Zones blanches, interstices et marges

Lieu : Amphithéâtre de la MRSH
Début : 14/02/2018 - 14:00
Responsable(s) scientifique(s) : Pierre Bergel et Lionel Rougé

Deux invités au programme :

  • Violaine Sauty : Ancienne étudiante de l’Université Toulouse II Jean Jaurès, Violaine Sauty est agrégée de Lettres Modernes. Elle est actuellement doctorante contractuelle en deuxième année à l’Université Paul-Valéry et en cotutelle avec l’Université Libre de Bruxelles. Elle prépare, sous la direction de Marie-Ève Thérenty et de Paul Aron, une thèse intitulée « Écritures de terrains : (en)quêtes d’auteurs dans la littérature contemporaine non fictionnelle ».

Résumé de l'intervention :
L’émergence d’une pratique de terrain dans la littérature française contemporaine fait apparaître de nouveaux protocoles d’écriture. Parmi eux, plusieurs pratiques urbaines amorcent la création littéraire in situ. L’observation minutieuse de l’organisation des villes, ou plutôt justement de ce qui échappe à l’organisation des urbanistes intéresse les écrivains : Philippe Vasset arpente les zones blanches des cartes IGN, François Bon explore les ronds-points de la périphérie de Tours, Jean Rolin erre dans les terrains vagues. Ces déambulations d’auteurs dessinent une écriture topographique qui déjoue les itinéraires imposés par l’aménagement du territoire en cherchant à mieux connaître ses marges. Leurs approches troublent l’espace institué par les centres (centre-ville, centre commercial, centre industriel…) et étonnent le lecteur en renversant la perspective. Ce faisant, elles interrogent notre rapport à la ville et la manière dont nous l’habitons.
 

  • François-Michel Dupont - Ecrivain Caennais - dernier roman Les Ombres du Quai, qui reviendra sur la manière dont l'espace de la Presqu'île à servi de support à son dernier roman - à la fois comme lieu de l'enquête et en même temps comme "miroir" des transformations sociologiques, urbaines et politiques de l'agglomération.

 

Projection (20h)

Projection du film documentaire "Ceux qu'on ne voit pas" réalisé par Pauline Poulain et Bénédicte Vacquerel dans le cadre du festival Migrant'Scène.

Le documentaire témoigne des rêves des personnes en exil, de leurs déceptions et des rencontres qui naissent des mobilisations à leur égard. Elles racontent comment elles sont arrivées en Normandie et comment elles parviennent, malgré la violence de la machine administrative et le sentiment d'abandon par les autorités publiques, à recréer un espace de vie intime.

En dépeignant le paysage normand, le film met en lumière les ressorts de l'accueil des migrants dans toutes les agglomérations françaises. Il a été tourné entre novembre 2016 et juin 2017 à Caen, Ouistreham, Hérouville-Saint-Clair, Argentan et Bretteville-sur-Laize.