Cartographie des études de Démographie Historique (XVIe-XVIIIe siècles)

 

« Cette cartographie interactive a été réalisée dans le cadre d’un Master Recherche en histoire à l’université de Caen, en 2012, sous la direction de Jean-Marc Moriceau. Elle s’appuie sur un corpus bibliographique important : plus de 2 000 références comprenant articles, maîtrises, masters, thèses, publications…

  • Les Sources

            Cette importante bibliographie a mis à contribution plusieurs sources. En premier lieu, elle a repris la première bibliographie du genre – « bibliographie des monographies paroissiales » - réalisée par René Le Mée en 1980 (DH. Bulletin d’information de la Société de Démographie Historique, 30, 1980.) constituée d’environ 550 références. A ce socle fondamental fut ajouté le dépouillement de la Bibliographie Annuelle de l’Histoire de France (uniquement les chapitres sur la démographie du XVIe siècle à 1789 des numéros de 1980 à 2008) qui apporta des références de toutes natures parmi lesquelles un grand nombre d’articles (environ 900). Une recherche bibliographique à partir de la base THEO (les travaux universitaires sur l’histoire de l’ouest de la France : DES, Maîtrises, DEA, Masters…) du CERHIO (Centre de Recherches Historiques de l’Ouest) à partir des deux mots-clés « démographie » puis « population » a également permis de compléter notre liste de références. Outre le fait d’indiquer l’existence d’une étude, la base THEO présente de plus l’avantage de communiquer la bibliothèque où celle-ci est conservée. Un vrai luxe ! Enfin, des dépouillements localisés sont venus finaliser l’édifice (université de Caen, Centre Roland Mousnier à l’université Paris IV-Sorbonne…).
Bien sûr, toutes les bases de données n’ont certainement pas été mises à contribution et certaines études sommeillent encore probablement dans leurs bibliothèques respectives. Sur ce point, l’intérêt du site internet est aussi et surtout de permettre à quiconque de nous communiquer des informations supplémentaires à côté desquelles nous serions passé. Néanmoins, nous pensons que cette cartographie est assez exhaustive et le manque d’informations est estimé, arbitrairement, étant inférieur à 15 %.

 

  • La Méthode

Quatre grandes étapes ont rythmé cette année de recherche :

  1. Recueil des références bibliographiques
  2. Réalisation de la base de données
  3. Cartographie des départements
  4. Réalisation du site internet

Ici, seule la présentation de l’étape 2 permettra à l’utilisateur de mieux saisir les logiques et les contraintes qui ont dirigé ce projet. Les autres étapes tiennent plus de la simple exécution technique. Il n’est donc pas nécessaire de les présenter… (Si toutefois vous vouliez des compléments d’informations à leur propos, n’hésitez pas à m’envoyer un email !). Une réflexion fut alors menée sur les requêtes que nous souhaitions voir effectuées par la base de données une fois celle-ci constituée. Exemples :

Requête 1 : Je ne voudrais retenir uniquement que les études portant sur le XVIe siècle.

Requête 2 : Je ne voudrais retenir uniquement que les études de Jacques Houdaille.

Requête 3 : Je ne voudrais retenir uniquement que les études de Jacques Houdaille portant sur le XVIe siècle.

Ces réflexions sur nos besoins ont permis de constituer les différents champs de notre tableur Excel. C’est grâce à eux que l’information a pu par la suite être filtrée. A titre d’information, voici les champs qui ont été retenus :

  • Auteur
  • Titre
  • Année
  • Nature de l’étude (article, maîtrise/DEA/master, thèse ou publication)
  • Publication : oui/non
  • Directeur d’étude
  • Thème
  • Revue
  • Où trouver l’étude ?
  • XVIe siècle : oui/non
  • XVIIe siècle : oui/non
  • XVIIIe siècle : oui/non
  • Reconstitution des familles : oui/non
  • Ville
  • Code INSEE
  • Département
  • Référence bibliographique complète

Une fois cette partie importante réalisée, il a fallu saisir une à une les références bibliographiques collectées lors de la première étape dans le tableur. De nouvelles difficultés se sont alors présentées…

     Nos cartes sont basées sur le maillage communal actuel tandis que les études faisaient référence à l’ancien cadre paroissial qui a disparu en même temps que l’Ancien Régime. Pour chacune de ces paroisses, il a donc fallu rechercher la commune actuelle correspondante. Heureusement, hormis quelques cas particuliers, le maillage communal reprend très fidèlement le maillage paroissial.

     Certaines études portaient sur plusieurs paroisses. Elles ont alors été enregistrées sur plusieurs communes. Ce travail a pu être réalisé lorsque les titres des études faisaient explicitement référence à ces paroisses. Nous l’avons également entrepris lorsque nous avions accès aux ouvrages. Exemple :

DINE Jean-Louis, Etude démographique de deux paroisses du nord du Pays d'Auge : Tourgéville (1662-1836) et Englesqueville-en-Auge (1671-1836), Maîtrise, Caen, 1987, 83 p.

L’étude a ainsi été enregistrée pour la commune de Tourgéville (14701) et celle d’Englesqueville-en-Auge (14238) et apparaît sur ces deux communes lorsque l’on clique dessus.

     Egalement, pour les études portant sur les migrations, la référence a été enregistrée dans la paroisse de départ ainsi que dans la paroisse d’arrivée.

     Chaque étude enregistrée sur une commune spécifique s’est donc vu attribuer un code INSEE. C’est par son intermédiaire que les cartes ont par la suite été réalisées en effectuant des jointures attributaires sur des logiciels SIG.

Voilà pour quelques unes des principales difficultés.

Le choix d’un figuré surfacique


     Nous avons voulu intégrer un maximum d’informations sur nos cartes sans pour autant nuire à leur lisibilité. Idéalement, nous aurions aimé proposer en légende des filtres « activables » qui auraient permis à l’utilisateur d’obtenir visuellement le résultat de sa requête. Faute de connaissances informatiques suffisantes, nous avons opté pour le figuré surfacique. Après réflexion, nous avons donc jugé utile de retenir comme critères la publication, la reconstitution des familles et pour terminer, les siècles sur lesquels la commune a été étudiée.

Attention
 : si une commune apparaît comme ayant été étudiée sur les XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, cela peut être le résultat de l’addition de trois études la concernant. La première sur le XVIe siècle, la seconde sur le XVIIe et la dernière sur le XVIIIe.

Bonne recherche !