Pour citer ce texte

Observations sur les colonies éloignées

Introduction, établissement et annotation du texte par Carole Dornier

§ 1

Ces Observations se présentent comme une réponse adressée à un tiers à la question de l’intérêt pour un État d’avoir des colonies (« pour répondre à votre question », Colonies, § 4). Publiées en 1735, elles font suite au Projet pour perfectionner le commerce de France qui développait les substantiels avantages apportés par les colonies, dont le succès de la culture du café à l’île Bourbon à partir de 1720 était une illustration1. Saint-Pierre revient sur ces avantages en s’appuyant sur les idées exprimées presque soixante ans auparavant par William Petty dans la préface et le chapitre V de Political Arithmetick : « […] les plantations en Amérique et les autres additions à la couronne sont un fardeau pour l’Angleterre »2. Dans cet ouvrage, Petty jugeait la défense, l’organisation civile et douanière des colonies lointaines trop coûteuses, les disparités sources de division politique. Sur le plan commercial, il rappelait que les colonies pouvaient faire concurrence à la métropole.

§ 2

Un an avant la parution des Observations de l’abbé de Saint-Pierre, Jean-François Melon avait fait paraître son Essai politique sur le commerce. C’est dans la deuxième version, parue en 1736, que Melon réfutait les thèses de Petty sur les colonies. Melon a probablement soumis une nouvelle version du chapitre sur les colonies à l’abbé, déjà sollicité pour commenter la première version de l’Essai3. Saint-Pierre voit dans le danger de révolte un des inconvénients de la colonie. L’exclusif, exploitation du sol au seul profit de la métropole, l’interdiction du commerce étranger, de la transformation des produits tropicaux et de l’achat ailleurs qu’à la métropole mettaient de fait les colons dans une situation de désobéissance permanente : pour Melon les comptoirs et forteresses établis par les compagnies de commerce monopolistiques n’ayant pas pour vocation d’assujettir les nations voisines ne pouvaient se comparer aux colonies des Espagnols en Amérique ni à la situation de l’Irlande vis-à-vis de l’Angleterre.

§ 3

Dans les années qui précèdent la rédaction de ces Observations, les autorités françaises avaient voulu interdire à la Martinique la création de nouvelles sucreries et le commerce du sucre avec les îles voisines, ce qui déclencha une révolte des colons, dite du « Goualé » (1717) et les colons de Saint-Domingue s’étaient soulevés contre la Compagnie des Indes (1722-1723)4. En prônant pour les colonies un « même degré de liberté dont les Français jouissent dans [les] provinces » (Colonies, § 5), l’auteur voit dans la prospérité de ces territoires et dans leur relative autonomie les conditions de leur utilité. L’impolice européenne, allusion aux analyses du Projet pour rendre la paix perpétuelle en Europe, renvoie aux risques de la guerre et aux rivalités entre puissances coloniales5. La défense des navires de commerce et des possessions lointaines apparaissait coûteuse tandis que le commerce de la Louisiane déclaré libre en 1731 avait relancé le débat sur l’utilité des monopoles6. L’abbé de Saint-Pierre avait perçu les risques du système de l’exclusif et l’idée de transformer les colonies en « provinces alliées » sera défendue plus tard par Choiseul et par Turgot7.

Note sur l’établissement du texte

Manuscrits

Sur les colonies éloignées, archives départementales du Calvados, 38 F 44 (ancienne liasse 6), texte avec additions et corrections autographes. (A)
Le texte d’origine (sans les corrections et les additions autographes qui seront intégrées dans l’imprimé) est une première version du texte.

Sur les colonies éloignées, archives départementales du Calvados, 38 F 44 (ancienne liasse 6), mise au net intégrant les corrections et additions de la copie précédente.
Texte identique à celui de l’imprimé.

Observations sur les colonies éloignées, BPU Neuchâtel, ms. R147, p. [1-2], 2 bl. (C)
Copie comportant une addition au texte de l’imprimé. Il peut s’agir d’une copie revue pour la seconde édition des ouvrages de l’auteur.

Imprimé

Observations sur les colonies éloignées, in OPM, Rotterdam, J. D. Beman, 1735, t. X, p. 278-280. (B)

§ 4

Nous proposons le texte de l’imprimé (B), avec les variantes du texte le plus ancien sans les corrections et additions (A) et celles du manuscrit de Neuchâtel (C).


2.William Petty, Political Arithmetick, or a Discourse Concerning the Extent and Value of Lands, People, Buildings […] [1676], préface, in The Economic Writings of Sir William Petty, Charles Henry Hull (éd.), Cambridge, University Press, 1899, vol. I, p. 241, en ligne (nous traduisons) ; voir Sabine Reungoat, « À l’école de l’Angleterre : échos de l’œuvre de William Petty dans la pensée économique française du premier XVIIIe siècle ».
3.Castel de Saint-Pierre, Observations sur l'ouvrage de M. Melon, BNF, N. A. Fr. 11231, f. 163r-v. Autographe.
4.Voir Jacques Petitjean Roget, Le Gaoulé : la révolte de la Martinique en 1717, Fort de France, Société d'histoire de la Martinique, 1966 ; Charles Frostin, Les révoltes blanches à Saint-Domingue aux XVIIe et XVIIIe siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008.
5.Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, Projet pour rendre la paix perpétuelle en Europe, Utrecht, A. Schouten, 1713, t. I, p. 239-240, 242 ; voir Paix1, § 571-572.
6.Voir Liliane Hilaire-Pérez, L’expérience de la mer : les Européens et les espaces maritimes au XVIIIe siècle, Paris, S. Arslan, 1997, IIe partie, chap. VIII.
7.Voir Jean-Michel Deveau, « Colonies », in Dictionnaire de l’Ancien Régime, Lucien Bély (dir.), Paris, PUF, 1996, p. 288.