Aménager l’espace, transformer la société ? Que faire du Paris ouvrier et populaire ?

Lieu : MRSH - salle des actes SH027
Début : 21/02/2017 - 14:30
Fin : 21/02/2017 - 18:00
Responsable(s) scientifique(s) : Pierre Bergel (ESO), Ludovic Lestrelin (CESAMS), Vincent Milliot (CRHQ)

Organisé dans le cadre du séminaire 2016-2017 : La Ville passante : mobilités et enracinements

Au programme :

  • Paris transformé. Le Marais 1900-1980 : de l’îlot insalubre au secteur sauvegardé - Isabelle Backouche (CRH-EHESS)

    Historienne de l’urbain, Isabelle Backouche présente son dernier livre en montrant comment s’articulent la gestation et le lancement d’un aménagement parisien et la volonté partagée par plusieurs acteurs (administration, architectes, érudits) de modifier la sociologie du quartier sur lequel porte son enquête. Au long du 20e siècle, l’îlot insalubre n° 16 a fait l’objet de plusieurs opérations massives (expropriation des propriétaires et expulsion des locataires à partir de 1941, mise en œuvre du secteur sauvegardé dans les années 1970) qui donnent l’occasion à l’historienne d’observer  au plus près les logiques d’action et les opportunités saisies par l’administration, notamment les lois raciales sous Vichy qui fragilisent la population de l’îlot 16.

  •  Paris, ville ouvrière , une histoire occultée (1789-1848) - Maurizio Gribaudi (CRH-EHESS)

L’histoire contemporaine de Paris est souvent représentée comme un processus cohérent à travers lequel la ville mue progressivement ses anciennes formes vers celles d'une nouvelle modernité qui font d’elle la capitale du XIXe siècle.  Cette modernité est identifiée avec la sociabilité des boulevards et avec une esthétique du loisir urbain qui fluctue entre l’effervescence des cafés et des théâtres, et le plaisir solitaire de la flânerie. Elle est aussi illustrée par l’expansion du commerce et la naissance de la société de consommation, ainsi que par une robuste politique de l’aménagement urbain qui efface à jamais le visage ancien de la ville.

Ces aspects sont certainement importants. Cependant leur généralisation, à l’ensemble de la ville et pour l’ensemble du siècle, a contribué à occulter les nombreuses tensions et les dramatiques discontinuités qui accompagnent ce processus. Parallèlement à la pétillante culture des boulevards, d’autres formes de modernité et de sociabilité se développent à l’intérieur de la ville. Les vieux quartiers du centre, que les observateurs contemporains stigmatisaient comme moyenâgeux et physiquement insalubres, hébergeaient en réalité une société active et cohérente, avec ses propres hiérarchies et ses formes de mobilité sociale.

Grâce au croisement de nombreuses sources disponibles dans les archives parisiens, on parvient à saisir la complexité des dynamiques qui caractérisent l’espace urbain au cours du 19ème siècle. Dans cette optique, qui se focalise sur les tensions et les contradictions internes du monde urbain, il devient possible d’observer les profondes fractures et discontinuités qui marquent l’évolution de la ville.


 

Fichier(s) à télécharger
  Téléchargez la présentation de Maurizio Gribaudi -
  Téléchargez la présentation d'Isabelle Backouche