Pour citer ce texte

Autres écrits sur la paix

Introduction, annotation et établissement du texte par Carole Dornier

Le Projet de paix à l’épreuve des aléas de la politique européenne

§ 1

Comme l’a montré Jean-Pierre Bois, la paix perpétuelle présentée par l’abbé de Saint-Pierre en 1713, et pour le troisième volume, en 1717, sera l’objet de reprises et de réajustements jusqu’à la fin de la vie de l’auteur1. En 1718, la politique de Dubois et du Régent aboutissant à la Quadruple Alliance, transforme l’alliance franco-anglaise en un pacte entre la France, les Provinces-Unies, la Grande-Bretagne et le Saint-Empire Romain Germanique : la Diète européenne que l’abbé de Saint-Pierre appelle de ses vœux semble trouver un début de concrétisation, comme il l’écrit lui-même au cardinal. Il lui adressera le 7 avril 1719 ses Réflexions sur la Grande Alliance qui paraissent établir une convergence de vue entre l’auteur du Projet et l’artisan de la Quadruple Alliance, en vue d’une entente élargie à l’ensemble de l’Europe et de la signature d’un traité de l’ensemble des potentats du continent2. La déclaration de guerre de la France à l’Espagne début 1719, puis la mort de Dubois et du Régent, mettront un terme à ces espoirs de voir posées les conditions d’une paix durable.

§ 2

Une nouvelle crise européenne éclate en 1725 avec l’affaire de la Compagnie d’Ostende et de la Pragmatique Sanction. L’abbé n’a pas abandonné la partie. Il continue à penser qu’il faut convaincre ceux qui sont « plus instruits des affaires de l’Europe », et qui, absorbés par leurs responsabilités, n’ont que peu de temps à consacrer à la lecture, leitmotiv d’un auteur qui écrit d’abord pour agir sur les décideurs3. Il propose alors une version abrégée, en un petit volume. Pour cet Abrégé, il demande en 1727 un privilège royal et l’autorisation de dédicacer l’ouvrage au roi, demande soutenue par des Raisons pour faire imprimer avec permission l’Abrégé du projet de paix perpétuelle, adressée au secrétaire d’État aux Affaires étrangères, Fleuriau de Morville, qui lui adresse en juin de cette même année une réponse favorable, sous réserve de l’examen par un censeur4. Fleuriau de Morville est disgracié en août 1727. Sous l’administration de son successeur Chauvelin, le censeur Hardion donnera un avis défavorable au privilège royal et à la dédicace, se prononçant pour l’octroi d’une permission tacite5. L’Abrégé paraît donc à Rotterdam chez Jean-Daniel Beman en 1729 ; il est réédité en 1733 dans le premier tome des Ouvrages de politique et complété, dans le deuxième tome, par un Supplément, composé d’objections supplémentaires et de leurs réponses, d’Observations, des cinq articles fondamentaux, d’une liste de conséquences6.

§ 3

L’abbé de Saint-Pierre ne s’avouera jamais vaincu : dans le sixième tome de ses Ouvrages politiques paru en 1734 à Rotterdam, l’auteur expose à nouveau son projet de Diète européenne et les cinq articles que doivent signer les membres de cette union7. Dans le huitième tome paru la même année, il revient sur son Projet dans le contexte de décembre 1733 et de février 1734, celui de la guerre de Succession de Pologne8 ; dans le dixième tome de la même série, en 1735, il établit une « Comparaison entre le système de l’équilibre des deux principales puissances, et le système de la diète européenne », rappelle les cinq articles9. En 1736, il écrit des Observations sur les dernières paix, concernant la paix de 173510. Dans les premiers jours de 1740, Fontenelle félicitait le cardinal Fleury de la paix conclue par le traité de Belgrade de septembre 1739 qui, grâce à l’entremise de la France, mettait fin au conflit entre l’Empire ottoman et la Russie rejointe par l’Autriche, concernant la Crimée. Il qualifiait son destinataire d’« excellent médecin des maladies des nations ». Fleury lui répondit sur le même ton en mentionnant le Projet de paix perpétuelle de l’abbé de Saint-Pierre11. Fontenelle en informa son vieil ami qui saisit l’opportunité d’envoyer au ministre ses cinq articles fondamentaux : « Je ne suis que l’apothicaire de l’Europe, vous en étiez le médecin. N’est-ce pas au médecin à ordonner et à appliquer le remède ? ». La réplique de Fleury, sarcastique, aurait pu décourager l’abbé. Mais celui-ci répondit au ministre le 15 janvier 1740 en espérant que son destinataire se ferait lui-même missionnaire de cette diète auprès du roi. L’auteur publiera cet échange épistolaire en 1741, dans le seizième tome de ses Ouvrages, sous le titre « Sur le système de la paix perpétuelle en Europe », accompagné d’une « Autre réponse plus ample aux difficultés », avec selon ses habitudes une liste d’avantages, d’éclaircissements, une objection nouvelle et sa réponse12. En 1739, la guerre dite de l’oreille de Jenkins lui inspire un Plan de traité de paix perpétuelle entre l’Espagne et l’Angleterre qui sera publié en 174113. Enfin en 1741, il tentera de convaincre Frédéric II de soutenir la paix, malgré l’invasion de la Silésie et lui enverra son Projet de paix14.

§ 4

Ainsi jusqu’à la fin de sa vie, l’infatigable abbé, ne doutant jamais de l’utilité de son projet, tentera, en fonction des conjonctures qu’il juge favorables, de convaincre les gouvernants de le mettre en œuvre, tout en continuant à en diffuser le contenu auprès du public.

Note sur l’établissement des textes

§ 5

L’abbé de Saint-Pierre, pour convaincre l’opinion, n’hésite pas reprendre les différents arguments initialement développés dans son Projet de paix. Il n’était pas envisageable d’éditer l’intégralité d’écrits qui, à bien des égards, se répètent. Pour cette raison, nous ne présentons dans cette édition qu’une sélection de textes parmi ceux répertoriés plus bas. Pour les autres écrits, nous signalons, dans la liste ci-dessous, leur version numérisée dans des bibliothèques virtuelles.

Abrégé et Supplément à l’Abrégé15

Abrégé du projet de paix perpétuelle, inventé par le roi Henri le Grand, approuvé par la reine Élisabeth, par le roi Jacques son successeur, par les républiques & par divers autres potentats. Approprié à l’état présent des affaires générales de l’Europe. Démontré infiniment avantageux pour tous les hommes nés & à naître, en général & en particulier pour tous les souverains & pour les maisons souveraines, Rotterdam, J. D. Beman, et se vend à Paris chez Briasson, 1729 [1728], in-8o, 227 p. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k739745

§ 6

Annonce : Bibliothèque raisonnée des ouvrages des savants de l’Europe, octobre, novembre, décembre 1728, p. [468].

« Abrégé du projet de paix perpétuelle […] », in Ouvrages de politique, Rotterdam, chez J. D. Beman, et se vend à Paris chez Briasson, 1733, t. I, in-12, 227 p. http://www.e-rara.ch/zut/content/pageview/8102913

« Supplément à l’Abrégé du Projet de paix perpétuelle », in Ouvrages de politique, Rotterdam, chez J. D. Beman, et se vend à Paris chez Briasson, 1733, t. II, in-12, p. 4-81. http://www.e-rara.ch/zut/content/pageview/8102916

Autres écrits sur la paix

« Diète européenne », dans « Vue générale des effets merveilleux que produirait nécessairement en Europe le Nouveau Plan de gouvernement des États », in Ouvrages politiques, Rotterdam, J. D. Beman, 1734, t. VI, p. 316-332.

« Observations. Il est possible de procurer la paix à l’Europe, et de la rendre solide. Décembre 1733 », in Ouvrages politiques, Rotterdam, J. D. Beman, 1734, t. VIII, p. 303-337.

« Projet pour parvenir à la paix. Février 1734 », in Ouvrages politiques, Rotterdam, J. D. Beman, 1734, t. VIII, p. 338-345.

« Comparaison entre le système de l’équilibre des deux principales puissances, et le système de la Diète européenne », in Ouvrages politiques, Rotterdam, J. D. Beman, 1735, t. X, p. 260-264.

« Articles fondamentaux de l’établissement de la Diète européenne », in Ouvrages politiques, Rotterdam, J. D. Beman, 1735, t. X, p. 447-451.

« Observations sur le plan des médiateurs », in Ouvrages politiques, Rotterdam, J. D. Beman, 1735, t. X, p. 452-458 (daté de mars 1735).

« Observations sur les dernières paix », in Ouvrages politiques, Rotterdam, J. D. Beman, 1737, t. XI, p. 317-333.

« Plan d’un traité de paix perpétuelle entre l’Espagne et l’Angleterre », in Ouvrages de politique et de morale, Rotterdam, J. D. Beman, t. XV, 1741, p. 38-58.

Plan de traité de paix perpétuelle entre l’Espagne et l’Angleterre, BPU Neuchâtel, Ms. R272, p. 29-46.

« Sur le système de la paix perpétuelle en Europe », dans « Correspondance de l’abbé de Saint-Pierre avec le cardinal de Fleury », in Ouvrages de morale et de politique, Rotterdam, J. D. Beman, 1741, t. XVI, p. 117-142.


1.Sur ces réajustements en fonction des évolutions de la situation européenne, voir Jean-Pierre Bois, L’Abbé de Saint-Pierre, entre classicisme et Lumières, Ceyzérieu, Champ Vallon, 2017, p. 180-186.
2.Ira O. Wade, « The Abbé de Saint-Pierre and Dubois
 », The Journal of Modern History, vol. 2, no 3, sept. 1930, p. 430-447.
3.Abrégé du projet de paix perpétuelle […], Rotterdam, chez J. D. Beman, et se vend à Paris chez Briasson, 1729, p. 2.
4.Archives du ministère des Affaires étrangères, MD 494, f. 148r-149r. Sur ces documents et leur contexte, voir Septime Gorceix, « Du nouveau sur un vieux projet de paix perpétuelle », Mercure de France, CCLI, mai 1934, p. 529-532.
5.Archives du ministère des Affaires étrangères, MD 494, f. 146, 17 février 1728. Sur la politique extérieure de la France en 1727 et 1728, voir André Zysberg, La Monarchie des Lumières, 1715-1786, t. V, Nouvelle Histoire de la France moderne, Paris, Seuil, 2002, p. 116-120.
6.Ouvrages de politique, Rotterdam, chez J. D. Beman, et se vend à Paris chez Briasson, 1733, Abrégé…, t. I, p. 1-227 ; Supplément à l’Abrégé…, t. II, p. 4-81.
7.Voir « Vue générale des effets merveilleux que produirait nécessairement en Europe le Nouveau Plan de gouvernement des États », in Ouvrages politiques, Rotterdam, J. D. Beman, 1734, t. VI, p. 316-322.
8.« Observations. Il est possible de procurer la paix à l’Europe, et de la rendre solide. Décembre 1733 », in Ouvrages de politique, Rotterdam, J. D. Beman, 1734, t. VIII, p. 303-337 ; « Projet pour parvenir à la paix. Février 1734 », ibid., p. 338-345.
9.« Comparaison entre le système de l’équilibre des deux principales puissances, et le système de la Diète européenne », in Ouvrages politiques, Rotterdam, J. D. Beman, 1735, t. X, p. 260-264 ; « Articles fondamentaux de l’établissement de la Diète européenne », ibid., p. 447-451.
10.Ouvrages politiques, Rotterdam, J. D. Beman, 1737, t. XI, p. 317-333.
11.« Sur le système de la paix perpétuelle en Europe », dans « Correspondance de l’abbé de Saint-Pierre avec le cardinal de Fleury », in Ouvrages de morale et de politique, Rotterdam, J. D. Beman, 1741, t. XVI, p. 118.
12.« Sur le système de la paix perpétuelle en Europe », in Ouvrages de morale et de politique, Rotterdam, J. D. Beman, 1741, t. XVI, p. 117-142.
13.« Plan d’un traité de paix perpétuelle entre l’Espagne et l’Angleterre », in Ouvrages de politique et de morale, Rotterdam, J. D. Beman, 1741, t. XV, p. 38-58.
15.Cet Abrégé résume le contenu développé dans le Projet de paix en trois volumes et est facilement accessible en version numérisée. Pour ces raisons nous n’avons pas jugé bon de le faire figurer dans cette édition.