CNRS

Rechercher




Accueil > Sommaires

Archéologie Médiévale - Tome 44 (2014)

359 pages, CNRS Éditions, 2014,

ISBN : 978-2-271-08272-5-1,

ISSN : 0153-9337, 47 €

Disponible chez CNRS Editions

-

-

- TABLE DES MATIÈRES -

-

Claire Hanusse, avec la collaboration d’Armelle Alduc-Le Bagousse, Vincent Hincker, Sophie Pillault, Jacqueline Pilet-Lemière et Benjamin Tixier
L’habitat de la Sente à Grentheville (Calvados), VIe-Xe siècle, dans le contexte du terroir de Mondeville Saint-Martin
Résumés et mots-clés


Frédéric Épaud
La grange de la léproserie Saint-Lazare de Beauvais
Résumés et mots-clés


Laurent Beuchet
De la motte du comte à la forteresse ducale  : le château de Guingamp (Côtes-d’Armor)
Résumés et mots-clés


Danièle Foy avec la collaboration de Marie-Christine Bailly-Maître
Verres médiévaux (XIIIe-XIVe siècle) à décor de gouttes rapportées. Les témoignages du midi de la France et leurs parallèles  : variantes, chronologie et filiations
Résumés et mots-clés


Christophe Vaschalde, Gwenaël Hervé, Philippe Lanos, Jacques Thiriot avec la collaboration de Lucie Garnier, Philippe Dufresne, Virginie Ropiot, Philippe Chapon et Lucas Martin
La datation des structures de cuisson  : intégration de l’archéomagnétisme et du radiocarbone, apports de l’anthracologie
Résumés et mots-clés


Chronique des fouilles médiévales en France en 2013

Répartition régionale des chantiers de fouille


Bulletin critique

Michel Bur, Jean-Pierre Boureux, Une Famille et sa maison  : Vanault-le-Châtel (XIIe-XIVes.) (Maer de Souza Taveira)

Maria Stella Calò Mariani, Françoise Piponnier (†), Patrice Beck et Caterina Laganara (édité par), Fiorentino, ville désertée nel contesto della Capitanate medievale (richerche 1982-1993) (Anne-Marie Flambard Héricher)

Marcel Moussette, Gregory A. Waselkov, Archéologie de l’Amérique Coloniale Française (Jean Chapelot)

Réponse au compte rendu de Jean Chapelot publié dans le bulletin critique d’Archéologie médiévale, t. 42, 2012, à propos de Florence Journot et Gilles Bellan (dir.), Archéologie de la France moderne et contemporaine (Gilles Bellan)

Livres reçus


Claire Hanusse, avec la collaboration d’Armelle Alduc-Le Bagousse, Vincent Hincker, Sophie Pillault, Jacqueline Pilet-Lemière et Benjamin Tixier
L’habitat de la Sente à Grentheville (Calvados), VIe-Xe siècle, dans le contexte du terroir de Mondeville Saint-Martin

Mots-clefs  : Normandie, village, haut Moyen Âge, parcellaire, dynamique territoriale, mobilier céramique, mobilier métallique, tremessis
Keywords  : Normandy, Village, early Middle Ages, Land-Division, Territory Dynamics, Pottery, Metal Artefacts, Tremessis
Schlüsselwörter  : Normandie, Dorf, Frühmittelalter, Flurbild, territoriale Dynamik, Keramikfunde, Metallfunde, tremessis

Résumé  : Le site de la Sente à Grentheville (Calvados), situé au sud-est de Caen, a fait l’objet, entre 1992 et 1998, de diagnostics et de fouilles qui ont mis au jour les vestiges d’un habitat daté entre le VIe et le début du Xe siècle prenant place dans un paysage structuré par un parcellaire remontant au moins au IIe siècle après J.-C., en marge d’un établissement hypothétiquement du Bas-Empire. L’occupation la plus significative est caractérisée par une première phase constituée principalement d’une vingtaine de fonds de cabane, auxquels ­succèdent­, aux mêmes emplacements, lors d’une deuxième phase, des bâtiments sur solins associés à des silos. Ces vestiges présentent de nombreuses similitudes avec ceux mis au jour sur le site de la Delle Saint-Martin à Mondeville, localisé à quelque 800 m au nord-ouest de la Sente. La présentation du mobilier associé permet de s’interroger sur la nature de cet habitat et sur sa place dans la hiérarchie des lieux habités au cours du haut Moyen Âge et, plus largement, dans l’occupation d’un terroir où de nombreuses fouilles archéologiques réalisées depuis 40 ans ont démontré la présence d’une grande densité de vestiges depuis la préhistoire jusqu’à la fin du Moyen Âge.

Abstract  : The 6th to10th century settlement site at Grentheville (Calvados) within the context of the Mondeville Saint-Martin lands. Archaeological investigations carried out between 1992 and 1998 on the la Sente site at Grentheville, to the south-east of Caen, revealed evidence of a settlement occupied from the 6th to the early 10th century AD. It had developed on the outskirts of a presumed late-Roman settlement, within a landscape structured by land divisions originating from at least the 2nd century AD. The most significant occupation is characterised by an initial phase of twenty-odd sunken-featured buildings which are replaced in a second phase by buildings with footings and associated storage pits. These structures offer many similarities with those excavated on the La-Delle-Saint-Martin site at Mondeville, some 800m north-west of la Sente. Examination of associated finds raises questions concerning the settlement’s function, its position in the hierarchy of early medieval habitat sites and more generally its place in a landscape densely occupied from prehistory until the end of the Middle Ages, as demonstrated by archaeology over the last forty years.

Zusammenfassung  : Die Siedlung la Sente in Grentheville bei Caen (6.-10. Jh.) im Rahmen der Siedlungskammer Mondeville Saint-Martin. In der Flur la Sente der Gemarkung Grentheville, südöstlich von Caen (Calvados), fanden zwischen 1992 und 1998 Grabungen statt. Sie legten die Spuren einer Siedlung frei, die vom 6. bis zum frühen 10. Jh. bestand und zu einer Landschaft gehörte, deren Flurbild mindestens bis ins 2. Jh. n. Chr. zurückging, am Rand einer vermutlich spätrömischen Stätte. In der Hauptsache bestand die erste Phase dieser Siedlung aus ca. 20 Grubenhäusern, und die zweite, an gleicher Stelle, aus Ständerbauten mit Vorratsgruben. Diese Befunde ähneln sehr denen, die in der Flur La Delle Saint-Martin der Gemeinde Mondeville, 800 m nordöstlich von la Sente, aufgedeckt wurden. Die Funde der Grabung von la Sente werfen Fragen zum Charakter dieser Siedlung und zu ihrem Platz in der Hierarchie der frühmittelalterlichen Wohnplätzen auf, und allgemeiner in der Besiedlung einer Siedlungskammer, in welcher die zahlreichen Grabungen der letzten 40 Jahren eine große Dichte von Funden von der Vorgeschichte bis zum Spätmittelalter nachgewiesen haben.


Frédéric Épaud
La grange de la léproserie Saint-Lazare de Beauvais

Mots-clés : léproserie, grange, charpente, bois, marque, dendrochronologie
Keywords : Leper-House, Barn, Wood-Frame, Wood, Mark, Dendrochronology
Schlüsselwörter : Leprosenhaus, Scheune, Dachwerk, Holz, Abbundzeichen, Dendrochronologie

Résumé : Implantée aux abords de la ville de Beauvais, la léproserie Saint-Lazare comprenait, dans un vaste enclos compartimenté en trois espaces fonctionnels (administratif/lépreux/agricole), de nombreux bâtiments du XIIe et XIIIe siècle. Parmi ceux-ci, une grange de près de 50 m de long sur 22 m de large, possédant une charpente intégralement conservée, a fait l’objet d’une étude archéologique pour en comprendre les techniques de mises en œuvre. Elle a démontré que, pour les besoins de la charpente, près de 760 chênes ont été abattus en automne-hiver 1219-1220. La charpente à chevrons-formant-fermes, qui repose sur deux files de grandes arcades maçonnées, définit un vaisseau central et deux collatéraux, dont l’un servait de passage charretier pour l’engrangement. Son relevé a révélé l’utilisation de principes structurels propres aux charpentes des grandes églises gothiques franciliennes et aussi l’emploi d’assemblages d’une complexité exceptionnelle, ce qui fait de cette grange un véritable laboratoire de conception et d’expérimentation des nouvelles techniques de charpenterie pour sa période.

Abstract : The barn of the Saint Lazarus leper-house in Beauvais. The Saint Lazarus leper-house, established within a vast enclosure on the outskirts of Beauvais, was comprised of three functional areas (administration, lepers’ residence, farm) which included numerous 12th and 13th century buildings. Amongst these is a barn almost 50m in length and 22m wide whose totally-preserved roof timbers have been examined archaeologically to understand construction techniques. Analysis shows that almost 760 oaks were felled in the autumn-winter of 1219-1220 to provide the frame-work. The roof-frame, composed of rafters forming trusses which stand upon two lines of large masonry arches, defines a central nave and two collaterals, one of which provided cart-access for storing. Study of the barn reveals the use of structural principals peculiar to the roof frames of the great gothic churches in the Paris area as well exceptionally complex assemblages, thus making it a testing-ground for conceiving and trying-out the new wood-framing techniques of the period.

Zusammenfassung : Das Aussätzigenhaus zum hl. Lazarus, in der Nähe der Stadt Beauvais, bestand aus einer weitläufigen Einfriedigung, die in drei Teile mit unterschiedlichen Funktionen zerfiel : Verwaltung, Aufenthalt der Leprosen und Landwirtschaft. Es enthielt viele Bauten des 12. und 13. Jhs., darunter eine fast 50 x 22 m große Scheune, deren Dachwerk vollständig erhalten ist. Diese wurde bauforscherisch untersucht, um ihre Bautechnik zu klären. Es zeigte sich, dass für ihr Dachwerk im Herbst und im Winter 1219/20 fast 760 Eichen gefällt wurden. Das Kehlbalkendach stützt sich auf zwei gemauerte Arkadenreihen, die ein Haupt- und zwei Nebenschiffe abgrenzen ; eins von ihnen diente als Wagendurchfahrt. Die Bauaufnahme dieses Dachwerks zeigte, dass es nicht nur dieselben Bauprinzipien aufwies, wie die großen gotischen Kirchen der Ile-de-France, sondern auch Holzverbindungen von außergewöhnlicher Komplexität ; damit ist diese Scheune für ihre Zeit ein wahres Experimentierfeld innovativer Dachkonstruktion.


Laurent Beuchet
De la motte du comte à la forteresse ducale  : le château de Guingamp (Côtes-d’Armor)

Mots-clés  : archéologie préventive, enceinte castrale, shell-keep, château-fort, artillerie, château de ville, Bretagne, Penthièvre
Keywords : Preventive Archaeology, Castle Enclosure, Shell-keep, Castle, Artillery, Urban castle, Bretagne, Penthièvre
Schlüsselwörter : Notgrabung, Ringmauer, shell-keep, Burg, Artillerie, Stadtburg, Bretagne, Penthièvre

Résumé  : La fouille préventive du château de Guingamp a mis au jour les vestiges de trois aménagements successifs du château, sur une superficie de près de 2 000 m2. Elle éclaire l’évolution de cette résidence seigneuriale au cœur de l’histoire de la Bretagne médiévale. Les vestiges les plus anciens appartiennent à une enceinte de terre datable du xie-xiie siècle, fondée lors de la création de l’apanage de Penthièvre pour le frère cadet du duc Alain III. Une nouvelle enceinte maçonnée polygonale est construite sur le modèle des shell-keeps anglo-normands, probablement dans la seconde moitié du xiie siècle alors que la Bretagne appartient à l’empire Plantagenêt. Enfin, une nouvelle forteresse est mise en chantier dans les années 1440. C’est l’une des premières réalisations adaptées à l’artillerie à poudre. Elle reste toutefois inachevée et est rasée sur ordre royal en 1626, suite aux troubles des premières années du règne de Louis XIII.

Abstract : From count’s motte to ducal fortress : Guingamp castle (Côtes-d’Armor, Brittany). Preventive archaeological excavation in Guingamp castle has revealed evidence of three successive phases of its development, covering an area of ​​nearly 2000 square meters. It casts new light on the evolution of a seigniorial residence which is central to the history of medieval Brittany. The earliest remains are part of a circular earthwork datable to the eleventh and twelfth centuries, founded during the creation of the lordship of Penthièvre for the younger brother of Duke Alain III. A new polygonal curtain-wall, on the model of Anglo-Norman shell-keeps, is built probably in the second half of the twelfth century when Brittany belonged to the Plantagenet Empire. Building of a new fortress is begun in the 1440s and is one of the first constructions adapted to gunpowder artillery. However, it remains unfinished and is destroyed by royal order in 1626, following the troubles in the early years of the reign of Louis XIII.

Zusammenfassung : Von der Grafenmotte zur herzoglichen Festung : die Burg Guingamp (Bretagne). Die Burg von Guingamp war auf einer Fläche von fast 2000 m2 Gegenstand einer Notgrabung, die die Reste von drei aufeinanderfolgenden Anlagen zu Tage förderte. Diese Maßnahme beleuchtete die Entwicklung jenes mit der mittelalterlichen Geschichte der Bretagne eng verwobenen Adelssitzes. Die ältesten Spuren gehören zu einem Erdringwall des 11./12. Jhs., der entstand, als die Herrschaft des Penthièvre dem jüngeren Bruder des Herzogs Alain III. als Apanage zugeteilt wurde. Wohl in der zweiten Hälfte des 12. Jhs., als die Bretagne zum Reich der Plantagenêts gehörte, wurde nach dem Muster der anglonormannischen shell-keeps eine neue, polygonale Ringmauer aus Mauerwerk erbaut. In den 1440er Jahren wurde eine neue Befestigung in Angriff genommen – eine der ersten, die auf die Artillerie angemessen reagierte. Sie blieb jedoch unvollendet und wurde 1626, nach den Unruhen der ersten Jahren Ludwigs XIII., auf königlichen Befehl geschleift.


Danièle Foy avec la collaboration de Marie-Christine Bailly-Maître
Verres médiévaux (XIIIe-XIVe siècle) à décor de gouttes rapportées. Les témoignages du midi de la France et leurs parallèles  : variantes, chronologie et filiations

Mots-clefs  : verre, décor appliqué, XIIIe siècle, atelier, échanges, influences, Occident chrétien, États latins d’Orient
Keywords : Glass, applied Decoration, 13th century, Workshop, Exchange, Influences, Christian Occident, Latin States
Schlüsselwörter : Glas, aufgelegte Verzierungen, 13. Jh., Werkstatt, Austausch, Einflüsse, christliches Abendland, Kreuzfahrerstaaten

Résumé  : La présentation de mobilier inédit provenant du Languedoc (Montpellier ; Saint-Laurent-le-Minier), de Provence (Marseille ; prieuré de Saint-Symphorien à Bonnieux) et de Damas (citadelle) est l’occasion de faire le point sur les gobelets à gouttes de verre appliquées. Ce décor est le dénominateur commun d’une vaisselle utilisée au XIIIe et XIVe siècle dans une grande partie des mondes chrétien et islamique. On s’intéressera à la distribution de ces objets, à leurs variantes et à leur datation ainsi qu’aux aires de production très dispersées. Les parentés de forme et de décor obligent à s’interroger sur l’origine de ces objets, les influences ou les connexions stylistiques ainsi que sur de possibles déplacements d’artisans.

Abstract : 13th and 14th century medieval glass-ware with applied droplet decoration. Evidence from the South of France and parallels : variants, chronology and connexions. A presentation of unpublished artefacts from the Languedoc (Montpellier, Saint-Laurent-le-Minier), Provence (Marseille, the Saint-Symphorien priory at Bonnieux) and Damascus (the citadel) provides an opportunity for a review of glass beakers with applied droplets. This form of decoration is a common denominator of glass-ware used during the 13th and 14th centuries in a large part of the Christian and Islamic worlds. Attention is given to the distribution, variants and dates of these objects, and also to their highly-scattered regions of production. Related forms and decoration incite questions of origins, influences or stylistic connexions in addition to possible movements of craft-persons.

Zusammenfassung : Südfranzösische Nuppengläser des 13. und 14. Jhs. und ihre Entsprechungen – Varianten, Chronologie, Ableitungen. Unpublizierte Funde aus dem Languedoc (Montpellier ; Saint-Laurent-le-Minier), aus der Provence (Marseille ; Priorat St. Symphorian in Bonnieux) und aus Damaskus (Zitadelle) werden vorgestellt und bei dieser Gelegenheit wird ein Überblick über die Nuppengläser geboten. Im 13. und 14. Jh. wird in einem Großteil der christlichen und der islamischen Welt Glasgeschirr mit Nuppen verziert. Es wird nach der geographischen Verteilung dieser Objekte, nach ihren Varianten und ihrer Datierung gefragt, ebenso nach ihren – weit zerstreuten – Herstellungsgebieten. Die Verwandschaft ihrer Formen und ihrer Verzierungen lässt Fragen zu ihrer Herkunft, zu stilistischen Einflüssen oder Zusammenhängen und zu etwaigen Handwerkerwanderungen aufkommen.


Christophe Vaschalde, Gwenaël Hervé, Philippe Lanos, Jacques Thiriot avec la collaboration de Lucie Garnier, Philippe Dufresne, Virginie Ropiot, Philippe Chapon et Lucas Martin
La datation des structures de cuisson  : intégration de l’archéomagnétisme et du radiocarbone, apports de l’anthracologie

Mots-clefs : datation, radiocarbone, archéomagnétisme, modélisation chronologique bayésienne, structures de cuisson, anthracologie, Moyen Âge, fours à chaux, fours de potier, fours de tuilier
Keywords : Dating, Radiocarbon, Archaeomagnetism, Bayesian Chronological Modelling, Firing Structures, Anthracology, Middle Ages, Lime Kilns, Pottery Kilns, Tile Kilns
Schlüsselwörter : Datierung, Radiokarbon, Archäomagnetismus, Bayessche chronologische Modellierung, Backvorrichtungen, Anthrakologie, Mittelalter, Kalkofen, Töpferofen, Ziegelofen

Résumé : La datation constitue l’une des problématiques majeures de l’archéologie. Le développement récent des méthodes statistiques de combinaison des informations chronologiques a ouvert de nouvelles perspectives à ce propos. Grâce en particulier à l’approche statistique bayésienne, les résultats des datations par le radiocarbone et par l’archéomagnétisme peuvent être combinés avec la typochronologie des artefacts et avec la stratigraphie. L’objectif est de déterminer précisément l’instant de la dernière chauffe d’une structure artisanale de cuisson. Pour juger du synchronisme de la mort du bois, daté par le radiocarbone, avec la dernière chauffe, datée par archéomagnétisme, le recours à des analyses complémentaires comme l’anthracologie apparaît essentiel. La mise en œuvre et le potentiel de cette approche intégrée sont exposés au travers de quatre exemples médiévaux (fours de potier, de tuilier et de chaufourniers).

Abstract : The dating of firing-structures : integration of archaeomagnetic and radiocarbon methods, the contribution of anthracology. Dating constitutes one of the major issues in archaeology. The recent development of statistical methods for combining chronological information has brought new perspectives to this area. Through use in particular of the Bayesian statistical approach, the results from radiocarbon and archaeomagnetic dating can be combined with artefact typochronology and stratigraphy. The aim is to determine precisely the moment at which a craft firing-structure was fired for the last time. In order to judge the synchronism between the wood’s death, dated by radiocarbon, and the final firing dated by archaeomagnetism, it appears essential to have recourse to supplementary analyses such as anthracology. Four medieval examples (pottery, tile and lime kilns) are used to present the application and potential of this integrated approach.

Zusammenfassung : Zur Datierung der Brennvorrichtungen – Integration von Archäomagnetismus und Radiokarbon, Beitrag der Anthrakologie. Eine der Hauptfragen in der Archäologie ist die Datierung. Neuere methodische Entwicklungen in der Statistik zur Verknüpfung von chronologischen Daten eröffnen in diesem Gebiet neue Perspektiven. Dank insbesondere der Bayesschen statistischen Methode können Radiokarbon- und Archäomagnetismusdatierungen mit der Typochronologie der Artefakten und mit der Stratigraphie verknüpft werden. Ziel ist es, die letzte Feuerung einer handwerklichen Brennvorrichtung präzise zu datieren. Um zu beurteilen, inwiefern das Fälldatum des radiokarbondatierten Holzes mit der archäomagnetisch datierten letzten Feuerung zeitlich übereinstimmt, scheinen zusätzliche Analysen, etwa anthrakologische, unerlässlich. Die Verwendung und das Potential dieser integrierten Methode werden an vier mittelalterlichen Beispielen (Töpfer-, Ziegel- und Kalköfen) aufgezeigt.



[|Chronique des fouilles médiévales en France en 2013|]

[|Répartition régionale des chantiers|]

Les chiffres romains I, II, III, IV, V, VI, VII, désignent le domaine de recherche auquel se rapporte le chantier mentionné, à savoir :
I : Constructions et habitats civils, II : Constructions et habitats ecclésiastiques, III : Constructions et habitats fortifiés, IV : Sépultures et nécropoles, V : Installations artisanales, VI : Archéologie subaquatique, VII : Diverses chroniques ; les chiffres arabes 1, 2, 3 indiquent respectivement 1 : les opérations de terrain, 2 : les prospections, 3 : les projets collectifs de recherche.


ALSACE

I 1.
BALBRONN (Bas-Rhin). Maison forestière de l’Elmerforst
MARLENHEIM (Bas-Rhin). In der Hofstadt
RIQUEWIHR (Haut-Rhin). Abords de l’Hôtel de Ville

II 1.
KUTTOLSHEIM (Bas-Rhin). Église Saint-Jacques

III 1.
CHÂTENOIS (Bas-Rhin). Jardin du presbytère
ENSISHEIM (Haut-Rhin). À proximité de l’ancien Arsenal
KAYSERSBERG (Haut-Rhin). Fossé des Remparts
THANN (Haut-Rhin). Château de l’Engelbourg

III 2.
ANDLAU (Bas-Rhin). Château

IV 1.
SAUSHEIM (Haut-Rhin). 31 rue des Vergers
STRASBOURG (Bas-Rhin). Place Saint-Thomas

V B3.
SAINTE-MARIE-AUX-MINES, STEINBACH (Alsace). Mines et métallurgie des non-ferreux en Alsace du haut Moyen Âge au XVIe s.

AQUITAINE

I 1.
BORDEAUX (Gironde). Rue de la Benauge
BORDEAUX (Gironde). 15, rue du Grand Rabbin Joseph Cohen – 18, rue Canihac
BOUGUE (Landes). La Bouillerie
BUZET-SUR-BAÏSE (Lot-et-Garonne). Lagneau Ouest
SORGUES (Dordogne). Maison Gavaudan
VÉRAC (Gironde). Cap d’Oustau

I 3.
SAINT-ÉMILION (Gironde). Saint-Émilion et sa juridiction. Genèse, architecture et formes d’un territoire

II 1.
BRUGES (Gironde). Église Saint-Pierre

III 1.
BIRON (Dordogne). Château
LANGOIRAN (Gironde). Le Castéra
SORGUES (Dordogne). Rue du Château

IV 1.
BORDEAUX (Gironde). Place de Renaudel
BUZET-SUR-BAÏSE (Lot-et-Garonne). Lagneau Est
LALINDE (Dordogne). Église Saint-Pierre
MONTAGNE (Gironde). Église Saint-Martin
VILLENAVE-D’ORNON (Gironde). Église Saint-Martin

VA 1.
SAINT-MÉDARD-DE-MUSSIDAN (Dordogne). Chauzeys - secteur médiéval

VI 2.
MÉES (Landes). L’Irle

VII 1.
SAINT-MÉDARD-DE-MUSSIDAN (Dordogne). Daudy, les Drouillas, la fontaine Courtaise

AUVERGNE

I 1.
CLERMONT-FERRAND (Puy-de-Dôme). Angle des rues Fontgiève, Gautrez et Sainte-Rose
MONTLUÇON (Allier). Maugacher
MUROL (Puy-de-Dôme). Commune et château

II 1.
MOZAC (Puy-de-Dôme). L’abbaye Saint-Pierre
ORBEIL (Puy-de-Dôme). Les Toureaux

III 1.
DUNIÈRES (Haute-Loire). La Tour
MOLLES (Allier). La Couronne, les Malavaux

VC 1.
ORCET (Puy-de-Dôme). Zera

VI 1.
LIMONS (Puy-de-Dôme). Les Baraques

VII 1.
CLERMONT-FERRAND (Puy-de-Dôme). Scène nationale

BOURGOGNE

I 1.
CLUNY (Saône-et-Loire). La Maison des Dragons

I 3.
AUTUN (Saône-et-Loire). Traces d’occupation médiévale au sein du complexe monumental antique de la Genetoye

II 1.
CLUNY (Saône-et-Loire). Abbaye Saint-Pierre-Saint-Paul
CLUNY (Saône-et-Loire). Les Hôtelleries Saint-Hugues
VERGISSON (Saône-et-Loire). Place de l’église
VÉZELAY (Yonne). Abbaye, cloître

III 1.
MARTAILLY-LÈS-BRANCION (Saône-et-Loire). Château de Brancion  : talus nord au pied du donjon

III 3.
LA GRANDE VERRIERE (Saône-et-Loire). L’occupation rurale en Morvan et Autunois médiéval (Ve-XVIe s.)  : Étude des châteaux de Glenne et Vauteau

VA 1.
AUTUN (Saône-et-Loire). 17 rue Saint-Antoine / 1 rue Lauchien-le-Boucher

VB 3.
LORRAINE, BOURGOGNE, CHAMPAGNE-ARDENNE, ÎLE-DE-FRANCE. Les formes d’organisation de la production du fer en métallurgie ancienne. Systèmes de production et chaîne opératoire dans les ateliers de l’est du Bassin parisien, de l’âge du fer au haut Moyen Âge.

BRETAGNE

I 1.
TORCÉ (Ille-et-Vilaine). Le manoir de Vassé

II 1.
RENNES (Ille-et-Vilaine). Le couvent des Jacobins

III 1.
LANGOËLAN (Morbihan). Talhouët
RENNES (Ille-et-Vilaine). Les Portes Mordelaises
SARZEAU (Morbihan). Suscinio

V A3.
PAYS DE LA LOIRE – BRETAGNE. La céramique médiévale dans les Pays de la Loire et en Bretagne du XIe au XVIe s.

CENTRE

I 1.
BRUÈRE-ALLICHAMPS/VALLENAY (Cher). Allichamps
GRISELLES (Loiret). Les Terres du Bourg
MARIGNY-MARMANDE (Indre-et-Loire). La Perrière, la Fuye
NEUVILLE-AUX-BOIS (Loiret). Rue Garde
PUSSIGNY (Indre-et-Loire). Le Vigneau
SAINTE-CATHERINE-DE-FIERBOIS (Indre-et-Loire). Pré de la Fosse/Les Clavaux
SAINTE-MAURE-DE-TOURAINE (Indre-et-Loire). Devant la Boisselière
SAINT-GERMAIN-DU-PUY (Cher). Les Boubards
TRAINOU (Loiret). Clos du Vieux Moulin

II 1.
BOURGES (Cher). Avenue Jean Jaurès et impasse de Galants Verts. « Le Bon Pasteur »
BOURGES (Cher). Rues Carolus et Jean Baffier, Site Marie Immaculée
CHÂTEAUROUX (Indre). Le Couvent des Cordeliers
RICHE (LA) (Indre-et-Loire). Prieuré Saint-Cosme
TOURS (Indre-et-Loire). Marmoutier

III 1.
GIEN (Loiret). Le château
LOCHES (Indre-et-Loire). Le château

IV 1.
ALLONNES (Eure-et-Loir). La Mare des Saules

VA 1.
SARAN (Loiret). La Guignace

VII 1.
CHAMBORD (Loir-et-Cher). Le château, parterres nord et est

CHAMPAGNE-ARDENNE

I 1.
CHÂLON-EN-CHAMPAGNE (Marne). 26, rue des Vieilles Postes
CORMONTREUIL (Marne). 4, rue Manoël Pinto
MAIZIÈRES-LÈS-BRIENNE (Aube). Rue Gaullière
SAINT-LÉGER-PRÈS-TROYES (Aube). La Couture
WARMERIVILLE (Marne). La Bassière

II 1.
PARNOY-EN-BASIGNY (Haute-Marne). Ancienne abbaye de Morimond

III 1.
NOGENT-SUR-SEINE (Aube). Ilot Saint-Époing

IV 1.
VITRY-LA-VILLE (Marne). Le Cray

VB 3.
LORRAINE, BOURGOGNE, CHAMPAGNE-ARDENNE, ÎLE-DE-FRANCE. Les formes d’organisation de la production du fer en métallurgie ancienne. Systèmes de production et chaîne opératoire dans les ateliers de l’est du Bassin parisien, de l’âge du fer au haut Moyen Âge.

FRANCHE-COMTÉ

I 1.
NOZEROY (Jura). Place des Annonciades
SALINS-LES-BAINS (Jura). Les galeries de la Grande Saline

II 1.
CHAMPLITTE (Haute-Saône). Ancien couvent des Augustins
GIGNY-SUR-SURAN (Jura). Abbatiale

III 1.
ARBOIS (Jura). Au vieux château
CHASSAGNE-SAINT-DENIS (Doubs). Château de Scey dit Castel Saint-Denis
FAUCOGNEY (Haute-Saône). Enceinte urbaine
FONDREMAND (Haute-Saône). Tour médiévale du château
SALINS-LES-BAINS (Jura). Camp du Château

III 2.
CHAUX-DES-CROTENAY (Jura). Château Champ-des-Mottes
VESCLES (Jura). Château d’Oliferne

III 3.
FRANCHE-COMTÉ. Les sites de hauteur de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge en Franche-Comté (IVe-IXe s.)

IV 1.
BAVANS (Doubs). Rue des Fleurs

VB 3.
SAINT-VALBERT (Haute-Saône). La carrière de sarcophages

V C1.
GROZON (Jura). Le Château Maillot

GUADELOUPE

VI 1.
POINTE-À-PITRE (Guadeloupe). Épave de la passe

GUYANE

IV 1.
RÉMIRE-MONTJOLY (Guyane). Habitation Loyola

ÎLE-DE-FRANCE

I 1.
FLEURY-MÉROGIS (Essonne). La Remise de la Croix Blanche
MARLY-LE-ROY (Yvelines). La Rivière et les Nappes
MAROLLES-SUR-SEINE (Seine-et-Marne). Ferme de la Muette – le Fief de Montigny
PALAISEAU (Essonne). Quartier Ouest de Polytechnique (Nord) - La Troche
VICQ (Yvelines). Rue du Radet

II 1.
ARCUEIL (Val-de-Marne). Église Saint-Denys, maison paroissiale
GRANGES-LE-ROI (Essonne). Abbaye Notre-Dame de l’Ouÿe
NOISY-LE-GRAND (Seine-Saint-Denis). Église Notre-Dame et Saint-Sulpice et abords
SAINT-MAUR-DES-FOSSÉS (Val-de-Marne). Vieux Saint-Maur, institut médico-éducatif, 1 rue de l’abbaye

III 1.
NEUILLY-SUR-MARNE (Seine-Saint-Denis). Établissement public de santé
VIARMES (Val-d’Oise). Le château
YERRES (Essonne). Château Guillaume de Budé

IV 1.
CHENNEVIÈRES-SUR-MARNE (Val-de-Marne). Chevet de l’église Saint-Pierre

IV 3.
ÎLE-DE-FRANCE. Archéologie des nécropoles mérovingiennes en Île-de-France

VA 1.
SAINT-DENIS (Seine-Saint-Denis). Îlot Condroyer

VB 3.
LORRAINE, BOURGOGNE, CHAMPAGNE-ARDENNE, ÎLE-DE-FRANCE. Les formes d’organisation de la production du fer en métallurgie ancienne. Systèmes de production et chaîne opératoire dans les ateliers de l’est du Bassin parisien, de l’âge du fer au haut Moyen Âge.

VC 1.
MAULETTE (Yvelines). Rue des Vignes – partie nord
TREMBLAY-EN-FRANCE (Seine-Saint-Denis). Rue de Chalmassy
TREMBLAY-EN-FRANCE (Seine-Saint-Denis). 8-10, rue des Fossés, allée du Genévrier

VII 1.
CHELLES (Seine-et-Marne). 10-18, rue Sainte-Bathilde

LANGUEDOC-ROUSSILLON

I 1.
ARGELÈS-SUR-MER (Pyrénées-Orientales). Taxo-d’Avall – L’Orangeraie
BÉZIERS (Hérault). Chaudronniers
BÉZIERS (Hérault). Saint-Jacques

I 3.
LAGRASSE (Aude). L’abbaye, le bourg, le terroir

II 1.
ANTUGNAC (Aude). Castrum de Croux  : l’église Sainte-Croix.
PALAJA (Aude). Cazaban – Église Saint-Foulc
SAINT-PAPOUL (Aude). Abbaye

II 3.
SAINT-GILLES-DU-GARD (Gard). Projet collectif de recherche « AEGIMAIOR. L’ancienne abbaye de Saint-Gilles-du-Gard. Archéologie et histoire monumentale d’un site monastique majeur du Midi de la France »

IV 1.
BÉZIERS (Hérault). Mazeran

VB 1.
VILLEVEYRAC (Hérault). Le Marouchs

VI 2.
MARSILLARGUES (Hérault). Mas Desports

VI 3.
AIGUES-MORTES (Gard). Recherches géoarchéologiques autour des ports médiévaux d’Aigues-Mortes, résultats préliminaires

VII 3.
ANGOUSTRINE, VILLENEUVE-LES-ESCALDES,UR (Pyrénées-Orientales). Site de La Coume Païrouneïll et ses alentours

LIMOUSIN

II 1.
SAINT-SYLVESTRE (Haute-Vienne). Abbaye chef d’ordre de Grandmont
SOLIGNAC (Haute-Vienne). Centre bourg
III 1.
SAINT-DIZIER-LEYRENNE (Creuse). Murat

IV 1.
LOUIGNAC (Corrèze). La Reynie

LORRAINE

I 1.
ANCERVILLE (Meuse). Au calvaire
DIEULOUARD (Meurthe-et-Moselle). 4-6, rue François-Sesmat
FÊVES (Moselle). Les Cumelottes
METZ (Moselle). 32, rue Vigne Saint-Avold
PIERREVILLERS (Moselle). La Cour des Templiers
PONT-À-MOUSSON (Meurthe-et-Moselle). L’Embise

II 1.
METZ (Moselle). Église Saint-Vincent
VERDUN (Meuse). Abbaye Saint-Vanne

III 1.
BLÂMONT (Meurthe-et-Moselle). Château
DARNIEULLES (Vosges). Tour d’habitation seigneuriale
FLEURY (Moselle). Le domaine de la Tour
METZ (Moselle). Ancienne manufacture des tabacs
RODEMACK (Moselle). Le Burg, la citadelle
WOIPPY (Moselle). Le Château

III 2.
METZ (Moselle). Allée de la Tour des Esprits  : « Fausse braie de la porte des Allemands »

VA 1.
PHALSBOURG (Moselle). ZAC Louvois, phase 1

VB 1.
CHAMPIGNEULLES (Meurthe-et-Moselle). Station de Bellefontaine

VB 3.
LORRAINE, BOURGOGNE, CHAMPAGNE-ARDENNE, ÎLE-DE-FRANCE. Les formes d’organisation de la production du fer en métallurgie ancienne. Systèmes de production et chaîne opératoire dans les ateliers de l’est du Bassin parisien, de l’âge du fer au haut Moyen Âge

MIDI-PYRÉNÉES

I 1.
MONTECH (Tarn-et-Garonne). Le Bois de Fromissard
VAREN (Tarn-et-Garonne). Prieuré, aile des moines

II 1.
MOISSAC (Tarn-et-Garonne). 18, rue de la République
MOISSAC (Tarn-et-Garonne). « Patus »
VIELMUR-SUR-AGOUT (Tarn). Tour des Lautrec

III 1.
AUZAT (Ariège). Montréal-de-Sos
MAZAMET (Tarn). Saint-Sauveur d’Hautpoul

IV 1.
MONTRICOUX (Tarn-et-Garonne). Place Marcel Lenoir
NOGARO (Gers). Cloître de la collégiale Saint-Nicolas

NORD-PAS-DE-CALAIS

I 1.
DOUAI (Nord). Extension du palais de justice
NOYELLES-GODAULT (Pas-de-Calais). Rue Jules Ferry
VILLENEUVE D’ASCQ (Nord). Rue Louis Constant
VILLENEUVE D’ASCQ (Nord). 39 rue de la Liberté

II 1.
MONT-SAINT-ÉLOI (Pas-de-Calais). Rue du général Bardot
SAINT-OMER (Pas-de-Calais). Place Saint-Jean

III 1.
CAMBRAI (Nord). Rue de l’Escaut
CAMBRAI (Nord). Château de Selles
CONDÉ-SUR-L’ESCAUT (Nord). Château de l’arsenal
CONDETTE (Pas-de-Calais). Château d’Hardelot
SAINT-OMER (Pas-de-Calais). Place Sithieu

IV 1.
LAUWIN-PLANQUE (Nord). Rue du Calvaire

V A1.
TÉTEGHEM (Nord). Route de la Branche

NORMANDIE (HAUTE)

I 1.
CARSIX (Eure). Le Mouchel
ELBEUF-SUR-SEINE (Seine-Maritime). 57, rue Guynemer
ÉVREUX (Eure). Abords de la cathédrale
LÉRY (Eure). Rue du 8 Mai
PARVILLE-GAUVILLE-LA-CAMPAGNE (Eure).

II 1.
GISORS (Eure). La chapelle Saint-Luc de la léproserie Saint-Lazare

III 1.
ÉCRETTEVILLE-LÈS-BAONS (Seine-Maritime). Manoir du Castel
HARCOURT (Eure). Le Château

VA 3.
NORMANDIE (HAUTE ET BASSE). Typochronologie de la céramique médiévale et moderne en Normandie

NORMANDIE (BASSE)

I 1.
BAYEUX (Calvados). 5 rue de la Juridiction
CAIRON (Calvados). Rue des Écureuils 2
COLLEVILLE-MONTGOMERY (Calvados). La Mare Gobe

II 1.
FLERS (Orne). Places Saint-Germain, Vayssières et Paulette Duhalde
PORTBAIL (Manche). L’église Notre-Dame
SAINT-ANDRÉ-EN-GOUFFERN (Calvados). Abbaye savignio-cistercienne
SAINT-ÉVROULT-NOTRE-DAME-DU-BOIS (Orne). L’abbaye

III 1.
BELLÊME (Orne). Rue ville close - La porte Saint-Sauveur
CAEN (Calvados). Le château
POMMERAYE (LA) (Calvados). Château Ganne

IV 3.
NORMANDIE. Étude des matériaux organiques dans les tombes du haut Moyen Âge  : un apport à la connaissance des pratiques funéraires et des vêtements ?

VA 3.
NORMANDIE (HAUTE ET BASSE).Typochronologie de la céramique médiévale et moderne en Normandie

PAYS-DE-LA-LOIRE

I 1.
ASNIÈRES-SUR-VÈGRE (Sarthe). Manoir de la Cour
NANTES (Loire-Atlantique). 8, rue Ogée

II 1.
FONTEVRAUD-L’ABBAYE (Maine-et-Loire). Prieuré Sainte-Marie-Madeleine
SAINT-PHILBERT-DE-GRAND-LIEU (Loire-Atlantique). Abbatiale

III 1.
ANGERS (Maine-et-Loire). Logis royal du château
ANGERS (Maine-et-Loire). Le château, front nord
CHÂTEAUBRIANT (Loire-Atlantique). Donjon du château
LAVAL (Mayenne). Place de la Trémoille
SAINTE-SUZANNE (Mayenne). La Motte
SAUMUR (Maine-et-Loire). Le château
TIFFAUGES (Vendée). Château

IV 1.
LUÇON (Vendée). Cathédrale Notre-Dame, transept sud

V A3.
PAYS DE LA LOIRE – BRETAGNE. La céramique médiévale dans les Pays de la Loire et en Bretagne du XIe au XVIe s.

PICARDIE

I 1.
CHAUNY (Aisne). Le Roquet ZAC Univers 2
CHEVRIÈRES (Oise). Rues de Compiègne/Antoine Bullot (Oise)
CHIRY-OURSCAMP (Oise). Rue du Point du Jour
CRÉCY-SUR-SERRE (Aisne). 7, 9 et 11, rue du Général Patton
GONDREVILLE (Oise). Les Brazes
LAON (Aisne). 6, 8, rue du Bourg ; 12, 14, 14 bis, rue Franklin-Roosevelt
MERCIN-ET-VAUX (Aisne). Les Quatre Livres
NOYON (Oise). École Weissenburger
SAINT-GOBAIN (Aisne). Rue d’Errancourt
SAVIGNIES (Oise). 14, rue du Four Jean Legros
TROISSEREUX (Oise). 25-27 rue de Calais

II 1.
NOYON (Oise). Abords de la gare

III 1.
BOVES (Somme). Complexe castral et prioral du « Quartier Notre-Dame »
COUCY-LE-CHÂTEAU-AUFFRIQUE (Aisne). La tour Lhermitte
NEUVILLE-SUR-AILETTE (Aisne). Rue de la Tour

POITOU-CHARENTES

I 1.
ANGOULÊME (Charente). Rue de la Charente
ASNIÈRES-SUR-NOUÈRE (Charente). Le Champ du Frêne
BIARD (Vienne). Larnay
HIERS-BROUAGE (Charente-Maritime). Logis du gouverneur
MESCHERS-SUR-GIRONDE (Charente-Maritime). Rue des Fleurs
REIGNAC (Charente). Chez Marot
ROCHELLE (LA) (Charente-Maritime). 9-11, rue des Templiers
SAINT-GEORGES-DE-DIDONNE (Charente-Maritime). Le Châta
SAINT-GEORGES-DES-COTEAUX (Charente-Maritime). ZAC La Mission – Déchetterie
SAINT-GEORGES-LES-BAILLARGEAUX (Vienne). Le Mamot
TONNAY-CHARENTE (Charente-Maritime). Avenue de Saintonge

II 1.
BEAUVAIS-SUR-MATHA (Charente-Maritime). Église Notre-Dame / Jardin Public
CELLEFROUIN (Charente). Fontaine Saint-Martin, Chapelle Saint-Martin de Cellefrouin
SAINT-ROGATIEN (Charente-Maritime). Église, rue du centre
TRIZAY (Charente-Maritime). Monthérault

III 1.
CHÂTELLERAULT (Vienne). Ancien Hôpital
FAYE-SUR-ARDIN (Deux-Sèvres). 17, route de Niort
LUSIGNAN (Vienne). Ancienne école de la Sagesse
MONTS-SUR-GUESNES (Vienne). Le château
NIORT (Deux-Sèvres). Le Donjon
SAINTES (Charente-Maritime). Place du 11 Novembre
SURGÈRES (Charente-Maritime). Château, porte nord

IV 1.
ANAIS (Charente-Maritime). Impasse de la Garenne
ANGOULÊME (Charente). Cathédrale Saint-Pierre
ÉPANNES (Deux-Sèvres). Allée du château
ESNANDES (Charente-Maritime). 17, rue de l’église
JONZAC (Charente-Maritime).Contournement sud et est, phase I
ROCHELLE (LA) (Charente-Maritime). 30 avenue des Cordeliers
SAINT-HYPPOLYTE (Charente-Maritime). Place de l’église
SAINT-SAUVEUR D’AUNIS (Charente-Maritime). Place de la mairie et de la Cure
TESSONNIÈRE (Deux-Sèvres). Place de l’église

V A1.
MIREBEAU (Vienne). L’Aumônerie

V A2.
LA ROCHELLE (Charente-Maritime). Les céramiques de raffinage du sucre à La Rochelle  : caractérisation et variété des approvisionnements de la fin du XVIe s. au XVIIIe s.

VA 3.
LA GRIPPERIE-SAINT-SYMPHORIEN (Charente-Maritime). Les marais charentais au Moyen Âge et à l’époque moderne  : peuplement, environnement et économie

VB 1.
VIENNAY (Deux-Sèvres). Atelier métallurgique de La Chagnasse

VC 1.
LOUZY ET SAINTE-VERGE (Deux-Sèvres). La Casse
VARENNES (Vienne). La Tourette

PROVENCE-ALPES-CÔTE-D’AZUR

I 1.
ISLE-SUR-LA-SORGUE (L’) (Vaucluse). Tour d’Argent/ancien Lido
ISLE-SUR-LA-SORGUE (L’) (Vaucluse). Tour d’Argent/ bâtiment résidentiel
ISLE-SUR-LA-SORGUE (L’) (Vaucluse). Tour d’Argent/ hôtel de Brancas-Villars
ISLE-SUR-LA-SORGUE (L’) (Vaucluse). Tour d’Argent/immeuble Bon-Juge
LE-PUY-SAINTE-RÉPARADE (Bouches-du-Rhône). La Quille

II 1.
AIX-EN-PROVENCE (Bouches-du-Rhône). Église de la Madeleine (ancienne église des Prêcheurs)
SAINT-CHAFFREY (Hautes-Alpes). Chapelle Saint-Arnoul
SAINT-MITRE-LES-REMPARTS (Bouches-du-Rhône). Saint-Blaise

III 1.
ALLEMAGNE-EN-PROVENCE (Alpes-de-Haute-Provence). Notre-Dame
CARPENTRAS (Vaucluse). Parking de l’Observance
ISTRES (Bouches-du-Rhône). Entressen/Mas de la Tour

III 2.
BRESSUIRE (Deux-Sèvres). Château

IV 1.
FOS-SUR-MER (Bouches-du-Rhône). Chapelle Notre-Dame de la Mer
FORCALQUIER (Alpes-de-Haute-Provence). Couvent des Cordeliers

VA 1.
PEYRUIS (Alpes-de-Haute-Provence). La Cassine

V C3.
BASSE-PROVENCE. Production et habitats mobiles des artisans du feu dans les collines de Basse-Provence du Moyen Âge à nos jours

RHONE-ALPES

I 1.
BRISON-SAINT-INNOCENT (Savoie). Chemin de Pompierre
LYON 5e (Rhône). 4, rue Saint-Jean
TAULIGNAN (Drôme). Rue du Manchot
VILLETTE D’ANTHON (Isère). Charvas Sud

I 2.
CÔTE-SAINT-ANDRÉ (LA), BREZINS, SARDIEU, SAINT-ETIENNE-DE-SAINT-GEOIRS, SAINT-SIMÉON-DE-BRESSIEUX, CHÂTENAY, VIRIVILLE, THODURE, GILLONNAY, SAINT-HILAIRE-DE-LA-CÔTE (Isère). Plaine de la Bièvre

II 1.
LYON (Rhône). Cathédrale Saint-Jean
LYON 9e (Rhône). « Le Châtelard », Ile-Barbe
MAZAN-L’ABBAYE (Ardèche). Ancienne abbaye de Mazan
SIXT-FER-À-CHEVAL (Haute-Savoie). Ancien grenier abbatial
VIENNE (Isère). Abbaye de Saint-André-le-Haut

III 1.
ALIXAN (Drôme). Les remparts du château

III 2.
LULLY (Haute-Savoie). Château de Buffavent
PRESSIAT (Ain). Le Mont Châtel
SAIL-SOUS-COUZAN (Loire). Château de Couzan
SAINT-HÉAND (Loire). 6, rue des Terreaux

IV 1.
LYON 9e (Rhône). École maternelle du Chapeau Rouge. 14 bd. Saint-Exupéry
THONON-LES-BAINS (Haute-Savoie). Tully - Avenue de Champagne

V B1.
HUEZ (Isère). Brandes

VB 2.
CRUSEILLES (Haute-Savoie). La Béroudaz
PRÉSILLY (Haute-Savoie). Les Convers
SAINTE-MARGUERITE-LAFIGÈRE (Ardèche). Le Colombier, le Filon des Anciens

VII 1.
VÉNISSIEUX (Rhône). Angle boulevard Ambroise Croizat/rue Paul Bert