Recherches sur les sociétés et les espaces ruraux

Lieu : Amphithéâtre de la MRSH
Début : 10/04/2018 - 14:30
Fin : 10/04/2018 - 19:00
Responsable(s) scientifique(s) : Philippe MADELINE et Jean-Marc MORICEAU

Laurent HERMENT, Chargé de recherches au CNRS (Centre de Recherche Historique, Paris),  De la petite exploitation au commerce des engrais : itinéraire d’un chercheur

Résumé : Dans l’ouvrage Les Fruits du partage paru en 2012, j’ai étudié les mécanismes d’accumulation patrimoniale et de reproduction sociale de la petite paysannerie du Bassin Parisien durant le premier XIXe siècle (1800-1850). Cette étude m’a amené à m’interroger sur les performances céréalières dans cette région. Durant cette période, les petits paysans du Bassin Parisien accroissent leurs performances en mettant en œuvre la révolution des fourrages. Vers 1850, l’utilisation des engrais commerciaux et la mécanisation n’occupent encore qu’une place tout à fait marginale dans le modèle économique des exploitations. Dans le prolongement de ces recherches, mes travaux les plus récents s’intéressent à l’utilisation de plus en plus massive d’intrants industriels (engrais chimiques en particulier) durant la période 1850-1945. Mon itinéraire de recherche m’a amené à m’interroger sur les conditions du passage de la first green revolution (J. L. van Zanden) à la mise en place d’une agriculture industrialisée au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale.

 

Milhan CHAZE, Docteur en géographie de l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand, Les petites villes : permanences et mutations des centralités commerciales. Le cas du Centre-est de la France 

Résumé. Depuis plusieurs décennies, le commerce des petites villes est pris entre deux dynamiques. D’une part, le passage de la Seconde à la Troisième Révolution commerciale, c’est-à-dire la transition entre la période de croissance des grandes surfaces et du commerce franchisé, et la phase de développement du commerce électronique. Et d’autre part, les mutations des territoires dans lesquelles elles s’insèrent, à savoir le déclin ou le renouveau des différents espaces ruraux, la périurbanisation, l’accroissement de la mobilité des ménages ou encore les évolutions fonctionnelles des territoires (désindustrialisation, réorganisation des services publics, etc.). A partir de ce constat se pose la question de l’adaptation du commerce des petites villes à ces évolutions touchant autant le système commercial que les territoires. Mais plus largement, nous nous interrogerons sur la problématique du maintien des petites villes comme centralités commerciales pour les espaces ruraux et périurbains. Pour y répondre, nous nous appuierons sur les résultats d’un travail doctoral ayant porté sur les petites villes (2 000 à 30 000 habitants) du Centre-est de la France (région Auvergne-Rhône-Alpes et départements de la Nièvre, du Jura et de la Saône-et-Loire).