province à province, de ville à ville, monte au moins à pareille somme ; mais le commerce étranger seul peut aller au moins au tiers du commerce total, c’est-à-dire à cent cinquante millions.

§ 327

[•]Il y a guerre en France au moins de vingt années, dix, c’est-à-dire que la moitié d’un siècle se passe en différentes guerres, l’autre moitié en différentes trêves ; on peut donc compter que la France perdant son commerce étranger durant la moitié du siècle, elle perd cinquante fois cent cinquante millions, ou sept mille cinq cents millions en un siècle, ou soixante-quinze millions par an durant chaque siècle, année commune63.

§ 328

Je sais bien que ce sont les particuliers, et non le roi, qui font [•] le commerce ; mais le roi par ses droits d’entrée et de sortie, par l’interruption du commerce du sel, par la diminution de la consommation et par la diminution du commerce maritime de province à province, y fait lui-même plus de la cinquième partie de cette perte64 ; ainsi de ce côté-là, si de soixante-quinze millions ses sujets en perdent soixante millions, il perd pour sa part quinze millions par an, année commune, sur ses revenus ordinaires.

§ 329

[•]Il est même certain qu’une partie des sujets qui sont employés à la guerre seraient employés au commerce étranger, et que rien n’est plus capable d’enrichir l’État que l’application des sujets au commerce65. Ainsi il est visible que si la société européenne peut procurer au plus puissant souverain sûreté suffisante de la perpétuité de la paix au-dedans et au-dehors de son État, il trouvera beaucoup plus d’avantage à signer le traité pour l’établissement de cette société qu’à ne le pas signer.

DOUZIÈME AVANTAGE [•]
Multiplication des sujets

§ 330

[•]Ceux qui sont tués dans les combats causent à l’État un affaiblissement proportionné à leur nombre. Ce grand nombre de soldats et d’officiers, qui périssent dans ces rencontres, aurait servi à la multiplication des sujets. Or plus il y a de sujets, plus les manufactures produisent, mieux les terres sont cultivées, plus elles rapportent ; d’ailleurs plus il y a de gens occupés au commerce, plus le pays s’enrichit ; il n’y a donc pas de comparaison à faire de ce côté-là entre le système de la guerre, où nous vivons, et le système de la paix, où nous pouvons vivre66.

TREIZIÈME AVANTAGE [•]
Tribut des provinces frontières dans le système de la guerre, comparé au tribut des mêmes provinces dans le système de la paix

§ 331

[•]Il me semble que le lecteur sait assez que des pays désolés tous les jours par des fourragements67, souvent par des incendies, sont entièrement hors d’état de payer les tributs ordinaires : or cette perte monte par an dans les temps de guerre en France à plus de deux millions ; ainsi comme de vingt années il y en a dix de guerre, on peut compter qu’année commune il en coûte au roi plus d’un million, et à ses sujets plus de cinq millions. Or il est visible que dans le système de la paix perpétuelle, ni le roi ni ses sujets ne souffriraient point de pareilles pertes.

QUATORZIÈME AVANTAGE [•]
Dépense en troupes dans le système de la guerre, comparée à la dépense en troupes dans le système de la paix

§ 332

Voici un article [•] des plus importants, ou du moins dont l’importance est la plus sensible. Le système de la division et de la guerre laisse à chaque souverain tous ses voisins pour ennemis : ainsi il est non seulement obligé de faire une prodigieuse dépense en temps de guerre, soit pour attaquer, soit pour se défendre ; mais il est même obligé en temps de trêve de faire encore une grande dépense seulement pour se tenir sur ses gardes dans toutes ses places, et particulièrement sur ses frontières et dans ses ports.

§ 333

Supposons, par exemple, un [•] État dont le souverain ait cent trente millions de revenu ordinaire68, et qu’en temps de trêve il en dépense quarante millions en garnisons, en marine et autres troupes ; supposons qu’en temps de guerre il ait besoin de quatre-vingts millions d’extraordinaire, tant pour l’augmentation de ses troupes que pour ce qu’il en coûte de plus quand les troupes sont en action ; il est vrai qu’à l’égard de cet extraordinaire, il ne le prend pas sur son propre revenu69, mais il y en prend toujours partie, quand ce ne serait que cinq millions. Il est évident que si par le traité de société européenne son royaume n’avait plus rien à craindre, et que de ces quarante millions de dépense ordinaire il fût seulement obligé d’en dépenser dix, il aurait trente millions en pur profit, sans les cinq millions qu’il lui en coûte du sien en temps de guerre, c’est-à-dire de deux années l’une : ainsi il gagnerait au système de la paix trente-deux millions et demi, sans compter ce qu’il ferait gagner à ses sujets, en les déchargeant de la plus grande partie de cet extraordinaire ; car que cet extraordinaire monte à quarante millions, année commune, et qu’il en réserve seulement quinze millions pour son contingent de troupes à entretenir sur les frontières d’Europe, il sauvera encore à son peuple vingt-cinq millions par an.

§ 334

[•]Or si par l’onzième avantage le roi gagne quinze millions et ses sujets soixante millions, si par le treizième avantage il gagne un million, et ses sujets cinq, si par ce quatorzième avantage il gagne trente-deux millions et demi, et ses sujets vingt-cinq, ce serait quarante-huit millions et demi de revenu annuel de pur profit pour lui ; et si l’on a égard à la diminution du commerce intérieur de province à province durant la guerre, et surtout des provinces maritimes, et que l’on mette pour cela huit millions, année commune, à cause de cette diminution, cela montera à plus de cent millions, qui reviendraient à ses sujets en pur profit.

§ 335

Or [•] la perte que font les sujets en produit une autre pour le roi, c’est que l’on peut supposer que s’ils avaient par an cent millions de plus, ils mettraient la plupart ces cent millions en revenu ; je dis la plupart, parce que ceux qui font cette perte sont les trois quarts marchands, qui mettent tout à profit, et qui ne laissent pas leur argent oisif : il peut bien être que la moitié du quart restant dépenserait inutilement leur part mais ce ne serait que la huitième partie du total. Or on peut compter sans se tromper que les sept autres huitièmes des cent millions entre les mains d’aussi bons ménagers que le sont ordinairement les marchands produiraient plus de cinq millions par an : ainsi le roi, en prenant le dixième en différents droits, augmenterait tous les ans son revenu de cinq cent mille livres, aussi en cent ans le revenu de ce souverain, sans avoir rien pris que l’ordinaire sur ses sujets, se trouverait augmenté de cinquante millions.

§ 336

[•]Il n’y a personne qui ne sache que les fonds de terre sont plus mal cultivés pendant la guerre, et qu’ils produisent au moins un dixième de moins. Or le dixième de quatre cent cinquante millions, c’est quarante-cinq millions ; c’est donc vingt-deux millions et demi, année commune. Enfin non seulement le commerce se maintiendrait, mais il s’augmenterait tous les ans au moins d’un dixième par les nouveaux établissements, par l’augmentation des arts, par l’augmentation des manufactures. Or le dixième de quatre cent cinquante millions, c’est quarante-cinq millions. Or ces deux articles de vingt-deux millions cinq cent mille livres, et de quarante-cinq millions feraient soixante-sept millions et demi. Or le produit ferait plus de trois millions, et le roi prenant sur cela en différents droits la dixième partie, son revenu augmenterait encore de ce côté-là de près de trois cent cinquante mille livres par an. Or en un seul siècle cet article augmenterait son revenu de trente-sept millions. Or cinquante et trente-sept font quatre-vingt-sept millions et demi, outre l’augmentation présente de plus de trente-deux millions et demi. Ainsi on peut voir d’un coup d’œil avec évidence que si la société européenne peut procurer au plus puissant souverain sûreté suffisante de la perpétuité de la paix au-dedans et au-dehors de son État, il trouvera beaucoup plus d’avantage à signer le traité pour l’établissement de cette société qu’à ne le pas signer.

QUINZIÈME AVANTAGE70 [•]
La durée des maisons souveraines sur le trône dans le système de la guerre, comparée à leur durée dans le système de la paix

§ 337

[•]Plusieurs causes conspirent dans le système de la guerre à diminuer la durée des maisons souveraines sur le trône, et aucune de ces causes ne se trouverait dans le système de la paix.

§ 338

1o Plusieurs maisons souveraines ont été chassées du trône dans des guerres étrangères. Combien y en a-t-il dans l’histoire ancienne, et en se rapprochant de notre siècle, la maison impériale des Paléologues n’a-t-elle pas été détrônée par les Turcs ? [•] La maison impériale de la Chine n’a-t-elle pas été chassée du trône par un conquérant tartare71 ? Les maisons royales du Mexique, du Pérou72, etc. Or toutes ces grandes révolutions arrivées depuis deux cent cinquante ans, tous ces fâcheux bouleversements ne deviendront-ils pas désormais impossibles par la perpétuité de la paix ?

§ 339

[•]2o Un nombre infini de maisons souveraines ont péri par les conspirations, et dans les guerres civiles : j’en ai rapporté un grand nombre d’exemples dans les maisons impériales. Que s’en fallut-il il y a cent vingt ans que la maison de France n’y pérît ? Que s’en fallut-il il y a soixante ans que celle d’Angleterre n’y fût entièrement ensevelie ? Ne fut-ce pas l’esprit de rébellion qui fit périr Henri III à Saint-Cloud et même Henri IV à Paris ? Ne fut-ce pas ce même esprit qui fit périr Charles premier à Londres73 ? Y avait-il la moindre apparence à ces événements fâcheux, à ces terribles révoltes trente ans, vingt ans auparavant ? Les maisons souveraines sont comme les villes bâties auprès des volcans, un tremblement de terre survient au milieu du plus grand calme, et tout est renversé. L’ambition est un feu perpétuel et souterrain, qui ne se montre que lorsqu’à la longue il est devenu assez fort pour surmonter les obstacles. Or dans le système de la guerre, il n’y a point de préservatif contre un pareil mal, et il y en a un sûr dans le système de la paix ; c’est une peine très grande et absolument inévitable contre les conspirateurs, et contre les chefs des révoltes.

§ 340

3o Combien [•] de souverains et de princes de maisons souveraines sont tués dans les guerres étrangères ? Qui sait si l’ancienne maison de Portugal, branche de la maison de France, ne subsisterait pas encore si dom Sébastien n’avait pas été tué il n’y a pas cent vingt ans à la bataille d’Alcacer contre les Mores74 ? Qui sait si celle de Vasa ne subsisterait pas encore, si Gustave-Adolphe n’eût pas été tué à la bataille de Lützen, il n’y a pas quatre-vingts ans75 ? Combien est-il mort de princes de maisons souveraines dans les croisades ? Combien de maisons sont éteintes depuis, qui sans ces combats subsisteraient encore aujourd’hui ?

§ 341

[•]4o Combien de princes de maisons souveraines ont péri dans les guerres civiles d’Angleterre, dans les guerres civiles d’Allemagne ? Et qui sait si, sans ces pertes, il n’y aurait pas encore de grandes maisons qui subsisteraient dans la splendeur ? Je sais bien que si elles subsistaient, d’autres qui se sont établies sur leurs ruines ne brilleraient pas aujourd’hui ; ce n’est pas que je sois fâché ni de l’établissement, ni de la splendeur des nouvelles ; au contraire, je ne parle ici que pour leur intérêt ; c’est pour empêcher que dorénavant il ne s’en établisse d’autres sur la ruine des leurs ; je leur montre le secret, l’unique secret de les faire durer dix fois plus qu’aucune maison souveraine n’ait jamais duré : c’est le traité d’une société permanente.

§ 342

[•]5o Plusieurs souverains ne se remarient point, dans la crainte de faire naître de la division entre les enfants de lits différents ; et ces divisions sont certainement fort à craindre dans le système de la guerre, à cause du crédit que prennent souvent les nouvelles femmes sur le souverain, et dans l’État. Mais comme elles ne seraient nullement à craindre dans le système de la paix, à cause de la perpétuelle et toute-puissante protection de la société européenne en faveur des lois de chaque État, il n’y aura aucun souverain qu’une pareille crainte puisse empêcher d’épouser une nouvelle femme, et d’un âge à en avoir des enfants.

§ 343

[•]6o Dans les maisons des souverains catholiques, comme dans les maisons des particuliers, il arrive quelquefois que l’on fait des cadets ecclésiastiques : or dans notre religion, quand ils sont engagés dans les ordres, ils ne peuvent se marier. On a vu en France les cardinaux de Bourbon76, en Portugal, l’oncle de Sébastien. Or qui sait si ce cardinal eût été marié de bonne heure, il n’eût pas laissé de postérité masculine et si elle ne régnerait pas encore aujourd’hui en Portugal77 ? Il y a eu quantité de cardinaux de la maison de Médicis ; et par cette conduite, la voilà prête à s’anéantir78.

§ 344

Si la société européenne eût été établie dès 1400, la punition des assassinats et des empoisonnements eût été dès lors absolument inévitable, il ne fût point arrivé de guerres depuis, de sorte qu’Albert d’Autriche premier du nom n’eût point été assassiné par son neveu. Albert II, Rodolphe son frère, Albert IV n’auraient point été empoisonnés par ceux à qui ils faisaient la guerre ; Albert V ne fût point mort de la maladie épidémique de son armée, faisant la guerre en Hongrie79 ; ainsi apparemment il resterait encore présentement quelques rejetons de ces princes. Si Ferdinand d’Autriche, fils de Philippe III roi d’Espagne, n’eût point été cardinal, si Charles d’Autriche, frère de l’empereur Ferdinand second, n’eût point été évêque de Breslau, si Léopold-Guillaume d’Autriche qui vivait en 1647 n’eût point été évêque de Strasbourg, il y a apparence que la maison d’Autriche ne serait pas présentement réduite à une seule tête80. [•] Or comme les souverains dans le système de la paix auront une beaucoup moins grande dépense à soutenir, ils n’auront pas besoin des revenus ecclésiastiques pour leurs enfants, et comme ils auront beaucoup plus d’autorité sur leurs peuples, ils pourront facilement en obtenir des subsides nouveaux pour les nouveaux princes du sang qui naîtraient ; ce qui serait bien juste, puisque les peuples devraient à la maison de leur souverain la perpétuité d’une paix qui les enrichit. Or on voit que si ces pensions pour chaque prince du sang nouveau-né étaient établies, la plupart des princes ne craindraient point de se marier de bonne heure : ils multiplieraient donc davantage ; ainsi la maison souveraine en durerait bien plus longtemps.

§ 345

Or dans la manière [•] de penser ordinaire peut-on jamais offrir au souverain le plus puissant un avantage aussi réel et aussi grand que cet affermissement éternel de leur maison sur le trône ? N’était-ce pas un avantage semblable que les prophètes promettaient de la part du Très-Haut à David, à Salomon et aux autres rois d’Israël, s’ils observaient et s’ils faisaient observer exactement la justice81 ? C’est que pour une maison, il n’y a rien de si important que le trône, et pour une maison royale, il n’y a rien de si important que sa durée dans la royauté.

§ 346

Cet avantage est d’autant plus considérable qu’il est comme la base [•] de tous les autres, et en effet que servirait à ce souverain d’amasser pour sa postérité de grandes richesses, de bâtir pour elle de magnifiques palais, de lui laisser, par sa grande conduite et par sa grande capacité, l’État de l’Europe le plus grand, le plus peuplé, le mieux policé, le plus riche et le plus florissant qui ait jamais été, s’il n’a nulle sûreté que sa maison ne sera pas bientôt bouleversée de fond en comble par le feu souterrain de l’ambition, contre lequel toute la prévoyance humaine a été jusqu’à présent inutile, et contre lequel il n’y a d’autre préservatif efficace que la société européenne ?

§ 347

Ce qu’il y a [•] de terrible, soit pour les monarchies, soit pour les républiques, c’est que dans la situation présente de l’Europe, elles n’oseraient presque souhaiter de longues trêves, parce que c’est ordinairement dans ces temps calmes où l’État ne craint rien du dehors que naissent les dissensions du dedans. Or qui ne sait que les guerres civiles sont encore plus pernicieuses aux États que les guerres étrangères ? Tous inconvénients terribles dont on serait pour jamais délivré dans l’établissement de la société permanente.

§ 348

Qu’on me dise donc si le plus sage [•] et le plus puissant prince de l’Europe, quand il y penserait toute sa vie, peut jamais imaginer un moyen plus solide que le système de cette société, pour faire durer sa maison et pour la faire durer sur le trône, malgré toute l’instabilité des choses humaines.

§ 349

[•]Je n’avais besoin, pour faire pencher la balance, et pour faire décider entre signer et ne pas signer le traité, que d’un seul avantage, et même d’une valeur médiocre : car enfin si petit que soit un avantage dans le traité que l’on nous offre à signer, pourvu qu’il soit réel et évident, il n’y a aucun homme sage à qui il ne suffise pour le déterminer à le signer. Que sera-ce donc si je présente au souverain le plus puissant, non seulement un avantage médiocre, mais si aucun de ceux que je lui propose ne sont médiocres ? Que sera-ce si parmi ceux-là il y en a plusieurs d’une valeur presque infinie ? Que sera-ce si de quelque côté que l’on regarde ce traité, tout en est avantageux, et si ce souverain n’a rien à sacrifier de réel et de tant soit peu important pour obtenir ces quinze immenses avantages ? Je le dis ouvertement : je défie qu’on me montre un seul avantage du côté du système de la guerre ; et pourquoi le dis-je hardiment ? C’est que j’en ai défié les esprits les plus féconds et les plus prévenus contre ce projet, et pas un d’eux m’en a indiqué aucun qui ne disparaisse comme un fantôme au plus léger examen. Mais quand on m’en indiquerait quelqu’un, au moins me serait-il permis d’en examiner, d’en peser la véritable valeur. Alors j’espère qu’en comparant avec un des quinze avantages pour la paix, la simple comparaison suffirait au lecteur pour juger que cet avantage solitaire ne pourrait jamais les contrebalancer tous ensemble. Ainsi je prétends que la démonstration qui résulte de la comparaison des divers côtés par lesquels on peut regarder ces deux systèmes par rapport aux intérêts, aux motifs du plus puissant souverain de l’Europe, est parvenue au même degré d’évidence pour quelqu’un qui se connaît tant soit peu en politique qu’une démonstration de géométrie pour un géomètre.

§ 350

[•]Il est certain que les motifs propres à déterminer les plus puissants souverains d’Europe à signer le traité sont la plupart communs aux moins puissants et aux Républiques, et qu’ils suffiraient pour les déterminer au même parti ; mais comme il y a encore des motifs qui leur sont particuliers, il ne me reste plus qu’à les marquer en peu de mots.

Motifs particuliers des souverains moins puissants [•]

§ 351

1o Dès que par le système de la guerre la porte est ouverte au plus fort pour assujettir le plus faible, le prince le moins puissant ne saurait se soutenir contre le plus puissant que par des alliances, des confédérations [•] qui le rendent au moins égal en force à ce plus fort. Mais j’ai démontré, ce me semble, qu’à moins de former une société permanente de tous les souverains d’Europe, il n’aura jamais sûreté suffisante de l’exécution d’aucun traité, et par conséquent d’aucun traité de confédération. Ainsi il n’y a pas à balancer pour sa conservation et pour la conservation de sa maison sur le trône, à préférer le système de la société permanente au système de la division perpétuelle, la paix à la guerre.

§ 352

2o [•] Si, par exemple, comme nous avons démontré, il y a six degrés de vraisemblance contre un, à juger que dans le cours des siècles futurs le roi de France sera plutôt détrôné par quelqu’un des autres rois d’Europe qu’il ne les détrônera tous, parce que l’État de France ne peut être regardé que comme la sixième partie de la puissance d’Europe, il est manifeste qu’il y aura quarante-huit degrés de vraisemblance contre un à juger que le duc de Savoie dans le cours des mêmes siècles sera plutôt chassé de ses États par quelqu’un des autres souverains qu’il ne les chassera tous des leurs, parce que l’État de ce duc, n’étant égal en force qu’à la huitième partie de la France, ne peut être regardé que comme la quarante-huitième partie de la puissance de l’Europe. Il est [•] donc visible que le prince moins puissant a incomparablement plus à craindre d’être envahi par quelqu’un qu’il n’a de sujet d’espérer d’envahir les autres. Ainsi le système de la paix lui ôte très peu en lui ôtant cette espérance, et lui donne beaucoup plus qu’aux plus puissants, en le délivrant de cette crainte.

§ 353

[•]On peut donc juger avec quelque fondement que si ce projet vient à la connaissance du roi de Danemark, du roi de Portugal, du duc de Savoie, des autres princes d’Italie, du duc de Lorraine, des Électeurs, des autres princes et États du corps germanique, il est comme impossible qu’ils ne fassent une confédération semblable avec les plus puissants, et qu’ils ne la proposent à tous les autres potentats.

Motifs particuliers des Républiques [•]

§ 354

1o Les Républiques craignent encore plus de perdre de leur territoire qu’elles ne désirent de l’augmenter [•] par la guerre, c’est que la conquête est une voie d’acquérir fort chère : on achète presque toujours une conquête dix fois plus qu’elle ne vaut, à cause des grands frais de la guerre ; elles ont donc un motif, un intérêt encore plus grand que n’ont les monarques de maintenir la paix.

§ 355

2o [•] Tenter d’avoir par la force quelque chose de plus, c’est risquer tout l’État : car quand le feu de la guerre est une fois allumé, qui peut s’assurer de mettre des bornes à l’embrasement ? Or peut-on présumer que des gouvernements aussi sages se mettent volontairement sans une grande nécessité dans un semblable péril ?

§ 356

3o Dans les résolutions des républiques, on a beaucoup d’égard aux intérêts des [•] sujets. C’est que ce sont les sujets qui y décident de tout. Or le profit qui peut revenir d’une conquête à chaque sujet est si petit, si éloigné, si incertain en comparaison des subsides qui sont grands, certains et présents ; les biens des habitants des frontières sont exposés à de si grands ravages ; les négociants font de si grosses pertes par l’interruption du commerce qu’il n’est pas ordinaire que ces résolutions aillent plus loin qu’à conserver l’État et le commerce en son entier. Or l’effet certain de la société européenne, ne sera-ce pas de conserver les États et leur commerce en leur entier ?

§ 357

4o Les [•] républiques ont encore plus à craindre les schismes et les divisions que les monarchies. Chacun y dit librement son avis sur les affaires de l’État, et peut le soutenir avec chaleur. Chacun est libre même de cabaler pour grossir son parti, et quand à la tête de chaque parti il se rencontre des esprits hauts, turbulents, séditieux, les partis croissent tous les jours, et il arrive que la diversité d’une opinion, qui dans les premiers commencements n’était, pour ainsi dire, qu’une légère égratignure, s’empoisonne peu à peu, et par divers accidents qui se succèdent, elle devient une plaie très sérieuse. Il n’en est pas de même dans les États monarchiques. La crainte du châtiment empêche les particuliers de dire publiquement leur avis, de le soutenir avec chaleur, et personne n’ose cabaler même sourdement pour grossir son parti. Ainsi la diversité d’opinions n’y saurait causer de division, à moins que le gouvernement ne soit fort affaibli, et que le souverain ne néglige quelque temps de faire taire et de punir ceux dont il désapprouve les sentiments ; c’est que lui seul a la force à la main, au lieu que dans les républiques la force est partagée entre ceux mêmes qui sont divisés. Il y a donc toujours des partis, et même de grands partis tous formés dans les républiques, particulièrement lorsqu’elles sont devenues si puissantes que ces partis ne sont plus obligés de se réunir par la crainte d’une puissance étrangère.

§ 358

La crainte [•] que les Romains avaient de Carthage, de Pyrrhus, d’Antiochus a longtemps garanti Rome des malheurs de la division. Dès que les triomphes eurent fait disparaître cette crainte si salutaire, dès qu’elle cessa de réunir tous les esprits pour l’utilité publique et pour la conservation commune, on vit éclater les partis, on vit naître les guerres civiles plus pernicieuses cent fois pour l’État que les guerres étrangères. Il y eût eu un remède et même un préservatif sûr contre cette terrible maladie, si la république eût eu alors une société toute formée avec ses voisins, telle que nous la proposons pour entretenir la paix au-dedans et au-dehors. Mais Rome s’était privée elle-même d’un si grand avantage en se privant de ses voisins et en s’élevant sur leurs ruines. Ainsi il arriva que l’élévation excessive de cette fameuse république devint la cause nécessaire de sa chute. Or comme dans le système de la société européenne, toutes les républiques auraient sûreté suffisante contre cette espèce de maladie d’État, il est évident qu’elles ont un motif encore plus grand que les monarques de souhaiter l’établissement de cette société.

§ 359

5o Dans le système de [•] cette union permanente, les républiques auraient sûreté suffisante de l’exacte observation des articles du commerce, et elles pourraient de même se promettre que leurs marchands n’auraient plus à craindre de bandits sur la terre, ni leurs vaisseaux de pirates sur la mer82. Or cet avantage leur serait encore plus sensible qu’aux souverains, qui ne font pas eux-mêmes le commerce.

§ 360

6o [•] Non seulement ces intérêts sont très réels et très grands, mais ils seront d’autant plus aisément aperçus par les républiques que leurs conseils sont plus exempts de passions passagères que les monarchies, et qu’ils vont par conséquent presque toujours plus droit à leur vrai et solide intérêt. En effet dans leurs conseils les avis sont fort sujets à être contredits, soit par le penchant naturel que les hommes ont à la contradiction, soit à cause des jalousies et des haines personnelles qui sont inséparables de toutes compagnies, soit à cause des différentes manières de penser de ceux qui opinent tous avec une liberté et une autorité égales. Or cette contradiction d’avis fait que tandis que les uns donnent trop à l’espérance des bons succès, les autres donnent trop à la crainte des événements fâcheux ; que tandis que les uns proposent des moyens et des facilités pour entreprendre, les autres ne songent qu’à faire envisager les difficultés et les obstacles de l’entreprise, que tandis que les uns font valoir ce qui peut excuser l’indignation et la colère des délibérants contre les souverains voisins, les autres sont attentifs à diminuer les torts de ces souverains, et à faire valoir les avantages que l’État tire de leur voisinage par le commerce ; de sorte que les choses étant ainsi considérées par toutes leurs faces différentes, il en résulte que les passions ont moins de crédit dans ces conseils, et par conséquent que le vrai intérêt de l’État y est plus ordinairement suivi que dans les monarchies, où toutes les résolutions dépendent d’un seul esprit, qui pour l’ordinaire n’a pas dans son Conseil des contradicteurs à ses gages83.

§ 361

Il est vrai qu’il peut y avoir [•] même dans les États républicains des ministres qui auraient un intérêt particulier de demeurer dans le système de la guerre, et de donner sourdement l’exclusion au projet de paix perpétuelle. En ce cas ils doivent s’opposer à la publication de ce mémoire dans leurs États : car s’il y devient commun par l’impression et par la traduction en langue vulgaire, et que tout le monde en puisse parler, il est sûr qu’alors aucun de ces ministres ne serait assez hardi pour soutenir contre tout le monde qu’il est de l’intérêt de la république de s’opposer à l’établissement de la société permanente ; ils n’oseront pas même dire que l’exécution en est impossible, s’ils n’en apportent de bonnes preuves : et où en pourraient-ils trouver de pareilles84 ?

§ 362

[•]Si par le traité d’Union, m’a-t-on dit, le commerce augmente en France, en Espagne, en Danemark, en Portugal et ailleurs, cette augmentation ne pourra se faire qu’au préjudice de l’Angleterre, et surtout de la Hollande, qui font aujourd’hui le plus grand commerce du monde ; mais [•] il est aisé de répondre à cette objection, et de montrer que cette augmentation du commerce des uns ne nuira en rien à l’augmentation du commerce des autres : c’est qu’à la vérité le commerce augmentera chez toutes les nations, mais il y augmentera partout proportionnellement85 ; la nation qui faisait la douzième partie du commerce d’Europe fera un plus grand commerce, mais comme toutes les autres augmenteront le leur à proportion, elle ne fera alors que la même douzième partie du commerce ; celle qui seule faisait le tiers de ce commerce augmentera le sien et continuera à faire encore le tiers du total. Ainsi les nations qui ont chez elles le plus de moyens de faire le commerce continueront à avoir le plus de part au commerce. Or comme il y aura [•] toujours chez les Anglais, et surtout chez les Hollandais, tant qu’ils voudront, beaucoup plus de ces moyens que chez les autres nations, ils pourront, tant qu’ils voudront, conserver sur elles la même supériorité qu’ils ont toujours eue jusqu’ici dans le commerce ; et quand ils cesseront de le vouloir, les autres nations ne leur feront pas tort alors de ramasser ce qu’ils ne se soucieront plus de recueillir.

§ 363

[•]À cette occasion on peut voir ici en abrégé les principaux moyens propres pour faire fleurir le commerce que les Hollandais ont au-dessus des autres peuples86.

§ 364

1o Ils ont beaucoup de ports pour le commerce du dehors.

§ 365

2o Leur pays est fort coupé de canaux [•], ce qui facilite infiniment le commerce du dedans.

§ 366

3o Ils sont en république ; ainsi les règlements du commerce se font et s’exécutent par l’autorité des [•] ministres qui sont intéressés non seulement à les faire très utiles, mais ce qui est de plus important, ils sont très intéressés à les faire observer partout et toujours avec la plus grande exactitude, surtout quand l’État a soin de choisir ses principaux ministres parmi les négociants ou parmi ceux qui ont leurs fonds entre les mains des négociants.

§ 367

4o Ils ont peu de ces honnêtes fainéants qu’on appelle nobles en Espagne87 : ils n’attachent que peu de considération à la naissance ; la grande considération vient des emplois publics et des grandes richesses. Ainsi chacun est là plus invité qu’ailleurs à épargner, à commercer, moyens les plus sûrs et les plus innocents de s’enrichir.

§ 368

5o Les charges n’y sont point vénales ; ainsi le marchand, pour acquérir de la considération, n’est point obligé de quitter le commerce pour [•] acheter le droit de juger : s’il s’acquiert la réputation de capacité, de probité, il acquiert en même temps ce droit de juger ses concitoyens ; ainsi le marchand fils succède à son père marchand, sans aucune vue que de mériter une bonne réputation, et de rendre son commerce encore plus facile et plus lucratif qu’il ne l’a reçu de son père.

§ 369

6o Leur climat est froid, et par conséquent plus propre au travail ; aussi loin de se piquer de ne rien faire, c’est à qui se montrera le plus laborieux88.

§ 370

7o Il n’y a point, comme dans les monarchies, de ces dignités d’éclat [•] qui puissent les tenter de quitter leur commerce et leur travail ; l’espérance de la faveur n’y change aucun marchand ferme, grossier, vrai, utile à la république, en un courtisan pliant, poli, complaisant, agréable au prince, et peu utile à l’État.

§ 371

8o Ils dépensent moins en habits, en meubles, en équipages ; ainsi ils ont un plus grand fonds à mettre dans leur commerce.

§ 372

9o La tolérance qu’ils ont en matière de religion y est [•] excessive ; mais cet excès d’indulgence attire et retient chez eux quantité de sujets qui, se trouvant contraints ailleurs, vont chercher le pays où il y a plus de liberté, et y apportent leurs marchandises, leur argent, et leur industrie : les Hollandais ne chassent personne de ceux qui sont soumis aux lois de la société et reçoivent volontiers tous ceux qui veulent s’y soumettre.

§ 373

10o Voici les points les plus importants. Ils ont [•] dans tous les pays du monde beaucoup plus d’établissements de commerce, et de plus considérables, qu’aucune autre nation ; ainsi il leur sera beaucoup plus facile, en conservant et augmentant ces établissements, de trouver les bons marchés, et par conséquent de vendre toujours à meilleur marché que les autres nations.

§ 374

11o Ils sont bien plus instruits de la navigation, et ils peuvent par conséquent s’instruire encore plus facilement de ce qu’ils ignorent, et précéder toujours de ce côté-là les autres peuples.

§ 375

12o Ils sont les plus grands fabricateurs de vaisseaux ; la Hollande est proprement l’atelier universel de toutes sortes de vaisseaux ; ainsi ils peuvent, et les faire mieux pour chaque usage [•] et pour chaque sorte de commerce, et les donner à un quart de meilleur marché que les autres peuples.

§ 376

13o Les matelots y vivent à meilleur marché ; ainsi [•] leurs maîtres peuvent vendre à profit, et à meilleur marché, et s’attirer ainsi le plus grand débit de leurs marchandises.

§ 377

14o Ils ont plus d’adresse à naviguer ; cela fait qu’ils ont besoin de moins de monde sur leurs vaisseaux [•] : voilà encore une raison pour pouvoir vendre à profit et à meilleur marché que les autres. Or on sait que le secret pour s’attirer le plus grand commerce, c’est de pouvoir donner, et de donner en effet à meilleur marché que personne.

§ 378

Au reste, tant qu’ils donneront à meilleur marché qu’aucun autre peuple, on ne doit pas leur porter de jalousie ; ils reçoivent le salaire de leur travail, de leur industrie, de leur épargne, de leurs avances : qu’y a-t-il de plus équitable ? Ils ne font jusque-là aucun mal aux autres ; mais si parce qu’ils sont en possession de la moitié du commerce maritime, ils voulaient, pour s’en prévaloir, cesser de donner à meilleur marché que les autres, ils cesseraient bientôt d’avoir la supériorité de ce commerce ; et c’est ce grand avantage de bon marché qu’opérera toujours en faveur de tous les peuples [•] la société européenne, en leur procurant un commerce perpétuel, libre, sûr, égal pour les conditions et universel. Ils seront sûrs d’avoir tout au meilleur marché qu’ils puissent l’avoir ; et tant que la nation hollandaise sera la plus laborieuse, la plus industrieuse, la plus équitable, tant qu’elle aura plus d’avantage du côté de ses lois et de ses établissements, tant qu’avec le secours de ses épargnes, elle voiturera, et donnera à meilleur marché, elle aura certainement toujours la même supériorité dans le commerce qu’elle a présentement, et elle l’aura sans faire tort à personne, et sans que personne puisse jamais s’en plaindre, puisqu’elle ne profitera qu’à mesure qu’elle sera utile et commode aux autres nations.

§ 379

[•]En un mot, il n’y a que deux partis en fait de commerce, interruption fréquente, c’est le système de la guerre que l’on suit présentement, ou continuation inaltérable, c’est le système de la paix que je propose de suivre. Or oserait-on entreprendre avec une vaine subtilité de persuader aux États républicains, et surtout au bon sens hollandais, de préférer l’interruption fréquente à la continuation inaltérable89 ?

§ 380

[•]On peut donc juger avec quelque fondement que si ce projet vient à la connaissance des Anglais, des Hollandais, des Vénitiens, des Génois, des Polonais, et des autres États républicains d’Europe, il est comme impossible qu’ils ne fassent un jour entre eux, et ensuite avec les princes moins puissants, et peu à peu avec tous les potentats de l’Europe, une confédération semblable.

§ 381

[•]Ces avantages étant si grands, si évidents, est-il nécessaire d’être si sage, si raisonnable, pour se déterminer à signer un traité qui, de quelque côté qu’on le regarde, est si avantageux à toutes les parties ? Est-il nécessaire d’avoir un esprit si sublime, une raison exempte de passions ? Au contraire ce système n’est-il pas conforme aux passions les plus communes ? Les grandes craintes, les grandes espérances et les mieux fondées ne sont-elles pas toutes pour nous ? Je ne suppose point un souverain parfait ; mais s’il est parfait, à la bonne heure : l’amour du bien public, le zèle pour la justice le mettent de notre côté ; s’il n’est pas parfait, s’il est même injuste, pourvu qu’il désire d’augmenter ses revenus, pourvu qu’il souhaite de faire durer longtemps sa maison sur le trône, il est encore pour nous ; qu’il aime la belle gloire, il songera à être le bienfaiteur de ses peuples et de toutes les nations, et non pas le fléau du genre humain ; qu’il aime la magnificence des meubles, des bâtiments, des équipages, il est également pour nous ; s’il est dévoué à la vertu, s’il est livré aux plaisirs, il est encore pour nous. Ce système a de quoi contenter tous les caractères ; et sans paix aucun de ces caractères ne saurait jamais être, à beaucoup près, si content.

§ 382

[•]Qu’on ne nous dise donc plus qu’il est impossible de retrouver les motifs qui déterminèrent les Allemands à former la société germanique ; qu’on ne nous dise donc plus qu’il est impossible de retrouver les motifs qui déterminèrent Henri le Grand, la reine Élisabeth, les seize ou dix-sept autres potentats du siècle passé, à souhaiter de former la société européenne : les voilà heureusement tous retrouvés ; mais si l’on veut nous dire quelque chose, qu’on nous dise présentement en quoi ces motifs ne sont pas suffisants pour déterminer les souverains de notre siècle à préférer le système de la paix.

§ 383

[•]Il me semble donc que je suis présentement en état de conclure que si la société européenne, que l’on propose, peut procurer à tous les souverains chrétiens sûreté suffisante de la perpétuité de la paix au-dedans et au-dehors de leurs États, il n’y a aucun d’eux pour qui il n’y ait beaucoup plus d’avantages à signer le traité pour l’établissement de cette société qu’à ne le pas signer : et c’est la proposition que je m’étais proposé de démontrer dans ce Discours.

§ 384

Or la société européenne, que l’on propose, pourra procurer à tous les souverains chrétiens sûreté suffisante de la perpétuité de la paix au-dedans et au-dehors à leurs États : c’est la proposition que je me propose de démontrer dans le Discours suivant.

QUATRIÈME DISCOURS

PROPOSITION À DÉMONTRER [•]
La société européenne, telle que l’on va la proposer, procurera à tous les souverains chrétiens sûreté suffisante de la perpétuité de la paix au-dedans et au-dehors de leurs États [•].

§ 385

[•]Nous avons montré que pour établir une société, il suffit que les parties donnent leur consentement aux articles du traité. Ainsi la société européenne sera commencée du moment que deux souverains en auront signé le traité, et elle sera toute formée, lorsque tous les autres souverains chrétiens, à quelque distance de temps les uns des autres, l’auront signé. Nous avons aussi montré qu’ils avaient incomparablement plus de motifs pour signer que pour ne pas signer. Il ne me reste plus qu’à indiquer les douze articles fondamentaux de ce traité, et à faire sentir en même temps au lecteur qu’ils sont suffisants pour rendre la société européenne inaltérable, et que la paix et tous les avantages infinis qu’elle produira nécessairement aux souverains dureront autant que la société même.

§ 386

J’espère que le lecteur ne trouvera pas mauvais qu’après lui avoir fait sentir suffisamment la nécessité et l’importance de chaque convention particulière pour rendre l’Union plus durable, je rédige ensuite cette convention en forme d’articles ; aussi bien ceux qui seront chargés de composer le projet du traité seraient-ils obligés de le réduire eux-mêmes en divers articles. Ainsi c’est un travail que je leur épargne [•] ; je leur présente un canevas tout fait, sur lequel il leur sera bien plus facile de composer les leurs, en ajoutant, en retranchant ce qu’ils jugeront à propos, ou même quelquefois sans rien ajouter, ni rien retrancher, mais seulement en changeant les expressions, et rangeant chaque article dans un ordre différent. Ceux qui savent ce que c’est que cette sorte de travail savent bien qu’un canevas même assez informe épargne toujours beaucoup de peine, et donne beaucoup de facilité à l’esprit de celui qui l’examine, soit pour apercevoir ce qui y manque, soit pour remarquer ce qu’il peut y avoir de trop.

§ 387

Il me paraît convenable et même nécessaire, pour la tranquillité et pour la sûreté de la société en général, et de chacun des membres en particulier, de laisser au czar la liberté d’entrer dans l’Union. Ainsi je compte sa voix pour une des vingt-quatre. Je sais bien que le christianisme de ses États est fort différent du nôtre, mais ils espèrent le salut par Jésus-Christ ; ainsi ils sont chrétiens. Je sais bien qu’absolument parlant les autres souverains chrétiens pourraient se passer de son suffrage, mais la société européenne ne pourrait pas se passer aisément de faire avec lui un traité de commerce et de paix perpétuelle, une alliance offensive et défensive, et de prendre sur cela toutes les sûretés possibles, afin d’épargner la dépense nécessaire pour se tenir sur ses gardes contre lui ; mais à dire la vérité, ce traité sera plus sûr, et pour lui, et pour l’Union entière, quand il aura sa voix au congrès et qu’il sera regardé comme membre de l’Union. Je vais plus loin : c’est que s’il ne voulait, ni entrer dans la société, ni faire avec elle un traité de paix perpétuelle, ni payer son contingent pour le maintien de la paix et des chambres de commerce, ni donner toutes les mêmes sûretés que les autres membres se donnent réciproquement, il faudrait le traiter d’ennemi de la paix de l’Europe, et de perturbateur du repos public, jusqu’à ce qu’il eût signé ; mais quand tous les autres seront entrés dans l’Union, il ne se fera pas prier d’y entrer lui-même après eux.

§ 388

[•]À l’égard des mahométans voisins de l’Europe, les Tartares, les Turcs, les Tunisiens, les Tripolitains, les Algériens et les Marocains, on m’a dit qu’il ne serait guère dans la bienséance de leur donner voix au congrès ; peut-être même ne l’accepteraient-ils pas90. Mais l’Union, pour entretenir la paix et le commerce avec eux, et pour s’exempter de se tenir armée contre eux, pourrait faire un traité avec eux, prendre toutes les mêmes sûretés, et leur accorder chacun un résident à la ville de paix91. S’ils refusaient un pareil traité, l’Union pourrait alors les déclarer ses ennemis, et les obliger par force à donner sûreté suffisante de la conservation de la paix. Il serait facile aussi d’obtenir plusieurs articles en faveur des chrétiens leurs sujets.

§ 389

[•]Entre les articles dont les souverains peuvent convenir pour former la société européenne, il me semble qu’il y en a deux sortes : les uns fondamentaux, où chacun soit sûr qu’il ne se fera jamais aucun changement, s’il n’y consent lui-même ; et d’autres qui sont importants pour parvenir à cette sûreté suffisante de la conservation de la paix. Pour ceux-ci on y pourra toujours faire les changements convenables aux trois quarts des voix.

ARTICLES FONDAMENTAUX [•]

ARTICLE I

§ 390

Les souverains présents par leurs députés soussignés sont convenus des articles suivants. Il y aura dès ce jour [•] à l’avenir une société, une union permanente et perpétuelle entre les souverains soussignés, et s’il est possible entre tous les souverains chrétiens, dans le dessein de rendre la paix inaltérable en Europe, et dans cette vue l’Union fera, s’il est possible, avec les souverains mahométans ses voisins des traités de ligue offensive et défensive, pour maintenir chacun en paix dans les bornes de son territoire, en prenant d’eux et leur donnant toutes les sûretés possibles réciproques.

§ 391

[•]Les souverains seront perpétuellement représentés par leurs députés dans un congrès ou Sénat perpétuel dans une ville libre.

Éclaircissement

§ 392

1o [•]Il est permis aux princes moins puissants, pour augmenter leur sûreté, de désirer d’augmenter le nombre de ceux qui doivent avec eux avoir ligue offensive et défensive pour conserver la paix, et il sera très glorieux au prince le plus puissant d’offrir de conspirer à cette augmentation de sûreté.

§ 393

2o [•] Les Turcs et les Moscovites unis avec un membre de la société pourraient embarrasser le reste de l’Europe et en troubler le repos, au lieu qu’étant tous, ou membres, ou alliés de l’Union, et jouissant par conséquent des avantages immenses d’une paix perpétuelle, il faudrait qu’ils devinssent tous trois insensés en même temps, pour quitter des biens aussi réels, afin de n’embrasser qu’une chimère. Or que trois souverains deviennent fous en même temps de la même folie, cela se peut absolument parlant, mais cela n’est guère à craindre.

§ 394

3o Tant que ces puissances demeureraient en armes ou en pouvoir d’armer, elles obligeraient l’Union à une très grande dépense pour se tenir sur ses gardes.

§ 395

4o Le commerce de la Méditerranée est très important aux chrétiens ; ainsi il leur est très important de prendre sur cela des sûretés suffisantes, soit avec le Grand Seigneur, soit contre les pirates d’Afrique92.

§ 396

[•]C’est trop embrasser (m’a-t-on dit) que de viser d’unir tant de potentats en même temps. Il est vrai que je vise à les unir, mais non pas à les unir tous en même temps. Que deux signent d’abord l’Union, est-ce trop embrasser ? Que ces deux offrent le traité à un troisième, et puis tous ensemble à un quatrième, est-il donc impossible ? Et ainsi tous pourront le signer les uns à la suite des autres, et de proche en proche. Or si je demande que la société soit grande, c’est que j’ai prouvé ailleurs qu’à moins qu’elle ne soit fort grande, elle ne saurait être inaltérable.

§ 397

[•]Ce qui est de plus important à un souverain, c’est de pouvoir gouverner ses États avec plus de facilité, c’est-à-dire avec plus d’autorité ; de sorte qu’en augmentant le bonheur de ses sujets, il puisse augmenter le sien propre. Pour cela, il a besoin d’être sûr, non seulement que l’Union ne lui fera sur cela aucun obstacle, mais même qu’elle l’aidera par son secours à soumettre les esprits rebelles, et à faire les établissements qu’il jugera être convenables à sa propre utilité et à celle de ses peuples ; de sorte que l’Union ne se mêle jamais de juger de la conduite du souverain, mais seulement d’en appuyer toujours la volonté. Or les souverains s’accorderont d’autant plus volontiers réciproquement cet article qu’ils ont plus d’intérêt à augmenter leur autorité sur leurs sujets. Chaque souverain aura d’autant plus de sûreté que le corps de l’Union observera toujours exactement cet article, que les États monarchiques composeront les deux tiers des voix de l’Union, et d’ailleurs les États républicains n’ont nul intérêt de s’opposer à cette augmentation d’autorité : car si d’un côté ils ont à craindre que plusieurs princes très sages qui se succéderaient ne rendissent leur gouvernement si aimable que les sujets même des républiques allassent s’établir dans cette monarchie, de l’autre ils ont encore plus à espérer que plusieurs princes malhabiles gâteront tellement le même État par leurs gouvernements odieux que plusieurs sujets de ces monarques se transplanteront avec leurs richesses et leurs talents dans les États républicains.

§ 398

[•]L’État monarchique a un avantage : c’est qu’en trente ans il peut atteindre à un degré de perfection dans ses établissements, où une république ne saurait atteindre qu’en cent cinquante ans ; et cela vient de deux sources ; la première, de ce que le monarque doit avoir presque tout l’honneur d’une grande entreprise, d’un grand établissement, d’une belle police, et c’est un grand ressort pour le faire agir avec force et avec constance. La seconde, de ce que les avis du monarque ne sont jamais contredits, ni dans la résolution, ni dans l’exécution ; au lieu que dans les républiques l’honneur d’une entreprise est partagée à tant de membres que ce ressort devient fort faible pour chacun, et d’ailleurs un avis quelque bon, quelque utile qu’il soit, est sujet à être contredit avec autorité, soit dans la résolution, soit dans l’exécution, et la contradiction en arrête tout court tous les bons effets ; mais aussi l’État républicain a un avantage : c’est que lorsqu’un bon établissement y est une fois bien formé, il y est bien plus durable que dans les monarchies.

§ 399

[•]À l’égard des républiques, nous avons déjà remarqué que, comme elles sont bien plus sujettes à la maladie de la division et des partis, aussi ont-elles un fort grand intérêt d’avoir une sûreté que cette maladie, ou n’arrivera point, ou du moins qu’elle ne sera jamais portée à l’extrémité, c’est-à-dire jusqu’à la voie des armes. Or il y a un préservatif sûr : c’est qu’il y ait une loi dans chaque république, dont l’Union soit garante, qu’il sera défendu sur peine de la vie, et aux magistrats de faire marcher des troupes contre d’autres magistrats, et aux officiers, de faire marcher les troupes en ces occasions ; et que l’Union de l’autre côté s’engage à faire marcher ses troupes et ses commissaires, tant pour empêcher le désordre que pour le rétablir, s’il était déjà arrivé.

ARTICLE II

§ 400

[•]La société européenne ne se mêlera point du gouvernement de chaque État, si ce n’est pour en conserver la forme fondamentale, et pour donner un prompt et suffisant secours aux princes dans les monarchies, et aux magistrats dans les républiques, contre les séditieux et les rebelles. Ainsi elle garantira que les souverainetés héréditaires demeureront héréditaires de la manière et selon l’usage de chaque nation ; que les électives demeureront de même électives dans les pays où l’élection est en usage ; que parmi les nations où il y a des capitulations93, ou bien des conventions qu’on appelle pacta conventa94, ces sortes de traités seront exactement observés ; et que ceux qui dans les monarchies auraient pris les armes contre le prince, ou qui dans les républiques les auraient prises contre quelques-uns des premiers magistrats, seront punis de mort avec confiscation de biens.

Éclaircissement

§ 401

[•]Le principal effet de l’Union est de conserver toutes choses en repos en l’état qu’elle les trouve, et comme ce sont les souverains eux-mêmes qui, par l’organe de leurs députés, y décident de tout, ils ne peuvent craindre cette assemblée qu’autant que chaque souverain peut se craindre lui-même.

§ 402

Je sais bien qu’il est impossible [•], surtout dans les républiques, qu’il ne naisse des disputes de religion ; et que comme on ne dispute jamais que sur des matières obscures, il est impossible que l’évidence mette les deux partis d’accord ; mais il est possible, il est même facile aux magistrats d’empêcher que ces disputes n’en viennent jusqu’à troubler le repos de l’État. Il suffit dans les commencements d’imposer silence à tout le monde, et d’exiler ou d’enfermer ceux qui auraient ou parlé, ou prêché, ou écrit, ou imprimé depuis la défense. Le temps découvre la vérité : il n’est donc question, en attendant qu’elle se montre à tous avec évidence, que de faire éviter aux sujets les divisions et les autres maux que peut leur causer l’obscurité ; et voilà ce que feront infailliblement dans tous les États de l’Europe la prudence et l’autorité de l’Union.

§ 403

Pour entretenir la société, ce n’est pas une nécessité que les citoyens soient tous de même sentiment sur des matières obscures [•] ; et loin que cela soit en leur pouvoir, l’uniformité de sentiment en pareilles occasions est comme impossible ; mais l’unique fondement de la société, c’est la paix entre les citoyens. Ainsi c’est une nécessité que chaque citoyen, pour conserver la société, pratique la charité et l’indulgence envers ceux mêmes qu’il croit dans l’erreur95. Voilà ce qui est toujours non seulement au pouvoir du citoyen, mais c’est encore le premier et le plus indispensable de ses devoirs.

§ 404

[•]Un avantage très considérable que les maisons souveraines n’ont jusqu’ici jamais pu trouver, c’est de s’assurer une protection vive, toute-puissante et perpétuelle dans les régences et dans tous les autres temps de faiblesse.

ARTICLE III

§ 405

L’Union emploiera toutes ses forces et tous ses soins pour empêcher que pendant les régences, les minorités, les règnes faibles de chaque État, il ne soit fait aucun préjudice au souverain [•], ni en sa personne ni en ses droits, soit par ses sujets, soit par les étrangers ; et s’il arrivait quelque sédition, révolte, conspiration, soupçon de poison ou autre violence contre le prince ou contre la maison souveraine, l’Union, comme sa tutrice et comme sa protectrice-née, enverra dans cet État des commissaires exprès, pour être par eux informée de la vérité des faits, et en même temps des troupes pour punir les coupables selon toute la rigueur des lois.

Éclaircissement

§ 406

[•]Il est bien sûr que cet article s’exécutera ponctuellement, puisqu’il ne manquera aux princes unis, ni le pouvoir, ni la volonté. À l’égard du pouvoir, la chose est évidente. À l’égard de la volonté, cela n’est pas moins évident, puisqu’ils n’ont pas de plus grand intérêt que d’éclaircir avec tout le soin possible des crimes qui ont tant fait périr de princes, et anéanti de maisons souveraines, des crimes qui les regardent de si près, et de faire punir les coupables avec toute la sévérité imaginable, afin de mettre par ces punitions éclatantes leurs maisons à couvert de semblables malheurs.

§ 407

[•]Pour conserver la paix, il faut, autant qu’il est possible, retrancher les sujets de guerre. Or l’agrandissement de territoire est un des principaux sujets ; c’est qu’il ne se peut faire qu’aux dépens des voisins. Ainsi la première base est que chacun se contente du sien, et qu’aucun ne regarde comme sien que ce qu’il possède actuellement. Or comme tout ce qu’ils ne possèdent pas actuellement se peut appeler espérances, prétentions, il est absolument nécessaire qu’en se contentant de ce qu’ils possèdent actuellement de territoire, ils se cèdent et abandonnent mutuellement toutes les prétentions, toutes les espérances qu’ils pourraient avoir sur tout ou partie du territoire les uns des autres.

§ 408

[•]Un des points principaux pour la sûreté commune de l’Europe est qu’aucune maison souveraine ne puisse posséder plus de souverainetés qu’elle en a actuellement, et qu’elle renonce à rien acquérir par voie de succession ou de pacte fait avec d’autres maisons souveraines, pour se succéder les unes aux autres, au défaut de mâles.

§ 409

C’est que d’un côté si on laissait la porte ouverte aux souverains pour agrandir leur territoire par successions, pactes de maisons différentes, élections ou autrement [•], il est évident que la maison d’Autriche, par exemple, pourrait avoir un jour en sa possession toutes les souverainetés féminines d’Europe, comme Espagne, Angleterre, Suède et autres, et que les chefs de cette maison pourraient encore posséder les souverainetés électives, comme Pologne, etc. Or on sent assez que cette maison serait alors trop puissante par rapport au reste de l’Union ; et de l’autre, il serait très injuste de donner aux maisons moins puissantes un droit de succéder que l’on refuserait aux plus puissantes.

ARTICLE IV

§ 410

[•]Chaque souverain se contentera pour lui et pour ses successeurs du territoire qu’il possède actuellement, ou qu’il doit posséder par le traité ci-joint (1)96.

§ 411

[•]Toutes les souverainetés d’Europe demeureront toujours en l’état où elles sont, et auront toujours les mêmes limites qu’elles ont présentement. Ainsi aucun territoire ne pourra être démembré d’aucune souveraineté, et aucun autre n’y pourra être ajouté par succession (2), pacte de maisons différentes, élection, donation, cession, vente, conquête, soumission volontaire des sujets, ou autrement.

§ 412

[•]Aucun souverain, ni aucun membre de maison souveraine ne pourra être souverain d’aucun État que de celui ou de ceux qui sont actuellement dans sa maison.

§ 413

Les souverains [•] qui, par leurs députés, vont signer ce traité, et ceux qui par leurs députés le signeront dans la suite, seront censés par cette signature, en considération des avantages qu’ils en doivent tous retirer, s’être mutuellement cédé et abandonné, pour eux et pour leurs successeurs, tous les droits et toutes les prétentions qu’ils peuvent avoir les uns contre les autres, et particulièrement sur le territoire les uns des autres, sous quelque titre que ce puisse être, de quelque nature qu’elles soient ; de sorte qu’ils demeureront tous quittes les uns envers les autres, non seulement envers les souverains qui vont signer ce traité, mais encore envers ceux qui le signeront dans la suite, et ceux-ci en signant demeureront réciproquement quittes, soit envers ceux qui auront déjà signé, soit envers ceux qui resteront à signer (3).

§ 414

[•]Les rentes que doivent les souverains aux particuliers d’un autre État seront payées comme par le passé (4).

§ 415

Aucun souverain ne prendra le titre de seigneur [•] d’aucun pays dont il ne sera point en actuelle possession, ou dont la possession ne lui sera point promise par le traité ci-joint.

§ 416

[•]Les souverains ne pourront entre eux faire d’échange d’aucun territoire, ni signer aucun traité entre eux que du consentement et sous la garantie de l’Union aux trois quarts des vingt-quatre voix, et l’Union demeurera garante de l’exécution des promesses réciproques (5).

Éclaircissement

§ 417

[•](1) Il faut un point fixe pour borner le mien et le tien. Or en fait de territoire, la possession actuelle est un point très visible ; car enfin tout ce qui vaut la peine d’être possédé a des marques évidentes de possession actuelle : un bourg, un village reconnaissent quelque juge, et ce juge est appuyé du pouvoir de quelque souverain ; la souveraineté, la possession en est donc constante ; ainsi on peut dire qu’en fait de possessions, ce qui n’est point constant n’est rien d’important : il peut bien y avoir quelque incertitude sur la possession actuelle de quelque montagne inculte, de quelque désert aride, de quelque île inhabitée, de quelque forêt inutile à cause de son éloignement, de quelques cabanes de malheureux sauvages dispersées çà et là dans des marais, dans des forêts, ou au bord des mers ; mais serait-ce là un sujet de dispute entre deux souverains ? Or les choses même de peu d’importance, qui sont contentieuses, sont censées toutes décidées, dès que les prétendants ont donné tout pouvoir à des arbitres de décider sur le total, et de poser des limites sur le partage. Or on va voir un article ci-après, qui établit pour arbitre perpétuel le corps de l’Union.

§ 418

[•]Si j’ai ajouté ces termes dans l’article, ou qu’il doit posséder par le traité ci-joint, c’est que j’ai supposé que les souverains qui seraient en guerre pourraient peut-être conclure la paix, en vue de l’établissement de la société européenne, pour avoir à l’avenir sûreté suffisante d’une paix perpétuelle, et que quelques potentats promettraient de rendre quelques places, quelque territoire après cet établissement formé. Or en ce cas il a fallu distinguer la possession actuelle de la possession promise et leur donner à toutes deux égale force, égale autorité.

§ 419

[•]Mais si le traité de société européenne ne se fait qu’au milieu même de la paix, et lorsque toutes les possessions promises sont devenues possessions actuelles, il ne faudra point parler du traité ci-joint, il suffira d’employer le terme de possession actuelle.

§ 420

[•](2) Il est impraticable de faire une loi entre souverains, à moins qu’elle ne soit égale pour chacun d’eux ; et même comme ce doivent être eux seuls qui par leur consentement unanime peuvent faire une loi où ils soient tous assujettis, ils n’y consentiraient pas, si dans cette loi qu’ils veulent bien s’imposer pour l’utilité et la sûreté commune, les uns étaient plus maltraités que les autres, c’est-à-dire si la loi n’était pas égale pour tous.

§ 421

[•]Or nous avons vu que pour la sûreté de l’Europe il était absolument nécessaire d’empêcher que les maisons déjà très puissantes ne pussent encore s’agrandir et agrandir leurs États par voie de succession. Il est donc visible que si les souverains moins puissants trouvent qu’il faut pour leur propre sûreté empêcher l’agrandissement des plus puissants par succession, ils doivent donner l’exemple, et renoncer eux-mêmes les premiers à cette voie d’agrandissement : quand la loi est égale, personne n’a à s’en plaindre ; et lorsque chacun en tire une grande utilité, chacun n’a qu’à s’en louer. Or qui ne voit que mettre des bornes immuables aux souverainetés, pour les empêcher de s’accroître en territoire, est la base de la sûreté de toutes les nations d’Europe, et de la durée des maisons souveraines elles-mêmes ? [•] Il y a encore une raison de sûreté pour l’Union, c’est que vingt-quatre voix, dont le Sénat sera formé, ne sont pas un trop grand nombre pour embarrasser les délibérations, et si le nombre était moindre que vingt-quatre, il serait plus facile d’y former des cabales contre l’utilité commune : or si dans la suite des siècles plusieurs souverainetés se réunissaient sous un seul chef, le nombre des voix pourrait devenir trop petit, et par conséquent trop sujet aux cabales et aux factions.

§ 422

[•]Au reste, je soutiens que ni le plus puissant ni le moins puissant ne perdent que très peu à faire cette renonciation, et qu’ils y gagnent beaucoup en s’assurant une paix, une sécurité perpétuelle. À l’égard du plus puissant, tel qu’est le roi de France, si ses voisins sont aujourd’hui si alarmés de sa grande puissance en l’état qu’elle est, qu’ils prennent exprès les armes pour l’affaiblir ; s’ils sont d’autant plus unis qu’ils la redoutent davantage, n’est-il pas évident qu’ils s’uniraient encore plus, et encore en plus grand nombre, pour l’empêcher de s’agrandir du côté du territoire, par aucune succession, donation, ou autrement ? Et qu’on ne dise point que les voisins ne seraient pas en droit de s’opposer à cet agrandissement : les droits d’État à État ne sont pas les mêmes que les droits de particulier à particulier d’un même État, qui sont soumis à des lois et qui, étant également protégés par la puissance de leur État, n’ont nul intérêt, pour leur propre sûreté, d’empêcher qu’un voisin ne s’agrandisse, au lieu que la principale loi d’un État, son principal droit, est de pouvoir faire, et de faire en effet tout ce qui est nécessaire pour sa propre conservation, surtout s’il le peut sans détruire son voisin. Or il est sensible qu’il peut y avoir tel agrandissement d’un souverain déjà puissant, qui serait très dangereux pour la conservation des États voisins. Ainsi quand le roi de France abandonnera pour toujours le droit de succéder à tout ou partie d’une souveraineté, il n’abandonnera rien de réel, puisqu’il trouverait dans tous les siècles une opposition invincible de la part de ses voisins, soit pour prendre possession de tout ce qui lui serait échu, soit pour le conserver : on peut dire la même chose de la manière de s’agrandir par les pactes de maisons différentes ; les voisins ne lui permettraient jamais de mettre ces pactes en exécution.

§ 423

[•]À l’égard des moins puissants, outre la considération des grands avantages qu’ils tireront de l’inaltérabilité de l’Union, il y a encore une autre considération qui peut aider à les détacher du désir de conserver le droit de succéder aux souverainetés féminines et aux autres souverainetés par des pactes entre maisons différentes : c’est que les souverains donnent bien plus volontiers leurs filles en mariage aux souverains les plus puissants qu’aux moins puissants ; ainsi les moins puissants perdent moins que les autres à cette renonciation. Il en est de même des pactes pour succéder de maison à maison, il est certain que le souverain qui voudra en faire un pareil choisira bien plutôt que de contracter avec un souverain plus puissant que lui, qu’avec un moins puissant.

§ 424

[•]D’ailleurs il n’y a rien qui cause tant de contestations que les successions ; or l’espérance d’un agrandissement que l’on ne peut acquérir qu’en commençant une guerre dont on ne saurait avec sûreté deviner la fin, et qui coûte certainement des sommes immenses pour s’en assurer la possession, devient une espérance d’une valeur très médiocre : les souverains à marier, n’étant plus dans l’espérance d’hériter, choisiront leurs femmes par le mérite, l’Union entre eux en sera bien plus grande, la postérité plus nombreuse et le mariage plus heureux.

§ 425

[•]En un mot, il est inutile de songer à former une société aussi avantageuse que sera la société européenne si les fondements n’en sont pas durables. Or si la maison la plus puissante peut encore doubler sa puissance, que deviendra la liberté de cette société ? D’un autre côté si les souverains pour leur propre bonheur ont besoin de convenir de lois, il faut que ces lois soient équitables ; et peuvent-elles être équitables, si elles ne sont pas égales pour le plus puissant comme pour le moins puissant ?

§ 426

[•]Le but de l’Union est de conserver chaque souverain dans l’état où elle le trouve, et par conséquent dans les mêmes degrés de distinction, où ils sont entre eux du côté du territoire les uns à l’égard des autres. Or si le moins puissant pouvait s’agrandir par succession, et que le plus puissant ne le pût pas, l’Union pourrait-elle conserver entre les souverains et les souverainetés la même distinction qu’elle y trouve présentement du côté du territoire ?

§ 427

[•]Il y a même une considération en faveur des républiques, c’est qu’elles ne peuvent agrandir leur territoire, ni par succession, ni par aucun pacte de familles ; et comme elles renoncent à toutes les autres voies d’agrandissement en considération des avantages de la perpétuité de la paix, n’est-il pas équitable que les États monarchiques en considération des mêmes avantages soient en mêmes termes et de même condition que les républiques ? La Hollande veut conserver la distinction de puissance qu’elle a présentement à l’égard des princes d’Italie et d’Allemagne les moins puissants, elle ne leur fait nul tort ; ils demeurent comme ils sont, et ils ont de plus par l’établissement de la société européenne l’avantage d’avoir sûreté parfaite de la durée de leur maison sur le trône, et tous les autres grands avantages dont nous avons parlé.

§ 428

Peut-être que quelques souverains disputeront d’abord cet article par jalousie contre le roi d’Espagne, qui se trouve en possession du plus vaste territoire du monde. Or par la durée perpétuelle de l’Union, cette sorte de prééminence [•] serait perpétuelle pour tous les rois d’Espagne ; mais comme il est absolument nécessaire qu’il y ait sur notre Terre quelque souverain qui soit le plus grand terrien de tous, qu’importe à l’Union que ce soit ou le roi de la Chine ou le roi d’Espagne qui ait cette prééminence ; et encore vaut-il mieux, ce semble, pour l’Europe que ce soit une maison européenne qu’une maison asiatique, et que ce soit la plus ancienne de celles qui règnent aujourd’hui sur la Terre.

§ 429

[•](3) Sans la cession mutuelle et l’abandonnement des prétentions réciproques sur les autres États, il est évident qu’il n’y aurait jamais rien de fixe. 1o L’un voudrait faire valoir un droit de cinquante ans, tandis qu’un autre en voudrait faire valoir un de deux cents. 2o L’un prétendrait compenser contre une demande certaine un droit plus important, mais plus incertain, qu’il ferait revivre après cinq ou six cents ans d’interruption. La prescription est une loi très sage et très sensée pour conserver le repos dans les familles. Les particuliers heureusement pour eux y sont soumis, mais les souverains n’ont point jusqu’ici consenti à s’y soumettre, et ce qui est de plus important, ils n’ont donné jusqu’ici aucune sûreté de la durée de leur consentement. Ainsi cette loi n’a point de force entre eux. 3o Si on allègue les traités, on chicanera sur les termes, on en produira d’autres qui ont des clauses opposées. 4o Si les termes sont trop clairs pour laisser quelque prétexte de chicaner, si l’on n’a point de traités à opposer, on dira que ç’a été la grande crainte qui les a extorqués, que le plus fort les a fait signer par la violence, les armes à la main ; qu’ainsi n’ayant point été faits librement, ils n’obligent à rien. 5o Si on ne peut pas alléguer la violence, on alléguera le dol, la fraude, l’ignorance de faits essentiels, tous moyens qui sont spécieux. 6o Si on allègue les serments, on dira qu’ils ont été extorqués par la force, et puis la force du serment périt presque entièrement avec la personne qui l’a fait. 7o Que l’on remonte par l’histoire de possesseur en possesseur, que l’on examine la source du droit des derniers dans le droit qu’ont eu leurs différents prédécesseurs, n’est-il par certain que la plupart des États d’Europe et d’Asie ne sont autre chose que des démembrements de l’Empire romain, c’est-à-dire de très anciennes usurpations faites sur d’anciens usurpateurs ? Car je regarde comme tels non seulement les empereurs qui ont usurpé ou succédé à l’usurpation sur la république, mais la république elle-même, qui avait usurpé partie de ces États sur les successeurs d’Alexandre, autres plus anciens usurpateurs97.

§ 430

[•]Je ne prétends pas confondre ici toutes sortes de conquêtes avec les usurpations. Il peut y en avoir de justes, quand ce ne serait que pour se dédommager des frais d’une guerre que l’on a entreprise avec justice98. Mais on sait assez que ni Cyrus, ni Alexandre, ni les Romains, ni les autres conquérants n’y ont pas toujours regardé de si près.

§ 431

[•]Quoi qu’il en soit, rien n’est plus aisé à gens d’esprit, en remontant de siècle en siècle, que d’établir une espèce de pyrrhonisme en fait de droits de souverain à souverain, d’État à État, et de rendre de pareils droits douteux, quand on a intérêt d’en faire douter. De sorte que si les souverains se réservaient les moindres prétentions les uns contre les autres, il n’y aurait qu’à s’attendre à un chaos de droits nouveaux opposés entre eux, opposés à des droits plus anciens ; et ceux-ci à des droits encore plus anciens, qu’il serait d’autant moins possible de débrouiller et de décider qu’il n’y aurait presque aucun principe certain de décision.

§ 432

[•]Si chacun, en signant le traité d’Union, se réservait tout ou partie de ses prétentions, il faudrait que tous convinssent de s’en rapporter à l’Arbitrage de l’Union, soit à la pluralité, soit aux trois quarts des voix. Or si quelque souverain prétendait avoir droit sur tout l’État de son voisin, comme il arriverait certainement, peut-on croire que ce voisin voulût mettre tout son État en compromis. Cependant il faut, ou que tous les souverains mettent ainsi leurs États, ou la plus grande partie de leurs États, en compromis, en arbitrage, ou que tous ensemble s’abandonnent mutuellement tous leurs droits et toutes leurs prétentions, en se contentant de la possession actuelle, ou qu’ils restent tous pour toujours avec leurs chimériques espérances dans le malheureux système de la guerre perpétuelle.

§ 433

[•]Enfin ceux à qui il est dû, ne doivent-ils pas de leur côté ? Ceux qui ont quelques prétentions contre quelque voisin n’ont-ils pas quelque autre voisin qui en a de pareilles ou de plus grandes contre eux ? Or qu’y a-t-il de mieux à faire dans ce chaos de dettes et de prétentions que de se remettre tout les uns aux autres, afin que chacun puisse se payer une bonne fois par ses propres mains de toutes ses espérances, de toutes ses prétentions, et obtenir même infiniment au-delà, en puisant dans le trésor de la paix inaltérable des richesses incomparablement plus grandes et plus réelles que toutes ces espérances ? Trésor inépuisable où tous les souverains peuvent puiser sans cesse à pleines mains, mais où ils ne puiseront jamais sans le consentement l’un de l’autre, c’est-à-dire sans avoir formé entre eux une société durable.

§ 434

[•]Mais point de société durable sans sûreté réciproque, et c’en est une essentielle et fondamentale, que chacun abandonne pour toujours toutes les espérances, toutes les prétentions qu’il peut avoir de posséder un jour quelque partie d’un territoire possédé par un autre, et que chacun s’en tienne au point fixe de la possession actuelle. Or en supposant cet abandonnement réciproque, cette cession mutuelle de prétention, ils trouveront dans le système de la paix infiniment plus que ce qu’ils cherchent, et que ce qu’ils cherchent en vain dans le système de la guerre.

§ 435

[•](4) Je n’ai prétendu parler ici que des prétentions et des dettes de souverain à souverain, et non pas d’un souverain aux particuliers d’un autre État, comme de quelques Génois sur l’État de Milan, et autres99.

§ 436

[•](5) Il était raisonnable d’un côté que les souverains voisins pussent pour leur commodité mutuelle faire quelques échanges de territoire ; mais il était raisonnable de l’autre pour la sûreté de l’Union que sous ce prétexte l’un ne pût pas augmenter son territoire aux dépens de l’État voisin ; ce qui doit être une loi fondamentale de la société européenne. Or pour accorder la liberté et la commodité des uns avec la sûreté des autres, il suffit que ces traités d’échanges soient faits sous les yeux et du consentement du reste des souverains unis.

§ 437

[•]Si je propose comme loi fondamentale qu’il ne se fera plus de traités entre souverain que de l’avis et du consentement du reste de l’Union, c’est 1o que pour la sûreté de la société, il lui importe extrêmement que les souverains ne puissent plus, sans être déclarés ennemis, faire entre eux des traités secrets ; le secret n’est nécessaire que lorsque l’on veut faire quelque chose qui doit déplaire, ou porter préjudice à un tiers. 2o N’est-il pas juste que ceux qui peuvent avoir intérêt à un traité soient écoutés, afin d’être dédommagés du tort qu’ils pourraient en recevoir ? Or de cette manière on préviendra beaucoup de sujets de plainte. 3o C’est afin qu’aucun des contractants ne puisse jamais ni espérer de tromper ni espérer d’être trompés : or la tromperie est une des sources de la rupture, ou du moins une des causes les plus ordinaires de l’inobservation des traités ; et il n’y a personne qui, tant pour soi-même que pour ses descendants, ne gagne à renoncer à tromper, pourvu qu’il soit sûr que ni lui ni ses descendants ne seront jamais trompés ; et n’est-il pas évident qu’un traité qui se proposera et qui se négociera tout publiquement entre deux souverains, en présence de tous les autres, sera si bien éclairci, si bien rédigé dans tous les articles par gens fort attentifs et fort intéressés à l’examiner par toutes ses faces, qu’il ne sera presque pas possible qu’il y ait aucune des parties qui ne trouve réellement son avantage dans ce traité ? Et cet avantage réciproque en assurera l’observation. 4o C’est que si par malheur il y avait quelque obscurité, quelque chose d’équivoque dans les termes, s’il arrivait quelque cas qui n’y eût point été prévu, et si en conséquence il naissait quelque contestation sur l’exécution de quelques-uns des articles, ceux qui dans l’Union y auraient travaillé pourraient bien plus facilement, en se souvenant de l’esprit et des intentions des parties, trouver les moyens de lever les doutes, de concilier les contestations ; sinon ils pourraient les juger avec plus grande connaissance de cause. 5o C’est que pour l’intérêt même des contractants, il est toujours absolument nécessaire que l’Union soit garante de l’exécution de tous les traités futurs, et arbitre de tous les différends qui en pourront naître. Or qu’y a-t-il de plus raisonnable que les parties aient, pour témoins des lois qu’elles se font à elles-mêmes, ceux qui doivent être les interprètes et les protecteurs de ces mêmes lois ?

§ 438

[•]Il est question de rendre inébranlables les fondements d’une société qui doit procurer tant de biens aux souverains et à leurs sujets : sur ce pied-là il n’est pas étonnant que les Anglais, les Hollandais et les autres alliés de la maison d’Autriche demandent avec tant d’insistance une sûreté suffisante que la monarchie de France et la monarchie d’Espagne ne seront jamais unies sous un seul monarque100.

§ 439

[•]La maison de France consentira sans peine à cet article, pourvu que l’Union de son côté garantisse l’exécution du pacte qui se fera dans cette maison, qu’aucune fille, ni descendant de fille n’héritera du royaume d’Espagne, tant qu’il y aura deux mâles dans la maison, de quelque branche qu’ils soient, en sorte que l’aîné soit préféré aux cadets, et la branche aînée aux branches cadettes101.

§ 440

[•]D’un autre côté il est aussi nécessaire pour la solidité de l’Union de convenir que l’empereur ne puisse jamais être élu roi de Pologne, ni le roi de Pologne être élu empereur, que ni le roi de France, ni le roi d’Espagne, ni le roi d’Angleterre, ni le czar, etc. ne puissent jamais être élus ou empereurs ou rois de Pologne102 ; mais quelles sûretés suffisantes de l’exécution de ces conventions, si ce n’est par la garantie d’une société que l’on rende et au-dedans et au-dehors parfaitement inaltérable ?

ARTICLE V

§ 441

[•]Nul souverain ne pourra désormais posséder deux souverainetés, soit héréditaires, soit électives ; cependant les électeurs de l’Empire pourront être élus empereurs, tant qu’il y aura des empereurs.

§ 442

[•]Si par droit de succession il arrivait à un souverain un État plus considérable que celui qu’il possède, il pourra laisser ce qu’il possède pour s’établir dans celui qui lui est échu.

ARTICLE VI

§ 443

[•]Le royaume d’Espagne ne sortira point de la maison de Bourbon, ou de France d’aujourd’hui, tant qu’il y aura deux mâles de cette maison, des branches aînées ou des branches cadettes, à condition que les aînés seront toujours préférés aux cadets, et la branche aînée à la branche cadette.

Éclaircissement

§ 444

[•]Nous avons montré qu’un pareil article, qu’une pareille garantie serait un puissant motif pour engager la maison de France à donner les mains pour établir la société européenne, et pour la rendre entièrement solide et durable.

§ 445

[•]Un des plus importants articles pour la conservation de la paix, c’est de faire de bonnes lois pour le commerce des nations d’Europe, et de trouver les moyens de les faire bien exécuter. Mais comme ce corps de lois, dont les membres pourront convenir aux trois quarts des voix, sera peut-être plusieurs années sans être formé, il est absolument nécessaire de convenir de quelques lois provisionnelles, telles qu’étaient les articles des traités de commerce déjà faits avec quelques restrictions ou exceptions provisionnelles dont on pourra encore convenir ; et surtout il faut pourvoir à faire exécuter par provision103 ces articles entre les négociants de différents États, par l’établissement des chambres de commerce sur les frontières de chaque État.

§ 446

[•]Il est évident que sans cela les nations se brouilleraient bientôt, que l’on en viendrait bientôt aux représailles, et puis aux hostilités : il faut des lois, il faut des juges non suspects, mais surtout fort autorisés, et dont les jugements puissent toujours être infailliblement exécutés.

ARTICLE VII

§ 447

[•]Les députés travailleront continuellement à rédiger tous les articles du commerce en général, et des différents commerces entre les nations particulières, de sorte cependant que les lois soient égales et réciproques pour toutes les nations et fondées sur l’équité. Les articles qui auront passé à la pluralité des voix des députés présents seront exécutés par provision selon leur forme et teneur, jusqu’à ce qu’ils soient réformés aux trois quarts des voix, lorsqu’un plus grand nombre de membres auront signé l’Union (1)104.

§ 448

[•]L’Union établira en différentes villes des chambres pour le maintien du commerce, composées de députés autorisés à concilier et à juger à la rigueur, en dernier ressort, les procès qui naîtront pour violence, ou sur le commerce, ou autres matières entre les sujets de divers souverains, au-dessus de dix mille livres ; les autres procès de moindre conséquence seront décidés à l’ordinaire par les juges du lieu où demeure le défendeur ; chaque souverain prêtera la main à l’exécution des jugements des chambres de commerce, comme si c’étaient ses propres jugements (2).

§ 449

[•]Chaque souverain exterminera à ses frais les voleurs et les bandits sur ses terres, et les pirates sur ses côtes, sous peine de dédommagement, et s’il a besoin de secours, l’Union y contribuera.

Éclaircissement

§ 450

[•](1) Un premier point à l’égard du commerce, c’est qu’aucune nation ne soit préférée l’une à l’autre, et que toutes soient également libres de venir vendre et acheter des marchandises ; un second point très important, ce serait que pour éviter la discussion des droits d’entrée, de sortie, pour épargner aux marchands les embarras de la visite105, toutes les vexations et toutes les avanies que les douaniers leur font souffrir sous ces divers prétextes, on convînt aux trois quarts des voix que chaque souverain n’exigerait de personne, soit sujet, soit étranger, aucun droit d’entrée ou de sortie, si ce n’est peut-être pour les vivres qui se consomment, et que chaque souverain se dédommagerait par d’autres sortes de subsides sur ses sujets. Il est inconcevable combien ce seul article faciliterait et augmenterait le commerce ; combien les sujets de chaque souverain en seraient enrichis, et combien par conséquent ses revenus augmenteraient par l’augmentation des leurs ; mais comme il y a sur cela beaucoup de raisons pour et contre à discuter, cette matière mérite un mémoire exprès106.

§ 451

[•]Mais ce qui est de la dernière importance, c’est que tous les souverains soient convenus que les articles du commerce étranger se régleront pour la provision107 par les députés à la pluralité des voix ; car tout est censé réglé, tout est en paix et en commerce, dès que l’on est convenu d’un moyen aussi facile et aussi certain ; car il n’importe que ces articles ne soient pas tous arrivés à leur perfection, puisque les souverains qui s’en trouveraient lésés ont toujours la voie ouverte pour les faire réformer aux trois quarts des voix, sur le pied de l’égalité, qui est la règle fondamentale.

§ 452

[•](2) On sait qu’un des sujets les plus ordinaires de la guerre entre peuples voisins, ce sont les injustices que les particuliers d’une nation souffrent, ou croient souffrir des particuliers d’une nation voisine : on sait qu’alors on est souvent obligé de permettre les représailles, et les représailles une fois permises en un endroit, voilà la guerre allumée partout.

§ 453

On verra plus en détail dans le septième Discours ce qui regarde ces chambres de commerce108 [•].

§ 454

[•]Rien ne peut retenir les hommes dans leur devoir envers les autres. Rien ne les peut faire agir que l’espérance des avantages ou la crainte des malheurs à venir, et les princes ne sont après tout que des hommes. Nous avons montré amplement dans le troisième Discours les avantages qu’ils peuvent espérer de la formation et du maintien de la société européenne. Cela suffirait, si l’on était sûr que tous les souverains seront toujours tant soit peu raisonnables ; mais comme il peut arriver que de temps en temps il naisse quelque jeune prince étourdi, téméraire, mal conseillé, il semble qu’il faille que l’Union soit en état de le traiter comme on traite les enfants que l’on ne peut plus mener par l’espérance de la récompense ; il faut alors les mener par la crainte des grands malheurs. Il est donc absolument nécessaire que les princes sages, pour retenir leurs successeurs non sages dans une société aussi avantageuse pour eux et pour leur maison, leur imposent une peine terrible et inévitable.

ARTICLE VIII

§ 455

[•]Nul souverain ne prendra les armes et ne fera aucune hostilité que contre celui qui aura été déclaré ennemi de la société européenne ; mais s’il a quelque sujet de se plaindre de quelqu’un des membres ou quelque demande à lui faire, il fera donner par son député son mémoire au Sénat de la ville de paix, et le Sénat prendra soin de concilier les différends par ses commissaires médiateurs, ou s’ils ne peuvent être conciliés, le Sénat les jugera par jugement arbitral à la pluralité des voix pour la provision109, et aux trois quarts pour la définitive. Ce jugement [•] ne se donnera qu’après que chaque sénateur aura reçu sur ce fait les instructions et les ordres de son maître, et qu’il les aura communiqués au Sénat.

§ 456

Le souverain qui prendra les armes avant la déclaration de guerre de l’Union, ou qui refusera d’exécuter un règlement de la société ou un jugement [•] du Sénat, sera déclaré ennemi de la société, et elle lui fera la guerre, jusqu’à ce qu’il soit désarmé, et jusqu’à l’exécution du jugement et des règlements ; il paiera même les frais de la guerre, et le pays qui sera conquis sur lui lors de la suspension d’armes demeurera pour toujours séparé de son État (1)110.

§ 457

Si [•] après la société formée au nombre de quatorze voix, un souverain refusait d’y entrer, elle le déclarera ennemi du repos de l’Europe, et lui fera la guerre jusqu’à ce qu’il y soit entré, ou jusqu’à ce qu’il soit entièrement dépossédé (2).

Éclaircissement

§ 458

(1) Cet article est très important pour la sûreté de chaque souverain. D’un côté il sera sûr de n’être jamais assailli à l’improviste par aucun de ses voisins qu’il aurait pu offenser innocemment, ou que l’on aurait pu mettre en colère contre lui par des calomnies. De l’autre, il est sûr que lorsqu’il prendra les armes, ce sera toujours avec succès, puisque ce sera avec le secours tout-puissant de l’Union. Enfin il sera sûr que le tort, l’offense, l’injure qu’il aura pu recevoir seront réparés ou par accommodement, ou par le jugement des arbitres, avec la même équité et de la même manière qu’il voudrait que tout fût réparé, si, au lieu d’être offensé, il était lui-même l’offenseur : ne traitez point plus mal les autres que vous ne voudriez en être traité, si vous étiez à leur place, et qu’ils fussent à la vôtre. Telle est la règle que dicte à tout offensé l’amour-propre bien entendu, c’est qu’il peut arriver que l’offensé ou ses enfants deviennent à leur tour offenseurs. Or en ce cas n’est-il pas de son intérêt que les punitions ne soient pas trop rigides, et les réparations trop fâcheuses ?

§ 459

On sait d’ailleurs que la fortune décide souvent très injustement à la guerre ; ainsi quiconque prétend obtenir une réparation juste n’est pas sûr de l’obtenir par le sort des armes, au lieu qu’il est sûr de l’obtenir par l’équité et par le pouvoir de la société, de l’obtenir sans frais, et sans se faire à lui-même, par les malheureux événements de la guerre, un nouveau tort, un nouveau dommage plus grand que celui dont il se plaint.

§ 460

Au reste, inutilement on prétendrait maintenir l’Union, s’il n’y avait pas une peine très grande et absolument inévitable attachée au refus du souverain qui ne voudrait pas en exécuter les règlements. C’est ce qui a obligé les membres du corps germanique à convenir de mettre au ban de l’Empire tout membre réfractaire. Or quand tous les souverains seront convenus de mettre au ban de l’Europe celui qui voudra rompre l’Union, il ne viendra pas même à l’esprit d’aucun d’eux [•], quelque emporté qu’on le suppose, qu’il lui convienne de prendre les armes. Ainsi quand la considération des grands avantages qu’il tire de la société ne l’y retiendrait pas, la seule crainte de la peine l’y retiendrait, et le contraindra de suivre, pour ainsi dire, malgré lui ses véritables intérêts [•]. Il n’y a point d’union durable à espérer entre les hommes, si chaque membre n’y est retenu non seulement par des considérations d’agrément et d’utilité qui suffisent pour ceux qui sont sages et sensés, mais encore par quelque grande crainte nécessaire pour y retenir ceux qui ne le sont pas.

§ 461

(2) Si un souverain d’Europe voulait faire bande à part, l’Union aurait un grand intérêt de le contraindre à prendre les mêmes engagements et à donner les mêmes sûretés que tous les autres, en ce que sans cela il pourrait demeurer armé [•], il pourrait surprendre un de ses voisins par un armement subit. Or cette situation les obligerait nécessairement à demeurer armés pour leur sûreté ; ainsi il les contraindrait par sa conduite, sans aucune bonne raison, à une dépense ruineuse. Je dis qu’il n’aurait aucune bonne raison : car enfin ou il veut agrandir son territoire, ou il ne veut que le conserver. S’il ne veut que le conserver, c’est le principal but, c’est le principal effet de la société européenne. S’il veut l’agrandir, ce ne peut être qu’aux dépens de ses voisins ; ainsi ils sont en droit de le regarder et de le traiter comme leur ennemi.

§ 462

[•]Comme je suppose qu’en signant ces articles fondamentaux, on conviendra que tous les autres articles seront réglés aux trois quarts des suffrages du Sénat et que cette convention, qui est de la dernière importance, ne peut être bien entendue, jusqu’à ce que les parties soient convenues de combien de suffrages sera composé le Sénat, quels souverains y auront suffrage, et si un souverain, quelque puissant qu’il soit, aura plus d’un suffrage : il me semble qu’il est à propos d’examiner la chose à fond.

§ 463

[•]Combien y a-t-il de petits princes ? Combien de villes souveraines en Allemagne ? Il y en a plus de deux cents. Combien y en a-t-il en Italie ? Or il serait (ce me semble) absolument impraticable de composer un Sénat d’un aussi grand nombre de suffrages. Il est donc nécessaire de les réduire : mais sur quel pied ? Il me semble que l’on pourrait donner droit de suffrage aux souverains qui auraient environ douze cent mille sujets et au-dessus, tels que le pape, Savoie, Lorraine, Portugal, Danemark, Venise, Suisse, les Provinces-Unies, la Suède, l’Angleterre, la Pologne, l’Espagne, la France, la Moscovie ; et à l’égard des autres moindres, comme Parme, Modène, Florence, Bouillon, Monaco, Malte, Gênes, Lucques, Raguse, Bade, Salm, Nassau111, etc., on pourrait en faire diverses associations, qui auraient chacune un suffrage.

§ 464

[•]Il y a une autre question : c’est de savoir si les princes et États d’Allemagne n’auront qu’un suffrage et un député qui serait nommé par l’empereur, comme je l’ai dit au commencement de cet ouvrage ; ou si, vu l’établissement de l’Union européenne, l’Allemagne n’ayant plus tant de besoin d’élire d’empereurs, on donnerait aux souverains de cette nation plusieurs députés et plusieurs suffrages, en donnant des associés aux plus faibles. Ainsi on pourrait donner au chef de la maison d’Autriche un député, non comme empereur, mais comme souverain d’Autriche, de Silésie, de Bohême, de Hongrie, etc., un au roi de Prusse, un au roi Auguste, un au duc de Bavière avec quelques associés princes et villes, un au comte palatin et associés, un au duc d’Hanovre et associés, un aux archevêques de Cologne, de Mayence, de Trêves et associés. [•] En ce cas-là il y aurait vingt-quatre députés ou sénateurs. Je vais les nommer à peu près selon l’ordre qu’ils pourront signer le traité d’Union.

§ 465

1o France.

§ 466

2o Espagne.

§ 467

3o Angleterre.

§ 468

4o Hollande.

§ 469

5o Savoie.

§ 470

6o Portugal.

§ 471

7o Bavière et associés.

§ 472

8o Venise.

§ 473

9o Gênes et associés.

§ 474

10o Florence et associés.

§ 475

11o Suisses et associés.

§ 476

12o Lorraine et associés.

§ 477

13o Suède.

§ 478

14o Danemark.

§ 479

15o Pologne.

§ 480

16o Pape.

§ 481

17o Moscovie.

§ 482

18o Autriche.

§ 483

19o Courlande et associés, comme Dantzig, Hambourg, Lubeck, Rostock112.

§ 484

20o Prusse.

§ 485

21o Saxe113.

§ 486

22o Palatin et associés114.

§ 487

23o Hanovre et associés115.

§ 488

24o Archevêques électeurs et associés116.

§ 489

Or il me paraît qu’il conviendrait peut-être davantage à la sûreté de l’Union que la nation allemande eût sept députés à la Diète générale de l’Europe, sans aucune dépendance d’un empereur, que de n’avoir qu’un député et un suffrage, en demeurant avec un empereur. Il me semble de même que ce règlement serait beaucoup plus selon les intérêts des princes et des villes d’Allemagne. Il est vrai que le chef de la maison d’Autriche y perdrait la prérogative d’empereur, mais outre qu’elle n’est pas héréditaire pour sa maison, c’est que l’utilité publique en pareil cas, lors surtout qu’elle est très considérable et très durable, doit prévaloir sur une utilité particulière qui n’est que médiocre et de peu de durée ; et nous avons montré dans le Discours précédent combien d’avantages considérables la maison d’Autriche (comme toutes les autres puissantes maisons) tirerait de l’établissement de l’Union, qui la dédommageraient avec un profit immense du titre d’empereur. Je laisse cet article indécis ; mais de quelque manière qu’il soit décidé, ce projet n’en est pas moins praticable, et toute la différence, c’est que l’Union, au lieu d’être composée de vingt-quatre députés, ne le serait que de dix-huit.

§ 490

[•]Une autre question à décider par les souverains, c’est de savoir si le député d’un prince huit fois plus puissant en sujets que le duc de Savoie, par exemple, aura huit voix, tandis que le duc de Savoie n’en aura qu’une, l’Angleterre quatre, la Hollande trois, et ainsi du reste.

§ 491

[•]Il me semble que pour résoudre cette question, il faut avoir égard à deux choses : 1o à rendre la formation de la société facile ; 2o à la rendre durable après qu’elle sera formée. Il ne faut pas que les plus puissants souverains, après avoir une fois envisagé les avantages qui vont leur en revenir, demandent opiniâtrement un nombre de voix proportionné à leur puissance, chose de très peu de conséquence, et qui rendrait cependant la formation de la société, ou très éloignée, ou impossible, ou de peu de durée. Il ne faut pas non plus que les très petites républiques, ni les très petits souverains, demandent opiniâtrement d’avoir chacune une voix, chose de très peu d’importance, et qui rendrait la formation de la société impraticable, société dont ils doivent cependant tirer toute leur sûreté et tous les plus grands avantages qu’ils puissent raisonnablement espérer pour leur État et pour leur maison.

§ 492

[•]Quelle apparence de donner une voix au prince de Monaco117, par exemple, et de n’en donner pas davantage au roi de France. Mais aussi d’un autre côté, en donnant une voix au prince de Monaco, quelle apparence d’en donner trois cents au roi de France qui a du moins trois cents fois autant de sujets ? Quelle confusion serait-ce dans les délibérations, s’il y avait dans le Sénat trois cents députés, et que chaque député eût une voix, l’autre deux, l’autre trente, l’autre cinquante, l’autre quatre-vingts, l’autre cent, l’autre cent cinquante, l’autre trois cents, et autant de différences que de députés. Il n’y a personne qui ne sente que cela serait absolument impraticable. Cette assemblée, loin de pouvoir délibérer commodément, promptement, avec ordre, ne serait qu’un chaos dont on ne pourrait jamais tirer aucun avantage.

§ 493

[•]Supposé que l’on se fixe à ne mettre des députés que de la part des princes qui auront au moins douze cent mille sujets, si on attendait à former l’Union que l’on en eût fait la vérification, elle serait trop longtemps à se former, et en attendant, on ne pourrait pas régler les articles, ni à la pluralité, ni aux trois quarts des voix. Ainsi il me semble que pour le bien de la chose et de l’Europe, il est à propos que les principales puissances fixent le nombre des députés. Je propose de le fixer à vingt-quatre, parce qu’en ne donnant aux plus puissants qu’un député, on trouvera à peu près quatorze États qui n’ont point d’associés pour avoir douze cent mille sujets et au-delà, et dix autres qui en ont besoin. Mais il est à propos de voir quelles raisons peuvent déterminer les souverains de douze ou quinze millions de sujets à consentir à n’avoir qu’une voix non plus que ceux qui ont dix fois moins de sujets.

§ 494

1o [•] Quand tous les souverains seraient convenus que chaque souverain aurait autant de voix qu’il aurait de fois douze cent mille habitants, il faudrait faire ce dénombrement en présence de commissaires, et quand cela serait-il fait ?

§ 495

2o [•] Que veut faire ce souverain très puissant du grand nombre de ses voix ? En veut-il faire autre chose que de conserver l’Union, et la rendre de plus en plus solide, puisque c’est de sa durée seule qu’il peut attendre la paix perpétuelle, et que c’est de la paix perpétuelle qu’il attend et qu’il recevra infailliblement les avantages immenses qu’il a vus dans le troisième Discours : or en se passant à une voix, il obtient ce qu’il doit le plus désirer, la formation prompte de l’Union, et la solidité de cette même Union.

§ 496

3o [•] S’il y a jamais à craindre pour la destruction de l’Union, ce ne sera pas du côté des moins puissants, puisqu’ils ont encore plus d’intérêt à la faire durer que n’ont les plus puissants : c’est donc tant mieux pour la durée de laisser plus de voix aux moins puissants. Or en bornant chaque souverain à une voix, et toutes les voix à vingt-quatre dans la Diète de l’Europe, il se trouvera que les moins puissants auront le plus grand nombre de voix, et c’est ce qui fera la plus grande solidité de la société européenne. Nous avons prouvé qu’il faudrait qu’un souverain très puissant fût presque entièrement insensé, ou pour refuser d’y entrer, ou pour vouloir la détruire, s’il y était entré. Mais il faudrait que le prince moins puissant fût encore plus insensé, si ce désir entrait dans son cœur. Or ce degré de folie, qui sera rare dans un, sera absolument impossible, quand il faudra, pour ruiner l’Union, que dix-huit, c’est-à-dire que les trois quarts des souverains votants en soient tous attaqués en même temps.

§ 497

4o [•] Les voix des moins puissants ne sauraient jamais rien ôter au plus puissant de son territoire, ni des droits dont il est en possession, puisque ce sont choses fixes, et qu’il faudrait pour cela un consentement unanime, et par conséquent il faudrait le consentement de ce plus puissant lui-même, qui ne le donnera pas, s’il croit qu’on lui ôterait quelque chose du sien. Voilà ce qui regarde l’intérieur de son État ; et à l’égard du commerce étranger, les dix-huit voix des moins puissants ne sauraient non plus rien statuer que leurs règlements ne soient égaux et réciproques pour toutes les nations ; autrement il leur faudrait non seulement les dix-huit ou les trois quarts des voix, mais encore toutes les voix. Or si tous les règlements sont égaux pour toutes les nations, quel tort peut en souffrir le commerce des sujets de ce souverain très puissant ? Et puis les moins puissants ne se feraient-ils pas autant de tort à eux-mêmes ? Le plus puissant n’a donc jamais rien à craindre d’eux, ni pour lui, ni pour ses sujets.

§ 498

5o Il est certain que si les [•] vingt-quatre souverains de l’Union étaient tous égaux, ou presque égaux en puissance, comme le proposait Henri le Grand, la société serait encore bien plus solide. Or que faisons-nous en égalant le moins puissant au plus puissant du côté des suffrages et du nombre de troupes qu’ils doivent conserver durant la paix ? Que faisons-nous, dis-je, que de les approcher, autant qu’il est possible, de cette égalité de puissance pour nuire, et pour faire du mal, sans rien changer cependant à leur inégalité de puissance, pour faire du bien, et sans rien diminuer de l’étendue de la souveraineté du plus puissant, ni de la grandeur de ses richesses, ni de la distinction que lui donnent tous ces avantages sur les autres souverains ; en un mot en cédant le pouvoir de faire du mal, il ne cédera rien de réel, rien d’estimable, rien que ce que les idolâtres révèrent dans le démon, et il acquiert en échange l’établissement d’une société permanente qui lui procure à lui et aux siens des avantages inestimables. Ces considérations me persuadent qu’aucun souverain n’aura de peine à convenir de l’article suivant.

ARTICLE IX

§ 499

[•]Il y aura dans le Sénat d’Europe vingt-quatre sénateurs ou députés des souverains unis, ni plus ni moins : savoir, France, Espagne, Angleterre, Hollande, Savoie, Portugal, Bavière et associés, Venise, Gênes et associés, Florence et associés, Suisses et associés, Lorraine et associés, Suède, Danemark, Pologne, pape, Moscovie, Autriche, Courlande et associés, Prusse, Saxe, Palatin et associés, Hambourg et associés, archevêques électeurs et associés. Chaque député n’aura qu’une voix.

Éclaircissement

§ 500

[•]Je doute qu’après avoir tourné et retourné la chose de toutes les manières possibles, on puisse jamais se dispenser de convenir de cet article ou de quelque chose d’équivalent, si l’on veut parvenir à l’établissement de la société européenne. Personne n’y perd ; tout le monde y gagne, ou si quelqu’un semble y perdre quelque chose d’un côté, il y gagne réellement de l’autre cent fois, mille fois davantage.

§ 501

[•]Vingt-quatre voix est un nombre assez grand pour rendre toutes cabales contre l’intérêt de l’Union très difficiles à pratiquer, et d’un autre côté il n’est pas trop grand pour apporter de l’embarras dans les délibérations et dans les résolutions du Sénat.

§ 502

[•]Il m’a paru que plusieurs lecteurs avaient été choqués dans la troisième ébauche de ce que je proposais de donner des députés sénateurs aux souverains mahométans118 ; ainsi je ne propose pour eux que des résidents119 à la ville de paix, pour entretenir les articles du traité de commerce et d’association que l’on fera avec eux pour la continuation de la paix ; et comme ce seront à peu près les mêmes articles que ceux dont les souverains chrétiens seront convenus entre eux, la chose sous un nom différent aura le même effet que ce que j’avais proposé. Ils ne seront point membres de l’Union avec la prérogative d’arbitres. Ils n’en seront que les associés avec l’avantage d’en avoir toute la protection. Nous en tirerons eux et nous tout le solide, qui est une sûreté suffisante et une sécurité parfaite, et apparemment qu’ils ne demanderont pas mieux que d’être dispensés de faire entrer leurs résidents dans les assemblées de nos députés, et qu’ils seront fort éloignés d’insister sur cet article.

ARTICLE X

§ 503

[•]Les membres et les associés de l’Union contribueront aux frais de la société et aux subsides pour la sûreté à proportion chacun de leurs revenus et des richesses de leurs peuples, et les contingents de chacun seront réglés d’abord par provision120 à la pluralité, et ensuite aux trois quarts des voix, après que les commissaires de l’Union auront pris sur cela dans chaque État les instructions et les éclaircissements nécessaires ; et si quelqu’un avait trop payé par provision, il lui en sera fait raison dans la suite en principal et intérêt par ceux qui auraient trop peu payé. Les souverains moins puissants et associés pour former une voix alterneront pour la nomination de leur député à proportion de leurs contingents.

Éclaircissement

§ 504

[•]Rien n’est plus équitable que chacun contribue à proportion de son pouvoir, et par conséquent à proportion de son revenu ; et que le plus riche paie le plus, puisqu’il profite le plus de la perpétuité de la paix, soit par le retranchement de la dépense de la guerre, soit par l’augmentation du commerce, soit par tous les autres avantages de cette perpétuité.

§ 505

[•]Je n’ai point fait de différence dans la contribution entre les membres et les associés, c’est-à-dire entre les chrétiens et les mahométans : c’est que les uns tirent à proportion autant d’avantages que les autres de la perpétuité de la paix.

§ 506

[•]Je dis qu’il est à propos que le plus puissant paie plus d’argent que le moins puissant, en cas que l’Union fût obligée d’entreprendre une guerre. Mais je dirai ailleurs qu’à l’égard du nombre de soldats, il n’est pas à propos qu’il y en ait plus d’une nation que d’une autre ; de sorte que si le roi de France est obligé de fournir vingt-quatre mille Français, le roi de Portugal sera obligé de fournir vingt-quatre mille Portugais, le duc de Lorraine vingt-quatre mille Lorrains, ces Lorrains et ces Portugais ne seront pas entretenus par la solde du Portugal seule, de la Lorraine seule : ce sera par la solde de l’Union, c’est-à-dire de l’argent que fourniront au trésorier de l’Union les souverains les plus puissants ; ainsi il n’y en aura peut-être pas la huitième partie à la solde du Portugal ou de la Lorraine.

§ 507

[•]Comme les commissaires de l’Union ne pourront pas de plus de cinq ou six ans être informés au juste des revenus et des charges de chaque souverain et de son État, et qu’il est cependant nécessaire de régler quelque chose incessamment sur ces contingents, il paraît indispensable de faire présentement ce règlement à la pluralité des voix, après que chaque souverain aura donné à l’assemblée un mémoire du revenu de l’État et de ses charges. Mais il est juste que ce règlement provisionnel ne puisse nuire à personne, et qu’après les vérifications des revenus et des charges, on rende à celui qui aura trop payé les avances qu’il aura pu faire pour ceux qui n’auront pas assez payé, et qu’il n’y perde pas même l’intérêt des deniers.

ARTICLE XI

§ 508

[•]Quand le Sénat délibérera sur quelque chose de pressant et de provisoire pour la sûreté de la société, ou pour prévenir ou apaiser quelque sédition, la question pourra se décider à la pluralité des voix pour la provision121, et avant que de délibérer, on commencera par décider à la pluralité si la matière est provisoire.

Éclaircissement

§ 509

[•]Ce que j’appelle matière provisoire, ce sont les choses qui regardent le salut ou un grand avantage de la société en général, et auxquelles il faut donner ordre sans retardement pour éviter la perte qui arriverait par un plus long délai. Telles sont aussi les mesures qu’il faut prendre pour prévenir ou pour éteindre une révolte, une sédition, pour régler quelque article de commerce, de contribution, pour nommer des commissaires, pour assister au Conseil de la régence d’un souverain mineur, pour y maintenir l’ordre et y conserver l’union des membres, et pour d’autres cas encore plus importants.

ARTICLE XII

§ 510

[•]On ne changera jamais rien aux onze articles fondamentaux ci-dessus exprimés sans le consentement unanime de tous les membres ; mais à l’égard des autres articles, la société pourra toujours aux trois quarts des voix y ajouter ou y retrancher pour l’utilité commune ce qu’elle jugera à propos.

Éclaircissement

§ 511

[•]Ce douzième article n’est pas moins fondamental que les onze autres, puisque lui seul leur donne toute leur stabilité. Aussi ces douze articles étant une fois accordés et passés entre tous les souverains, on peut dire qu’ils sont d’accord de tous les autres, puisqu’ils sont demeurés d’accord d’un moyen facile et infaillible de régler tout le reste, ou par la pluralité pour la provision122, ou par les trois quarts des suffrages pour la définitive.

§ 512

[•]Je crois avoir montré que ces douze articles seront des moyens suffisants pour former la société, pour la rendre suffisamment puissante et suffisamment intéressée à faire exécuter les traités que feront les souverains, et les règlements qu’ils rendront par leurs députés, malgré la résistance, la ruse, la force et la folle ambition d’un ou plusieurs princes qui, pour troubler la paix, voudraient rompre les liens de cette société.

§ 513

[•]1o On ne peut pas craindre que la société ne soit assez puissante pour éloigner de tout souverain tout espoir de lui résister, puisque par le premier article elle doit embrasser tous les États d’Europe.

§ 514

[•]2o On ne peut pas craindre, ni que les États républicains, ni que les monarchiques s’affaiblissent par des divisions et par des guerres intestines, puisque par le second et le troisième article, l’Union tient des secours suffisants tout prêts pour calmer les séditions et punir les séditieux.

§ 515

[•]3o On ne peut pas craindre que le désir d’agrandir son territoire cause dorénavant des guerres, ni qu’il se trouve aucun souverain qui, venant à hériter de nouvelles monarchies, pût mettre le reste de l’Europe aux fers, puisque par le quatrième et cinquième article tous renoncent à toute sorte d’agrandissement de territoire, à quelque titre que ce soit, conquête, vente, donation, élection, succession, soumission volontaire ou autre droit.

§ 516

[•]4o On ne peut pas craindre qu’aucun souverain puisse jamais faire revivre aucunes prétentions de quelque nature qu’elles puissent être, puisque par le quatrième article tous y renoncent, tous se les abandonnent mutuellement, et s’en tiennent réciproquement quittes.

§ 517

[•]5o On ne peut pas craindre que les affaires du commerce soient des causes de guerre, puisque par le septième article les souverains conviennent qu’ils en régleront tous les articles à la pluralité pour la provision123, et aux trois quarts des voix pour la définitive ; et qu’à l’égard des procès entre négociants ou autres particuliers de différentes nations, ils seront décidés suivant ces règlements par les juges des chambres de commerce.

§ 518

[•]6o On ne peut pas craindre que les articles des traités futurs ne soient point exécutés, puisque d’un côté par le quatrième article, l’Union sera garante de tous ces traités, et que s’il se trouvait quelques contestations pour l’intelligence des termes de ces traités, la société par le huitième article en demeure l’arbitre, aussi bien que de tous les différends personnels ; de sorte que si elle ne vient pas à bout de les concilier par ses médiateurs, elle les finira sûrement sans guerre par ses jugements.

§ 519

[•]7o On ne peut pas craindre que l’opiniâtreté d’un seul souverain suffise pour empêcher la formation de la société, puisque par le même huitième article il serait déclaré ennemi de tous les autres, et son État mis au ban de l’Europe.

§ 520

[•]8o On ne peut pas craindre que les articles fondamentaux ne soient toujours ponctuellement exécutés, puisque les mêmes avantages et les mêmes motifs expliqués dans le Discours précédent, qui auront suffi pour déterminer les souverains à en convenir, subsisteront toujours, et suffiront toujours pour déterminer les souverains futurs à les exécuter. Mais quand même il arriverait qu’un jour quelque jeune prince étourdi et follement ambitieux voudrait rompre les liens de cette société, la crainte qu’il aura d’être bientôt infailliblement détrôné suffira pour le déterminer à l’exécution de tous ces articles, et les souverains conviennent de la peine du détrônement dans le huitième article.

§ 521

[•]9o On ne peut pas craindre que cinq des plus puissants souverains se liguent pour rompre un jour la société, et pour envahir les États des dix-neuf autres ; il faudrait qu’ils devinssent tous en même temps assez fous pour renoncer pour jamais aux avantages immenses de la paix perpétuelle, pour se fier à la parole les uns des autres, et pour ne demander autre sûreté que cette parole dans une affaire où il y va de tout pour eux, et dans le temps même qu’aucun d’eux n’a nul scrupule de manquer non seulement à sa parole et à ses serments, mais encore aux engagements les plus solennels. Or il n’y a personne qui ne voie qu’un pareil degré de folie n’est point à craindre, quand il faut qu’il soit inutile, et qu’il saisisse en même temps cinq souverains de mœurs fort différentes, d’intérêts fort opposés, et naturellement défiants et jaloux les uns des autres.

§ 522

[•]10o On ne peut pas craindre que les souverains trouvent de la difficulté à régler les autres articles importants pour la sûreté de la société, puisque d’un côté le nombre des suffrages sera réglé par l’article neuvième, et que de l’autre on sera convenu par l’onzième article de régler tous ces articles à la pluralité pour la provision124, et aux trois quarts des voix pour la définitive.

§ 523

[•]11o On ne peut pas craindre qu’il se rencontre des difficultés insurmontables pour régler les contingents puisqu’elles se trouveront tout d’un coup toutes levées si l’on convient de l’article dixième.

§ 524

[•]12o Enfin aucun souverain n’a à craindre qu’on lui ôte jamais rien de ce qu’il possède, puisque par l’article douzième tous les autres souverains s’en interdisent le pouvoir, à moins que lui-même n’y consente. Ainsi l’espérance et la sûreté de s’enrichir par la continuation de la paix lui restent dans leur entier, sans aucun mélange de crainte.

§ 525

[•]Qu’on me dise donc présentement par quel moyen, après un pareil traité signé, la guerre pourrait désormais rentrer en Europe. Ainsi il ne me reste plus qu’à conclure que la société européenne, telle que j’en viens de proposer les articles fondamentaux, procurera à tous les souverains chrétiens sûreté suffisante de la perpétuité de la paix, et au-dedans et au-dehors de leurs États : et c’est la proposition que je m’étais proposé de démontrer dans ce Discours.

§ 526

[•]Dans une affaire de cette importance il ne suffit pas d’avoir indiqué les articles fondamentaux, il me semble que je ne dois rien négliger pour rendre cet établissement de plus en plus solide et facile dans l’exécution ; c’est ce qui m’a obligé de ramasser dans la seconde partie de ce Discours plusieurs vues importantes que j’ai disposées aussi en forme d’articles, pour la commodité de ceux qui voudront examiner l’ouvrage, et surtout pour diminuer la peine des ministres qui voudraient s’en servir comme d’un échafaudage pour construire eux-mêmes l’édifice de la paix perpétuelle, c’est-à-dire pour former les véritables articles dont les souverains pourraient convenir, afin de parvenir à un but si utile et si glorieux.

ARTICLES IMPORTANTS [•]

§ 527

[•]La principale différence entre les articles fondamentaux et les articles importants, c’est que l’on ne changera jamais rien aux premiers, si ce n’est du consentement unanime de tous les membres, au lieu que l’on pourra toujours changer quelque chose aux articles importants aux trois quarts des suffrages. Je suis persuadé même que l’on pourra peu à peu augmenter le nombre des articles fondamentaux quand on pourra en convenir d’une voix unanime. Mais quant à présent les douze précédents m’ont paru suffisants pour l’établissement de la société européenne. Il ne me reste qu’à convenir du moins par provision125 à la pluralité des voix des choses les plus pressées : et c’est le sujet des articles suivants.

ARTICLE I

§ 528

[•]Le Sénat demeurera composé d’un des députés de chacun des souverains votants qui auront signé le traité des douze articles ci-dessus, et dans la suite leur nombre sera augmenté d’un député de chacun des autres souverains, à mesure qu’ils le signeront, et l’assemblée du Sénat se tiendra par provision à Utrecht.

Éclaircissement

§ 529

[•]Je propose Utrecht pour la ville de l’assemblée : je ne la propose cependant que par provision126, parce que je ne suis pas sûr que l’on ne puisse en trouver une autre qui à tout prendre convienne plus à l’Union ; mais à dire le vrai, je n’en connais point présentement qui rassemble tant d’avantages pour la préférence.

§ 530

1o Une ville de Hollande me paraît préférable, en ce que les Hollandais sont de tous les peuples de la Terre ceux qui font le commerce le plus fréquent et le plus étendu [•]. Et après tout la ville de paix peut-elle jamais être mieux placée qu’au milieu du peuple le plus paisible de tous les peuples, et le plus intéressé de tous à la conservation de la paix ?

§ 531

[•]2o Si elle était au milieu d’une monarchie ou frontière de deux monarchies, elle serait moins libre, et le congrès aurait plus à craindre d’être dissipé en un moment par la crainte d’un monarque turbulent et insensé.

§ 532

[•]3o Il faut aux sénateurs un climat laborieux, je veux dire, tel qu’il permette un grand travail : car enfin de leur application et de leur assiduité au travail dépend la tranquillité de l’Europe et du reste de la Terre. Or dans les pays chauds, l’esprit, comme le corps, est affaibli et épuisé une grande partie de l’année, et surtout pendant le jour.

§ 533

[•]4o Dans les climats froids on est rarement affligé de la peste, qui fait déserter avec raison les principaux habitants des villes127 ; et il faut, s’il est possible, que les sénateurs ne puissent que rarement avoir des raisons pour abandonner une ville de laquelle vient par leur canal le bonheur de toutes les autres villes du monde.

§ 534

[•]5o Entre toutes les villes de Hollande, Utrecht semble préférable aux autres. Elle est une de celles où les eaux sont les meilleures et où l’air est le plus sain.

§ 535

[•]6o Utrecht peut être commodément fortifié ; on peut même aisément y faire une nouvelle enceinte, où seraient les palais des sénateurs, les magasins et les citadelles.

§ 536

[•]7o Le reste des places de Hollande qui l’environne lui sert comme d’un premier rempart qui met la ville en toute sûreté contre la violence et la surprise. Il faut faire en sorte que la sagesse qui produit tant de biens soit à couvert des insultes de la folie qui cause tant de maux.

§ 537

[•]8o Utrecht n’est éloigné d’Amsterdam que de dix lieues que l’on peut faire commodément par divers canaux. Or Amsterdam est le plus grand marché de l’univers, où l’on trouve en abondance toutes les commodités de la vie et des nouvelles perpétuelles de toutes les parties du monde, toutes choses fort désirables et aux sénateurs et aux princes dont le commerce est fort étendu.

§ 538

[•]9o Il est à propos que le territoire de la ville de paix ait quelque étendue, soit pour les maisons de campagne des sénateurs, soit pour avoir un peuple suffisamment nombreux, afin que l’on y puisse choisir d’excellents sujets propres aux emplois de la république de paix : or le petit territoire de la république d’Utrecht suffira pour cela, et peut ainsi demeurer uni à sa ville capitale pour former le territoire de la république européenne.

§ 539

[•]10o C’est un préjugé pour mes raisons que les souverains aient déjà choisi cette ville pour les conférences de la paix ; mais c’est une nouvelle raison considérable que presque tous les souverains d’Europe y aient déjà actuellement leurs députés tous assemblés128.

§ 540

[•]11o Il n’y a point de nation chrétienne où l’on trouve, soit parmi les savants, soit parmi le peuple, une plus grande disposition à tolérer les autres religions que la nation hollandaise. On ne peut pas disconvenir que le tolérantisme129 ne soit une qualité estimable dans une fausse religion, puisque tolérer comme citoyens ceux qui ont le bonheur d’être les véritables fidèles, c’est avoir un procédé honnête, et ce n’est pas un médiocre avantage pour la ville de la paix que le peuple et les magistrats soient la plupart disposés à tolérer avec bonté et humanité ceux mêmes dont ils sont regardés comme hérétiques130.

§ 541

[•]Or il est difficile, peut-être même n’est-il pas possible de rencontrer tant d’avantages convenables à un petit État où s’assembleront les États généraux de l’Europe, de trouver tant de choses nécessaires à une ville qui doit être le centre de toutes les villes, la ville de toutes les nations et de tous les souverains.

§ 542

[•]Les six autres provinces de Hollande ne seront pas affaiblies par la désunion qu’elles souffriront de la petite province d’Utrecht, puisque cette désunion leur procure une union incomparablement plus puissante et plus solide ; et à l’égard des sujets de cette province, soit ceux qui y exercent des emplois, soit ceux qui n’en ont point, profiteront au double à tous les égards (comme on verra dans la suite) à recevoir pour souverains de leur territoire les membres du Sénat européen. Ainsi ce serait le plus grand avantage que puissent jamais recevoir les habitants de cette souveraineté, de devenir nécessaires à toutes les souverainetés de la Terre, et d’être, pour ainsi dire, les ministres perpétuels de la paix universelle.

ARTICLE II

§ 543

[•]Le Sénat, pour entretenir une correspondance perpétuelle avec tous les membres de la société, et pour les délivrer de tout sujet de crainte et de défiance les uns des autres, entretiendra toujours non seulement un ambassadeur chez chacun d’eux, mais encore un résident131 par chaque grande province de deux millions de sujets.

§ 544

Les résidents demeureront dans les villes capitales de ces provinces, pour être témoins perpétuels et irréprochables à l’égard des autres souverains, que le prince dans l’État duquel ils résident, ne pense qu’à entretenir la paix et la tranquillité.

§ 545

[•]Ces ambassadeurs et ces résidents seront pris d’entre les habitants naturels du territoire de la ville de paix, ou naturalisés dans ce même territoire.

§ 546

Chaque souverain facilitera, autant qu’il sera en son pouvoir, toutes les informations [•] des choses qui seront dans les instructions des résidents, et il ordonnera à ses ministres et à ses autres officiers de leur donner sur toutes leurs demandes tous les éclaircissements qu’ils désireront pour la sûreté et la tranquillité publique, afin qu’ils puissent en rendre compte tous les mois au Sénat et à l’ambassadeur du Sénat.

§ 547

[•]Les résidents seront du nombre des commissaires132 que le Sénat enverra pour vérifier le mémoire des revenus et des charges du souverain et de son État, afin de régler son contingent pour la définitive.

Éclaircissement

§ 548

[•]1o Le but du Discours précédent était de faire souhaiter qu’il pût se trouver sûreté suffisante pour rendre la guerre impossible ; le but de celui-ci, c’est d’indiquer les moyens propres pour parvenir à cette sûreté. Or entre ces moyens il me semble qu’un des plus importants, c’est de faire en sorte qu’un souverain ne puisse surprendre son voisin par un armement grand et subit ; et que peut-on imaginer de plus convenable pour cet effet que d’établir des résidents sur les frontières, et dans le milieu des États des souverains les plus puissants et les plus redoutables, pour veiller et pour avertir tout ce qui aura apparence d’enrôlements, d’amas d’armes et de munitions ? Et afin d’être plus sûr de cet avertissement, rien n’est plus convenable que de commettre à ces emplois des personnes indépendantes du souverain, qui ont leurs parents et leur établissement dans le territoire de la paix, et qui sont d’autant plus incorruptibles que leur honneur et leur intérêt conspirent à leur faire faire leur devoir avec la plus grande exactitude ; car enfin que deviendraient tous les sujets du territoire de la ville de paix, si l’Union venait à se rompre ? Quelle différence pour leur fortune ?

§ 549

2o Il y a longtemps que les princes, comme les particuliers, sont accoutumés à ne point regarder comme offenses les sûretés qu’on leur demande, les précautions que l’on prend avec eux pour leur faire observer leurs promesses. En effet, quand ils se promettent de licencier leurs troupes, d’évacuer les places, d’en raser d’autres, n’ont-ils pas le soin d’envoyer des commissaires tant d’un côté que d’autre, pour voir si les choses s’exécutent de la manière dont elles ont été promises ? Il y a longtemps qu’ils sont accoutumés à ne point trouver mauvais que chacun prenne ses sûretés ; parce qu’il leur est permis de même de prendre les leurs, les otages, les stipulations, que tels souverains seront garants de l’exécution des promesses réciproques, et plusieurs autres semblables précautions qu’ils ont coutume de prendre les uns contre les autres dans leurs traités : que sont-ce autre chose que des témoignages authentiques qu’on est en droit de part et d’autre, tant pour son intérêt particulier que pour l’intérêt de son peuple, de ne se pas fier à une simple parole, à une simple promesse par écrit, quand on peut y ajouter de plus grandes sûretés ? D’ailleurs un prince a toujours à dire : Je ne me défie pas de votre probité, de votre bonne foi, de votre exactitude à tenir votre parole, à exécuter votre promesse ; mais vous n’êtes pas immortel, et vous qui vivez aujourd’hui, vous pouvez mourir demain ou du moins avant que vous ayez pu exécuter ce que vous avez promis ; que sais-je de quel caractère sera votre successeur, et quel sera son Conseil ?

§ 550

3o Que font les résidents dans les provinces d’un souverain ? Trois choses très avantageuses pour lui. La première, ils sont témoins perpétuels et irréprochables envers les princes unis de sa bonne foi, de sa bonne volonté et de sa bonne conduite pour la conservation de la paix. La seconde, ils le rendent sûr qu’il ne se pratique rien contre lui dans les États voisins. La troisième, ils augmentent son autorité sur ses sujets en les faisant souvenir perpétuellement des grandes forces de l’Union prêtes à accabler tous ceux qui voudraient se soulever contre leur souverain. Ainsi ces officiers lui assurent la souveraineté à l’égard des invasions étrangères, en prenant toutes sortes de précautions contre la guerre entre les souverains, et augmentent en même temps son autorité à l’égard de ses peuples, en éloignant de leurs esprits toute espérance d’impunité dans leur désobéissance.

§ 551

4o L’Union est inutile si on ne la regarde pas comme un établissement inaltérable et éternel, et si chacun la signant n’y voit pas une sûreté parfaite. Or quelle sûreté, si un prince peut faire faire secrètement des enrôlements et créer des officiers sous d’autres prétextes ? Et qui l’en empêchera, si l’Union n’a pas chez lui des résidents ? Que s’il n’a aucun dessein semblable, qui rendra témoignage qu’il demeure en repos, et qui l’assurera lui-même qu’aucun de ses voisins ne songe à le trouver et à envahir ses États ?

§ 552

5o Si les autres ont des résidents chez vous, vous en avez chez les autres : si vous regardez ces témoins de paix comme nécessaires chez les autres pour vous instruire de ce qui s’y passe, ne devez-vous pas, pour les engager à recevoir chez eux ces mêmes témoins de paix pour votre sûreté, les recevoir vous-même tout le premier chez vous, pour procurer à vos voisins pareille tranquillité ? Voulez-vous qu’on ôte aux autres le pouvoir de vous tromper, de vous surprendre et de vous nuire ? Ils y consentent, pourvu que vous vous ôtiez en même temps le pouvoir de les tromper, de les surprendre et de leur nuire. Comme l’Union n’a d’autre but, d’autre intérêt, que de tenir tout le monde en paix, on ne la saurait rendre trop durable, et elle ne saurait prendre trop de précautions contre les perturbateurs du repos public.

§ 553

6o Si tous les résidents font bien leur fonction, si chaque souverain leur donne librement et volontiers les facilités de la bien faire, il est donc évident que cette précaution met encore aux environs de chaque État comme une espèce de nouvelle fortification très considérable, pour empêcher toutes sortes d’invasions ; et qu’y a-t-il de plus équitable qu’un souverain qui désire, ou qui demande aux autres souverains toutes sortes d’éclaircissements pour n’avoir point à les redouter, leur donne aussi pareille satisfaction en la personne des officiers de l’Union, afin que de leur côté ils n’aient aucun sujet de le redouter ? N’est-ce pas une première loi d’équité, de ne pas refuser aux autres pour leur sûreté ce que nous ne voudrions qu’ils nous refusassent pour la nôtre ?

§ 554

7o De deux choses l’une : ou le prince qui refuse de consentir à l’établissement des résidents de l’Union veut s’ôter le pouvoir de la renverser et d’envahir les États voisins, ou il ne veut pas se priver de ce pouvoir ; s’il ne le veut pas, qu’y a-t-il de plus odieux qu’un voisin qui veut envahir tous les autres ? Mais s’il veut sincèrement se dépouiller de ce pouvoir, pourquoi ne veut-il pas donner une preuve incontestable de sa bonne foi et de sa sincérité ?

§ 555

8o Que font en désarmant en même temps les princes qui font entre eux une paix de quelques années ? Ils s’ôtent pour quelques années, par ce désarmement réciproque, le pouvoir de se faire la guerre. Or il s’agit ici de faire une paix inaltérable ; il est donc absolument nécessaire, puisqu’ils la veulent inaltérable, qu’ils s’ôtent tous, chacun de leur côté, tout pouvoir de se faire jamais la guerre, si ce n’est lorsqu’un d’eux sera déclaré ennemi de l’Union européenne.

ARTICLE III [•]

§ 556

Quand l’Union emploiera des troupes contre son ennemi, il n’y aura point un plus grand nombre de soldats d’une nation que d’une autre ; mais pour faciliter aux souverains moins puissants la levée et l’entretien d’un grand nombre de troupes, l’Union leur fournira les deniers nécessaires, et ces deniers seront fournis au trésorier de l’Union par les souverains plus puissants qui fourniront en argent le surplus de leur contingent extraordinaire.

§ 557

Si quelque membre de l’Union ne fournissait pas à temps son contingent extraordinaire en troupes ou argent, l’Union empruntera, fera les avances, et se fera rembourser avec les intérêts de l’emprunt ou du prêt par le souverain qui serait en défaut.

§ 558

En temps de paix, après que tous les souverains auront signé, le plus puissant n’entretiendra pas plus de troupes de sa nation que le moins puissant, ce qui sera réglé [•] pour le moins puissant qui a suffrage entier à six mille hommes ; mais un souverain fort puissant pourra du consentement de l’Union emprunter et entretenir à ses frais dans son État d’autres troupes pour ses garnisons, et pour prévenir les séditions, pourvu que ce soient tous soldats et officiers étrangers, et ni ces officiers ni ces soldats ne pourront, sur peine d’être cassés, acquérir aucune rente, aucun fonds, se marier ailleurs que dans le pays de leur naissance.

Éclaircissement

§ 559

Pour ôter toute crainte aux souverains moins puissants, et toute tentation aux souverains plus puissants, rien n’est plus simple que de convenir que dans les guerres qu’aura l’Union, le nombre des troupes d’un souverain sera égal au nombre de troupes de tout autre souverain, par exemple, que lorsque la France fournira [•] vingt-quatre mille hommes, le duc de Savoie en fournira autant, aidé par l’argent de l’Union qu’aura fourni la France ; de cette manière l’égalité qui se trouvera entre les troupes du plus puissant et les troupes du moins puissant fera la sûreté, et produira la confiance réciproque des nations unies.

§ 560

[•]Si le duc de Lorraine entretient six mille hommes dans la plus profonde paix, le roi de France en pourra entretenir trente mille ; mais parmi ces trente mille, il n’y aura que six mille Français, et il pourra y avoir six mille Lorrains, six mille Piémontais, six mille Suisses, etc.

ARTICLE IV

§ 561

Après que les princes unis auront déclaré la guerre à un souverain, si une de ses provinces se révolte en faveur de l’Union, cette province demeurera démembrée, et elle sera gouvernée en forme de république ou donnée en souveraineté à celui des princes du sang que cette province aura choisi pour son chef, ou au général de l’Union.

§ 562

Le ministre, le général ou autre officier de l’ennemi qui se retirera, ou chez un souverain membre de l’Union, ou dans le territoire de l’Union, y sera protégé par le Sénat, qui lui fournira pendant la guerre un revenu pareil à celui qu’il possédait dans son pays, et la paix ne se fera point que l’Union ne soit remboursée de ce qu’elle lui aura fourni, et jusqu’à ce que l’ennemi réconcilié ait fourni à l’Union la valeur des biens que le réfugié a dans son pays, afin qu’il puisse choisir ailleurs son habitation.

§ 563

Deux cents des principaux ministres ou officiers de l’ennemi qui ne se seront pas retirés en pays étranger au commencement de la guerre seront livrés à l’Union et punis de mort ou de prison perpétuelle, comme perturbateurs de la paix de la commune patrie.

Éclaircissement

§ 564

La grande crainte qu’aura un souverain ambitieux d’être déclaré ennemi de l’Union, s’il voulait s’en séparer, est une grande sûreté pour la durée de l’Union et de la paix. Ainsi on ne saurait trop agrandir son danger, pour agrandir sa crainte. Il faut donc par les règlements faire en sorte d’un côté que ce qu’il aura à craindre soit très considérable ; et de l’autre, qu’il ne puisse se flatter d’aucune espérance d’éviter ce qu’il a à craindre. Au reste il n’est pas à propos de le détrôner entièrement ; il vaut beaucoup mieux le dépouiller d’une partie de ses États, et le laisser aux autres souverains, comme un exemple vivant et perpétuel de ce que doivent craindre ceux qui voudraient suivre ses traces. Il est de même utile qu’il puisse craindre, s’il est déclaré ennemi, que quelqu’une de ses provinces ne se révolte, et que quelque prince ou quelque grand de son État, mécontent du gouvernement, n’aide au soulèvement, et ne se mette à la tête des révoltés, dans l’espérance d’une aussi grande récompense que celle de devenir souverain : espérance d’autant mieux fondée que la souveraineté sera promise par l’Union, qui sera sûrement le parti victorieux.

§ 565

Il est sage d’ouvrir une porte aux gens de bien qui sont dans un État ennemi, pour en sortir sans rien risquer de leurs biens.

§ 566

Il est juste de punir de mort ou de prison perpétuelle des ministres et des officiers à qui il est libre de ne point servir [•] contre leur commune patrie, c’est-à-dire contre la société européenne, et qui pouvant se retirer, sans risquer leur fortune, se jettent néanmoins dans une guerre criminelle contre l’Union, pour troubler la paix universelle : ils doivent donc être traités comme ennemis et perturbateurs du repos public ; ainsi il est visible que le prince qui délibérerait s’il se ferait déclarer ennemi de l’Union, ou en sera détourné par son Conseil, ou craindra d’être abandonné de la plus saine partie de ses ministres et de ses officiers, et cette crainte sera pour lui un sentiment salutaire qui le retiendra malgré lui dans ses vrais intérêts.

ARTICLE V [•]

§ 567

L’Union donnera des récompenses utiles et honorables à celui qui découvrira quelque chose d’une conspiration contre ses intérêts, et cette récompense sera dix fois plus forte que celle que le dénonciateur aurait pu espérer en demeurant dans la conspiration.

Éclaircissement [•]

§ 568

Rien n’est plus important que de rendre impossibles les conspirations contre l’Union : or c’est les rendre impossibles que d’en rendre le secret impossible ; et n’est-ce pas rendre ce secret impossible que d’ôter aux conspirateurs l’intérêt de rester dans la conspiration, et de leur donner un grand motif pour la découvrir.

ARTICLE VI

§ 569

Pour augmenter la sûreté de l’Union, les souverains, les princes du sang et cinquante des principaux officiers et ministres de leur État renouvelleront tous les ans au même jour dans leur capitale, en présence de l’ambassadeur et des résidents de l’Union et de tout le peuple, leurs serments, selon les formules dont on conviendra, et jureront de contribuer de tout leur pouvoir à maintenir l’union générale, et à faire exécuter ponctuellement ses règlements, pour rendre la paix inaltérable.

Éclaircissement

§ 570

Par une ancienne formule, les souverains dans les traités de paix déclaraient qu’ils renonçaient à rien faire de contraire au traité, et que s’ils y contrevenaient, ils consentaient que leurs sujets demeurassent dispensés envers eux d’obéissance et de fidélité.

ARTICLE VII

§ 571

Comme il y a beaucoup de terres en Amérique et ailleurs qui ne sont habitées que de sauvages, et qu’il est à propos que les souverains d’Europe qui y ont des établissements aient dans ce pays-là des bornes certaines, évidentes et immuables de leur territoire [•], pour éviter les sujets de la guerre, l’Union nommera des commissaires133 qui travailleront sur les lieux à l’éclaircissement de ces limites, et sur leur rapport, elle en fera la décision aux trois quarts des voix.

Éclaircissement

§ 572

Ces terres si éloignées, incultes, inhabitées sont de peu d’importance, mais il ne faut, s’il est possible, rien laisser à partager entre les souverains ; il faut leur ôter tout sujet de division ; et il sera d’autant plus facile de réussir présentement à ce partage que ces pays ne sont jusqu’ici que d’une très petite utilité à chaque souverain, et qu’ils y dépensent plus qu’ils n’en retirent. On peut même dire que quoiqu’il puisse y avoir quelque profit à faire pour quelques pauvres familles qui peuvent aller s’y établir, c’est une porte ouverte pour faire déserter peu à peu le bas peuple d’un État : or c’est une perte considérable pour le commerce, quand ceux qui doivent trafiquer ensemble se trouvent dispersés et fort éloignés les uns des autres, et le commerce n’est jamais plus grand, plus fréquent, plus riche dans un État que lorsque le peuple en est plus rassemblé, témoin les provinces de Hollande et de Zélande. Le feu chevalier Petty anglais134 a démontré sensiblement cette opinion, et il en concluait que les établissements de sa nation en Amérique, en Irlande même, et dans les montagnes d’Écosse devraient être abandonnés [•], pour en rassembler le peuple en Angleterre, et que cette transmigration enrichirait infiniment davantage les particuliers et le royaume.

§ 573

[•]Il y a une espèce d’événement qui arrive dans chaque siècle, et qui, si l’Union ne le prévoit, pourrait causer quelques troubles dans quelques États : c’est lorsque les maisons souveraines viennent à s’éteindre, et lorsqu’il n’y a point d’héritiers, ni mâles ni femelles, habiles à succéder. Or par le traité d’Union cette incapacité de succéder pourrait encore devenir plus fréquente, à cause de l’article qui rend non seulement deux souverainetés incompatibles en la personne d’un souverain, mais encore par un autre article qui déclare qu’aucun prince de maison souveraine, quoiqu’il ne soit pas lui-même souverain, ne pourra posséder d’autre souveraineté que celle ou quelqu’une de celles qui sont actuellement dans sa maison.

ARTICLE VIII [•]

§ 574

Lorsque dans un État membre de l’Union, il ne restera plus personne habile à succéder au souverain régnant, l’Union, pour prévenir les troubles de cet État, réglera, et s’il se peut, de concert avec le souverain, quel doit être son successeur, mais toujours sous la condition qu’il ne laisse point d’enfants ; et comme il peut mourir de mort subite, l’Union ne perdra point de temps ou à désigner le successeur, ou à régler le gouvernement en république, en cas que le souverain ne veuille point de successeur.

Éclaircissement [•]

§ 575

[•]On voit assez de quelle importance est cet article pour prévenir les malheurs des guerres civiles ; peut-être même que ce souverain aimera mieux assurer à son État un gouvernement républicain que de se voir désigner un successeur ; et alors l’Union par ses commissaires disposera toutes choses, afin qu’à la mort du souverain tout se puisse exécuter à peu près sur la forme que l’Union aura réglée.

§ 576

Tels sont les articles les plus importants, dont les souverains, qui les premiers signeront les articles fondamentaux, peuvent encore convenir par provision135 ; et en attendant que tous les autres signent les fondamentaux, j’espère que ni dans les uns, ni dans les autres on ne trouvera rien que d’équitable et de très conforme aux intérêts communs de la société [•] : et après tout que demande-t-on au souverain à qui l’on propose de signer le traité d’Union ? Qu’il souffre que les autres jouissent toujours paisiblement de tout le territoire qu’ils possèdent actuellement ; qu’il renonce à toutes sortes de prétentions sur ce territoire, et qu’il donne des sûretés suffisantes de cette renonciation, à condition que les autres souverains souffriront que lui et les siens jouissent toujours tranquillement de tout le territoire dont il est actuellement possesseur, qu’ils renonceront tous pour toujours à toutes sortes de prétentions sur son territoire, et qu’ils lui donneront des sûretés suffisantes de leur renonciation.

§ 577

Que lui demande-t-on ? Que pour la sûreté de ses voisins il licencie ses troupes, à l’exception du contingent, qu’il renonce au funeste pouvoir de prendre les armes contre aucun, à moins qu’il ne soit déclaré ennemi de l’Union, et qu’il délivre une bonne fois ses voisins de la crainte d’être jamais envahis, ni par lui, ni par ses successeurs, en permettant aux résidents de l’Union de rendre aux autres témoignage de sa bonne conduite pour le maintien de la paix, à condition que pour sa sûreté ses voisins licencieront en même temps leurs troupes, à l’exception de leur contingent, qu’ils renonceront au pouvoir de prendre jamais les armes contre lui, à moins que cessant de vouloir entretenir l’Union, ils n’en soient déclarés ennemis, et qu’ils le délivreront pour toujours lui et sa postérité de pareilles craintes et de pareilles inquiétudes, en permettant de leur côté à ces résidents de lui rendre un témoignage assuré de leur bonne conduite pour la conservation du repos public.

§ 578

Que lui demande-t-on ? Que dans l’impossibilité où sont les souverains, comme les autres hommes qui ont quelque démêlé, ou quelque chose à partager, de se faire jamais une justice dont ils soient tous également contents, de convenir que ses pareils soient les arbitres des démêlés qu’il pourra avoir dans la suite avec ses voisins, à condition qu’il sera en même temps arbitre des différends qu’ils pourront avoir entre eux.

§ 579

Que lui demande-t-on ? Que ses sujets dans leurs demandes contre les sujets des autres souverains soient jugés par des juges éclairés, équitables, choisis par l’Union, à condition que les sujets des autres souverains dans leurs demandes contre les siens seront jugés par les mêmes juges.

§ 580

Que lui demande-t-on ? Un contingent d’argent proportionné à ses richesses, qui serve à maintenir l’Union, et à mettre ainsi tous les autres souverains en sûreté contre son inconstance et celle de ses successeurs, à condition qu’ils donneront un contingent proportionné pour le mettre en sûreté, lui et sa postérité, contre l’inconstance des autres souverains présents et futurs.

§ 581

Que lui demande-t-on enfin ? Qu’il s’impose pour la tranquillité des autres et de leurs successeurs les mêmes lois, les mêmes conditions qu’il souhaiterait qu’ils s’imposassent eux-mêmes pour lui procurer à lui et à ses descendants une tranquillité parfaite.

§ 582

Toutes ces demandes ne sont-elles pas fondées sur cette première loi d’équité naturelle, dont toutes les autres lois justes dérivent comme de leur source : Ne faites point contre les autres ce que vous ne voudriez pas qu’ils fissent contre vous, si vous étiez à leur place, et qu’ils fussent à la vôtre ? Tous ces articles sont-ils autre chose, à proprement parler, que des explications, que des conséquences évidentes de cette première loi ? Or [•] qui ne sait qu’il n’y a que les traités où règne l’équité qui soient durables ? Qui ne sait que ceux qui gouvernent les États, soit républicains, soit monarchiques, sont fortement intéressés pour leur propre sûreté, pour leur propre félicité, à suivre toujours l’équité.

§ 583

[•]Il me paraît donc que pour achever ce Discours, je n’ai plus qu’à rapprocher les propositions que je crois avoir démontrées dans le Discours précédent et dans celui-ci.

§ 584

[•]Si la société européenne peut procurer à tous les souverains chrétiens sûreté suffisante de la perpétuité de la paix au-dedans et au-dehors de leurs États, il n’y a aucun d’eux pour qui il n’y ait beaucoup plus d’avantages à signer les articles proposés pour l’établissement de cette société qu’à ne les pas signer.

§ 585

[•]Or la société européenne, telle qu’on peut la former par les douze articles fondamentaux que l’on vient de proposer, peut procurer à tous les souverains chrétiens sûreté suffisante de la perpétuité de la paix au-dedans et au-dehors de leurs États.

§ 586

[•]Donc il n’y a aucun d’eux pour qui il n’y ait beaucoup plus d’avantages à signer ces douze articles pour l’établissement de cette société qu’à ne les pas signer. Et c’est tout ce que je me suis proposé de montrer dans cet ouvrage.

§ 587

[•]Au reste, il me semble que s’il y a pour tous les souverains chrétiens de si grands avantages à signer ces douze articles fondamentaux, ou d’autres articles équivalents pour l’établissement de la société européenne, il est comme impossible que si ce projet vient à la connaissance des vingt-quatre principaux souverains d’Europe, il n’y en ait pas au moins deux qui les signent ; qu’il est comme impossible qu’avec le temps ces deux ne persuadent pas un troisième ; qu’il est comme impossible qu’avec le temps ces trois ne viennent pas à bout de persuader un quatrième ; qu’ainsi il est impossible que cette société ne croisse avec le temps, et qu’elle ne prenne enfin avant un demi-siècle son accroissement total, et son entier affermissement.

§ 588

[•]Mais il est temps de montrer qu’en quelque état que soient les affaires d’Europe, la proposition de ce projet doit faire plaisir à tous les souverains ; et c’est ce que je vais faire voir en peu de pages dans le Discours suivant.

CINQUIÈME DISCOURS [•]

PROPOSITION À DÉMONTRER
Si ce projet est proposé à des souverains durant la guerre, il facilitera la paix.
S’il leur est proposé durant les conférences de la paix, il en facilitera la conclusion.
S’il leur est proposé après la paix conclue, il en procurera la durée.

§ 589

J’embrasse (ce me semble) tous les temps où l’on peut leur proposer ce projet, et si dans tous les temps il doit leur être très avantageux, on ne saurait jamais mal prendre son temps pour leur en donner connaissance.

§ 590

Quant à la preuve de la première partie de la proposition, il n’est pas difficile de la tirer de ce qui a été démontré dans le troisième Discours. Il est certain qu’au commencement de la plupart des guerres, il y a un souverain ou une ligue qui demande et qui attaque, et un souverain ou une ligue qui se contente de se défendre et qui ne demande rien ; mais dès que la guerre est commencée, celui-là même qui ne demandait rien d’abord commence à devenir demandeur lui-même, à cause des dépenses qu’il a faites et des dommages qu’il a soufferts. Ainsi chacun demande, ou sa prétention en entier, ou partie de sa prétention dans l’impossibilité d’avoir le total, ou un équivalent à ses prétentions.

§ 591

La prétention, quelque considérable qu’elle soit en elle-même, diminue de valeur à proportion qu’il en doit plus coûter pour l’obtenir, et à proportion qu’il y a moins de certitude du succès de la guerre ; et il y a telle prétention qui, à cause de ces deux inconvénients, quelque grande qu’elle soit, ne peut être comptée pour rien ou presque pour rien.

§ 592

Ainsi on peut dire que les équivalents pour ceux qui sont en guerre varient de valeur selon les succès présents et selon les conjonctures qui ne sont pas fort éloignées, et qui, selon les apparences, doivent bientôt arriver. Je sais bien que les meilleurs esprits avec des intentions fort équitables, quelque bien instruits qu’ils soient de l’état des affaires de chacun des prétendants, ont bien de la peine à peser juste la valeur de ces prétentions, et par conséquent la valeur de l’équivalent que l’un doit offrir, et que l’autre doit accepter.

§ 593

Il en est à peu près de même des hasards de la guerre que des hasards du jeu. Il est difficile, quand une partie de trictrac est commencée entre deux joueurs à peu près également habiles, de déterminer précisément la valeur de celui qui a, par exemple, sept trous contre cinq, onze contre deux ; mais enfin on peut en approcher, et en quelque état que soit la partie, on peut offrir à celui qui a l’avantage un équivalent à cet avantage ; et si on lui offre un peu plus, il doit l’accepter s’il connaît ses intérêts.

§ 594

Mais heureusement pour le succès du projet nous n’avons pas besoin que ceux à qui je viens offrir des équivalents pour leurs prétentions sachent si précisément la valeur de ces prétentions ; il suffit qu’ils voient que les avantages qu’ils tireraient de la paix, pourvu qu’on trouvât le moyen de la rendre perpétuelle, et que les choses demeurassent toujours en l’état qu’elles sont, que ces avantages (dis-je) sont beaucoup plus grands que leurs prétentions mêmes ; qu’ainsi en signant un traité de paix perpétuelle, c’est comme si leur ennemi leur promettait de les rembourser et au-delà une somme très considérable tous les ans, non seulement pendant les dix premières années de la paix, mais encore pendant toutes les années que la paix durera ; et ce remboursement est d’autant plus sûr que chacun le tirera soi-même, et de l’épargne de la dépense, et de la continuation du commerce, et des autres sources intarissables que j’ai indiquées dans le troisième Discours ; et que vous importe que ce remboursement vienne d’une somme que vous apportera votre ennemi, ou qu’il vienne d’un trésor qu’il vous découvre chez vous, et dont vous ne sauriez profiter sans sa permission, sans son consentement, c’est-à-dire s’il ne consent à l’inaltérabilité de la paix, et aux moyens de former pour cet effet un établissement qui doit durer à jamais.

§ 595

Si quelques-uns des alliés ne sont entrés en guerre que pour obtenir des sûretés de la durée de leur gouvernement et de leur commerce, ceux-là trouveront dans le projet les sûretés qu’ils cherchent inutilement dans la guerre ; ainsi non seulement ils seront portés vers la paix, pourvu qu’elle soit faite à condition qu’elle sera inaltérable, mais ils serviront encore merveilleusement à y porter leur allié, et en lui faisant envisager qu’il ne doit pas disputer sur le plus ou sur le moins de conditions, pourvu qu’il puisse commencer à jouir du trésor inépuisable de la paix perpétuelle.

§ 596

Quant à la seconde partie de la proposition, la preuve en est encore plus évidente, puisque les parties n’entrent guère en conférence de paix que lorsque de part et d’autre elles commencent à se lasser de la guerre, et à se rapprocher sur les conditions de paix. Or n’est-il pas certain que quand les prétentions de part et d’autre sont diminuées, les équivalents qu’on peut leur proposer et qu’ils accepteraient peuvent être de moindre valeur qu’au milieu ou au commencement de la guerre ; et cependant ces équivalents que leur propose ce projet sont également considérables : ce seront les quinze avantages qui forment tout le troisième Discours. Or s’il y eût jamais des équivalents infiniment plus avantageux que les prétentions, ce sont certainement ceux-là ; de sorte que l’on peut dire que dès qu’ils seront proposés dans les conférences, on ne disputera plus de part et d’autre sur le plus ou le moins, ou bien l’on disputera avec bien moins de chaleur, et chacun de son côté se hâtera de contribuer à une prompte et utile conclusion.

§ 597

À l’égard de la troisième partie de la proposition, il semblerait d’abord que le temps le plus propre pour faire agréer le projet, ce serait le temps d’une profonde paix ; mais j’en juge tout différemment, on ne sent jamais mieux tous les maux de la guerre que lorsqu’elle a duré plusieurs années, et l’on ne sent jamais mieux tous les avantages de la paix que lorsqu’il y a longtemps que l’on en est privé. D’ailleurs la plupart des souverains ont eu le loisir de former des désirs de nourrir des prétentions les uns contre les autres ; quelques-uns même d’entre eux se souviennent d’avoir à la dernière paix, ou plutôt à la dernière trêve, cédé malgré eux des places qu’ils croient leur appartenir. Ainsi on peut dire que cette apparence de paix n’est réellement qu’une véritable préparation à la guerre, et pour être sourde et cachée, elle n’en est pas moins réelle, elle n’en est même que plus à craindre.

§ 598

Cependant il me semble que malgré ces dispositions des souverains à prendre les armes, si ce projet vient à leur connaissance, ils commenceront à regarder la paix comme plus importante, les frais de la guerre comme un mal certain, les succès comme plus douteux ; ils commenceront à supputer ce que leur pourra réellement produire l’inaltérabilité de la paix ; et s’ils viennent une fois à supputation, les avantages sont si évidents, ils sont en si grand nombre, ils sont si considérables, ils sont si présents, qu’il n’est pas possible que, soit d’eux-mêmes, soit à la sollicitation de leurs ministres, de leurs alliés et de leurs sujets, ils ne se déterminent à prendre pour équivalent avantageux de toutes leurs prétentions le système de la paix perpétuelle.

§ 599

Ainsi il me semble que le lecteur est en état de voir que si ce projet est proposé à des souverains durant la guerre, il facilitera la paix.

§ 600

Que s’il leur est proposé durant les conférences de la paix, il en facilitera la conclusion.

§ 601

Et que s’il leur est proposé après la paix conclue, il en procurera la durée ; et c’est ce que j’avais entrepris de démontrer.


1.Jacques le Pacifique, 1712, 348 p.
2.Cette version est composée de sept Discours, trois de plus que la précédente. L’auteur a ajouté trente-neuf Objections et réponses aux trente et une contenues dans la troisième version et des lettres insérées à la fin du deuxième tome.
3.Sur la généalogie, la famille et la carrière de l’abbé de Saint-Pierre, voir Documentation, Autobiographie, Annales de Saint-Pierre.
4.Il s’agit du Mémoire sur la réparation des chemins, paru en 1708 : voir Chemins, § 260.
5.Substantif non attesté dans les dictionnaires contemporains, utilisé par Théodore Agrippa d’Aubigné dans son Histoire Universelle (Paris, Librairie Renouard, 1897, t. IX, 1594-1602, liv. XIV, chap. 28, p. 267), il est formé sur le verbe fourrager, désignant l’action des troupes qui ravagent la campagne pour approvisionner leurs chevaux.
6.Le projet de paix attribué au roi Henri IV a été développé dans les Mémoires des sages et royales Économies d’État, monument à la gloire de son ministre, Maximilien de Béthune, duc de Sully (Amstelredam [Sully-sur-Loire], [J. Bouquet], s.d. [1638]) ; voir plus bas, § 183 ; Hardouin de Péréfixe de Beaumont (1606-1671), évêque de Rodez, précepteur du roi Louis XIV, écrivit une Histoire du roy Henry le Grand (Amsterdam, Elzevier, 1661) dans laquelle il reprend l’exposition du projet : voir plus bas, § 188 ; sur la construction du mythe de Sully et du « Grand Dessein », voir Laurent Avezou, Sully à travers l’histoire. Les avatars d’un mythe politique, Paris, École nationale des Chartes (Mémoires et documents de l'École des Chartes ; 58), 2001, p. 166-172.
7.Faire toucher au doigt et à l’œil : « faire voir et toucher sensiblement la chose » (Furetière, 1690, art. « Doigt »).
8.Le traité de Vervins, conclu le 2 mai 1598, mettait fin aux ambitions de l’Espagne dans le nord de la France pendant les guerres de religion : Philippe II d’Espagne rendait à la France les places prises en Picardie ; Cambrai et le Charolais, dont la France s’était emparée, lui étaient restitués.
9.La mise au ban de l’Empire (Reichsacht) est une décision juridique et un instrument exécutif du Saint-Empire par lequel l’un des tribunaux d’Empire fait d’un membre de cet Empire (individu, territoire, communauté) un ennemi public et l’exclut ainsi des règles habituelles du système juridique du Saint-Empire. Celui qui est mis au ban ne dispose alors plus des droits qui sont habituellement reconnus à chacun : la Paix publique perpétuelle (Ewiger Landfrieden) peut alors être rompue contre lui, il peut être pourchassé par tout un chacun, ses biens doivent être confisqués, et le soutenir devient également un crime ; voir l’article « Reichsacht » dans : « Les mots du Saint-Empire » – un glossaire, F. Bretschneider et C. Duhamelle (dir.), http://saintempire.hypotheses.org/publications/glossaire/reichsacht.
10.Le dernier représentant de la branche des Habsbourg d’Autriche, Charles VI, élu empereur en 1711 après la mort de son frère Joseph Ier qui ne laisse pas de descendance, édicte dès 1713 la Pragmatique Sanction pour assurer à sa fille la succession de ses États.
11.Roi d’Espagne sous le nom de Charles Ier, le monarque devient Charles V (« Quint ») comme empereur.
12.La Diète d’Empire de Worms, en 1495, reprend une loi de l’empereur Maximilien du 7 août 1495 qui établit la paix dans l’Empire et interdit la « guerre privée » (Fehde) sous peine de mise au ban de l’Empire. La création de la Chambre de justice Impériale en 1495 et du Conseil impérial aulique en 1498 favorise une conversion juridique des conflits entre immédiats (individus ou collectivités qui, dans l’Empire, ne relèvent d’aucun autre seigneur ou pouvoir que de l’empereur lui-même). En dépit de quelques conflits armés après 1495, la Paix publique perpétuelle fut dans l’ensemble respectée, empêchant les territoires puissants de s’agrandir par la force aux dépens de leurs voisins plus faibles : voir l’article « Ewiger Landfrieden » dans : « Les mots du Saint-Empire » – un glossaire, F. Bretschneider et C. Duhamelle (dir.), http://saintempire.hypotheses.org/publications/glossaire/ewiger-landfrieden.
13.La confédération helvétique, formée en 1627, avait pour institution principale une Diète, assemblée des députés des treize cantons. Ses compétences concernaient l’assistance et l’arbitrage prévus par les pactes d’alliance, le gouvernement des bailliages communs et la conclusion des traités internationaux. Ses pouvoirs décisionnels étaient faibles puisque les décisions ne pouvaient être prises qu’à l’unanimité ; voir Dictionnaire historique de la Suisse, version du 19/08/2015, art. « Diète fédérale », en ligne.
14.Belgique s’emploie à l’époque comme adjectif pour désigner le territoire des Pays-Bas espagnols. Après l’indépendance des Provinces-Unies, il constitue une confédération de provinces, chacune gardant ses lois et coutumes propres, élément d’un vaste « Empire » dirigé par le roi d’Espagne. Des États généraux défendent, avec plus ou moins de succès, une relative indépendance locale ; voir Thomas Corneille, Dictionnaire universel, géographique et historique, Paris, Coignard, 1708, t. III, art. « Pays-Bas » ; Henri Pirenne, Histoire de Belgique, Bruxelles, H. Lamartin, 1902, t. V, p. 113-114.
15.Les cercles d’Empire (Reichskreise), créés dans le cadre de la Réforme de l’Empire lors de la Diète d’Augsbourg en 1500 ont été organisés selon le modèle des diètes (Kreistage – diètes de Cercle), en se réunissant dans des assemblées formées par les représentants des territoires et villes appartenant au Cercle concerné et convoquées par un « prince convoquant » (kreisausschreibender Fürst) ; voir l’article « Kreis (Reichs-, Ritter-, etc.) » dans : « Les mots du Saint-Empire » – un glossaire, F. Bretschneider et C. Duhamelle (dir.), https://saintempire.hypotheses.org/publications/glossaire/kreis-reichs-ritter-etc.
16.Le Reichsregiment (traduit ici par « régence ») désigne deux brèves tentatives d’introduction d’une instance permanente de gouvernement dans l’Empire sous Maximilien Ier (1500-1502), et Charles-Quint (1521-1531). Ces projets prennent place dans le contexte de la Réforme de l’Empire et de la définition respective du pouvoir de l’empereur, des princes et des Cercles : voir l’article « Reichsregiment » dans : « Les mots du Saint-Empire » – un glossaire, F. Bretschneider et C. Duhamelle (dir.), http://saintempire.hypotheses.org/publications/glossaire/reichsregiment.
17.La Diète d’Empire (Reichstag) est la rencontre des États d’Empire avec l’empereur. D’abord épisodiquement réunie dans diverses villes d’Empire, elle devient permanente en 1663, à Ratisbonne. Elle est alors composée uniquement de représentants des États et du commissaire principal de l’empereur et s’ouvre sur une « proposition » de ce dernier ; voir l’article « Reichstag » dans : « Les mots du Saint-Empire » – un glossaire, F. Bretschneider et C. Duhamelle (dir.), http://saintempire.hypotheses.org/publications/glossaire/reichstag.
18.Avec le traité de Münster signé le 6 août 1648 entre le Saint-Empire romain germanique et le royaume de France, qui mit fin à la guerre de Trente Ans (1618-1648), l’empereur perdit le droit de mener la politique extérieure de l’Empire. Celle-ci était désormais soumise à l’accord du Reichstag (Diète d’Empire).
19.La Chambre de justice Impériale (Reichskammergericht) créée en 1495, était composée d’un juge de la Chambre (Kammerrichter), nommé par l’empereur parmi les princes d’Empire jusqu’à la fin du XVIIe siècle, de présidents et d’assesseurs désignés par les États d’Empire, selon une répartition complexe et variable. Le tribunal était compétent pour tous les conflits entre immédiats. Il était instance d’appel suprême et jugeait les conflits confessionnels. Enfin, tout sujet de l’Empire pouvait saisir le tribunal s’il s’estimait victime d’un déni de justice de la part de son autorité territoriale (sauf pour les affaires de justice pénale). La Chambre siégea longtemps à Spire avant d’être transférée à Wetzlar en 1690. La concurrence entre la Chambre de justice Impériale et le Conseil impérial aulique avait contribué à compliquer les procès. L’exécution des décisions dépendant de la bonne volonté des territoires était inégale. Les querelles sur le financement et sur la révision des procès par la Diète d’Empire ont fréquemment entraîné un déficit d’effectifs, voire des périodes d’inactivité. Malgré ces limites, la Chambre de justice Impériale a joué un rôle majeur dans le maintien de la Paix publique perpétuelle : voir l’article « Reichkammergericht » dans : « Les mots du Saint-Empire » – un glossaire, F. Bretschneider et C. Duhamelle (dir.), http://saintempire.hypotheses.org/publications/glossaire/Reichkammergericht.
20.Le Conseil impérial aulique (Reichshofrat) fut créé par l’empereur après la Chambre de justice Impériale, en 1498, et possédait la même compétence. Il était intégralement nommé par l’empereur et siégeait dans sa ville de résidence, le plus souvent Vienne. Les deux juridictions impériales illustrent le dualisme entre l’Empire et son monarque électif. Le Conseil impérial aulique souligne le maintien, voire l’accroissement après 1648 du poids de l’empereur dans au moins une partie de l’Allemagne ; voir l’article « Reichshofrat » dans : « Les mots du Saint-Empire » – un glossaire, F. Bretschneider et C. Duhamelle (dir.), http://saintempire.hypotheses.org/publications/glossaire/Reichshofrat.
21.Jean II Casimir Vasa (Jan Kazimierz Waza) régna sur la Pologne de 1648 à 1668. Durant son règne, la Pologne perdit de grandes parties de son territoire par ses combats contre la Russie, la Suède, les Tatars et l’Ukraine. Choisissant l’exil après l’abdication, Jean II Casimir se retira en France.
22.Dominé par l’Espagne à partir de 1580, le Portugal subit, dans ses intérêts coloniaux et commerciaux, les effets des guerres de cette puissance contre les Provinces-Unies. Avec l’aide de la France, la révolution de 1640 place Jean IV, duc de Bragance, sur le trône et l’Espagne, à la suite d’un long conflit, reconnaît l’indépendance du Portugal en 1668. L’épisode a été relaté par l’abbé de Vertot, ami de Castel de Saint-Pierre, dans Histoire de la conjuration de Portugal (Paris, Vve Martin, J. Boudot et E. Martin, 1689).
23.Dans la république des Provinces-Unies, la souveraineté était exercée par les États généraux, formés de délégués des différentes provinces, dans le cadre des institutions créées par l’Union d’Utrecht de 1579. Le secrétaire des États de chaque province, chef de l’administration provinciale, avait le titre de Pensionnaire. Les stathouders, chefs militaires, étaient chargés de l’armée. La maison d’Orange-Nassau avait tenté d’établir son monopole sur cette fonction. Grand-pensionnaires et stathouders s’opposèrent, avec des éclipses provisoires du stathoudérat qui fut supprimé en 1702 à la mort de Guillaume III, roi d’Angleterre, d’Irlande et d’Écosse, issu de cette maison, premier prince à recevoir le stathoudérat général et héréditaire sur l’ensemble de la république des Provinces-Unies.
25.Voir § 12.
26.Le Saint-Empire romain est attesté vers le XIIe siècle mais la Réforme de l’Empire commence en 1495 avec la Diète de Worms.
27.Voir le passage de la Vie de Solon de Plutarque (Vies des hommes illustres, grecs et romains, comparées l’une avec l’autre, par Plutarque de Chaeronée, translatées premièrement de grec en français par maistre Jaques Amyot, Paris, Michel de Vascosan, 1565, f. 59v ; Plutarque, Vies parallèles, F. Hartog (éd.), Paris, Gallimard (Quarto), 2001, XV, 1, p. 210).
28.Les Amphictyons sont assimilés, à l’époque où écrit l’abbé de Saint-Pierre, à des États généraux de la Grèce, ou « tribunal commun », selon une expression empruntée à Eschine ; l’assemblée était composée de deux députés de chaque peuple membre. Ils s’avérèrent impuissants face aux peuples rebelles et à Philippe de Macédoine : voir Jean de Tourreil, traducteur de Démosthène, dans ses Remarques sur la Harangue touchant la paix (1691) (Œuvres, Paris, Brunet, 1721, t. II, p. 332-335).
29.Le traité de Vervins, conclu le 2 mai 1598, mettait fin aux ambitions de l’Espagne dans le nord de la France pendant les guerres de religion : Philippe II d’Espagne rendait à la France les places prises en Picardie ; Cambrai et le Charolais, dont la France s’était emparée, lui étaient restitués.
30.Les notes de l’auteur renvoient à une édition en deux volumes in-folio des Mémoires ou économies royales d’État domestiques, politiques et militaires de Henri le Grand de Maximilien de Béthune, duc de Sully. Les mémoires de Sully n’ont pas été rédigés par lui-même ; ils sont l’œuvre de ses secrétaires. L’édition, en 1640, de la première partie des mémoires, dite édition aux trois V verts ou « de 1638 », fut imprimée clandestinement dans le château de Sully, (Amstelredam [Au Château de Sully], Alethinosgraphe de Clearetimelee et Graphexechon de Pistariste, s.d., BNF FOL-LB35-56, 1 et 2), contrefaite à Rouen en 1649, à Amsterdam en 1654. La seconde partie ne fut donnée au public qu’en 1662 par les soins de Jean Le Laboureur et parut à Paris, chez Augustin Courbé, comportant deux autres volumes, que l’abbé de Saint-Pierre utilisera dans la troisième partie de son Projet de paix (Paix 3, § 783). Sur le projet d’une confédération des États européens, voir Sully, Mémoires des sages et royales oeconomies d’estat…, dans : Nouvelle Collection des mémoires pour servir à l’histoire de France, 2e série, Paris, éditeur du Commentaire analytique du Code civil, t. III, 1837, p. 150-154.
31.Voir Sully, Mémoires des sages et royales oeconomies d’estat…, dans : Nouvelle Collection des mémoires pour servir à l’histoire de France, 2e série, Paris, éditeur du Commentaire analytique du Code civil, t. III, 1837, p. 429.
32.Voir Sully, Mémoires des sages et royales oeconomies d’estat…, dans : Nouvelle Collection des mémoires pour servir à l’histoire de France, 2e série, Paris, éditeur du Commentaire analytique du Code civil, 1837, t. III, p. 215.
33.Cette rumeur est rapportée et démentie par le P. Lelong dans sa Bibliothèque historique de la France (Paris, Osmont, 1719, p. 445) qui renvoie son lecteur à l’Abrégé chronologique de l’Histoire de France de Mézeray (Amsterdam, Antoine Schelte, 3e partie, 1696, t. VI) pour mesurer les différences dans l’agencement des faits et le style.
34.Histoire du roi Henri le Grand composée par Messire Hardouin de Péréfixe […] (Amsterdam, Anthoine Michiels, 1661, 612 p.). L’auteur, sur le « Grand Dessein » de Henri IV, renvoie aux Mémoires de Sully ; voir dans : Nouvelle Collection des mémoires pour servir à l’histoire de France, 2e série, Paris, éditeur du Commentaire analytique du Code civil, 1837, t. III, p. 562).
35.L’expression se trouve dans L’Histoire du roi […] de Péréfixe, p. 561.
36.Cette précision ne se trouve pas chez Péréfixe, qui parle seulement de « donner tout le fruit des entreprises sur les Infidèles » aux potentats chrétiens (p. 563).
37.Ce paragraphe en italiques, comme ceux qui suivent, est une citation approximative de l’Histoire du roi Henri le Grand composée par Messire Hardouin de Péréfixe […], (Amsterdam, Anthoine Michiels, 1661, pagination indiquée dans les notes de l’auteur)
38.L’électorat de Bavière a été créé en 1623.
39.Il n’est pas question, chez Péréfixe, à cet endroit, d’une approbation de la reine d’Angleterre en 1601, mentionnée en revanche dans : Sully, Mémoires des sages et royales oeconomies d’estat…, voir dans Nouvelle Collection des mémoires pour servir à l’histoire de France, 2e série, Paris, éditeur du Commentaire analytique du Code civil, 1837, t. III, p. 327
40.Sur les raisons de suspecter ce témoignage, voir, « Sully instigateur de sa propre légende », dans : Laurent Avezou, Sully à travers l’histoire. Les avatars d’un mythe politique, Paris, École nationale des Chartes (Mémoires et documents de l'École des Chartes ; 58), 2001, p. 31 et suiv. Hyacinthe Robillard d’Avrigny (1675-1719), procureur de l’ordre des jésuites à Alençon, avait mis en doute le Grand Dessein d’Henri IV dans ses Mémoires pour servir à l’histoire universelle de l’Europe depuis 1600 jusqu’en 1716 (Paris, Vve Mazières et J.-B. Garnier, 1724-1725, t. I, p. 105-114). L’ouvrage parut à titre posthume plus de dix ans après les affirmations de l’abbé de Saint-Pierre qui a pu connaître cependant le point de vue de l’historien jésuite de son vivant. Le scepticisme de Voltaire s’appuiera sur ces Mémoires (voir l’introduction des Réflexions sur l’Anti-Machiavel, § 5, note 11).
41.Voir la note plus haut, § 183.
42.L’« histoire des Césars » désigne, ou bien la Vie des douze Césars de Suétone, ou bien le Livre des Césars d’Aurélius Victor, qui contiennent l’histoire des premiers empereurs romains d’Auguste. Hérodien (II-IIIe s. ap. J.-C.) est l’auteur d’une Histoire de l’Empire depuis la mort de Marc-Aurèle.
43.Mehmed (« Mahomet ») II, dit « le Conquérant » (1432 ?-1481), fit tomber Constantinople (1453) et, avec la ville, l’Empire romain d’Orient.
44.L’expression monarchie universelle employée en 1711 est remplacée presque systématiquement dans la version suivante rédigée en 1712 par monarchie de l’Europe (voir l’exception dans un discours d’objection prêté à un détracteur, Paix 2, § 71 et dans la référence à la Pax Romana, Paix 2, § 166). C’est peut-être le souci de se démarquer d’un thème récurrent de la littérature pamphlétaire dénonçant, après les ambitions de Charles Quint en Europe, la politique belliqueuse de Louis XIV à la fin du XVIIe siècle, qui conduit l’auteur à cette substitution ; voir Pierre Bonnet, « La "Monarchie Universelle" de Louis XIV : une notion clé de la pensée politique, de Campanella à Montesquieu », Littératures classiques, no 76, 2011/3, p. 133-146.
45.Voir plus haut, § 251.
46.Contrairement à la monarchie française qui appliquait la loi salique imposant la succession au trône uniquement par ligne masculine, la tradition espagnole permettait la transmission du pouvoir monarchique aux filles - comme ce fut le cas pour Isabelle la Catholique. Philippe V d’Espagne risquait alors de voir sa branche, à une ou deux générations de distance, privée de ses droits à la fois sur le trône de France et sur le trône d’Espagne. En 1713, il imposera à l’Espagne un système semi-salique, qui donnait priorité à sa descendance mâle, tout en prévoyant que, dans l’éventualité de l’extinction de cette branche, le trône passerait à la femme la plus proche.
47.La mort sans descendance de Charles II d’Espagne en 1700 déclenche la guerre de Succession d’Espagne, environ cent cinquante ans après la mort de Charles Quint en 1558.
48.Il s’agit de l’empereur Xunchi en 1642 (Martino Martini, Histoire de la guerre des Tartares contre la Chine, Paris, J. Henault, 1654, p. 80-81).
49.La régente Anne d’Autriche était la veuve de Louis XIII, roi de France, frère de Henriette Marie de France, l’épouse de Charles 1er d’Angleterre.
50.Le contenu de ce « Second avantage » a été modifié en 1712 dans le contexte des négociations d’Utrecht.
51.Substituer (terme de droit) : « Appeler quelqu’un à une succession après un autre héritier institué » (Académie, 1718).
52.Dans le cadre des négociations d’Utrecht, le 5 novembre 1712, Philippe V d’Espagne renonce à ses droits sur la couronne de France ; le 15 mars 1713, le duc d’Anjou et Philippe d’Orléans renoncent aux leurs sur la couronne d’Espagne.
54.L’abbé de Saint-Pierre fera paraître en 1725 un Mémoire pour diminuer le nombre de procès (Paris, Cavelier fils, 1725, in-12, 420 p.).
55.L’abbé de Saint-Pierre a envisagé une science du gouvernement permettant de recruter et de promouvoir par la méthode du scrutin : voir Carole Dornier, Histoire du texte, Gouvernement.
56.L’abbé de Saint-Pierre avait entamé avant 1708 une réflexion sur les moyens de nourrir la réflexion des ministres par le recueil et l’examen de mémoires politiques et imaginé la création d’un Conseil de l’examen des Mémoires (Chemins, § 254) ; voir aussi Carole Dornier, Histoire du texte, Gouvernement.
57.Les remèdes à ce défaut d’exécution dans les règlements relatifs à l’entretien des chemins ont été envisagés par l’abbé de Saint-Pierre dans son Mémoire sur les chemins de 1708 : Voir Chemins, Seconde Partie, Sixième considération.
58.L’abbé de Saint-Pierre rédigera en 1725 un mémoire intitulé Préservatifs contre la famine, fruit d’une réflexion probablement très antérieure : voir Carole Dornier et Paul Maneuvrier-Hervieu, Famine, Introduction.
59.Cette allusion à l’importance de l’éducation, y compris celle des filles, est une nouvelle preuve que les projets publiés par l’abbé sur le sujet ont été conçus bien antérieurement à leur date de publication : voir Projet pour perfectionner l’éducation, dans Ouvrages sur divers sujets, Paris, Briasson, 1728, t. I, p. 1-268 ; Projet pour perfectionner l’éducation des filles, dans Œuvres diverses de monsieur l’abbé de Saint-Pierre, Paris, Briasson, 1730, t. II, p. 90-154 ; Observations pour augmenter l’instruction du peuple (voir Instruction du peuple) ; Pour multiplier les maîtres d’école et les sœurs grises (1737) (voir Maîtres d’école).
60.La question fiscale sera traitée par l’abbé de Saint-Pierre dès 1717, dans son Mémoire sur l’établissement de la taille proportionnelle (s.l.n.d.), avant son Projet de taille tarifée publié pour la première fois en 1723 (Paris, P.-F. Émery, Saugrain l’aîné et P. Martin, 1723) ; voir Mireille Touzery, Taille, Introduction.
61.La réputation de « tyran français » de Louis XIV, véhiculée par pamphlets et estampes, suivit la guerre de Hollande, avec les exactions commises en 1672 sur Bodegrave et Swammerdam : voir Pieter Johannes Wilhelmus Van Malssen, Louis XIV d’après les pamphlets répandus en Hollande, Paris/Amsterdam, Nizet/H. J. Paris, 1936. Le sac du Palatinat (1688-1689), conseillé par Louvois et ordonné par le roi, est dénoncé dans toute l’Europe et déploré par la princesse Palatine dont l’abbé devient l’aumônier quatre ans plus tard en 1693 (Lettres de la princesse Palatine, Paris, Mercure de France (Le Temps retrouvé), O. Amiel (éd.), 1981 ; lettres du 20 mars et 14 avril 1689).
62.En 356 av. J.-C. Érostrate aurait mis le feu au temple, considéré comme l’une des sept merveilles du monde, pour se rendre célèbre.
63.Année commune : « En faisant compensation des mauvaises années avec les bonnes » (Académie, 1718, art. « Année »), c’est-à-dire en moyenne.
64.Les impôts indirects étaient perçus sur la consommation du sel (gabelles), les boissons, la circulation des produits (traites, octrois, douanes…), la fabrication de certains biens (marques du fer et de l’acier), les cartes à jouer et le tabac (Dictionnaire de l’Ancien Régime, L. Bély (dir.), Paris, PUF, 1996, art. « Recettes ordinaires »).
65.Ce sera l’objet du Projet pour perfectionner le commerce de France (1733) rédigé à partir d’un dossier ouvert antérieurement : voir Carole Dornier, Commerce, Introduction.
66.Sur le populationnisme de l’abbé, voir Carole Dornier, Célibat, Introduction, § 5.
68.Les recettes ordinaires du budget de l’État sont constituées par les produits du Domaine, par les impôts indirects (voir § 328) et directs (taille, taillon, capitation, dixième) et par le don du clergé (Dictionnaire de l’Ancien Régime, L. Bély (dir.), Paris, PUF, 1996, art. « Recettes ordinaires »).
69.L’extraordinaire, fonds destiné à payer les dépenses de la guerre, était constitué par des ventes d’offices, des rentes, des traités et des prêts. Les financiers avançaient au Trésor des sommes qu’ils récupéraient, augmentées d’un fort intérêt, en prélevant les rentrées fiscales et en empruntant eux-mêmes aux grandes fortunes du royaume. Le rôle des financiers, comme Samuel Bernard, et des prêteurs s’est amplifié au cours de la guerre de Succession d’Espagne.
70.Ce Quinzième Avantage réutilise des matériaux des Quatorzième et Quinzième Avantages de la version de 1712 (A) : « Postérité plus nombreuse et plus durable » et « Maison affermie sur le trône ».
72.Atahualpa (env. 1502-1533), dernier souverain inca, et Moctezuma II ou Montezuma (1466-1520), dernier empereur du Mexique, furent mis à mort, l’un par Pizarre, l’autre par Cortez. Leurs histoires respectives avaient été racontées par Garcilaso de la Vega (Histoire des guerres civiles des Espagnols dans les Indes [1616]) et par Antonio de Solis y Ribadeneyra (Histoire de la conquête du Mexique par Fernand Cortez [1691]).
73.Henri III est poignardé par Jacques Clément le 1er août 1589 et Henri IV par François Ravaillac le 14 mai 1610 ; Charles Ier d’Angleterre est exécuté à l’issue d’un procès le 30 janvier 1649. Ses juges, considérés comme régicides au moment de la Restauration, furent condamnés en 1660 (Edward Hyde comte de Clarendon, Histoire de la rébellion et des guerres civiles d’Angleterre, depuis 1641 jusqu’au rétablissement du roi Charles II, La Haye, L. et H. Van Dole, 1704-1709, t. VI, p. 654).
74.Lors de la bataille d’Alcácer-Quibir (nord du Maroc), appelée d’Oued al-Makhazine par les Marocains, l’armée d’invasion du roi de Portugal, Sébastien, fut vaincue par le sultan Moulay ‘Abd al-Mālik, et le roi tué dans la bataille, le 4 août 1578.
75.Le 16 novembre 1632, durant la guerre de Trente Ans, Gustave Adolphe II, roi de Suède, de la dynastie Vasa, meurt au cours de cet engagement de Lützen (Saxe-Anhalt) qui oppose son armée à des forces de la Ligue catholique dirigées par Albrecht von Wallenstein.
76.Charles Ier de Bourbon (1523-1590), cardinal de Vendôme, fut considéré par la Ligue comme seul héritier du trône de France et proclamé par le duc de Mayenne roi de France sous le nom de Charles X en 1589. Charles II de Bourbon (1562-1594), son neveu, cardinal de Vendôme puis de Bourbon, à l’avènement de Henri IV (1589), fut soutenu par les catholiques hostiles à la Ligue pour se porter candidat à la couronne de France.
77.Le cardinal Henri (1512-1580), dit le « Cardinal-roi », succède à son neveu Sébastien à la mort de celui-ci en 1578 (voir § 340). Sa disparition entraîne un conflit de succession et le roi Philippe II d’Espagne s’empare du Portugal et devient roi de Portugal en 1580 sous le nom de Philippe Ier.
78.La maison de Médicis risquant de s’éteindre, Francesco Maria de Médicis (1660-1711), sur les instances de son frère, le grand-duc Cosme III de Toscane, renonce au cardinalat pour se marier en juillet 1709 ; il meurt sans enfants en 1711.
79.Albert Ier, empereur d’Allemagne à partir de 1298, est assassiné en 1308 par son neveu qui s’appelait Jean de Souabe. Par « Albert II », l’auteur renvoie peut-être au duc d’Autriche et de Styrie surnommé « le Sage » (1298-1330), fils d’Albert Ier et frère de Rodolphe Ier de Habsbourg, dit « le Débonnaire » (1281-1307), duc d’Autriche et roi de Bohême. Durant le siège de Znaïm (Znojmo), Albert IV, duc d’Autriche (1377-1404), fils d’Albert III, meurt subitement, mort parfois attribuée à un empoisonnement par les agents de Procope de Moravie contre lequel il combattait au côté de son oncle Sigismond, roi de Hongrie. Albert V, archiduc d’Autriche, devint empereur sous le nom d’Albert II. Il meurt de dysenterie en 1439 lors d’une offensive contre les Turcs. L’histoire de l’Allemagne est connue en 1712 par les ouvrages de Pufendorf, de Prade, Heiss, Vayrac… : voir Guido Braun, La Connaissance du Saint-Empire en France du baroque aux Lumières 1643-1756, Munich, R. Oldenbourg Verlag, 2010.
80.Ferdinand d’Autriche, dit le « cardinal-infant » (1610 ?-1641) est le frère du roi d’Espagne Philippe IV, dont la mort marque la fin des Habsbourg d’Espagne. Charles d’Autriche, évêque de Breslau (1590-1624), est le frère de l’empereur Ferdinand II, auquel succède son fils sous le nom de Ferdinand III. Le frère de ce dernier, Léopold-Guillaume de Habsbourg (1614-1662), était évêque de Halberstadt, de Magdebourg, d’Olmütz, de Passau, de Breslau et de Strasbourg. C’est en 1657 et non 1647 (erreur dans la composition typographique ?), à la mort de Ferdinand III, que son fils Léopold Ier devient empereur. Il meurt en 1705. Son fils (Joseph Ier) devenu à son tour empereur, meurt en 1711. La « seule tête » de la maison d’Autriche au moment où écrit l’abbé est celle de Charles VI qui fera édicter en 1713 la Pragmatique Sanction pour permettre à ses filles de lui succéder.
81.AT, Proverbes, VIII, 15 ; XVI, 13 ; XXIX, 4, 14 ; II Paralipomènes, IX, 8 ; I Rois (dit aujourd’hui I Samuel) ; XIII, 13 ; II Rois (dit aujourd’hui II Samuel), VIII, 15, 2.
82.Cette idée sera développée dans le Projet pour l’extirpation des corsaires de Barbarie (OPM, 1733, t. II, p. 84-104) sur une idée du frère de l’abbé, le commandeur de Saint-Pierre, lieutenant général de l’Ordre de Malte : les vaisseaux maltais, financés par les nations européennes, deviendraient les gendarmes de la Méditerranée, évitant à la fois les attaques, et les tributs versés aux corsaires d’Afrique du Nord pour s’en prémunir.
85.L’abbé de Saint-Pierre, comme Boisguilbert, considère que la multiplication des échanges est une source d’enrichissement. S’éloignant du mercantilisme de Vauban, il envisage l’intérêt réciproque que les nations ont à commercer entre elles : voir Commerce, § 19.
86.Les raisons du succès commercial de la Hollande ont été développées par William Petty auquel l’abbé fait souvent référence (Political Arithmetic [1676], chap. 1, dans : The Economic Writings of Sir William Petty, Charles Henry Hull (éd.), Cambridge University Press, 1899, vol. 1, p. 255-267) ; dans un dossier ouvert sur le commerce (BPU Neuchâtel, Ms. 158, p. 18), l’abbé mentionne le Traité général du commerce de Samuel Ricard (Amsterdam, P. Marret, 1705), Le Négoce d’Amsterdam de Lemoine de l’Épine (Amsterdam, P. Brunel, 1710).
87.La paresse des Espagnols, attribuée au préjugé aristocratique contre le travail, est un stéréotype de l’époque, relayé par ceux qui opposent la vitalité du commerce anglais et hollandais à la faiblesse du commerce d’Espagne : voir Commerce, § 41.
88.Stéréotype du courage des peuples du Nord, opposé à l’indolence de ceux du Sud, réutilisé dans le Projet pour perfectionner le commerce de France (Commerce, § 46), qu’on trouve en particulier chez Bodin (Les Six Livres de la République, Paris, J. du Puys, 1583, liv. V, chap. 1, p. 670) et qui sera repris dans L’Esprit des lois (XXI, 3) de Montesquieu.
89.Les exemples historiques de Venise et de Gênes, le succès des Provinces-Unies accréditaient l’idée, soutenue en particulier par Josiah Child, que les républiques, au contraire des monarchies, étaient favorables au commerce (New Discourse on trade [1690] ; trad. fr. dans : Traités sur le commerce […], Amsterdam/Berlin/Paris, Neaulme/Guérin/Delatour, 1754, p. 402-403) ; voir aussi Alexandre Le Maître, La Métropolitée, ou de l’établissement des villes capitales […], Amsterdam, B. Boekholt pour J. Van Gorp, 1682, chap. 48, p. 152 et suiv., et chap. 63, p. 191-192 ; sur le rapport entre commerce et typologie des gouvernements chez Montesquieu voir L’Esprit des lois (XX, 10).
90.Dans la deuxième ébauche du Projet, l’Union incluait tous les peuples de la terre (§ 30) ; dans la troisième, les souverains mahométans de la Méditerranée menaçant le commerce ; voir la variante au début de ce paragraphe.
91.Résident : « celui qui est envoyé de la part d'un souverain vers un autre, pour résider auprés de lui, et qui est moins qu'un ambassadeur et qu'un envoyé, et plus qu'un agent » (Académie, 1694, art. « Résident »).
93.Textes contractuels qui définissent les privilèges des princes-électeurs avant l’élection de l’empereur et qu’il est tenu ensuite de ratifier et de respecter ; voir l’article « Capitulation » du Dictionnaire de Trévoux (Paris, F. Delaulne, Foucault et al., 1721, t. I) ; voir l’article « Wahlkapitulation » dans « Les mots du Saint-Empire » – un glossaire, F. Bretschneider et C. Duhamelle (dir.), http://saintempire.hypotheses.org/publications/glossaire/Wahlkapitulation.
94.Pacta conventa : conventions conclues entre un peuple et son roi, qui définissaient les droits et devoirs respectifs des contractants, en usage depuis le Moyen Âge, signées en Pologne (monarchie élective) et en Croatie. En Pologne le pacte contenait la promesse du roi élu de respecter les lois et spécifiait ses engagements personnels dans le domaine des affaires étrangères, des impôts, de la dette publique, des affaires militaires, etc. La signature du pacte était une condition de son accession au trône.
95.L’abbé prône la tolérance et les droits de la conscience errante mais appelle à la répression des troubles à l’ordre public provoqués par les querelles religieuses : sur ces positions, voir Carole Dornier, Contre Bayle, Introduction ; Nicolas Lyon-Caen, Disputes, Introduction ; Carole Dornier, Convulsions, Introduction.
96.Cet article correspond en droit romain à la règle de l’uti possidetis juris (uti possidetis, ita possideatis : « vous posséderez ce que vous possédiez déjà » [nous traduisons]). Les numéros entre parenthèses de cet article renvoient à l’Éclaircissement qui suit.
97.Allusion aux accords de Babylone, par lesquels les généraux d’Alexandre se partagèrent ses territoires après sa mort en 323 ; ce partage et ses conséquences sont évoqués par Diodore de Sicile (Bibliothèque historique, livre XVIII).
98.Distinguo prudent, ajouté en 1712, pour ménager les autorités françaises.
99.Allusion aux banques privées, comme l’Office de Saint-Georges de Gênes, créancières de dirigeants européens.
100.Paragraphe rédigé dans le contexte des négociations entamées en 1711, comportant l’exigence des renonciations, signées fin 1712 et début 1713 : voir § 269, note 52.
101.Par la Pragmatique Sanction édictée le 19 avril 1713, Charles VI de Habsbourg réglait la succession à son propre trône par ordre de primogéniture pour les descendants directs, masculins ou féminins ; par le traité de Rastatt (6 mars 1714) il renonçait à ses prétentions au trône d’Espagne.
102.La Pologne, en réalité République des Deux Nations réunissant la Pologne et la Lituanie, était une monarchie élective encadrée par une diète contrôlée par la noblesse, vulnérable aux influences étrangères.
103.Par provision ou pour la provision : en attendant, à titre provisoire ; voir Furetière, 1690, art. « Provision ».
104.Les numéros entre parenthèses de cet article renvoient à l’Éclaircissement qui suit.
105.Visite : « acte de perquisition qu’on fait, soit des personnes criminelles, soit des choses défendues. On a fait visite dans les magasins des marchands, pour voir s’il n’y avait point de marchandise de contrebande » (Furetière, art. « Visite »).
106.L’abbé a rédigé en 1710 un mémoire sur le commerce dont il a fait un extrait ; il y rapporte les avis de Des Casaux du Hallay, député de Nantes siégeant au Conseil de commerce, contenus dans un mémoire de 1701 : « Plus la liberté est grande, plus le commerce s’étend, plus il croît » (BPU Neuchâtel, Ms R158, p. 11).
110.Les numéros entre parenthèses de cet article renvoient à l’Éclaircissement qui suit.
111.Au moment où écrit l’abbé de Saint-Pierre, Parme et Modène sont des duchés gouvernés l’un par François Farnèse l’autre par Rinaldo d’Este ; le grand-duché de Toscane est gouverné par Cosme III de Médicis ; Bouillon et Monaco sont respectivement un duché et une principauté souverains sous protection militaire française, le premier dirigé par Godefroy-Maurice de la Tour d’Auvergne, la deuxième par Antoine Ier Grimaldi. Malte est gouvernée par l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem (ordre des Hospitaliers) ; Gênes est une république oligarchique dirigée par les nobles qui élisent un doge ; la république de Lucques est une commune indépendante qui a acquis l’immédiateté impériale (immédiats : princes-électeurs, princes et villes libres, qui ne relèvent que de l’empereur lui-même : voir Paix 2, § 24, note 6) ; la république de Raguse (auj. Dubrovnik), indépendante, était tributaire de l’Empire ottoman. Le margraviat de Bade était divisé en deux entités : Bade-Bade (catholique) et Bade-Dourlach (luthérienne) et avait la qualité d’immédiat (voir Paix 3, § 863). Le comté de Salm-en-Vosges, a été séparé en 1598 en deux parties imbriquées : en 1712 une partie est en possession du duc de Lorraine et l’autre est principauté d’Empire, immédiate. Le comté de Weilnau avait été divisé au XVIIe siècle entre plusieurs branches de la maison de Nassau. Il s’agit sans doute ici de la principauté de Nassau-Usingen, élevée à ce rang en 1688.
112.Le duché de Courlande (ou Curlande, région de la Livonie, Lettonie actuelle), considéré comme le plus considérable d’Allemagne, était partiellement indépendant bien que son duc reçût son investiture des rois de Pologne ; Dantzig avait son siège à la Diète de Pologne, monarchie qui lui laissa de nombreux privilèges, et ses habitants étaient membres de l’Empire. Hambourg et Lubeck étaient des villes d’Empire (Reichsstadt) ne relevant que de l’empereur lui-même, disposant d’un important degré d’autonomie ; voir l’article « Reichsstadt » dans : « Les mots du Saint-Empire » – un glossaire, F. Bretschneider et C. Duhamelle (dir.), http://saintempire.hypotheses.org/publications/glossaire/reichsstadt). Rostock appartenait au duché de Mecklembourg mais jouissait de privilèges. Considérée comme ville libre, elle était gouvernée par un Sénat. Les villes mentionnées, puissantes par leur commerce et jouissant d’une relative indépendance, avaient fait partie de la Hanse germanique ou teutonique, association de villes marchandes des bords de la Baltique, véritable puissance politique par les réglementations qu’elle imposait aux partenaires de son commerce ; voir Thomas Corneille, Dictionnaire universel, géographique et historique, Paris, Coignard, 1708 (articles correspondant aux noms de ces villes et art. « Anséatiques »).
113.Le duc de Saxe est membre du collège électoral qui élit l’empereur.
114.Le Palatin désigne le Palatinat ou Palatinat du Rhin ; il est membre du collège électoral qui élit l’empereur.
115.En 1692, le duché de Brunswick-Lunebourg, ou duché de Hanovre, est devenu une principauté électorale du Saint-Empire ; le prince-électeur est le futur Georges Ier, roi de Grande-Bretagne.
116.Il s’agit des archevêques de Mayence, de Trèves et de Cologne qui font partie des neuf électeurs qui ont le droit d’élire l’empereur.
117.Antoine Ier Grimaldi.
127.Pourtant, au moment de la rédaction du Projet, durant la Grande guerre du Nord qui opposa la Russie et la Suède, la peste frappa plusieurs États septentrionaux : voir Karl-Erik Frandsen, The Last Plague in the Baltic Region, 1709-1713, Museum Tusculanum Press, 2010. Il est vrai que des mesures prophylactiques ont pu conduire à restreindre les échanges avec les régions contaminées par la maladie. Sur la vitesse de circulation de l’information du front de cette guerre jusqu’à la Cour de France, voir Éric Schnakenbourg, « Les chemins de l’information : la circulation des nouvelles depuis la périphérie européenne jusqu’au gouvernement français au début du XVIIIe siècle », Revue historique, no 638, vol. 2, 2006, p. 291-311, [en ligne], DOI : 10.3917/rhis.062.0291.
128.Les plénipotentiaires des puissances belligérantes de la guerre de Succession d’Espagne arrivèrent à Utrecht le 19 janvier 1712. Selon Torcy, la ville avait été choisie par la reine d’Angleterre parmi celles proposées par le roi de France (Mémoires de monsieur de Torcy pour servir a l’histoire des négociations […], Londres/Utrecht, Nourse et Vaillant/Spruit, 1757, t. III, p. 97).
129.Le mot tolérantisme n’est pas encore attesté dans les dictionnaires de l’époque mais le sera dans l’édition de 1721 du Dictionnaire de Trévoux qui le définit comme « opinion, système de ceux qui préconisent la tolérance religieuse » (Paris, Delaulne, Foucault et al., t. V). Saint-Pierre a peut-être emprunté aux jésuites ce néologisme mais sans la connotation péjorative qui sera attachée ensuite au terme.
130.L’acte de fondation des Provinces-Unies, l’Union d’Utrecht (29 janvier 1579), reconnut à tous le droit à la liberté de conscience. Cette pluralité religieuse était un sujet d’étonnement pour nombre d’observateurs européens ; voir Christina Kooi, Calvinists and Catholics during Holland’s Golden Age. Heretics and Idolaters, Cambridge University Press, 2012.
132.Commissaire : « se dit […] des députés que le roi nomme de sa part pour régler des limites et travailler à l’exécution des traités de paix ou autres grandes affaires avec ceux qui sont nommés pour le même effet par les princes étrangers, afin de tâcher de les régler à l’amiable (Furetière, art. « Commissaire »).