Pour citer ce texte

LIBERTÉ AUX PAUVRES DE TRAVAILLER LES DIMANCHES APRÈS-MIDI [•]

§ 1

1. La prohibition de travailler les [•] dimanches est une règle de discipline ecclésiastique [•] ; et le concile qui a fait cette règle générale suppose sûrement que ceux qui doivent discontinuer leur travail tout le jour n’ont pas besoin de ce même travail pour [•] nourrir leurs familles, et que le matin ne leur suffit pas pour recevoir l’instruction nécessaire au salut [•].

§ 2

2. C’est donc une grande charité, et une bonne œuvre plus agréable à Dieu qu’une pure cérémonie que de donner aux pauvres familles le moyen de subvenir à leurs besoins et à ceux de leurs enfants, par sept ou huit heures de travail [•], et les moyens de s’instruire eux et leurs enfants à l’Église, durant trois ou quatre heures du matin.

§ 3

Si [•] chaque évêque, chaque curé pouvait rendre aux pauvres qui sont suffisamment instruits la liberté de travailler les jours de fêtes et les dimanches, après avoir entendu la messe et l’instruction [•], cette liberté serait d’un très grand secours à ces pauvres familles et aux hôpitaux mêmes.

§ 4

3. Pour comprendre de quel soulagement serait aux pauvres la continuation de leur travail, il n’y a qu’à considérer que sur [•] cinq millions de familles qui sont en France, il y en a au moins [•] un million qui n’ont presque aucun revenu que leur travail, c’est-à-dire qui sont pauvres : et j’appelle pauvres ceux qui n’ont pas trente livres tournois de rente, c’est-à-dire la valeur de six cents livres de pain de rente.

§ 5

Ces pauvres familles pourraient gagner [•] au moins cinq sous par demi-jour de fête, l’un portant l’autre, pendant les quatre-vingts et tant de jours de fêtes et dimanches de l’année1. Chacune de ces familles gagnerait donc par son travail [•] au moins vingt livres par an de plus ; ce qui ferait, pour [•] un million de familles, plus de vingt millions de livres. Or quelle aumône ne serait-ce point qu’une aumône annuelle de [•] vingt millions, répandue avec proportion sur les plus pauvres ? N’est-ce pas là un objet digne d’un concile national, qui pourrait ainsi perfectionner une ancienne règle ecclésiastique, et la rendre encore plus conforme à l’esprit de justice et de bienfaisance, c’est-à-dire plus [•] chrétienne dans le fond qu’elle n’est aujourd’hui [•] ?

§ 6

4. À l’égard même de ceux qui ne sont pas pauvres, il y a une considération qui porte à croire que si après la messe et les instructions du matin, ils se remettaient à leur travail et à leur négoce l’après-midi, ils n’iraient pas au cabaret dépenser, au grand préjudice de leurs familles, une partie de ce qu’ils ont gagné la semaine ; ils ne s’enivreraient pas ; ils ne se querelleraient pas au jeu ; et éviteraient ainsi les maux que causent l’oisiveté et la cessation d’un travail innocent et utile pour eux et pour l’État. Et qui ne sait que l’occupation continuelle est la mère de l’innocence !

§ 7

5. Si lorsque les premiers canons sur la cessation de travail ont été formés, les évêques qui les formaient avaient vu des cabarets et des jeux établis, s’ils avaient prévu tous les désordres que devaient causer l’oisiveté et la cessation d’occupation journalière, ils se seraient bornés à l’audition de la messe et à assister aux instructions du matin.

§ 8

D’ailleurs les maîtres d’école, les vicaires, les curés n’ont-ils pas toute la semaine à instruire et à catéchiser les enfants et ceux qu’ils croient n’être pas suffisamment instruits de ce qui est nécessaire à croire, à faire et à éviter pour obtenir le paradis et pour éviter l’enfer ?

§ 9

Ces instructions sont courtes, simples, et se réduisent à peu d’articles ; mais ce travail extraordinaire, entrepris pour la subsistance de leur famille, accompagné d’innocence, de foi, d’espérance et de charité, ne vaut-il pas encore mieux que les vêpres, soit pour acquérir les biens nécessaires à la vie présente, soit pour obtenir les biens de la vie future ? Et même ne peut-on pas les exhorter à chanter ces jours-là en langue vulgaire, en travaillant, les louanges de Dieu mises en chansons, pour les bienfaits qu’ils reçoivent de lui ?

§ 10

Il faudrait commencer par remettre toutes les fêtes au seul dimanche, et régler les heures de travail du dimanche après deux ou trois heures de prières ou d’instruction, etc. [•], et quatre heures, pour les enfants qui travaillent moins.


1.Vauban avait estimé ce nombre de jours chômés à 38 par an au début du XVIIIe siècle, auxquels il faut ajouter 52 dimanches, soit 90 au total. Les estimations de Noah Shusterman font apparaître une moyenne d’environ 290 jours travaillés vers 1730, dans la période de rédaction de l’Observation de l’abbé de Saint-Pierre, ce qui correspond à 75 jours chômés (« The Decline of Religious Holidays in Old Regime France (1642-1789) », French History, vol. XXIII, nº 3, 2009, p. 289-310).