20 ans après

Lieu : MRSH - Salle des actes
Début : 11/02/2014 - 14:30
Fin : 11/02/2014 - 18:00
Responsable(s) scientifique(s) : Philippe Madeline et Jean-Marc Moriceau

Cette manifestation est programmée dans le cadre du séminaire 20 ans après - Toutes portes ouvertes. Au coeur des recherches sur les sociétés et les espaces ruraux.

Au programme :

  • Jérôme Viret, Maître de conférences HDR en Histoire à l'université de Caen Basse-Normandie
    La famille normande sous l'Ancien Régime.
    Résumé : Dans La famille normande. Mobilités et frustrations sociales au siècle des Lumières (2013), J.L. Viret saisit et décrit les dynamiques sociales de reproduction, dans un bourg normand, du début du XVIIIe siècle aux premières années de la Révolution. Les femmes et les filles en présence de frères n’étaient ni des associées, ni des héritières. Les maris conservaient tous les gains tandis que les filles étaient presque toutes privées du droit de succéder aux parents. Cette condition dégradée de la femme, qui sera examinée dans un premier temps, profitait-elle au moins aux hommes ? C’est le second volet de l’enquête, réalisée à partir des trajectoires fiscales et professionnelles reconstituées. Les terres se divisaient à chaque génération en autant de parts qu’il y avait de garçons. La pression démographique, aggravée par l’afflux des migrants dans le bourg d’Argences, a tiré les catégories moyennes vers le bas. Seuls ont échappé à ce mouvement descendant les clients de l’abbaye de Fécamp, les principaux laboureurs et une poignée de marchands. Argences agit comme un miroir grossissant, qui dévoile les ressorts autrement peu visibles d’un siècle considéré de manière trop souvent uniforme.
  •  David Gaillard : Maître de conférences en Géographie à l'université de Caen Basse-Normandie
    Analyse spatiale et géomatique : outils d'aide à la décision et à l'innovation en milieu agricole.
    Résumé : Entre problématique environnementale, urbanisation, économie et production agricole, la gestion des espaces ruraux et agricoles mobilise des enjeux multiples portés par des acteurs aux intérêts parfois divergents. Le fonctionnement en système de ces espaces nécessite une approche intégrée et croisée entre les différents services en charge de leur gestion et de leur aménagement. En tant que science du territoire, la géographie y contribue grâce à des diagnostics adossés à une gamme d’outils et de méthodes performants depuis l’approche cartographique jusqu’à la modélisation spatiale. À ce titre, les méthodes de la géomatique répondent à de nombreux questionnements et besoins tant des acteurs de terrain que des chercheurs. Au cœur de ces espaces, l’agriculteur et son exploitation sont confrontés à des enjeux et des contraintes variés : gestion des risques naturels, protection de la ressource, qualité alimentaire, consommation d’énergie etc. Face à ces contraintes et exigences règlementaires autour des problématiques environnementales, l’exploitation devient le lieu d’innovations multiples portées par des outils géomatiques. Deux exemples sont présentés : la mise en place d’un protocole de concertation et la réduction des consommations de carburant.