20 ans après

Lieu : MRSH - Salle des Actes
Début : 13/05/2014 - 14:30
Fin : 13/05/2014 - 18:00
Responsable(s) scientifique(s) : Philippe Madeline et Jean-Marc Moriceau

Cette manifestation est programmée dans le cadre du séminaire 20 ans après - Toutes portes ouvertes. Au coeur des recherches sur les sociétés et les espaces ruraux.

Au programme :

  • Benoît Grenier : Professeur d'Histoire à la Faculté des lettres et sciences humaines de l'Université de Sherbrooke (Québec)
    Les persistances de la propriété seigneurale au Québec : seigneurs et censitaires après l'abolition (1854 - 1940)
    Résumé : L’historien canadien Fernand Ouellet affirmait que « Parler du régime seigneurial, c’est poser le problème de l’évolution de la société dans la seule perspective qui soit vraiment significative : la longue durée ». Quoi qu’on puisse discuter cette prise de position épistémologique, nulle doute que la question seigneuriale québécoise est propice à une étude pluriséculaire. Si l’historiographie retient habituellement que l’Acte pour l’abolition des droits et devoirs féodaux dans le Bas-Canada a mis un terme, en décembre 1854, au régime seigneurial, les travaux que nous menons sur les persistances seigneuriales (économiques, sociales, culturelles) ont permis de dépasser cette limite traditionnelle et d’intégrer cet objet à l’histoire du Québec contemporain. La présente communication permettra de révéler les enjeux de la lente disparition de la propriété seigneuriale du territoire québécois (1854-1970).
  • Sébastien Caillault, Maître de conférences en Géographie à l'Agrocampus Ouest, Angers
    Le feu, la brousse et la savane. Modélisation spatiale de la dynamique des paysages soudaniens (Burkina Faso)
    Résumé : Dans les paysages soudaniens de l'ouest du Burkina Faso, les mutations engendrées par l’intensification agricole recomposent les espaces et les modes de gestion associés. De région de « grande brousse » à défricher pour l'administration coloniale, cet espace est désormais analysé à travers la nécessité de protéger les « savanes » menacées par l'expansion agricole. Le feu étudié dans sa dimension matérielle et idéelle, permet de dévoiler les enjeux passés et présents qui parcourent cet ancien front pionnier. Le travail mené autour du feu questionne alors l'hétérogénéité des représentations et des pratiques face à la place nouvelle accordée aux territoires dédiés à la protection de la nature.