Pour citer ce texte

L’histoire du texte

Introduction, notes et établissement du texte par Carole Dornier

§ 1

Dans son Discours de réception à l’Académie française prononcé le 3 mars 1695, l’abbé de Saint-Pierre, en pleine guerre de la ligue d’Augsbourg, avait déjà imaginé une paix future, obtenue par les intérêts bien compris des puissances ennemies, et par la sagesse et la vertu du roi de France, dont la puissance pourrait assurer la tranquillité de l’Europe1. Le contexte des premières années du XVIIIe siècle allait porter celui qui avait l’ambition de devenir le « Descartes de la politique » à imaginer les conditions d’une paix durable.

Le contexte du Projet (1708-1712)

§ 2

En 1708, alors qu’il achevait son Mémoire sur la réparation des chemins, l’abbé de Saint-Pierre faisait paraître dans les dernières pages de cet écrit un Avertissement annonçant son projet :

[…] Il m’est venu dans l’esprit un projet d’établissement qui par sa grande beauté m’a frappé d’étonnement. […] C’est l’établissement d’un arbitrage permanent entre eux [les souverains] pour terminer sans guerre leurs différends futurs et pour entretenir ainsi un commerce perpétuel entre toutes les nations. […] C’est cette espérance qui fait que je me porte avec ardeur et avec joie à la plus haute entreprise qui puisse tomber dans l’esprit humain. Et après tout puis-je essayer les forces de mon esprit sur un sujet plus important à la société ? (Chemins, § 260)
§ 3

Dès la fin de l’année 1706, au cours de laquelle la France et ses alliés connurent une série de revers, Louis XIV aurait proposé à la reine de Grande-Bretagne et aux États généraux des Provinces-Unies des conférences publiques pour rétablir la tranquillité de l’Europe, proposition restée sans lendemain. En 1709, à La Haye, les belligérants examinent les conditions de la paix ; la France est représentée par le marquis de Torcy et le président Rouillé. Le maréchal d’Huxelles et le cardinal de Polignac plénipotentiaires pour la France seront envoyés en Hollande l’année suivante pour discuter de propositions qui achoppent sur la restitution de l’Espagne. À l’initiative de la France et de l’Angleterre, fut proposée à la fin de 1711 l’ouverture de négociations à Utrecht qui commencèrent le 29 janvier 1712. La paix avec l’Angleterre, la Hollande puis l’Empire est signée dans le courant de 1713. C’est donc dans ce contexte d’une recherche de la paix par les belligérants qu’il faut situer la rédaction et la diffusion des différentes versions du Projet.

Quatre versions successives

§ 4

Selon son propre témoignage, c’est entre 1708 et 1712 que Castel de Saint-Pierre rédige pas moins de quatre versions, dont nous ne connaissons que les trois dernières2. Conformément à une méthode que l’auteur emprunte au Descartes des Méditations mais aussi au style des mémoires politiques tels que ceux adressés au roi, au régent et aux ministres3, il fait imprimer, pour recueillir des avis éclairés, quelques dizaines d’exemplaires envoyés à des personnes choisies, expliquant sa démarche et requérant des suggestions4.

§ 5

L’abbé mentionne une première ébauche qu’il aurait soumise à des connaissances de sa province d’origine, où il réside en 1708-17095. La seconde ébauche, composée sans doute vers 1709-1710, « plus courte et d’un ordre différent de la première », est un imprimé d’une soixantaine de pages pour diffusion restreinte avec titre et additions manuscrits6. Cet écrit, qui comporte, sous le titre manuscrit Projet de paix perpétuelle, le titre biffé « République platonique »7, contient une première partie ; la seconde et la troisième n’étant pas achevées, l’auteur n’en présente que quelques éléments. Sur la première page figure une note autographe : « L’auteur travaille à une troisième ébauche où toute la disposition de l’ouvrage sera changée ». Une note allographe, sur la même page, mentionne la suggestion d’un ou de plusieurs lecteurs : « On a conseillé à l’auteur de prendre un masque anglais et de se borner à l’Europe. Il a déféré à ce conseil. Ainsi il a fait une autre préface et quelques légères corrections dans le corps de l’ouvrage ». L’« autre préface » fait référence à un nouvel avertissement manuscrit qui figure à la fin de l’imprimé et qui déclare se limiter à un traité européen, tout en soulignant la nécessité d’envisager son élargissement à l’Afrique du Nord8. La fiction d’un énonciateur anglais a été utilisée dans de nouvelles objections imprimées9.

§ 6

La troisième ébauche qui comporte le titre manuscrit Mémoire pour rendre la paix perpétuelle en Europe, datée du 1er septembre 1711, mais préparée dès 171010, est beaucoup plus longue : elle comporte quatre discours formant un ensemble de 153 pages, auxquelles s’ajoute une série de trente et une objections et réponses (60 pages). Comme la deuxième ébauche, elle a été imprimée en quelques exemplaires pour recueillir des avis avant publication, et comporte une lettre aux destinataires insistant sur les corrections et suppressions à apporter. Dans la lettre aux destinataires de la seconde ébauche, l’auteur envisageait la possibilité d’obtenir une permission d’imprimer du roi. Le conseil du recours à la fiction d’un énonciateur anglais donné par un ou des lecteurs de la deuxième ébauche, comme le contenu de la lettre aux destinataires de la troisième ébauche11 suggèrent que l’abbé de Saint-Pierre se doute des difficultés d’une publication en France. C’est cette troisième version qui paraît en 1712 comme première édition destinée au public, sous le titre Mémoires pour rendre la paix perpétuelle en Europe, à l’adresse fictive de Cologne, chez Jaques le Pacifique, disponible à Amsterdam chez Waesberge, annoncée dans le Journal des savants d’Amsterdam d’avril 1712, édition qui aurait pu être faite sans l’aveu de l’auteur12. L’auteur aurait-il fait paraître comme première édition destinée au public une version intermédiaire au moment où il en préparait une nouvelle ? Son désir d’agir sur les relations européennes en diffusant rapidement son projet rend cette hypothèse très plausible. Il écrit en effet dans la version imprimée de cette troisième version : « Il est bien plus important de donner l’ouvrage imparfait pour profiter du secours des conjonctures que d’attendre à le montrer lorsqu’il sera dans une plus grande perfection […] Plusieurs personnes bien informées des affaires publiques ayant lu l’ouvrage avec attention m’ont assuré que tel qu’il est, s’il était imprimé en diverses langues et répandu dans les principales villes de l’Europe, il pourrait donner des vues très utiles aux ministres principaux et à ceux qui seront employés dans les négociations de la paix… »13. L’abbé de Saint-Pierre retravaille et fait imprimer, toujours pour une diffusion à quelques destinataires, une quatrième version, datée du 15 juillet 1712, très étoffée, composée de sept discours, comportant soixante-dix Objections et Réponses14. C’est cette quatrième version dont rend compte le rédacteur des Mémoires de Trévoux dans son numéro d’octobre 1712, la distinguant de l’édition de Cologne15. Ce compte rendu du périodique jésuite, très favorable à l’auteur, a pu être établi à partir d’une copie imprimée fournie par Castel de Saint-Pierre lui-même, parmi celles datées du 15 juillet 1712 destinées à quelques lecteurs.

L’espoir d’une déclaration publique et d’un soutien du roi

§ 7

Espérant encore obtenir une permission d’imprimer en France, l’auteur envoie le 1er septembre 1712, un exemplaire de cette version à Torcy, secrétaire d’État des Affaires étrangères, ministre d’État, en charge des négociations qui déboucheront sur les traités d’Utrecht et de Rastatt, et créateur, quelques mois plus tôt, de l’Académie politique, destinée à former des diplomates16. Auparavant l'abbé avait rédigé une longue note suggérant que, si le ministre le jugeait bon et après avoir fait examiner le mémoire par quelques personnes habiles employées aux Affaires étrangères, il en fît un rapport au roi et que le projet fût aussi soumis aux membres de son Conseil17. L’abbé de Saint-Pierre envisage dans cette note deux voies pour la publication : par une approbation du roi, un privilège pour imprimer et une déclaration publique du souverain proposant le projet à ses alliés et ennemis ; par un mépris affiché pour un projet jugé chimérique, obligeant l’auteur, dépourvu d’une permission d’imprimer, à publier en Angleterre, en Hollande ou en Suisse. Cette deuxième voie rejoint le « masque anglais » dont il est question dans la note qui figure sur la deuxième ébauche. Selon la note à Torcy, ce subterfuge inciterait peut-être les ennemis à promouvoir un projet qu’ils croiraient rejeté par le roi de France ; ce dernier pourrait alors obtenir des concessions. Alors qu’il espère encore un soutien des autorités, l’abbé fait imprimer un petit mémoire intitulé Sur la publication, qui répond aux questions suivantes : « Est-il à propos de publier le mémoire quand il sera corrigé18 ? De quelle manière doit-on le publier ? ». Cet écrit, comme la note à Torcy, permet de préciser les ambitions de Castel de Saint-Pierre : désireux de jouer un rôle sur la scène européenne, il souhaite non seulement la traduction de son Projet en plusieurs langues mais la proposition publique du contenu aux belligérants par le roi de France19. Car dans cet opuscule, c’est bien la première voie de la « déclaration publique » qui est défendue, alors que la note au ministre envisageait les avantages et les inconvénients des deux modes de publication.

L’édition de 1713 et le supplément de 1717 [1716]

§ 8

L’abbé de Saint-Pierre n’obtiendra pas de permission d’imprimer et c’est la version achevée en juillet 1712, composé de sept discours, augmentée de lettres ajoutées à la fin du second tome, qui paraîtra en 1713, sans nom d’auteur, en deux volumes, sous l’adresse d’Utrecht, chez Antoine Schouten, adresse probablement fausse20, et dont font état les Mémoires de Trévoux en juillet 1713 (p. 1140-1145) ; le rédacteur note que « il n’y a rien dans cette édition qui ne soit dans l’édition dont nous avons rendu compte dans les Mémoires du mois d’octobre 1712 », à l’exception des lettres placées à la fin du deuxième tome. L’auteur a augmenté et recomposé son texte : ainsi toutes les objections et leur réponses, dont les cinq premières avaient été placées dans différents discours, sont regroupées dans le sixième discours de la quatrième version et l’auteur en ajoute trente-neuf aux trente et une contenues dans la troisième version. Quelques mois plus tard21, avec un texte presque identique mais légèrement corrigé, paraît en un seul volume, sous un titre différent (Projet pour perpétuer la paix et le commerce en Europe), une nouvelle édition, également anonyme, avec la même date, la même adresse (Utrecht, Antoine Schouten), mais portant sur la page de titre la mention « Avec permission ». L’ouvrage n’apparaît pas dans le registre des permissions d’imprimer et privilèges22. Si la tolérance des autorités est plausible pour un livre qui avait déjà circulé, il est impossible de savoir s’il a obtenu une permission tacite, voire simplement verbale, ou s’il se prévaut d’une mention usurpée.

§ 9

Contrairement à ce que de trop nombreux commentateurs ont répété sans examen, l’abbé de Saint-Pierre n’a pas été à Utrecht pendant les négociations comme secrétaire du cardinal de Polignac : assistant assidûment aux séances de l’Académie française durant toute l’année 1712 et jusqu’au 12 janvier 1713 il n’aurait pas pu accompagner le plénipotentiaire arrivé le 19 janvier 1712 et de retour en France en février 1713. On peut du reste douter que Polignac ait sollicité comme secrétaire, dans ces délicates négociations, l’auteur d’un projet de paix jugé chimérique à la Cour. L’abbé fut probablement confondu avec D. Francisco Maria Spinola, duc de Saint-Pierre au royaume de Naples23. Compte tenu de son désir d’agir sur les négociations en cours, il est possible que, dans une période où l’on constate son absence à l’Académie (février-octobre 1713) et dans la décennie qui suivit, l’abbé de Saint-Pierre se soit rendu dans les villes où avaient lieu les pourparlers pour diffuser son ouvrage auprès des « négociateurs ». C’est ce qu’affirme Gaspard de Réal de Curban (1682-1752), dont les fonctions comme conseiller du roi, en relations avec des diplomates, rendent le témoignage digne d’attention24. L’auteur lui-même écrira en 1728, pour introduire l’Abrégé de son Projet, que « depuis dix ans il a été fort question de cet ouvrage dans le monde, et surtout parmi les négociateurs »25.

§ 10

En 1715, l’abbé de Saint-Pierre achève un supplément au Projet, composé de réponses à de nouvelles objections, d’une deuxième partie traitant des intérêts de chaque État de l’Europe, d’extraits des Mémoires de Sully, d’une proposition pour chasser les Turcs d’Europe, d’Asie et d’Afrique. Ce troisième tome paraît avec une dédicace au Régent dans une édition toujours à l’adresse d’Antoine Schouten à Utrecht, datée de 1717, mais imprimée, selon l’abbé lui-même par Deville, à Lyon et diffusée dès 171626.

Note sur l’établissement du texte

§ 11

Le texte proposé est celui de l’édition de 1713 en deux volumes (Utrecht, Antoine Schouten, 1713), dont rendent compte les périodiques, corrigé d’après celui, presqu’identique, de la version postérieure en un volume. On dispose, pour le tome 3, de la seule version publiée à la date de 1717 [Lyon, Deville]. Est privilégiée, dans l’apparat-critique, la comparaison, pour les tomes 1 et 2, entre la troisième version (Cologne, chez Jacques le Pacifique, 1712), dont sont tirées les variantes, et la quatrième, texte de base. Nous signalons ci-dessous les rares additions de la deuxième édition de 1713.

Deuxième version

[Projet de paix perpétuelle : seconde ébauche : avertissement], titre manuscrit, s.l.n.d. [Période probable de composition : 1709-1710], in-fol., 64 et 8 p. (dernière séquence : nouvel avertissement ; objections IX et X et leurs réponses) ; copies pour diffusion privée (p. 61).

§ 12

Exemplaires : Harvard, Houghton Library, FC7 Sa 282 711p. (addition manuscrite à la suite des dernières pages : avertissement sur le traité proposé aux souverains d’Afrique du Nord ; objection XI et sa réponse) ; pour les 8 dernières pages, voir Archives du ministère des Affaires étrangères, MD 308, 14, f. 277r-280v.

Troisième version

[Mémoire pour rendre la paix perpétuelle en Europe], titre manuscrit, s.l.n.d., in-4o, p. 1-153, suivi du [Recueil des diverses objections], titre manuscrit, p. 1-60, et d’une Lettre À M. Pour examiner l’ouvrage, imprimé daté du 1er septembre 1711, p. [1-2] ; copie imprimée parmi les « trois douzaines » données à corriger par l’auteur à ses amis. Deux parties et deux paginations en un seul volume.

§ 13

Exemplaires : Paris, BNF, Rés. Z-381 (1), « donné par Mr l’Abbé de St-Pierre, le 28e Novbre 1711 » (note manuscrite) ; Rés. *E-319 (1 et 2) ; Harvard, Houghton Library, FC7 Sa 282 711m, note manuscrite de l’auteur datée du 23 novembre 1711.

Mémoires pour rendre la paix perpétuelle en Europe, Cologne, J. le Pacifique, 1712, in-12, 348 p. [les p. 342-348 sont numérotées par erreur 442-448].

§ 14

Texte identique à la copie imprimée in-4o. La Lettre du 1er septembre 1711, reproduite à la fin du Mémoire in-4o (p. [1-2]), est placée dans cette édition avant le « Recueil de diverses objections » (p. 237-239).

Quatrième version

[Paix perpétuelle], titre manuscrit, s.l.n.d. [1712], in-8o, t. I, 373 p. ; [Sixième Discours / Recueil de diverses objections], titre manuscrit, [t. II], 378 p., [178 = 378].

§ 15

Exemplaires : Paris, BNF, Rés. *E-2224/2225 ; Harvard, FC7 Sa 282 713pa, daté : « À Paris 15 juillet 1712 » ; Paris, BNF, Rés. *E-534/535 : exemplaire destiné au marquis de Torcy d’après une note manuscrite de l’auteur, daté du 1er septembre 1712 ; Berlin, SBB, Fm3713-1/2. Compte rendu : Mémoires pour l’histoire des sciences et des beaux-arts [Mémoires de Trévoux], octobre 1712, p. 1669-1682.

Projet pour rendre la paix perpétuelle en Europe, Utrecht, A. Schouten, 1713 [2 tomes en 2 volumes], in-12.

§ 16

Paris est le lieu d’édition selon le Journal littéraire de La Haye (mai et juin 1714, p. 30). Contenu : t. I : frontispice allégorique figurant le roi Henri IV, « Que son nom soit béni, qu’il éclatera jamais / lui seul nous a fait voir où réside la paix » ; vignette de titre représentant une carte de l’Europe à la devise « Gloria in excelsis Deo et in terra pax » ; avis du libraire au lecteur [1-4] ; Préface p. X-XXIV ; Projet, p. 1-400 ; table. T. II : portrait gravé de l’auteur par Scotin le Jeune (Louis-Gérard Scotin) ; Projet, p. 1-420 ; extrait d’une lettre de M. B. Ministre à La Haye, p. 421-423 ; table ; errata. Comptes rendus : Mémoires pour l’histoire des sciences et des beaux-arts [Mémoires de Trévoux], juillet 1713, p. 1140-1145 ; Suite de la Clef ou Journal historique sur les matières du temps, août 1714, p. 127-138.

Projet pour perpétuer la paix et le commerce en Europe. Augmenté des conférences tenues à Utrecht, des nouveaux interêts des princes ensemble, des différends qui pourraient naître entre eux, des avantages qu’ils trouveraient à exécuter ce dessein, & des réponses aux objections, contenant deux livres, Utrecht, A. Schouten, 1713 [2 tomes en un volume], in-12.

§ 17

Exemplaire Paris, BNF, 8-S-6006 et 8-S-6007, [4]-12-394-[10] p. Sur la page de titre : « Avec approbation ». Nouvelle composition typographique. Édition postérieure à celle décrite précédemment (voir p. 314, l. 26-28) et contenu presque identique. Légères corrections. Additions et modifications notables : p. 166 (l. 11-37) ; p. 167 (l. 1-5) ; p. 268 (l. 4-7) ; p. 272 (l. 34-35) ; p. 382 (l. 20-21, sous-titre modifié) ; p. 385 (l. 6, date omise). Texte disponible en version numérisée : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k8530079.image.

Projet de traité pour rendre la paix perpétuelle entre les souverains chrétiens […] proposé autrefois par Henry Le Grand, roi de France, agréé par la reine Elisabeth, par Jacques I, […] son successeur et par la plupart des autres potentats d’Europe, […] éclairci par M. l’abbé de Saint-Pierre […], Utrecht, A. Schouten [Lyon, Deville (on le trouve à Paris, chez Saugrain l’Aîné, quai des Augustins) 1717, in-12], t. III.

§ 18

Sur le lieu d’édition et l’éditeur, voir BM Rouen, ms. 950 (I. 12),t. III, p. 221 : « le dernier tome imprimé en 1717 chez Deville à Lyon sous le nom d’Utrecht » (Autobiographie, § 46). Avertissement daté du 10 novembre 1715 ; portrait du régent gravé par Jean-Baptiste Scotin ; Épître ; Préface p. I-XXIV, 455 p. Comptes rendus : Mémoires pour l’histoire des sciences et des beaux-arts [Mémoires de Trévoux], novembre 1716, p. 1945-1946 (t. III daté de 1717) ; Clef du cabinet des princes de l’Europe, février 1717, p. 91-93.

Opuscules sur la publication

Manuscrits

“Si Mr de Torcy après avoir lu…”, Archives du ministère des Affaires étrangères, [ca 1710], MD 308, 9, f. 260r-263r.

Raisons pour faire imprimer avec permissions l’Abrégé du projet de paix perpétuelle, Archives du ministère des Affaires étrangères, daté « 1728 », MD 494, f. 148r-149v.

Imprimé

Sur la publication. Est-il à propos de publier le Mémoire ? De quelle manière doit-on le publier ?, [discussion sur la publication des Mémoires pour rendre la paix perpétuelle en Europe], Paris, s.n., 1711, non relié, cousu, 13 p.

Exemplaires : Paris, BNF, Rés. FOL-NFE-5 ; E*-96 ; Harvard, Houghton Library, f FC7 Sa 282 711s.


1. « Discours prononcé par M. l’Abbé de Saint-Pierre le jour de sa Réception à l’Académie française, à la place de feu M. Bergeret », in Recueil de plusieurs pièces d’éloquence et de poésie présentées à l’Académie française, Paris, J.-B. Coignard, 1695, p. 230-231.
2. Archives du ministère des Affaires étrangères, MD 308, 9, f. 267.
3. Sur ce procédé chez Descartes, voir Lettre à Mersenne, 13 novembre 1639, A.T., II, 22, 20-26 ; Jean-Luc Marion, « Le statut originairement responsorial des Meditationes », in Descartes, Objecter et répondre, J.-L. Marion, J.-M. Beyssade (dir.), Paris, Presses universitaires de France, 1994, p. 3-19 ; et dans les mémoires adressés aux autorités, voir en particulier ceux de Law dans Paul Harsin, Étude critique sur la bibliographie des œuvres de Law (avec des mémoires inédits), Paris/Liège, Vaillant-Carmane/Champion, 1928 et dans Économistes financiers du XVIIIe siècle, Paris, Guillaumin, 1843.
4. Mémoire pour perfectionner la police sur les chemins, s.l.n.d. [p. 6 : « Au Palais-Royal, le 6 septembre 1715 »], in-4o, p. 3, référant à : Mémoire sur la réparation des chemins, s.l.n.d., [« À Saint-Pierre-Église 10 janvier 1708 »], in-4o, 75 p. ; [Mémoire pour rendre la paix perpétuelle en Europe], titre manuscrit, s.l.n.d., in-4o, p. 1-153, suivi du [Recueil des diverses objections], titre manuscrit, p. 1-60, et d’une Lettre à M., Pour examiner l’ouvrage, imprimé daté du 1er septembre 1711, p. [1-2], copie imprimée parmi les « trois douzaines » données à corriger par l’auteur à ses amis (Paris, BNF, Rés. Z-381 (1), « donné par Mr l’Abbé de St-Pierre, le 28e Novbre 1711 » (note manuscrite) ; Harvard, MH, FC7 Sa 282 711m, note manuscrite de l’auteur datée du 23 novembre 1711) ; voir aussi [Projet de paix perpétuelle : seconde ébauche : avertissement], titre manuscrit, s.l.n.d., in-fol., 64 et 8 p., copies pour diffusion privée (p. 61) (Harvard, Houghton Library, f FC7 Sa 282 711p).
5. Voir [Mémoire pour rendre la paix perpétuelle en Europe], Paris, BNF, Rés. Z-381 (1), p. 3 et Autobiographie, § 46.
6. [Projet de paix perpétuelle : seconde ébauche : avertissement], Harvard, Houghton Library, f FC7 Sa 282 711p.
7. D’après la lettre qui accompagne l’envoi du Mémoire pour rendre la paix perpétuelle en Europe (1711) à Torcy, ce titre de « République platonique » aurait été donné au projet de Saint-Pierre par les courtisans (Archives du ministère des Affaires étrangères, MD 308, 9, f. 262v-263r).
8. [Projet de paix perpétuelle : seconde ébauche : avertissement], p. 8 (deuxième pagination).
9. Archives du ministère des Affaires étrangères, MD 308, 14, f. 278v (note marginale autographe) et le sens de la première personne du pluriel (f. 278v-280v).
10. Comparer la version manuscrite de la Préface (Archives du ministère des Affaires étrangères, MD 308, 12, f. 266) : « Il y a trois ans… » et celle de l’ajout manuscrit de la version imprimée : « Il y a environ quatre ans… » ([Mémoire pour rendre la paix perpétuelle en Europe], Paris, BNF, Rés. Z-381 (1), p. 1) ; voir aussi la date du 20 juin 1711 qui figure comme période de rédaction dans la réponse à l’Objection première.
11. « J’ai cru qu’il était nécessaire d’en ôter [au mémoire] ce qui pourrait déplaire, et qu’il fallait pour cela le donner à corriger à mes amis » ([Mémoire pour rendre la paix perpétuelle en Europe], « Lettre à M., Pour examiner l’ouvrage », non paginé, fin de l’imprimé).
12. Azzedine Guellouz, « Évolution de l’idée internationale dans les écrits de l’abbé de Saint-Pierre », in La Régence, Paris, Centre aixois d’études et de recherches sur le XVIIIe siècle, 1970, p. 336.
13. [Mémoire pour rendre la paix perpétuelle en Europe], imprimé daté du 1er septembre 1711, Paris, BNF, Rés. Z-381 (1), p. 3-4 ; Mémoires pour rendre la paix perpétuelle en Europe, Cologne, J. le Pacifique, 1712, in-12, p. 9-10.
14. [Paix perpétuelle], titre manuscrit, s.l.n.d. [1712], in-8o, t. I, 373 p. ; [Sixième Discours / Recueil de diverses objections], titre manuscrit, [t. II], 378 p., daté : « À Paris, 15 juillet 1712 » (Harvard, FC7 Sa 282 713pa).
15. « Le même livre, édition plus parfaite en deux tomes in-8o, tome premier pages 373, tome second pages 360. Sans la table » (Mémoires pour l’histoire des sciences et des beaux-arts [Mémoires de Trévoux], octobre 1712, p. 1669).
16. Voir Guy Thuillier, La première école d’administration, l’Académie politique de Louis XIV, Paris, Droz, 1996.
17. Archives du ministère des Affaires étrangères, MD 308, 9, f. 260r-263r.
18. « Quand il sera corrigé » : addition autographe sur l’imprimé.
19. Sur la publication. Est-il à propos de publier le Mémoire ? De quelle manière doit-on le publier ?, [discussion sur la publication des Mémoires pour rendre la paix perpétuelle en Europe], Paris, s.n., 1711, non relié, cousu, 13 p., BNF, E*-96 ; Harvard, Houghton Library, f FC7 Sa 282 711s. L’opuscule n’est pas antérieur à 1711 comme le prouve la référence à Charles VI, devenu archiduc en 1711 (p. [1]) et à l’établissement de l’impôt du dixième en 1710 (p. 4). Les trois premières objections et leurs réponses, absentes des Mémoires pour rendre la paix perpétuelle en Europe (1712, texte rédigé en 1711) seront reprises dans l’édition de 1713 (voir Paix 2, § 369, note) ; l’opuscule a donc été probablement rédigé à la fin de 1711 ou au début de 1712.
20. Sur cette édition, voir plus bas, Note sur l’établissement du texte. Anthony Schouten a exercé à Utrecht de 1689 à 1707 : http://worldcat.org/identities/lccn-no2012086925/.
21. Voir la Réponse à l’Objection 63, où il est question de l’« ébauche du premier janvier mille sept cent onze » (Paix 2, § 400), expression remplacée par l’« ébauche du premier janvier mille sept cent treize » (p. 314).
22. Registres des ouvrages manuscrits ou imprimés présentés à Mgr le chancelier pour obtenir des privilèges, 1705-1716, BNF, Français, ms 21942.
23. Voir les relevés de présence des séances de l’Académie française des années 1712 et 1713 contenus dans Les Registres de l’Académie française : 1672-1793, C. Doucet et G. Boissier (éd.), Paris, Firmin-Didot, t. I, 1672-1715, 1895) et, sur cette erreur abondamment répétée, les interrogations et mises au point de H. Folkes (« L’abbé de Saint-Pierre assista-t-il au congrès d’Utrecht ? », Revue d’Histoire littéraire de la France, 1966, no 3, p. 486-487) et de Yves Coirault (Revue d’Histoire littéraire de la France, 1967, no 3, p. 655-656), qui a suggéré la confusion avec D. Francisco Maria Spinola, duc de Saint-Pierre au royaume de Naples, mentionné par Polignac dans sa correspondance. Le duc arriva à Utrecht en novembre 1712 avec son épouse, sœur du marquis de Torcy, pour défendre ses intérêts et ceux de la princesse douairière d’Espagne qui touchait des appointements sur les revenus des Pays-Bas espagnols (Casimir Freschot, Histoire du congrès et de la Paix d’Utrecht comme aussi de celle de Rastadt et de Bade, Utrecht, Guillaume Van Poolsum, 1716, in-12, p. 381).
24. La Science du gouvernement […] par M. de Réal, Grand Sénéchal de Forcalquier, Amsterdam, Arkstée et Merkus, t. VIII, 1764, p. 368 ; voir Denis de Casabianca, Paix, Introduction, § 9.
25. Abrégé du projet de paix perpétuelle […], Rotterdam, J. D. Beman, 1729, in-8o, p. [1].
26. La référence de l’ouvrage dans les Mémoires pour l’Histoire des sciences et des beaux-arts [Mémoires de Trévoux] de novembre 1716 donne l’année 1716 (p. 1945-1946) ; voir aussi Abrégé du projet de paix perpétuelle […], Rotterdam, J. D. Beman, 1729, in-8o, p. [1] ; sur la véritable adresse, voir plus bas, Note sur l’établissement du texte.